Skip to navigation – Site map

Tensions, arrangements et ambivalences alimentaires dans le couple mixte

Français mariés et immigrés à Taiwan
Tensions, arrangements and food ambivalence among mixed couples : French men married in Taiwan
Fong-Ming Yang

Abstracts

From an investigation made in urban zones with nine male and female French people having migrated to Taiwan and married with Taiwaneses, the author studies the issue of food tensions in situation of mixed couples. He presents the hypothesis that these tensions vary according to food grips: breakfast, lunch, street foods, conjugal dinner, meals with allies. Such food tensions provoke varied practices and judgments: attachment to habits but also the passage of disgust to appreciation, distrust regarding curiosity, double appreciation for food displayed which is not esteemed in the same way as the products themselves, efforts to accept table manners within the framework of a social or emotional balance of power, finally ‘‘forgetting’’ the issue for the benefit of the social link which it produces.

Top of page

Full text

Des couples franco-taïwanais comme terrain d’enquête

1La nourriture ne fait pas le couple, mais le couple se construit avec la nourriture. Pourtant, la question de l’alimentation dans le couple, et en particulier dans le couple dit mixte est très peu abordée dans la littérature sociologique et anthropologique. Augustin Barbara (1985) - le premier en France à faire du couple mixte un objet de recherche, Mariage sans frontières - ne consacre que quelques pages à la commensalité en situation de mixité conjugale (« Cuisine et rythme de vie » ; p.122-123). Il y évoque une situation où un Congolais mange avec ses doigts des os de poulet face à sa conjointe française et dans sa belle-famille. Selon lui, cette situation illustre un mode de vie harmonieux ainsi qu’un certain partage culturel équilibré par la compréhension mutuelle. Tandis que dans La sociologie de la mixité, un ouvrage également consacré aux couples mixtes et ses conséquences socioculturelles, Garielle Varro (2003) ne fait pas allusion à la nourriture. Plus tôt, dans un livre collectif dirigé par G. Varro (1997), Les couples mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, on trouve un témoignage personnel nommé « Le festin de Babette » d’Hélène Müller. A propos des courses et du repas, celle-ci considère que le rapport général des conjoints allemands à la nourriture semble fonctionnel alors que celui des conjoints français paraît sensuel. Il est également significatif qu’Emmanuel Calvo (1982), le premier à avoir produit une synthèse sur l’alimentation en situation de migration, n’ait pas abordé la question des couples mixtes qui implique qu’un des deux partenaires soit également un(e) immigré(e). Plus récemment, Laurence Ossipow (2000) a étudié les pratiques alimentaires, d’un couple germano-turc vivant en Suisse pour discuter la notion d’acculturation qu’elle considère comme un processus dynamique qui tient compte des résistances, du syncrétisme et des recompositions et celle d’assimilation lue comme un processus linéaire au cours duquel sont adoptés les comportements et les valeurs de la société d’accueil. La rareté relative des travaux sur cette question a aiguisé ma curiosité et m’a incité à formuler quelques questions à propos des pratiques alimentaires en situation de mixité conjugale.

2Dans un couple binational, où un partenaire est autochtone et l’autre étranger, un arrangement  en matière alimentaire est nécessaire. La confrontation des différentes normes, attitudes et valeurs alimentaires peut entraîner l’admiration, le dénigrement, mais aussi l’adaptation et le compromis. Dans cet article les couples franco-taiwanais étudiés seront considérés dans le contexte taiwanais, c’est-à-dire un contexte où les conjoints français(e)s sont en situation d’immigration temporaire ou durable. Plus que les « bonne rencontres » et les plaisirs que peuvent susciter chez les partenaires français(e)s les découvertes alimentaires induites par ces situations j’ai choisi de me concentrer sur les tensions qu’elles provoquent également. Les tensions qu’on entend ici ne sont pas les conséquences de la difficile adaptation à certains mets et à des habitudes alimentaires mais plutôt les attitudes aléatoires face à des séquences alimentaires au quotidien.  L’enquête a montré que les enjeux de ces confrontations prenaient un sens différent selon  l’espace-temps alimentaire, c’est-à-dire le moment et lieu de la prise alimentaire. Cet article est parti de ce constat et restitue les données de mon enquête à propos de ces différents temps de l’alimentation vécus par des immigré(e)s français(e)s à Taiwan et marié(e) à un(e)  ressortissant(e) de ce pays.  

  • 1  La transcription phonétique en pinyin adopte un nom composé pour chaque mets cité ici. Elle est va (...)

3Au préalable il faut savoir que le repas pratiqué régulièrement par les Taiwanais consiste en une prise simultanée d’un ensemble chaud composée de riz cuit à la vapeur accompagné de sautés végétaux et carnés ainsi que de potage. Le modèle français le plus connu, hérité du service dit à la russe, s’articule, lui, autour de prises successives : entrée fraîche, plat chaud contenant de la sauce accompagné de pain, fromage et dessert. Comment l’habitude d’un tel repas, consommé dans une assiette avec l’aide d’un couteau, d’une fourchette et d’une  cuillère se concilie-t-elle  avec le repas tel qu’il est pris par les Taiwanais, dans un bol à l’aide d’une paire de baguette et d’une cuillère ?  Comment deux individus, l’un socialisé depuis son enfance à Taiwan et l’autre en France, mangent-ils ensemble au quotidien alors que leurs manières de table sont si différentes ? Par exemple, ludou-tang1, un bol de soupe (tang) sucrée aux haricots mungo (ludou) que l’on prend à la taiwanaise comme une collation à domicile bouleverse sans doute une perception visio-olfacto-gustative à la française comme par exemple la saucisse de Morteau aux lentilles vertes qu’on mange salé et solide dans une assiette comme le plat principal.

