Skip to navigation – Site map

Les AOC dans la mondialisation

Jean-Claude Hinnewinkel

Abstracts

Resulting from century-long conflicts between producers and merchants, vineyards have developped out of "distinction" phenomenons which in the Bordeaux region gave birth to "crus" (vintages). Such identified terroirs had to be defended: the French collective AOC (Denomination of Origin) project is one of the most spectacular success. The terroir, as production territory organized by producers, is one of the essential conditions for sustainability. The future of the AOC system depends on a better management of the conflict between production and trade but mostly by the strenghtening of production management in each production area, involving three partners: the public body (INAO, National Institute for Appellations of Origin), interprofesionnal bodies, and wine makers unions. The problem is an efficient task sharing; the sustainability of the AOC system is linked to a clear definition of the role of wine makers unions and a real local control capable of giving significance to the geographical origin of so-called "terroir" wines. Yet a thrird protagonist should be called upon, the civil society through democratic and associative representations.

Top of page

Full text

AOC, de quoi parle-t-on ?

1L’Appellation d’Origine Contrôlée est née de la réorganisation du vignoble français en 1935, avec le décret-loi organisant la production des vins de qualités. C’est une mention qui identifie un produit tirant son authenticité et sa typicité de son origine géographique. A chaque AOC correspond une aire délimitée d’où proviennent les raisins et donc les vins ainsi labellisés. L’AOC est accordée par l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) après avis d’une commission d’enquête consécutive à une demande d’un groupement de producteurs organisés en syndicat de défense de l’appellation. Ce système est à quelques variantes près celui adopté aujourd’hui par la plupart des pays européen (DOP portugaise, DOC italienne ou espagnole...). L’AOC est d’abord une organisation sociale1. Le syndicat d’appellation en est la forme officielle avec une ambiguïté du terme syndicat qui entraîne une confusion aussi bien dans les esprits des observateurs de la filière que dans celui des viticulteurs eux-mêmes. Cette situation conduit le président du Comité vins de l’INAO, Réné Renou, à proposer l’expression « conservatoire du terroir » pour le remplacer. Ce syndicat a été constitué par des hommes qui, à l’origine, se sont réunis pour défendre un terroir soit un espace géographique dont ils ont fait reconnaître les limites par voie judiciaire ; des hommes qui ensuite ont défini les conditions de production devant permettre la meilleure expression des qualités de ce terroir ; des hommes qui aujourd’hui doivent œuvrer pour conserver mais aussi « faire vivre » ce terroir avec tous les droits et devoirs que cela implique… On notera que « terroir » est pris ici dans un sens éminemment « social » et non point seulement agronomique « un terrain, un cépage, une pratique culturale ». Alors quand il est question d’AOC, c’est de terroir qu’il s’agit en fait, mais un terroir vu comme un espace de production géré par une organisation de producteurs.

2Notre propos est d’analyser ici l’avenir de ce système local de gestion de la production viticole dans le contexte contemporain de mondialisation. Il est largement lié à la nature même du vin dont il est peut-être opportun de rappeler dans un premier temps la relative complexité de la genèse. Cette complexité a toujours été et est encore aujourd’hui source d’un conflit permanent entre producteurs et marchands qui génère, nous le verrons en second point, un système d’action vitivinicole où (troisième point) l’action collective a toujours été déterminante. L’avenir des vins de terroirs paraît ainsi étroitement dépendant de la capacité des producteurs à renforcer cette action collective dans le cadre de la gouvernance (quatrième point).

La production du vin, une activité complexe

3Le vin n’est pas seulement le fruit d’une activité culturale et, comme tel, un banal produit agricole, mais le résultat de la transformation d’un produit agricole, le raisin, comportant donc trois moments essentiels :

  • la viticulture ou phase proprement agricole au cours de laquelle le viticulteur produit la matière première, le raisin ;

  • la vinification ou élaboration du vin pouvant inclure son vieillissement, ce qui est déjà un procédé de transformation et que les anglo-saxons qualifient d’industrie ;

  • la commercialisation avec ses effets de communication indispensable à tout produit mis sur le marché échappant à la liste des articles de première nécessité.

