Skip to navigation – Site map

De la honte d’avoir faim dans un pays riche

Introduction: « manger pour vivre : l'alimentation en condition de précarité dans les pays « riches » »
The shame of being hungry in a developed country
Anne-Elène Delavigne and Karen Montagne

Editor's notes

Avec la participation de Henri Courau ; Ethnologue, associé à l’UR 102 de l’IRD ; henricourau@gmail.com

Full text

1L’élaboration de ce numéro d’Anthropology of Food est née de la volonté de réintroduire dans l’actualité des sciences sociales une dimension du fait alimentaire souvent négligée. La problématique alimentaire occidentale est souvent abordée par des entrées telles que la « diététique », le « terroir », « l’identité », etc. (sujets traités dans des numéros antérieurs d'AOFood). Nous avons souhaité présenter une thématique à caractère plus social, ouverte à des auteurs venus d'horizons très divers, tels que des historiens, sociologues ou anthropologues. Nous les remercions de l’intérêt qu’ils ont manifesté pour cet appel à contribution.

  • 1 Terminologie qui, selon D. Mémmi et P. Arduin (2002) définit les pauvres aujourd’hui avant tout en (...)
  • 2 M. Rahnema, qui consacre un ouvrage au développement de la misère, parle lui du « masque de l'abond (...)
  • 3 Les éditeurs tiennent à garder à l'esprit la mise en garde que fait Ph. Bourgois (2001-1995 : 47) d (...)

2Les textes présentés nous permettent de donner à l’expression « sans parts », forgée par le philosophe Jacques Rancière, toute son envergure. En effet le lien entre alimentation et précarité engendre chez nos auteurs un grand nombre d'expressions construites autour du « sans » : sans autorisation de travail, sans abri, sans papiers, sans emploi, sans revenu, sans logis, sans domicile, à qui l’on distribue d’ailleurs des repas sans alcool et sans saveur.1 Les chercheurs s’interrogent : « Quelle est la part d’alimentation de ces « sans » ? » car contrairement à ce que pourrait laisser penser une situation « d'abondance »2, les pratiques alimentaires restent au cœur du problème de la pauvreté. C’est d’ailleurs ce que nous pouvons constater avec la création au milieu des années 1980 du réseau national des banques alimentaires et des Restos du Cœur en France. L’aide alimentaire apportée aux personnes démunies s’est, depuis, considérablement développée, structurée et organisée de sorte que l'on pourrait penser qu'elle fait partie des « nouvelles » formes d’encadrement des classes populaires (Mauger, 2001). Parallèlement, les personnes bénéficiant de ces aides représentent une fraction plus large de la population, « gens à la rue » ou travailleurs aux revenus très modestes. Les études qui suivent montrent bien que les dépenses alimentaires sont considérées comme le budget le plus compressible et qu'un manque de revenu se ressent aussitôt sur la qualité et la quantité de l'alimentation -et sur l'état de bien-être général des personnes. C'est à cette frange de la population, très diverse, que s'intéressent les auteurs de ce numéro.3 Comme en réponse à la constatation de Caillavet (et al., 2005) sur la rareté des études concernant les ménages les plus modestes, les contributeurs de ce numéro se sont saisis de ce terrain spécifique, et ce avec une étonnante diversité méthodologique.

3Indépendamment des conditions de pauvreté ou d'exclusion, certains auteurs abordent en premier lieu la thématique de la faim, son traitement et ses représentations. Les œuvres littéraires servent de sources à Alicia Guidonet qui analyse le rapport à l'alimentation en période de famine à partir d'un roman catalan (La plaça del Diamant de Mercè Rodoreda, 1962). Vincent Chenillé a constitué pour son étude sur les représentations de la faim, un riche corpus tiré de la production cinématographique de quelques pays occidentaux. C'est en se concentrant sur des récits de vie, en sollicitant et en interrogeant la mémoire de ses interlocuteurs, que Catherine Perianu mène l'enquête sur une période de rareté alimentaire du régime Ceausescu, enrichissant la réflexion comparatiste d’un terrain en Roumanie. Alain Clément, de par sa qualité d’historien, interroge la manière dont la pensée économique s'est saisie de la question de la nécessité de « nourrir les pauvres » depuis le 16ème siècle.

  • 4 Même si, à l'instar de Pascal Gaberel et Laurence Ossipow, tous ces auteurs insistent bien sur le f (...)

