Skip to navigation – Site map

De la circulation des nourritures.

La perpétuation et l’extension des liens sociaux des migrants mexicains via l’approvisionnement en produits alimentaires1
Françoise Lestage

Abstracts

The circulation of food. How Mexican migrants perpetuate and extend social links through the acquisition of food products
On the one hand, migration tears apart the original social network, creating a somewhat effective and temporary isolation. On the other hand, migration produces an intense social activity (e.g. exchanges of services and goods) which makes up for the loneliness of isolation. This text shows how Mixtec migrants from the state of Oaxaca in the South of Mexico, who live in and/or move between Baja California (Mexico) and California (United States), perpetuate and extend their social networks through food gifts and trade. Basically, social reproduction in a context of migration is analyzed here.

Top of page

Full text

1La mondialisation de l’économie suscite une mobilité croissante des individus qui suivent le marché du travail. Au Mexique, ce phénomène touche notamment les habitants des campagnes qui migrent vers des zones urbaines ou d’agriculture industrielle dans leur pays et aux États-Unis. Or, si l’exil entraîne une rupture avec le réseau social d’origine, accompagnée d’un isolement plus ou moins important et plus ou moins temporaire, il provoque aussi une intense activité sociale qui compense cette rupture et comble cet isolement. Cette activité se développe à la fois dans le lieu de migration et dans un vaste espace social - national et transnational - composé de l’ensemble des réseaux familiaux et villageois des migrants, un espace social dans lequel se créent et se reproduisent les rapports familiaux et villageois, tout comme les liens associatifs ou politiques.

2Cette activité sociale passe notamment par la circulation de l’argent et par les échanges de services et de biens. Dans cet article, on s’intéressera aux dons et au commerce de nourriture, autrement dit aux formes d’approvisionnement en produits alimentaires. Il est entendu que celles-ci sont inséparables des formes de consommation proprement dite (Raulin, 2000 : 161), à savoir des modes de conservation et de préparation de la nourriture et des moments de sa consommation, qu’ils soient quotidiens, festifs ou cycliques.

3Je me propose de définir les modalités de ces échanges - quels produits se donnent et se vendent, quels en sont les partenaires -, puis d’analyser la circulation de ces nourritures et des réseaux sur lesquels elle s’appuie, pour m’interroger enfin sur le rôle de ces échanges alimentaires dans le maintien et l’extension des groupes sociaux d’origine au cours de la migration ainsi que sur les limites de cette reproduction sociale, et ce à partir de travaux de terrain réalisés auprès de migrants mexicains originaires de la région mixtèque2 établis en Basse-Californie (Mexique) et en Californie (États-Unis).

Quels échanges alimentaires entre migrants?

4De nombreux travaux ont analysé les transferts d’argent des migrants vers leurs régions d’origine en montrant comment ils assurent la survie des membres de la famille restés au pays et le maintien du système productif local. Or, les échanges alimentaires entre migrants et non-migrants se font, en partie, au moyen de produits fabriqués ou récoltés dans la région d’origine. Les migrants contribuent donc à la reproduction du système productif local à deux titres : en tant qu’investisseurs, par le biais des transferts d’argent et en tant que consommateurs, par le biais des dons et des achats des biens produits.

Les nourritures échangées

5En effet, les migrants originaires de la région mixtèque et résidant dans l’une ou l’autre des Californies achètent et consomment des produits alimentaires liés à leur région d’origine. Ceux-ci sont des produits d’usage fréquent ou exceptionnel. Sont d’usage fréquent chez les migrants3les piments ou les herbes aromatiques dont les cuisinières se servent dans leurs plats habituels, mais aussi la viande séchée ou le poisson séché, considérés comme des mets de choix et qui ne sont pas toujours réservés aux évènements festifs. Je qualifie d’usage exceptionnel les produits alimentaires qui entrent dans la composition de repas rituels ou qui s’avèrent nécessaires à l’organisation d’évènements rituels. C’est le cas à Tijuana dans les premiers jours de novembre, tant pour approvisionner l’autel consacré aux défunts, composé principalement d’aliments, que pour préparer les plats consommés en famille à cette occasion, en particulier le mole negro4. C’est aussi le cas à Los Angeles et dans la zone d’agriculture industrielle de Californie (Fresno, Madero) au moment de la Guelaguetza, fête officielle de l’État de Oaxaca reproduite dans plusieurs lieux des Californies, la plupart du temps sous la houlette d’associations ou d’organisations politiques de migrants et avec l’aide d’institutions étatiques. À cette occasion, les participants aiment à manger les fourmis (chicatanas) et sauterelles (chapulines) qu’ils consomment dans leur région d’origine. Là encore, les aliments consommés par les migrants ne le sont pas de la même façon dans la région d’origine, souvent à cause de leur coût et de leur statut : par exemple, le mole negro est réservé à certaines fêtes familiales et communautaires (notamment les mariages) et, du moins dans certaines parties de la Mixtèque, il relève d’une compétence culinaire plus urbaine que paysanne (cf. Katz, dans ce numéro).

