Skip to navigation – Site map

Enracinement, production de la différence et nécessités du marché ; l’exemple du président du syndicat Ste Foy-Bordeaux

Chantal Crenn and Isabelle Techoueyres

Abstracts

Bordeaux wines are today confronted to the challenges of globalization. Some wine makers (conscious of consumers’ interest for distinctive food products) -particularly in the Ste Foy La Grande area which occupies us here- claim their difference and strive to produce their own specific identity. Such actors, members of the Ste-Foy-Bordeaux wine union, mobilize both symbolic and technical resources from very diverse fields. This paper is an attempt to examine the elements linked to wine which, while brandished as local peculiarities, enable producers to both develop marketing strategies and produce identity. In the light of a field research performed in the protestant territory of the Appellation d’Origine Contrôlée Sainte-Foy-Bordeaux (South West France), we examine, through the case study of one winemaker, the way he uses the notion of “terroir” (including both pedological and traditional heritage meanings) in order to ensure the development of his economic activity and legitimize his own territorial roots.

Top of page

Editor's notes

Cet article se fonde sur une enquête de terrain qui a été rendue possible par le Contrat d’Objectif « Lieux, Territorialités, Mémoires » de la MSHA (Bordeaux) réunissant une équipe de géographes et anthropologues

Full text

La Mondialisation et le “petit monde” viti-vinicole entre Saint-Emilion et Bergerac

1Dans le monde viti-vinicole de la région de Sainte-Foy-La-Grande, le mot “mondialisation” suscite aujourd’hui de nombreuses inquiétudes. A lui seul il condense des interrogations liées à “la crise du vin” : “le vin ne se vend plus”, “les clients préfèrent les vins chiliens moins chers”... Ici, le terme “mondialisation” évoque tout à la fois le rétrécissement de la planète viti-vinicole lié aux innovations technologiques et l’impact massif du capitalisme triomphant qui s’impose à elle. Plus de soixante pays sont actuellement producteurs de vin, nous informe le géographe Jean-Claude Hinnewinkel, et pour la France : “En moins de dix ans, les volumes exportés sont passés de 45 millions d’hectolitres environ (moyenne 1986-1990), représentant 15 % de la production, à près de 65 millions en 2000, soit près du quart du volume des vins de l’année.” (Hinnewinkel, 2002 : 1).

2Si on examine les textes concernant ce sujet, selon Isabelle Gobatto (2003 : 10), la “mondialisation” produit une modification d’échelle non seulement en termes d’interdépendance des différentes économies du globe mais aussi en termes de circulation des capitaux, des biens, des marchandises, des personnes, de l’information, des productions culturelles. La mondialisation se caractériserait également par la création d’un espace de régulation transnational. Enfin le quatrième processus associé à la mondialisation concerne la prééminence de l’économique sur d’autres sphères (le social par exemple). Pour autant faut-il craindre une “américanisation” des manières de faire le vin ? Faut-il s’inquiéter du savoir-faire des vignerons du “Nouveau Monde” qui amènerait les viticulteurs foyens à proposer des vins de cépages1 facilement reconnaissables par les consommateurs. Est-ce la porte ouverte à tous les excès : perte des savoir-faire locaux, hégémonie des négociants (ibid) ? En apparence, c’est plutôt l’inverse qui semble s’offrir à nous : “A la faveur de cette réorientation des politiques de segmentation du marché, ont proliféré appellations référentielles et mises en scènes promotionnelles de productions artisanales qui, par un détour ou un autre, prétendent s’inscrire dans ce créneau.” (Delbos, 2003 : 13) Qu’est-ce à dire ? Afficher la différence du “terroir” du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux correspond-t-il uniquement à un mouvement de “marchandisation de la différence” ? Ce mouvement qui se déclare à travers le prisme d’un terme, “le terroir”, “plus ou moins tombé en désuétude et à tout le moins d’une tonalité anachronique au regard de nos mutations économiques sociales” (Ibid) a-t-il aussi des significations imaginaires, inventées répondant certes aux besoins d’un marché de plus en plus international mais aussi aux nécessités de s’assurer une légitimité locale ?

3Dans le récent contexte précédent, où la communauté de production se construisait à l’intérieur de certaines limites (d’un point de vue géo-politique, l’État Nation constituait une référence stable), les dimensions locales et régionales (l’appellation Bordeaux) prenaient une extraordinaire importance. Le passage d’une version “forte” de la territorialité, (s’imposant de soi par la puissance du milieu viticole local qui enferme l’individu dans des rapports d’interconnaissance liés à l’appartenance concrète à un lieu, à un quotidien viticole), à des territorialités inventives, provoquées par les nouvelles exigences du marché, par les nouveaux installés dans la région, ouvre plusieurs questionnements.

4D’un côté nous nous sommes demandés si ce changement d’échelle, cette circulation accrue, cette “marchandisation de la vie” (Warnier, 1999) sont porteurs d’une uniformisation en profondeur des modes de vie et de pensée dans la société viticole qui nous intéresse ici. De l’autre côté, face à la réactivation récente de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux, nous nous sommes interrogées sur les raisons qui poussent certains acteurs (comme le vigneron dont nous parlerons ici) à exalter “leur différence”, leur appartenance au lieu, à mettre en avant le “passé”, “leur terroir”. Finalement quelles formes d’appartenance peut-on identifier dans cet espace géographique particulier et comment coexistent-elles avec la mobilité, les contraintes économiques (réglementations, lois du marché) qui caractérisent le contexte contemporain ?

5Anthropologues et géographes, nous nous sommes attachés à cerner les enjeux de l’exaltation de la différence via le terroir par les défenseurs de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux dans un contexte de mondialisation tel que nous l’avons définie plus haut. La mondialisation, avouons-le, il est rare que nous l’ayons rencontrée comme elle est décrite dans la littérature des experts, littérature qui se situe le plus souvent à un niveau transnational. Fer de lance de nos disciplines, nous avons mobilisé l’observation sur le terrain2 pour mieux examiner comment les différentes dimensions de la mondialisation, avec la logique industrielle de production, de distribution et de consommation dans l’espace abstrait de l’échange des marchandises, interfèrent avec des histoires personnelles, un contexte viti-vinicole local pour le moins engagé depuis de longues années dans un effort considérable de modernisation.

6L’objectif à atteindre ici est de se renseigner sur le triple mouvement d’homogénéisation et de différenciation, de circulation et d’immobilisme, de hiérarchisation sociale et d’exclusion que provoque la mondialisation. Ainsi allons-nous tenter dans cet article de montrer comment la mondialisation “contribue à produire du local” (Appadurai, 2001) et à “inventer de la différence” (Warnier, 1999 : 97), à produire de la distinction sociale pour un vigneron protestant qui occupe une place exemplaire dans cet espace viticole. Nous verrons aussi comment ce processus de patrimonialisation reste un instrument au service de l’industrie agro-alimentaire.

7Toutefois, afin de mieux saisir l’articulation que nous supposons entre processus de distinction sociale et exigences de marketing, il nous a paru nécessaire dans un premier temps de relativiser l’idée que dans nos sociétés les relations de face à face se sont effacées au profit de rapports uniquement abstraits entre individus réduits à n’occuper que des “fonctions économiques”. Nous supposons d’emblée le compromis entre ressources symboliques et économiques, entre niveaux local, national et international.

