Skip to navigation – Site map

Quand on ne peut plus boire d’alcool ni mâcher de feuilles de coca.

Le cas des convertis « protestants » dans les Andes centrales péruviennes
Caroline Magny

Abstracts

When alcohol can no longer be drunk or coca leaves chewed. The case of the “Protestants” in the Peruvian central Andes
Alcohol and coca have played a central role in Andean communities for many centuries. Nowadays, in the district of Churcampa (Huancavelica, Peru), the Catholic people, who are the majority, still explain to visitors that “here you can’t do anything without trago [alcohol] and coca”. Yet, over the past decades, many men and women in this district - as well as in many other districts of the Peruvian Andes - have been converting to “Protestantism” (a generic term used by Catholics to refer to the Evangelical Churches). This conversion implies, among other things, to give up completely chewing of coca leaves and drinking of any type of alcoholic drink. The aim of this article is to analyse to what extent and how these restrictions in the dietary habits affect converted people in their everyday social life.

Top of page

Full text

1Dans les Andes, l’alcool et les feuilles de coca sont consommés pour prendre des forces (physiques et psychologiques), pour se protéger, se donner du courage (combattre la peur - état qui favorise la perte de l’âme), pour marquer des frontières (entre deux moments de la vie quotidienne - le travail et la vie domestique -, entre deux espaces - le monde souterrain et la surface, pour les mineurs1). L’alcool et la coca sont aussi utilisés pour amorcer une communication, tenter d’établir une relation (tant avec des divinités qu’avec des humains), pour solliciter ou « payer » un service (aux hommes comme aux divinités), ou encore pour consolider, réaffirmer ou rompre les liens sociaux - car boire et mâcher des feuilles de coca permettent non seulement d’inclure mais aussi d’exclure socialement.

2L’étude présentée dans cet article est le résultat d’un travail de terrain effectué à Churcampa, district rural du département de Huancavelica (dans les Andes centrales péruviennes), en 2003 et 2004. Situé à 3200 mètres d’altitude, ce district compte environ 6000 habitants2, majoritairement paysans. À Churcampa, les enfants commencent à boire de la chicha (boisson préparée à base de n’importe quelle céréale ou fruit fermenté, d’eau et de sucre3) à partir de quatre ans (parfois avant). À 14 ou 15 ans, les garçons sont invités à consommer du trago (boisson généralement élaborée à base d’alcool industriel de synthèse dilué dans de l’eau préalablement bouillie avec des herbes aromatiques, du jus de fruit(s) et du sucre) et de la bière (pour les plus aisés d’entre eux). De cette façon les jeunes s’habituent peu à peu à boire comme leurs parents – c’est-à-dire, de l’aveu même de ces derniers : « beaucoup et jusqu’aux ultimes conséquences » (jusqu’à atteindre un état d’ivresse très avancée et se retrouver étendus sur le sol, inconscients).

Photo 1

Photo 1

Churcampa (capitale du district du même nom) (C. Magny)

3Dans les Andes comme dans beaucoup d’autres endroits du monde, boire fait partie de l’identité masculine, ce qui n’exclut cependant pas que beaucoup de femmes boivent également, et en quantité non négligeable (jusqu’à atteindre elles aussi un état d’ivresse parfois avancée). Les feuilles de coca, bien qu’elles soient de moins en moins consommées par les jeunes, sont encore régulièrement « mâchées » (les gens utilisent le verbe quechua castillanisé « chacchar ») par leurs parents et grands-parents - hommes et femmes -(depuis l’époque préhispanique), après chaque repas et avant de commencer tout travail physique, pour « prendre des forces ».

4Pour toutes ces raisons, les habitants de Churcampa se considérant et s’auto-désignant « catholiques »4, majoritaires dans le district, continuent aujourd’hui à expliquer au visiteur « qu’ici on ne peut rien faire sans trago ni coca. Sans alcool, sans coca, il n’y a pas d’activité, il n’y a rien ».

5Pourtant, depuis environ une trentaine d’années, de nombreux habitants de ce district (de même que dans beaucoup d’autres districts des Andes péruviennes) se convertissent au « protestantisme » (terme générique utilisé par les catholiques pour désigner, de façon générale, toutes les Eglises dites « évangéliques », « adventistes », ainsi que les mouvements millénaristes des Témoins de Jéhovah et des Mormons, également présents à Churcampa). Cette conversion implique, entre autres choses, de cesser complètement de mâcher des feuilles de coca et de boire tout type de boissons alcooliques5.

6Dans ce travail, je propose d’analyser jusqu’à quel point et selon quelles modalités cette abstinence forcée d’alcool et de feuilles de coca affecte les convertis (qui demeurent minoritaires dans le district) dans leur vie sociale quotidienne. Adoptent-ils un nouveau style de vie ? Utilisent-ils des produits de substitution ? Quelles sont les conséquences économiques et sociales de leur « conversion alimentaire » ? Leurs liens sociaux avec les catholiques disparaissent-ils ? Les convertis parviennent-ils réellement à ne plus boire ni mâcher de feuilles de coca ? Comment les catholiques réagissent-ils quand les « protestants » refusent leur invitation à mâcher des feuilles de coca ou boire un verre d’alcool ?