6En Basse-Californie au début des années 2000, ces produits alimentaires régionaux, pourtant présents dans les maisons, sont encore peu disponibles dans les commerces standard de la ville (centres commerciaux, marchés, boutiques de quartier). Les migrants mixtèques se les procurent grâce à des dons ou à des achats réalisés dans des circuits commerciaux informels qu’ils mobilisent dans ce but.

Photo 1

Photo 1

Fourmis grillées (chicatanas) dans un village mixtèque (Etat d’Oaxaca).  E.Katz@IRD, 2004

Les dons de produits alimentaires 

7Les dons de produits alimentaires sont généralement le fait de la famille proche (biologique ou par alliance) ou de personnes considérées comme faisant partie de la famille proche tels les parents rituels (parrains, marraines ; compadres et comadres5). Ils s’offrent à l’occasion d’une visite ou d’un voyage, que ce dernier ait lieu dans la région d’origine ou dans une région de migration.

8Francisca, de retour de son village natal dans la Mixtèque, a rapporté de grandes galettes de maïs croustillantes (tlayudas) et en offre à ceux qu’elle considère comme des parents : sa sœur, restée à Tijuana ; moi parce que nous avons le même prénom (nous sommes tocayas), une parenté qui n’entraîne que de faibles obligations. Parce que ces galettes de maïs se conservent longtemps et sont faciles à transporter, elles constituent déjà dans la région d’origine un aliment que l’on consomme en déplacement ou que l’on offre à ceux qui voyagent. Ce cadeau reproduit donc à l’identique une pratique de la région d’origine.

9De façon générale, le don est une pratique récurrente entre parents car toute visite est accompagnée de cadeaux. Ceux-ci ne se limitent pas aux produits alimentaires, mais intègrent ce dont chacun dispose en fonction de son lieu de résidence : de Californie, les migrants mixtèques apportent des raisins qu’ils contribuent à cultiver, mais ramènent aussi des t-shirts ou des casquettes aux logos étatsuniens ; de Basse Californie, les migrants mixtèques apportent également des vêtements ou des objets décoratifs6. Ces cadeaux s’inscrivent dans une logique du don que l’on rencontre dans la région d’origine : par exemple, bien qu’issus de l’agriculture industrielle, les raisins californiens apportés aux parents vivant au Mexique par les migrants établis aux États-Unis, appartiennent à la catégorie des produits que l’on offre habituellement, à savoir celle du sucré (cf. Katz, dans ce numéro).

La vente de produits alimentaires régionaux : un commerce ethnique

10À côté des dons familiaux, soumis au hasard des visites et des voyages, l’approvisionnement alimentaire régulier se réalise auprès de deux types de vendeurs que je qualifie de vendeurs occasionnels ou établis. Les vendeurs occasionnels ont une autre activité économique : Abel, employé de la compagnie des eaux à Tijuana, a fabriqué dans sa salle à manger, tous les samedis, pendant une dizaine d’années, avec la coopération de sa femme et de ses enfants, un pain brioché considéré comme une nourriture régionale par les migrants mixtèques. Comme pour d’autres aliments évoqués plus haut, le pain brioché a un statut d’aliment de choix dans les campagnes d’origine, qu’il continue d’avoir chez les migrants de Tijuana puisque ce pain, fabriqué une fois par semaine en petites quantités reste une denrée rare et recherchée.

