Skip to navigation – Site map

Précarité alimentaire, austérité

Manger pendant la dernière décennie communiste en Roumanie
Food insecurity and austerity; Eating in the last decade of communism in Romania
Catherina Perianu

Abstracts

This paper explores everyday food practices in the context of austerity measures, through normative constraints imposed by the Romanian government in the 1980s, as applied by State policies. Based on a micro-anthropological approach (observation of everyday food practices, focused interviews and accounts concerning the historical period above-mentioned), this work proposes to examine how food accessibility structured the social and nutritional experience of individuals, in the case of the Romanian society during the last decade of the Romanian Communist regime.

Top of page

Index terms

Keywords :

food, scarcity, communism
Top of page

Full text

Introduction

1Composantes inhérentes de notre intimité (Fischler, 1990 : 90), la nourriture et sa consommation peuvent être perçues comme « un excellent fil conducteur pour la compréhension d’une société » (de Garine, 1997). A partir de cette idée, cet article se propose d’examiner la façon dont l’accès aux aliments a structuré l’organisation et l’expérience sociale et nutritionnelle de l’individu, dans le cas de la société roumaine pendant sa dernière décennie communiste. Durant cette période, en Roumanie, pays décrit dans l’entre-deux-guerres comme le « grenier de l’Europe », la plupart des habitants ont perdu presque toute autonomie alimentaire. Retraçons en quelques lignes l’histoire de cette situation paradoxale.

2Après la deuxième guerre mondiale, la Roumanie s’est engagée, comme tous les pays soviétiques, dans la construction d’une société nouvelle, socialiste. L’objectif fondamental de ce projet était la création d’une société prospère, ayant un haut degré d’homogénéité (Zamfir et al., 1999). Au départ, la politique gouvernementale a opté pour le maintien d’un certain standard de vie minimal et « décent » pour toute la population. Le « bien-être collectif » de l’Etat socialiste roumain a suivi un chemin assez « tranquille » jusqu’aux années 1970. A partir de cette époque, des difficultés économiques de plus en plus graves conjuguées à des décisions politiques inopportunes se traduisent par une détérioration progressive de ce « bien–être collectif ».

3Le régime socialiste de l’époque s’investit beaucoup en faisant de grands efforts pour industrialiser le pays et relancer l’économie. Le contrôle des salaires permet de maintenir un assez faible niveau de vie en vue d’amasser suffisamment de ressources (qui ne sont pas redistribuées à la population) pour asseoir la relance du « bien-être collectif ». Cependant, contrairement aux prévisions politiques, l’efficacité économique roumaine continue à s’effondrer. En Roumanie, la crise structurale - spécifique d’ailleurs à toutes les économies socialistes - est aggravée par la politique économique. Le choc pétrolier de 1974 conduit à la crise de l’économie roumaine qui persiste toujours. Il devient de plus en plus évident que le fonctionnement de l’économie se fait aux dépens du bien-être collectif. La population voit son niveau de vie diminuer. De plus, en cherchant à régler au plus vite toutes les dettes extérieures, le président Ceausescu (arrivé au pouvoir en 1965) épuise les ressources économiques du pays, et surtout, réduit à néant ce qui restait du pouvoir d’achat.

  • 1 ***« Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’a (...)
  • 2 ***Décret n° 306 « concernant des mesures pour prévenir et combattre des faits qui affectent le bon (...)

4Parmi les mécanismes de réduction du niveau de vie, l'instauration de la « rareté » des denrées alimentaires de base a été l’un des plus redoutables. La production alimentaire a été orientée presque exclusivement vers l’exportation, afin d’obtenir les devises nécessaires au règlement des dettes extérieures et au maintient de l’activité économique. Seule les marchandises refusées à l’exportation sont disponibles et accessibles sur le marché intérieur. Quant aux importations destinées à la population, elles sont peu nombreuses. Leur qualité de se détériore car les normes alimentaires sont sacrifiées pour maintenir des prix bas. Ceci explique pourquoi dans la Roumanie des années 1980, pays de longue tradition agricole (et l’Etat européen possédant la plus grande surface agricole par tête d’habitant), le ravitaillement représente un combat quotidien pour la majorité des habitants. Cette pénurie alimentaire est réglementée à la fois par les « recommandations » d’un programme scientifique d’alimentation entériné officiellement par la Grande Assemblée Nationale1, et par les sanctions pénales d’un décret émis par le Conseil d’Etat de la République Socialiste de Roumanie2. Face à cette domination de l’Etat sur l’existence quotidienne, les gens ont recours à toute une pléiade de tactiques, ces micro histoires et ces nombreux positionnements de tous les jours dont parle Michel de Certeau (1980) qui rendent, en partie, toutes ces contraintes plus supportables. C’est ce remodelage entre la sphère publique et la sphère privée que nous analysons dans cet article.

  • 3 Concernant les personnes interviewées, il est nécessaire de préciser que certaines d’entre elles on (...)
  • 4 Parmi ces effets, Pierre Bidart mentionne les «capacités d’agrégation des subjectivités », de même (...)