4Le vin est ainsi non point un produit agricole banal, dont la qualité serait directement dépendante de celle du sol qui le produit (thèse agronomique de la qualité) mais un produit « industriel », résultat de la transformation (certes souvent artisanale) d’une matière première agricole, le raisin, d’où le rôle essentiel de l’homme et en particulier de l’œnologue (la « qualité du vin est ici en grande partie liée aux choix et compétences de ce dernier). Surtout, ce produit agro-industriel ne prend sa valeur que s’il trouve un débouché (car ce n’est pas un produit alimentaire de première nécessité). La bouteille de vin que l’on débouche est donc bien le produit d’une activité complexe, d’un système qu’il est possible de qualifier de géographique tant l’espace prend de la place dans les représentations qui le valorisent. Ces trois fonctions, parfois réunies aujourd’hui, furent longtemps dissociées.

5Partenaire encore incontournable des grands vignobles de qualité, le négociant contrôle tout ou partie de l’accès au marché, même si ce rôle lui est de plus en plus contesté par la Grande Distribution. C’est lui qui possède les réseaux, l’information, la connaissance indispensable pour assurer une bonne adéquation qualitative entre ce qu’il estime être la demande et la production. Pour lui la tentation de peser sur le produit fut toujours grande. Il a toujours cherché à s’assurer le contrôle de la deuxième phase, la fabrication, dont découlait assez souvent celui du vignoble, c’est à dire le prix payé au producteur par le marchand. Que le viticulteur soit le maître de la quantité comme de la qualité, et il se retrouve en position moins inconfortable pour négocier les prix ; que cette maîtrise revienne au négociant et la situation empire pour lui rapidement. Face au négociant, le viticulteur fut longtemps aussi le vigneron. Ce dernier se contentait le plus souvent de la première élaboration d’un produit qui demandait parfois (souvent !) des « arrangements », les fameux coupages de la littérature du XIXe siècle sur les vins de Bordeaux notamment. Sans revenir sur eux par de longs débats, rappelons simplement que, pour le négoce, le coupage était (est !) rendu indispensable pour homogénéiser une qualité, assurer l’image qualitative d’un produit de grande diffusion. Les relations obligées entre ces deux catégories d’acteurs furent très tôt arbitrées par les différents pouvoirs territoriaux pour qui le vin était une source de profit importante. Leurs interventions, sous la forme de réglementations minutieuses, furent à l’origine de systèmes juridiques complexes destinés à gérer et protéger une source non seulement de revenus substantiels mais aussi de distinction, de prestige. Ce fut, bien sûr, le célèbre édit de Domitien au Ier siècle de notre ère, pour protéger la viticulture italienne contre la concurrence des vignobles gaulois2. Ce furent, plus près de nous, l’ordonnance de Jean le Bon, roi de France, interdisant de donner à un vin un nom différent de celui de son lieu d’origine ; puis la charte de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne qui, en 1395 bannissait les mauvais plants et les mauvais procédés de culture ; ou bien d’autres règlements encadrant aussi bien la viticulture, la vinification que la commercialisation du vin3. Ces relations, arbitrées par les instances politiques furent et sont encore principalement des relations de pouvoir. Elles font système4 et se traduisent périodiquement par des conflits. Dans le cas de la filière vin, le système (vitivinicole) est ainsi fondé sur les relations de pouvoir entre les deux unités d’action que furent et sont toujours le Vignoble et le Négoce5. Antagonistes pour le contrôle de la phase de transformation du produit, ils sont en situation d’interdépendance, chaque acteur « possédant un système de décision, une volonté et tendant à maximiser [ses] avantages propres6 » mais « aucune décision d’aucun acteur ne peut être prise de façon unilatérale : parvenir à un compromis acceptable constitue le préalable indispensable à toute action7 ». « Le champ des acteurs en conflit est alors défini de manière matérielle8 » : nous sommes, selon la définition d’Alain Touraine dans le cas de conflits inter-sociaux, « dont la théorie des jeux fournit une expression formalisée ».

6La mise en évidence « de l’importance du phénomène de couple dans les relations entre acteurs9 » et de leur interdépendance nous permet dès lors de diagnostiquer l’existence d’un système d’action : AOC est ainsi d’abord un système d’action (concret pour reprendre Crozier et Friedberg)

L’AOC vitivinicole, un système né du conflit multi-séculaire entre vignoble et négoce…

