Skip to navigation – Site map

Les aliments des habitants de la « cabane »

Le don, la récupération alimentaire
Food in the shack; Potluck and leftovers
Amandine Plancade

Abstracts

Daniel, Lucien, Gérard and Jean-Baptiste live in a shack, in a city back-alley. They get their food mainly from donations, left-overs or waste. The fieldwork performed in their company sheds light on the fact that new values must be conferred to such foods in order to become edible. What matters is how the food was obtained, the cooking process, and the subsequent production of waste. The analysis shows that feeding in such precarious conditions, far from being reduced to its nutritive dimension, organizes the social life of this shack's residents: food is what makes friendly relations possible with neighbours and gives the opportunity to become helper/ donator in turn towards even more destitute persons

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Une description de la cabane sera fournie par la suite.
  • 2 Et pouvant susciter un état colérique ou léthargique rendant l’échange difficile.

1Dans le cadre d’une recherche sur les pratiques de récupération alimentaire, j’ai effectué un travail de terrain auprès d’un groupe de quatre hommes qui habitent ce qu’ils nomment une « cabane »1. Celle-ci se situe dans une ruelle où deux autres habitations de fortune ont été construites ; l’une se trouve en face et l’autre cinquante mètres plus loin. La cabane « appartient » à son constructeur, Daniel, qui a hébergé différentes personnes durant deux ans et demi. Je me restreindrai à en présenter trois, tous des hommes, ayant cohabité six mois dans la cabane. Lucien, venu de la région parisienne et ayant trouvé un emploi dans la ville, dormait le soir dans sa voiture de fonction, non loin de la cabane afin, disait-il de pouvoir « économiser son salaire ». Au fil de leurs rencontres quotidiennes, Daniel et Lucien se découvrent des affinités. Respectivement originaires des îles de la Réunion et Maurice, ils échangent quelques mots en créole et partagent le repas du soir. Suite à son licenciement, Lucien est hébergé par Daniel pendant cinq mois. Jean-Baptiste et Gérard sont d’anciennes connaissances de ce dernier. Tous trois se sont connus lorsqu’ils fréquentaient un accueil de nuit. A sa sortie d’une cure de sevrage d’alcool, Jean-Baptiste n’a plus aucun revenu et loge à la cabane pour éviter de dormir à l’accueil de nuit. Durant la période de mes observations, il a refait une cure puis a intégré la communauté Emmaüs. Gérard dispose d’une chambre qu’il loue grâce à l’aide des services sociaux et où il dort parfois quand il ne reste pas à la cabane. Au sein de ce groupe (Gaboriau, 1993), j’ai d’abord été invitée à partager les repas. Puis, je suis devenue une sorte de confidente et l’on m’a initiée aux façons de susciter les dons d’aliments et d’argent (manche, gardiennage d’automobiles, voyance, apprentissage d’un vocabulaire humoristique pour formuler la demande…) (Pichon, 1992). Cette place m’a donné la possibilité d’observer de l’intérieur les différentes manières de se procurer des aliments et de comprendre le système de détermination de la valeur des denrées (Frias, 1999 ; 2000 ; Knaebel, 1991 ; Moreau de Bellain et Guillou, 1998 ; Thomson, 1979). Néanmoins, cette posture a restreint les possibilités d’enquête puisqu’il s’est révélé impossible d’interviewer les passants ni les employés de restaurants. Mes horaires de présence ont été déterminés par le mode de vie des habitants de la cabane. Je ne pouvais pas arriver avant leur lever vers 10 ou 11 heures du matin et devais repartir en fonction de leur comportement fortement influencé par leur état d’ébriété2. Aussi, ne retiendra t-on que les observations concernant le déjeuner car je n’ai jamais eu l’occasion de rester jusqu’au dîner.

