Skip to navigation – Site map

Les troubles alimentaires émergent-ils en milieu rural ?

Regards croisés entre une approche médicale « occidentale » et les représentations et pratiques alimentaires et corporelles de jeunes d’un village de Michoacán (Mexique)
Karine Tinat

Abstracts

The young, their bodies and foods. The emergence of eating disorders in rural areas (State of Michoacan, Mexico)
This paper is a first attempt at dealing with the question of the emergence of eating disorders in rural areas in a developed country. After contextualizing the village (in the state of Michoacán, Mexico) where the study was carried out, we present the results of the Eating Attitude Test and a series of in-depth interviews with twelve young people between 15 and 26 years old about their food and body representations and practices. The main objective of the study is to observe to what extent eating disorders appear, and to see whether this is concomitant with the processes of social and economic modernization experienced in the village. The ultimate goal is to open up a discussion on the cultural factors which could generate the apparition of eating disorders in rural areas and in developed countries.

Top of page

Full text

1La distribution dans le monde de l’anorexie mentale et de la boulimie coïncide avec un contexte socioculturel propre à un certain niveau de développement économique atteint particulièrement aux États-Unis, en Europe de l’Ouest et au Japon (Guillemot, Laxenaire, 1997 : 33). Par ailleurs, ces troubles de la conduite alimentaire semblent émerger depuis peu dans les couches « occidentalisées » des pays en voie de développement. Toro (1996 : 98-133) radiographie leur présence dans le monde « non occidental » et affirme, qu’à partir des années 80, ont été enregistrés des cas d’anorexie et de boulimie dans les métropoles d’Asie, dans les écoles anglaises et au sein de la population blanche des capitales africaines, dans certaines réserves indiennes des États-Unis, dans les centres urbains et bourgeois des capitales d’Amérique Latine et d’Europe de l’Est.

2Au Mexique, la dénutrition et les problèmes croissants d’obésité inquiètent davantage que l’anorexie mentale et la boulimie, qui apparaissent comme secondaires et marginalisés. Les données précises sur la prévalence de ces troubles sont à la fois rares et peu éloquentes1. Deux études épidémiologiques, publiées en 2000 et 2002, signalent toutefois que les jeunes filles de Mexico, à manifester des conduites alimentaires à risque, représenteraient 5,4% entre 13 et 15 ans et 16,1% entre 16 et 18 ans, et que 2,8% d’entre elles seraient prédisposées à développer un syndrome clinique des troubles de la conduite alimentaire (Unikel, Saucedo-Molina, 2002 : 54 ; Unikel, Villatoro Velázquez, 2000 : 146). Une troisième étude plus récente, réalisée auprès d’adolescentes d’un milieu semi-urbain de l’État de Michoacán, présente des résultats similaires (Bojorquez, Unikel, 2004 : 197).

3La présente recherche propose de se tourner vers le monde rural et d’observer dans quelle mesure ces troubles alimentaires peuvent y émerger. Avec Gordon (1996 : 62) – entre autres spécialistes –, on sait que le terrain fertile pour le développement des troubles alimentaires est essentiellement constitué de trois facteurs culturels : 1/ l’évolution du rôle féminin, les femmes se débattant pour trouver un équilibre entre les nouveaux idéaux de réussite et ce qu’on attend traditionnellement d’elles ; 2/ le souci de l’apparence et de l’image corporelle associé au développement de la mode et de la consommation de masse ; 3/ l’obsession culturelle envahissante de l’obésité et du contrôle pondéral. Bien que ces trois facteurs soient propres aux sociétés « industrielles » et « occidentales », l’hypothèse de l’étude est de vérifier que l’éventuelle émergence de ces troubles alimentaires, en milieu rural et dans les pays en développement, est concomitante aux processus de modernisation sociale et économique, à la forte influence des images médiatiques quant au « culte de la minceur » et à la redéfinition du rôle des femmes dans les sphères domestique et sociale.

4L’anorexie mentale et la boulimie sont qualifiées de troubles de la conduite alimentaire et supposent en effet des schémas anormaux d’alimentation. Néanmoins, l’expression « troubles de la conduite alimentaire » n’est peut-être pas la plus appropriée : les deux traits caractéristiques de ces troubles sont l’intense désir de minceur et la crainte de devenir gros. L’anorexie et la boulimie s’évaluent donc non seulement à travers un comportement alimentaire mais aussi par des représentations et des pratiques corporelles. Les différents questionnaires (EDI, Scoff et EAT), usuellement employés par les équipes médicales, sondent ces deux aspects.

5Notre propos s’articulera en quatre points. Il s’agira tout d’abord de dépeindre le contexte de la recherche, de présenter les jeunes (filles et garçons) enquêtés et leur cadre de vie. Nous dépouillerons ensuite les résultats d’une grille d’évaluation, l’Eating Attitude Test (EAT-26), appliquée à ces jeunes. En troisième et quatrième lieux, on abordera plus exactement les représentations et les pratiques tant alimentaires que corporelles de ce fragment de jeunesse, en les contrebalançant avec les définitions de l’anorexie et de la boulimie, fournies par le champ médical. La finalité de ces lignes est, d’une part, d’observer les limites de l’application de ces termes – anorexie et boulimie – issus du monde « occidental » et, d’autre part, d’ouvrir une discussion sur les facteurs culturels qui, en milieu rural et dans ce contexte précis, peuvent servir de ferment au développement de troubles vis-à-vis de l’alimentation.

