Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

A. Stanziani (dir.), La qualité des produits en France, XVIIIe-XXe siècle

Belin, Paris, 2004, 345 p.
Virginie Amilien

Full text

1Cet ouvrage, dirigé par Alessandro Stanziani, réunit une dizaine d’historiens et leur permet d’approcher, à leur façon et selon leur centre d’intérêt, la notion de qualité des produits et son évolution au cours de ces deux derniers siècles. L’idée est d’autant plus pertinente que la vision historique ouvre des perspectives révélatrices et parfois étonnantes vis-à-vis d’un concept, surtout utilisé en économie, ethnologie ou sociologie, dont les frontières nous paraissent relativement établies. Dans une optique historique il devrait donc être possible de dépasser l’opposition classique entre marché et normes institutionnelles. Néanmoins il ne s’agit pas ici de démystification, mais plutôt d’explications et d’informations sur les normes institutionnelles ou économiques, les codes juridiques et sociaux et le poids de toutes ces valeurs différentes et complémentaires dans notre conception actuelle de la qualité.

2Le livre commence par une excellente introduction signée du rédacteur principal, qui avant de nous présenter les différents chapitres, prend le temps de situer les articles donnés dans un débat académique en cours. Car définir la qualité d’un produit est une tache compliquée, d’autant plus que les relations entre les intérêts économiques et les normes de qualité sont ambiguës. La qualité a généralement différents sens en fonction de la personne qui emploie le terme, à savoir le producteur, le vendeur ou le consommateur, sans parler de l’administration, particulièrement attachée aux règles et au contrôle, des lois de la concurrence ou des préoccupations dues à la santé publique. En d’autres termes, les normes qualitatives sont centrales et peuvent être considérées selon des aspects aussi différents que le juridique, l’économique ou le politique. Après avoir rappelé les théories classiques économiques, fondées sur l’offre et la demande, l’auteur s’intéresse aux notions d’asymétries informationnelles et de conventions de qualité (p. 8 et 9). Cette brève présentation souligne la pertinence de l’apport des juristes et des historiens au sujet, et justifie le fait que le présent ouvrage s’intéresse à « la construction socio-économique et institutionnelle de la qualité ».

3Dans une économie de l’identification, Jean-Yves Grenier explique pourquoi le juste prix doit être compris dans une perspective de transaction paritaire. Il est le prix idéal obtenu en confrontant librement l’offre et la demande, vision dans laquelle les corporations et particulièrement le marché des grains jouent un rôle primordial. Liliane Hélaire-Pérez s’intéresse à un sujet tout autre et pourtant lié à la notion de qualité sous l’Ancien Régime dans La négociation de la qualité dans les examens académiques d’inventions au XVIIIe siècle. Constatant l’importance de l’innovation à cette époque, l’auteur remarque que la qualité de l’invention technique est passée d’une valeur utilitaire, jugée par des négociations collectives, à une valeur publique fondée sur la sécurité. Dans Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile au XVIIIe siècle, Philippe Minard part de la législation de Colbert sur la qualité des produits en 1669 pour finalement mettre en valeur le rapport de force entre négociants, acheteurs et normes. Les règles de qualité sont assez claires mais chacun les adapte pour rendre sa propre situation plus rentable. Les marchés spécifiques restent alors les meilleurs utilisateurs, et garants, des normes de qualité.

4La seconde partie suit la chronologie et observe la mise en place de nouvelles normes de qualité dans l’économie libérale. Dans Le savon de Marseille – Contribution à une sociologie économique des produits –, Pierre-Paul Zalio suit les transformations du savon de Marseille pendant un siècle (texte passionnant qui pourrait s’appeler « les tribulations du savon de Marseille »). Dans La construction de la qualité du vin, 1880-1914, Alessandro Stanziani s’intéresse à la construction de la qualité dans une économie de marché. Le vin s’avère un cas d’étude extrêmement riche, car il est à la fois un produit de la nature et un produit transformé. Ainsi, les intérêts des différents acteurs s’affrontent et se confrontent, puis se transforment au fil du temps et des compromis, jouant sur l’ambivalence de la notion de qualité, tout en enrichissant le concept même par de nouvelles nuances et règles. Le chapitre suivant nous emmène dans un domaine rarement associé à la notion de qualité dans le discours quotidien : les boîtes de conserve. Le titre expressif introduit directement la question : Normaliser pour gagner la confiance des consommateurs – l’industrie française des conserves alimentaires dans l’entre deux-guerres. Se plongeant au cœur des débats entre organisations corporatives, commissions scientifiques et conseil national, sans oublier syndicats et consommateurs, Martin Bruegel met en valeur les multiples branches d’un réseau normalisateur, fondé sur les concepts d’industrie, de modernisation, de production, de prix, mais aussi de qualité, de standardisation, de règles et de normes.