7Les nombreuses études de Géographie historique des grands vignobles de l’Europe soulignent toutes le poids des facteurs humains et sociaux dans leur genèse et leur permanence, pour reprendre un terme à la mode, leur durabilité. D’essence le plus souvent urbaine, leur succès initial est lié à l’existence d’avantages comparatifs, davantage déterminés par les aléas de la conjoncture internationale du moment que par des données naturelles exceptionnelles. La position commerciale acquise ne peut durer que par la mise en place d’une efficace protection de la rente territoriale sur un espace délimité. La durabilité de celle-ci est alors essentiellement liée à la société qui la porte. La concurrence, interne aux grands vignobles, comme externe entre vignobles, est alors le fruit de phénomènes de distinction qui conduisent à l’établissement de hiérarchies et génèrent l’émergence des terroirs sous la forme de fragmentation territoriale des vignobles. Pour reprendre l’exemple du vignoble bordelais, cette fragmentation fut à l’origine d’ordre juridique avec les Privilèges des vins de Bordeaux. La diversification de la demande avec l’arrivée des marchands hollandais induisit une fragmentation nouvelle à l’intérieur du bassin d’approvisionnement de la place de Bordeaux. L’avènement de la qualité à partir du XVIIe siècle fut à l’origine d’une nouvelle fragmentation du vignoble entre une viticulture paysanne productrice de vins courants et une viticulture bourgeoise et aristocratique orientée vers des vins plus « distingués » et surtout « distinguant ». Cette naissance de la qualité apparaît ainsi bien peu liée à la sélection de terrains privilégiés (thèse agronomique) mais à la concurrence des vins forts, à la démocratisation de la consommation et, conséquence, à l’émergence de phénomènes de distinction10. La naissance de la qualité est ainsi le fruit de la volonté d’hommes qui s’appuyèrent sur un long passé vitivinicole et commercial. Qui du bourgeois producteur ou du négociant en est le père ? … les deux sans aucun doute, si l’on suit la thèse de l’analyse systémique et stratégique. Cette logique de la « distinction » s’est construite autour d’argumentations souvent complémentaires où l’on retrouve les savoirs et les savoir-faire d’une part, les terroirs agronomiques de l’autre. Selon les lieux et les époques, l’un ou l’autre l’emportait. Ils sont en fait indissociables mais rarement, pour ne pas dire jamais, le terroir n’apparaît, sauf peut-être à l’époque contemporaine, comme la source de la renommée. Même les clos bourguignons sont présentés par Rolande Gadille11 comme la résultante des appropriations médiévales dans une thèse pourtant toute entière consacrée à la sacralisation du terroir agronomique. Ces terroirs identifiés, il fallut les faire durer, face aux incertitudes de la conjoncture, face à la concurrence, face aux tentatives des négociants d’accaparer l’essentiel de la plus value aux dépens des producteurs. La survie d’un terroir, sa durabilité apparaît ainsi largement fonction de la capacité des producteurs à organiser leur défense. Les histoires des vignobles de Porto comme de Bordeaux, de Champagne et bien d’autres en sont des preuves manifestes. Les appellations d’origine, et donc les terroirs sont des constructions « syndicales ». Elles sont, avant la lettre, des projets collectifs de développement pour un territoire local de production, soit un terroir. C’est ce projet collectif, celui des Bourgeois de Bordeaux comme des viticulteurs du Douro, qui, au fil du temps long, a permis à la rente d’appellation de devenir rente territoriale à travers les conflits avec le négoce pour fixer la production contre les velléités de délocalisation. Alors l’avenir des AOC paraît largement résider dans une bonne gestion de ce conflit… C’est en renforçant ce projet collectif que l’on assurera le meilleur avenir au terroir des vins de qualité ou territoire de production des vins d’AOC. Se pose dès lors la question de la gestion d’une AOC et pour mieux l’envisager, il nous faut chercher à mieux en comprendre les ressorts en revenant au système…

L’AOC, un système géographique; le fonctionnement du terroir : une action collective

8A l’intérieur du système d’action, le pouvoir est structuré par les jeux des acteurs qui l’animent, le font vivre en reposant sur :

  • une expertise, soit une compétence particulière (œnologue, agronome, …)

  • la maîtrise de la relation de l’organisation à son environnement pour ses besoins en ressources ou pour vendre,

  • celle de la communication et des informations,

    la connaissance de l’ensemble des règles de l’organisation pour supprimer ces incertitudes ou paradoxalement créer d’autres incertitudes dans la négociation de ces règles12.