Le contexte de la recherche

Une communauté Purépecha aux airs gringos

6Patamban, le village où s’effectue la recherche, se trouve à 2000 m d’altitude au cœur de la Meseta Purépecha, dans l’État du Michoacán2. En dépit de sa situation géographique et ethnique et à la différence des communautés indigènes voisines, Patamban ne semble pas engagée dans une lutte pour la défense de l’identité purépecha. Deux signes corroborent cette affirmation. D’une part, les habitants du village ne portent plus le costume traditionnel ; le châle à rayures bleues et noires, porté par les femmes, semble être le dernier signe extérieur d’identification aux communautés Purépechas (Gouy-Gilbert, 1987 : 7). D’autre part, le purépecha est largement en voie de disparition : sur les 3526 patambeños, en l’an 2000 il n’y avait plus que 2 habitants (de 5 ans et plus) qui continuaient à parler exclusivement la langue indigène3.

7L’affaiblissement des traditions purépechas à Patamban proviendrait essentiellement, selon Moctezuma Yano (2002 : 101-102), du phénomène croissant de migration vers les États-Unis depuis les années 80. Chaque année, des centaines de patambeños partent aux États-Unis. Les statistiques font faux bond : la plupart traverse la frontière sans papiers. Cette migration massive influe indéniablement sur le style de vie et les goûts des patambeños. Même si la vie socio-économique du village continue d’être régie autour des activités agricoles et potières, les opportunités professionnelles offertes dans le pays voisin (del otro lado) ont modifié le pouvoir d’achat de nombreuses familles du village. Aujourd’hui à Patamban, il est plus prestigieux et valorisé socialement d’avoir une maison en ciment plutôt qu’en adobe, de rouler en pick-up et de troquer le costume purépecha contre des vêtements modernes – jeans, t-shirts et baskets pour les jeunes filles et garçons.

Une étude qualitative

8Le travail de terrain à Patamban s’est étendu d’octobre 2005 à mai 2006. Parallèlement à l’ethnographie générale de la communauté, nous avons réalisé des entretiens approfondis avec douze jeunes (9 filles et 3 garçons) âgés entre 15 et 26 ans. Ces derniers constituaient l’effectif total du lycée (Colegio de Bachilleres) du village. Résumée à un corps de bâtiment délabré, cette institution a ouvert ses portes en septembre 20054. Le choix de cet espace pour l’étude répond à trois critères essentiels : 1/ délimiter un groupe restreint de jeunes pour une approche qualitative ; 2/ interroger des personnes au sortir de l’adolescence ou en début de phase adulte, c’est-à-dire au moment où les troubles alimentaires surgissent le plus souvent (DSM-IV, 1998 : 557 et 562) ; 3/ interroger des individus des deux sexes afin d’obtenir des regards croisés, avec une large majorité de filles : l’anorexie mentale et la boulimie affectent principalement des jeunes filles (ou femmes) – entre 8 et 9 filles pour 1 garçon (González, 2002 : 4).

9Les douze jeunes enquêtés ont répondu à un questionnaire, l’Eating Attitude Test, sensé détecter les troubles alimentaires ; à quatre entretiens approfondis sur les rapports à l’alimentation et au corps. En dehors de ces échanges formels réalisés dans cet espace institutionnel, nous avons également suivi, quand cela était possible, le quotidien de ces jeunes en nous immisçant dans leur famille.

10Contrairement à leurs homologues qui, après leur scolarité à La Secundaria (équivalent du Collège), se sont mis à travailler dans les champs ou dans le bâtiment (à Patamban ou aux États-Unis) et/ou se sont mariés, les jeunes enquêtés ont continué d’étudier dans le but d’« avoir un meilleur avenir, un meilleur emploi »5. Quelques-uns ont même une idée précise de leur futur métier : ingénieur dans le bâtiment (Jaime) ; banquier (Miguel) ; biologiste (Monica) ; infirmière (Alexia) ; esthéticienne (Rosario). Si les garçons estiment que le destin idéal d’un homme est de « travailler pour nourrir sa famille » et que celui d’une femme est « de s’occuper de ses enfants, de savoir cuisiner et de tenir une maison propre », les filles entendent « travailler pour être indépendantes » et certaines précisent qu’elles aimeraient être accompagnées d’un mari « responsable », « aidant » et « présent » au foyer. La vision de ces filles étonne d’autant plus qu’elle contraste avec la vie de leurs mères, femmes au foyer, chargées de l’intendance domestique et de l’éducation de leurs enfants. Leurs pères sont pour la plupart paysans ou ouvriers. Tous les jeunes affirment avoir au moins cinq parents aux États-Unis ; certains d’entre eux entendent s’y aventurer tôt ou tard. Tous nés à Patamban, ces jeunes vivent avec leur famille paternelle (système patrilocal).

11Tout travail de terrain est ponctué d’aléas et il faut préciser que nos entretiens se sont rapidement interrompus avec deux jeunes filles : Leticia (23 ans) qui a rejoint illégalement ses frères et sœurs en Floride ; Agata (17 ans) qui, « enlevée » par son petit ami, s’est mariée et est partie vivre chez ses beaux-parents6.

