Skip to navigation – Site map

Les nourritures substantielles du corps et de l’Esprit

Roselyne Roth-Haillote

Abstracts

Taking place in a monastery of contemplative nuns2, this article looks at the various ways of feeding the mind and the body, thus giving the Lord’s wives both a physical and spiritual strengh to reach the highlight of their vocation.

Top of page

Editor's notes

Cet article est inspiré d’un ouvrage en préparation aux éditions Golias.

Full text

Introduction

1Dans la vie monastique, la matérialisation et l’expression relationnelles avec le sacré s’expriment par le choix de vivre en marge de la société, où le monastère devient lieu d’insularité. On ne peut prétendre à une alliance avec le Seigneur qu’en quittant le monde profane. Pour maximiser sa sublimité, la foi est façonnée et alimentée en vase clos, dans un enfermement régulant chaque interstice du quotidien. Aucun événement ou fête ne peut casser la régularité et la répétition fractionnelles du temps établi, où l’ordonnance des nourritures substantielles du corps et de l’esprit se superposent, se combinent et se complètent tant dans l’approvisionnement que dans les repas pris à l’ombre du Seigneur. Pour réaliser leur vocation, dans des cadres de vie structurés, ces femmes abandonnent l’humain pour accéder au divin et s’abstiennent d’une exposition fusionnelle avec le monde profane. Cependant, dans ce monde emmuré et formaté sur le surnaturel, les fonctions physiologiques vitales subsistent, notamment celle de se nourrir. Aussi, l’idée de pointer la production du sacré appliquant en alternance ou en superposition l’organisation alimentaire d’un groupe de femmes est-elle au centre de cet article. Pour analyser ce travail, nous aborderons deux points décisifs, les rôles principaux dans l’approvisionnement du monastère et le déroulement des repas quotidiens et festifs qui nous permettrons de comprendre que, par leurs emplois domestiques, certaines sœurs deviennent les détentrices du bon déroulement de la production du sacré, et que les rituels des repas manœuvrent les intéressées dans la « fiction de l’imaginaire » (Alain, 1958/1985 : 196). L’étude s’appuie sur l’observation participante, le recueil puis l’analyse de nombreux entretiens qualitatifs auprès de contemplatives et d’un laïc, leur jardinier. La thématique des nourritures spirituelles fut sans conteste la plus accessible à circonscrire face aux nourritures corporelles, que bien des femmes ont décrites sans réel intérêt. En effet, méconnaître la finalité de ce travail, c’est-à-dire le croisement de ces deux pratiques, ne représentait pas une attention particulière et une mise en lumière sur leur venue dans le monastère.

L’approvisionnement alimentaire et spirituel

L’économe

2Autrefois, dans la vie contemplative, la cellérière avait la charge de tout ce qui concernait l’alimentation allant des jardins aux vignes, supervisant le réfectoire et la cuisine, sans oublier les troupeaux, la basse-cour et les ruches, éléments constitutifs du ventre nourricier monastique. Aujourd’hui, l’économe, terme plus contemporain, remplace la cellérière (bien que ce terme persiste dans les communautés cisterciennes et bénédictines) et son rôle est toujours aussi conséquent dans l’économie de la communauté. Lors des renouvellements des tâches, la soeur nommée économe demanda un temps de réflexion de six mois, tant ce poste clé requiert de considérables responsabilités. Comme pour toute affectation d’emploi, l’investiture, marquée par un rite de passage, est, dans le cas présent, symbolisée par la remise du trousseau de clés de toutes les dépendances et confortée par la déclaration de la mère supérieure : « Sœur Marie C., est désignée comme économe ». En fonction des menus suggérés par la cuisinière, l’économe supervise les commandes de viande, fruits et légumes et se rend à Rungis environ deux fois par mois pour l’achat de produits frais. Par sa nomination, cette soeur franchit couramment la clôture, voire en certaines périodes quotidiennement, pour effectuer différents achats comme de la vaisselle, des plantes et autres. Momentanément, la production du sacré s’éclipse pour subvenir aux besoins terrestres qui, en retour, basés sur une organisation rigoureuse participent à établir l’élément constitutif de l’approche spirituelle. L’amour porté au Seigneur se doit exclusif aussi, s’impose une altération, voire une absence de toutes préoccupations domestiques, permettant aux contemplatives de se tourner, en toute quiétude, vers l’objet de leur passion. Les tâches usuelles de l’économe se substituent aux besoins de vie retranchée pour affermir l’amplification du confort spirituel de l’ensemble de la communauté. L’économe maintient un regard constant sur les coulisses du monde économique de la communauté, organise le travail quotidien des sœurs tant au réfectoire que pour les obédiences hebdomadaires et supervise tous les besoins matériels comme une demande de dentifrice, savonnette ou autre. Son rôle ne se limite pas à l’intendance et à l’organisation alimentaire, elle doit, en parallèle, se montrer une femme d’affaires avisée et habile à défendre les intérêts du monastère. Dans ce contexte, il ne faut, en aucun cas, confondre pauvreté personnelle et pauvreté communautaire.