La mondialisation « contribue à produire du local »

8Certains sociologues, rappelons-le, soutiennent que la mobilité des hommes et de l’économie a modifié le rôle fondamental des communautés territoriales. Anthony Giddens souligne que la dynamique de la modernité provoque une délocalisation des relations sociales car les savoir-faire, les échanges commerciaux, se sont libérés de leur inscription territoriale. Dans la perspective de Giddens, ce qui est important pour les individus et les groupes ne serait plus de produire du territoire local mais de faire partie d’un réseau. Cette analyse a pour intérêt de pointer le nouveau contexte contemporain que l’on ne pourrait ignorer (Conte, Giordano, Herts, 2002). Pourtant en ce qui concerne le “petit monde viticole” du Pays Foyen nous sommes partis d’un point de vue en partie différent.

9Suivant Manuel Castells (qui a étudié d’autres collectivités humaines dans le monde, dont la population indienne des Chiapas réunie autour du sous-commandant Marcos au Mexique), nous remarquons qu’en territoire viticole aussi, réseaux et territoire local se superposent : “Ce qui caractérise la nouvelle structure sociale, la société en réseaux, c’est que la plupart des processus dominants, ceux qui concentrent le pouvoir, le capital et l’information, sont organisés dans l’espace des flux. Mais la plupart des expériences humaines restent locales et ce qui fait sens pour les être humains l’est aussi.” (Castells, 1999 : 155-156). Dans la sphère qui nous intéresse ici, le rapport à ce que notre interlocuteur appelle son vin de “terroir”3 relève d’une production sociale qui montre les recompositions culturelles, politiques, économiques et sociales permanentes. L’utilisation du terme “terroir” par le protagoniste principal de notre article en dit long sur l’image qu’il souhaite donner à l’extérieur, aux clients potentiels, de son territoire viticole. L’identification à un terroir viticole qui sous entend l’appartenance à un ensemble concret d’individus, pris dans des rapports d’interconnaissances, liés par un lieu concret de travail, dans le contexte de la globalisation et de la mobilité peut sembler paradoxale. En effet, aujourd’hui la construction des territoires viti-vinicoles -dont celui du Pays Foyen- conduit à se confronter à deux états de fait. Comme le souligne Jean-Claude Hinnewinkel, deux logiques s’opposent : “Celle de l’AOC, avec son cortège de protection et de réglementation, mais aussi une certaine image, en tout cas une attente de qualité d’un vin. La défense d’un terroir de production locale, d’un espace géographique apte à produire des vins à nuls autres pareils, donc des vins géographiques. Celle d’une civilisation du vin, et donc d’un commerce, de plus en plus mondiaux, ce qui entraîne une partie de la filière à proposer des produits de plus en plus facilement identifiables par le plus grand nombre, et donc amène une certaine “standardisation” où la “vogue des vins de cépage” n’est qu’un aspect de la fausse distinction entre vins industriels et vins de terroirs”.(Hinnewinkel, 2002 : 1)

10A travers les propos de ce géographe, on comprend qu’une certaine partie du monde viti-vinicole suit un mouvement plus général, comme le souligne Christian Bromberger (2003) : “les Français n’ont jamais eu autant de comportements identiques (mêmes si des diversités restent) mais jamais “la différence” n’a été autant mise en scène”. Les territoires ruraux auxquels appartient la sphère viti-vinicole qui nous occupe ici, souvent idéalisés, et où s’expriment et s’affichent des sentiments d’appartenance, apparaissent ainsi comme des creusets d’identités. Mais lesquelles ? Et dans quels enjeux économiques et symboliques sont-elles prises ?

Le Pays Foyen, une terre de confins entre St Emilion et Bergerac, à l’ombre de Bordeaux

11Excroissance Girondine en Dordogne située à 70km à l’Est de Bordeaux, le Pays Foyen est une superposition de territoires : territoire de confins, il s’est construit dans ses relations avec les territoires voisins. Cette culture multiple lui permet de revisiter l’histoire à diverses périodes qui se télescopent, lui conférant sa marginalité par rapport à l’inscription majeure qui est celle du vin de Bordeaux : diversité des territorialités par défaut.

12En tant que bassin de vie, il connaît des délimitations variables en fonction des centres d’intérêts. Fruit d’une Histoire, il a pour centre la ville de Ste Foy la Grande, bastide fondée au XIIIe siècle par Alphonse de Poitiers et gouvernée par un Conseil. Jouissant d’une indépendance politique, religieuse et commerciale, elle a très longtemps bénéficié de privilèges particuliers pour l’exportation de ses vins par la Dordogne, évitant ainsi Bordeaux. Ce commerce, essentiellement vers l’Angleterre, avec la généralisation de la pratique du paiement en numéraire dans une économie où dominait le troc, ouvrit ainsi très tôt le pays sur l’extérieur. En outre, au XVIe siècle, l’émigration huguenote vers les pays d’Europe du Nord favorise les relations commerciales, particulièrement avec les Pays-Bas. La notabilité est restée jusqu’à tout récemment l’apanage des protestants dont certaines valeurs demeurent : l’esprit d’indépendance et d’entreprise, la responsabilité individuelle. La mémoire de la grande Histoire, mise en scène à travers les monuments, les comportements et les réseaux de sociabilité, mêlée à celle des ancêtres, est perpétuée dans les familles, sous forme orale mais aussi de manière formalisée dans les archives soigneusement conservées. Les caveaux de famille qui ponctuent le paysage viticole sont aussi là pour témoigner de ce passé toujours présent.

13Depuis longtemps, les relations au quotidien des Foyens sont davantage tournées vers Bergerac et le Lot et Garonne (puisque la ville a aussi fait partie de l’évêché d’Agen). Cette position ambiguë, toujours entretenue, sert la recherche d’avantages. Elle est aussi reflétée dans les discours tenus sur l’Histoire par les leaders locaux, se prévalant d’avoir un esprit libre et indépendant : ils qualifient leur région de pays d’accueil de tous les hérétismes et de toutes les dissidences. Ce territoire est malléable puisque est revendiquée l’appartenance à l’entité « Pays de la Dordogne » ou « Pays de la Nouvelle Conquête » ( Hinnewinkel et Crenn, à paraître) tout en entretenant des relations privilégiées avec le Bergeracois (par exemple le raisin longtemps vendu sous le nom de Monbazillac ; beaucoup de propriétés sont à cheval entre les deux départements) et le Pays de Duras (beaucoup de propriétaires terriens de Duras avaient aussi leur maison à Sainte-Foy, qui constituait le débouché pour leur vin). La vigne est depuis longtemps la ressource économique majeure et le moteur de ce Pays (Hinnewinkel et Crenn, à paraître). La vente du vin a permis le développement et l’entretien des réseaux internationaux qui favorisèrent l’enrichissement de Sainte-Foy.

 La remise à jour de l’appellation Sainte-Foy-Bordeaux : « sous le signe d’une tradition renaissante »4

14L’appellation Bordeaux-Ste Foy existe depuis 1937 et portait alors uniquement sur des vins blancs. Le Syndicat, dilué puis relancé dans les années 1990, consiste en un regroupement volontariste autour de l’Appellation, rebaptisée « Ste Foy-Bordeaux », afin de se démarquer des Bordeaux et Bergerac-Monbazillac. Sous l’impulsion de M.B., vigneron catholique installé depuis longtemps, puis présidé par Mme P., spécialiste en communication, récemment installée par son mariage avec un vigneron du cru, lors du début de la « crise »5 des vins de Bordeaux, l’AOC se décline maintenant dans les 3 couleurs et couvre 19 communes et 7000 hectares. Les membres comptent 38 propriétaires de chais particuliers et 36 viticulteurs coopérateurs, des “vignerons indéfectiblement attachés à une terre sur laquelle ils reconduisent, jour après jour, les gestes d’une tradition ancestrale de la qualité”6. Le site internet du Syndicat insiste aussi sur la « douceur du paysage et du mode de vie qui privilégie la convivialité des rapports humains ». Dans la foulée, le Syndicat présida à la création de la Confrérie, en 1999, avec costume de style médiéval.