L’application de l’eating attitude test

Un instrument efficace pour la détection des troubles alimentaires

12Le test des attitudes face à l’alimentation (Eating Attitude Test), conçu par Garner et Garfinkel (1979 : 273-279), est l’un des questionnaires d’évaluation les plus souvent utilisés pour identifier les troubles alimentaires auprès d’une population clinique et générale7. D’abord doté de 40 items puis de 26 dans sa version abrégée, le questionnaire offre pour chaque proposition six réponses possibles qui vont de « jamais » à « toujours » et qui reçoivent une notation comprise entre 0 et 3 points8. La totalité des points obtenus s’étend donc de 0 à 78 points (pour la version de 26 items) et un score égal ou supérieur à 20 est considéré comme un indice de pathologie.

13Selon Garner et Garfinkel, les 26 items forment trois sous-échelles qui sont : 1/ la restriction alimentaire ; 2/ la boulimie et l’obsession pour la nourriture ; 3/ le contrôle oral (l’autocontrôle vis-à-vis de la nourriture et la perception de la préoccupation sociale sur les fluctuations du poids) (1982 : 871-878). Le test global et ses sous-échelles permettent d’affiner l’éventuel profil symptomatique. Bien que la fiabilité de ce questionnaire ait été largement démontrée depuis plus de vingt ans, de nombreux spécialistes recommandent de l’utiliser comme un instrument « qui fournit un premier diagnostic » et qui, en fonction de ce dernier, conduit ou non à une évaluation plus approfondie (Castro, Toro, 1991 : 176).

Les résultats de l’EAT-26 des jeunes de Patamban

14Au début du travail de terrain, en novembre 2005, nous avons appliqué ce questionnaire aux douze jeunes du lycée. Non adepte des enquêtes quantitatives, notre but était moins d’en extraire des chiffres que d’obtenir un premier aperçu sur l’éventuelle prédisposition de ces jeunes à développer un trouble alimentaire.

15Trois ensembles de résultats ont pu être discernés. Le premier groupe, composé de huit jeunes – trois garçons et cinq filles –, a remporté des scores entre 0 et 6 points, ne s’est pas identifié aux propositions du questionnaire et s’est montré « détaché » des préoccupations liées à la silhouette corporelle et à l’alimentation. Des réponses du deuxième groupe, constitué par Alexia (21 ans) et Rosario (26 ans), s’est dégagée une propension au régime alimentaire et à la recherche de minceur ; les filles ont obtenu 12 et 14 points. Enfin, le troisième groupe, représenté par Esmeralda (15 ans) et Agata (17 ans), a nettement démontré une obsession pour la nourriture et la hantise du corps « gros » ; ces deux questionnaires s’élèvent à 25 et 26 points, desquels la sous-échelle la plus significative est la restriction alimentaire avec des totaux respectifs de 18 et 16 points.

16Une précision méthodologique s’impose. Si nous avons brossé à grands traits les résultats de ce questionnaire en novembre 2005, la notation finale de celui-ci ne s’est en revanche effectuée qu’après la séquence des entretiens approfondis. Comme l’écrit Laplantine (2001 : 172), la démarche première de l’anthropologue passe par « le cheminement lent et laborieux qui conduit du recueil et de l’imprégnation ethnographiques à la compréhension de la logique propre à la société étudiée ». Notre souhait n’était pas de dégager des données chiffrées auprès d’un échantillon de personnes si restreint, ni de recueillir des résultats « prêts à l’emploi », qui relèvent d’une approche médicale et d’une vision « occidentale ». En revanche, le recours à ce questionnaire nous a paru fondamental dans la mesure où il nous a permis de découvrir que deux filles sur 12 jeunes ont obtenu un total de points similaire à ceux de personnes consultées en milieu hospitalier à Mexico et rangées comme étant susceptibles de souffrir de troubles alimentaires (Tinat 2006). Ces résultats signifient-ils que ces deux filles de Patamban pourraient présenter un profil anorexique ou boulimique ? Cette conclusion semblerait d’emblée hâtive et inappropriée. On tentera d’esquisser une réponse au fil des paragraphes qui suivent.

Les pratiques et représentations alimentaires

Des personnes atteintes d’anorexie mentale ou de boulimie

17Dans l’anorexie mentale comme dans la boulimie, la nourriture représente un démon par lequel les personnes se sentent possédées et leur obsession est si intense qu’elle s’accompagne d’une lutte contre le besoin et le désir de s’alimenter. Il est possible d’identifier ces personnes en raison de la relative stéréotypie qui caractérise leurs rapports à l’alimentation.

18L’anorexie mentale peut être « restrictive » ou « compulsive/ purgative » (DSM-IV, 1998 : 554). Dans les deux cas, la personne s’engage dans un régime sévère qui est soit ponctué de phases de jeûne prolongé et d’exercices physiques excessifs, soit entrecoupé de crises d’ingestions alimentaires suivies de vomissements provoqués ou de prises de laxatifs. La personne anorexique exerce un « contrôle extrême » sur sa nourriture : tout aliment est quantifié, rationalisé sur le décompte des calories ; tout aliment gras ou « riche en lipides » est honni et banni tandis que tout aliment light est adopté (Tinat, 2006). Parmi tous les aliments, la viande est typiquement rejetée par les anorexiques ; l’eau à l’inverse, en tant qu’élément purificateur, est consommée en quantités inimaginables (Buckroyd, 1998 : 21-22).