2La cabane se situe derrière une place piétonne où sont installés de nombreux restaurants. Son armature est constituée de barrières sur lesquelles Daniel a attaché des couvertures et des bâches isolantes. L’espace de couchage intérieur sert aussi de rangements pour la nourriture et les vêtements. En journée, les habitants restent aux abords de la cabane. Pour s’asseoir, on utilise les quelques chaises, le muret ou n'importe quel objet pouvant faire l’affaire. Un bidon de récupération dans lequel brûlent des cagettes sert à la fois de chauffage et de réchaud pour la cuisine. L’alimentation, dans son sens le plus large, tient une grande place dans la vie des habitants de cette cabane. Les ustensiles de cuisine et le nécessaire de table permettent d’en mesurer l’importance : poêles, casseroles, assiettes et couverts remplissent un caddie. La préparation des repas rythme et encadre les activités des membres du groupe : Lucien récupère du bois et fait la vaisselle. Gérard découpe le bois et entretien le feu. Daniel prépare la plupart des repas. Jean-Baptiste reste le plus souvent allongé, se levant pour boire de l’alcool, parfois pour manger. Le repas n’est pas pris à heure fixe mais il détermine et scinde les moments de la journée. Enfin, la vie sociale s’organise autour de l’alimentation : par le biais des dons de nourriture reçus de la part de restaurants mais aussi par les dons alimentaires ou invitations à déjeuner que font les habitants de la cabane à leurs connaissances.

3Les aliments consommés par les habitants de la cabane proviennent de trois formes de ravitaillement différentes : l’achat, le don et la récupération alimentaire (Amitani, 1993 ; Violette-Bajard, 2000). Si l’achat constitue l’une des façons les plus conventionnelles de se procurer des aliments, le don et surtout la récupération représentent des moyens socialement dévalorisés. Suivre le chemin parcouru par les aliments, décrire les façons de se les procurer, de les cuisiner, de les consommer, de les redonner et de les jeter invite à considérer les rapports sociaux en jeu et à comprendre comment se construit la valeur des aliments à chacune de ces étapes.

Les repas à la cabane : provenances et préparation des aliments.

4A la cabane, l’achat d’aliments est lié, en partie, à la possession d’argent mais se payer un repas ne figure pas au rang des priorités budgétaires : le vin rouge et les cigarettes passent avant. En effet, l’alimentation est bien plus légitime et facile à se procurer que ces aliments-plaisirs réprouvés. Le six de chaque mois, nommé le « jour de la Sainte Touche », Daniel reçoit sa pension COTOREP. Durant ce jour festif, la dépense est voulue excessive : « demain est un autre jour » dit-il lorsqu’il achète des plats dans les restaurants alentours (paella, poisson au curry…), de l’alcool fort (whisky, rhum) et des jeux de grattage. L’argent de la pension est dépensé rapidement. Le racket représente une menace réelle et ne plus posséder d’argent permet d’éviter ou de reporter au mois suivant le paiement d’une somme. Dans le groupe, seuls Gérard et Daniel perçoivent des revenus et, dès le lendemain de « la Sainte Touche », l’achat d’aliments ne sert qu’à compléter les dons alimentaires des restaurants ou à compenser leur défaut. Ainsi, les crudités, les charcuteries, le fromage et le pain permettent de ne pas trop dépenser. Le restant du mois, les dons alimentaires fournis par les restaurants alentours composent la majorité des repas. Enfin, quand ces derniers font défauts et que toutes les tactiques de sollicitation de dons ont échoué, les habitants pratiquent la récupération alimentaire.

  • 3 Manière de désigner le restaurant asiatique où se trouve une statuette représentant Bouddha.
  • 4 J’ai suivi Daniel pour cette observation.

5Un jour, Lucien signale : « 'va falloir faire le marché si on veut manger aujourd’hui ». Il ne reste effectivement à la cabane : qu'un paquet de pâtes entamé, une cuisse de poulet, un fond de sauce tomate et des brisures de nougatine. Daniel intervient : « Viens ! On va faire un bouquet pour Bouddha3 ». Lucien et Daniel4 partent au marché chacun de leur côté, le premier à la recherche de fleurs, le second pour récupérer des légumes. De retour à la cabane, Daniel confectionne un bouquet avec quelques épis de blé et les fleurs ramassées. La composition terminée, il se rend au fast-food asiatique, dépose le bouquet dans le coin du restaurant où se situe une statuette de Bouddha, s’agenouille, fait une sorte de prière puis commande une portion de riz blanc. Acheter une seule portion de riz est la technique de Lucien pour récupérer des plats ou des invendus. Cela permet d'exprimer indirectement sa requête par la prière et le don d’un objet, de fleurs ou d’argent (quelques centimes d’euros) à l’effigie de Bouddha, dans l’attente d’un contre don (Godelier, 1996) immédiat mais pas automatique. Ce jour-là en effet, la gérante ne donne pas de supplément. En mettant en œuvre des tactiques pour solliciter des dons alimentaires, les occupants de la cabane évitent autant que possible de récupérer. La dévalorisation de la récupération alimentaire ne tient pas seulement à sa dépréciation sociale. Pour les habitants de la cabane sa pratique représente l’expression même du manque de nourriture qui remet en question le statut de « possesseurs » d’aliments qu’ils tentent de construire.