Photo 2

Photo 2

Temple de l’Église Évangélique des Assemblées de Dieu (La Esmeralda, district de Locroja) (C. Magny)

Conversion et abstinence

7Avant de tenter d’apporter des éléments de réponse à toutes ces questions, je propose d’exposer d’abord brièvement la façon dont les « protestants » et les catholiques de Churcampa envisagent l’alcool et la coca. Ce développement devra permettre de mieux comprendre les raisons pour lesquelles les convertis attachent autant d’importance au fait de ne plus boire et de plus mâcher de feuilles de coca, allant ainsi jusqu’à prendre le risque d’être rejetés par la majorité catholique. Nous verrons en effet par la suite que, dans une société au sein de laquelle « rien ne se fait sans alcool ni coca », cesser définitivement de boire et de mâcher des feuilles de coca n’est pas sans conséquence (sociale et/ou économique notamment).

8À Churcampa, l’abstinence d’alcool et de feuilles de coca est avant toute chose un trait distinctif religieux. C’est principalement de cette façon que les catholiques identifient les « protestants » – qu’ils appellent également parfois aussi les « frères » (terme à l’origine utilisé par les protestants eux-mêmes pour s’auto-désigner). Tous les habitants catholiques de Churcampa interrogés m’ont ainsi expliqué que « les protestants sont ceux qui ne boivent plus et ne mâchent plus de [feuilles de] coca ». À l’inverse, pour la plupart des protestants, les catholiques sont « ceux qui mâchent des feuilles de coca, qui boivent et qui s’enivrent pendant les fêtes ». Certains vont même jusqu’à affirmer que « tous les catholiques sont des païens ivrognes » et ne cessent de souligner les effets néfastes de l’alcool et de la coca, justifiant ainsi leur abstinence et leur conversion: « J’ai arrêté [de boire et de mâcher des feuilles de coca] depuis 25 ans que je suis frère. Je ne bois plus, plus, ni alcool et… maintenant je suis sain, jeune, j’ai déjà 48 ans et mes [camarades de] promotions qui boivent du trago déjà, déjà ils sont morts, déjà, et d’autres, plus avancés physiquement que moi, donc je dis merci à Dieu, Dieu a changé ma vie » (Alfredo, membre des Assemblées de Dieu – Église appartenant au courant pentecôtiste). On peut aussi citer Rosa, membre de l’Église Évangélique Péruvienne : « [La coca] abîme et traumatise mentalement les gens, comme l’alcool […] [la coca], comme elle contient de la drogue, traumatise les gens. ».

9En réalité, s’il est vrai que les habitants catholiques de Churcampa mâchent régulièrement des feuilles de coca et s’enivrent fréquemment au cours de leurs célébrations religieuse (boire étant d’ailleurs considéré dans ce contexte comme une obligation rituelle), on aurait toutefois tort de croire qu’ils se considèrent tous comme d’ardents défenseurs de la consommation d’alcool et de coca. Beaucoup de catholiques me confièrent par exemple qu’ils étaient d’accord avec les protestants, jusqu’à un certain point, sur le fait que « l’alcool est mauvais pour la santé » et qu’une consommation de boisson quotidienne, solitaire et en dehors de tout contexte festif peut être en partie à l’origine de la dégradation des relations familiales et sociales6. Contrairement à ce que l’on aurait peut-être pu penser, la différence essentielle entre les perspectives catholique et protestante sur l’alcool et les feuilles de coca ne porte donc pas uniquement sur les éventuels effets nocifs de leur consommation (maladies, isolement, etc.). Il apparaît que la distinction relève également de la façon d’envisager le rôle de l’alcool et de la coca dans chacune des deux religions.

Photo 3

Photo 3

Tournée d ’alcool après le nettoyage du canal d’irrigation (Ccotccoy, district de Churcampa) @C. Magny

10D’un côté, les catholiques semblent considérer la consommation d’alcool et de feuilles de coca comme une obligation sociale et religieuse, affirmant que « rien ne se fait sans alcool » et qu’il faut « boire ensemble pendant les fêtes pour que les saints et la vierge soient contents », « boire ensemble pour que Dieu fasse bien pousser les plantes » ; de l’autre, les pasteurs protestants exhortent leurs fidèles à cesser de boire pour pouvoir espérer atteindre le salut.

11Au sujet du protestantisme en Equateur, Andrade écrit : « L’individualisme religieux a poussé le converti à rejeter tout moyen traditionnel d’obtenir le salut – pratiques culturelles, fêtes, etc. -, en créant chez lui un souci uniquement pour son salut personnel en même temps qu’il exige une confiance en Dieu exclusivement et non en les êtres humains. » (Andrade, 1990 : 75-76, ma traduction).