Les fruitières

3L’Annonciade possède un verger produisant bon nombre de fruits rustiques : poires, pommes, prunes, cerises, cassis, framboises, groseilles, pêches et raisin stockés au fruitier. Ce lieu-dit est composé d’une petite enfilade de pièces aménagées d’étagères et de clayettes pour y recevoir les récoltes. Tout le matériel y est soigneusement rangé où paniers, cageots et petites barquettes attendent la période de la cueillette. L’emploi de fruitière est conséquent, puisque la communauté consomme, environ, dix kilos de fruits par jour. Chaque matin, sœur Marie M., vérifie l’état des fruits, les trie et, au besoin, jette les plus blets. Pour le déjeuner, elle prépare des corbeilles qui à l’occasion des repas festifs sont décorées de tulle, d’oiseaux et de fleurs en tissu et papier crépon, où le blanc et le bleu, couleurs mariales, prédominent.  Dans la vie monastique, la méticulosité des symboles est continuellement mise en exergue et se prolonge par maints détails jusque sur les tables du réfectoire. Le souci permanent de l’aspect symbolique permet de souligner les pratiques collectives attachées à la représentation de la foi, transposant, tacitement, ces femmes, dans la sphère transcendante du sacré. La spiritualité de l’Ordre propose à ses membres de « vivre la vie de Marie, de telle sorte que celui qui verra les sœurs voit Marie en ce monde » (Joulin 1992 : 109). Or ces rappels constants de la Vierge, ne serait-ce que par l’apport visuel des couleurs mariales, participent largement à émettre un support, non négligeable, dans l’esprit individuel tout en prodiguant, dans le collectif, une intensité sacramentelle. Sœur Marie S., adjointe de la sœur économe, est aidée des novices pour la cueillette des fruits rouges, framboises, groseilles et cassis, destinés à la fabrication des sirops pour leur consommation personnelle et la vente dans leur boutique monastique et lors des « Journées d’Amitié ». Durant son noviciat, sœur Marie S., assiste l’ancienne sœur responsable des fruits rouges qui lui transmet son savoir-faire. Ce mode d’apprentissage se perpétue et, de temps à autre, une novice vient la seconder, afin d’être apte à assurer les différentes opérations allant de la cueillette des fruits à la fabrication du sirop. La cueillette du cassis se déroule en juillet. Plus longue et laborieuse que celle du groseillier, les grains sont ôtés un à un. Aussi est-il nécessaire, si la production s’avère abondante, d’organiser des « soirées cueillettes » qui remplaceront les soirées récréatives. Avant de se procurer un extracteur, par l’intermédiaire d’une autre communauté, sœur Marie S., travaillait de façon archaïque. Elle faisait éclater les grains dans l’eau bouillante, puis les pressait dans un grand chiffon, afin d’en extraire le jus. De ce travail artisanal restait un marquage, des mains tâchées durant des semaines. La production de cassis s’avérant insuffisante pour l’économie communautaire, le monastère s’adresse à un agriculteur de province. Ayant subi les aléas de la route, de la chaleur et du stockage, les fruits doivent être traités très rapidement. Sœur Marie S., organise et procède au bon déroulement des opérations. Aucune perte de temps n’est concevable, aussi au cours d’une messe, une portion de fruits passera dans l’extracteur et, dès l’office terminé, le jus sera récupéré. Par le rythme régulier des retrouvailles avec le Seigneur, un travail à la chaîne s’avèrerait inapplicable, confortant la responsable dans une véritable qualification artisanale. Pour le travail au verger, comme pour tous les gros travaux, les contemplatives troquent l’habit religieux contre une blouse grise et un tablier en grosse toile, vêtements protecteurs, leur apportant néanmoins une servitude, puisque pour les offices, à chaque appel de la cloche, elles se changent et réendossent leur tenue de chœur pour rejoindre le Seigneur. Le côté répétitif de la liturgie, instrument linéaire de l’institution, met alors en attente la production alimentaire. Afin de ne pas perdre de vue l’objectif individuel qui s’est transformé en objectif communautaire, l’organisation du travail et des tâches domestiques se régulent, avant tout, sur le rythme des offices. Les contemplatives sont des femmes qui cherchent Dieu partout, aussi vivent-elles cette relation dans le silence et expriment-elles leur foi, chaque jour dans la prière, véritable élément nutritif et vital pour les maintenir dans la sphère du sacré.