5Nos recherches reposent sur une analyse micro-anthropologique : observation des pratiques quotidiennes, entretiens réalisés par l’auteure dans les années 2003-2005, utilisation de témoignages sur le ravitaillement de la population durant cette période (Anghelescu et al., 2003).3 Notre déconstruction analytique comprendra donc deux axes : l’étude des pratiques d’accès aux aliments utilisés par les habitants des villes roumaines de l’époque et la phénoménologie de ces pratiques, c’est-à-dire, la manière dont l’accès aux aliments et leur insuffisance – qualitative et quantitative – sont aujourd'hui évoquées par les acteurs. Cette démarche tient compte des grilles - inhérentes à tout récit - permettant de reconstruire et réinterpréter le passé. Plus précisément, nous considérons que le poids du régime communiste sur les mentalités collectives et les effets à long terme des systèmes totalitaires4 créent un contexte particulier pour le processus de reconstitution des événements significatifs vécus pendant la période en discussion.

La file d’attente et les réseaux de subsistance

6Comme le fait remarquer Jacques Coenen-Huther (1992 : 213), la file d’attente symbolisait « l’inefficacité, la rigidité bureaucratique et l’incapacité à s’adapter aux besoins des consommateurs » du système socialiste.

  • 5 Titre d’un livre rédigé sous le manteau dans les années 1986-1987 par Pavel Câmpeanu, ancien milita (...)
  • 6 Katherine Vedery (op. cit.) voit les files d’attente comme intrinsèques au système économique de ty (...)
  • 7 Les personnes âgées étaient surnommés à l’époque « les faucons de la queue » [soimii cozilor] en ré (...)

7Pendant les années 1980, « faire la queue pour manger » est devenu une véritable « façon de vivre au quotidien»5, car l’Etat contrôle la gestion du temps de ses citoyens. Selon Katherine Vedery (1996), l’ « étatisation du temps » est d’ailleurs la principale modalité de contrôle des gens, qui doivent donc se « plier » à la dynamique de ce système6. La file d’attente pour la nourriture devient un élément central de la vie personnelle. Il s’agit ici, par cette juxtaposition réglementée des corps et par cette prise en charge du « temps des existences singulières » (Foucault, 1975 : 159), d’une partie du dispositif disciplinaire mis en œuvre au nom de ce que Michel Foucault appelle « la technologie politique du corps » (Foucault, 1975 : 31). Chaque membre de la communauté revêt ainsi un rôle bien particulier. Ceux disposant de plus de temps libre sont, en général, les plus sollicités (les retraités7 et les enfants par exemple) :

  • 8 S.G., 22 ans étudiante (Anghelescu et alii, 2003 : 102).

« Je devais parfois faire la queue (pour des œufs, du fromage, de la viande) car il n’y avait personne à la maison, chacun de mes grands-parents étant déjà dans une file d’attente. Mes grands-parents, eux, allaient à la file dès 2 ou 3 heures du matin. Puis ils demandaient aux personnes qui les suivaient de leur garder leur place, se rendaient à la maison pour récupérer leurs petits-enfants déjà réveillés (nos parents étaient déjà partis au travail) et nous retournions tous à la file d’attente »8

8Néanmoins, les caprices de la distribution pouvant déjouer les stratagèmes des consommateurs, se procurer de la nourriture était devenu l'occupation principale. Dans ce contexte, plus la pénurie macro-économique s’aggravait, plus les relations entre les gens prenaient de l'importance. Les « réseaux de subsistance » devenaient une source complémentaire, alternative, pour se procurer des aliments parallèlement à la file d’attente.

  • 9 Comme une quintessence de « l’air du temps », le sigle du P.C.R (le Parti Communiste Roumain) était (...)
  • 10 N.R., 43 ans (Anghelescu et alii, 2003 : 80).

9Les « liens » et les « connaissances » s’avéraient des ressources précieuses pour manger. Avoir des relations ou des amis « bien placés » dans des postes administratifs ou politiques constituait un atout majeur9 : « Si on avait des relations au Parti, on pouvait se débrouiller partout. Moi, je connaissais le type qui travaillait à la boucherie, je lui donnais plus d’argent et je n’ai jamais eu de problème de viande, j’avais le frigo plein ».10 Les relations interpersonnelles (développées soit par amitié ou sympathie, soit par les pots de vin ou les cadeaux), le troc ou « le service contre service » permettaient de mieux se jouer des restrictions imposées et des pratiques quotidiennes fastidieuses.

10Malgré tous les efforts d’atomisation sociale du projet socialiste, c’est une véritable complicité humaine qui se développe face à la faim. La plupart des témoignages qui évoquent ces échanges informels se construisent autour des souvenirs de confiance réciproque et de coopération :

  • 11 N., chauffeur, ibidem : 79.

« Avant la chute de Ceausescu, combien d’os j’ai pris, moi, et la dame qui travaillait à la fabrique de bière, combien de cuisseaux ! Nous cohabitions dans notre immeuble avec une dame qui apportait de la bière à la personne qui pouvait procurer de la viande. Mon épouse s’est plainte un jour à cette dame et celle-ci a fait en sorte que nous ayons également un peu de viande »11.

  • 12 O.D., ibidem : 81.

« Moi, j’avais de très bons amis qui habitaient au sixième étage d’un immeuble au pied duquel se trouvait une épicerie (…) que mes amis guettaient sans cesse. Ils me téléphonaient dès qu’il y avait un arrivage : On a reçu des canards, des poules, « venez vite ici ». Et nous y allions »12.