Transformer les restes.

  • 5 Je n’ai relevé qu’une seule occasion où un plat a été consommé immédiatement après son don.
  • 6 L’huile pimentée est réalisée à partir de récupérations alimentaires. L'huile provient de bidons je (...)

6Les restaurants, dont les cuisines se situent dans la rue de la cabane, fournissent des dons alimentaires tels que des plats cuisinés, du pain et parfois des desserts. Les restes de cuisine sont généralement amenés chauds, et pourtant les occupants ne les consomment pas immédiatement5. Ce décalage entre le moment du don et celui de sa consommation marque la volonté d’attendre et de préparer son repas. En effet, tout aliment donné n’est pas nécessairement consommé. Les restes des cocktails organisés par la municipalité sont apportés par les agents des services municipaux à la cabane. Les petits-fours sont proposés, souvent à l’initiative de Daniel, à la dégustation des connaissances ou offerts à d’autres groupes de la rue : « Tiens, si tu veux en manger parce que moi je les fous à la poubelle après, sinon y’a les rats, si tu veux en prendre pour chez toi, pour tes amis ». En dehors des aliments achetés, le « prêt à consommer » ne se mange pas à la cabane, excepté quelquefois en guise de collation mais, jamais pour un repas. Les dons alimentaires subissent toujours une transformation. Daniel, ancien cuisinier, parle des préparations culinaires : « Non, c’est pas de la cuisine parce que moi je t’ai dit que j'ai trente, trente-cinq ans de cuisine, c’est pas de la cuisine sinon, quand tu fais un truc tranquillement, tu laisses mijoter. On n’a pas les fours, on n’a pas les trucs, on ne peut pas faire la cuisine comme on devrait faire… On améliore pour dire comme ça… Mais dans la rue… » Ce que Daniel nomme « améliorer » signifie des actes divers allant d’un rajout d’huile pimentée6 à des recompositions de dons entre eux ou des mélanges de dons et d'achats. Des pommes de terre vapeur obtenues d'un côté et des escalopes de volaille d'un autre, sont réchauffées dans de la graisse d’oie également récupérée. Avec fierté et sur un ton ironique, Daniel annonce à un employé d’un restaurant qui passe : « Tiens, regarde, on est en train de faire revenir les pommes de terre dans la graisse d’oie ». La préparation du repas est souvent montrée par les habitants, aux passants de la ruelle qu’ils connaissent, surtout si celle-ci contient des ingrédients qui évoquent le luxe ou le raffinement. Le détail, même celui d’une matière grasse, est mis en exergue.

7D’un côté le don alimentaire permet aux habitants de s’alimenter de manière décente mais d’un autre il est aliénant dans la mesure où il véhicule des représentations d’eux-mêmes comme étant de simples « corps qui ont faim ». La cuisine à la cabane est rarement une affaire de goût : les aliments sont imposés par les dons et la modification d’un plat demande des ingrédients que les habitants ne possèdent souvent pas. En réussissant pourtant à transformer les plats reçus, ils agissent sur le processus induit par le don d’aliments : re-cuisiner les dons permet certes de se réapproprier le contenu de son repas mais pas uniquement. La transformation matérielle des dons alimentaires agit symboliquement sur la valeur des denrées et, à plus forte raison lorsque les habitants introduisent des ingrédients reconnus comme luxueux. En cuisinant, ils travaillent à rehausser la faible valeur des aliments, qui leur est imposée par le processus du don puisqu’il s’agit de restes de cuisine.