19Les caractéristiques essentielles de la boulimie sont les crises d’orgie alimentaire et les méthodes compensatoires inappropriées pour éviter la prise de poids. Ce second trouble se décline également en deux sous-types qui diffèrent dans la nature de leurs méthodes compensatoires. Dans le type purgatif, la personne recourt aux vomissements, aux laxatifs ou diurétiques. Dans le type non purgatif, elle opte pour des phases de jeûne ou une pratique sportive intensive. La crise de boulimie se définit par : 1/ une absorption, en un temps limité, d’une quantité de nourriture largement supérieure à ce que la plupart des gens absorberaient en un laps de temps similaire ; 2/ le sentiment d’une perte de contrôle du comportement alimentaire pendant la crise (Pomerleau, 2001 : 14). Bien que les tables de calories soient parfaitement connues des personnes qui souffrent de boulimie, les crises ne rassemblent généralement que des aliments riches en calories et qui « font grossir ».

Des jeunes de Patamban

20Tous les jeunes enquêtés prennent trois repas par jour, en famille. Ces repas se composent essentiellement de tortillas, de haricots rouges (frijoles), de viande (deux fois par semaine) ou d’œufs, de lait et de fruits. Pendant la journée, neuf d’entre eux grignotent quotidiennement des pommes chips Sabritas, des beignets (churros), des confiseries ou s’achètent encore un soda à l’épicerie. Pour tous, ces aliments sont de la comida chatarra (junk food) ; seuls sont « bons pour la santé » les produits frais et naturels issus de la terre, récoltés dans les parcelles alentours et vendus au marché du jeudi matin. Tous les jeunes dénoncent le côté nocif de l’alimentation américaine, « trop riche en pain blanc, boîtes de conserves et produits congelés », « à base de viande trop longtemps gardée dans les frigidaires ».

21Aucun d’eux ne se qualifie de gourmand ; tous affirment : « Je mange ce qu’il y a, ce que ma mère prépare… ». Cette réponse systématique renvoie à deux éléments importants. On rappellera tout d’abord que Patamban n’est pas placé sous le signe de l’abondance alimentaire. Chaque matin, les mères de famille s’acheminent vers la place centrale pour faire les courses de la journée : les aliments ne doivent pas être gâchés et ne peuvent généralement pas être stockés9. On se remémorera ensuite que ce sont les mères (parfois aidées de leurs filles) qui font les courses et préparent les repas. Si les garçons estiment que « ces tâches incombent aux femmes », les filles pensent que les garçons devraient aussi apprendre à cuisiner parce que les femmes sont « parfois absentes ou malades » et parce qu’elles ont « souvent besoin d’aide ».

22Les comportements alimentaires caractéristiques de l’anorexie mentale et de la boulimie, décrits dans le paragraphe précédent, ne sont jamais apparus au travers des entretiens réalisés avec les douze jeunes. L’impression générale, qui est ressortie de ces échanges, est que la plupart d’entre eux ne rencontre aucun problème avec son alimentation. Aucune fille n’a décrit des pratiques de jeûne, de vomissements auto-provoqués, des crises de boulimie, des repas en secret ou des accès de potomanie. Nous n’avons pu relever que quelques comportements isolés. Rosario a déjà entrepris un régime sans pain ni tortillas pour « perdre du ventre », mais elle l’a interrompu au bout de 15 jours. Agata a pour habitude de regarder le nombre de calories inscrits sur les aliments industrialisés – elle est la seule des douze jeunes à savoir ce que sont les calories – ; elle raconte aussi avoir vomi quotidiennement pendant plusieurs semaines il y a environ deux ans. Rosario et Agata éprouvent une grande culpabilité après avoir mangé des pommes chips Sabritas. Depuis un an, Esmeralda ne mange plus de fritures et ne boit plus de sodas parce que « ça fait grossir ». On notera que ces trois filles sont celles qui ont obtenu les scores les plus élevés au questionnaire de l’EAT-26.

Les pratiques et représentations corporelles

Des personnes atteintes d’anorexie mentale ou de boulimie

23L’anorexie mentale et la boulimie se caractérisent non seulement par de graves altérations de la conduite alimentaire, mais aussi par une perception déformée de la silhouette et du poids corporels. Les quatre critères diagnostiques de l’anorexie mentale renvoient tous à cet aspect corporel : « A. Refus de maintenir un poids corporel égal ou supérieur à une valeur minimum normale en considérant l’âge et la taille ; B. Peur intense de grossir ou de devenir obèse ; C. Altération de la perception du poids et de la silhouette corporels ; D. Aménorrhée pendant au moins trois cycles menstruels consécutifs » (DSM-IV, 1998 : 558-559). Outre ces critères, il est bien connu que les personnes qui souffrent d’anorexie ont une pratique sportive intensive et qu’elles contrôlent de façon permanente les fluctuations de leur poids en se pesant et en se mesurant de façon constante (Tinat, 2005 : 105-106).

24Dans la boulimie, les critères diagnostiques font davantage référence à l’aspect alimentaire que corporel. Seul le critère D. signale que, chez les personnes qui souffrent de boulimie, « l’estime de soi est exagérément influencée par le poids et la silhouette corporels » (DSM-IV, 1998 : 563). A l’instar de ceux qui souffrent d’anorexie mentale, ces sujets vivent dans la peur de grossir, aspirent à maigrir et font du sport intensivement. Si, dans l’anorexie mentale, l’indice de masse corporelle (IMC) est souvent inférieur à 17,5 kg/m², il peut être, dans la boulimie, entre les marges du poids « normal » – c’est-à-dire entre 18 et 24 kg/m² – ou bien légèrement au-dessous ou au-dessus.