15La médaille, en étain selon le mode ancien, est ornée sur la face des armoiries de la ville de Sainte Foy la Grande : raisin, vignoble, clocher et carte de l’Europe dans un soleil rayonnant ; sur le verso de la médaille sont apposés un verre placé sur le 45° parallèle, la carte de France et le nom de la confrérie.

16Cependant cette appellation des confins de la Gironde souffre “d’un problème d’identité” : les viticulteurs se sentant rejetés à la fois par les Bordeaux, les vins du Sud Ouest ainsi que par ceux des Côtes. Le Syndicat souffre en outre d’un problème de confiance au plan local. En effet, il est intéressant de noter que l’aire géographique de l’appellation Ste-Foy-Bordeaux, ce qu’elle recouvre en tant que “lieu” de la production viti-vinicole, ne permet pas à la “communauté de production” concernée (Demossier, 1999) de s’y identifier dans sa totalité. Beaucoup de viticulteurs coopérateurs (qui ne se disent pas vignerons d’ailleurs) n’adhèrent pas au syndicat Sainte-Foy-Bordeaux. “La tradition locale brandie par le syndicat, ils n’y croient pas, ils ne sont pas dupes” (M.F, qui fût courtier en vin). “La confrérie, avec son déguisement n’a aucun sens pour moi”. (M.L. viticulteur coopérateur à la cave des Lèves). Ceux qui sont justement issus “du milieu traditionnel”, qui ont oeuvré pour accomplir l’immense effort de modernisation ne peuvent se reconnaître dans une identité professionnelle qui valorise “des stéréotypes du passé” (Delbos, 2000 : 122) ni dans une identité locale centrée sur Sainte-Foy-La-Grande alors que jusque-là les retombées économiques et symboliques de l’appartenance à l’appellation Bordeaux ont porté leurs fruits. Appartenant à un territoire de confins très souvent en quête de légitimité vis à vis de Bordeaux, ces viticulteurs n’acceptent pas (via la dénomination) d’être “renvoyés” principalement au pays foyen (En 1937, le syndicat s’appelait Bordeaux- Sainte-Foy et a été rebaptisé Sainte-Foy-Bordeaux), d’être réduits à accepter une histoire écrite sans eux alors qu’ils évaluent parfaitement l’ambiguïté de leur position géographique. Ils ont également conscience de l’ambiguïté de leur position entre normes économiques maintenues en matière de productivité, de rentabilité et de compétitivité et nécessité de répondre aux critères de qualité alimentaires et sanitaires, ainsi qu’aux exigences de la préservation écologique et paysagère avec tout ce que cela signifie en termes de cahiers des charges et de contrôles... Ainsi, revendiquent-ils en dehors de ce syndicat leur place d’acteurs du vignoble.

L’exemple d’un vigneron protestant

17Après avoir examiné le contexte dans lequel se joue la légitimité du syndicat Sainte-Foy-Bordeaux nous allons suivre le cheminement individuel d’un vigneron protestant, aujourd’hui à la tête du Syndicat Sainte- Foy-Bordeaux, pour mieux saisir les enjeux implicites de ce travail de patrimonialisation entre “le culturel et le marchand” (au sujet du concept de patrimonialisation on peut se référer à l’analyse tout à fait éclairante de Laurence Bérard et Philippe Marchenay in Les produits de terroir 2004, : 112-125). Car le travail du Syndicat, les valeurs mobilisées par le groupe, n’existent que par l’action et les visées de certaines personnalités. C’est pourquoi nous essaierons de mettre en lumière les ressorts mobilisés à l’échelon individuel par P.C, consciemment et inconsciemment, ressorts destinés à produire de la distinction, à donner de la personnalité donc à construire une identité au vin de ce territoire mis en “terroir” dans le but clairement exprimé de vendre sa production viticole.

Le protestantisme comme valeur

18Nous avons rencontré P.C. sur son domaine, sur les recommandations d’une collègue sociologue originaire de Sainte-Foy-La-Grande qui revendiquait la légitimité de sa présence sur le terrain du fait de son appartenance à la communauté protestante locale « depuis le XVIe siècle », dit-elle. De la même manière, elle nous assurait de la pertinence de ce choix par la notoriété de la famille C. dans cette région. Selon elle, la dimension identitaire protestante de cette région devait, dans l’analyse, s’imposer à nous. L’interlocuteur choisi par cette collègue s’inscrit donc dans ce groupe religieux et dans une lignée non seulement implantée de longue date sur la commune mais aussi très impliquée dans la collectivité viticole locale. Tous ces éléments fondaient notre rencontre et nous verrons par la suite qu’il est intéressant de ne pas les négliger. Analyser le choix de cet interlocuteur par cette collègue nous renseigne autant que les propos recueillis sur les raisons qui ont poussé, aujourd’hui, ce vigneron à exalter le “terroir” du pays foyen. Mais revenons dans le salon de P.C....

19Nous avons été accueillis par sa mère. Sachant qu’elle allait recevoir chez elle une équipe de chercheurs, elle avait préparé notre venue. Nous fûmes reçus dans cette spacieuse, ancienne et austère demeure située dans un parc d’apparence simple. P. occupe l’une des dépendances, héritée de sa grand-mère et entièrement rénovée. Dans l’austère salon de Mme C., garni de meubles de famille anciens, trône sur la table un exemplaire de l’énorme Bible Osterwald, l’édition du XVIIe siècle, ainsi que plusieurs cartons d’archives familiales. Mme C. nous a longuement parlé de ses ancêtres et de l’évolution du mode de vie durant ces derniers siècles dans le hameau, celui-ci n’étant plus peuplé que par elle-même et son fils. Elle nous a fait visiter sa maison aux vastes pièces meublées de hautes armoires et dont la salle à manger est occupée en son centre par une immense table de bois massif. Lors de cette visite une véritable mise en scène du passé est élaborée. Généalogie familiale et “grande Histoire” sont articulées. Réussite sociale de cette famille, ainsi qu’une naturelle liberté de penser assortie d’une grande curiosité intellectuelle sont mises en avant pour tracer les contours d’un “terroir” viticole singulier.

20Le “terroir” du pays foyen dont parle P.C et sa mère ressemble étrangement à la définition qu’en donne Geneviève Delbos (Delbos, 2003 : 14) : il se rapporte entre autres à un groupe concret, pris dans des rapports d’interconnaissance, enraciné dans un lieu et un métier c’est-à-dire tantôt une “communauté protestante ancrée”, depuis des siècles (en témoignent les tombes familiales dans les jardins), tantôt une “communauté protestante vigneronne” (les pères n’ont-ils pas été en leur temps avant-gardistes en ce qui concerne la mise en place de la coopération ?), mieux encore, ce terroir se rapporte à une “communauté protestante intellectuelle” dont le rayonnement fût international (les prouesses intellectuelles du géographe anarchiste Elisée Reclus bercent encore les conversations...).