  • 13 S.A., 56 ans, ethnologue, ibidem : 282.

« Il y avait une épicerie dans la rue Tunari au coin de la rue Leonida. La patronne (…) adorait mon père »13.

  • 14 Quartier périphérique de Bucarest.
  • 15 O.D., mentionné ci-dessus.

11Un autre facteur important dans la quête permanente des vivres est le travail et les liens professionnels. Toute personne pouvant rendre service bénéficiait le cas échéant, d’un « apport » supplémentaire d’aliments. La pénurie engendre un système selon lequel on doit être prêt « toujours et partout ». Par conséquent, le consommateur était tenu de devenir plus flexible y compris pendant ses heures de travail : « Les plus informés étaient les chauffeurs de taxi. Quand ils étaient dans la zone, ils annonçaient : "à Doamna Ghica14, c’est de la viande", et on voyait sur le champ une profusion de taxis dans toute cette zone-là »15. Les professeurs pouvaient obtenir des avantages s’ils enseignaient des matières « importantes », voire faisant l’objet d’épreuves obligatoires : le roumain, les mathématiques, la physique, la chimie, la biologie.

  • 16 A.P., ethnologue, ibidem : 217.

« Une fois, j’ai été priée d’aider une fillette qui appartenait à une famille d’Otopeni afin de passer l’examen d’entrée dans un lycée professionnel [scoala profesionala]. Elle n’avait aucune chance, étant donné son niveau scolaire et ses capacités intellectuelles. J’ai essayé de refuser, mais ils ont beaucoup insisté et la tentation était trop forte. Le père de la fille en question était fonctionnaire à la douane de l’aéroport. (...) A mon retour, la voiture était pleine (...) : de choux, de fraises, de fromage, mais surtout de viande – sans oublier le café et les cigarettes étrangères, un peu moisies (ce n’était pas un fonctionnaire très gradé !) »16.

  • 17 A.P., 63 ans, femme- médecin à Braila, à présent retraitée. Elle est veuve et a deux enfants et une (...)

12Ce système de « privilèges » concerne également le monde médical : «Oui, j’en recevais [des aliments] ! Nous avions des salaires très bas, nous ne pouvions pas faire la queue, car nous étions très sollicités. En principe nous ne devions voir que huit patients par jour alors que souvent on en avait jusqu’à quarante »17.

  • 18 P.P, ethnologue (Anghelescu et alii, 2003 : 174- 175).

13Les témoignages montrent que ces pratiques faisaient partie du quotidien, et étaient connues et acceptées : « J’avais des clientes qui travaillaient dans des magasins d’alimentation, notamment chez Leonida [magasin d’alimentation très connu à Bucarest, n.a.] Elles m’appelaient au magasin et me donnaient des paquets emballés, affichant un prix, sans que je ne connaisse le contenu. Une fois arrivé chez moi, je découvrais du salami, du fromage, deux- trois poulets, des œufs …». Cette complicité face à la pénurie alimentaire conduisait assez souvent à des situations paradoxales : les magasins d’Etat étaient vides, tandis que la plupart des réfrigérateurs étaient pleins. Cela était l'indice d’une économie parallèle importante, où les fournisseurs détenaient un rôle clé18.

« J’ai connu, dans les années quatre-vingt, un type nommé Popescu l’Américain. (…). Il avait du piston partout. Il avait pris en gestion la discothèque et le buffet d’une plage aménagée pour les étudiants de Tei [campus universitaire de Bucarest], plage qui était sous le patronage de Nicu Ceausescu [fils du président Nicolae Ceausescu] ; par conséquent, on trouvait là-bas des marchandises inimaginables, y compris de la viande. Et qu’est-ce que faisait ce Popescu l’Américain ? Il vendait les produits à des prix beaucoup plus élevés que les prix officiels. Personne ne disait rien, car tous étaient disposés à payer au prix fort ce qu’on ne pouvait pas trouver autrement (…) ».

  • 19 Ibidem : 291-318.
  • 20 Ibidem : 302.

14Rappelons ici la théorie d'Alain Besançon sur la corruption dans les anciens états communistes (Besançon, 1980). Dans son Eloge de la corruption en Union Soviétique 19, l’auteur soutient que ces trafiquants sont de véritables « marchands » (ibid. : 305), des « martyrs de l’improbité sociale » (ibid. : 304) et qu’ils constituent : « un indice de la reconstruction progressive de la société civile. Ils jouent, dans la décomposition du communisme, un rôle sociologique [...] considérable. (…). Cette renaissance de la société civile, par le biais de la corruption, peut être caractérisée en termes économiques comme la renaissance du marché » (Ibid. : 303-304). Selon le même auteur20, la corruption dans le régime communiste serait un signe de santé pour la société civile. La corruption : « se traduit par une renaissance de la vie personnelle, car la figure même du trafiquant est une victoire de l’individu, de la personnalité. Les relations entre les hommes, au lieu de se couler dans les moules artificiels de l’idéologie, retrouvent la terre ferme de la réalité : l’intérêt personnel, le débat sur ce qui est mien et sur ce qui est tien, le partage négocié entre sujets disposant d’une certaine autonomie». (Ibid. : 302).