9Le fonctionnement du terroir ou aire AOC revient à la gestion des mécanismes de coopération, les jeux entre les deux partenaires (Négoce et Vignoble), à la régulation du Politique par de nouveaux jeux dans les situations de crise, à la gestion des relations du système Vignoble/Négoce avec son environnement. Le terroir, ensemble des mécanismes de coordination et d’incitation mis en place pour le piloter, devient ainsi un ordre local, caractérisé par un contexte d’action13 structuré par l’interdépendance des acteurs, par leurs échanges économiques ou politiques, mais aussi par l’échange négocié de comportements. C’est alors à la gouvernance du terroir qu’il faut s’attacher. Il s’agit bien d’une forme de régulation politique productrice de normes, de comités d’arbitrage mais aussi de mafias14. Nous y retrouvons toutes les caractéristiques d’une gouvernance, véritable pouvoir partagé et troisième voie de la gestion publique fondée sur une logique entrepreneuriale, avec redéfinition des rapports entre les pouvoirs publics et les administrés, mais aussi entre le local et le central. Les valeurs de participation, de négociation, de coordination sont bien au cœur des systèmes d’action analysés15. Ce processus de l’action collective décrit souvent comme un changement de style de gouvernement est apparu comme une constante, dès l’origine des terroirs. Aussi, au-delà du risque d’anachronisme, et retrouvant le sens originel de gouvernement que le mot gouvernance avait au XIIIe siècle16, nous optons pour l’emploi de cette notion dans le passé. Dans le cadre des terroirs vitivinicoles, la gouvernance paraît être une réalité déjà très ancienne et une preuve, parmi d’autres, de la valeur de modèle du terroir comme mode de gestion contemporaine des espaces ruraux. Comme toutes les constructions sociales, ensembles organisés d’interactions entre les éléments qui les composent d’une part et leur environnement d’autre part, ce terroir peut disparaître et sa stabilité dans la longue durée implique une efficace gestion de la rente territoriale.

Renforcer le terroir pour assurer l’avenir de vins géographiques

10La représentation du terroir, construction sociale dans la durée, apparaît comme un des actifs majeurs des vignobles des vieux pays producteurs européens. Ce sont ces constructions sociales dans le temps long qu’il faut aujourd’hui valoriser. La notoriété du château, terroir individuel, construction sociale individuelle ne pourra, seule, assurer l’avenir des vignobles européens face aux "wineries" du nouveau monde viticole. Le château a besoin de la marque collective qu’est l’appellation. En effet que représente-t-il comme moyen de pression auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce, comparé aux grands trusts de l’agro-alimentaire, chantres de la déréglementation ? Défendre l’indication géographique aujourd’hui, l’appellation d’origine contrôlée demain, c’est mettre en avant le long labeur du temps dans un monde en quête de racines, plus que promouvoir la qualité exceptionnelle des terroirs agronomiques (ne le sont-ils pas dans de très nombreuses régions viticoles !). C’est défendre une société et son terroir. Aujourd’hui, les vins de terroirs, ce sont des vins qui font non seulement parler mais aussi rêver… Pour défendre ces terroirs face à la volonté de déréglementation des nouveaux pays producteurs, à leurs vins de cépages faciles à identifier (et à boire !) et aux marques des groupes de taille mondiale, les pays producteurs traditionnels, que sont les européens, doivent améliorer leurs pratiques organisationnelles plus que chercher à copier les recettes de leurs nouveaux challengers. L’Europe a, au fil du temps, peaufiné une image de vins de terroirs, des vins géographiques fondés, au moins autant sinon plus, sur la tradition et les savoir faire de ses acteurs que sur la typicité des terrains viticoles. Cette image de vins de qualité, uniques et différenciés est à conserver, à développer pour continuer à valoriser au mieux un patrimoine viticole qui jusqu’ici a globalement été porteur. Elle paraît, à l’heure de la maladie de la vache folle, en phase avec la demande des consommateurs européens qui constituent de très loin le premier marché mondial des vins. Conforter les vins géographiques implique d’abord de renforcer la gouvernance locale de la production par la profession. Celle-ci est un des fondements de l’organisation de la filière toute entière et de celle de la production en particulier. Mais il n’est pas douteux aujourd’hui que l’existence des terroirs repose sur celle d’une politique publique, dont le bras est INAO. On lui reproche un fonctionnement très administratif et surtout une certaine ingérence dans les affaires locales, sous-entendu un poids trop important dans la gouvernance des terroirs. « Ne jetons pas l’INAO avec l’eau du bain » devait lancer René Renou, président de l’INAO en 2000. Ce serait en effet la pire des solutions. Mais une réflexion s’impose sur le partage des compétences entre ce qui relève des pouvoirs publics – l’appellation comme patrimoine – et ce qui est du ressort du domaine privé.