11À l’inverse des vendeurs occasionnels comme Abel, les vendeurs établis ont le commerce pour activité principale et vendent leurs produits dans des boutiques ou sur les marchés, une distinction ne recoupant pas celle du commerce informel ou formel dans la mesure où les vendeurs « établis » sont rattachés à ces deux catégories. À Tijuana, il n’existe pour l’instant qu’une seule boutique mixtèque, récente qui plus est, ouverte en août 2005 :

« (…) elle est installée dans un bel édifice neuf d’un étage, rare dans le quartier, et mentionne sur une banderole placée au-dessus de l’entrée ‘Produits de Oaxaca’ et une liste de ces produits : poisson séché, viande séchée, mole… Sur la droite du magasin, en entrant, se trouve une étagère sur laquelle sont disposés des paquets de pain brioché de Oaxaca, tout à fait semblables au pain que fabriquait le boulanger occasionnel du quartier ; sur la gauche du magasin, d’autres étagères supportent des produits en boite ; au milieu, sur plusieurs grandes tables, du poisson séché dans des sacs en plastique (les deux morceaux d’un même poisson dans un seul sac), des feuilles d’avocatiers dans des sacs en plastique7, différentes espèces de courges. Il y a aussi des haricots, d’autres petits sacs en plastique au contenu incertain et sur le devant, des bananes de plusieurs sortes. Tout est conditionné dans des sacs en plastique, par petites quantités, même le mole dans le frigo, dans un sac en plastique lui-même posé dans un récipient parce qu’il coule un peu. Il y a une dizaine d’années, les étalages du marché présentaient leurs produits en vrac : les poissons ou la viande séchée voisinaient avec les chaussures en plastique. Ce conditionnement ordonné et moderne donne à la boutique une apparence plus professionnelle. Ces produits arrivent régulièrement, soit par bus, comme les tlayudas, soit par avion pour les plus fragiles comme le quesillo, le mole, le pain. Tous proviennent du district d’où est originaire la famille de la jeune femme qui tient le magasin, Juxtlahuaca » (Lestage, notes de terrain, 2006).

12De l’autre côté de la frontière, en Californie, plusieurs boutiques et restaurants proposent les mêmes denrées alimentaires, mais ils sont oaxaqueños, et non pas mixtèques. Ils s’offrent des pages entières de publicité dans les journaux destinés aux migrants de Oaxaca résidant en Californie, notamment dans le journal « Le Oaxaqueño », un bimensuel édité à Los Angeles par un migrant mixtèque, qui se vend également dans des kiosques de journaux à Oaxaca8 et dans les cercles culturels mixtèques à Tijuana. Dans l’édition du 15 juillet 1999, le restaurant Guelaguetza, dans la 8ème rue, à Los Angeles, offre « son authentique cuisine oaxaqueña, élaborée avec des ingrédients authentiques, directement apportés de Oaxaca » qui sont énumérés : Tlayudas, Chapulines, Tamal Oaxaqueño ; tout comme le « restaurant Oaxaca » qui a deux établissements dans le nord de la Californie, à Selma et à Fresno ; ou la boutique « Expresion Oaxaqueña. Disques, Artisanat, Curiosités », également à Los Angeles, qui « salue tous ses ‘pays’ et son public à l’occasion de la Guelaguetza 1999 » et propose « une grande variété de CD et de cassettes de votre musique favorite », des produits oaxaqueños (pain jaune, chocolat, mole, etc.) » (Lestage, à paraître)9.

13Notons que si ces deux formes de vente - occasionnelle et établie - cohabitent dans un même espace (quartier, ville), elles constituent également deux étapes de l’installation des migrants : une première étape qui correspond au début de la migration dans un lieu donné, quand les personnes susceptibles d’être intéressées par un produit régional sont peu nombreuses, que le commerce est informel, et que la vente de produits régionaux dépend des ressources et de l’ingéniosité des vendeurs ; une deuxième étape qui correspond à l’établissement des migrants, alors que les familles ont rejoint les pionniers de la migration qui ont acquis, pour leur part, une aisance matérielle. À ce moment-là, le commerce se formalise et s’installe durablement. Je divise nettement ces deux étapes pour les besoins de l’analyse, mais il serait préférable de parler d’un continuum marqué par des moments-clés : apparition du premier étalage sur le marché, ouverture de la première boutique.

