Skip to navigation – Site map

Vin et Mondialisation : préface

Chantal Crenn, Marion Demossier and Isabelle Techoueyres

Full text

1L’actualité cinématographique de ces derniers mois avec la sortie de Mondovino et Sideways illustre un certain nombre de tensions qui s’attachent à la mondialisation du produit “vin” et au soi-disant clivage entre le Nouveau Monde et la Vieille Europe, la marque et le terroir, la modernité et la tradition, autant de concepts masquant la complexité de ce processus. Le terme de ‘mondialisation’, d’usage fort répandu dans les médias, mérite sans doute quelques précautions. L’usage courant renvoie à des phénomènes aussi variés que l’économie de marché, la gouvernance mondiale et la délocalisation culturelle. Sur le plan théorique, les forces de la mondialisation accélèrent le mouvement global vers la convergence culturelle. Dans le contexte du secteur viti-vinicole et de l’anthropologie alimentaire, la mondialisation est d’abord définie par la circulation croissante des capitaux, des biens, des marchandises, des services, des personnes, des idées et enfin, des productions culturelles. Y est associée la mondialisation des échanges, des questionnements sur le monde, des problèmes rencontrés et des solutions recherchées pour les collectivités et sociétés humaines. Ces forces de la mondialisation conduisent-elles à l’émergence de cultures spécifiques et distinctes qui se définissent en termes essentialistes ou permettent-elles le renouvellement des convictions culturelles ? Les deux processus de dissolution et de réification semblent aller de pair et l’exemple offert par le produit vin réaffirme cette double tendance. D’autres questions peuvent s’attacher à la façon dont la mondialisation influence les stratégies locales de résistance et l’utilisation politique d’une spécificité sur le plan culturel.

2Toutes ces questions sont au cœur des analyses proposées par les auteurs de ce numéro spécial. Nous retrouverons par exemple la question de la production viti-vinicole et la fabrication du vin (articulation vins de marques/technologiques/vins de terroirs) avec une remise en question tant de la part des producteurs que des consommateurs et pouvoirs publics de la notion de vins ancestraux, traditionnels et locaux par les vins du Nouveau Monde (terme à questionner lui-même). Enfin, une troisième dimension est celle de l’espace de régulation globale, constitué de liens transnationaux et de changements d’échelles dans lesquelles les producteurs et les sociétés viti-vinicoles opèrent aujourd’hui. Les questions de localisation et de glocalisation (renforcement simultané des formes locales de production et de consommation) s’inscrivent dans ces nouvelles problématiques. La consommation et la mondialisation des produits et des enjeux attachés à leur consommation (la santé et la prévention en matière de consommation d’alcool) relèvent aussi de cette analyse. La mondialisation du vin nous intéresse donc comme objet permettant d’interroger des phénomènes dont les résultats apparaissent dans les univers économiques, politiques et culturels.

3Les articles présentés ici explorent différents aspects de la mondialisation, ancrant le processus dans une longue durée historique (Ferland, Hinnewinkel et Jacquet), dans un cadre comparatif (Kjellgren et Wilson) et dans des processus socio-économiques locaux ou nationaux (Corbeau, Crenn et Téchoueyres). L’importance du marché international dans la consommation de certains produits comme le vin est indéniablement un facteur majeur de transformations et d’innovations. Toutefois, certains auteurs (Crenn et Téchoueyres) insistent sur la « récupération » par l’industrie agro-alimentaire du label « produits dits de terroir » dont le vin fait partie et démontrent finalement l’exclusion de ceux-là même qui ont tout fait pour rester performants au niveau économique quelques années plus tôt (mécanisation, engrais, etc.). La participation au processus de création de la méta-tradition exigée par l’imposition d’un modèle économique ultra-libéral et paradoxalement, dans le cas de la France, très réglementé, dépend finalement des ressources économiques et symboliques des uns et des autres.

4Ce qui ressort de l’ensemble des analyses proposées est la formidable complexité des processus mis en place pour s’adapter à cette mondialisation, la bloquer, la transformer en une ressource locale ou l’utiliser à des fins politiques nationales. De nouveaux défis font face maintenant à la planète vin et les années à venir permettront de se pencher avec pertinence sur cet objet total qu’est le vin comme élément porteur de civilisation.

5Nous tenons à remercier auteurs et lecteurs anonymes pour leur contribution à la publication de ce volume.

Top of page

References

Electronic reference

Chantal Crenn, Marion Demossier and Isabelle Techoueyres, « Vin et Mondialisation : préface », Anthropology of food [Online], 3 | December 2004, Online since 01 December 2004, connection on 26 September 2017. URL : http://aof.revues.org/309

Top of page

About the authors

Chantal Crenn

By this author

Marion Demossier

By this author

Isabelle Techoueyres

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page