15Mises à part les faiblesses de cette théorie (il ne saurait être question d’un marché au sens marxiste du terme, car il ne s’agit pas d’un jeu entre l’offre et la demande, mais seulement d’une contrainte politique), nous convenons du caractère « féodal » (Ibid. : 304) d’une telle économie. En effet, la vassalité et l’exercice du pouvoir – dans toutes leurs formes et manifestations – se sont avérés bouleversants pendant toute la période communiste roumaine, d’autant plus pendant sa dernière décennie. Autrement dit, le passé éloigné, le féodalisme balkanique persistant de Roumanie, a été, d’une certaine manière, intégré à un quotidien qui se tournait - en théorie - vers un « avenir lumineux », le monde parfait du communisme.

Le présent et l’évocation d’un quotidien passé

  • 21 B.P., 47 ans, ouvrier électricien à « Faur », ibidem : 77.

16Chaque témoignage recueilli offre une certaine représentation du narrateur, qui se rapporte aux conjectures historiques ou bien relationnelles du présent. On peut rencontrer des récits consuméristes de type « acquisition héroïque » (selon l’expression utilisée par Nancy Ries (1997) dans son ouvrage dédié aux formes de discours sur le passé soviétique. Elle y met en évidence les tribulations vécues aux files d’attente pour acheter des aliments : « Les queues pour la viande étaient les plus humiliantes …On risquait d'avoir attendu un jour et une nuit pour rien ; au moment où l’on arrivait à la porte du magasin ou même au comptoir, il n’y avait plus de viande…Combien de fois je suis arrivée chez moi, après tant d’heures d’attente, la sacoche vide ! »21. Les sentiments d’humiliation et d’angoisse du lendemain sont évoqués en valorisant le sacrifice et l’endurance personnels :

  • 22 E .C, 49 ans, retraitée (Anghelescu et alii, 2003 : 78).

« Pendant mon congé annuel, alors que mon mari s’acquittait de ses obligations militaires, j’ai essayé de trouver de la viande pour ma famille. A 4 heures du matin, avec mes deux enfants (de deux et cinq ans), nous avons pris place dans une file d’attente, formée depuis 3 heures du matin. (…)Vers 6 heures du soir, j’ai réussi à acheter un paquet de viande avec des os et du gras… J’étais brisée par la fatigue, mais heureuse d’avoir quelque chose à donner à manger aux enfants. Mais le lendemain, qu’aurions nous à manger ? Tout serait à recommencer... »22

  • 23 C.S., ingénieur électronique (ibidem : 81).
  • 24 A.P., mentionnée ci-dessus.
  • 25 P.G., 70 ans, retraité (Anghelescu et alli, 2003 : 238).

17Par ailleurs, ces récits font ressortir l’habileté mise en œuvre pour se procurer la nourriture, démonstration incontestable de l’intelligence et des astuces utilisées pour se ravitailler dans une économie de pénurie. Se procurer des denrées rares sur le marché signifie faire preuve d’une capacité d’adaptation, indicateur important dans ce contexte de l’estime de soi et du groupe social dont l’individu fait partie. Ainsi, contourner les règles étatiques pour se nourrir devient socialement valorisant : « J’ai mis en place une sorte de tactique personnelle. Quand j’étais dans une queue, je regardais qui était à côté de moi et je devenais comme un cerf ou un cabri. Je m’élançais, je donnais une poussée et je bondissais tout de suite latéralement, puis je m’en allais de l’autre côté, et ainsi, je faisais trois ou quatre pas tout d’un coup en zigzag afin de parvenir au début de la file ».23 Les souvenirs juxtaposent le jugement de valeur à l’affectivité, le passé est reconstruit pour parler le plus explicitement possible des difficultés, des satisfactions ou des espoirs du présent. La réprobation : « Que Dieu nous protège de ces temps- là ! C’est vrai qu’à présent les choses ne sont pas roses, mais on est libre »24 coexiste avec le discours nostalgique « C’était très bien dans les années 1980, car tous étaient au même niveau »25.

  • 26 G.B., 61 ans, ancienne infirmière médicale à Braila, à présent retraitée. Divorcée depuis 27 ans, e (...)

18Cependant, la plupart des récits montrent le rapport ambivalent avec les temps vécus. Les acteurs, tout en étant capables de cerner les dysfonctionnements du système, adoptent une attitude de conciliation ou d’acceptation passive, en ayant comme seul repère leur survie personnelle : « C’est quand même sous le régime de Ceausescu que j’ai acheté un appartement, des meubles et des appareils électroniques, je pouvais partir en vacances aux stations thermales, tandis qu’à présent je peux à peine payer l’entretien de l’appartement »26.

  • 27 Selon les produits procurés, les « fournisseurs » recevaient de véritables « noms conspiratifs » : (...)
  • 28 « Je me souviens d’un homme qui avait inventé la méthode de la ceinture de viande appliquée directe (...)
  • 29 Alexander Drozdzynski (1976, cité par Niculescu-Grasso, 1999 : 11).
  • 30 Egon Larsen, Wit as a Weapon. The Political Joke in History, 1980, cité par Niculescu-Grasso, 1999.