12En d’autres termes, alors que pour les catholiques, boire et mâcher des feuilles de coca les uns avec les autres semble permettre de se concilier les grâces de Dieu tout en consolidant la communauté, chez les protestants, ces pratiques collectives sont envisagées comme un frein à l’obtention du salut et à l’accès à « une vie saine et moderne » promis aux fidèles par tous les pasteurs et autres responsables religieux. Dans le protestantisme seul compte l’individu et l’appui de la communauté n’est pas nécessaire à l’acquisition du salut ou de la dignité devant Dieu. Seuls les actes individuels sont pris en considération pour chacun des nouveaux « frères ». L’abandon de la consommation d’alcool et de coca est en ce sens révélateur de l’option individualiste prise par les protestants de Churcampa à travers la conversion. Ainsi, alors que les catholiques, bien que conscients des dangers encourus notamment en cas de surconsommation d’alcool, continuent à consommer des boissons et des feuilles de coca qu’ils considèrent comme indispensables pour le bon fonctionnement de leur société, les « frères », eux, ne se soucient que de leur salut personnel et n’ont, pour ce faire, aucune nécessité de recourir à une consommation collective d’alcool et/ou de feuilles de coca.

13Mais les effets nocifs de l’alcool et de la coca sur le corps et l’esprit, ajoutés au fait que ces produits ne soient pas indispensables à l’obtention du salut dans le protestantisme, ne sont pas les seules raisons qui poussent les « frères » à accepter de ne plus boire et de ne plus mâcher de feuilles de coca.

14La plupart des habitants protestants de Churcampa envisagent leur conversion comme un « changement radical » rendu possible et encouragé par leur rencontre avec Jésus Christ et leur nouveau baptême. Il s’agit de rompre avec le passé, de renoncer à sa « vie d’avant » (aussi appelée « vie mondaine » (« vida mundana »)) en « naissant à nouveau »7. Les coutumes ancestrales autrefois considérées comme essentielles et indispensables deviennent alors néfastes à leurs yeux et sont même parfois qualifiées de « diaboliques » par certains pasteurs des Assemblées de Dieu installés dans la région8. Boire et mâcher des feuilles de coca, activités rituelles pratiquées dans les Andes depuis l’époque préhispanique, ne font pas exception à la règle. Selon les « frères », ce n’est qu’en renonçant aux choses « du monde » (c’est-à-dire : aux pratiques et coutumes de « la vie d’avant la conversion ») – et par-dessus tout à l’alcool - qu’il devient possible de vivre une « vie évangile » (« una vida evangélio »). Beaucoup de convertis reconnaissent les difficultés d’un tel renoncement tout en en soulignant les bienfaits à l’échelle individuelle mais aussi familiale : « Ça s’est passé dans ma vie, quand je buvais et je dansais, je frappais mon épouse, toute ma famille, ça c’était une raison pour me repentir. Alors si j’avais continué dans ce chemin, je crois que je n’aurais pas été [vivant] maintenant mais, comme je suis en train de voir maintenant dans la province de Churcampa, tant de gens qui boivent de l’alcool. Rien qu’hier, un homme est mort avec de l’alcool, en buvant de l’alcool, boire de l’alcool, beaucoup, c’est un poison, [les gens] ne mangent pas bien, ils ne dorment pas bien, et… en réalité, ils abîment leur corps, alors, ils abîment aussi leur prochain9 » (Manuel, membre de l’Église Évangélique Péruvienne).

15Comme c’est le cas dans ce témoignage, l’alcool - et souvent aussi la coca –, constituent fréquemment pour les nouveaux « frères » une sorte d’allégorie de leur « vie d’avant ». Le choix de ces produits n’est pas anodin : l’alcool et les feuilles de coca ont été considérés à l’époque préhispanique comme des denrées sacrées et sont aujourd’hui érigés en symboles de la culture andine. Renoncer à leur consommation en choisissant de se convertir équivaut à une véritable rupture pour les « frères » et constitue un signe fort de rejet de leur héritage culturel et de leur relation avec le passé.

16On peut se demander comment, dans ces conditions, les « protestants » parviennent à s’organiser socialement dans un district demeurant majoritairement catholique.

Comment continuer à vivre comme des « frères » dans une société majoritairement catholique ?

17Si l’abstinence de coca et d’alcool - sur la base de laquelle les « frères » construisent leur nouvelle vie, leur nouvelle identité - est effectivement radicale, les protestants ne vivent cependant pas en autarcie à Churcampa (puisqu’ils ne représentent que 13% de la population totale du district dont 87% demeure catholique10).

18La plupart des convertis ont donc développé plusieurs stratégies grâce auxquelles ils sont parvenus jusqu’à aujourd’hui à faire partie intégrante de la société civile de Churcampa - majoritairement catholique – tout en respectant les préceptes de leur nouvelle foi.

19On peut par exemple mentionner l’utilisation de produits de substitution à l’alcool et aux feuilles de coca. Les sodas (« gaseosas ») et la chicha morada sans alcool (préparée à base de maïs violet et de morceaux de fruits macérés dans de l’eau chaude) remplacent les boissons alcoolisées ; et les sucreries (généralement des bonbons) se substituent aux feuilles de coca.

20Les convertis peuvent ainsi continuer à participer aux travaux collectifs organisés par les communautés paysannes ou la municipalité (entretien de routes, nettoyage de canaux d’irrigation, etc.). La seule différence entre les travailleurs catholiques et protestants réside alors dans le fait que le labeur des derniers n’est ni récompensé ni encouragé par de l’alcool et des feuilles de coca mais par des sodas et des sucreries.