21Ces éléments, présents de la même façon dans d’autres familles protestantes de la région, sont systématiquement brandis devant les visiteurs : ils attestent et légitiment la présence de la famille sur ce territoire depuis le XVe siècle… et montrent qu’ils sont Protestants. Car même si la plupart des Protestants s’accordent à dire que l’appartenance religieuse n’a plus d’importance dans la vie quotidienne depuis l’après-guerre, on constate que tous revendiquent cette « particularité » dans leurs propos. Nous avons vu combien le développement de cette région a été pris en main par les Protestants, constitués en réseaux avec des ramifications à l’étranger, leur conférant un grand pouvoir politique, intellectuel et économique. Ainsi, Monsieur P.C. instrumentalise-t-il certains éléments du passé considérés aujourd’hui comme “glorieux” afin de redonner consistance pour l’extérieur (pour de potentiels consommateurs de vin) à une identité locale de confins, engloutie dans le bordelais et afin de légitimer économiquement et politiquement son action sur le territoire.

22Ce n’est donc pas “par hasard” si cette famille nous a été recommandée. Notre collègue sociologue participe, elle aussi, à la réification du “terroir” viticole comme émanant principalement d’un héritage protestant (alors que d’autres acteurs le construisent aussi, comme les viticulteurs catholiques, les descendants d’Italiens, les Britanniques, les néo-ruraux français, et les ouvriers agricoles maghrébins par exemple, pour ne citer que ceux-là). L’accent mis sur cet héritage vise à considérer comme authentiquement foyens les viticulteurs et vignerons protestants et à les inscrire dans un passé mythique commun. On assiste ici à une ré-interprétation de l’histoire viticole locale associée à des agissements individuels liés à une éthique protestante en passant sous silence une lecture plus idéologique et collective du mouvement coopératif à laquelle les pères ont pourtant participé. Reprenant à son propre compte le discours du groupe dont elle prétend émaner, cette sociologue participe à la singularisation, à la réification de l’image du vin du pays foyen, certes pour séduire une clientèle extérieure mais aussi pour assurer d’un point de vue politique et local la prégnance de son groupe. D’ailleurs, à la fin de notre entretien, nous apprenons que P.C., alors vice président du Syndicat Viticole de Ste Foy-Bordeaux, est pressenti pour être élu président lors de la prochaine Assemblée Générale. Il a aussi été le Président de la Confrérie.

Héritages et transformations

23Le père de Mme C, fusillé en 1944, avait été maire de la commune et a fondé toutes les coopératives viticoles du secteur : Ste Foy dans les années 30, Les Lèves en 1935, la Roquille dans les années 40. Il a en outre formé le Syndicat Agricole de Ste-Foy. Effectivement dans les années 1930, la région du bordelais a particulièrement pâti de la crise, le vin ne se vendant plus. A l’initiative de quelques uns, les vignerons, « qui n’en étaient pas7 » puisque la polyculture prévalait dans toutes les fermes, se sont regroupés et ont donné naissance aux coopératives. Le père de P.C. avait 7 hectares de vigne, sur près d’une trentaine en tout ; la propriété se répartissait sur trois niveaux : le supérieur avec les vignes, le grain autour des bâtiments et dans le fond de la vallée, les prairies pour les vaches. C’est lui qui a décidé de se spécialiser dans la viticulture ; mais les terres étant très morcelées, il a procédé à un remembrement, entraînant avec lui le voisinage, qui s’est dans l’ensemble déroulé à l’amiable. Par cet engagement dans le mouvement coopératif, pendant plus de deux générations, on n’a pas fait de vin sur le domaine.

24La voie de P.C., seul héritier mâle était tracée : « J’avais d’autres volontés, mais je ne regrette pas d’avoir repris ; à partir du moment où je me suis retrouvé en BTS à B., à apprendre le métier, c’est venu tout seul. » Il est sorti de la cave des Lèves suite à la non ré-élection de son père comme Président en 1991 « on s’y est plus senti chez nous […] mais on avait fini le vignoble, car on a tout replanté entre 1982 et 1991, 19 hectares de vignes ». Bien qu’il affirme que « les vieux terroirs sont meilleurs en principe, faut faire confiance aux anciens », il avoue en même temps que maintenant, « je défais ce que mon père a fait : voilà l’évolution de l’exploitation ». Aux vignes hautes il substitue les vignes basses, il a fait le choix de vignes étroites pour augmenter la densité à l’hectare et améliorer le rapport de la surface foliaire : 2,2m/1m avec 4500 pieds/ha, ce qui est d’ailleurs requis par l’Appellation. « Quand j’ai créé le chai en 1991, j’avais 26 hectares de rouge et 9 de blanc, dont 13 hectares de merlot, 9 hectares de cabernet-sauvignon, 3 hectares de cabernet franc ». Avec ses 360 hl de clairet, il est un des plus gros producteurs de l’appellation Bordeaux clairet. Depuis 1999, il déclare tout en Ste-Foy-Bordeaux -sauf le clairet en Bordeaux. Pourquoi ? « parce qu’on a un terroir ici qui vaut le coup et personne le savait, et héhéhé, on se démarque des Bordeaux, des génériques… ». Il semble que le terroir soit « largement au-dessus », selon l’avis du laboratoire et celui d’experts pédologues qui ont récemment réalisé la carte du terroir, à la demande du Syndicat : des plateaux argilo-limoneux particulièrement bons pour les blancs, car « la vigueur de la vigne est dans le sol ».

25La transformation du vignoble s’accompagne de la transformation du mode de travail. P.C. multiplie les métiers, de la vigne à la vente. « C’est compliqué, mais c’est ce qui fait tout l’intérêt ; et j’ai eu la chance de gravir tous les échelons un par un avec des périodes suffisamment longues pour me perfectionner dans chacun puisque j’ai fait 10 ans de viticulture pure avec papa, avant de construire le chai, puis, bon, j’avais une formation d’œnologue, mais il a fallu apprendre tout. Après j’ai commencé les bouteilles, j’ai appris à faire les bouteilles, et puis la commercialisation, il a fallu que je me perfectionne en anglais […] Je fais tout mon marketing moi-même : les noms, les étiquettes.. ma com., je travaille beaucoup par informatique, photos numériques,.. je suis quelques formations de communication- gestion d’entreprise ; j’ai tout appris ». Il a d’ailleurs obtenu des prix pour ses étiquettes ; il y utilise le Blason « de famille côté maman ». Ses différents vins sont soigneusement nommés, chacun pour une raison qu’il met en scène.

26Curiosité et goût pour le progrès qui passent par le développement personnel doivent apparaître comme des caractéristiques familiales et des valeurs protestantes. « P : je suis curieux de tout, quoi ! –Mme C. : mon mari était un peu comme ça, mon père aussi… - P. : c’est dans le sang, dans les gènes, ça… ». Les propos de PC s’ancrent ici dans un rapport renouvelé au territoire et à la terre où “le viticulteur” est surtout “un vigneron” certes enraciné à son territoire mais qui “agit” quotidiennement sur tout les fronts. PC., se dit presque “génétiquement” animé par l’éthique protestante de la responsabilité individuelle, du travail acharné, de l’innovation...cette empreinte devant évidemment se répercuter sur la qualité de son vin et donc légitimer “son terroir”. Pourtant les enjeux socio-économiques sous-jacents semblent plus complexes.