11L’exemple du label Coq Noir dans le cadre de l’appellation Chianti Classico est l’exemple même d’une initiative privée, celle d’un groupe de viticulteurs qui ont considéré que le disciplinaire de production du Chianti était peu adapté à la qualité et à l’image des vins qu’ils souhaitaient promouvoir. Ils créèrent donc leur propre marque et peu à peu mirent en place une procédure de qualification contraignante allant, nous l’avons noté, jusqu’à la définition d’un standard annuel dont il convient de ne pas s’écarter. Bien sûr nous passons de l’AOC, qui relève du droit public, et est en partie inaliénable, à la marque, de droit privé. Son existence n’est donc protégée, si elle est déposée, que durant celle de la structure qui est à l’origine de sa création. Mais nous ne pouvons nous empêcher de voir dans ces vins Gallo Nero, une solution aux désirs de valorisation de la rente territoriale de certaines appellations, comme, les Graves, face à la rigidité du système de classement en place. Ne serait-il pas plus efficace aujourd’hui d’envisager la création, en Graves comme en Toscane, d’une marque privée, impliquant tous les propriétaires de l’appellation volontaires, plutôt que d’attendre une hypothétique réouverture du classement des Crus de Graves ? Des exigences de productions et de labellisation adaptées à des vins de qualité créeraient une dynamique interne sans doute aussi forte que la création de crus bourgeois de Graves, dont l’obtention n’est pas acquise. C’est en confiant aux syndicats d’appellation la part la plus grande possible de la gouvernance du terroir que l’on pourra, dans le domaine vitivinicole comme ailleurs redonner toute sa vigueur à l’AOC et au terroir. Cette partition des compétences entre public et privé est aussi celle des rapports entre le global – ici la politique publique désormais européenne – et le local, la gouvernance du terroir. Comment éviter les excès de réglementation qui décourage les initiatives ? Mais aussi comment redonner au local toute sa place dans la gouvernance ?

12Si nous reprenons le cadre d’analyse retenu ici, l’organisation terroir se trouve alors devant un dilemme, « structurer l’organisation de façon à réduire l’incertitude [but de toutes les organisations] tout en tirant profit de l’incertitude pour innover17 ». En effet si la stabilité fut la base des organisations de types taylorien et bureaucratique, « aujourd’hui c’est davantage la mobilité et l’incertitude qui caractérisent l’organisation de la majorité des entreprises18 ». Or le contrôle du terroir, l’histoire le rappelle, ne peut se réduire à une gestion bureaucratique pas plus que patrimoniale mais doit s’appuyer sur une démarche entrepreneuriale. A une grande capacité organisationnelle (programmer, standardiser, coordonner les tâches), les acteurs du terroir doivent impérativement adjoindre une capacité d’innovation (élaborer de nouvelles combinaisons entre les ressources pour réagir aux nouvelles contraintes ou opportunités). Ces deux logiques, organiser et innover sont souvent contradictoires mais elles sont pourtant incontournables. Cette prise en compte de la gestion du changement et de l’innovation par le plus grand nombre repose, nous semble-t-il, sur le renforcement du rôle des organisations locales dans la gestion du terroir, ce qui soulève au moins deux interrogations : l’appropriation du terroir par les acteurs de la filière et le sens politique de cette gouvernance locale par les professionnels eux-mêmes. Une enquête récente d’une sociologue de l’ENITA de Bordeaux19souligne la profonde rupture entre les objectifs initiaux des AOC et les représentations actuelles des viticulteurs. C’est surtout l’analyse de la dimension collective de l’AOC qui retient ici notre attention. Le syndicat est nettement vécu comme un rouage administratif et non comme un lieu de gestion collective. Cette dimension pose évidemment le principe des fondements démocratiques de la gouvernance locale du terroir par la profession. L’interrogation est bien sûr celle de la légitimité d’une gestion qualifiée de corporatiste, pour ce qui est devenu un patrimoine pour la société locale toute entière. C’est une forme de corporatisme d’association dans la mesure où l’organisation de la profession a été demandée par la profession elle-même, où l’adhésion reste du domaine du libre choix du viticulteur, où les statuts ont été homologués par l’État après discussions dans le cadre d’instances interprofessionnelles tant au niveau régional que national. Mais ce mode de gestion de la filière s’articule autour de la croyance en un équilibre dynamique, social et économique, assuré par une coopération entre tous les hommes d’une même activité, en fonction des politiques publiques définies par l’État. Il apparaît comme un bon équilibre entre les errements d’un individualisme libéral et les excès du collectivisme, l’ensemble des problèmes étant soumis à la discussion et à la décision des représentants de tous… ou du moins de ceux qui désirent participer. Nous nous trouvons en fait en face d’un mode de gouvernance déjà ancien de la filière vitivinicole qui présente bien des points communs avec ce que de nombreux observateurs qualifient de nouvel agir politique20. Comme celui-ci, la gouvernance du terroir fait appel au primat de la négociation et à la contractualisation (« personne n’est obligé de produire un vin AOC »). Elle repose avant tout sur la participation active des viticulteurs. Le terroir devient ainsi le lieu de la gouvernance réelle du terroir que les organisations locales doivent chercher à dynamiser.