  • 2  Altérité, mixité, omnivorité. L’alimentation des couples franco-taïwanais, EHESS, Mémoire de Maste (...)

4Cet article présente les résultats2 d’une enquête ethnographique conduite de la mi-février au début juillet 2007. Onze entretiens et de nombreuses observations ont été réalisés auprès de neuf immigré(e)sfrançais(e)s à Taiwan, deux femmes et sept hommes âgé(e)s de vingt-six et cinquante ans. Fiancés ou mariés avec des Taiwanais, la majorité sont professeurs de français, d’autres travaillent dans des entreprises d’exportation industrielles comme cadres moyens. La

5rencontre avec leur conjoint autochtone a eu lieu dans le cadre professionnel ou pendant les années d’études. La catégorie socioprofessionnelle des deux conjoints n’échappe pas aux régularités mises en lumière par Michel Bozon et François Héran (2006 : 67), soit l’attirance vers une certaine proximité sociale en terme de parcours scolaire, de rémunération professionnelle et de propriété immobilière ; une proximité qui se concilie avec des stratégies mineures d’ascension en particulier pour les femmes.

6Certains enquêtés, venus à Taiwan depuis moins de deux ans, viennent juste de  commencer leur vie conjugale, d’autres, installés depuis plus de deux ans ont déjà une famille avec enfants. Ils ont tous choisi de résider en ville. D’une part, cette localisation facilite l’accès au travail salarié pour des francophones ; d’autre part, les conditions de vie urbaine permettent de rester plus facilement en contact avec leur pays d’origine. Il faut enfin noter qu’il ne s’agit pas d’expatriés envoyés en mission par le gouvernement français ou par des entreprises françaises implantées à Taiwan et que le contrat de mariage avec des citoyen(ne)s taiwanais(e)s leur donne le droit de résider et de travailler légalement.

7Par la méthode dite « boule de neige », j’ai rencontré dans un premier temps des Français enseignant la formation au FLE (Français Langue Etrangère) dans les villes de Taipei, Tainan et Kaohsiung. Ceux-ci m’ont introduit auprès de leurs collègues et de leurs compatriotes qui vivent en couple mixte. Parmi ceux qui ont accepté de participer à l’enquête, certains ont manifesté quelques réticences en pensant que la finalité de ce travail ne pouvait servir qu’à « juger » du niveau d’insertion des Français dans la société taiwanaise et à révéler la vie privée de leur partenaire. Un propos que nous avons souvent entendu lors des premiers contacts traduit certainement ce doute et cette méfiance : « Ce qui t’intéresse, c’est nous, les étrangers qui vivent ici, non ? Est-ce que tu fais aussi le couple mixte ; sinon pourquoi tu voudrais savoir autant de choses ? ». Face à ces attitudes, le fait de pouvoir parler la même langue que ces immigrés français et d’être attentif à leur parcours migratoire de France à Taiwan, c’est-à-dire reconnaître leur motif personnel et leurs apports à la formation du couple mixte, a produit une certaine complicité qui m’a permis progressivement d’enquêter sur l’organisation alimentaire, l’approvisionnement et la préparation des repas. Il a été également possible d’observer quatre de ces repas lors de repas partagés avec les enquêtés les plus motivés. Ces derniers annonçaient spontanément que le rendez-vous aurait lieu à l’heure du repas à domicile ou au moment du repas collectif au restaurant : « Je t’invite et ce sera une bonne occasion pour toi d’en savoir plus sur ce que nous mangeons. Ça ne nous dérange pas d’ajouter un couvert de plus. ». Avec chacun des enquêtés j’ai réalisé un entretien semi directif soit à son domicile soit sur son lieu de travail. L’enquête m’a donc permis de collecter des informations sur des circonstances difficilement observables comme le petit-déjeuner à la maison, le déjeuner solitaire, le dîner en tête à tête, les sorties, ou l’invitation dans la famille du conjoint(e).

Conservatisme alimentaire du matin

8Au repas après le réveil matinal, les deux partenaires mangent simultanément ce qui est accessible sur la table du salon, dans le placard et le réfrigérateur à la cuisine, voire dans la rue sur le chemin du travail. Les conjoints ne mangent pas nécessairement ensemble. L’horaire est mobile en fonction de la différence entre l’heure du lever et l’heure des activités professionnelles. Plus les écarts de temps sont grands entre ces deux étapes, plus probable est la possibilité de manger ensemble et plus complète est la façon de se nourrir. Au delà du choix individuel comme le régime amaigrissant où on ne prend que des fruits ou un jus de fruit, les composantes les plus souvent évoquées et observées chez les conjoints français au petit-déjeuner sont les céréales, le lait (de soja), les fruits, la tartine, le café et le yaourt nature qu’on prononce you-ge à Taiwan mais suan-nai (suan : acide ; nai : du lait) en Chine continentale. Ces deux derniers aliments considérés comme ‘‘exotiques’’ à Taiwan sont facilement  disponibles au supermarché.   