21Bien qu’ils ne contiennent pas de « force » aux yeux des habitants de Churcampa (contrairement à l’alcool et aux feuilles de coca), sodas et sucreries semblent constituer de bons produits de substitution en matière de sociabilité et permettent aux frères de continuer à participer à la vie de leur communauté – en tant que travailleurs dans les activités collectives ou en tant que simples spectateurs à l’occasion des fêtes catholiques et profanes – tout en respectant leur vœu d’abstinence11. Afin de conserver un rôle au sein d’une société majoritairement catholique tout en demeurant « frères », beaucoup de convertis ont également fait en sorte de constituer une main d’œuvre rentable pour leurs potentiels employeurs.

22À Churcampa, rares sont les patrons hostiles à l’idée d’employer des « frères » et ce, bien que la plupart d’entre eux, fervents catholiques, comprennent mal les motivations de leur conversion et de leur abstinence. Ainsi, bien qu’ils ne recherchent pas en priorité à employer des ouvriers agricoles convertis au protestantisme, les propriétaires terriens reconnaissent que : « Étant donné qu’ils ne mâchent plus la coca, alors tu économises [l’achat de] la coca et en plus ils ne perdent plus autant de temps en mâchant que les autres et donc ils travaillent plus. Mais ça oui, eux ils mangent beaucoup, il faut leur donner beaucoup à manger et ils sont bien exigeants » (Don Porfirio, propriétaire terrien catholique). Il en est fréquemment de même pour les recruteurs de la mine de cuivre du groupe « Doe Run Peru » installée dans le district de San Pedro de Coris (province de Churcampa, département de Huancavelica). Selon eux, les protestants feraient de meilleurs travailleurs que les catholiques en raison de leur abstinence : « Comme ils ne boivent pas, eh bien ils sont plus forts, plus sains, il n’y a pas autant de risque d’accidents dans le travail. ».

23La municipalité enfin engage fréquemment des petites fanfares (« bandas ») voire des orchestres protestants plutôt que catholiques. Certains « frères » musiciens sont ainsi parvenus à se rendre indispensables dans beaucoup de fêtes municipales (feria agro-pastorale, fête nationale, etc.) en raison du fait que, comme le soulignait un régisseur, « comme ils ne boivent pas, eux, ça revient moins cher de les engager puisque les autres il faut leur acheter leur caisse de bière, leur servir tout le temps leur chicha et leur trago. »

Photo 4

Photo 4

La fanfare des évangélistes à la  fête de Churcampa @C. Magny

24À travers tous ces exemples de stratégies mises en place par les protestants pour conserver un rôle économique et social au sein d’une majorité catholique sans laquelle ils ne pourraient sans doute pas survivre, nous avons pu nous rendre compte que la cohabitation entre catholiques et protestants – deux communautés religieuses a priori opposées en tous points – ne semble finalement pas se passer aussi mal que ce qu’on a coutume de lire ou d’entendre12. Il serait cependant inexact d’affirmer que la conversion au protestantisme ne pose aucun problème à Churcampa.

Les limites du modèle abstinent « protestant »

25D’abord, le décalage entre le discours des convertis et leurs pratiques réelles est vécu comme une contradiction par les catholiques de Churcampa. Ces derniers trouvent par exemple paradoxal que les « frères » continuent à assister aux fêtes catholiques consacrées aux saints et/ou à la Vierge sans pour autant accepter de boire de l’alcool. L’abstinence des convertis pendant ces célébrations est considérée comme un manque de respect difficilement tolérable envers les saints et/ou la Vierge : « Ils te disent que comme ils sont frères, ils ne peuvent plus boire. D’accord mais s’ils participent à nos fêtes, eh bien, ils doivent boire pour le Saint, oui ou non ? Les saints et la Vierge pourraient se fâcher. Ça c’est mal señorita. S’ils regardent la procession, eh bien ils doivent boire, ne serait-ce qu’un tout petit peu pour la Vierge. Mais ils ne nous acceptent pas [ils n’acceptent pas nos invitations à boire]. […] Eh bien sinon, qu’ils restent entre eux, dans leur secte, tu ne vois pas qu’ils nous traitent de « mundanos » [« mondains »], nous les catholiques. » (Valeria T. retraitée, catholique).

26Les catholiques accusent également les convertis de continuer à boire en cachette malgré l’interdiction imposée par leur nouvelle religion. Plusieurs personnes m’ont raconté en souriant avoir surpris un « frère » en train de boire en cachette dans un champ ou derrière une église. J’ai moi-même pu constater ce genre d’« infractions » à plusieurs reprises au cours de mes séjours à Churcampa. Le problème soulevé par les catholiques dans ces cas de figure n’est pas tant le fait que les protestants enfreignent les règles de leur nouvelle religion : « Les frères continuent à boire et à mâcher des feuilles de coca ; c’est juste qu’ils se cachent, c’est tout. Ils ne peuvent plus boire ni mâcher la coca comme avant mais ils le font en secret, quand personne ne les voit.  Bon, ça… […] ». (Juana, catholique, 28 ans). À Churcampa, il n’est pas rare que de nouveaux « frères » se remettent à boire après quelques mois d’abstinence. Toutefois, soucieux de ne pas être exclus de leur Église, leur consommation d’alcool n’est jamais publique ni collective mais toujours exclusivement privée et solitaire. Ces convertis « en situation irrégulière » continuent donc à rejeter toute sollicitation à boire en public et ce, bien que bon nombre de leurs proches et de leurs voisins soient au courant de leur alcoolisation secrète. Dès lors, ce qui heurte véritablement les catholiques c’est que ces buveurs en cachette refusent, malgré tout, leurs invitations à consommer de l’alcool avec eux (refus interprété par les catholiques comme une volonté de rejeter toute forme d’échange et de contact avec eux) : « […] Ce que je n’aime pas du tout c’est qu’eux ils n’acceptent jamais quand tu les invites [à boire] señorita. Ils sont comme des hypocrites […], c’est comme ça qu’ils sont. » (Juana, suite de l’entretien).