13La récente prise de conscience par certaines élites de la profession de l’importance du social et de l’organisation de la défense de la rente territoriale qu’est l’AOC doit faciliter une évolution dans le sens de cette ré-appropriation du terroir. Celui-ci deviendrait bien une construction sociale résultant du projet d’un groupe d’acteurs pour un espace délimité, avec ses privilèges, ses règles, ses images (paysage, environnement, produits…), ses perspectives de développement / aménagement. Derrière ce projet, le produit, un vin typique serait reconnu par une qualité déterminée, soit un positionnement recherché dans la pyramide qualitative, grâce à un contrôle exigeant, une traçabilité sans faille, une communication sur innovation / tradition et donc une notoriété associée à des représentations claires où se retrouvent en bonne place les paysages. C’est le renforcement de la dimension territoriale, de la spatialisation/territorialisation. C’est le passage du projet au territoire et le retour sur l’origine de l’AOC viticole, un territoire de défense mais également un espace d’action collective. Pour y parvenir, il faut d’abord convaincre l’ensemble des viticulteurs que le système des AOC est un moindre mal, à améliorer en le faisant vivre, plus qu’à détruire. Quelle autre solution s’offre aujourd’hui dans la mondialisation ? A-t-on le choix ? Ne faut-il pas faire avec ou renoncer ? La mondialisation est vécue comme une nouveauté à laquelle il faut s’adapter, avec l’élargissement du champ géographique de la gestion. Mais si seul un traitement mondial des problèmes permet de délimiter le champ du marché et l’application contrôlée de règles communes, les politiques de proximité prennent dans ce cadre toute leur pertinence. Appuyées sur une démocratie locale améliorée par une plus grande mobilisation, partant des préoccupations des vignerons sans théoriser, elles deviennent le projet du terroir. L’on retrouve tout le poids de la logique collective, celle qui, par delà l’individualisme du cru, a permis l’existence dans la longue durée du vignoble. Toutefois celui-ci repose sur un exécutif fort, non pas au sens dictatorial du terme, mais par sa bonne maîtrise des sources de pouvoir. Parmi elles, la compréhension de l’environnement et donc du monde contemporain est primordiale. C’est notamment souvent le rôle des interprofessions qui, par leurs études économiques de conjoncture cherchent à donner les clés de lecture des évolutions en cours. Diriger c’est aussi bien connaître son organisation, bien connaître le terroir et donc sa genèse : pour prévoir et donc pour pouvoir, il faut savoir. Par comparaison avec les autres terroirs, il s’agit alors de rechercher les marqueurs de la spécificité dans la longue histoire, pour définir le terroir en lui-même et non par rapport aux autres, pour bien assumer sa substance, le positionner clairement par rapport aux traditions. Cela implique des efforts de mémoire et l’entretien d’archives. Rares sont en Bordelais les syndicats d’appellation qui peuvent offrir une lecture claire de leur histoire dans des archives classées. Cela tient au fonctionnement artisanal, faute de moyens lors des années héroïques. Ainsi promouvoir la viticulture de terroir à l’européenne sous-entend le renforcement incontournable de l’organisation de la filière. Au moins autant que l’émergence de grands opérateurs, seule l’amélioration de l’efficacité des interprofessions vitivinicoles, voie originale de cogestion de la filière par la profession, est capable de maintenir compétitifs les vignobles européens. Sans doute la solution passe-t-elle par des regroupements comme cela vient de se faire dans la vallée de la Loire ou en vallée du Rhône : il faut regrouper les moyens financiers pour lutter à armes égales avec les grands opérateurs anglo-saxons. Sans doute aussi cela implique une plus grande rigueur dans la gestion de la marque collective qu’est l’appellation d’origine contrôlée par les syndicats de vignerons : l’assurance de la qualité est devenue un enjeu désormais incontournable et la mobilisation du plus grand nombre des adhérents est le véritable enjeu pour une nécessaire adaptation stratégique