  • 3  Les noms de personnes, de lieu et de l’institution cités ont été modifiés pour respecter l’anonyma (...)

9Pour ces immigrés ayant tendance à être « végétarien » lors de ce premier repas de la journée, le petit déjeuner des autochtones est ‘‘huileux’’, ‘‘poivré’’, ‘‘gras’’, ‘‘lourd’’ et ‘‘salé’’. Le dégoût de ceux-ci est dû à « l’excès » de matière grasse (ou d’assaisonnement) ainsi qu’à la prise matinale de viande. Les enquêtés évoquent souvent le petit-déjeuner à Taiwan comme une repas qui n’est pas « du même esprit » que celui pris en France car il y a de la viande, des légumes et de la soupe. Le repas du matin est celui le plus décrié. Arrivée à l’âge de vingt-huit ans et résidente dans le sud de Taiwan depuis quatorze ans, Aude est professeur de français dans l’enseignement supérieur3. Elle juge ce moment alimentaire dans son cadre professionnel et évalue son adaptation progressive au ‘‘salé’’ :

« Mes étudiants amènent souvent des nouilles sautées, des raviolis à la vapeur, du lait de soja dans la salle de cours dès huit heures du matin. Ça me gêne beaucoup, l’odeur. Je ne le supporte pas. J’aurais pu leur demander de finir leur nourriture à l’extérieur. Ici, on mange très gras dans la matinée. On allume du feu et on fait la cuisine comme ce que je fais éventuellement le soir. (…) J’ai essayé quelques fois des choses chaudes et salées. C’est possible d’approcher à condition que je ne sois pas pressée. Pendant le week-end, j’aurais voulu manger une galette aux omelettes [dan-bing : œufs (dan), galette (bing)] assaisonnées de quelques gouttes de sauce de soja avec mon mari. Mais si j’ai des cours à huit heures du matin, j’aime bien des choses qui me sont familières. »

10Pour cette femme française la prise alimentaire qu’elle perçoit le matin dans son espace de travail qui est aussi l’espace public ou semi-public (la salle de classe) est comparable à la cuisine qu’elle fait le soir dans l’espace privé à son domicile. Une telle conception du repas est tolérable à condition que son emploi du temps soit peu rigide. Ce point de vue est d’ailleurs lié à l’heure où le repas est pris. Dès lors que le partenaire français se lève entre dix heures et midi les jours de repos, ils arrivent à manger les plats qu’ils dénigrent habituellement comme shuijian-bao (les brick farcis de chou et de porc cuits à l’étouffé dans la poêle dans un mélange d’eau et d’huile d’arachide, en bouchées de couleur jaune ; shuijian veut dire rissolé et bao signifie « brick farci »). En effet, tous les partenaires français interrogés ont une aversion plus ou moins prononcée pour les dérivés d’œuf, de fécule et de   viande et plus encore au moment du petit-déjeuner. Si le petit-déjeuner des conjoints français fait ressortir un certain « conservatisme » alimentaire – le fait que les immigrés tendent à consommer et à préférer encore la nourriture de leur pays d’origine – décrit par Paul Rozin (1995 : 104), disposer de son temps semble donc inciter à l’ouverture vers l’altérité alimentaire. La recherche de la familiarité alimentaire serait ainsi corrélée avec le fait de disposer de beaucoup ou d’un peu de temps. Si ces Français restent ‘‘conservateurs’’, c’est parce qu’ils éprouvent une certaine réticence au niveau de la perception sensorielle. Se donner du temps pour partager la nourriture avec leur partenaire permettrait donc de passer du dégoût au goût.

Désordre versus abondance

11En ce qui concerne le deuxième repas de la journée, les conjoints se nourrissent séparément dans le lieu où chacun se trouve entre midi et deux heures de l’après-midi. Les conjoints français qui ne travaillent pas à temps plein ou qui habitent à proximité de leur travail déjeunent chez eux. Cela demande moins de tâches culinaires et moins de dépenses d’achat pour un repas en solo moins important qu’ils qualifient de « passage » ou « routine ». L’ensemble du repas consiste souvent en un plat réchauffé au micro-ondes fait à partir des restes de la veille, un fruit de saison et/ou une tasse de café. L’idée générale est de manger sur le pouce.

12L’offre alimentaire à Taiwan est omniprésente dans la rue comme le dit l’expression bien locale : « un stand à trois pas et une boutique à cinq pas ». Âgé de vingt-cinq ans et installé à Taiwan pour suivre sa compagne depuis cinq mois après l’obtention d’une licence LEA (Langues Etrangères Appliquées), Alex donne des cours de français dans l’agglomération de Kaohsiung chez des  particuliers où il se rend en scooter. Nouveau venu, il perçoit l’offre alimentaire à Taiwan comme extrêmement diverse : « J’ai l’impression que les gens mangent tout le temps. Il y a trop de choix. Pour moi, l’étranger, la question, c’est de savoir ce qu’on vend dedans parce que l’enseigne n’est pas très claire. Tout est mélangé. » Aux yeux d’un jeune étranger, la nourriture de rue taiwanaise est très accessible, disponible et diverse. Alex qualifie ce type de nourriture de « mélangé », obscur, ce qui pour lui représente davantage un inconvénient qu’un avantage.   

  • 4  Il s’agit d’un équivalent du bentô japonais dont l’étymologie renvoie à certains repas japonais di (...)