8L’investissement et les efforts culinaires sont d’autant plus importants que la valeur de la base alimentaire est faible. Ainsi, la transformation alimentaire devient de la « grande cuisine » lorsque les habitants préparent des aliments issus de la récupération. Lorsque Lucien revient du marché avec les produits de son glanage, il passe une grande partie de l’après-midi à cuisiner. Gérard découpe les légumes en petits dés, les met à revenir dans une poêle puis ajoute les petits morceaux d'une cuisse de poulet qu'il a dépiautée, le fond d'une sauce tomate et du vin. Il s’occupe également de la cuisson des pâtes pour l’accompagnement. Peu de temps après avoir mangé ce repas, Daniel annonce : « on va faire un dessert ! » et il se met à confectionner, à partir des aliments issus des dons et de la récupération, une « salade de fruits chaude ». Daniel prépare alors « un sirop » dans lequel il ajoute des clémentines émincées avec la peau. Un reste de nougatine aux amandes est mis à fondre dans une poêle avec le jus d’une orange pressée. Dans cette même poêle, il fait revenir ensuite des bananes et des poires coupées qu’il arrose avec le sirop en fin de cuisson. A la cabane, la cuisine élaborée est pratiquée les jours où les dons alimentaires font défaut ou bien lorsqu’ils sont en faible quantité. Les repas sont composés le plus souvent d'un plat unique. Les habitants consomment peu de desserts. Faire une « salade de fruits chaude » le jour où les denrées alimentaires font à priori défaut désamorce un rapport au manque. Le « superflu », le futile ou le petit « plus » alimentaire que représente par exemple la présence d'un dessert, sont des éléments qui expriment, à mon sens, le refus d’être réduit à ses seuls besoins physiologiques.

  • 7 Qui sont les seuls morceaux frais récupérables, laissés par les poissonniers du marché.

9Du même coup, l’attitude à l’égard de la cuisine se transforme. Les plats sont « faits » et nommés avec précision, alors qu’ils le sont rarement en d’autres occasions : ils deviennent « carry de corned-beef », « carry de têtes de saumons », « salade de fruits chaude ». Cette cuisine plus élaborée permet de classer, renommer et identifier les produits dévalorisés. Ces plats auraient pu s’appeler « ragoûts », mais les habitants préfèrent se référer à des plats créoles tels le carry. Certains ingrédients, comme les têtes de saumons7, sont culturellement recontextualisés : ils sont les meilleurs morceaux « là-bas ». Faire de la cuisine élaborée est un moyen pour lutter contre la valeur négative des produits récupérés : les découpes précises, minutieuses, fines de la volaille, les émincés ou petits cubes de légumes mis à mijoter sont autant d’attentions portées aux aliments qui vont permettre de « rattraper » leur origine douteuse pour les réhabiliter. Le savoir-faire est employé à déterminer une valeur qui ne dépend plus de la provenance mais du résultat attendu. Confier la préparation d’un plat à celui dont on dit qu’« il sait bien les préparer », ou mobiliser l’expérience acquise dans une ancienne profession (comme Daniel par exemple) permet de se jouer d'une base alimentaire considérée négativement.

Produire du déchet.

10La durée de conservation des aliments est relativement réduite. Les plats sont entreposés le plus souvent dans des boîtes en plastique, parfois dans des sachets rangés sur des étagères à l’intérieur de la cabane, dans un caddie ou encore dans une poubelle qui sert à protéger les aliments de l'humidité en cas d’intempéries. Les plats donnés sont gardés pour le lendemain, guère plus longtemps.

11Pour pallier l’insuffisance de la quantité d’un plat offert, les habitants de la cabane accommodent de petites quantités en procédant à des mélanges : par exemple des pâtes bolognaises, du poulet au curry, des crevettes sauce piquante sont réchauffés ensemble et servis avec du riz. Généralement, en mélangeant des plats provenant de plusieurs dons alimentaires, ils préparent des quantités supérieures à leur consommation et dans ce cas, les restes du repas sont donnés au chien de Daniel ou jetés. Cela peut paraître paradoxal. Toutefois en observant de plus près, on s’aperçoit que l’économie mise en place autour de la cabane est fondée sur l’échange de services (de gardiennage d’automobiles et de pratiques de nettoyage de la ruelle pour l’essentiel) et la réception de dons alimentaires et d’argent. Aussi, même s’ils n’en ont pas l’utilité immédiate, les habitants de la cabane acceptent ce qu’on leur offre parce que refuser présenterait le risque de ne plus rien obtenir. Alors, la cuisine permet d’absorber et d’utiliser ces dons alimentaires (ou d’en montrer l’utilisation) puis de les jeter sans risque de ne plus rien recevoir. Créer du déchet en cuisinant de grosses quantités permet également d’agir sur le devenir de ces aliments.