27Le fait que les protestants constituent une main d’œuvre plus rentable que les catholiques est parfois également source de conflits. Dans la mine de Julcani (située département de Huancavelica et aujourd’hui fermée) par exemple, les protestants entraient toujours dans les galeries avant les catholiques qui prenaient le temps de mâcher des feuilles de coca et de boire un verre d’alcool avant de commencer le travail. Les « frères » avançaient donc plus vite que leurs collègues catholiques et se faisaient créditeurs du bon de production, ce qui était souvent à l’origine d’une série de conflits13. À Churcampa, je n’ai jamais entendu parler de problèmes similaires. Cela est probablement du en partie au fait que les convertis demeurent largement minoritaires et ne sont donc pas en mesure de faire concurrence à la majorité catholique. Sans doute en serait-il autrement si les protestants gagnaient du terrain.

28Enfin, certains catholiques considèrent injuste le fait que les « frères » assistent à leurs fêtes alors qu’en raison des interdits de leur nouvelle religion, ils ne participent pas aux préparatifs – ni financièrement, ni « en nature » (en aidant par exemple à la préparation des petits gâteaux distribués par le couple organisateur des célébrations à tous les habitants de Churcampa quelques jours avant les fêtes - de carnaval et patronale).

29De façon générale, l’origine des critiques émises par les catholiques au sujet des protestants ne tient donc pas véritablement uniquement au fait que les pratiques des convertis soient en décalage avec leur discours formel. Il apparaît que, bien souvent (à l’exception des deux derniers exemples mentionnés), la source du conflit vienne surtout du fait que les protestants refusent les invitations à boire des catholiques.

30J’ai mentionné précédemment que si, dans leurs pratiques, les convertis pouvaient aisément faire fi de certains interdits imposés par leur nouvelle religion (en assistant à des fêtes catholiques par exemple), il était néanmoins une prescription qu’ils tentaient toujours de respecter : l’abstinence de coca et surtout d’alcool – plus exactement l’abstinence en public (nous avons vu qu’il n’était pas rare de surprendre des frères en flagrant délit de consommation d’alcool en cachette et en solitaire).

Photo 5

Photo 5

Chicha dite « de sept graines » @C. Magny

31Il arrive fréquemment que l’observation de cette règle soit considérée comme une offense grave par les catholiques désireux d’inviter à boire un ou plusieurs convertis – et ce d’autant plus s’il s’avère que ces convertis soient connus de tous comme des « buveurs en cachette ».

32Dans les Andes rurales, toute sollicitude ou demande doit être accompagnée d’alcool et de feuilles de coca. Refuser une invitation à boire ou à mâcher des feuilles de coca équivaut par conséquent à refuser tout type d’interaction avec l’invitant. Par exemple, quand une personne rend visite à une autre, désirant en secret solliciter son soutien financier en vue du mariage de son petit-fils, de son fils ou de son neveu, il convient de toujours emporter une bouteille et de convier à boire la personne à laquelle on rend visite. Si cette personne accepte le premier verre et les suivants, le visiteur sait alors que le visité devra accéder à sa demande. Les ouvriers sont engagés de la même façon, pour réaliser tout type de travaux. Dans le premier exemple, refuser le verre signifie clairement : « je ne veux pas apporter mon soutien au mariage de ton fils, petit-fils ou neveu, je ne souhaite entretenir aucun type de relation ni avec toi ni avec ta famille » ; dans le second exemple la même attitude signifie : « je ne veux pas travailler pour toi ». Refuser une invitation à boire constitue donc une offense grave, très souvent interprétée comme un signe de mépris. En outre, - de mon point de vue occidental – dans une société où tout se négocie, tout se devine au travers de formules implicites (appelées « indirectas ») et rien ne se demande ni directement ni explicitement, le fait de donner, recevoir, rendre ou refuser des verres d’alcool semble fonctionner comme des questions et des réponses et indique le type de relation qu’entretiennent entre eux les individus et les familles.

33Ainsi, l’acceptation d’une invitation à boire signifie bien souvent l’acceptation d’une demande (d’aide financière ou matérielle, etc.) d’abord tacite puis verbalisée une fois atteint un état d’ivresse avancée. Lorsque deux personnes boivent ensemble dans les Andes, on peut donc supposer qu’elles entretiennent de bonnes relations. Que penser alors de personnes refusant sans cesse toute invitation à boire ?