13Pour décrire le contenu du déjeuner, c’est le bian-dang (bian signifie « facile à emporter » et dang « gamelle »)4, est cité le plus fréquemment dans la réponse des immigrés français. Le bian-dang consommé sur place ou à l’extérieur est accompagné d’une boisson ; soit une  soupe sucrée aux haricots soit du thé noir, dans un gobelet. A l’inverse du modèle du menu courant à la française où la soupe est prise comme plat principal ou comme entrée, le thé est servi après le  repas. Cette norme de bian-dang est rapidement apprise par les Français que nous avons rencontrés pour la vie quotidienne. Les ustensiles tels que couteau, fourchette, cuillère sont remplacés par la paire de baguette et la paille. Venu à Taiwan à l’âge de vingt-deux ans pendant son Volontariat Service Long au milieu des années 1990, Jacques s’y est finalement installé et travaille depuis quatre ans pour une usine des produits informatiques. Comparé à son compatriote, il confère au terme « mélange » une autre signification assez proche de la notion d’abondance :

« Le bian-dang est une barquette en papier ou en bois qui contient quatre portions. Il y a les légumes sautés en lanières comme les pousses de soja, le céleri, les carottes, les champignons noirs, le tofu au poulet à l’étouffée découpé en cubes, le riz cuit à la vapeur et moulé, de la poitrine de porc macérée en julienne. Ce n’est pas comme en France où l’on propose un plat où il y a une seule sorte de viande. Ici, on peut manger en même temps du poisson, du poulet et du porc. Il y a un mélange considérable. »

14Toujours à propos du déjeuner, Jacques oppose la simplicité française à la complexité taiwanaise. Il valorise d’ailleurs la combinaison des différentes denrées végétales et carnées dans un menu de midi. Selon les deux témoignages précités, le fait de « manger mélangé »  peut donc être ressenti comme une déception ou bien une satisfaction. Les connotations peuvent s’opposer ; d’un côté le dérèglement du rythme et des choix à opérer au cours du repas (manger tout le temps et trop de choix à faire) et, de l’autre, la quantité et la complexité du contenu du repas (plusieurs légumes à la fois et plusieurs sortes de viande). Les perceptions oscillent donc entre désordre et richesse et peuvent provoquer une tension, voire une ambivalence.

Désaccords et efforts à la table du soir

  • 5  Le dîner taïwanais se déroule une ou deux heures plus tôt que le dîner français. Les conjoints fra (...)

15Au terme de l’enquête, le dîner m’est apparu comme une confrontation alimentaire sans esquive possible. Quelle que soit la durée de leur résidence, les conjoints français pratiquent le repas du soir de façon relativement homogène et stable tant par rapport aux plages horaires, qu’aux formes de cuisson et aux aliments de base. Le dîner se prend entre dix-huit heures trente et dix-neuf heures5. On y retrouve régulièrement trois types de mets :

  • 6  Il s’agit ‘une technique de cuisson rapide et à feu vif dans une demi-sphère en métal inoxydable.

16Le sauté : des légumes feuilles comme le céleri, les épinards, le chou, des légumes tiges comme les asperges, les pousses de bambous, l’ail, le poireau et des légumes racines comme la carotte ou le navet sautés dans le wok6

17Le gratiné : des légumes fruits comme les aubergines, les courgettes et les tomates cuites au four. 

18Du riz cuit à la vapeur et des pâtes préparées à l’étouffé.

  • 7  A cette occasion, on procède fréquemment à l’achat de fromage aux supermarchés Carrefour ou dans d (...)

19L’horaire peut être avancé à dix-huit heures si le couple a des enfants et être retardé jusqu’à vingt-et-une heures s’il y a des convives. La cuisine reste une tâche féminine tandis que le rangement (débarrasser la table, faire la vaisselle et sortir la poubelle) peut être éventuellement une affaire masculine. Quant à l’approvisionnement, les produits frais sont gérés par la conjointe et les produits de conserve par le conjoint. L’achat des condiments et des yaourts est partagé entre eux. D’ailleurs, il arrive que la conjointe confie une liste des produits au conjoint pour faire des courses hebdomadaires7. Martyne Perrot parle à ce propos d’une « délégation féminine » (2009 : 141). La clôture du dîner se fait avec une denrée sucrée comme un fruit, une part de tarte, un yaourt ou un carré de chocolat. Ces produits sont alors vécus comme une touche française. En compagnie de leur partenaire taiwanais, les conjoints français ont pris l’habitude de prendre « à la fois » mais pas « à la suite » ce qu’il y a sur la table. Cependant la consommation d’eau fraîche pendant le repas pour les conjoints français et la prise de la soupe à la fin du repas pour leur partenaire taiwanais semblent être deux éléments peu négociables ; il est rare que les uns prennent un bol de soupe à la fin du repas et que les autres boivent un verre d’eau fraîche à la place de la soupe. Chacun se permet, dans le cadre d’un arrangement informel et non dit, de continuer son habitude. Il faut également noter trois « désaccords » importants. Premièrement, les pattes de volaille et les arêtes du poisson (les chanos et epinephelianes, par exemple) doivent être enlevées pour que les partenaires français puissent les manger. Mais elles peuvent être « sucées » par leur conjoint taiwanais sans que cette confrontation ne pose de problème. Deuxièmement, le filament du fruit dans les oranges, les papayes et les jujubes sont des résidus pour les premiers, mais sont pleinement comestibles pour les seconds. Les fibres n’ont pas de goût et sont difficiles à mâcher pour les uns mais elles aident la digestion pour les autres. Troisièmement, s’il y a des fruits différents, le conjoint français en choisit un pour le consommer intégralement ; il ne prendra à cette occasion qu’un seul fruit. Le partenaire taiwanais, lui, découpe des fruits en morceaux puis les compose en plateau pour mettre en scène l’abondance (surtout les agrumes comme les oranges et les pamplemousses ainsi que les fruits à pépins comme les pommes et les poires). Par rapport aux nouvelles mœurs alimentaires précitées, la maîtrise de la paire de baguette est encouragée chez les conjoints français. Ayant un époux taiwanais exigeant du point de vue des manières de table, Aude est fière de raconter une anecdote à propos de cet ustensile qui date des débuts de leur vie conjugale il y a plus de quinze ans :