19Quant à la forme des discours, le ton dramatique, suggéré par de longues pauses et des exclamations rhétoriques, coexiste avec le ton humoristique. Ce comique de langage (les patronymes utilisés27), et de situation28, peut être considéré comme une véritable « soupape aux tensions politiques, économiques et au mécontentement » (Drozdzynski, cité par Niculescu-Grasso, 1999 : 11)29 ou encore « un moyen par lequel un peuple opprimé garde sa propre santé psychique »30 (Larsen, 1980 : 12).

La représentation des aliments et l’identité

20Le mode d’articulation de l’individu avec le monde, les éléments choisis comme les plus représentatifs pour construire son discours autoréférentiel, reposent de plus en plus sur des dimensions d’ordre privé (relations familiales, amicales, style de vie). En ce sens, « se nourrir » prend une place privilégiée dans la construction identitaire.

21De ce point de vue, nous proposons – à travers les témoignages étudiés – de déceler les significations particulières attachées à la précarité de l’approvisionnement alimentaire, en tant que dimension des pratiques alimentaires. En effet, l’approvisionnement difficile pour certains aliments modifiait le rapport avec ceux-ci. Leur acquisition est présentée comme une borne existentielle, une véritable expérience initiatique dans le parcours de vie individuel. De même, leur préparation devient un « lieu de mémoire » de l’histoire personnelle :

  • 31 X., 25 ans, étudiant (Anghelescu et alii, 2003 : 244).

« Moi, j’étais tout petit à l’époque, mais je peux te dire comment j’ai acheté des œufs. Je crois que je ne pourrais jamais l’oublier …J’avais six ans. (…). J’ai appris un jour qu’il y avait eu un arrivage d'œufs et je suis donc allé prendre place dans la file d’attente – je devais être le plus petit. Devant la porte du magasin se tenait un type qui ne laissait entrer que cinq personnes à la fois. Après une attente interminable et maintes querelles avec toutes les vieilles femmes, j’ai finalement réussi à acheter des œufs- sais-tu combien ? Quatre. La poche pleine d’œufs, il me fallait ensuite rentrer chez moi sans les casser. En me donnant toutes les peines du monde, j’ai réussi à franchir le seuil de la maison avec les œufs intacts, tout en criant : Maman, j’ai des œufs ! (…) Notre mère voulait s’en servir pour nous préparer un gâteau mais je lui ai dit que je les voulais frits. Je peux te dire que ça été les meilleurs œufs de ma vie » 31.

  • 32 S.A., mentionné ci-dessus.
  • 33 « Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alim (...)

22Quant à la dégradation progressive de la qualité des aliments et leur remplacement par des ersatz, ce sont des sujets souvent évoqués, mais investis de connotations différentes, selon le narrateur. Pour certains témoins, le retour au passé se réalise dans l’effort honnête d’une évaluation sensorielle rétrospective, même si cela s’accompagne de souvenirs tristes : « Les charcuteries avaient changé de goût. Etait apparu quelque chose de nouveau, avec une texture molle, pâteuse et huileuse. Un ingénieur agronome me disait que les installations techniques qui produisaient des charcuteries au soja étaient très chères et n’existaient pas encore en Roumanie. Néanmoins, nous étions convaincus que nous mangions du salami au soja »32. La dégradation qualitative imposée33 tendait à annuler la dimension hédoniste de l’acte alimentaire et ces transformations gustatives étaient vécues difficilement. Les discours réflexifs, replongés dans les souvenirs, révèlent la tension créée alors entre le plaisir papillaire et la privation imposée de goût. Les mêmes témoignages évoquent d’ailleurs un certain degré de dé- subjectivation, comme résultat de l’assujettissement de l’individu.

  • 34 Ibidem.

« Le café de la dernière décennie communiste – appelé par le peuple "nechezol" [« nechezol » provient du verbe « a necheza »- « hennir », en français, donc « bon pour les chevaux »] – consistait en un mélange difficile à définir, dans lequel entraient de l’orge - d’où l'allusion aux chevaux - des pois chiche, des châtaignes et du café. Même ce surnom nous assimilait à des animaux»34 .

  • 35 P.F., 52 ans (Anghelescu et alii, 2003 : 273).

23On constate, là aussi, que les récits aux références nutritionnelles du passé sont construits selon l’attitude que développent au moment de l'entretien, les individus vis-à-vis de leur alimentation actuelle. Pour certains interviewés, le fait de se remémorer ces expériences nutritionnelles invite à revenir sur un présent insatisfaisant : « Les charcuteries préparées au soja étaient saines, sans substances chimiques ni colorants, comme aujourd’hui »35.

  • 36 O.D., mentionné ci-dessus.

24Nombre d’interlocuteurs perçoivent la consommation de certains aliments comme marqueur de statut social inférieur : « C’était [les produits au soja] des produits pour les gens pauvres, besogneux, pour les ouvriers de chantiers – des saucissons vraiment immangeables...»36

  • 37 Ecrivain et homme d’esprit roumain de l’entre-deux guerres, célèbre pour ses épigrammes et ses rece (...)
  • 38 La crème diluée était épaissie selon diverses méthodes : on la mettait au-dessus d’une couche de fa (...)
  • 39 « 1 litre de lait, 1 kilo de fromage blanc, 1 paquet de beurre, 2 cuillerées de sel, 2 œufs, 1 cuil (...)
  • 40 Ibidem : 120.
  • 41 Ibidem : 196.