Des jeunes de Patamban

25Les entretiens réalisés avec les jeunes sur le corps se sont révélés fructueux : tous ont répondu de façon détaillée et avec grand intérêt. Si cinq d’entre eux ne se sentent « ni gros ni maigres » tout en rêvant d’être plus « musclés », quatre jeunes filles (Abril, Alexia, Rosario et Esmeralda) affirment en revanche « détester leur corps, se sentir trop grosses » et un garçon, Jaime, a confessé sa « peur d’être trop gros du ventre », de devenir obèse comme son père. Excepté Esmeralda qui affiche des rondeurs, tous les jeunes présentent pourtant une silhouette corporelle plutôt mince ou « normale », à l’IMC compris entre 18 et 21,3 kg/m²10.

26Ces quatre jeunes filles, qui se sentent « trop grosses », expriment leurs sensations en ces termes : « J’ai l’impression d’accumuler toute ma graisse dans le ventre : si je pouvais, je me ferais liposucer » (Rosario) ; « Je fais tous les jours des abdominaux pour conserver mon ventre plat » (Alexia) ; « Je me sens laide, je suis trop grosse et quand mon copain reviendra des États-Unis, je suis sûre qu’il ne voudra plus de moi » (Abril) ; « J’ai un corps rempli de graisse » (Esmeralda). Même si la grosseur hante certains esprits, tous les jeunes sont unanimes : « Il vaut mieux grossir que maigrir, une perte de plus de 5 kg est inquiétante : cela signifie que la personne est très malade. » Les jeunes enquêtés ne se pèsent et ne se mesurent qu’environ une fois par an, lorsqu’ils se rendent à la clinique du village.

27Que leur image corporelle leur plaise ou non, une majorité de filles s’identifie aux actrices américaines des feuilletons télévisés qu’elles regardent le soir en famille11. A l’instar de ses camarades, Rosario affirme : « On voudrait toutes êtres comme elles ! » Si, pour les garçons, le sport est synonyme de « divertissement », il est, pour les filles, relié à l’idée de « se sentir mieux dans son corps ». Sur les conseils de son cousin revenu des États-Unis, Monica va courir tous les matins avec lui dans les champs entre 7h et 9h30 ; Rosario fait des exercices d’aérobic dans sa chambre avant le coucher ; Abril et Esmeralda jouent au basket-ball tous les soirs. A aucun moment, ces filles ne relient « activité physique » à l’objectif de « perdre des calories » ou de « sculpter son corps ». Aucune fille, pas même Esmeralda, ne pratique intensivement un sport. Les filles s’accordent pour avancer que « les garçons préfèrent désormais les filles minces » et qu’en revanche « le succès d’un garçon ne dépend pas de sa grosseur ou minceur ». Ces deux points de vue sont confirmés par les trois jeunes hommes enquêtés, même si Jaime ajoute que « les filles aiment de plus en plus les hommes minces ».

28Ces regards croisés entre filles et garçons nous ont conduit à leur demander s’ils auraient aimé avoir le corps du sexe opposé et par extension être du sexe opposé. Les trois garçons ont nié d’un trait en fournissant des arguments similaires : « Je préfère être un homme… On a plus de libertés que les femmes. On est plus forts physiquement. On peut travailler dans n’importe quoi. On peut fumer, boire de l’alcool et sortir très tard le soir. Les femmes, non, ou sinon elles sont très mal vues » (Gonzalo). Aucun des garçons ne peut imaginer que les femmes acquièrent à l’avenir les mêmes libertés qu’eux : « Ce serait impossible ! Elles iraient avec d’autres hommes et négligeraient leurs enfants » (Miguel) ; « Impossible parce qu’elles ne savent pas travailler. Parce qu’elles savent seulement s’occuper de la maison et cuisiner. » (Gonzalo) ; « La femme n’a pas le droit de faire ce qu’elle veut parce que c’est une femme ! » (Jaime).

29Les filles, quant à elles, ont des réponses plus nuancées. Toutes affirment d’emblée qu’elles auraient aimé être un homme pour « avoir plus de libertés » ou encore « pour ne jamais avoir de menstruations ». Dans un second temps, elles avouent préférer être des femmes pour leur « créativité », l’« esthétique » de leur corps, leur « garde-robe qui peut être diversifiée », la possibilité de « se maquiller » et de « suivre la mode », leur « sens des responsabilités » ou encore leur pouvoir génésique. « C’est un vrai avantage de pouvoir faire les enfants. Au moins, quand les hommes nous abandonnent, on garde les enfants avec nous », susurre Abril. Deux jeunes filles, Alexia et Rosario, restent convaincues qu’elles auraient préféré être des hommes parce que « la vie est plus facile pour eux ». Au moment des entretiens, toutes les deux traversaient une période dépressive : Alexia (21 ans) se sent une femme échouée (mujer fracasada) parce qu’elle vient de se séparer de son mari (violent envers elle) et est retournée chez ses parents avec sa fille âgée de deux ans ; Rosario (26 ans) rage de ne pas pouvoir rencontrer de garçons à cause de ses parents qui l’interdisent de sortir de chez elle.