« J’ai appris avec les cacahuètes. Je voulais apprendre correctement. Mon mari ne m’a pas laissé prendre de mauvaises habitudes. Il dit que c’est très important de savoir bien manier les baguettes. Pour lui, c’est une culture, il y a beaucoup de gens qui tiennent très mal les doigts. J’avais des cours sévères. Ça s’est fait en une semaine. Ça faisait mal aux mains au début, je faisais tomber beaucoup de choses. (…) Heureusement, il y a toujours une fourchette à côté, au cas où ça n’irait pas. »

  • 8  L’effet de genre dans l’apprentissage de l’usage de baguettes n’est pas apparu de façon évidente d (...)

20Savoir se servir d’une paire de baguettes8 est ici un acte doté d’un double sens. D’une part, cela permet de manifester sa volonté d’être conforme à ce que son partenaire attend (« des cours sévères ») ; d’autre part, cela permet de prendre quelque distance et de réfléchir à son apprentissage de manière symbolique (« c’est une culture »). Ce genre d’apprentissage constitue à la fois une preuve et une épreuve de la socialisation alimentaire. Il s’agit en effet de porter un intérêt soutenu et réflexif sur la façon de manger de son partenaire autochtone et de s’exposer à son jugement, mais aussi peut-être à son contentement que finalement on recherche. La force morale, mais aussi parfois un certain chantage affectif, sont alors mobilisés pour résoudre ces dissonances  conjugales en matière alimentaire.

Se nourrir dans la rue

21Les sorties du samedi ou dimanche soir sont souvent l’occasion d’aller manger, et cette occasion est souvent décidée d’un commun accord dans les couples mixtes. On recherche l’inédit, l’exceptionnel, le cosmopolite. Le choix du lieu est à la fois une quête et un essai : chercher ce qui n’est pas faisable à la maison. On ira par exemple dîner dans un restaurant qui offre un mode de cuisson difficile à pratiquer chez soi comme la “grillade coréenne”, une fraîcheur particulière pour déguster des poissons crus à la japonaise, ou encore une spécialité nationale (et internationale) comme la pizza ou ‘‘ethnique’’ comme le barbecue mongol. C’est en ce sens que l’on peut parler d’un certain cosmopolitisme alimentaire. La popularité de la nourriture de rue permet une consommation constante à petit prix. Beaucoup décrivent certains mets que leur partenaire taiwanais les ont incités à goûter, comme par exemple  yansu-ji  (les frits de poulet, de saucisse de porc associé avec un flan au sang de volaille ; yansu donne un sens gustatif ‘‘salé et croquant’’ et ji désigne le poulet), chou-doufu (les cubes de tofu fermenté frits avec du chou macéré dans de la sauce de piment rouge ; chou représente le mauvais goût et doufu est la denrée de soja) ou rou-yuan (la boule de riz gluant farcie de porc à la sauce rouge aigre-doux composée de  sauce de soja, de sucre, d’eau,  de miso, de ketchup et de la sauce huître ; rou, c’est l’alimentation carnée et yuan renvoie à une forme forme ronde). Mélanie, une Française de trente ans, ancienne enseignante à l’Alliance Française, se rappelle d’un mauvais souvenir à propos de rou-yuan au cours de son premier séjour à Taipei il y a cinq ans en tant qu’étudiante étrangère :  

«C’est une espèce de pâte un peu collante et molle et dedans, il y a de la viande. Et le pire, c’est que la sauce est rose ; c’est trop bizarre pour moi. Pourtant, j’aime bien le Mochi (mot japonais, gâteau de riz glutineux). Je suis allée chez mon ami [son compagnon actuel] et sa mère, pour la première fois, m’a donné ça à manger. J’avais trouvé pas mal. Je lui ai dit que c’était très bon. Je suis quelqu’un de poli. Je suis restée chez lui trois jours. Et durant ces trois jours, elle m’a donné que ça à manger. Je suis traumatisée. J’en étais malade. ».