25Cette « dictature alimentaire», imposée par le système, a entraîné une « réactualisation » de la cuisine. Il ne s’agissait pas d’abandonner totalement les anciennes habitudes alimentaires, mais de les réajuster - avec beaucoup d’imagination. Les recettes étaient modifiées ou réinventées, en substituant les aliments introuvables par des équivalents ingénieux. Les mangeurs devaient faire preuve d’astuce et de créativité : « Les os étaient la base. [Telle femme] les guettait dans tous les marchés et en achetait des quantités énormes. Elle les faisait bouillir et à partir de ce bouillon, elle faisait de la soupe, du pilaf où elle mettait les petits bouts d'os bouillis qu’elle râpait avec soin ». Notons que certaines techniques culinaires s’appuyaient sur des recettes littéraires et notamment celles de Păstorel Teodoreanu37. Grâce à cette quête du goût et une bonne dose d’inventivité personnelle les savoirs culinaires se sont enrichis38. On a même mis au point une technique pour un fromage à pâte pressée fait maison (le Cascaval, proche du Gruyère)39. Pour améliorer le goût de certains aliments, on a redécouvert des techniques anciennes. On improvisait ainsi le fumage de la viande « dans un tonneau mis au grenier et aéré par une trappe. On achetait du blanc de poulet, on le faisait bouillir dans du brou de noix avec des feuilles de laurier, on le séchait et puis on le fumait »40. Malgré les restrictions imposées, les plats roumains n’ont rien perdu de leur signification culturelle. Le Sarmale (choux farci) est resté l’incontournable plat national, mais en remplaçant les ingrédients traditionnels introuvables (les feuilles de chou ou de vigne et la viande hachée) par des feuilles de tilleul et du salami haché.41 Les œufs de poisson, hors d’œuvre roumain par excellence, étaient confectionnés à base de haricots et d’oignons.

26La précarité alimentaire instaurée par les contraintes d’un système dominant a déterminé - sans aucun doute - la remise en question des pratiques alimentaires habituelles. Néanmoins, en dépit de toutes les restrictions et de la dégradation qualitative de la nourriture, les mémoires révèlent que la tradition identitaire du groupe a été préservée grâce aux innovations gastronomiques créatives des individus. La cuisine « traditionnelle » a pu être cependant maintenue intacte pour les fêtes. Les aliments rares revêtaient une signification particulière du fait même de leur rareté. « Même maintenant je me souviens de ce réveillon-là, à l’occasion duquel on a mangé non seulement du rôti de bœuf, de porc, des vraies « sarmale » (et non pas farcies au salami), du Pepsi-Cola en grandes quantités, des noisettes chinoises, du fromage, des olives, du salami de Sibiu, etc. ». La plupart des témoignages évoquent la profusion de nourriture et la présence des plats « originaux » pour les occasions festives. Dans ce contexte de pénurie, le stockage devenait l’étape la plus importante du système alimentaire.

  • 42 S.A., cité ci-dessus.

« Beaucoup d’étrangers ne comprenaient pas comment pouvait se concilier la pauvreté alimentaire visible des Roumains avec l’opulence des plats de fêtes. En fait, cette richesse était l’aboutissement de longs mois d’efforts… Les gens couraient partout pour amasser des denrées pour la fête. (...) La table de fête apportait toute l’abondance désirée, lançant un véritable défi à l’Etat. C’était une victoire. (...) Une folie générale de la plénitude face à la folie générale du vide »42.

  • 43 « Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alim (...)

27La fête, perçue comme une composante identitaire puissante, ne perdait donc rien des manques mais, bien au contraire, son caractère festif se trouvait renforcé par l’effort partagé pour la perpétuer. Face à une réalité politique hostile qui visait à imposer l’austérité gustative43, les acteurs ont recouru au modèle culturel identitaire pour donner sens à leurs pratiques alimentaires, pratiques qui devenaient ainsi de réels actes de résistance.

Conclusion

28Dans cet article, nous avons essayé de restituer quelques aspects des pratiques alimentaires spécifiques à la dernière décennie communiste roumaine. Nous avons exploré les témoignages recueillis en vue d’illustrer et d’évoquer un passé socialiste, caractérisé, entre autres, par une alimentation insuffisante tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Cela n'a pas empêché le caractère subjectif, profondément concret et humain, du rapport à l'alimentation de s'exprimer dans les témoignages recueillis.

  • 44 « C’est sur la vie maintenant et tout au long de son déroulement que le pouvoir établit ses prises  (...)

29L’alimentation doit être envisagée dans le contexte d’une culture du contrôle politique où l’individu jouit d’une autonomie réduite, mais réelle, et où l’acte de manger est investi de connotations politiques. Manger signifiait échapper à la mainmise de la politique officielle, même s’il s'agissait simplement du besoin des gens de trouver une alternative au ravitaillement proposé par l'Etat. L’espace vital individuel était littéralement envahi par le contrôle étatique, le corps et ses sensations étant perçus comme l’ennemi public numéro un. Ainsi la faim est-elle devenue l'outil le plus intime utilisé par l’Etat pour mieux dominer. Ce pouvoir exercé sur les corps, sur les actes les plus basiques, bref sur toute la vie, est l’illustration du « biopouvoir »44 foucaldien et, plus précisément, de sa dimension « anatomo-politique », visant la discipline et l’assujettissement (Foucault, 1976 : 182-183).

