Skip to navigation – Site map

Editorial : Patrimoines Alimentaires

Jacinthe Bessière and Laurence Tibère

Editor's notes

Le comité éditorial directeur d’AoFood s'excuse auprès de tous ses lecteurs, et tout particulièrement auprès de Monsieur le Professeur BAUER, pour la parution de l'article «Du patrimoine au matrimoine», Anthropology of food [Online], 8 | 2011. Cet article est dorénavant retiré de notre site. Ce texte n’existe plus en tant que publication scientifique car il comportait des similitudes avérées avec l'article de M. Olivier BAUER, « Le mot et la chose, l’hostie dans le matrimoine du Québec », Journal of Religion and Popular Culture. Vol. 21 : Special Edition – Religion and Popular Culture in Canada. 2009. Voir URL:http://www.usask.ca/relst/jrpc/art%28se%29-Hostie_Matrimoine.html

Full text

  • 1  Nous pensons en particulier aux travaux d’inventaires des patrimoines culinaires régionaux menés p (...)

1La valorisation des patrimoines alimentaires apparaît aujourd’hui comme un « enjeu de société », un espace de projets et de mobilisation participant à la construction des identités culturelles et aux dynamiques de développement des territoires. Á ce titre les patrimoines alimentaires constituent à l’heure actuelle un objet d’étude pour les sciences humaines et sociales. L’inscription récentedu repas gastronomique des Français au Patrimoine Culturel Immatériel de l'Unesco atteste des enjeux sociétaux et politiques autour des cultures alimentaires et en même temps, souligne l’émergence d’un nouveau champ de recherche. Outre les travaux d’inventaire réalisés au cours des dernières décennies1, les patrimoines alimentaires ont été étudiés dans différentes disciplines, selon des approches et des méthodologies diverses : en sociologie, la patrimonialisation alimentaire  est souvent analysée comme une construction sociale, ainsi qu’une ressource pour l’action et le projet local, au service notamment du développement touristique (Bessière, 1998, 2001).  Elle est aussi abordée comme une réponse à la crainte de l’uniformisation alimentaire (J-P. Poulain, 1997).D’autres approches de type ethnologique et ethnographique s’intéressent particulièrement aux  processus identitaires collectifs qui la sous-tendent tout en prenant en compte la dialectique tradition/modernité ou passé/ présent (Tibère, 2009). L’étude des patrimoines alimentaires s’adosse également à celle des terroirs, à travers notamment les problématiques  de qualification, des produits ou des territoires (Bérard, Marchenay, 2004).  Enfin, d’autres études scientifiques proposent une  géographie culturelle des pratiques alimentaires et des lieux de consommation (Fumey, Etcheverria, 2004).

2Reposant sur de nombreux apports interdisciplinaires, la valorisation des patrimoines alimentaires ouvre toutefois la voie à de nouvelles perspectives de recherche tant sur le plan méthodologique que théorique. C’est la raison pour laquelle ce numéro d’Anthropology of Food se propose de rassembler des contributions variées, autant par leurs disciplines, leurs regards que par leurs origines géographiques. Ce numéro enrichit l’analyse des phénomènes de patrimonialisation alimentaire, en apportant notamment un éclairage complémentaire sur la question de leur rapport au changement et à l’innovation, ou encore sur les formes et les mécanismes de légitimation autour des cultures alimentaires. La dimension internationale des contributions, souligne la diversité des initiatives mais aussi des mécanismes intervenant dans la construction des patrimoines alimentaires.

3Les dix articles de ce numéro, en français et anglais, s’articulent autour de deux axes : les dynamiques d’appropriation ainsi que l’impact de la valorisation des patrimoines alimentaires sur les territoires et leur développement.

4Le premier axe concerne la compréhension des phénomènes de patrimonialisation autour de l’alimentation et en particulier les dynamiques d’appropriation  qui l’accompagnent. Ces dynamiques désignent les mécanismes par lesquels les sociétés locales choisissent, définissent et « font leur » les éléments du patrimoine. Á partir d’une étude sur les vins de terroir AOC, S. Barrey et G. Teil proposent une réflexion sur la notion d’authenticité, analysée comme le résultat d’une construction collective. E. Mognard offre pour sa part  un état du processus de patrimonialisation du foie gras à travers une approche socio-historique de sa valorisation dans la gastronomie française. D. Chabrol et J. Muchnick analysent le rôle de la consommation dans la patrimonialisation, posant ainsi les savoirs et les savoir-faire du consommateur comme partie intégrante des patrimoines alimentaires. Enfin, le patrimoine alimentaire est abordé dans sa relation au changement. J. Bessière et L. Tibère proposent d’analyser le rôle de l’innovation dans le processus de patrimonialisation alimentaire.  