Conclusion

30Au terme de ces quelques mois de terrain et malgré le groupe restreint de personnes enquêtées qui réduit forcément la portée des résultats, il est à la fois « facile » et « difficile » d’avancer qu’une émergence des troubles de la conduite alimentaire est repérable dans ce village.

31Cela est « facile » pour les raisons suivantes. L’application de la grille d’évaluation de l’Eating Attitude Test a d’abord dégagé que deux filles sur les douze jeunes interrogés, de par leurs scores élevés au test, sont susceptibles d’être atteintes de troubles alimentaires. Les entretiens approfondis ont ensuite révélé : d’une part que certaines filles peuvent penser en termes de calories et de régime et savent identifier les aliments gras qui « font grossir » ; d’autre part que cinq jeunes rêvent de minceur corporelle qui rime avec beauté et succès. Enfin, grâce à une approche ethnographique plus générale, on a observé que les jeunes filles aspirent à rompre avec certaines valeurs traditionnelles de la communauté, un peu comme si une émancipation féminine s’annonçait pour les années à venir. Ces tendances dessinent indéniablement un panorama de prédisposition aux troubles de la conduite alimentaire ; on remarque toutefois que sont ici réunies les représentations alimentaires et corporelles à défaut des pratiques caractéristiques des personnes qui souffrent de troubles alimentaires.

32C’est lorsque notre regard se porte sur les pratiques de ces filles qu’il devient plus « difficile » de parler d’émergence des troubles alimentaires en ce contexte. A aucun moment, on n’a relevé des pratiques de jeûne, de vomissements auto-provoqués, de pesées et de mesures pluriquotidiennes, d’efforts physiques obsessifs et intensifs. Bien qu’Agata et Esmeralda aient obtenu des scores élevés à l’EAT-26 qui, d’un point de vue médical, marquent un indice de pathologie, il est selon nous périlleux de considérer que ces deux jeunes filles sont atteintes d’un trouble alimentaire. On rappelle qu’Agata nous a « échappé » à cause du fait qu’elle se soit mariée. En fin de terrain, nous l’avons revue épanouie dans son couple et heureuse de nous annoncer sa grossesse ; ses obsessions de minceur s’étaient estompées. Le comportement d’Esmeralda, quant à lui, nous a davantage renvoyé à la pathologie. Sans pouvoir nommer son trouble, on a tenté de comprendre son mal-être par rapport à la nourriture, à son corps et aux membres de sa famille. Ses états d’inhibition émotionnelle et son attitude silencieuse rappelaient ceux des filles atteintes de troubles alimentaires.

33Peut-on pour autant avancer avoir décelé un cas de trouble alimentaire à Patamban ? Oui et non. D’un point de vue des conceptions médicales « occidentales », illustrées dans ce texte par le test EAT-26 et les définitions des troubles en début de chaque partie, Esmeralda est « affectée » d’un trouble de la conduite alimentaire. De son point de vue et surtout de celui de son milieu culturel, Esmeralda n’est pas considérée comme étant « malade ». Les maladies sont toujours vécues subjectivement à l’intérieur d’un contexte culturel particulier. Markey rappelle que, parmi les Mexicains « traditionnels », une maladie n’est considérée comme telle que lorsqu’elle affiche des symptômes visibles et une douleur évidente (2004 : 149). C’est parce que les troubles alimentaires sont d’abord des troubles psychologiques et ensuite physiques qu’ils peuvent ne pas être reconnus comme des maladies dans tous les groupes culturels.

34Etudier les troubles alimentaires en milieu rural et dans les pays en développement ne peut se départir d’une réflexion sur l’environnement culturel. On a vu que Patamban réunissait les trois facteurs culturels qui, selon Gordon, constituent le terrain fertile au développement des désordres alimentaires. Même si l’évolution du rôle féminin n’est pas encouragée par les garçons, les filles interrogées commencent à se détacher des rôles « traditionnels » des femmes : elles souhaitent travailler et rêvent des libertés de leurs homologues masculins. Sans être ni frappants ni omniprésents, les deux autres facteurs, le souci de l’apparence et de l’image corporelle ainsi que l’obsession envahissante de l’obésité, sont apparus au fil des entretiens.

35Ces trois facteurs culturels ont d’autant plus d’impact en ce contexte que la communauté de Patamban semble immergée dans un processus de modernisation relativement accéléré. Il suffit de relire les descriptions faites par Gouy Gilbert (1987) ou Alvarez Ruiz (1992) pour constater les métamorphoses économiques, culturelles et sociales de Patamban en l’espace des deux dernières décennies. Si l’agriculture et l’artisanat restent le centre des activités quotidiennes et si survivent quelques éléments de la culture purépecha, les intérêts du village semblent bien tournés vers l’extérieur, la ville et les États-Unis12. Les signes les plus évidents se remarquent surtout au travers des attitudes des jeunes : apparence vestimentaire qui diffère peu des modes urbaines ; aspiration à des avenirs différents, en dehors du village et en rupture avec certaines visions traditionnelles.