34Si dans le cadre de la vie professionnelle, citoyenne ou de la communauté paysanne, les sodas et les sucreries parviennent à remplacer l’alcool et les feuilles de coca, et évitent aux « frères » d’avoir à refuser les invitations à boire des catholiques, au sein de la famille en revanche, l’abstinence forcée d’alcool et de coca pose un réel problème (aux catholiques comme aux protestants).

35Très souvent, dans les cas où seuls quelques membres d’une famille se sont convertis (les autres demeurant majoritairement catholiques), l’interdiction de boire et de mâcher des feuilles de coca est source de conflits importants. Les uns interprétant logiquement l’abstinence des autres comme un signe de mépris et/ou comme une façon de rejeter toute interaction avec le reste de la famille. Julio, commerçant retraité, m’expliquait ainsi : « Mon gendre est devenu frère il y a peu. Ce rabat joie… Il ne veut plus qu’on boive dans sa maison. Il parle à ma fille pour qu’elle aussi se mette dans ce truc [devienne protestante]. »

36Les relations entre anciens compères deviennent également problématiques, non seulement en raison de l’abstinence des convertis qui sont contraints de refuser les invitations à boire de leurs compères et n’invitent plus non plus ces derniers à boire avec eux, mais aussi parce que la plupart des Églises d’inspiration protestante rejettent le compérage. Les enfants de parents protestants n’ont ainsi pas de parrain ni de marraine, de même pour les jeunes mariés qui ne peuvent alors plus compter que sur eux-mêmes, leurs parents (s’ils sont convertis) et leurs « frères » pour les aider à préparer et à financer la cérémonie. Quant aux adultes convertis, on observe très souvent que les relations sociales d’alliance ou de compérage qu’ils entretenaient avec les catholiques avant de se tourner vers une nouvelle religion disparaissent peu à peu, faute d’être autorisées (pour les relations de compérages) et surtout, parce qu’elles ne peuvent plus être consolidées ni réaffirmées sans alcool. C’est pourquoi certains « frères » (généralement les plus pauvres) n’ont pas d’autre choix que d’accepter de boire à nouveau en public – ce qui, bien souvent, n’est finalement pas considéré comme un immense sacrifice – et, par conséquent, de se tourner à nouveau vers le catholicisme.

37Il arrive enfin que certains convertis ne supportent plus d’être considérés comme des « hommes qui se laissent dominer par leurs femmes » (« sacolargos »), voire même comme des « pédés » (« maricones »), par leurs voisins et/ou amis catholiques et finissent par boire de nouveau. Dans les Andes comme dans beaucoup d’endroits du monde, boire étant une façon de revendiquer sa virilité, tout refus d’invitation à consommer de l’alcool est considéré comme une marque de faiblesse caractéristique d’un homme qui se laisse dominer par sa femme et n’est alors pas reconnu comme un véritable « mâle » (« macho ») par les membres de sa communauté (hommes et femmes). L’épouse d’un converti me confia un jour ses doutes quant à la tendance sexuelle de son mari. Selon elle, le fait qu’il ait cessé de boire (depuis sa conversion) était certainement révélateur de son homosexualité14. Confrontés quotidiennement aux sarcasmes et critiques, certains « frères » se laissent donc parfois aller à boire quelques verres.

38Face à ces cas de figure, les Églises d’inspiration protestante pardonnent parfois à leurs membres quelques écarts de conduite mais ceux-ci doivent demeurer exceptionnels. Dans le cas contraire, les individus « pécheurs » sont invités à quitter la congrégation.

39La plupart des pasteurs reconnaissent les difficultés de l’abstinence de boissons alcooliques mais demeurent fermes lorsque leurs nouveaux membres succombent plus de trois fois à diverses tentations. Pour A.H. pasteur des Assemblées de Dieu : « Parfois [pour les gens] c’est difficile, difficile de suivre Jésus Christ, c’est difficile de freiner la bouche pour parler, c’est difficile d’arrêter les vices : trago, bière, ces choses. C’est difficile, tous les vices. […] Bon, le premier pas c’est de prier pour eux [ceux qui n’abandonnent pas leur(s) vice(s)] et le second pas c’est, avec la parole de Dieu, de les corriger, de les réprimander, s’ils ne comprennent plus jusqu’à trois reprises, nous les expulsons de l’Eglise, une fois pour toutes, nous les sortons de l’organisation parce que parfois l’œuvre de Dieu se fait mal. »

40Le plus souvent pourtant, le retour au catholicisme des anciens convertis n’est pas la conséquence d’une expulsion d’une Eglise protestante. Le grand-père de la famille Huamani, originaire du district de Locroja (voisin de Churcampa), me confia par exemple que toute la famille avait finalement décidé de revenir à la religion catholique car plus personne ne voulait les inviter dans leurs maisons ni à leurs fêtes, justifiant cela par le fait qu’ils étaient devenus « radins » (« tacaños ») et « rabat-joie » (« aguafiestas ») depuis qu’ils ne buvaient plus (dans le district de Locroja comme dans celui de Churcampa, les catholiques sont majoritaires).