14Cette réflexion sur l’organisation interprofessionnelle de la filière vitivinicole est une des clés de la réussite des vignobles traditionnels européens face aux difficultés annoncées. Après une longue période d’euphorie, l’avenir n’est plus aussi assuré et c’est par le renforcement de sa spécificité, de sa culture vitivinicole et de son organisation, donc de ses terroirs que l’Europe assurera celui-ci. Si dans le passé, la protection de la rente a été subordonnée à la territorialisation (Aquitaine anglaise, privilèges de Bordeaux, Pombal, Toscane, 1905…) à toutes les échelles, aujourd’hui, dans la mondialisation, l’avenir de la viticulture européenne repose sur la défense et promotion de cette dimension territoriale, donc du terroir, avec ce qui le sous-tend, lui donne du sens, la gouvernance collective dans le cadre d’une politique publique. Le terroir ainsi mobilisé devient tout à la fois une arme pour la défense d’un patrimoine collectif, pour le maintien de campagnes vivantes et pour la promotion du vin. Les terroirs d’AOC, tout à la fois projet de valorisation de la rente, action collective organisée et constructions territoriales sous leurs différentes déclinaisons nationales, sont ainsi une forme moderne de gestion des espaces de production agricole, un modèle d’adaptation non seulement agricole mais aussi social à la mondialisation (rôle de la concertation, participation, négociation de tous les partenaires dans la définition et des objectifs et des moyens de les atteindre par des acteurs impliqués). Ce peut être un exemple de la nouvelle gouvernance locale dans la mondialisation, une solution d’avenir à haute valeur démocratique pour l’agriculture européenne et mondiale.

L’AOC, une alternative à la standardisation

15Ainsi conçu le terroir est un des quatre scénarii possible qui cohabiteront sans doute dans l’avenir. Aux côtés d’une agriculture pilotée par la puissance publique pour maintenir l’activité de régions rurales isolées, d’une industrie agroalimentaire dominée par l’industrie, d’une agriculture de services fondée sur la multifonctionnalité gérée par les collectivités locales pour assurer notamment l’entretien des espaces et des paysages, l’agriculture de terroir offre une alternative efficace. Son ancrage dans le temps et sa relative réussite lui confère une certaine fiabilité alors que la viticulture de qualité est une des activités agricoles les moins subventionnées. La rente territoriale est, sur les marchés contemporains, synonyme d’une plus value satisfaisante dans la plupart des cas pour assurer la pérennité des exploitations. Le terroir est sans doute une des modalités de cette « autre vision de la cohérence nécessaire des acteurs que sont le territoire, l’économie, le socio-culturel et le politico-adminsitratif … [un lieu] d’invention des médiations entre organes et organismes, unité et diversité, présent et durée, économie et société, village et espace rural, local, national et mondial21 », car l’agriculture de terroir repose en grande partie, non pas sur des milieux exceptionnels, mais sur des organisations sociales dont il s’agit de renforcer le fonctionnement démocratique dans le cadre d’une nouvelle gouvernance mondiale. Pour assurer l’avenir du terroir, les professionnels du vin peuvent également s’appuyer sur les politiques de développement local, tant le terroir est devenu un puissant outil de mobilisation et d’ancrage local. Le terroir, expression de la personnalité d’un groupe d’acteurs à l’œuvre, imprime à son tour des signes d’identité dans le produit. Véritable signature du territoire, le vin en respectant les principes fondamentaux d’appartenance et d’identité, devient bannière, signe distinctif.

Top of page

Bibliography

ALLEMAND Sylvain, Gouvernance : le pouvoir partagé, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2002, pp. 109-119.

ALTER Norbert, Organisation et innovation, une rencontre conflictuelle, in Les organisations, Éd. Sciences Humaines, Auxerre, 1999, pp. 185-192.

BARTOLI Pierre et Boulet Daniel, 1989, Dynamique et régulation de la sphère agro-alimentaire, l’exemple viticole, Montpellier-Paris, ENSAM et INRA.

CHABAUD Julie, « Les terroirs viticoles : représentations des viticulteurs du Bordelais », à paraître in Jean-Claude Hinnewinkel et Claudine Le Gras (dir.), Les territoires de la Vigne et du Vin, Éd. Féret, Bordeaux, 2002.

CHAVAGNEUX Christain, Quelle gouvernance mondiale, Économie politique, n° 12, 4e trimestre 2001.

CROZIER Michel et FRIEDBERG Erhard, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris, Le Seuil, 1977.