12Lucien qui se rend chaque jour au marché pour récupérer du bois pour le feu, revient toujours avec quelques denrées glanées. Ces aliments provenant de la récupération alimentaire sont généralement entreposés quelques jours à la cabane, incorporés aux plats par petites quantités puis jetés. Jean-Pierre Warnier (1999 : 156) écrit qu’« il est possible de se valoriser par la manière dont on traite le rebut. La désincorporation du déchet est une technique de soi, une modalité de la subjectivation ». Aussi, pour les habitants « faire » des déchets permet de rendre leur alimentation « propre », entendons par là de lui redonner une dimension sociale. La « part » comptabilisée pour le rebut permet de lutter contre le sens qui s’impose à eux par le don et qui ne fait alors référence qu’à la dimension nutritive et physiologique de l'alimentation. Ainsi, la valeur de l’alimentation consommée se construit au sein d’un prolongement du circuit de déclassement alimentaire (Farb et Armelagos, 1985 : 123), identique à celui qui a mené les restes d’un restaurant aux marmites des habitants : les restes du repas consommé peuvent être donnés au chien, jetés et parfois récupérés par un homme ou bien comme nous le verrons plus tard gardés et donnés à des connaissances.

La cabane dans le quartier.

13Les habitants de la cabane entretiennent des relations cordiales avec le voisinage et les passants de la ruelle. D’ailleurs, Daniel nomme certains d’entre eux les « habitués », terme qui fait référence à son ancien emploi dans la restauration et évoque une relation de prestataire de service à client. Les « habitués » quant à eux, lancent lors de leurs passages quelques formules de politesse. La préparation du repas et sa consommation, visibles aux regards extérieurs, sont un moyen d’entretenir des relations avec les gens de la rue : ceux qui y travaillent, s’y garent régulièrement ou y habitent. Les échanges se créent, tant en terme d’apostrophes « Bon appétit ! », « Qu’est ce que vous préparez de bon aujourd’hui ?» que de dons alimentaires : « Tenez, c’est pour vous ». Les passants les plus connus sont parfois invités à manger, simple formule de politesse puisque l’invitation est systématiquement déclinée.

14Recevoir des dons alimentaires me paraît être aussi considéré comme une preuve d’intégration au voisinage. Celle-ci est l’œuvre de Daniel qui a fait en sorte que l’on distingue les habitants de la cabane des deux autres groupes qui occupent des cabanes dans cette rue. Par ce terme « respect », il entend un ensemble de pratiques de nettoyage de la rue, de règles de discrétion sonore et de savoir-vivre en correspondance, selon lui, avec les attentes du voisinage. Cela nous rapproche de ce qu’Isabelle Coutant écrit à propos des squatteurs : « Dans la mesure où ils connaissent les normes auxquelles ils sont censés se conformer, les squatteurs peuvent agir sur la perception de ceux qui, dans l’environnement du squat, sont susceptibles de les dénoncer et tenter d’être classés dans la catégorie « bon squatteur » » (2001 : 33). Le suivi des règles imposées par Daniel à ses convives leur procure l’avantage de disposer d’un emplacement relativement fixe et d’obtenir des dons alimentaires. Pour lui, cette intégration au quartier a pour preuve matérielle qu’on leur offre des plats de grandes quantités ou évoquant le luxe. Ces plats, une fois montrés ou « dits », procèdent par métonymie et rejaillissent sur eux.

Rapports établis avec les gens du quartier.

  • 8 Il s’agit de faire des tours de magie ou de fredonner un air qui corresponde aux activités des bada (...)