14Notons également que ce commerce de produits alimentaires est exclusivement tourné vers des migrants de même origine géographique et ethnique, c’est pourquoi je le qualifie de « commerce ethnique pour une demande interne ». Parallèlement, à Tijuana et dans d’autres villes de Basse Californie, certains migrants mixtèques se consacrent à une autre forme de vente, ambulante ou en boutique, celle d’objets variés, généralement manufacturés allant de statuettes en plâtre ou affiches représentant des scènes ou des personnages religieux ou des héros télévisés comme Bart Simpson à des bijoux, des objets en cuir, qu’ils proposent à des touristes venus des États-Unis, que je qualifie de « commerce ethnique pour une demande externe »10. Le « commerce ethnique pour une demande interne » vise donc la clientèle des migrants originaires de la même région alors que le « commerce ethnique pour une demande externe » s’adresse à d’autres migrants ou à des touristes de passage. Ces deux formes de commerce ethnique ont peu de points communs : les produits comme les services offerts diffèrent, ainsi que les vendeurs et la clientèle à laquelle ils s’adressent. Au Mexique, le commerce ethnique pour une demande externe a été fréquemment étudié (Arizpe, 1975 ; Durin, 2003 ; Velasco Ortiz, 1996) alors que le commerce ethnique pour une demande interne ne l’est pas.

15Cependant, il peut y avoir des interférences entre les deux, soit parce que certains produits régionaux intéressent ponctuellement une population qui n’est ni mixtèque ni oaxaqueña, soit parce que des vendeurs occupent les deux niches à la fois, ce qui reste exceptionnel. Je citerai deux exemples où les deux formes de commerce ont interféré et que j’ai relevés dans mes notes :

16- au milieu des années 1990, Guillermina, vendeuse ambulante de « curiosités » aux touristes étasuniens de passage dans les rues avoisinants la frontière, arrondissait ses revenus en proposant à ses collègues vendeuses ambulantes mixtèques une boisson à base de courge, qui remportait un franc succès. Alors que je bavardais avec deux vendeuses, toutes les deux en achetèrent un verre, qu’elles burent dans le même gobelet, et m’en proposèrent un. Elles payèrent la boisson en dollars, la monnaie la plus répandue parmi les vendeuses ambulantes mixtèques.

17- En novembre 2005, alors que des jeunes étatsuniens résidant en Californie et apprenant le mixtèque étaient venus à Tijuana avec leur professeur, une mixtèque émigrée en Californie dont une sœur vit à Tijuana, pour voir des autels des morts, l’un d’eux acheta des tlayudas dans le magasin de produits oaxaqueños récemment ouvert dans le quartier où nous nous trouvions11.

La circulation généralisée des nourritures

18Ces produits alimentaires sont « régionaux » dans la mesure où ils sont consommés dans la région d’origine - les Mixtèques de Oaxaca et de Guerrero dans le cas qui nous occupe. Mais leur origine n’est pas nécessairement régionale : par exemple, la courge qu’utilise Guillermina pour fabriquer la boisson qu’elle vend à Tijuana a poussé à cent kilomètres de là, toujours en Basse Californie. Quels que soient ces produits, ils suivent un circuit spécifique de leur naissance à leur commercialisation et mobilisent certains réseaux plus que d’autres.

Les formes de la circulation

19Voyons d’abord quel est le parcours géographique de ces produits alimentaires. On peut en déterminer deux types qui se déclinent eux-mêmes en catégories et sous-catégories, selon le lieu où sont établis les migrants : un circuit entre région d’origine et de migration et un circuit transrégional.

20Le circuit Région d’origine/ région de migration est soit national, quand la région de migration se situe au Mexique, soit transnational, quand la région de migration se situe aux États-Unis. L’empruntent toutes sortes de produits alimentaires d’usage quotidien ou exceptionnel : les herbes et les piments pour le mole, les fruits et les pains pour l’autel des morts. Ce circuit transnational peut être ou non transfrontalier. Il est transfrontalier entre Basse-Californie et Californie où résident la plus grande partie des migrants originaires de la Mixtèque de Oaxaca : l’empruntent les pains briochés qu’une veuve habitant un quartier de Tijuana fabrique et vend à un client, lui-même revendeur, et résidant à Fresno, dans le nord de la Californie. Il est transnational quand les produits circulent entre la région d’origine et Chicago ou New York, d’un État-nation à l’autre, entre des zones géographiques éloignées de la frontière.