30Tout contrôle appelle – de manière immanente – des ripostes et des oppositions plus ou moins manifestes mais authentiques. La rareté et la dégradation qualitative des aliments ont engendré un système de relations sociales spécifiques à la pénurie. Hormis la file d’attente, devenue l’une des principales occupations quotidiennes, le contexte de manque a créé des réseaux de subsistance où des valeurs comme la solidarité et la chaleur humaine tenaient un rôle essentiel.

31Toutefois, les contraintes de la vie et les obstacles quotidiens ont mobilisé et incité le mangeur à développer des ruses servant à parer au système de contrôle. Issu de l’imagination et de la créativité des personnes, le « bricolage » alimentaire a influencé de manière notable la façon dont les individus se percevaient et se définissaient par rapport à soi-même et à autrui.

32Porteuse d'autonomie individuelle et preuve de la résistance de l'individu face à un régime restrictif, la consommation alimentaire peut être conçue comme une modalité de réappropriation de la nourriture, et d'expression personnelle et sociale, tout en reflétant le désir de trouver un sens aux expériences individuelles de vie.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

ANGHELESCU, SERBAN et alii, 2003, Anii 80 si bucurestenii [Les années 80 et les Bucarestois], Editura Paideia, Bucuresti.

BESANCON A., 1980, Présent soviétique et passé russe, Hachette, Paris.

BIDART P., 2005, « La transition dans les pays d’Europe centrale et orientale. Considérations anthropologiques », Septentrion, n° 171, « Allemagne d’aujourd’hui », janvier-mars : 26- 35.

CERTEAU (de) M., 1980, L’invention du quotidien, I. Arts de faire, UGE, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

COENEN-HUTHER J., 1992, « Production informelle de normes : les files d’attente en Russie soviétique », Revue française de sociologie, XXXIII, t. 2 : 213-263, repris in Observation participante et théorie sociologique, Paris, L’Harmattan, 1995.
DOI : 10.2307/3321995

DROZDZYNSKI A., 1976 (1974), Der politische Witz im Ostblock, Droste Verlag GmbH, Düsseldorf.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et punir, Gallimard, Paris.

FOUCAULT M., 1984, L’histoire de la sexualité, Gallimard, Paris.

FISCHLER C., 1990, L’homnivore, Editions Odile Jacob, Paris.

GARINE (de) I., 1997, « Le mangeur et l’animal », Autrement, Paris.

LARSEN Egon, 1980, Wit as a Weapon. The Political Joke in History, Frederik Muller, London, 108 p.

NICULESCU G. et DANA M., 1999, Bancurile politice în tarile socialismului real : studiu demologic [Les blagues politiques aux pays du socialisme réel : étude démologique], Editura Fundatiei Culturale Române, Bucureşti.

RIES N., 1997, Russian Talk. Culture and Conversation during Perestroika, Ithaca, Cornell University Press, New York.

VERDERY K., 1996, What Was Socialism and What Comes Next ?, N. J. Princeton University Press, Princeton.

ZAMFIR C., ABRAHAM P., DAN A-N., 1999, Politici sociale in Romania [Politiques sociales en Roumanie], Editura Expert, Bucuresti.

***, « Décret no.306, émis par le Conseil d’Etat le 9 octobre 1981 », Buletinul Oficial al RSR, n°77, 9 octobre 1981.

***, « Décision no.5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alimentation scientifique de la population », Buletinul Oficial al RSR, n° 53, I ère partie, 2 juillet 1984.

Top of page

Notes

1 ***« Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alimentation scientifique de la population », in Buletinul Oficial al RSR, n ° 53, I ère partie, 2 juillet 1984 (« Le programme établit pour les citoyens de notre patrie [Roumanie, n.a.] ce qu’il est normal de manger, afin de prévenir les maladies engendrées par une consommation alimentaire inadéquate et d’assurer un bon état de santé de la population et combattre des faits qui affectent le bon ravitaillement de la population »).

2 ***Décret n° 306 « concernant des mesures pour prévenir et combattre des faits qui affectent le bon ravitaillement de la population », émis par le Conseil d’Etat le 9 octobre 1981, in Buletinul Oficial al RSR, n° 77, 9 octobre 1981.

3 Concernant les personnes interviewées, il est nécessaire de préciser que certaines d’entre elles ont craint de dévoiler leur identité, de même que leur âge ou bien leur profession. Le même aspect est signalé d’ailleurs dans l’ouvrage de Anghelescu.

4 Parmi ces effets, Pierre Bidart mentionne les «capacités d’agrégation des subjectivités », de même que « les torsions des subjectivités sous l’effet de la peur inspirée par le régime de surveillance des individus » (Bidart, 2005).

5 Titre d’un livre rédigé sous le manteau dans les années 1986-1987 par Pavel Câmpeanu, ancien militant communiste roumain.