15Les actions de cuisiner et manger prennent souvent des allures de représentation théâtrale burlesque et comique. Daniel m’expliquait un jour à propos de la pratique de la manche : « V. il sait pas faire » (…) « Les gens faut les faire rigoler, faut qu’ils soient contents, faut faire les trucs8 là ». Le comique de situation est utilisé pour présenter des préparations culinaires quand les plats montrés aux passants évoquent un luxe décalé : « On a fait une petite paella, on va rajouter les crevettes ». Le rire amer est aussi employé : « Demain est un autre jour ! Aujourd’hui c’est patates. Demain ce sera pommes de terre. ». Dire en riant que l'on mange « des pâtes au riz » durant « les jours les plus longs » constitue en soi une demande détournée de dons alimentaires. Cette période s’étale du trente de chaque mois jusqu’au six du mois suivant, jour où Daniel perçoit sa pension COTOREP. Durant cette semaine, toute situation d’interaction avec les passants est vécue comme une opportunité de se procurer un peu d’argent ou des dons alimentaires. La menue monnaie gagnée par le biais de petits travaux, de services rendus ou de dons, est réservée aux seuls achats de vin et cigarettes. L'humour est l’une des tactiques mises en œuvre. Présenter le contenu de son repas en terme de mélange de féculents, en « omettant » de préciser qu’il contient du sauté d’agneau, renvoie à l’image « d’un corps qui a faim » et appelle à la générosité. Autre exemple de demande indirecte mâtinée d’humour : Daniel mime une attitude de client en criant à un chef en toque blanche qui passe dans la rue : « Alors chef ! C’est quand qu’on mange ? ». Le ton humoristique n’est pas neutre. Son emploi réactualise et personnifie les termes d'un débat social qui tendent à réduire ceux catégorisés de « SDF » à leurs seuls besoins physiologiques, ainsi que le rappelait Dominique Memmi (2002 : 222). Daniel et Lucien expriment une fierté à ne pas demander, entendons par là à ne pas demander directement. La demande relevant de la tactique ou de la ruse est donc survalorisée car elle relève des moyens d’obtenir sans trop se compromettre. A la cabane, hormis les pairs, ceux qui « voient » ou ceux à qui l’on « parle alimentation » sont, en majeure partie, ceux qui donnent. Exhiber la qualité de son alimentation permet, en retour, d'influer sur la qualité des dons.

Nourrir d’autres pour construire et nourrir son statut.

16La réception de dons alimentaires n’est pas tenue secrète pour les pairs. Les dons sont offerts à d’autres habitants de la rue quand les quantités sont trop importantes pour être consommées. Ils permettent aussi d’inviter à manger, de « dépanner » certaines connaissances, de donner à ceux dont l’alimentation n’est pas jugée convenable, à ceux qui sont reconnus pour leur « laisser-aller » ou encore à ceux qui ont plus de difficultés à se procurer de quoi se nourrir. Il en va ainsi des dons effectués à une personne âgée qui récupère parfois des aliments dans les poubelles des restaurants situées à côté de la cabane, ou de Mireille, dont les habitants savent qu’elle oublie de manger et à qui Daniel ou Lucien préparent toujours un repas quand elle vient leur rendre visite. Ses proches connaissances demandent parfois aussi quelques aliments à Daniel.

  • 9 Suite à des vols, rackets, bris, pertes, dons.

17Ce statut de donateur, et sa reconnaissance, sont les effets d’une construction consciente. Un jour, Daniel et l’une de ses connaissances se sont mis à évoquer une personne très connue de la presse locale et aujourd’hui décédée, un ami de Daniel, « connu de tous les SDF », disait-il, parce qu'il « dépannait », il donnait : il était celui à qui l’on venait demander et qui, par conséquent, possédait. Le portrait de cet homme était dressé au travers d’objets : les nombreux postes de radio qu'il détenait ou dont il se défaisait9 suscitaient de légères moqueries; l’argent, l’alcool et les cigarettes qu’il donnait renforçaient son caractère « généreux ». Daniel, par les propos tenus sur cet homme, reconnaissait le « don » comme un moyen de valorisation de celui que l’on vient voir, qui en retire quelque prestige, et surtout ne reste pas seul. L’expérience de cette personne est utilisée et recomposée par Daniel qui a construit son statut de donneur en restreignant son « domaine d’activité » à l’alimentaire. Les aliments appartiennent à une catégorie d’objets qui n’attirent pas l’attention, qui ne se volent pas, ne se rackettent pas et dont la possession ne fait pas courir de grand danger.

18Dans la ruelle, les services que les habitants de la cabane rendent aux employés des restaurants et aux « habitués » ont permis d’instaurer une sociabilité de voisinage. La réception et la sollicitation de dons alimentaires s’inscrivent dans cet échange. Malgré sa moindre valeur, le don représente, pour ces habitants, un moyen convenable pour se nourrir tout au long du mois. D’ailleurs, une des nouvelles tactiques destinées à solliciter les dons relève de l’investissement : le jour du versement de sa pension, Daniel offre des bouquets de fleurs aux dames qui lui apportent régulièrement à manger. « Tu comprends, précise-il, j’achète des bouquets. Si je veux manger ça me coûte trente euros… Quand j’en ai besoin, quand j’ai faim, je vais demander ou ils me donnent un truc (…) Tu comprends, l’argent, ça circule ». Ainsi, par le don de fleurs, Daniel tente de perpétuer sa sécurité alimentaire et celle de ses convives. Il me semble que s’assurer de futurs dons alimentaires recèle son importance car la priorité dans le budget des achats n’est pas donnée à l’alimentation.