Le potager

4Autrefois, tout monastère avait son potager, qui lui suffisait à faire vivre sa communauté, où la culture des légumes était réservée aux sœurs converses3, sœurs reléguées aux tâches domestiques. Aujourd’hui, la communauté engage un salarié pour les gros travaux de la terre. Le potager dispose : d’une serre contenant, en moyenne, 600 pieds de tomates, dont des cœurs de bœufs, des jaunes et des olivettes ; de sept châssis abritant diverses variétés de salades, laitue, batavia, frisée, du persil ainsi que des plants de poireaux ; quatre parcelles de terre recevant haricots verts, carottes, betteraves, choux, bettes, courgettes, melons, oignons, piments, concombres, potirons, tous les légumes frais présents dans les menus. Les contemplatives ont dû abandonner la culture de la pomme de terre, qui s’avérait être moins avantageuse que l’achat. L’équilibre budgétaire prime sur l’autoproduction alimentaire. Au cours de la période hivernale, les légumes frais sont relayés par des surgelés, achetés en gros et conservés dans des congélateurs. Le jardinier assume seul son travail et ne fait appel aux sœurs qu’en cas de réelle nécessité, évitant au maximum leur aide. « Elles ne refusent jamais, mais je n’ose pas leur demander, elles ont trop de travail. » Impliqué, indirectement, dans un esprit de pauvreté matérielle, il respecte la notion d’économie. Pour ses semis, il n’achète aucun plant, troque des pieds de tomates contre des engrais, récupère, auprès des « copains », les graines de légumes, ne tond, autour du potager, que des passages afin d’économiser l’essence et produit des salades tout au long de l’hiver.

Les Journées d’Amitié

5Tout en étant des contemplatives, c’est-à-dire des femmes cloîtrées, ces religieuses traversent des périodes d’échanges avec les laïcs, lors de leurs journées festives, nommées « Journées d’Amitié ». Pour ces rencontres avec le monde extérieur, le monastère se prépare de longues semaines à l’avance et vit dans l’effervescence des préparatifs, établissant une rupture dans la monotonie quotidienne. Les sœurs invitent les amis du monastère par l’intermédiaire de faire-part qu’elles posteront ou remettront en main propre lors d’une messe ou d’une rencontre antérieure. Au cours des « Journées d’Amitié », chaque contemplative responsable d’un stand est assistée par des laïcs, en règle générale des familiers, où la fratrie, le père ou la mère sont attachés à cet emploi, moment supplémentaire pour ces derniers de profiter de la présence de leur parente ou amie. Cette pratique, d’autoriser la contribution parentale, relève d’un sens pragmatique, puisqu’elle permet aux contemplatives, à l’heure des offices, de retrouver le Seigneur. « Je ne m’imagine pas vivre sans cette nourriture spirituelle. » La liturgie des heures comporte une structure qui dispense une sorte d’échange entre Dieu et ses épouses. L’union devient bipartite par la  lecture de la Parole, substance du divin, et de la Psalmodie, véritable élément nutritif attestant son existence. Sœur Marie P., affirme : « Nous sommes nourries par les paroles continuellement… » Pour atteindre son but, le Seigneur, la contemplative puise sa relation dans la prière, le chant, les Lectures, l’Eucharistie accentuée par son côté récursif et régulier afin que chacune n’oublie, en aucun cas, le motif de sa venue au monastère. Telle une denrée nutritive, les rituels liturgiques sustentent, ponctuellement, l’organisme, et renvoient, par ce côté répétitif et préparatif, dans le champ culinaire. Jean Pouillon développe l’idée d’« une croyance sophistiquée en quelque sorte cuisinée » (1993 :17) c’est-à-dire préparée et accommodée tel un impératif culturel pour entretenir la vitalité et le capital spirituels. Pour ne pas disloquer la continuité réitérative du sacré, les stands, espaces mixtes4, qui sous les contraintes du modernisme avaient déjà empiété sur l’espace privé de la clôture, se redéfinissent en espaces publics durant les offices. Amalgamer la sève spirituelle tout en alliant l’idée d’activité économique redistribue, non seulement, les espaces monastiques, mais présente d’une manière plus inattendue des femmes qui, socialisées pour produire du sacré, s’investissent ardemment dans une tâche purement profane, la rentabilité financière. Toute participation relève du bénévolat où la majorité des laïcs s’investissent et se motivent dans la vente, déployant, pour augmenter le « chiffre d’affaires », de judicieux stratagèmes commerciaux. La responsabilité d’un stand est attribuée en fonction des emplois internes, ainsi l’enlumineuse et l’apicultrice détiennent le comptoir de leur production, pour les autres stands, les contemplatives seront choisies pour leurs aptitudes relationnelles. Le sourire, le savoir dire, la vivacité, l’écoute, la communication fournissent de compétitives commerciales au service du sacré. Sensibilisé par cet altruisme, n’est-on pas tenté de s’investir et de se laisser tenter par l’emplette d’une, voire deux « bricoles » ? De plus, leur système d’achats est un véritable marketing. Dès l’entrée dans la grande salle Sainte Jeanne, une contemplative vous remet une carte où la responsable de chaque stand annote vos achats que vous règlerez à la sortie. L’activité marchande n’est pas, pour autant, terminée. Dans la salle attenante, deux sœurs, assistées de parents et/ou amis de la communauté, tiennent le commerce des boissons et pâtisseries. Cette communauté religieuse, jeune et dynamique5, est sensibilisée par l’échange fécond qu’elle instaure alors avec les laïcs. Lieux de rencontres et d’échanges, au cours de ces journées, les laïcs communiquent et dialoguent avec ces épouses du Seigneur. Pour chacun, elles trouvent un mot aimable et prennent des nouvelles des aïeuls ou des enfants. Elles ont l’art et la manière de déployer une écoute et une attention que peu de personnes livrent dans le monde profane. Au cours de ces journées, l’espace mixte détient une mission où les contemplatives côtoient une nouvelle forme de sociabilité que l’on pourrait assimiler à une période d’apogée lucrative sans pour autant s’astreindre à une soumission d’hypogée spirituelle.