5Le second axe, traite de l’impact de la valorisation des patrimoines alimentaires sur les territoires et leur développement. A.E Fiamor analyse tout d’abord différentes formes de légitimation intervenant dans la valorisation des patrimoines alimentaires et leurs rôles de levier dans les dynamiques drômoises de développement local. C. Delfosse s’intéresse quant à elle  à l’émergence des patrimoines alimentaires locaux comme expression de nouveaux liens entre territoires urbains et ruraux. Les contributions suivantes apportent une dimension internationale. A partir d’un exemple brésilien, D. Vitrolles nous montre comment la valorisation des patrimoines alimentaires contribue à l’intégration économique des petits producteurs locaux. En s’appuyant sur le cas de la région alpine de l’Italie du Nord, C. Grasseni met l’accent sur les processus de réinvention du patrimoine alimentaire adossés tant à des logiques de développement local qu’à des stratégies identitaires. Enfin, l’article de G. Vittersø et V. Amilien étudie le lien entre patrimoines alimentaires et tourisme, en mettant en  évidence les  dimensions économiques et identitaires qui les stimulent et les  sous-tendent.

6L’ensemble des articles révèle ainsi la complexité et la richesse d’une notion dont la définition demeure un objet de débats à la croisée d’enjeux scientifique, politique, géographique et socioculturel. Questionner le patrimoine alimentaire nous amène, à travers la lecture de ce numéro, à revisiter la notion de frontières et à s’interroger notamment sur son rôle de cohésion et /ou de différenciation culturelle. « Un Strasbourgeois doit reconnaître la bouillabaisse comme une composante de son patrimoine […]. Tout ce qui est à l'intérieur de nos frontières relève de notre patrimoine alimentaire » (L. Bienassis, chargé de mission scientifique à l'IEHCA).

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

BESSIERE J., 1998, « Local development and heritage : traditional food and cuisine as a tourist attractions in rural areas », Sociologia Ruralis, European Society for Rural Sociology, Blackwell Publishers, Vol. 38, n°1, U-K, pp. 21-34
DOI : 10.1111/1467-9523.00061

BESSIERE J., 2001, Valorisation du patrimoine gastronomique et développement territorial : le Haut Plateau de l’Aubrac, Le Pays de Roquefort et le Périgord Noir, l’Harmattan, Collection Logiques sociales, Paris, 364 p.

BERARD L., MARCHENAY P., 2004, Les produits de terroir, entre culture et règlements, CNRS Éditions, 2004, Paris, 214 p.

FUMEY G., ETCHEVERRIA O., 2004, Atlas mondial des cuisines et gastronomies, Autrement, Paris, 79 p.

Inventaire du patrimoine culinaire de la France, 1995-, Albin Michel, Paris – [Ouvrages par région, soutenus par le Conseil National des Arts Culinaires et les Ministères de la Culture et de l'Agriculture. ]

POULAIN J.-P., 1997, « Goût du terroir et tourisme vert à l’heure de l’Europe », Ethnologie française, XXVI, 1, Paris, pp.18-26

TIBERE L., 2009, L’alimentation dans le vivre ensemble multiculturel. L’exemple de l’île de la Réunion, L’Harmattan, Paris, 468 p.

Références complémentaires:

Frykman J. & Niedermüller P. (Ed.), 2003,  Articulating Europe – Local Perspectives, Copenhagen .

Leniaud J.-M,  1992,  L'Utopie française. Essai sur le patrimoine, Mengès, Paris.

ORY P., 1992, « La gastronomie », in Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Gallimard.

REYNODS, P. &Cooper, C. P, 1994, “Culinary heritage in the face of tourism”  in Cooper, C. P. & Lockwood, A.,  Progress in tourism, recreation and hospitality management. Volume 6, 1994, pp. 189-194.

Vallat J.P., (ed.), 2008, Mémoires de patrimoine, Paris, L'Harmattan, 2008.

Yiakoumaki V., 2003, The nation as "acquired taste”: on Greekness, consumption of food heritage, and the making of the new Europe , Thesis (Ph. D.) from New School for Social Research, 2002.

Top of page

Notes

1  Nous pensons en particulier aux travaux d’inventaires des patrimoines culinaires régionaux menés par le Conseil National des Arts Culinaires dans les années 90.

Top of page

References

Electronic reference

Jacinthe Bessière and Laurence Tibère, « Editorial : Patrimoines Alimentaires », Anthropology of food [Online], 8 | 2011, Online since 15 May 2011, connection on 22 November 2014. URL : http://aof.revues.org/6782

Top of page

About the authors

Jacinthe Bessière

By this author

Laurence Tibère

By this author

Top of page

Copyright

© All rights reserved

Top of page