5La troisième partie de l’ouvrage se concentre sur les normes de qualité et institutions au XXe siècle. Mettant l’accent sur le rôle des commissaires priseurs, qui définissent la qualité non seulement en fonction des propriétés de l’objet en vente, mais aussi en fonction de son espace de circulation, Christian Bessy utilise L’organisation des ventes publiques – comme cas d’étude. Il constate le dynamisme d’un marché, que les professionnels façonnent en construisant leur conception de la qualité. La situation de crise, sur laquelle se fonde l’article de Jérôme Bourdieu, souligne non plus l’adaptation mais l’inconstance de normes et règles établies, qui doivent être remises en jeu lorsque leur structure de base est déstabilisée. Normes et classifications à l’épreuve de la crise de la vache folle observe les transformations de la filière viande, en mettant l’accent sur les différences d’intérêts, passant par maints conflits et compromis entre les tous acteurs de la filière, et aboutissant à une révision des normes. Alors que cet article offre une approche socio-économique de la normalisation, Thierry Kirat et Evelyne Serverin proposent des visions juridiques de la compréhension de la qualité. Le premier constate l’échec du système institutionnel mais l’efficacité de la responsabilité donnée aux producteurs dans La responsabilité du fait des produits et l’appréhension judiciaire de la qualité des biens – Eléments sur le cas américain –. Evelyne Serverin s’intéresse à la notion de sécurité en tant que qualité, soulèvent alors le problème de l’excès de lois qui contribuent à une spécialisation et une complexité, qui finalement entravent la gestion des normes de sécurité. À un niveau très concret, La sécurité des produits sur la scène juridique paraît d’actualité en matière de consommation alimentaire, par exemple, où la quantité de lois et labels complique la lisibilité du marché, et la perception du concept de qualité, pour les consommateurs.

6La plupart des exemples développés dans l’ouvrage contribuent à cette vision de compromis individuels et collectifs créant des « mondes possibles », ce que rappelle Robert Salais dans la première Postface en ajoutant « La qualité d’un produit est une convention entre les acteurs qui se coordonnent autour de sa réalisation » (289). Les réseaux décrits fonctionnent de manière dynamiques et normatives, se développent selon des conventions de qualité, permettant à chaque contexte ou acteur de poser ses prémisses dans le cadre d’une discussion collective, tandis que le règlement des conflits peut toutefois être allégé par des outils institutionnels. Dans la seconde Postface, Denis Woronoff souligne un certain nombre de dimensions fondamentales dans la construction du concept de qualité, telles que le produit en soi, la valeur de l’échange et la confiance sur laquelle elle repose, la coordination professionnelle, le rôle de l’état, l’importance de l’expertise en matière de norme. La qualité reposant sur l’association entre la valeur et l’usage du produit, Denis Woronoff insiste sur son intersubjectivité, puisqu’il s’agit en général de conflits et de compromis à l’intérieur d’un réseau d’acteur donné.

7Postface et préface constituent à elles seules deux beaux documents introductifs sur l’étude et la perception de la qualité, via les théories économiques et particulièrement la théorie des conventions. Les différents chapitres, de lecture plus ou moins facile pour un néophyte, éclairent, à la lumière de cas concrets très différents, la construction de la notion de qualité comme un processus dynamique, que la vision diachronique de l’ouvrage met particulièrement bien en valeur. Les notions de normes, d’institutions et de conventions demeurent centrales, rappelant l’importance des outils juridiques et institutionnels dans le contexte socio-économique où la notion de qualité se transforme progressivement. L’optique historique a bien permis de dépasser l’opposition classique entre marchés et normes institutionnelles, en soulignant les influences de tous les acteurs, et en mettant en évidence tous les bras potentiels des réseaux au sein desquels se construit la notion de qualité.

Top of page

References

Electronic reference

Virginie Amilien, « A. Stanziani (dir.), La qualité des produits en France, XVIIIe-XXe siècle », Anthropology of food [Online], 4 | May 2005, Online since 01 May 2005, connection on 29 May 2017. URL : http://aof.revues.org/239

Top of page

About the author

Virginie Amilien

SIFO, Oslo, Norvège.
virginie[point]amilien(at)sifo[point]no

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page