4D'autres auteurs nous font partager les résultats d'enquêtes à caractère plus sociologique, réalisées soit à grande échelle avec une volonté de représentativité4 ou bien à caractère plus ethnographique. Certaines sont des commandes faites à des chercheurs confirmés, d’autres les terrains de travaux universitaires. Laurence Tibère et Jean-Pierre Poulain, tout comme Pascal Gaberel et Laurence Ossipow ou encore Carole Amistani et Daniel Terrolle, ont enquêté à partir de questionnaires ou d'entretiens qualitatifs réalisés auprès de personnes ayant recours à l’aide alimentaire, et parfois à l'aide sociale, et disposant d’un hébergement fixe. Christine César a mené des entretiens avec une famille sans autorisation de travail et nous démontre pourquoi et comment se construit une des marges extrêmes de dépendance au secours alimentaire. Pour son étude sur la récupération alimentaire, Amandine Plancade, jeune chercheure, a sympathisé avec des sans domicile fixe vivant dans des abris « précaires », cuisinant et mangeant dans la rue.

  • 5 Lors de distributions alimentaires observées, les paquets congelés de steaks hachés ou de poissons (...)

5Dans cet appel à communication sur l'alimentation en condition de précarité dans les pays « riches », nous nous sommes interrogés sur le devenir de notions couramment associées à l'alimentation et sujettes à débats (convivialité, commensalité, plaisir, etc.), dès lors que les mangeurs ne sont pas en mesure de subvenir par eux-mêmes à leurs besoins alimentaires, et donc de choisir de respecter les usages et normes alimentaires édictés par la société : « Les usagers hésitent parfois à nous décrire leurs "petits plaisirs" car ceux-ci pourraient paraître superflus dans leur position » rapportent Pascal Gaberel et Laurence Ossipow. Nous voulions tenter de comprendre la manière dont les différents mangeurs « précaires », tels que SDF, bénéficiaires, pauvres, etc., (indépendamment des catégories sous lesquelles ils sont rangés) appréhende et utilisent cette nourriture non « gagnée par leur salaire », obtenue par le don, la récupération, etc. Or, si les terrains et problématiques présentés dans ce numéro montrent bien l'importance fondamentale de la convivialité et du lien social en situation de précarité alimentaire, le plaisir que les personnes peuvent ressentir à cuisiner ou manger (source de bien-être moral et social) n'est (les auteurs le constatent) jamais pris en compte dans la pratique, lors des distributions ou des prises alimentaires mises en place. Les valeurs nutritionnelles sont également laissées de côté (absence de fruits et légumes conseillés par le Plan National Nutrition Santé, pléthore de produits sucrés bas de gamme) alors qu'on leur attribue une importance majeure dans le reste de la société. Les consignes sanitaires se relâchent (notamment pour ce qui a trait au respect de la chaîne du froid)5 : ce qui importe en effet c'est de « remplir le ventre » des différents bénéficiaires à partir de récupérations et de dons de provenances diverses. Toutes les valeurs en vigueur par ailleurs ne s'appliquent alors plus dans ce cas.

6Plusieurs textes portent sur l'acquisition des aliments et/ou les difficultés rencontrées pour se procurer ces denrées (achats, dons, glanage, récupération, etc.). Contrairement à ce que pourrait laisser penser l'idée de « secours alimentaire » ou le terme de « distribution alimentaire », obtenir de quoi manger à sa faim n'est pas évident, même dans un cadre charitable. Face à une demande forte, les associations et institutions donatrices mettent chacune en place des critères propres visant à discriminer les ayants-droit des autres. Les contributions de Carole Amistani et de Daniel Terrolle ou celle de Christine César s'intéressent à ce système d'aide alimentaire dans une grande ville comme Paris et à l'échelle nationale. Par ailleurs, nous dit Christine César, « aucune des grandes associations ne conçoit stratégiquement le don de nourriture (sous forme de repas ou colis) comme devant répondre à l’ensemble des besoins d’une famille dans la durée ». Les bénéficiaires qu'elle a rencontrés apprennent à mettre en concurrence ces différents donateurs. Il faut souvent cumuler les moyens et les sources pour obtenir suffisamment de nourriture, ce que fait l’un des résidents d'une « cabane », rencontré par Amandine Plancade. Carole Amistani et Daniel Terrolle expliquent également dans leur étude que « la dépendance alimentaire n’est jamais totale ».