21Le circuit transrégional est emprunté par les produits qui se déplacent au sein d’une même région, soit une région de migration, soit la région d’origine. Les échanges ayant lieu dans la région d’origine suivent des circuits transrégionaux car les migrations des campagnes vers les zones urbaines et la proximité des villages d’origine entraînent des échanges de biens et de services fréquents entre parents ou villageois établis à quelques minutes ou heures de route, qu’ils soient migrants ou pas. En Basse-Californie s’organisent des parcours transrégionaux que suivent les produits vendus et consommés à Tijuana, comme les poulets pour le jour des morts ou la courge pour fabriquer la boisson sucrée vendue sur le marché, venus du sud de l’État et vendus dans le nord entre migrants. Le circuit transrégional est également transnational et transfrontalier, notamment entre Basse-Californie et Californie, comme on l’a vu avec le pain brioché fabriqué à Tijuana et vendu à Fresno (Californie).

22Ces formes de circulation mobilisent des groupes familiaux ou villageois répartis sur les territoires mexicain et étatsunien. En ce début de XXIème siècle, alors que la massification des migrations des personnes originaires de la région mixtèque vers les villes et les zones d’agriculture industrielle mexicaines et étatsuniennes date d’un demi-siècle environ, on peut constater que les flux de produits alimentaires originaires de la Mixtèque sont généralisés à l’ensemble des lieux d’établissement des migrants au Mexique et aux États-Unis.

Les « réseaux » permettant la circulation

23Si nous pouvons aboutir à une typologie des formes de circulation des aliments, pouvons-nous également en déduire une typologie des circuits, à savoir des « réseaux » sociaux qui servent de vecteur à cette circulation ? On voit bien que la circulation des produits alimentaires diffère selon qu’il s’agit de dons ou d’échanges commerciaux, ou encore selon que le vendeur est occasionnel ou établi. Il convient donc de s’interroger d’une part sur la relation entre la forme de la circulation et le type de réseau qui la permet et d’autre part sur la relation entre la forme de l’échange et le type de réseau qui le favorise.

24Dans le cas où les produits alimentaires sont obtenus par les membres de la famille, par don ou par vente, ce que j’appelle le réseau familial est constitué de toutes les personnes considérées comme des parents par celui ou celle qui se procure le produit : les enfants, les parents, les frères et sœurs et beaux-frères et belles-sœurs, les neveux et nièces, les oncles et tantes et les parents rituels, compadres et comadres, parrains et marraines, tocayos et tocayas, qu’ils résident dans la région d’origine, dans la même région de migration ou dans une autre région de migration. Ce réseau familial peut donc être national, transfrontalier, transrégional ou transnational. S’ils sont envoyés ou apportés par les membres de la famille, les aliments sont gratuits ou payants selon les circonstances : quand Catalina demande à sa fille (réseau familial) de lui envoyer par avion un sac (costal) de fruits de toutes sortes et de pains spéciaux depuis l’État de Oaxaca pour décorer son autel des morts qu’elle veut d’une grande abondance, elle lui rembourse en partie ce service ; quand la belle-sœur de Guadalupe lui rapporte des herbes aromatiques et des piments de Oaxaca, elle les lui offre.

25En-dehors de la parenté, les services sont payants : pour se procurer des poulets à cuisiner pour les festivités du jour des morts, l’épouse de T. passe une commande auprès de migrants mixtèques qui vivent dans le quartier où elle est institutrice et qui vont chercher dans le sud de l’État de Basse Californie des poulets élevés en plein air chez des particuliers, qu’ils revendent ensuite à leurs voisins et connaissances à Tijuana (Perez Castro, 2002 : 9). Pour cet achat, elle mobilise un ensemble de liens sociaux transrégionaux mixtèques qui touchent à la fois la famille dispersée dans plusieurs lieux, les migrants de la localité d’origine ou de la microrégion ainsi que le voisinage dans le lieu de migration. Ce réseau mobilisé pour l’achat de poulets est constitué par des personnes que l’épouse de T. a connues grâce à la vie de quartier - et aux relations nouées dans ce cadre avec les voisins - et parce que les migrants mixtèques se sont établis dans ce quartier par microrégions selon un schéma fréquent dans la migration, la microrégion réunissant les localités géographiquement proches dans la région d’origine dont les membres ont établi des relations sociales par des alliances matrimoniales, du commerce, des invitations aux fêtes rituelles, relations qu’ils perpétuent et accentuent dans le lieu de migration. Quand Adelina vend son pain brioché fabriqué dans sa maison de Tijuana à un revendeur de Fresno, dans le nord de la Californie étatsunienne, elle mobilise un réseau transfrontalier constitué par des personnes originaires, là encore, de la même microrégion qu’elle, mais vivant aux États-Unis et circulant entre les deux Californies, c’est-à-dire qu’elle active des relations sociales qui existaient avant la migration.