Les rituels des repas

6A l’arrivée des Annonciades, en 1946, dans l’ancienne maison de campagne d’industriels parisiens, la grande salle à manger sert de réfectoire en attente de la construction d’une salle plus appropriée. L’ancienne salle à manger devient alors salle de noviciat, où s’établit un subtil transfert des nourritures terrestres à l’apprentissage des nourritures spirituelles. Le réfectoire fut terminé en 1961 ainsi que deux autres petites pièces attenantes. La première servant d’office pour la vaisselle, la seconde pour l’épluchage des légumes, tâche destinée aux sœurs fatiguées et/ou âgées. Ainsi, par divers petits services, toute contemplative conserve le garant permanent de ne pas perdre conscience du sentiment d’« appartenance » à sa famille spirituelle. Le réfectoire est une grande pièce de 16,75mX7, 25m badigeonnée de crépis blanc où deux murs de vitraux laissent diffuser la lumière extérieure. Représentatif de la vie consacrée, le mobilier reflète l’austérité et la simplicité monacales. Les tables et les chaises sont en formica brun, et les couverts y sont déposés sans nappe, ni set. Dans ce décor où aucun superflu n’apparaît, la vaisselle est blanche. Seule, une chaîne stéréo dévoile l’intrusion du modernisme. Sur le mur, face à l’entrée, le Christ surplombe la table principale, où les supérieures et deux doyennes prennent leur repas. Perpendiculaires à la table centrale, mais sans la jouxter, s’étirent deux rangées de tables où s’installent par ordre décroissant au nombre d’années qu’elles comptabilisent dans la profession, les professes, les novices et les postulantes que la Règle positionne aux extrémités de table. Les trois principaux repas se prennent toujours à une heure fixe, huit heures quinze, douze heures et dix-huit heures trente pour une durée de trente minutes, et succèdent soit à un office, soit à une oraison. Première substance du jour, la nourriture spirituelle implique un cérémonial de gestes et d’attitudes spécifiques. Au cours de la messe, l’hostie (le pain) et le vin se substituent au corps et au sang du Christ traduisant de ce fait sa présence réelle. « Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui » (Jn 6 56). Ces éléments tangibles, alliant le spirituel et le corporel, renouvellent l’intimité avec Dieu. Pour chaque repas, les contemplatives viennent de la chapelle. Elles entrent en procession deux par deux dans un ordre bien établi, se dirigent vers la table de la mère supérieure et s’inclinent devant le crucifix avant de gagner leur place à l’extérieur des tables pour se situer face à face. Les novices sont en tête afin que leur parcours les mène en bout de table. Par leur position hiérarchique, les sœurs se trouvent en tête ou en place d’honneur lors des déplacements en procession et des placements à la chapelle et au réfectoire. Ainsi, la mère supérieure et son assistante président soit de leur stalle individuelle, soit de la table centrée sous le Christ. Au cours des différentes étapes de la profession, non seulement, la contemplative se dilue de façon progressive dans le collectif mais, de plus, se hisse auprès du pouvoir, représentant du divin. Il s’en suit que la distribution des places, lors des processions, des repas et autres, s’effectue en fonction du statut. Est-ce une attente destinée à aiguiser et motiver les jeunes et, en écho, stabiliser les anciennes dans leur position honorifique ? Ce parcours qui se traduit par un placement préférentiel pour recevoir les nourritures du corps et de l’esprit, n’est-il pas construit pour susciter une envie et une adhésion plus violentes à la sphère du sacré ? Si tel est le cas, ces pratiques cérémonielles, qui attestent le cheminement de la profession, consolident non seulement la nouvelle place statutaire de la sœur mais expriment, par le fait de s’alimenter près des représentants de Dieu, la véracité basique de l’Ordre et fondent chaque fois davantage sa légitimité. Debout, les