22Mais ce rejet n’est pas fixé à jamais ; il est le point de départ d’une expérience subjective qui a une histoire. L’étrangeté de la nourriture (la couleur rouge et la texture molle) est mise en avant face à l’enthousiasme de l’autochtone, enthousiasme qui génère un certain malaise chez le primo arrivant. Cependant, cette réaction en matière alimentaire est basée plutôt sur une spécificité culinaire que sur un malaise. En effet, la plupart des mets taiwanais exigent des cuissons double ou triple, des « cuissons successives » (Sabban, 1983 : 342). Plus se télescopent les perceptions olfactives et visuelles, plus est faible la possibilité de trouver une « référence analogique »  (Sander, 2000 : 69) – des éléments cognitifs issus de ses propres expériences pour répondre à la situation nouvelle en établissant des ressemblances entre les choses – avec ce que l’on connaît pour appréhender ce que l’on voit et ce que l’on sent. Ainsi, certains osent essayer à condition qu’ils arrivent à identifier ce qui leur est familier dans le contenu du plat (surtout sa composition). D’autres mangent en faisant confiance à la personne qui les accompagne et qui leur dit : « Allez, mange ça et après, tu sauras ce que c’est. Il est difficile de tout expliquer ». Le plaisir de manger en compagnie peut l’emporter sur la gêne olfactive. La comestibilité subjective se construit malgré les mauvaises impressions : « c’est bizarre et on ne mange pas comme ça ». Ici, on voit un exemple de la transformation du dégoût ou de la réticence en acceptation. La subjectivité du conjoint étranger se laisse gagner par l’émotion du conjoint autochtone.

Manger chez ses alliés

23La visite hebdomadaire ou mensuelle à la famille alliée est une habitude respectée et partagée par tous. Ce genre de repas a valeur de retrouvailles et la présence des parents, sœurs et frères est valorisée. La boisson alcoolisée comme les bières et la liqueur, la charcuterie comme les denrées de viande porcine mijotées à la sauce de soja, et les fruits de mer (les crabes, les homards et les langoustes à la vapeur, la daurade frite, coques sautés au basilic, par exemple)  y prennent une place notable. La consommation de fécules et de soupe est moins présente. Le nombre de plats élaborés au domicile ou achetés à l’extérieur correspond au nombre de commensaux plus deux ou trois. Par exemple, on prépare neuf ou dix plats pour sept personnes. Le repas est un médiateur qui renforce l’attachement à la famille alliée. En ce sens, il n’y a plus de « repas sur mesure ». La transgression des normes, règles et valeurs est moins tolérée qu’au sein du couple. Dans cette perspective, ce qui rend les conjoints français le plus mal à l’aise dans leur belle famille et provoque une tension maîtrisée, c’est que le repas  « ne dure pas le temps qu’il faut ». Steve, un ingénieur de trente-deux ans dans une entreprise des produits textiles à Taipei, est marié depuis moins d’un an. Il évoque le déjeuner dominical chez ses beaux-parents âgés d’une soixantaine d’années :

«Quand mon beau-père mange, tout le monde le suit. On ne se parle pas. On discute peu pendant le repas. Je ne vois que les mains, les cuillères, les plats, les baguettes et les visages. Je n’entends pas un mot. Et un quart d’heure après, son père se lève en posant le bol et les baguettes. Voilà, c’est fini. Un déjeuner comme ça, un peu speed. Je trouve dommage qu’on mange juste pour manger.»

  • 9  A propos de cet espace-temps alimentaire tendu, les conjoints français ont souvent du mal à décrir (...)

24Aux yeux de ce gendre français, un tel repas familial est médiocre parce qu’il y a peu d’interactions à table ; autrement dit, le fait de « prendre du temps » lors d’un repas familial n’est pas une valeur centrale. En tant qu’invité, le gendre français n’a pas non plus le droit d’intervenir dans ce rythme alimentaire qui est celui imposé par l’hôte, son allié. Par ailleurs, lorsque certains couples naissant à Taiwan n’ont pas de stabilité financière, professionnelle et immobilière, le soutien de la famille du conjoint taiwanais est considérable. Ceux-ci peuvent être accueillis chez leurs beaux-parents  trois à six mois dans les cas où l’arrivée de ce gendre n’a pas suscité de conflit majeur. Pour les couples qui habitent (ou ont habité) chez les parents du partenaire, il y a une relation compensatoire qui se traduit par une division des tâches liées à l’hébergement. Le parent aura à s’occuper de la cuisson tout seul. La femme, quant à elle, est convaincue d’avoir à participer à des tâches telles que la pré-cuisson, dresser la table et s’occuper de la présentation. Il arrive que le partenaire masculin culpabilise de « manger sans contribuer » comme Alex cohabitant depuis cinq mois avec les parents de sa fiancée de Kaohsiung, elle-même fille aînée d’une famille peu nombreuse : « Si je ne fais rien, j’ai l’air d’être entretenu. Je fais la vaisselle, c’est la seule chose que je fais bien et ça me fait échapper à un peu de ce sentiment ». Dans la mesure où les partenaires taiwanais de ces couples mixtes ne sont pas détachés entièrement de leur famille d’origine, ils continuent d’avoir des droits au sein de celle-ci. Bien entendu ces droits induisent des devoirs. Cependant, il existe des droits non réciproques pour lesquels on ne donne rien en retour. La relation avec les parents alliés est tournée vers la sociabilité. Elle est festive et revêt des aspects plus instrumentaux : l’acceptation de l’altérité afin de multiplier les rapports entre soi et de circuler les uns vers les autres. On peut parler d’une tension alimentaire maîtrisée et structurée dans le cadre d’une invitation9.

Altérité alimentaire et conjugalité

25Les pratiques alimentaires en couple mixte doivent donc être observées et s’apprécier en fonction des différents repas et moments alimentaires. Les pensées, attitudes, pratiques, discours et représentations en matière alimentaire varient selon les formes du repas et le statut (conjoint, gendre, ami) du mangeur.