6 Katherine Vedery (op. cit.) voit les files d’attente comme intrinsèques au système économique de type socialiste.

7 Les personnes âgées étaient surnommés à l’époque « les faucons de la queue » [soimii cozilor] en référence aux petits enfants qui, une fois entrés à l’école maternelle, recevaient le titre de « faucons de la patrie » [soimii patriei].

8 S.G., 22 ans étudiante (Anghelescu et alii, 2003 : 102).

9 Comme une quintessence de « l’air du temps », le sigle du P.C.R (le Parti Communiste Roumain) était explicitée – par une des blagues subversives de l’époque- « Piston, Connaissances, Relations ».

10 N.R., 43 ans (Anghelescu et alii, 2003 : 80).

11 N., chauffeur, ibidem : 79.

12 O.D., ibidem : 81.

13 S.A., 56 ans, ethnologue, ibidem : 282.

14 Quartier périphérique de Bucarest.

15 O.D., mentionné ci-dessus.

16 A.P., ethnologue, ibidem : 217.

17 A.P., 63 ans, femme- médecin à Braila, à présent retraitée. Elle est veuve et a deux enfants et une petite-fille. L’entretien a eu lieu à son domicile, le 6 juin 2004.

18 P.P, ethnologue (Anghelescu et alii, 2003 : 174- 175).

19 Ibidem : 291-318.

20 Ibidem : 302.

21 B.P., 47 ans, ouvrier électricien à « Faur », ibidem : 77.

22 E .C, 49 ans, retraitée (Anghelescu et alii, 2003 : 78).

23 C.S., ingénieur électronique (ibidem : 81).

24 A.P., mentionnée ci-dessus.

25 P.G., 70 ans, retraité (Anghelescu et alli, 2003 : 238).

26 G.B., 61 ans, ancienne infirmière médicale à Braila, à présent retraitée. Divorcée depuis 27 ans, elle a une fille de 32 ans. L’entretien a eu lieu à son domicile, le 15 mai 2004.

27 Selon les produits procurés, les « fournisseurs » recevaient de véritables « noms conspiratifs » : « Moi, j’ai donné des leçons particulières de chimie. J’ai eu une élève que j’avais surnommée Simina Ficatel (Simina « Foie de Volaille »), Simina Pieptisor (Simina « Blanc de Poulet ») ou bien Simina Pulpita (Simina « Petit Cuisseau »), car elle payait ses leçons pas en argent mais en foie de volaille, blanc ou petite cuisse de poulet » (chercheur en chimie, Anghelescu et alli, 2003 : 218).

28 « Je me souviens d’un homme qui avait inventé la méthode de la ceinture de viande appliquée directement sur l’abdomen…Nous l’avons surnommé "Buleandra" (« Chiffon »), car au moment de son arrivée dans notre cabinet, il se déshabillait afin de sortir la viande de sa cachette et répandait ses chiffons partout » (A.P., mentionnée ci-dessus).

29 Alexander Drozdzynski (1976, cité par Niculescu-Grasso, 1999 : 11).

30 Egon Larsen, Wit as a Weapon. The Political Joke in History, 1980, cité par Niculescu-Grasso, 1999.

31 X., 25 ans, étudiant (Anghelescu et alii, 2003 : 244).

32 S.A., mentionné ci-dessus.

33 « Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alimentation scientifique de la population », citée ci-dessus.

34 Ibidem.

35 P.F., 52 ans (Anghelescu et alii, 2003 : 273).

36 O.D., mentionné ci-dessus.

37 Ecrivain et homme d’esprit roumain de l’entre-deux guerres, célèbre pour ses épigrammes et ses recettes culinaires, lui-même victime des prisons communistes roumaines.

38 La crème diluée était épaissie selon diverses méthodes : on la mettait au-dessus d’une couche de farine de maïs jusqu'à ce que la farine absorbe toute l’eau de la crème (Anghelescu et alii, 2003 : 282).

39 « 1 litre de lait, 1 kilo de fromage blanc, 1 paquet de beurre, 2 cuillerées de sel, 2 œufs, 1 cuillerée de bicarbonate. On fait bouillir le lait, on ajoute le fromage et on mélange le tout. On met le fromage à égoutter sur une gaze. A part, on fait fondre le beurre, on ajoute le fromage égoutté, les œufs fouettés avec le sel et avec le bicarbonate, tout en mélangeant pendant 5 minutes. On enlève du feu et on mélange bien, pour l’homogénéisation. On met le tout dans un récipient tapissé de cellophane beurré » (Anghelescu et alii, 2003 : 283).

40 Ibidem : 120.

41 Ibidem : 196.

42 S.A., cité ci-dessus.

43 « Décision n° 5 du 29 Juin 1984 de la Grande Assemblée Nationale, concernant le Programme de l’alimentation scientifique de la population », citée ci-dessus.

44 « C’est sur la vie maintenant et tout au long de son déroulement que le pouvoir établit ses prises », (Foucault, 1976 : 182).

Top of page

References

Electronic reference

Catherina Perianu, « Précarité alimentaire, austérité », Anthropology of food [Online], 6 | September 2008, Online since 14 October 2008, connection on 28 August 2014. URL : http://aof.revues.org/4513

Top of page

About the author

Catherina Perianu

Université Victor Segalen Bordeaux 2 ; catrinel_per@yahoo.co.uk

Top of page

Copyright

© All rights reserved

Top of page