contemplatives écoutent la lecture d’un verset de l’Evangile, puis chantent le Benedicite. Le repas est pris en silence tout en écoutant la lecture qui leur est faite de la chaire (livres de spiritualité ou bien éditions d’autres monastères). Parfois, elles écoutent un disque ou encore une cassette de musique classique ou religieuse. Ici, l’alternance des nourritures est gommée au profit d’une adéquation nutritionnelle du corps et de l’esprit permettant à ces femmes de consolider tant une bonne condition spirituelle que physiologique. Le réfectoire ne représente pas simplement le lieu pour s’alimenter, mais abrite en parallèle, d’autres fonctions. Ne possédant pas de salle capitulaire, les contemplatives se regroupent dans le réfectoire pour le chapitre. « La salle du chapitre est la salle où se réunit le couvent, ou convent (conventus), c’est-à-dire la communauté des religieux (couvent au sens de bâtiment est un néologisme qui ne date que du XVIIe siècle) pour entendre la lecture d’un chapitre (capitulum) de la règle, d’où son nom » (Moulin, 1978 :166). Le réfectoire ne représente pas un passage occasionnel mais, avant tout, un espace fusionnel où la communauté vit les points forts de son existence. A diverses reprises, j’ai émis le souhait de partager leur repas ou bien une récréation, mais il m’a toujours été répondu, qu’elles avaient besoin de garder une certaine intimité, afin de ne perturber, en aucun cas, leur vie spirituelle. Pour ces femmes, ce lieu symboliserait donc davantage une continuité dans la production du sacré plutôt qu’une fonction nourricière.

Avant le Concile

7Avant le Concile, les temps de table se déroulaient en deux périodes : celle où l’on prenait deux repas par jour, celle où le jeûne astreignait un seul repas par jour, complété de l’abstinence, qui supprimait totalement la viande. Dans la vie religieuse, la viande représente un obstacle à la vie spirituelle et à la prière (Moulin, ibid..,). Nourrir son corps, soit, mais avec des aliments appropriés n’entravant pas l’atteinte aux hautes sphères du sacré et à la relation avec le Seigneur. Dans les représentations populaires, ici en opposition aux données scientifiques, la viande, et de surcroît, rouge, connote l’idée de force, d’ardeur, de passion et de luxure, déterminatifs malséants dans la vie religieuse. La conduite alimentaire est censée régir l’activité spirituelle, comme si le corps trop nourri privilégierait l’activité physique au détriment de la production du sacré. La force et la vigueur sont canalisées pour mieux développer les fonctions psychologiques au détriment des fonctions somatiques. Bien que l’Ordre de l’Annonciade soit plutôt basé sur l’entente sororale que sur les austérités corporelles, jusqu’au Concile Vatican II les contemplatives s’abstiennent de viande les mercredi, vendredi et samedi. Le jeûne pour le Carême était strict. Le matin, les sœurs avaient droit à du café et cinquante grammes de pain. Au déjeuner, pris à genoux, à l’instar de la prière, la nourriture était correcte mais simple. Pour le dîner, elles se contentaient de quelques cuillerées de pâtes et de confiture. Le petit-déjeuner était pris debout, tous les vendredis et samedis. Similaires aux célébrations liturgiques, des rites gestuels sont donc à observer lors des repas pour s’unir à Dieu. La position à genoux développe les supplications pénitentielles et l’attitude debout prend le relais des acclamations, des chants et des prières communes. L’ancienne mère supérieure rentrée à l’Annonciade en 1930 de dire : « Les premiers jours, les premières semaines, je ne pouvais pas le supporter, on me trouvait par terre. C’était très rude. Je me suis dit : si  je n’ai pas assez de santé, je ne pourrai pas rester. Non, ça, jamais ! Je préfèrerai mourir ! Cela était clair. » L’ascétisme participait à établir la relation avec le divin et nier son corps, c’était essentiellement dénier toute envie alimentaire et autres.