DION Roger, 1959, Histoire de la vigne et du vin en France, Paris, Flammmarion.

NORBERT Elias, 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 245 p.

FRIEDBERG Erhard, Le pouvoir et la règle, Dynamiques de l’action organisée, Paris, Les Editions du Seuil, 1993.

GADILLE Rolande, 1967, Le vignoble de la côte bourguignonne, fondements physiques et humains d’une viticulture de haute qualité, Dijon, Les Belles Lettres, 686 p.

GAUDIN Jean-Pierre, Gouverner par contrat, L’action publique en question, Presses de Sciences Po, 1999, 233 p.

HINNEWINKEL Jean-Claude, 2004, Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Éditions Féret, Bordeaux.

MORIN Edgar, La Méthode, tome 1, La nature de la nature, Paris, Éd. du Seuil, 1977.

TOURAINE Alain, 2000, Conflits sociaux, Encyclopaedia Universalis France S.A.

Top of page

Notes

1 Jean-Claude Hinnewinkel, 2004, Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Editions Féret, Bordeaux, 228 p.
2 Roger Dion, 1959, Histoire de la vigne et du vin en France, Paris, Flammmarion, p. 128.
3 Roger Dion, 1959, op. cit., p. 294 et Pierre Bartoli et Daniel Boulet, 1989, Dynamique et régulation de la sphère agro-alimentaire, l’exemple viticole, Montpellier-Paris, ENSAM et INRA, p. 178-184.
4 Edgar Morin, La Méthode, tome 1, La nature de la nature, Paris, Ed. du Seuil, 1977, 399 p. (voir notamment la première partie, l’ordre, le désordre et l’organisation)
5 Nous reprenons le vocabulaire adopté par le CIVC (Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne) dans sa réglementation, le Vignoble (avec une majuscule) représente l’ensemble des intérêts des propriétaires de la vigne et le Négoce, celui des négociants. Par analogie, le Politique désignera l’ensemble des intervenants représentants la puissance publique.
6 Alain Touraine, 2000, Conflits sociaux, Encyclopaedia Universalis France S.A.
7 Michel Crozier et Erhard Friedberg, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective. Paris, Le Seuil, 1977, p. 255.
8 Alain Touraine, 2000, op. cit.
9 Crozier et Friedberg, 1977, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris, Le Seuil, p. 254.
10 Norbert Elias, 1973, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 245 p.
11 Rolande Gadille, 1967, Le vignoble de la côte bourguignonne, fondements physiques et humains d’une viticulture de haute qualité, Dijon, Les Belles Lettres, 686 p.
12 Crozier et Friedberg, 1977, op. cit., p. 82.
13 Erhard Friedberg, Le pouvoir et la règle, Dynamiques de l’action organisée, Paris, Les Editions du Seuil, 1993, p. 121. Le contexte d’action peut être défini comme l’ensemble des jeux réglés qui structure le système d’action organisée.
14 Christain Chavagneux, Quelle gouvernance mondiale, Économie politique, n° 12, 4e trimestre 2001, p. 4.
15 Sylvain Allemand, Gouvernance : le pouvoir partagé, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2002, p. 109-119.
16 Dictionnaire historique de la langue française. Paris, Le Robert, 1992.
17 Norbert Alter, Organisation et innovation, une rencontre conflictuelle, in Les organisations, Éd. Sciences Humaines, Auxerre, 1999, pp. 185-192.
18 idem
19 Julie Chabaud, « Les terroirs viticoles : représentations des viticulteurs du Bordelais », à paraître in Jean-Claude Hinnewinkel et Claudine Le Gras (dir.), Les territoires de la Vigne et du Vin, Éd. Féret, Bordeaux, 2002.
20 Jean-Pierre Gaudin, Gouverner par contrat, L’action publique en question, Presses de Sciences Po, 1999, 233 p. Voir notamment le Chapitre 2 – Un nouvel agir politique ?, p. 37-54.
21 Edgar Pisani, Introduction au colloque « Le devenir de l’agriculture des espaces ruraux : contrastes et contradictions », Châteauroux, déc. 2001.
Top of page

References

Electronic reference

Jean-Claude Hinnewinkel, « Les AOC dans la mondialisation », Anthropology of food [Online], 3 | December 2004, Online since 01 December 2004, connection on 29 April 2017. URL : http://aof.revues.org/247

Top of page

About the author

Jean-Claude Hinnewinkel

Professeur de Géographie, Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 ; ISVV Bordeaux – CERVIN
hinnewin(at)u-bordeaux3[point]fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page