27En effet, dans les vignes de P.C les travaux sont de plus en plus réalisés par des salariés d’entreprises, ce qui revient moins cher et donne plus de latitude par rapport aux employés de la propriété. Si la vendange est mécanique, jusqu’à huit personnes font le tri du raisin sur tapis roulant, durant les vendanges et avant pressage, car c’est un moment très important dont dépend le résultat. P.C. a récemment acheté un groupe automatique de mise en bouteilles, ce qui lui permet de gagner en souplesse, puisque les différents vins nécessitent une gestion différente ; cela évite un stockage énorme sans compter l’investissement en bouteilles, sachant qu’il fallait un mois et demi de délai pour louer un groupe…. « Quand on n’a pas de marché pré-établi, la gestion des capsules et étiquettes est un casse-tête.. » Grâce à l’achat d’une scotcheuse mécanique, il gagne une personne en main d’œuvre, « ce qui est important, avec les 35h… ».

28« – Vous faites des journées de combien d’heures ? – Je sais pas, parce que si je regarde ça me fait mal au cœur […] au début j’avais pas le personnel compétent, maintenant j’ai du personnel pour faire mon boulot… je ne vais plus dans les vignes, au chai non plus, ou pour le plaisir, quoi. Commercial presque à plein temps, gestion, achats, commerce, je délègue complètement à mon maître de chai [qui est une femme]. Je ne suis là que pour déguster, avoir un œil ». Cela lui donne le temps d’être plus attentif pour les vignes, notamment en été ; en fin d’année, il est sur les routes, dans des Salons, à vendre, ou bien à surveiller le vin. En fait, son choix de produire “un vin de terroir” amène son exploitation à se plier aux nouvelles réglementations sanitaires et aux contraintes contemporaines du marché. En effet, si à travers son engagement dans le syndicat Sainte-Foy-Bordeaux il est question de réintroduire de la diversité, de la qualité, de réintroduire du lien social, il n’en reste pas moins que qualité, diversité et lien social doivent s’intégrer dans la logique industrielle des échanges économiques.

Se singulariser en innovant et singulariser un pays de confins pour s’adapter aux nouvelles contraintes du marché

29Il est d’ailleurs remarquable qu’après toute cette présentation sur son ancrage dans le vignoble local, P.C. se présente comme « un nouveau comme moi », ce qu’il définit par : « parce que j’ai tout remis en question ». Et l’une des conséquence est : « je suis un des rares à avoir misé sur le blanc.[…] Et aujourd’hui j’arrache du rouge pour planter du blanc. J’aime bien être à contre courant… faut dire que j’aime les blancs de garde ». Ses blancs sont vinifiés en barriques : peu le font. Les plants de blanc doux autrefois largement cultivés ont été massivement arrachés il y a une vingtaine d’année pour répondre aux “besoins du marché en rouge”. Ce blanc doux de Sainte-Foy-La-Grande constituait sa particularité et son excellence. On avait pour habitude de l’appeler “le Petit Sauternes du Pays Foyen”. Pouvant difficilement s’appuyer sur “la tradition viticole du blanc doux”, PC et son syndicat ont innové en s’appuyant sur une tradition viticole plus large. “L’appellation Sainte-Foy-Bordeaux et le Pays Foyen étant à la recherche d’une distinction perdue” (Hinnewinkel et Crenn, à paraître), c’est dans un passé lointain que la particularité du terroir sera légitimée. Conscients que le vin fut certainement à l’origine d’un vaste pays foyen entre Bergarac et Libourne, sans doute grâce à son port et à son négoce local où, les relations commerciales entre protestants locaux et Hollandais (dès le XVIIe siècle) ont du occuper une place de première importance, PC et les nombreux protestants membres du syndicat n’hésitent pas à enraciner leur terroir viticole dans une histoire locale singulière et dans le protestantisme. Fiers d’afficher leurs connaissances historiques (nous l’avons mis en évidence au début de cet article) en ce qui concerne le pays Foyen, les Protestants du syndicat évoquent Sainte-Foy comme étant au centre du Pays de la “Nouvelle Conqueste” qui désigne dès le début du XVIe siècle un groupement de paroisses ayant des privilèges commerciaux avec Bordeaux. Mme S. viticultrice protestante affirme que les vins de la “Nouvelle Conquête” étaient admis à Bordeaux dès la Saint-Martin au lieu de Noël. Pourtant l’idée de réaliser un département intermédiaire entre la Dordogne et la Gironde au moment de la mise en place de la géographie administrative en 1792 ne restera qu’une idée. Contrairement aux souhaits de nos interlocuteurs protestants, cette absence témoigne du passé tumultueux de ce pays Foyen, de ce pays de confins... Certes, jusqu’à la fin du XIXe siècle il y avait autour de Sainte-Foy-La-Grande un pays viticole producteur de blanc moelleux mais c’est un pays qui n’a jamais eu d’existence administrative. La séparation avec une partie du Bergeracois et du Duracois sera d’ailleurs confirmée lors de la crise de la surproduction de 1909 qui entraîna la fin de l’appartenance d’une partie du Duracois et du Bergeracois dans l’Appellation Bordeaux. Le vin de Bordeaux ne pouvait venir que des vignes de la Gironde.

30Dès lors le pays foyen était administrativement amputé d’une partie de son territoire viticole pourtant vécu quotidiennement comme un seul (et encore aujourd’hui). C’est cet “entre-deux” que les membres du syndicat d’aujourd’hui souhaitent mettre en avant : il s’agit de redonner de la centralité à ce territoire (Althabe, 1990) en captant les images positives des deux héritages : bordelais et foyen. PC., comme beaucoup des viticulteurs protestants que nous avons rencontrés, affiche donc “la particularité du terroir et la renaissance” (Hinnewinkel et Crenn) car pour eux “qualité et modernité vont de pair”. P.C va instituer cette particularité locale comme étant le résultat d’un héritage protestant alors que d’autres membres, comme l’ancien président, catholique, M.B, se sentent obligés d’établir une rupture avec le fonctionnement productiviste destructeur en termes agricoles de la particularité du terroir de leurs pères.

31Se démarquer, innover, être à contre-courant, suivre les nouvelles réglementations pour la qualité, mais aussi donner une personnalité au vin, (celle du vigneron ?), voici la “méta-tradition” de P.C : « j’aime pas les blancs fruités secs de base, qui vieillissent pas […] j’ai planté des Sémillon, et c’est bien pour la garde ; j’ai 5 hectares de Sauvignon blanc, 2,5 hectares de Sémillon, j’ai planté 1ha de Sauvignon gris, alors c’est très intéressant, c’est différent du Sauvignon blanc, c’est un peu plus.. moins vif, plus rond, plus gras, ça va bien pour faire des liquoreux aussi ; et puis là je plante de la Muscadelle : là j’en mets un hectare, ça apporte un côté muscat qui est très très intéressant : au bout d’un an de vieillissement, on a des blancs qui ont une personnalité différente de tous les autres blancs… 10% de muscadelle et on type très bien les vins.[…] Cette année je voudrais mettre un peu de malbec, pour faire une cuvée : c’est un moyen de faire original, différent ; c’est un cépage de chez nous : on a la chance de pouvoir naviguer sur plein de cépages. » Le vigneron engage sa propre personne dans l’élevage de son vin, car il le modèle en fonction de son propre goût.