26Les repas solitaires (certains petits-déjeuners, presque tous les déjeuners, les repas dans la rue ou au travail) sont les moins contraignants. Le petit-déjeuner est plus tourné vers le conservatisme que vers la découverte. Les conjoints français y expriment fréquemment une certaine néophobie pour la consommation du carné ressentie comme presque inacceptable à ce moment de la journée. Mais dès que la contrainte temporelle est moins forte – avoir plus de temps pour petit-déjeuner comme par exemple le dimanche – alors le conservatisme se fissure et ce moment devient un temps d’initiation dans lequel le conjoint joue un rôle d’informateur. De manière générale le conjoint taïwanais est plus tolérant, la pression y est moins forte.

27Les déjeuners, pris en dehors du foyer, sont l’occasion de s’adapter à l’offre locale tout en conservant une certaine maîtrise des choix. Mais là aussi l’ambivalence des perceptions se fait sentir. Si l’abondance de l’offre est remarquée positivement et si ces moments sont l’occasion d’expériences exotiques cet espace-temps alimentaire est aussi ressenti comme un dérèglement du fait de l’accessibilité permanente des aliments (service en continu) et de leur abondance perçue comme une espèce d’anomie (« tout est mélangé »).

28Le dîner est un moment où se matérialise l’engagement conjugal. La forme prise par cet espace-temps alimentaire est apparue comme homogène au niveau de la structure du repas (plat principal et dessert) pour l’ensemble des enquêté(e)s. On constate également que l’horaire « taiwanais » s’est imposé ce qui intègre les conjoints français à un rythme autochtone. On peut caractériser ce moment comme un moment d’ouverture sous contrainte sociale et affective. Ces contraintes suscitent des tensions olfactives et visuelles qui parfois ne sont pas négociables (différenciation des parties comestibles pour un même fruit ou légume, acceptation/non acceptation de certaines manières de table) et qu’il arrive que deux conjoints mangent différemment à la même table.

29Enfin le repas dans la belle-famille - exceptionnel mais régulier et obligatoire - est un moment de commensalité sous contrainte forte. La tension se fait surtout sentir au niveau des manières de table et en particulier sur le faible temps accordé au repas. Etonnés de la modalité rapide pour terminer le déjeuner dominical, les conjoints français valorisent alors la durée du repas comme une nécessité pour nourrir les liens. Mais l’acceptation de nourritures nouvelles est assimilée par les conjoint(e)s français(e)s à l’incorporation d’un statut, et l’accès aux bénéfices sociaux qui lui sont liés. Cette perspective aide à franchir des frontières gustatives en consommant des « objet comestible non identifié » (Fischler, 1990 : 209) et à oser des gestes de table autochtones (maniement des baguettes).

30L’exemple des Français(e)s marié(e)s à Taiwan pose des jalons pour mieux comprendre une alimentation sous contraintes spécifiques : la migration (même si elle est volontaire) et le mariage mixte (à priori toujours volontaire). La variété des situations et des espaces-temps alimentaires rend cependant possible un certain jeu avec ces contraintes, qui adoucit les processus de conservation et d’adaptation. Manger constitue un enjeu à double niveau : la pérennité du couple mixte en tant que tel d’une part, et, d’autre part, celle de la volonté de l’immigration. Lors de l’enquête, il est en effet régulièrement fait référence par différents conjoints français à l’éloignement alimentaire pour évoquer l’évidence de la rupture conjugale et du départ du conjoint étranger. Clément, quarante-trois ans, marié avec une Taiwanaise  depuis une dizaine d’années, dit que, arrêter de manger la cuisine préparée par la personne avec laquelle on vit signifie un désengagement de la vie conjugale et migrante : « J’ai connu un Français qui n’aime pas la cuisine d’ici. Divorcé, maintenant il est rentré en France. Parce qu’il n’aime pas la cuisine de sa femme taiwanaise, donc, c’est un grand problème pour lui. Il restait six ans ici. Comment on vit ici sans aimer la cuisine de sa femme ? C’est impossible.» Par cette réflexion, Clément souligne que la commensalité (« aimer la cuisine de sa femme ») contribue à sa façon à la conjugalité issue de l’immigration. Manger en compagnie familière et intime ne crée pas seulement une tension qui entrave l’un et l’autre mais tisse aussi le lien qui attache. La nourriture réunit les deux conjoints comme elle pourrait les séparer. Même quand la consommation de l’altérité alimentaire se fait sous la pression sociale du mariage et dans un espace national où les majoritaires ont intériorisé le fait d’être dépositaires d’un patrimoine culinaire symboliquement fort (le cas de la cuisine chinoise), le mangeur (français) expatrié cherche des compromis et opère une sorte de tri, de sélection. L’altérité alimentaire n’est pas nécessairement consommée comme un tout. Et chacun se construit un exotisme sur mesure.

Top of page

Bibliography

BARBARA Augustin, 1985, Mariages sans frontières, Paris, Le Centurion.

BOZON Michel et HÉRAN François, 2006, La formation du couple, Paris, La Découverte.

CALVO Emmanuel, 1982, «Migration et alimentation», Information sur les Sciences Sociales, 21-3, 383-446.