41Les difficultés rencontrées par les protestants à Churcampa semblent donc non seulement dues à leur abstinence mais aussi au fait qu’ils demeurent minoritaires dans le district. On observe ainsi que lorsque les familles au complet sont converties, les conflits d’intérêt sont moins fréquents. Dans certains districts de la province de Churcampa majoritairement protestants (San Pedro de Coris et Paucarbamba), le respect de l’abstinence ne semble poser aucun problème aux convertis qui prennent de plus en plus d’importance par rapport aux habitants catholiques. En novembre 2006, les électeurs de la province ont même choisi un maire « protestant » (membre de l’Eglise Presbytérienne), Robert Juan Rojas Meza (candidat du Mouvement Indépendant « Trabajando para todos »). Il semblerait donc que certains « frères » parviennent à refuser de boire et de mâcher des feuilles de coca sans avoir à courir le risque d’être rejetés par les catholiques.

Conclusion

42Le cas des convertis au « protestantisme », qui, par conséquent, acceptent en théorie de renoncer définitivement à toute consommation d’alcool et de feuilles de coca, permet d’illustrer une fois de plus que bien souvent la consommation obligatoire et/ou l’interdiction de certains aliments constituent l’une des bases de l’identité religieuse. Ainsi dans le district de Churcampa, l’une des principales différences entre catholiques et protestants (en plus des différences religieuses) réside dans le fait que les premiers aient cessé de boire et de mâcher des feuilles de coca alors que les seconds continuent à « pratiquer » ces traditions.

43Nous avons vu également à quel point s’efforcer de respecter l’interdiction de consommer des boissons alcooliques et/ou des plantes excitantes pouvait être source de problèmes au sein de sociétés majoritairement catholiques dans lesquelles boire et mâcher des feuilles de coca dans des contextes festifs sont deux activités ancestrales et essentielles à l’entretien des relations sociales entre les individus et les familles. À Churcampa, il arrive que certains « frères » ne résistent pas à la pression sociale exercée par les catholiques et se remettent alors à boire et à consommer des feuilles de coca.

44D’autres convertis font face malgré tout en demeurant « protestants » et en respectant l’abstinence d’alcool et de coca imposée par leur religion. Dans ce cas, il n’est pas rare de les voir nouer les uns avec les autres des relations sociales généralement beaucoup plus horizontales, moins hiérarchisées et moins violentes que celles qui existent entre les fidèles catholiques. Il serait sans doute intéressant de se pencher sur ce phénomène afin d’essayer de comprendre non seulement pourquoi mais aussi comment certains « frères » réussissent véritablement à respecter l’interdiction de boire et de mâcher des feuilles de coca alors que d’autres n’y parviennent pas.

Top of page

Bibliography

ANDRADE S, 1990, Visión Mundial: Entre el cielo y la tierra. Religión y desarrollo en la sierra ecuatoriana, ABYA-YALA, CEPLAES, Quito.

FONSECA ARIZA J, 2000, « Antialcoholismo y modernización en el Perú (1900-1930) », Histórica, 24(2), 327-364.

GUERRERO J.B, 1994, A Dios Rogando… Los pentecostales en la sociedad aymara del norte grande de Chile, Université Libre d’Amsterdam, Amsterdam.

MAGNY C, 2007, Boire à Churcampa (Pérou): De la production des boissons au sens de l’ivresse, Thèse de doctorat d’ethnologie, Université Paris X-Nanterre.

MARZAL M, « Claves de interpretación para el catolicismo peruano », http://www.dialogosfelafacs.net/dialogos_epoca/pdf/28-04ManuelMarzal.pdf

PEDRON COLOMBANI S, 2001, « Pentecôtisme et diversification religieuse au Guatemala », Socio-Anthropologie, 10, Religiosités contemporaines, http://revel.unice.fr/anthropo/document.html?id=156

RIVIÈRE G, 1997, « Bolivie: le pentecôtisme dans la société aymara des hauts-plateaux », Problèmes d’Amérique latine, 24, 81-102.

SALAZAR SOLER C, 2000, « Le gardien des ténèbres: rites miniers dans les Andes ». In Désirs d’ivresse. Alcools, rites et dérives, Bernand C (ed.), Autrement, Paris (pp. 124-139).

ZIELINSKI PAJOR R, 2003, « Situación social y religiosa de la provincia de Churcampa ». In La evangelización en Huancavelica, Polo Rubio J.J (ed.), Diocèse de Huancavelica/Gorfisa, Zaragoza (pp. 457-466).