32Mais pour définir un goût distinctif, tout en respectant les normes établies de l’Appellation, il faut se lancer dans l’expérimentation. « Cette année, les sauvignon gris, on a fait quelque chose de génial par hasard, on a ramassé les sauvignon gris en premier, c’est le plus précoce, ensuite les sauvignon blancs, on a entonné dans les barriques les sauvignons gris et puis les sauvignon blanc derrière, et on s’est retrouvé avec 23 cuves à moitié et on s’est dit on va mélanger tout ça ; quand on a eu mélangé, on a eu quelque chose de merveilleux ; Alors on a dit on va en garder au froid encore, et puis on en a mis dans les barriques et là on peut voir l’évolution… c’est une cuisine…. »

33Personnaliser un vin c’est aussi un travail collectif, mais sélectionné. P.C. fait fonctionner à plein son réseau de connaissances. « On se rencontre beaucoup ; j’ai fait beaucoup de progrès grâce à pas mal de vignerons Bergeracois […] Pour progresser, j’ai regardé les gens qui marchaient en avant et je suis allé frapper à pas mal de portes, de Bergerac jusqu’à Madiran, et ça m’a permis de progresser et d’apprendre beaucoup…. Parce que dans ces autres régions, on a tout remis en question depuis longtemps. » Cette remarque indique que ceux qui ont Bordeaux dans leur appellation, plus assurés de leur succès, seraient moins dynamiques que ceux qui ne l’ont pas. Mais pour P.C., la position de Ste Foy est ambiguë « car on n’a pas le passé de Bordeaux, on n’a pas la richesse », donc se remettre en question est une nécessité. Sans doute la situation de terroir-frontière « borderline » induit des identités moins facilement affirmées poussant ainsi à l’innovation. Ainsi, c’est dans le Madiran (appellation située à cheval sur le Gers et les Landes) qu’il a découvert la technique du micro-bullage. « Le micro-bullage j’étais le 1er à Bordeaux à l’utiliser, quand j’en ai parlé à la chambre d’agriculture, on m’a regardé en souriant.. […] Ils ont remarqué que ce qu’ils mettaient en barrique ça évoluait mieux que ce qu’ils mettaient en cuves hermétiques, donc ils se sont dit « il y a une pénétration d’oxygène dans la barrique », ils ont mesuré ça, pour reproduire dans la cuve. Donc on a essayé de reproduire la micro oxygénation ; donc on a une bouteille d’oxygène alimentaire, et chaque cuve reçoit sa petite dose dans une céramique qui fait de toutes petites bulles. Ca m’a permis de faire beaucoup de progrès, parce qu’on quantifie la dose d’oxygène avec le nez et la bouche : donc il a fallu que je travaille beaucoup la dégustation pour pouvoir me servir de cette machine là. On a des vins plus ronds, plus souples, plus faciles à boire… »

34P.C. a aussi développé d’autres innovations techniques comme la macération pelliculaire pour les blancs : on met toute la vendange dans la cuve avant de presser, comme pour les rouges. Ce procédé « permet de diminuer l’acidité pour des vins un peu acides, car la pellicule prend un peu de l’acidité de la pulpe. Ensuite cela donne des tanins pour le vieillissement ultérieur. On prend aussi du gras ». Ensuite, il pratique la stabulation à froid et le débreuvage : « les moûts seuls sont placés au froid pendant 15 jours. Je l’ai dit aux copains : ceux qui le font pas, à la dégustation ça se sent tout de suite : moins d’arômes et de gras. On peut naviguer avec ça par rapport au cahier des charges de l’AOC. » On retrouve là la notion de limite : après la norme spatiale, on joue sur celle de l’appellation.

35La mondialisation des échanges, c’est aussi la connaissance des résultats du marché, des goûts qui se vendent bien : le goût du bois semble actuellement remporter du succès, mais en France, en AOC, il est interdit de travailler avec des copeaux, ce qui empêche de lutter face au nouveau monde sur ce terrain-là. « Du coup je me dis « ras le bol du vin boisé, retour sur le fruit, le fruit. » c’est comme ça qu’on va se démarquer du nouveau monde. [...] Alors il faut avoir du gras, de la sucrosité et voilà… » Pour améliorer cela, certains blancs sont bâtonnés (on remonte les lies qui sont des levure mortes, qui vont capter l’oxygène donc protéger de l’oxydation et conserver les parfums) dans les barriques. Et P.C. met un point d’honneur à ne pas utiliser une technique pourtant ancienne dans la région : « La chaptalisation, si je mets 1 gramme de sucre dans mon vin, c’est que j’ai pas réussi, que j’ai pas travaillé comme il fallait ».

36Sur un autre plan, la connaissance et la prise en compte des effets de la viticulture sur l’environnement sont aussi la marque distinctive d’un certain rapport au terroir. Des normes au niveau européen sont en train d’être fixées et le Syndicat prône la pratique de l’Agriculture Raisonnée. De fait, même si le grand public n’est guère informé, la grande distribution et le négoce sont très demandeurs (Bérard et Marchenay, 2004 : 145). Or cela implique un changement de comportement, « c’est uniquement une vocation, un raisonnement, une philosophie […] c’est de plus rien faire de systématique : remettre en question tout ce qu’on fait », limiter les achats de produits de traitement au strict minimum ; utiliser des pièges à papillons à capsule d’hormones où ils s’engluent ; et limiter au maximum l’usage des désherbants. Le Syndicat procède à un comptage hebdomadaire pour équilibrer insectes et acariens. Mais le vignoble souffre toujours de la menace de la cicadelle qui peut causer la mort de la vigne, alors des insecticides sont appliqués trois fois par an en ce moment, et de telles décisions préfectorales ne sont pas toujours en harmonie avec une pratique Raisonnée. En outre, en tant que transformateurs, les vignerons sont soumis aux nouvelles normes HACCP8 : « bon, y’en a un sur 5000 qui doit être à jour, hé ! » ; pour les effluents, « c’est énorme… on nous demande d’appliquer, on le voit en agriculture en général, une réglementation que seuls les industriels sont capables de mettre en place…. Et c’est très dur. Il faut être en avant pour suivre le rythme. » P.C. a parfaitement évalué que l’enjeu de la patrimonialisation pour le vin du pays foyen est associé à l’idée d’une qualité irréprochable, à la traçabilité, aux normes écologiques imposées par la C.E.E et ceci dans la logique industrielle de nos échanges économiques. P.C. a tout à fait conscience que beaucoup de viticulteurs du pays foyen ne peuvent bénéficier l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux faute de pouvoir répondre aux exigences des réglementations européennes. Comme en témoigne le textes de Delbos (2003 : 23) “on ne peut davantage feindre d’ignorer que c’est aussi comme instrument au service de la diversification de la toute puissante industrie agro-alimentaire ou encore au service de la filière innovante (celle du tourisme culturel), que des spécialités locales et les manières de faire qui vont avec, des pratiques productives que l’on repère comme “traditions” sont à ce titre l’objet de nouveaux classements et qu’à ce titre gestionnaires et décisionnaires en parlent comme d’un “gisement de matière première” à exploiter”.

37Dans les propos de P.C. nous pouvons également mettre en évidence toute la complexité du vignoble bordelais où se trouvent côte à côte deux logiques de production (ces deux logiques ont été particulièrement mises en évidence par les actuels présidents de cave des Lèves et de Landerrouat également membres du syndicat) : celle destinée au négoce qui absorbera de grosses quantités de vin et celle destinée à la vente directe au consommateur ou au distributeur. P.C. exprime clairement ici l’enjeu majeur du syndicat : produire un vin de qualité qui soit également quantitativement assez important pour promouvoir son “terroir”....du Bordelais....