  • 6 Le texte de C. Périanu présente le cas de d'une pénurie alimentaire provoquée par le remboursement (...)
  • 7 Lise Pilon (2000) montre que, pour le Québec, les femmes, seules, en famille monoparentale ou en fa (...)
  • 8 Le sociologue Lilian Mathieu insiste sur les liens entre prostitution et précarité sociale (2001).

7Les textes d’Alicia Guidonet et de Catherine Périanu6, évoquent un sens « extrême » de la précarité alimentaire, et sont d’autant plus éclairants pour notre problématique. Le premier a pour contexte la pénurie alimentaire généralisée pendant la guerre civile espagnole en Catalogne ; le second, le rationnement alimentaire dans les années 1980, en Roumanie, sous Ceausescu. Ces auteures évoquent l'investissement nécessaire pour s'approvisionner en de telles circonstances, où le prix à payer pour manger n’est plus uniquement celui de l’argent et où d'autres valeurs d'échange ont cours. Il s'agit du temps à y consacrer : « Dans le quotidien des années 1980, faire la queue pour manger était une véritable façon de vivre, car l’Etat contrôlait la gestion du temps de ses citoyens » écrit Catherine Périanu. Il s'agit aussi de la capacité de créer et d’entretenir des liens sociaux, de voisinage, d'amitié, d'amour même : ainsi la protagoniste du roman étudié par Alicia Guidonet sera « poussée à établir une relation d’amitié et d’amour avec un homme qui lui fournira des biens et des services, parmi lesquels des aliments, grâce auxquels elle pourra subsister ». Cette auteure, qui traite en filigrane de la question de genre7, décrit un modèle auquel ont recours beaucoup d'autres femmes en situation de nécessité, y compris la prostitution8.

8L’importance de la construction et de l’entretien de réseaux sociaux est soulignée dans l’article d’Amandine Plancade qui relate son travail de terrain auprès d’habitants d’une « cabane » située dans une grande ville française : les aliments récupérés par Daniel dépendent des liens qu’il réussit, grâce à sa personnalité et son humour (trait que l'on retrouve dans la Roumanie affamée et qu'analyse également Catherine Périanu), à entretenir avec les commerçants, restaurateurs et habitants du quartier où il a implanté sa cabane. Pour contrer une situation humiliante de don sans contrepartie, il instaure des relations de réciprocité : offrir un bouquet de fleurs à un donateur, acheter du riz en espérant obtenir gratuitement de la sauce. La quête et la cuisine des aliments, réalisée en plein air et sous le regard des passants, jouent un rôle majeur dans l’élaboration des relations sociales entre ce sans domicile fixe, ses compagnons et les habitants du quartier. La nourriture est à la fois un moyen et une fin d’échange social avec les autres.

  • 9 Ce qui n'est pas le cas de la Suisse où, ainsi que nous le montre Pascal Gaberel et Laurence Ossipo (...)

9L'ensemble des études présentées dans ce numéro montre un système d'aides alimentaires devenu, en France, en grande partie caritatif. L’article d'Alain Clément nous éclaire sur la transformation de l'idée d’obligation alimentaire à l’égard des pauvres. Il évoque la critique de l'action de l’État Providence en montrant le rapport « aujourd’hui avec les vieilles idéologies du "mauvais" pauvre ».9 Dans ce cadre, la qualité de l'alimentation en condition de grande précarité ne dépend pas des dons alimentaires (insuffisants) mais de la capacité des personnes en situation de précarité à identifier et utiliser différentes sources d'approvisionnement en fonction de leurs réseaux. Cela rend caduque l’idée première des politiques de réinsertion psychologisante basées sur la restauration du « lien social ».

  • 10 Ainsi que l'ont montré les chercheurs travaillant sur la pauvreté comme Serge Paugam.
  • 11 Les textes présentés ici décrivent la composition de l'alimentation, les aliments en présence, de f (...)