36Outre le phénomène d’urbanisation, on insistera davantage sur l’impact de la migration vers les États-Unis dont l’ethnographie générale du village permet de rendre compte. De nombreuses familles non seulement vivent désormais des envois d’argent (remesas) de leurs parents immigrés, mais partagent aussi leurs expériences via les moyens de communication, comme le téléphone ou la télévision, présents dans une large majorité des foyers. Sans doute est-ce l’ensemble de ces facteurs culturels, exogènes, dérivés de ces nouveaux parcours de vie, qui sont susceptibles de nourrir dans le futur une émergence des troubles alimentaires.

37Quoi qu’il en soit, la migration aux États-Unis et ses effets de modernisation économique, sociale et culturelle font écho aux processus d’acculturation vécus par les personnes issues du monde « non occidental » et qui souffrent de troubles alimentaires (Pate, Pumariega, 1992 ; Dolan, 1991). Comme l’a démontré Toro (1996 : 98-133), le point commun de toutes les personnes atteintes de ces troubles dans les pays en développement est leur passage ou immersion, plus ou moins prolongés, dans un contexte « occidentalisé ». En ce sens, ces lignes non seulement corroborent la thèse de Toro mais invitent à multiplier les exemples afin d’élargir l’ouverture de cette brèche sur les possibles conditions d’émergence des troubles de la conduite alimentaire en milieux rural et en développement.

Top of page

Bibliography

ALVAREZ RUIZ S, 1992, La cuesta, Ediciones Patamban, Patamban, 118 p.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, 1998[1995] Diagnostical and statistical manual of mental disorders: DSM-IV, Masson, Barcelona.

BOJORQUEZ I, UNIKEL C, 2004, « Presence of Disordered Eating among Mexican Teenage Women from a semi-urban Area: its relation to the cultural hypothesis », European Eating Disordered Review, 12, 197-202.

BUCKROYD J, 1997, Anorexia y Bulimia, Martínez Roca, Barcelona, 125 p.

CASTRO J, TORO J, 1991, « The Eating Attitudes Test: Validation of the Spanish Version », Psychological Assessment, 7(2), 175-190.

DOLAN B, 1991, « Cross-Cultural Aspects of Anorexia Nervosa and Bulimia: A review », International Journal of Eating Disorders, 10(1), 67-78.

DURAND J, MASSEY D, 2003, Clandestinos. Migración México-Estados Unidos en los albores del siglo XXI, Universidad de Zacatecas, México DF.

GARNER D.M, GARFINKEL P.E, 1979, « The Eating Attitude Test: an index of the symptoms of anorexia nervosa », Psychological Medicine, 9(22), 273-279.

GARNER D.M, GARFINKEL P.E, 1982, « The Eating Attitude Test: psychometric features and clinical correlates », Psychological Medicine, 12, 871-878.

GORDON R.-A, 1996[1990], Anorexie et boulimie. Anatomie d’une épidémie sociale, Stock, Mesnil sur l’Estrée, 261 p.

GONZALEZ M.E, 2002 Anorexia y Bulimia. Los desórdenes en el comer, Norma Ediciones, Tlalnepantla, 237 p.

GOUY-GILBERT C, 1987, Ocumicho y Patamban: dos maneras de ser artesanos, CEMCA, México DF, 63 p.

GUILLEMOT A, LAXENAIRE M, 1997, Anorexie mentale et boulimie. Le poids de la culture, Masson, Paris, 140 p.

LAPLANTINE F, 2001[1995], L’anthropologie, Payot & Rivages, Paris, 243 p.

MAILLET J, 1995, Histoires sans faim. Troubles du comportement alimentaire: anorexie, boulimie, Desclée de Brouwer, Paris, 108 p.

MARKEY C, 2004, « Culture and the Development of Eating Disorders: A Tripartite Model », Eating Disorders, 12,139-156.

MOCTEZUMA YANO P, 2002, Artesanos y artesanías frente a la globalización: Zipiajo, Patamban y Tonalá, El Colegio de Michoacán, Zamora, 237 p.

PATE J.E, PUMARIEGA A.J, 1992, « Cross-Cultural patterns in Eating Disorders: A Review », Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 31(5), 802-809.

POMERLEAU G, 2001, Démystifier les maladies mentales. Anorexie et boulimie, Gaëtan Morin, Québec, 212 p.

Schaffhauser P, 2000, Les purépechas au Mexique: une sociologie de l’identité, L’Harmattan, Paris, 317 p.

TINAT K, 2005, « Aproximación antropológica de las Relaciones entre Anorexia Nerviosa y Feminidad », Psicología Iberoamericana, 13(2), 104-114.

TINAT K, 2006, « Le contrôle extrême de la nourriture. Un regard sur l’anorexie mentale à Mexico », Journal des Anthropologues, 106-107, 105-122.

TORO J, 1996, El cuerpo como delito. Anorexia, bulimia, cultura y sociedad, Ariel, Barcelona, 347 p.

UNIKEL C, SAUCEDO-MOLINA T, 2002, « Conductas alimentarias de riesgo y distribución del Índice de Masa Corporal en estudiantes de 13 a 18 años », Salud Mental, 25(2), 49-57.

UNIKEL C, VILLATORA VELAZQUEZ J, 2000, « Conductas alimentarias de riesgo en adolescentes mexicanos », La Revista de Investigación Clínica, 52(2), 140-47.