A l’écoute du Marché

38La crise actuelle s’explique, pour P.C., par la surproduction et la dénigration de l’image des Bordeaux au plan international ; en outre les vins australiens inondent tout le marché européen par l’Angleterre. Avec son vin en bouteilles, il ne souffre pas autant que le vin en vrac : « je souffre pas autant que d’autres puisque j’essaie d’avoir une démarche différente. ». La grande distribution aime les vins qui ont une personnalité. P.C bénéficie d’un réseau de connaissances bien placées puisqu’il a rapidement pu prendre contact avec des importateurs Belges, Danois, Allemands. De l’Appellation Bordeaux, il a pu changer abruptement son produit en Ste Foy-Bordeaux en argumentant : « vous allez avoir un produit avec une identité plus forte et, la curiosité aidant, vous allez marcher au moins aussi bien ».

39Selon P.C., l’appellation Ste-Foy-Bordeaux permet de se démarquer des Bordeaux, donc de demander un prix plus élevé ; « donc on s’en sort un peu mieux ». La limite c’est que « ce terroir était tombé dans l’oubli, qui n’a pas été mis en valeur pendant des décennies. » Bordeaux sert d’appât, est utile sur la bouteille, mais Ste Foy fait tout pour se distinguer. « Parce qu’on n’a pas la richesse d’abord qu’il y a sur Bordeaux, et en plus on a cette enclave entre Dordogne et Garonne, et puis ça c’est le principal à mon avis, je l’ai vécu syndicalement, j’étais jeune agriculteur, on allait sur Bordeaux, pour beaucoup de choses, on est loin de Bordeaux ! et les bordelais ne nous connaissent pas. Combien de fois à Bordeaux j’ai entendu : « mais où c’est Ste Foy ? » et c’est la principale raison qui fait qu’on est rejetés ; et syndicalement, on nous ignore. [ …] Ici à Ste Foy, on n’est pas bordelais ! » Et c’est bien toute l’ambiguïté des relations : le front anti-Bordeaux. Les relations avec les appellations non-Bordeaux (celles de Dordogne particulièrement) sont très bonnes. Pourtant les actions communes sont impossibles au plan administratif à cause des divisions départementales. « et on est rejetés par le Sud-Ouest parce qu’on est bordelais… le ni-ni peu créer une identité ou bien nous mettre à 0. »

40L’AOC en France est encore privilégiée ; mais sur le marché international, les vins de cépage sont venus bouleverser les choses, notamment avec le référencement des prix. P.C. possède une bonne connaissance de ce qui se fait en Australie, en Espagne, aux État-Unis (P.C. est dégustateur au Guide Hachette.) : « Une appellation chez nous englobe plusieurs références étrangères. Par exemple dans une même AOC, on peut trouver une bouteille à 1,30euro et une autre à 50 euros. Le client ne s’y retrouve pas. » C’est l’ambiguïté de l’AOC qui est tout à la fois une reconnaissance, une garantie, mais aussi un frein à l’innovation.

41P.C. exporte 35% de son vin à l’étranger : Belgique, Allemagne et Grande Bretagne, Hollande, Suisse, Japon. Il préfère, lorsque c’est possible, livrer et présenter lui-même son vin à ses clients. « J’aime savoir ce que l’agent va en faire. Commercialement, c’est le plus beau métier du monde : on va chez nos clients, on est reçus comme des princes, parce que je suis le vigneron qui va chez le client. Et c’est un privilège pour le client que le vigneron lui rende visite. Je fais mes tournées, je rentre et je suis épuisé, régime ». Le vigneron donne littéralement de sa personne. Même s’il participe régulièrement à certains Salons, notamment à Londres et Düsseldorf, « les salons, c’est dur ; il faut avoir un fichier client, ça coûte cher ; y aller pour prospecter, c’est pas possible, le marché est saturé ». Utilisant des moyens modernes, P.C. vend son vin par le biais d’un traiteur qui propose des repas complets sur la région parisienne par Internet.

42Mais dans ce contexte de mondialisation, P.C. se pose aussi la question du goût du vin par rapport à celui des clients : « les clients veulent pas de tanin. C’est un gros problème dans notre région où on fait des vins qui sont trop tanniques pour beaucoup de consommateurs. En Belgique non, mais vous allez en Allemagne, au Danemark,… le palais du consommateur n’est pas éduqué, ça demande d’être connaisseur… ». Pour ce type de raison, son clairet part beaucoup en Belgique et en Suisse où il se boit toute l’année, contrairement à la France. P.C. le considère comme un vin d’appel et d’initiation pour une clientèle non formée au goût des rouges. Un de ses défis est de rechercher des produits propres à élargir une clientèle « barbare » ; par exemple il déplore l’abandon des moelleux car il y a aurait clientèle pour ça, particulièrement au Danemark.

43On le voit, si certaines valeurs culturelles se mondialisent, l’ « uniformisation » ne se fait pas en bloc. Les raisons pour boire du vin diffèrent d’un pays à l’autres, les occasions aussi ; par exemple en France on cherche à associer un vin à un plat, pour un repas. La qualité d’un vin se reconnaît aussi à sa capacité de faire qu’un verre en appelle un autre, et non pas d’aboutir à la réplétion qui pourrait engendrer de la lassitude. La vente directe à la propriété permet justement de faire partager une culture locale. Ainsi de Pâques à Octobre, de nombreux résidents des Gîtes ruraux, dont beaucoup d’Anglais, viennent à la propriété s’initier à la dégustation et faire leurs achats. Le « repas de vendanges » instauré par P.C. depuis quelques années, alors qu’il n’y a plus de vendangeurs (puisque la vendange est mécanisée), et auquel il convie un large public à déguster ses vins en même temps qu’un repas régional composé par un traiteur du cru, a même été déplacé pour coïncider avec les Journées du Patrimoine. Il peut ainsi bénéficier, grâce à son Clairet, de la publicité et signalétique réalisées par les Syndicats des Bordeaux. En outre son domaine est tout proche d’un chemin de randonnée départemental balisé qui draine justement des amateurs de produits de terroir ayant une histoire… Engagé dans la vigne et le vin PC sait qu’il joue un rôle clé dans le développement économique de la région. Conscient de sa position à l’interface entre local, national et international, il est à l’origine de nombreuses initiatives visant d’une part à re-construire l’histoire afin de donner un ancrage à leurs pratiques et d’autre part à travailler la notion de tradition par de multiples moyens, comme par exemple dans le choix des cépages, le suivi des exigences de l’agriculture raisonnée, la constitution d’une confrérie ou dans l’évocation d’une continuité historique...