10Les récits de « débrouillardise » au quotidien sont multiples et nombreux dans les textes des différents auteurs. Ils nous révèlent qu'il s'agit autant d'échapper à cette cruelle réalité qu'est la faim que d'échapper à la situation stigmatisante et négatrice de soi qu’impose le don alimentaire, à l'instar de toute situation de précarisation.10 En Suisse par exemple, nous apprennent Pascal Gaberel et Laurence Ossipow, des recommandations portent sur le danger de stigmatisation lié à l’attribution de prestations en nature. Les pratiques mises en œuvre par les « précaires »,11 lors de la recherche d'aliments suivie de leur préparation, visent à s'extraire du statut disqualifiant qu'implique le don alimentaire. Comme l'écrivent Carole Amistani et Daniel Terrolle, il s’agit d’une « alimentation en bout de chaîne de la consommation et qui associe le consommateur aux "rebuts" qui lui sont proposés ». Le personnage principal suivi par Amandine Plancade arrive à tirer de sa cuisine une certaine identité valorisante, et la reconnaissance parmi ses pairs. La description fine des préparatifs et assemblages culinaires permet de se rendre compte combien ces pratiques de « bricolage alimentaire » (au sens de Lévi Strauss) renouent avec l'essence même de la cuisine, essentiellement faite d'adaptation (aux denrées disponibles, aux goûts des uns et des autres) qu'analysait Luce Giard (de Certeau et al., 1994). Ce ne sont pas les pratiques – de glanage, de récupération de déchets alimentaires - qui sont destructrices mais bel et bien les représentations doucement violentes et stigmatisantes qui leur sont associées, souvent dénoncées dans les textes présentés ici. C'est ce qu'illustre également l'action qu'a mené un collectif, appelé The diggers. Ces derniers organisaient pour les hippies déferlant sur San Fransisco en 1965 des repas gratuits à partir de récupération d'aliments. Ils envisageaient cette distribution alimentaire comme un moyen subversif pour lutter contre « l'American way of life » et le pouvoir de l'argent, ainsi que pour encourager l'entraide et l'autogestion. Ces récupérations alimentaires portaient des valeurs que les Diggers, reconvertis, défendent maintenant sous la bannière de l'écologie.

11Qu'il s'agisse de générer des déchets (pour les habitants de la cabane rencontrés par Amandine Plancade), de sélectionner son association humanitaire pour la famille de sans papiers interviewée par Christine César ou de rechercher une autonomie dans ce que décrivent Carole Amistani et Daniel Terrolle ; « des phénomènes d’autolimitation sont récurrents exprimant le souhait de limiter l’endettement « symbolique » ainsi contracté » écrivent ces derniers. La contribution de Laurence Ossipow et Pascal Gaberel montre d'ailleurs combien la précarité alimentaire favorise l'adoption de régimes restrictifs. Ces régimes sont alors une façon de traduire positivement l'absence de choix à laquelle se trouvent confrontés les mangeurs en situation de précarité.

  • 12 Ceci témoigne de la faculté de sortir de la relation purement misérabiliste instaurée, ainsi que le (...)

12Des textes aussi divers que ceux de Christine César, de Carole Amistani et Daniel Terrolle, de Laurence Ossipow et Pascal Gaberel ou de Jean-Pierre Poulain et Laurence Tibère montrent que pour tenter d'échapper à la situation de dépendance extrême créée par les dons alimentaires, les bénéficiaires affirment leur autonomie par rapport à ces derniers. Dans ce cadre, certains auteurs s'intéressent aux bénéficiaires des aides alimentaires afin de mieux les connaître. D’autres analysent le système de distribution, créateur de rapports de pouvoir inégaux car, comme l'écrit R. Sennett (2003 : 148) « entre la sollicitude et la surveillance, la membrane est si poreuse qu'elle se dissout au moindre contact ». Cette situation est décrite comme une privation de liberté, exprimée par le sentiment d'être enfermé, voire emprisonné, à la fois dans une réalité (propos du père de la famille de sans papiers suivie par Christine César) mais aussi -ou surtout- dans des représentations. Celles-ci génèrent une organisation du système d'aide alimentaire qui est, la plupart du temps, basée sur la morale, qu'il s'agisse de discriminer les « bons » pauvres des « mauvais » ou les « bons » aliments des « mauvais » : aux bénéficiaires d'adapter leurs pratiques en consacrant le budget obtenu en argent pour, par exemple, acheter de l'alcool, des cigarettes puisque les aliments seront eux, plus facilement l'objet de dons ou bien glanés. « Verser le don en nature permet tantôt un contrôle du mode de vie (pas de don en argent de peur que la somme soit mal dépensée), soit l’accession ponctuelle à ce qui est jugé au superflu et aux plaisirs un peu déraisonnables » remarquent Pascal Gaberel et Laurence Ossipow. Dans cette situation, c'est l'aménagement d'un espace de liberté qui prime12. En condition de précarité alimentaire, la plupart des auteurs traitent en filigrane de la « dignité » et de sa recherche, ce qui rappelle la « quête de respect » des Portoricains de New York évoquée par Philippe Bourgois (2001).

