Skip to navigation – Site map

Toute l’équipe du Journal en ligne Anthropology of Food, mais aussi les coordinateurs du numéro spécial Alimentation et Migration, sont particulièrement touchés par le décès d’Annie Hubert. Elle fut pour chacun de nous (surtout pour ceux qui faisaient partie de la « Marmite », groupe de recherche informel constitué de chercheurs bordelais), à des moments divers et variés, une collaboratrice hors pair, mais aussi et surtout une amie. Au moment où nous travaillions en avril dernier l’introduction de ce numéro spécial interrogeant le lien entre migrations et alimentations, Xavier Médina, Jean-Pierre Hassoun et moi-même échangions avec elle… toujours prête à discuter malgré sa lutte incessante contre la maladie et son immense fatigue… Son texte Le plat national existe-t-il?, touchant de près notre problématique, nourrissait d’ailleurs notre réflexion. Malheureusement quelques semaines plus tard notre chère Annie Hubert n’était plus là.

Reconnue comme anthropologue de l’alimentation, Annie faisait partie des rares personnes à avoir investi ce champ en France depuis de fort longues années. Elle faisait partie de ces chercheures exceptionnelles impliquées dans la recherche sans craindre de franchir les frontières disciplinaires ni d’ailleurs les barrières institutionnelles ! Toujours prête à innover, elle s’est enthousiasmée de la création de la revue en ligne Anthropology of Food, dont la vocation interdisciplinaire lui doit un soutien sans faille. Elle l’a appuyée et amenée à s’épanouir en offrant en soutien son réseau scientifique international autour de l’alimentation. En 10 ans, la revue a acquis une reconnaissance scientifique et internationale grâce à une équipe de chercheurs européens bénévoles qui en assurent la qualité et l’accès gratuit. Annie Hubert a régulièrement suivi l’évolution de cette revue qui, au fond, était l’aboutissement de ce qu’elle-même avait mis en place depuis le début de ses propres recherches, au départ concentrées sur les pratiques alimentaires chez les Yao de la Thaïlande du Nord.

En mettant en évidence les dimensions socioculturelles des cancers du pharynx, Annie Hubert a aussi ouvert les portes de communication entre l’anthropologie sociale et la médecine. Avec Guy de Thé, virologue, elle rejoint l’Institut Pasteur. Elle va montrer comment pratiques alimentaires et médecines populaires locales peuvent expliquer les taux de prévalence particulièrement élevés en Tunisie, au Groenland, et dans deux populations de la Chine du Sud. Cette recherche a été l’une des premières à lier épidémiologie et anthropologie en France. Cette mise en contexte a mis en évidence les origines sociales des inégalités de distribution des cancers, mais a aussi permis d’identifier les mécanismes biologiques qui mettent en relation le virus d’Epstein-Barr et le cancer du pharynx à travers le jeu de substances carcinogènes. Inlassablement Annie Hubert s’est battue pour ouvrir des domaines inhabituels aux sciences sociales :

  • 1  Chantal Crenn, Matthieu de Labarre, Karen Montagne, Isabelle Téchoueyres Pratiques alimentaires, “ (...)

- le monde de l’ingénierie de l’alimentation, avec l’Institut des Sciences et Techniques de l’Alimentation de Bordeaux I, où elle avait son propre bureau et où nous nous réunissions pour travailler (en dehors de sa propre maison qui était un véritable laboratoire scientifique). Là, elle instaura des cours de l’alimentation pour les futurs ingénieurs avec Jean-Pierre Corbeau et toute l’équipe de la Marmite. Au sein de l’ISTAB notre équipe s’est interrogée sur lien entre « traditions », alimentation et santé. Nous avons pris en compte les pratiques alimentaires tant du « sud ouest » que celles des « mangeurs bio », des citadines bordelaises en quête de minceur, qu’enfin des ouvriers agricoles dits « marocains » des vignobles bordelais1.

- A l’UMR CNRS 6578 adaptabilité biologique et culturelle de Marseille elle a également développé un groupe de recherche « Alimentation » amenant à poser les jalons d’une anthropologie du vivant, interdisciplinaire. A sa suite, nous avons, Anne Elène Delavigne et moi-même, rédigé un article montrant comment la méthode de l’anthropologie par l’alimentation participe à la connaissance générale de l’Humain.