19La majorité des dons alimentaires reçus proviennent des restes de cuisine des restaurants alentours. Transformer les aliments donnés permet aux habitants de la cabane de s’approprier leur alimentation mais ne suffit pas à resocialiser ces aliments-déchets. Ce changement intervient quand les denrées sont insérées dans un nouveau circuit car la petite économie alimentaire ne s’arrête pas à l’assiette des occupants de la cabane. La cuisine des restes donne la possibilité de créer ses propres restes et de s’en défaire. En donnant ou en jetant, les habitants déclassent une alimentation déjà déclassée. Par ce procédé, la revalorisation des aliments se construit, d’une part, en créant des déchets pour que leur alimentation ne soit pas réduite à une fonction strictement biologique et d’autre part, au sein de rapports sociaux de distinction. En donnant à leur tour, les habitants évitent de se situer au dernier des échelons de cette hiérarchie alimentaire.

Top of page

Bibliography

AMISTANI C., 1993, « L’alimentation des SDF : l’exemple parisien », in Errances urbaines, recherche en anthropologie urbaine, Rapport au Ministère de l’équipement, Plan Urbain, Paris.

COUTANT I., 2001, « Statu quo autour d’un squat », Actes de la recherche en sciences sociales, N° 136-137, 27-37.

FARB P., ARMELAGOS G., 1985, Anthropologie des coutumes alimentaires, Denoël, Paris, 242 p.

FRIAS A., 1999, « Le monde des chiffonniers », in MAROUF N., Pour une sociologie de la forme, L’harmattan, Paris, 209-239.

FRIAS A., 2000, « Corps et déchets les imaginaires sensibles », in FINTZ Claude, Les imaginaires du corps, Tome 2, L’Harmattan, Paris, 257-286.

GABORIAU P., 1993, Clochard. L’univers d’un groupe de sans-abri parisiens, Julliard, Paris, 235p.

GODELIER M., 1996, L’énigme du don, Fayard, Paris, 315 p.

KNAEBEL G., 1991, « Le rangement du résidu », Les annales de la recherche urbaine, N° 53, 23-31.

MEMMI D., 2002, « L’affichage du corporel comme ruse du faible : les SDF parisiens », Cahiers internationaux de sociologie, CXIII, 213-232.

MOREAU de BELLAING L., GUILLOU J., 1998, « L’alimentation chez les sans domicile fixe », Le journal des anthropologues, N° 74, 135-141.

PICHON P., 1992, « La manche, une activité routinière », Les annales de la recherche urbaine, N° 57-58, 146-157.

THOMSON M., 1979, Rubbish theory, Oxford University Press, Oxford, 228 p.

VIOLETTE-BAJARD C., 2000, Don alimentaire et précarité urbaine, Chronique sociale, Lyon, 218 p

WARNIER J-P., 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, PUF, Paris, 176p.

Top of page

Notes

1 Une description de la cabane sera fournie par la suite.

2 Et pouvant susciter un état colérique ou léthargique rendant l’échange difficile.

3 Manière de désigner le restaurant asiatique où se trouve une statuette représentant Bouddha.

4 J’ai suivi Daniel pour cette observation.

5 Je n’ai relevé qu’une seule occasion où un plat a été consommé immédiatement après son don.

6 L’huile pimentée est réalisée à partir de récupérations alimentaires. L'huile provient de bidons jetés par les restaurants. Jamais totalement vidés de leur contenu, une contenance d’environ un demi litre est retirée. Le piment est glané sur les fins de marchés ou dérobé sur un arbuste décoratif situé devant le fast-food asiatique.

7 Qui sont les seuls morceaux frais récupérables, laissés par les poissonniers du marché.

8 Il s’agit de faire des tours de magie ou de fredonner un air qui corresponde aux activités des badauds au moment où ils passent devant lui pour les interpeller.

9 Suite à des vols, rackets, bris, pertes, dons.

Top of page

References

Electronic reference

Amandine Plancade, « Les aliments des habitants de la « cabane » », Anthropology of food [Online], 6 | September 2008, Online since 06 September 2012, connection on 26 July 2017. URL : http://aof.revues.org/4672

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page