De nos jours

8Aujourd’hui, les règles sont moins rigides et se calquent sur l’économie ambiante. Si autrefois, la viande représentait un luxe, de nos jours, le prix de certains poissons le place en tête des mets onéreux. De ce fait, dans certains cas, les contemplatives privilégient l’achat de viande blanche, et plus particulièrement la volaille. L’abstinence de viande se marque le mercredi des Cendres, les vendredis saints et de Carême. Durant ces journées particulières, elles consomment du poisson et des pommes de terre et le repas se termine par un fruit. Au dîner, elles prennent un potage, des légumes et une compote. Depuis le Concile, aucun régime ne leur étant prescrit, les sœurs peuvent, néanmoins, se soustraire à plus d’abstinence et élaborer leur propre régime corporel. Pour le Carême comme pour tous les autres jours, sur les tables, du vin en bouteille est mis à leur disposition, et la consommation communautaire, pour chaque repas, n’excède pas deux litres. Les eaux minérales et de source sont absentes, et seule l’eau de la commune remplit leurs cruches. Pour les grandes occasions, une coupe de champagne n’est jamais proscrite. Considérée, par leur vœu de pauvreté, comme une luxuriance, elles n’en font pas l’achat ; ce sera toujours le don d’un proche ou d’un parent mais, boisson inaccoutumée, les sœurs n’en refuseront pas une coupe. Quotidiennement, les repas sont simples, la nourriture diversifiée et assez copieuse. De nos jours, les contemplatives doivent s’alimenter en conséquence du travail et des offices quotidiens qui leur sont astreints. Pour le petit-déjeuner, les sœurs ont le choix entre du café, du thé ou du lait. Le pain est à volonté et accompagné de beurre en plaquettes ou de confiture. Les corbeilles de fruits sont à leur disposition et lors des journées festives, le miel apparaît sur les tables. Les contemplatives ont toujours reçu en don, le thé et le café, d’une tierce personne ; cette pratique s’est interrompue, il y a environ deux ou trois ans. Aujourd’hui, elles achètent ce qui a toujours été présent sur leurs tables et l’innovation n’est pas de mise. Une sœur, parlant du chocolat comme boisson lactée, déclare : « Ce n’est pas encore rentré dans nos mœurs ». Le fait de ne pas consommer de chocolat, au petit-déjeuner, n’est-il pas une survivance de la représentation que l’on s’en faisait jusqu’à la fin du XVIIe siècle, où les illustrations de l’époque montraient une classe sociale consommatrice nantie, mais bien souvent désœuvrée ? Est-ce par son lourd passé que le chocolat est absent dans l’alimentation des contemplatives ? Interrogeant la mère supérieure, celle-ci de me répondre : « En aucun cas, si une sœur désirerait du chocolat, il y en aurait sur la table… Mais, il ne faut pas aiguiser leur gourmandise. » L’abstinence de la consommation d’un aliment « raffiné » ou renvoyant, encore, l’image d’un monde oisif, n’évite-t-elle pas toute individualisation dans le plaisir pouvant susciter un éveil charnel susceptible de les détourner de leur parcours spirituel ?