  • 13 « Mais, poursuit-elle, c’est pour cette même raison que l’affichage public du corps carencé constit (...)

13Une idée conjointe traverse plusieurs textes : la faim ne serait pas socialement acceptable. Cela ressort fortement de l'étude que Vincent Chenillé consacre aux représentations de la faim qu'a forgé le cinéma de fiction : l'homme souffrant de la faim est un monstre. On pourrait en conclure que la situation de faim, quand elle n’est pas jugée inacceptable dans les représentations communes occidentales, heurte les conceptions du progrès que porte la civilisation occidentale technicisée. C'est ce qu'analyse D. Memmi qui parle d'un « seuil de tolérance collective à cette réduction au besoin physique. L’urgence à satisfaire ce dernier est devenue synonyme de honte à notre étape de développement du processus de civilisation, pour parler comme Norbert Elias » (2002 : 223).13 Alain Clément, qui fixe le cadre historique et idéologique dans lequel s'ancrent les représentations de l'assistance à la pauvreté, montre que loin d'être un problème de moyens, il s'agit d'un problème philosophique et politique de redistribution des richesses.

  • 14 Sur ce sujet voir le travail de D. Fassin (2000) ou de Lise Pilon au Québec (2000).

14Que subvenir aux besoins des pauvres soit d'abord un moyen de préserver la cohésion sociale, c'est ce que suggèrent les textes de Laurence Ossipow et Pascal Gaberel pour la Suisse ou encore ceux de Carole Amistani et Daniel Terrolle pour la France, mais aussi Alain Clément. Le propos de Christine César décrivant les conditions de vie d'une famille qui, sans papiers, ne peut légalement travailler pour subvenir à ses besoins, montre l'inadéquation de ce système d'aide -sans compter ses effets pervers et destructeurs immédiats et à long terme, sur les individus comme sur la société.14

  • 15 « L'ordre social imprime la honte dans le cœur des parias », analyse D. Éribon dans sa Variation su (...)

15Des ressources financières faibles contraignent particulièrement l'alimentation des personnes en situation de précarité et jouent également un rôle sur les préoccupations liant alimentation et santé. Cela engendre aussi la recherche d'aliments roboratifs aptes à chasser la sensation de faim, qu'évoquent plusieurs des auteurs. Dans le contexte totalitaire du régime de Ceausescu, « avoir faim devenait ainsi le plus intime outil utilisé par l’Etat pour mieux dominer ». En lien avec la volonté des institutions donatrices de mieux identifier leur public, Laurence Tibère et Jean-Pierre Poulain, comme Laurence Ossipow et Pascal Gaberel cherchent à détailler les rations alimentaires des personnes en situation de précarité avec une volonté d'exhaustivité. Ils établissent ensuite des comparaisons avec les régimes alimentaires normatifs du restant de la société (la science nutritionnelle édictant des normes universelles), ce qui leur permet de conclure à l'absence significative de différenciation d'une part et à la grande hétérogénéité recouvrant cette catégorie des « précaires » d'autre part. Ils en viennent ainsi à remettre en cause les représentations communes négatives, créant le « monstre » pour reprendre la métaphore cinématographique mise au jour par Vincent Chenillé. Sylvie Tissot et Franck Poupeau rappellent en introduction d’un numéro des Actes de la recherche en science sociales, consacré aux façons de « penser, classer et administrer la pauvreté », que ces catégories de « précaires » alimentent « une vision homogénéisante de populations qui seraient irréductiblement différente et à ce titre justiciables de dispositifs et de mesures spécifiques » (2005). Laurence Ossipow et Pascal Gaberel, comme Carole Amistani et Daniel Terrolle, se situent clairement dans le débat contre la psychologisation de la pauvreté. Ils montrent combien cette précarité alimentaire est le fait de politiques publiques volontaristes, que l'on pense d’une part à la conception du droit (familial et non individuel) qui bloque la situation des précaires –le texte d’Alain Clément éclaire cet aspect- ou bien d’autre part à la dénégation des ressorts structurels de la pauvreté : « Un autre choix en matière de politique sociale comme celui d’éviter qu’ils perdent leur logement ou celui de les reloger rapidement modifierait radicalement ces données, mais ce n’est manifestement pas celui qui est fait, jusqu’à ce jour » écrivent Carole Amistani et Daniel Terrolle. Vincent Chenillé évoque le déni de la faim au cinéma ; ce faisant, il montre que le cinéma de fiction ne traite pas de thématiques sociales susceptibles de toucher son public : il ne serait donc pas un cinéma de débat. Paradoxalement, les artistes ont été la profession la plus représentée au cinéma pour incarner le personnage qui a faim. Cette analyse cinématographique est ainsi susceptible d'être étendue à l'ensemble du traitement social de la faim. En effet, « la honte d'avoir faim » qui traverse tous les textes rassemblés dans ce numéro spécial, ce mécanisme puissant dont use l’ordre social pour maintenir son emprise disciplinaire,15 ne peut surgir que dans une société qui nie les principes de « production de la faim » sur laquelle elle repose. Seul l'examen des causes sociales de cette précarité alimentaire peut permettre d'en saisir toute l'ampleur.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