- Bien entendu, le monde médical avec l’Institut Bergonié et le centre de lutte contre le cancer de Bordeaux. Elle a également initié le groupe de recherche « Sciences humaines et cancer », baptisé Groupe Susan Sontag2, à l’université de Bordeaux II.

- Les liens tissés avec l’Unité de Santé Publique de l’INSERM Bordeaux, notamment avec les Professeurs Raynaud et Baberger-Gateau ont aussi permis de fructueuses collaborations entre études quantitatives et qualitatives.

  • 3  Jean-Pierre Corbeau, Chantal Crenn, Anne-Elène Delavigne, Matthieu de Labarre, Karen Montagne, Isa (...)

- Dans le champ de la santé, elle poussa également l’équipe de la Marmite à effectuer des recherches pour l’INPES concernant l’analyse des messages nutritionnels auprès de populations d’origines sociales, nationales, ethniques, d’âges et de genre différents3.

- Enfin, en 2003, elle s’est intéressée avec plusieurs d’entre nous, en collaboration avec l’OCHA (Observatoire CIDIL.des Habitudes Alimentaires) à la manière dont les normes sociales influent particulièrement sur les corps des femmes à travers des régimes, des cosmétiques « anti-âge » etc…4 La question du « genre » reste très présente dans son très bel ouvrage Éloge de la maturité, qui par des textes nés d’observations effectuées auprès des populations qu’Annie Hubert a rencontrées lors de ses recherches donnent une analyse scientifique des pratiques quotidiennes « genrées » en ce qui concerne le vieillissement (2005). Dans cet ouvrage remarqué, Annie Hubert a montré une fois de plus comment il était possible d’allier dimension subjective, scientifique, et engagement. Pourtant, on peut dire qu’Annie Hubert aura été, au cours de sa carrière professionnelle, particulièrement victime de ces rapports hiérarchisés de genre… Peut-être est-ce là justement la raison toute personnelle qui l’a poussé à se poser des questions sur ces rapports sociaux asymétriques.

Si le genre était une question centrale pour cette chercheure, l’alimentation l’est restée aussi tout au long de sa vie. En Aquitaine, elle n’hésitait pas à prendre son bâton de pèlerin pour effectuer des formations à l’IUT carrières sociales de l’Université de Bordeaux, à l’IFAID, ou encore auprès d’associations telles « jardinons.com » ou la mission locale de Moncarret, mais aussi à Cap Sciences à Bordeaux ; en collaboration avec la chambre d’agriculture, elle a sillonné les lycées d’Aquitaine. Elle a également participé aux Journées du film ethnographique organisées par l’association l’Autre des étudiants en ethnologie de l’université de Bordeaux autour de l’alimentation... et a commenté le film Halfaouine, l'enfant des terrasses, film tunisien réalisé en 1990 par Férid Boughedir.

Au-delà de ses engagements militants, de ses recherches scientifiques, il m’a paru important de rappeler qu’Annie Hubert était « une faiseuse de liens » et qu’elle était particulièrement « curieuse des autres », ce qui l’a amenée très certainement à soutenir (au travers des nombreuses thèses qu’elle a dirigées) des recherches très variées. Son parcours personnel et familial, à cheval entre plusieurs continents, faisant d’elle une polyglotte dans tous les sens du terme, l’aura poussée à « faire de l’anthropologie » d’une manière toute particulière.

Notes

1  Chantal Crenn, Matthieu de Labarre, Karen Montagne, Isabelle Téchoueyres Pratiques alimentaires, “traditions” et santé en Aquitaine (sous la direction d’Annie Hubert), ISTAB, Février 2005, 151.p.

2  http://www.shs-sontag.u-bordeaux2.fr/

3  Jean-Pierre Corbeau, Chantal Crenn, Anne-Elène Delavigne, Matthieu de Labarre, Karen Montagne, Isabelle Téchoueyres, trajectoires alimentaires et parcours de vie, INPES, janvier 2010, 132.petJean-Pierre Corbeau, Chantal Crenn, Anne-Elène Delavigne, Matthieu de Labarre, Karen Montagne, Isabelle Téchoueyres, Impact des discours nutritionnels sur les comportement alimentaires : une approche socio-anthropologique, INPES, février 2007, 171.p

4  http://www.lemangeur-ocha.com/dossiers/detail/auteur-texte/0/corps-de-femmes-sous-influence-questionner-les-normes-symposium-de-locha-novembre-2003/disp/.

Top of page