COBBI Jane, 1999, «Le repas japonais», dans Jean-Louis Flandrin et Jane Cobbi (dir.) Table d’hier, table d’ailleurs. Histoire et ethnologie du repas, Paris, Odile Jacob, 389-403.    

FISCHLER Claude, 1990, L’Homnivore. Le goût, la cuisine et le corps, Paris, Odile Jacob.

MÜLLER Hélène, 1997, ‘‘Le festin de Babette’’, dans Gabrielle Varro (dir.) Les couples mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, Paris, Armand Colin, 89-95.

OSSIPOW Laurence, 2000, «Dans la cuisine des immigrés : alimentation et acculturation en Suisse», Bastidiana, 31-32, 243-256.

PERROT Martine, 2009, Faire ses courses, Paris, Stock.

ROZIN Paul, 1995, «Des goûts et dégoûts», dans Sophie Bessis (dir.) Mille et une bouche. Cuisines et identités culturelles, Autrement, Paris, série Mutations/Mangeurs, 154, 96-105.

SABBAN Françoise, 1983, «Le système des cuissons dans la tradition culinaire chinoise», Annales, Histoire, Sciences Sociales, 38-2, 341-368.

SANDER Emmanuel, 2000, L’analogie, du naïf au créatif. Analogie et catégorisation, L’Harmattan, Paris.

VARO Gabrielle, 2003, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Paris, Berlin.

Top of page

Notes

1  La transcription phonétique en pinyin adopte un nom composé pour chaque mets cité ici. Elle est variable en fonction de la région, surtout en Chine continentale et à Taiwan. La première partie du nom et la seconde combinent deux éléments essentiels liés à la cuisson, à l’ingrédient, au goût ou à la forme de la nourriture en question. Les enquêtés ne connaissent pas tous les termes des mets. Afin de les désigner au cours de l’enquête soit ils les dessinent, soit ils traduisent en anglais, soit enfin ils demandent de l’aide à leur conjoint taïwanais.

2  Altérité, mixité, omnivorité. L’alimentation des couples franco-taïwanais, EHESS, Mémoire de Master 2 en sociologie sous la direction de Claude Fischler, 2007, 89 p. L’autre partie de l’enquête a été réalisée en région parisienne auprès de onze autres couples. Elle fera l’objet d’une autre publication.

3  Les noms de personnes, de lieu et de l’institution cités ont été modifiés pour respecter l’anonymat des enquêtés.

4  Il s’agit d’un équivalent du bentô japonais dont l’étymologie renvoie à certains repas japonais disposés dans une boîte compartimentée destinées à la nourriture de voyage ou sur le lieu de travail. Son usage a été introduit à Taiwan pendant l’occupation japonaise (1895-1945). Jane Cobbi observe que ces nourritures au Japon constituent « plutôt qu’une collation nourrissante, économique et rapide, en fait un vrai repas équilibré et réconfortant » (1999 : 393).

5  Le dîner taïwanais se déroule une ou deux heures plus tôt que le dîner français. Les conjoints français installés de longue date “sautent” l’apéritif plus fréquemment que les nouveaux venus. “L’oubli” de l’apéritif détermine l’heure du dîner pour le couple. On peut sans doute considérer  la prise (ou non) de l’apéritif comme un critère pertinent pour apprécier la durée de résidence.   

6  Il s’agit ‘une technique de cuisson rapide et à feu vif dans une demi-sphère en métal inoxydable.

7  A cette occasion, on procède fréquemment à l’achat de fromage aux supermarchés Carrefour ou dans des grands magasins (Breeze Center à Taipei, Far Estern Department Store à Tainan, Shin Kong Mitsukoshi Department Store à Kaohsiung, etc.). Le prix de ces fromages (gruyère  comté, emmental, Roquefort, brie, ou chèvre) est très élevé (en moyenne trois fois plus cher qu’en France). Il est souvent contextualisé comme une “récompense” pour le conjoint français qui partage volontiers la tâche domestique.

8  L’effet de genre dans l’apprentissage de l’usage de baguettes n’est pas apparu de façon évidente dans cette enquête. En revanche, les conjoints taïwanais sont régulièrement sollicités pour bien tenir leur couteau et leur fourchette si l’on doit manger de la cuisine française comme le steak-frites, la blanquette de veau, le pâté de campagne ou la crêpe sucre faits à la maison par leur partenaire. Ces quatre plats portent emblématique lors de l’invitation mixte, au moment où il y a des convives français et taïwanais.

9  A propos de cet espace-temps alimentaire tendu, les conjoints français ont souvent du mal à décrire ce qu’ils ont effectivement mangé chez leurs beaux-parents et s’ils ont apprécié les nourritures offertes et obligatoirement acceptées. Lors des entretiens les conjoints taïwanais ont parfois “rattrapé” certaines hésitations gênées.

Top of page

References

Electronic reference

Fong-Ming Yang, « Tensions, arrangements et ambivalences alimentaires dans le couple mixte », Anthropology of food [Online], 7 | December 2010, Online since 25 December 2010, connection on 28 July 2017. URL : http://aof.revues.org/6566

Top of page

About the author

Fong-Ming Yang

Centre Edgar Morin, UMR 8177 Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC), CNRS/EHESS, yangfm@ehess.frJe remercie Jean-Pierre Hassoun pour sa relecture attentive et les trois premiers lecteurs de la revue pour leurs critiques, remarques et suggestions utiles.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page