BOURGOIS P., 2001 (1995), En quête de respect. Le crack à New York, Seuil, Liber, Paris, 458 p.

CAILLAVET F. (ed.), 2005, L'alimentation des populations défavorisées en France. Synthèse des travaux dans les domaines économiques, sociologiques et nutritionnels, Inra-Corela/ONPES, Paris, http://www.ivry.inra.fr/corela/seminaires/seminaire050627.php

CERTEAU de M., GIARD L. et MAYOL P., 1994, L'invention du quotidien 2. Habiter, cuisiner, Gallimard, Folio essais, Paris, 418 p.

ÉRIBON D., 2001, Une morale du minoritaire. Variations sur un thème de Jean Genet, Fayard, Histoire de la pensée, Paris, 339 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

FASSIN D., 2000, « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence », Annales. Histoire, Sciences sociales, 55 (5), 953-981.
DOI : 10.3406/ahess.2000.279895

ISITAN I., 2003 :L'argent, (film) Isca productions, 65 min, Canada.

MATHIEU L., 2001, Mobilisations de prostituées, Belin, coll. Socio-histoires, Paris, 333 p.

MAUGER G., 2001, « Précarisation et nouvelles formes d'encadrement des classes populaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, mars, 3-4.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

MEMMI D. et ARDUIN P., 2002, « L’affichage du corporel comme ruse du faible : les SDF parisiens », Cahiers internationaux de sociologie, n° 113 (2), 213-232.
DOI : 10.3917/cis.113.0213

PAUGAM S., 1991, La disqualification sociale, Quadrige, PUF, Paris, 256 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

PILON L., 2000, « De la pauvreté à la misère. La détresse alimentaire chez les femmes de l'agglomération de Québec ». Note de recherche. Recherches féministes, Volume 13, numéro 1 « La marche mondiale des femmes », Sous la direction de R. Rose et V. Barbot.
DOI : 10.7202/058072ar

RAHNEMA M., 2003, Quand la misère chasse la pauvreté. Essai, Fayard, Actesud, Paris, 321 p.

RANCIERE J., 1995, La Mésentente. Politique et Philosophie, Galilée, Paris, 187 p.

SIBLOT Y., 2005, « « Adapter » les services publics aux habitants des « quartiers Difficiles ». Diagnostic misérabilistes et réformes libérales », Actes de la recherche en sciences sociales, « Politique des espaces urbains. Penser, classer et administrer la pauvreté », Seuil, Paris, 159, 71-87.

SENNETT R., 2003, Respect. De la dignité de l'homme dans un monde d'inégalité, Hachette Littératures, pluriel sociologie, Paris, 298 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

TISSOT S., POUPEAU F., 2005, « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, « Politique des espaces urbains. Penser, classer et administrer la pauvreté », Seuil, Paris, 159, 5-9.
DOI : 10.3917/arss.159.0004

Top of page

Notes

1 Terminologie qui, selon D. Mémmi et P. Arduin (2002) définit les pauvres aujourd’hui avant tout en termes de manque de ressources et de carences physiques, comme des victimes de l’économie de croissance et des inégalités socio-économiques.

2 M. Rahnema, qui consacre un ouvrage au développement de la misère, parle lui du « masque de l'abondance au service du profit » (2003 : 188). Il fait partie de nombreux auteurs, de disciplines diverses, ayant pris la plume dans les années 2000 pour montrer l'ambivalence des notions de rareté et d'abondance dans le système consumériste mondialisé actuel.