Top of page

Notes

1 Sur la consommation d’alcool des mineurs, voir Salazar Soler (in. Bernand (ed.), 2000 : 124-139).
2 Source : INEI http://www.inei.gob.pe/biblioineipub/bancopub/Est/Lib0004/Huanca.htm
3 Généralement la chicha ne contient que peu d’alcool.
4 Manuel Marzal qualifie le catholicisme pratiqué au Pérou de « catholicisme populaire ». Selon lui, il s’agirait de « la forme dans laquelle s’expriment religieusement les grandes majorités du peuple péruvien, qui possèdent une faible culture religieuse, par manque d’une plus grande attention de l’Église institutionnelle ou parce que ces majorités ne recherchent pas une plus grande attention religieuse. […] Comme tout système religieux, [le catholicisme populaire] est constitué par un ensemble particulier et complexe de croyances, de rites, de sentiments, de formes d’organisation et de normes éthiques, bien que la « dévotion aux saints » soit […] son principe fondamental. […] Le catholicisme populaire peut être qualifié de […] syncrétique parce qu’[il] réinterprète parfois la religion de l’Église institutionnelle, ajoutant ou modifiant les significations de certains rites et d’autres éléments de la religion dite « officielle » d’après  l’expérience de chaque village et de chacune de ses sous-cultures. En ajoutant des significations le catholicisme populaire fait en sorte que beaucoup de ses expressions remplissent, en plus de leurs fonctions spécifiquement religieuses, d’autres fonctions sociologiques, psychologiques, économiques et politiques. La fête patronale célébrée par le système de charges en est un exemple type. » (Marzal, article électronique, pp. 1-5, ma traduction).
5 En théorie, toutes les Eglises dites « protestantes » ne sont pas aussi radicales quant aux prohibitions d’alcool et de coca. Les Témoins de Jéhovah par exemple, contrairement aux Pentecôtistes, autorisent leurs adeptes consommer de l’alcool avec modération. À Churcampa cependant, dans la pratique, même les Témoins de Jéhovah exigent de leurs membres qu’ils cessent complètement de boire.
6 Cette façon de penser des catholiques de Churcampa n’est peut-être pas étrangère aux campagnes de lutte contre l’enivrement et l’ivrognerie menées par les Jésuites à l’époque coloniale. Je pense toutefois que ce point de vue est surtout le résultat des virulents sermons antialcooliques réalisés par les missionnaires catholiques polonais installés dans la région depuis le milieu des années 1990.
7 Sur la conversion au « protestantisme » dans les Andes voir notamment Andrade (1990), Guerrero (1994) et Rivière (1997).
8 À propos des « communautés de fraternité » formées par les pentecôtistes au Guatemala, Sylvie Pédron Colombani (2001) écrit : « Ces communautés permettent aux convertis de rompre avec leur passé, avec leurs anciennes appartenances, d’entrer dans le monde moderne en s’affirmant une identité nouvelle qui dépasse tout héritage culturel. »
9 Selon Juan Fonseca, plus particulièrement entre 1914 et 1920, « dans les diverses publications protestantes la lutte contre l’alcoolisme a occupé une place privilégiée […], coïncidant avec l’apogée du mouvement antialcoolique nord américain. » Dans les revues « étaient inclus des articles divers sur l’inconvenance de la consommation d’alcool dans tous les groupes sociaux. En premier lieu leur argumentation soutenait que l’alcool affectait le corps, spécialement le cerveau, en plus de causer des maladies, d’augmenter la mortalité et de provoquer des défauts chez les descendants d’alcooliques. En second lieu, on mettait en évidence les effets nocifs de l’alcool dans la vie sociale et familiale de la personne ivre. De plus, on affirmait que l’alcool affectait l’accomplissement du travail et qu’il était totalement nocif pour les serviteurs publics. » (Fonseca, 2000 : 352, ma traduction).
10 Selon les statistiques publiées par le Père Zielinski Pajor (in. Polo Rubio (ed.), 2003 : 459).
11 On remarque ici qu’aux yeux des convertis, l’interdiction de boire semble beaucoup plus importante à respecter que l’interdiction d’assister à toute fête catholique ou profane.
12 A cet égard, parler de la conversion à Churcampa en termes de « rupture radicale » ne correspond pas à la réalité vécue par les « frères » dans cette région des Andes où il existe un décalage important entre le discours formel des Églises dites « protestantes » et les pratiques de  leurs membres qui continuent le plus souvent à assister aux fêtes religieuses catholiques – tout en évitant soigneusement de consommer de l’alcool.
13 Communication personnelle de C. Salazar-Soler.
14 Dans le même ordre d’idées, j’ai également entendu à deux reprises des femmes se plaindre de ce que leurs maris avait cessé de les battre dénonçant leur manque de virilité et exigeant leur retour au catholicisme.
Top of page

List of illustrations

Title Photo 1
Caption Churcampa (capitale du district du même nom) (C. Magny)
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2972/img-1.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Photo 2
Caption Temple de l’Église Évangélique des Assemblées de Dieu (La Esmeralda, district de Locroja) (C. Magny)
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2972/img-2.jpg
File image/jpeg, 152k
Title Photo 3
Caption Tournée d ’alcool après le nettoyage du canal d’irrigation (Ccotccoy, district de Churcampa) @C. Magny
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2972/img-3.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Photo 4
Caption La fanfare des évangélistes à la  fête de Churcampa @C. Magny
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2972/img-4.jpg
File image/jpeg, 76k
Title Photo 5
Caption Chicha dite « de sept graines » @C. Magny
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/2972/img-5.jpg
File image/jpeg, 43k
Top of page

References

Electronic reference

Caroline Magny, « Quand on ne peut plus boire d’alcool ni mâcher de feuilles de coca. », Anthropology of food [Online], S4 | May 2008, Online since 30 May 2008, connection on 30 March 2017. URL : http://aof.revues.org/2972

Top of page

About the author

Caroline Magny

Doctorante associée au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris X-Nanterre, caroline_75005@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page