Les repas festifs

9Les fêtes sont très présentes à l’Annonciade en passant par les grandes fêtes liturgiques et les fêtes propres à la communauté : anniversaire des différents saints, renouvellement des vœux (où chaque professe perpétuelle se réengage dans la vie spirituelle) et les fêtes individuelles comme la fête ou le jubilé d’une sœur. L’année est jalonnée de célébrations qui sont un rappel constant de la vie du Christ. Les contemplatives les vivent intensément comme une réalité présente. Pour Noël, deux sœurs chargées de la décoration du réfectoire suspendent des panneaux décoratifs ou des draperies, placent des boules et des guirlandes, disposent des bouquets de fleurs sur les tables et devant la statue de la Vierge Marie, dressent un sapin et une crèche. Après leur dîner, régulièrement pris à la même heure, les contemplatives se rendent à la messe de minuit qui se déroule, horaire oblige, à vingt et une heures trente. Puis, elles reviennent au réfectoire, où les sœurs responsables de la décoration ont disposé sur les tables toutes sortes de bougies. A la lueur de ces dernières, les sœurs prennent une collation, quelques gâteaux et friandises. Pour l’Epiphanie, des galettes sont servies à la fin du repas. La première fève désigne le roi, la seconde la reine, la troisième le dauphin et la quatrième le fou. Ces quatre sœurs ainsi désignées doivent, pour le soir même, préparer une saynète qu’elles présenteront devant la communauté. Pour d’autres festivités, une sœur sera désignée pour monter une pièce de théâtre où participeront les doyennes. Toutes ces contemplatives se transformeront alors en fondatrice de l’Ordre, en ange, en franciscain ou bien à l’aide d’une perruque en homme. Les jours de fête liturgique ou pour la fête d’une sœur, la mère supérieure autorise par un Ave Maria la discussion. A la fin du repas, à l’aide d’une petite cloche, elle marque le signal afin que les sœurs se lèvent et entonnent les Grâces. Puis, de nouveau, les contemplatives sortent en procession après une inclinaison devant la croix. Seule entorse à ce rituel, la sortie après le petit-déjeuner se déroule individuellement en fonction du temps que chacune prend pour sa collation. Le jour de la fête des mères, qui n’est pas une fête liturgique, la mère supérieure reçoit quelques petits présents, et les novices lui adressent un compliment ou bien un chant. De petits privilèges sont accordés. Ainsi le jour de la fête d’une sœur, celle-ci déjeune à la table de la supérieure et la communauté lui offre une corbeille de fruits, des fleurs et une assiette de friandises. La pratique d’offrir un présent personnel, qui deviendrait donc propriété, est proscrit. Le don alimentaire jour un rôle régulateur dans leur parcours spirituel où aucune valeur matérielle ne doit venir s’insérer. La fête d’une sœur est avant tout symbolisée par le choix du prénom d’un saint. Pour ces femmes, cette nomination représente leur véritable naissance et prime sur leur prénom de baptême et sur leur propre anniversaire. Ce dernier n’est marqué et fêté, avec des bougies et des gâteaux, qu’à partir de quatre-vingts ans ! Cette pratique de ne pas célébrer les anniversaires avant un âge avancé, n’est-elle pas une rupture (supplémentaire) voulue et organisée vis-à-vis du monde profane ? En gommant les repères personnels dépendants d’un lien parental et, de plus, renforcés par la répétition des fêtes, n’est-ce pas la volonté de perdition d’une partie de la personnalité de l’individu ? Ou ne faut-il pas prendre le risque qu’une contemplative, voyant ses belles années s’envoler, ne fasse le bilan de sa propre vie de femme à l’approche de la trentaine ou de la quarantaine, frontière fatidique pour procréer ? En aucun cas, il ne faut qu’une valeur personnelle, humaine ou charnelle ne s’infiltre au risque de déstabiliser la contemplative un certain temps, voire à tout jamais.