26La forme de circulation des produits alimentaires est donc en partie liée aux liens sociaux activés pour mettre en œuvre la circulation : si les liens familiaux permettent toutes les formes de circulations, les liens extra-familiaux sont géographiquement plus resserrés et se mobilisent au niveau transfrontalier ou transrégional.

La réaffirmation ou l’extension des liens familiaux et sociaux

27On peut également se demander si chaque forme d’échange produit des ensembles de liens sociaux différents et a des fonctions différentes. À mon sens, c’est ce qu’il advient dans le cas des migrants mixtèques. On a vu que les dons de nourriture sont généralement limités à la parenté - parents biologiques, par alliance ou assimilés - et qu’ils actualisent et renforcent l’unité familiale. Les dons alimentaires réaffirment des relations familiales qui pourraient perdre de leur force à cause de l’éloignement, mais ils sont aussi la marque d’une valeur fondamentale de la société mixtèque que les parents transmettent à leurs enfants. Car, non seulement la relation d’échange, notamment de nourriture, actualise le lien de parenté, mais elle sert aussi à établir ce lien comme le signalent plusieurs anthropologues à propos de divers groupes ethniques du centre du Mexique. En ce qui concerne les Mixtèques de l’État d’Oaxaca, selon Monaghan, « le lien de parenté entre parents et enfants ou entre fiancés est activé par l’échange de nourriture : les parents donnent à manger à leurs enfants et les fiancés mangent ensemble des morceaux de tortillas pour établir le lien de mariage. Le terme qui signifie amour - ñakara - est « l’acte de donner à manger et de vêtir une personne. C’est lui qui donne corps au groupe domestique » (Monaghan, 1996 : 182). En situation de migration, le don d’aliments reste circonscrit à la parenté et permet de fabriquer et de perpétuer les relations de parenté, tout comme chez les non-migrants. Il s’agit à la fois de reproduire un modèle alimentaire (les nourritures régionales sont fortement valorisées) ET de perpétuer les normes et les valeurs qui fondent la parenté. Le premier objectif est explicite et ouvertement formulé et revendiqué par les migrants, alors que le deuxième reste implicite.

28Quand les personnes contactées pour se procurer des produits alimentaires ne sont pas des membres de la famille, mais des voisins, collègues ou membres de la localité d’origine ou de la microrégion, il s’agit généralement de commerce et non plus de dons, sauf dons rituels en fonction du statut des personnes comme cela advient pour les instituteurs qui reçoivent des dons de la part des parents d’élèves aux moments des fêtes rituelles à cause de leur fonction. Le commerce se développe donc entre non-parents et il crée de la « communauté », au sens où consommer les mêmes aliments confère un sentiment de similarité, d’appartenance à un même groupe social : par exemple, les migrants qui consomment du mole, des tlayudas, ou du quesillo, se reconnaissent eux-mêmes comme « les Mixtèques ». Ce groupe social de référence est extensible selon le contexte : en Californie, notamment à Los Angeles, où sont présents de nombreux migrants zapotèques, originaires également de l’État de Oaxaca, la « communauté » à laquelle se rattachent les mangeurs de mole, tlayudas, quesillo, chicatanas et chapulines, est celle des « oaxaqueños », les migrants originaires du même État. Il s’agit là d’une extension du réseau social propre à la migration puisqu’il active des relations sociales établies dans le lieu de migration, soit à la suite de la proximité géographique locale (les voisins) qui suscite souvent une proximité sociale (le militantisme dans la même association, les mariages), soit à cause d’une même origine régionale (les membres de la même localité ou micro-région).