Conclusion

44A travers la peinture de ce vigneron (donc à une échelle locale), nous avons pu mettre en évidence certains lieux d’expression de la mondialisation. A travers lui nous avons pu montrer comment patrimonialisation et innovation riment. Finalement, la relance du “terroir viticole du pays foyen” est une réinvention réalisée sur la base d’un compromis répondant aux exigences de la productivité “qui appellent des innovations, des normes réglementaires et les goûts ambiants pour le typique et le nostalgique” (Bromberger et Chevallier, 1999 : 15). Nous avons notamment souligné les points d’articulation entre passé et présent à travers la manière dont un individu sélectionne parmi les éléments relevant de son patrimoine et s’en sert de levier pour s’engager dans une modernité qui lui permet d’occuper une position de notabilité au plan local mais aussi sur le marché international : les réseaux de connaissances et d’influence légués par son histoire familiale voire religieuse, l’ancrage territorial et le blason, la connaissance du milieu, la maîtrise des techniques, les tendances du marché, les avancées technologique (incluant le souci écologique). Les mêmes ressorts sont mobilisés à l’échelle associative, par le Syndicat et la confrérie, auxquels d’autres associations des municipalités du territoire font écho (Journées du Patrimoine, les Vituriales, le Trophée des Restaurateurs, le Rugby Club,…). Les valeurs mobilisées par le tissu associatif local, brassant un imaginaire partagé de ruralité « authentique »9 et conviviale, étayée par une profondeur historique, matérialisée par des monuments ou des personnalités publiques, fabriquent une identité. On peut être surpris par le décalage qui saute aux yeux : un travail important de mise en scène du vin et de son terroir dans le but de convaincre les locaux de la particularité du territoire, alors que le paysage est entièrement monopolisé par la vigne, particulièrement durant la période des vendanges où des caravanes de machines à vendanger envahissent les routes, où les caves coopératives, masses bâties imposantes, sont illuminées tandis que les odeurs de raisin écrasé envahissent les habitations, sans parler de celles de l’usine de retraitement du moût, etc. Alors pourquoi est-il besoin de faire connaître ce qui semble une évidence lorsqu’on vit sur ce territoire ? Peut-être à un premier niveau pour justement masquer et faire oublier les éléments qui relèvent de l’industrialisation de la fabrication : machines et usines (coopératives). Certainement pour renforcer le lien social, pour s’auto- persuader, pour créer une communauté culturelle et d’intérêts, bref une identité. Mais il s’agit sans doute aussi de gagner en prestige et notabilité, une reconnaissance démarquée du Bordeaux. Nous savons aussi, par certains travaux en sociologie et anthropologie du vin (Demossier, 1999) combien la consommation de ce produit, peut-être plus que tout autre, comprend une large part d’imaginaire où le culturel et le symbolique l’emportent. Aussi, l’achat comme l’appréciation du vin ne se font pas uniquement sur des critères objectifs et raisonnés, mais sont motivés par le contexte d’achat, la personnalisation du produit, la représentation que s’en fait l’acquéreur ou le buveur, en somme la recherche d’un partage, d’une connivence identitaire.

45A travers le parcours de PC et la relance de l’AOC Sainte-Foy-Bordeaux, nous avons pu appréhender sous un angle complexe l’articulation entre “tradition”, innovations, réglementation, mondialisation et lois du marché. A l’instar de Darré nous dirons que la méta-tradition (Bérard et Marchenay, 1998) est un compromis : “Ce n’est pas dans la conservation de leurs pratiques et de leurs pensées héritées que les hommes expriment et manifestent la pérennité de leur culture, mais dans leur manière propre, originale, d’inventer, d’adapter, de faire leurs de nouvelles pratiques et d’autres façons de concevoir les choses” (Darré, 1996 : 55). En témoigne l’utilisation contemporaine de la tradition protestante par PC qui selon lui, lui permet de rebondir, d’innover et de rester compétitif.

Top of page

Bibliography

Appadurai Arjun, 2001 (1996), Après le colonialisme, Payot, Paris.

Bérard Laurence et Marchenay Philippe, 2004, Les produits de terroir : entre cultures et règlements, Paris, CNRS éditions.

Bérard Laurence et Marchenay Philippe, 1998, “Les procédures de patrimonialisation du vivant et leurs conséquences”, in D. Poulot (ed), Patrimoine et modernité, L’Harmattan, Paris.

Bromberger C. et Chevallier D. (dir.), 1999, Carrières d’objets, MSH, Paris.

Bromberger Christian, 2003/3, “Introduction : cultures régionales en débat”, Ethnologie Française, XXXIII, 3.

Castells Manuel, 1999, Le pouvoir de l’identité, l’ère de l’information Tome 2, Fayard, Paris.

Conte Edouard, Giordano Christian, Herts Ellen, 2002, “la globalisation ambiguë” Etudes rurales : terre, territoire, appartenances, N° 163-164.

Darré J.P., 1996, L’Invention des pratiques dans l’agriculture, Karthala, Paris.

Delbos Geneviève, 2003, “produits du terroir...quelle saveur pour le producteur ?”, Terroir et Environnement, un nouveau modèle pour l’agriculture, Delavigne A.E. et Percot M. (eds), Siloë, Nantes.

Delbos Geneviève, 2000, “Dans les coulisses du patrimoine”, Vives campagnes : le patrimoine rural, projet de société, Edition Autrement, coll. Mutations n°194.

Demossier Marion, 1999, Hommes et vins : une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, EUD.

Giddens Anthony, 1994 (1990), Les conséquences de la modernité, L’Harmattan théorie sociale contemporaine, Paris.

Gobatto Isabelle, 2003, Les pratiques de santé dans un monde globalisé, Karthala-MSHA, Paris.

Hinnewinkel Jean-Claude, 2002, « Les vins du sud-ouest européen et la mondialisation, avant propos », Sud-Ouest Européen, N° 14, Toulouse.

Hinnewinkel Jean-Claude et Crenn Chantal, 2005, “Entre distinction et précarité : nouvelles territorialités dans le vignoble foyen”, Sud-Ouest Européen, Guy Di Méo (éd) (à paraître).

Warnier Jean-Pierre, 1999, La mondialisation de la culture, Edition de la Découverte, Paris.

Top of page

Notes

1 Vin de cépage : Vin de cépage : vin qui est le produit d’un seul cépage, par opposition à un vin d’assemblage (comme dans la plupart des AOC). Ce qui signifierait perdre le bénéfice de l’AOC et en même temps passer d’une logique territoriale à une logique purement commerciale où la revendication d’identité et savoir-faire local n’aurait donc plus de sens.
2 Observation sur le terrain au sens large : participations à des réunions institutionnelles, entretiens prolongés avec différents acteurs impliqués, mais aussi observation au quotidien par l’une des auteures qui vit sur ce territoire.
3 de « terroir » : combinaison de conditions pédologiques spécifiques et choix de cépages et savoir-faire caractéristiques de la région, dans l’histoire.
4 Intitulé du générique du site internet du Syndicat.
5 crise : Crise manifestée par la surproduction de la fin des années 80.
6 Citation du site internet : www.saintefoy-bordeaux.com
7 citation de P.C. En effet, on peut penser que jusque dans l’après-guerre, la viticulture ne constituait qu’une partie des activités agricoles des exploitations : les viticulteurs ne revendiquaient pas une identité de vignerons.
8 HACCP : Hazard Analysis and Critical Control Point ; normes internationales d’hygiène.
9 « Authentique » : (« qui exprime une vérité profonde et non des habitudes superficielles ou des conventions » Dictionnaire Robert) terme à l’usage ambigu et polysémique, discuté entre autre dans Warnier J.-P. (dir.), 1994, Le paradoxe de la marchandise authentique : imaginaire et consommation de masse, L’Harmattan, Paris.
Top of page

List of illustrations

Caption Source : http://www.vins-bordeaux-negoce.com
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/240/img-1.jpg
File image/jpeg, 100k
Top of page

References

Electronic reference

Chantal Crenn and Isabelle Techoueyres, « Enracinement, production de la différence et nécessités du marché ; l’exemple du président du syndicat Ste Foy-Bordeaux », Anthropology of food [Online], 3 | December 2004, Online since 01 December 2004, connection on 20 November 2017. URL : http://aof.revues.org/240

Top of page

About the authors

Chantal Crenn

Université de Bordeaux 3
crenn-girerd(at)wanadoo[point]fr

By this author

Isabelle Techoueyres

Université de Bordeaux 2
isabelle[point]techoueyres(at)tiscali[point]fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page