Conclusion

10Le tissu relationnel et la transmission détiennent une place prédominante dans l’économie monastique. Par leurs connaissances, les contemplatives obtiennent un extracteur, se mettent en contact avec un agriculteur, sans oublier les Journées d’Amitié où leurs réseaux amical et parental se ressoudent pour conforter le budget économique. Si la puissance du passé s’exerce continuellement, l’Ordre de l’Annonciade ne vit pas cependant replié sur lui-même, et tend à se tourner, pour la compréhension des techniques, des idées nouvelles et des formations vers la société profane, afin de capter un maximum d’éléments nécessaires à sa survie économique, culturelle et par extension spirituelle. Dans notre société moderne, les instituts religieux doivent amalgamer le traditionalisme interne, qui alimente la sève spirituelle de chacune, tout en alliant l’idée de trame relationnelle extérieure afin de maintenir l’Ordre dans une dynamique de sauvegarde. De nos jours, un monastère ne peut prétendre à une plénitude spirituelle sans y insérer des plages matérielles. Cette imbrication nous incite à notifier que la production du sacré serait en interdépendance, non seulement, avec l’organisation interne mais également avec la prospérité économique du monastère. Si aujourd’hui, la conduite alimentaire s’avère plus souple, il faut, néanmoins, souligner que les menus présentent régulièrement de la viande blanche qui, prise dans la dimension du symbolique et de l’imaginaire, semblerait développer, par son faible apport calorique, un plus grand potentiel spirituel. De même, le mercredi des Cendres et les vendredis saints, l’abstinence de viande continue de générer le principe d’analogie pour conforter ces femmes dans la dimension de la pureté. Produire et entretenir le sacré passe inexorablement par une mise en place d’interdits alimentaires, où le type de nourriture intervient pour éviter tout risque d’anorexie spirituelle. Dans toutes les sociétés, l’impur doit être abordé par le biais de l’ordre (Douglas 2001 : 59), or, dans la vie consacrée, les rituels des repas relèvent d’une ordonnance régie de manière méticuleuse, où le contrôle du symbolique renvoie irrémédiablement à l’ordre social interne. Nous avons noté que la fête n’est pas, pour les contemplatives, un élément anodin, puisque par elle, les petits soucis de la vie quotidienne s’effacent, les querelles s’estompent et que toutes les sœurs s’unissent dans les préparatifs et la célébration. La fête est un des outils majeurs par lequel la cohésion du groupe se fortifie et se cimente. Les temps festifs représentent un ressourcement nécessaire pour la communauté où chacune puise une force nouvelle pour réintégrer le quotidien. Par eux, seront temporisées les questions et rendue présente la finalité de la communauté. Ces fêtes diluent les angoisses, glorifient l’appel et fortifient l’esprit communautaire. Dans la vie monastique, nous savons que des processus sacramentels sont mis en place pour développer et entretenir une persistance spirituelle et temporelle. Nous pouvons, dès lors, postuler que ces « manœuvres » se déploient, non seulement, dans le champ de la spiritualité, mais s’introduisent, de manière élaborée, tant dans l’organisation alimentaire que dans les rituels des repas établissant, de manière insidieuse, les individus dans des « mécanismes de conditionnement » (Legendre 1985 : 128).

Top of page

Bibliography

ALAIN, 1985 (1958) Les Dieux. Mythes et Fables. Préliminaires de la Mythologie, Paris, Gallimard, coll. Tel, 321 p.

DOUGLAS M., 2001 (1967) De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte & Syros, 206 p.

JOULIN M., 1992 Petite vie de Jeanne de France, Paris, Desclée de Brouwer, 126 p.

LE GALL R., (dom) « Symboles du catholicisme » Grandes religions, Paris, Assouline, 181-245.

LEGENDRE P., 1985 L’inestimable objet de la transmission. Etude sur le principe généalogique en Occident, Paris, Fayard, 408 p.

MAUSS M., 1995 (1950) Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 482 p.

MOULIN L., 1978 La vie quotidienne des religieuses au Moyen-Age, X-XIe siècle, Paris, Hachette, 383 p.

POUILLON J., 1978 Le cru et le su, Paris, Seuil, 167 p.

1934 (1529) La Règle de l’Ordre de la Vierge Marie

1961 La sainte bible, Paris, Ed. du Cerf

2000 La Croix, 5 décembre

Top of page

Notes

1Jeanne de France, fille de Louis XI, fonde l’Ordre de l’Annonciade en 1501. Cette étude s’est déroulée dans un monastère de la région parisienne, où quarante-trois contemplatives ont accepté de recevoir une ethnologue.
2 The Order of the Annonciade was founded in 1501 by Jeanne of France, daughter of Louis XI. The study took place in a monastery, near Paris, where forty-three contemplative nuns welcomed an ethnologist.
3 A partit d’octobre 1968, les sœurs converses de l’Ordre de l’Annonciade peuvent si elles le désirent être admises parmi les sœurs de chœur et jouir de tous les droits et obligations afférents à cette condition.
4 Lieux prescrits pour les rencontres entre laïcs et contemplatives.
5 Pour le monachisme féminin, cette communauté est jeune puisque 75% des moniales ont moins de 65 ans et que l’âge moyen est de 57 ans. En 2000, pour le journal La Croix, la moyenne d’âge des religieuses se situait autour de 74 ans.
Top of page

References

Electronic reference

Roselyne Roth-Haillote, « Les nourritures substantielles du corps et de l’Esprit », Anthropology of food [Online], 5 | May 2006, Online since 01 May 2006, connection on 26 March 2017. URL : http://aof.revues.org/71

Top of page

About the author

Roselyne Roth-Haillote

Chargée d’enseignement à Paris X et Lille III
roselynehail(at)wanadoo[point]fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page