Conclusion : les limites de la reproduction sociale

29Si les échanges de nourriture sous forme de dons et d’achat/vente constituent les indicateurs de la reconnaissance et de la transmission aux générations suivantes de certains goûts ainsi que de certaines pratiques de convivialité et, au-delà, de la pérennité des modèles sociaux des migrants, leur fonction de reproduction sociale et identitaire n’a-t-elle pas ses limites ?

30On a vu que la circulation des produits alimentaires va de pair avec une extension de l’espace social. En effet, d’une part cette circulation mobilise des liens sociaux déjà existants, ceux du groupe d’appartenance (les familles, les anciens habitants d’une même localité) alors que leurs membres sont établis sur un territoire englobant région d’origine et région de migration, éventuellement plusieurs régions de migration (exemple d’Adelina qui vend son pain à une connaissance de Fresno) ; et d’autre part la circulation des produits alimentaires mobilise des liens nouveaux qui sont les signes d’une extension du groupe social de référence dans le lieu de migration (exemple de la femme d’Abel qui vend son pain dans le quartier où elle habite à des voisins migrants originaires de la Mixtèque, mais de villages différents et qui ne se connaissaient pas avant d’arriver à Tijuana).

31On remarque qu’un ordre familial et social se réaffirme à travers ces pratiques d’alimentation et d’approvisionnement dans ces réseaux sociaux créés, prolongés ou reconstitués. Se réaffirme également un ordre cosmique car certaines de ces nourritures soit maintiennent les relations des migrants avec l’environnement naturel de leur région d’origine, notamment les insectes et les plantes, soit perpétuent les relations avec les défunts dans un lieu éloigné de leurs sépultures, par le biais des nourritures qui sont partagées avec eux.

32Les limites de cette reproduction d’un ordre social et cosmique sont liées à la durée de la migration et à l’évolution dans la hiérarchie sociale urbaine. On a vu que dans un premier temps, la génération des migrants reproduit au plus près cet ordre : les réseaux commerciaux sont informels ; les vendeurs ont une deuxième activité économique, ils n’ont pas de boutique ni même de stand et leurs clients leur rendent visite à domicile ou bien ils font du porte à porte dans leur quartier. Le commerce de produits alimentaires établit ou rétablit des relations économiques et sociales entre des familles de migrants originaires d’une même région. Il renforce l’interdépendance entre des personnes et des familles qui ne se connaissaient pas et qui sont amenées à vivre ensemble.

33Alors que dans un deuxième temps, notamment avec la génération des personnes arrivées au cours de leur enfance ou adolescence ou nées dans la migration, les réseaux se formalisent (ce n’est plus le bouche-à-oreille mais les annonces publicitaires), les commerces s’installent de façon durable (ce sont des magasins au lieu d’étalages sur un marché hebdomadaire) et l’aspect identitaire et politique s’accentue. En effet les échanges de nourriture contribuent à bâtir une groupe social qui se reconnaît dans des pratiques de consommation étiquetées « mixtèques » (ou oaxaqueñas) et qui se distingue de celui de l’origine que constituaient les habitants du hameau ou du village ou les membres de la « communauté villageoise ». Pour ce groupe social mixtèque (oaxaqueño) dont les membres se nourrissent de façon identique (Lestage, à paraître, Chapitre 8), la spécificité alimentaire régionale se transforme en argument identitaire et politique, en particulier à l’occasion des fêtes organisées par les institutions ou les associations telles la Guelaguetza. Il ne s’agit plus alors seulement de reproduire un ordre social à l’identique, mais aussi de le mettre en scène pour un public nouveau.

Top of page

Bibliography

ARIZPE L, 1975, Indígenas en la ciudad de Mexico: el caso de las Marías, SEP, México.

BERTRAN M, 2001, Hábitos alimentarios de los mixtecos en la Ciudad de México: un estudio de antropología de la alimentación, Tesis de Maestría, Universidad Iberoamericana, México.

DURIN S, 2003, Sur les routes de la fortune. Commerce à longue distance, endettement et solidarité parmi les huicholes (Mexique), Thèse de Doctorat en Anthropologie, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III.

DURIN S, 2005, « Alrededor de las mesas de venta de los artesanos wixaritari en Monterrey », communication au colloque Comercio y movilidades urbanas en tiempos de metropolización, 11-13 juillet, CEMCA, UAM-I et UIA, México.