Top of page

Notes

1 Outre leur rareté, les résultats chiffrés peuvent être aléatoires pour plusieurs raisons : 1) le recours à différents centres médicaux par un même individu ne sont pas toujours pris en compte (Maillet, 2004 : 13) ; 2) ces troubles sont difficiles à accepter et à avouer ; 3) par manque de ressources économiques ou par habitude, la famille ne recourt pas toujours à la médecine générale ou aux services spécialisés. Il est aussi difficile d’apprécier s’il y a une réelle augmentation du nombre de cas de ces troubles ou si ce sont des affections de mieux en mieux diagnostiquées.
2 La Meseta purépecha est difficile à représenter tant elle est liée au problème de l’articulation entre l’espace et le peuple indigène purépecha. Dans l’ouvrage de Schaffhauser (2000 : 118-119), trois cartes géographiques permettent cependant de voir que les communes de Cherán, Paracho et Nahuatzen font l’essence spatiale et le fondement ethnique de la Meseta.
3 Données de l’Instituto Nacional de Estadística Geografía e Informática (INEGI) d’après le recensement de l’an 2000.
4 Jusqu’à cette date, Patamban ne comptait pas de lycée.
5 Sur les douze jeunes, trois ont une activité professionnelle parallèlement à leur scolarité : secrétaire de mairie (Rosario) ; ouvrier (Gonzalo) et cuisinière dans une école du village (Abril). Les autres (surtout les filles) secondent leur mère dans les tâches domestiques et l’éducation de leurs frères et sœurs benjamins.
6 Pour ces deux jeunes filles, il a été impossible de réaliser les troisième et quatrième entretiens sur le corps.
7 Il s’agit d’un questionnaire avec lequel nous avons été familiarisée lors de notre recherche post-doctorale sur « l’anorexie mentale et la féminité à Mexico DF. » (Tinat, 2005 : 104-114). L’une des deux institutions médicales de Mexico où nous avons mené cette étude appliquait ce questionnaire aux patientes, lors de l’étape préliminaire à l’intervention thérapeutique. La présente étude est née du souhait de passer de « la ville au village » afin d’observer dans quelle mesure les troubles alimentaires sont susceptibles d’affecter d’autres environnements sociaux, encore empreints d’une culture indigène et pas vraiment encore « occidentalisés ».
8 Les 26 items sont les suivants : 1/ Je suis terrorisé(e) à l’idée d’être en surpoids ; 2/ J’évite de manger quand j’ai faim ; 3/ La nourriture me préoccupe ; 4/ Parfois, je mange énormément et je sens que je ne peux pas m’arrêter ; 5/ Je coupe la nourriture en petits morceaux ; 6/ Je connais le contenu calorique des aliments que je mange ; 7/ J’évite de manger des aliments comme le pain, les tortillas, le riz… ; 8/ Je sens que les autres (famille, amis) aimeraient que je mange davantage ; 9/ Je vomis après avoir mangé ; 10/ Je me sens très coupable après avoir mangé ; 11/ J’aimerais être plus mince ; 12/ Quand je fais du sport, je pense aux calories que je brûle ; 13/ Les autres (famille, amis) pensent que je suis trop maigre ; 14/ Je suis préoccupé(e) à l’idée d’avoir de la graisse dans mon corps ; 15/ Je mange plus lentement que le reste de ma famille ; 16/ J’évite de manger des aliments qui contiennent du sucre ; 17/ J’aime manger des aliments light ou de régime ; 18/ Je sens que ma vie dépend des repas ; 19/ J’aime sentir que je contrôle ce que je mange ; 20/ Les gens (famille, amis) me font pression que je mange davantage ; 21/ Chaque jour, je pense pendant des heures à la nourriture ; 22/ Je me sens mal à l’aise après avoir mangé des confiseries, des pommes chips Sabritas… ; 23/ Je voudrais faire un régime ; 24/ J’aime sentir que mon estomac est vide ; 25/ J’éprouve le besoin de vomir après avoir mangé ; 26/ J’aime goûter de nouveaux aliments. (Notre traduction et réadaptation pour ce groupe de jeunes – par ex. précision des tortillas et pommes chips Sabritas)
9 Selon les données de l’INEGI de l’an 2000, sur les 782 maisons recensées à Patamban, 199 disposaient d’un réfrigérateur – aucun renseignement n’est fourni quant à la possession d’une gazinière. Les appareils électroménagers des familles sont souvent acquis grâce aux envois d’argent (remesas) des membres qui se trouvent aux États-Unis. Ces appareils ne sont toutefois pas toujours mis en service : les mères de famille se montrent souvent réfractaires à ces nouveaux biens.
10 Il convient de signaler que ce calcul n’a pas pu être établi pour tous les jeunes. Certains d’entre eux ne connaissent ni leur poids ni leur taille.
11 Les données de l’INEGI de l’an 2000 révèlent que, sur les 782 maisons recensées à Patamban, 607 disposaient d’une télévision.
12 Depuis 1996, Patamban est reliée, par une route goudronnée, à la commune de Tangancícuaro et à la ville de Zamora (Moctezuma Yano, 2002 : 105).
Top of page

References

Electronic reference

Karine Tinat, « Les troubles alimentaires émergent-ils en milieu rural ? », Anthropology of food [Online], S4 | May 2008, Online since 30 May 2008, connection on 25 September 2017. URL : http://aof.revues.org/3853

Top of page

About the author

Karine Tinat

El Colegio de México (Mexico, Mexique), ktinat@colmex.mx

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page