3 Les éditeurs tiennent à garder à l'esprit la mise en garde que fait Ph. Bourgois (2001-1995 : 47) des « retombées d'un exposé minutieusement détaillé de la vie des pauvres et des sans-pouvoir ». Cette question a fait l'objet d'un séminaire du LAU en 2006-2007 dirigé par Patrick Bruneteaux (Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne) et Daniel Terrolle (Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, CNRS) : « Découvrir l’impossible sur la pauvreté : zones frontières et nouveaux enjeux de recherche ».

4 Même si, à l'instar de Pascal Gaberel et Laurence Ossipow, tous ces auteurs insistent bien sur le fait que les personnes enquêtées dans ce cadre ne forment « ni un groupe constitué, ni une population homogène » et qu'ils sont « définis de l’extérieur par des barèmes et par l’expérience de la précarité ».

5 Lors de distributions alimentaires observées, les paquets congelés de steaks hachés ou de poissons panés congelés sont par exemple ouverts pour être répartis en fonction du nombre de personnes dans la famille et chaque portion individuelle est saisie à main nue et posée sur le reste des aliments distribués sans considération de l'hygiène ni de la chaîne du froid.

6 Le texte de C. Périanu présente le cas de d'une pénurie alimentaire provoquée par le remboursement d'une dette extérieure. C'est une situation que l'on a pu rencontrer actualisée en 2001 en Argentine où la famine et la crise économique ont poussé des millions de personnes à manifester au rythme des cuillères frappant les casseroles vides (voir à ce sujet le documentaire d'I.Isitan, L'argent, réalisé en 2003) ou qui règle de façon plus générale les rapports Nord/Sud.

7 Lise Pilon (2000) montre que, pour le Québec, les femmes, seules, en famille monoparentale ou en famille nucléaire, sont plus nombreuses que les hommes à être dans cette situation de « détresse alimentaire ».

8 Le sociologue Lilian Mathieu insiste sur les liens entre prostitution et précarité sociale (2001).

9 Ce qui n'est pas le cas de la Suisse où, ainsi que nous le montre Pascal Gaberel et Laurence Ossipow, on a encore affaire, dans une plus grande mesure qu'en France, à un État-Providence.

10 Ainsi que l'ont montré les chercheurs travaillant sur la pauvreté comme Serge Paugam.

11 Les textes présentés ici décrivent la composition de l'alimentation, les aliments en présence, de façon ponctuelle et symptomatique (Alicia Guidonet, Amandine Plancade nous donnent des exemples de plats remémorés ou « assemblés ») ou de façon plus systématique : Pascal Gaberel et Laurence Ossipow se sont intéressés aux consommations quotidiennes de mêmes que Laurence Tibère et Jean-Pierre Poulain ont reconstitué l'alimentation du jour précédent l'enquête par questionnaire. Les textes fournissent ainsi des informations concrètes sur les préparatifs culinaires et sur les possibilités ou non de cuisiner (pour les sans domicile fixe, pour les personnes logeant à l'hôtel etc.).

12 Ceci témoigne de la faculté de sortir de la relation purement misérabiliste instaurée, ainsi que le constate Yasmine Siblot (2005) dans son étude sur « l'adaptation » des services publics aux habitants des « quartiers difficiles ».

13 « Mais, poursuit-elle, c’est pour cette même raison que l’affichage public du corps carencé constitue une tactique possible de survie ».

14 Sur ce sujet voir le travail de D. Fassin (2000) ou de Lise Pilon au Québec (2000).

15 « L'ordre social imprime la honte dans le cœur des parias », analyse D. Éribon dans sa Variation sur un thème de Jean Genet (2001), réfléchissant aux conditions de la mise en place d'une « politique du minoritaire ».

Top of page

References

Electronic reference

Anne-Elène Delavigne and Karen Montagne, « De la honte d’avoir faim dans un pays riche  », Anthropology of food [Online], 6 | September 2008, Online since 06 September 2012, connection on 10 December 2016. URL : http://aof.revues.org/4243

Top of page

About the authors

Anne-Elène Delavigne

Eco-anthropologie et ethnobiologie -UMR 5145 du CNRS/ MNHN ; anneelene@delavigne.com

By this author

Karen Montagne

Doctorante en sociologie -UMR 6173- CITERES Université Francois Rabelais, Tours ; montagne.karen@wanadoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page