GOODE J.G, CURTIS K, THEOPHANO J, 1984, « Meal Formats, Meal Cycles and Menu Negotiation in the Maintenance of en Italian-American Community ». In Douglas M (ed.), Food in the Social Order, Russel Sage Foundation, New York (pp. 143-219).

FINE A, 1994, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Fayard, Paris.

LESTAGE F, à paraître (2009), Au pays des Gens de Raison. Migrations et identités collectives sur la frontière Mexique-Etats-Unis, Collection Ethnologies/ Controverses, P.U.F., Paris.

MACIAS M-C, 2003, Étude géographique des mutations du commerce de détail au Mexique. Le cas de la Frontière Nord et de la ville de Tijuana : exception ou modèle précurseur ?, Thèse de doctorat, Sorbonne Nouvelle, Paris III.

MONAGHAN J, 1996, « The Mesoamerican Community as a ‘Great House’ », Ethnology, 35(3), 181-194.

PEREZ CASTRO T, 2002, « Día de muertos indígena en Tijuana (Testimonio personal) », communication présentée au Concurso para la recopilación de historias y tradiciones orales populares de pueblos, ciudades, ranchos, ejidos y colonias de los municipios del estado de Baja California, manuscrit, 15 p.

RAULIN A, 2000, L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, L’Harmattan, Paris, 22 p.

VELASCO ORTIZ L, 1996, « La conquista de la frontera norte: vendedoras ambulantes indígenas en Tijuana ». In Estudiar la Familia. Comprender a la Sociedad. Premio 1995. Investigación sobre las familias y fenómenos emergentes en México, UNAM/DIF/CONAPO/UNICEF/UAM, Mexico (pp. 39-106).

Top of page

Notes

1 Je remercie Esther Katz pour ses nombreux commentaires sur les aliments consommés dans la région mixtèque.
2 États d’Oaxaca, Guerrero et Puebla (Mexique).
3 Ces produits alimentaires sont d’usage fréquent chez les migrants, mais ne le sont pas nécessairement dans leur région d’origine : c’est le cas de la consommation de viande ou de poisson séché. Grâce à l’argent des migrants, la consommation de viande est néanmoins en cours d’augmentation dans les villages mixtèques (Katz, dans ce numéro).
4 Sauce à base de piments et de cacao.
5 Compères et commères, en français : relation de parenté rituelle qui s’établit à partir d’une cérémonie du cycle vital de l’enfant ou d’une cérémonie liée à un saint ou à un bien personnel (maison, camion, instrument de musique, etc.). Le compérage est généralement construit sur le modèle de la parenté entre germains et entraîne des obligations et des interdits identiques (Fine, 1999).
6 Par ailleurs, les migrants financent une partie des dépenses de leurs parents proches restés dans le village : frais médicaux (achats de lunettes pour les personnes âgées), travaux dans la maison familiale…
7 Elles sont utilisées comme condiments.
8 Du moins, je l’y ai acheté en 1999.
9 À Mexico, il existe également des commerces oaxaqueños dans des quartiers occupés par des migrants mixtèques. Les produits relevés dans l’un de ces commerces, un stand de marché, sont relativement similaires : tlayudas, quesillo, viande séchée (cecina), piments et autres ingrédients entrant dans la composition du mole amarillo et du mole negro (Bertran, 2001).
10 Je remercie Marie-Carmen Macias qui m’a suggéré ce terme. Cf. également Macias (2003).
11 Quand les migrants sont installés de longue date, ce qui n’est qu’un geste isolé dans ce quartier populaire de Tijuana où la clientèle est réduite aux habitants, peut s’étendre à un nombre de clients plus importants, comme à Paris, avec les magasins de produits alimentaires exotiques.
Top of page

List of illustrations

Title Photo 1
Caption Fourmis grillées (chicatanas) dans un village mixtèque (Etat d’Oaxaca).  E.Katz@IRD, 2004
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2942/img-1.jpg
File image/jpeg, 573k
Top of page

References

Electronic reference

Françoise Lestage, « De la circulation des nourritures. », Anthropology of food [Online], S4 | May 2008, Online since 30 May 2008, connection on 26 July 2017. URL : http://aof.revues.org/2942

Top of page

About the author

Françoise Lestage

Université Paris Diderot-Paris 7, Unité de Recherche Migrations et Société (URMIS), francoise.lestage@univ-paris-diderot.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page