Skip to navigation – Site map

Les conditions de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation : enjeux, contraintes, limites, enseignements

Chantal Crenn, Frédéric Précigout and Isabelle Techoueyres

Cet appel à publication porte sur les relations complexes qu’entretient une communauté scientifique avec le « choix » de ses objets de recherche. L’accent sera mis ici sur les chercheurs en sciences sociales et humaines, et tout particulièrement sur le champ de l’alimentation.

Au-delà des enjeux scientifiques apparaît en filigrane la question de l’éthique, d’autant plus centrale pour ce champ de recherche que l’alimentation se situe au cœur de la vie quotidienne des individus concernés par les projets de recherche, dont les financements peuvent être publics ou privés.

  • 1 Foucault (2004).

Cette thématique soulève en fait plusieurs questionnements que nous souhaitons examiner à partir des multiples aspects que touche l’alimentation humaine: réglementations, mise en place de normes, gouvernementalité1, développement économique, identité et, particulièrement, la participation citoyenne des mangeurs en tant que co-constructeurs de savoir scientifique ainsi que le lien entre les conditions de la recherche et la construction de l’objet.

La construction des savoirs

L’alimentation et les comportements alimentaires constituent une thématique de recherche dépendante des enjeux économiques et politiques du moment ; l’alimentation est à la fois une consommation quotidienne universelle, un objet culturel et un enjeu de santé publique. Il serait tout à fait intéressant de comparer les sources de financement et d’examiner les thématiques prioritaires en fonction de différents contextes culturels et économiques, afin de dévoiler les mécanismes sociaux sous-jacents.

On s’intéressera en outre à la manière dont, en fonction des périodes de l’histoire, et des contextes nationaux, se co-construisent les savoirs alimentaires, entre logiques d’Etat, acteurs d’institutions locales, nationales ou transnationales, professionnels de terrain et publics ciblés. Des exemples émanant du champ du travail social portant sur l’alimentation seront les bienvenus (jardins partagés, éco-quartier, ateliers cuisine et épiceries sociales, forums citoyens,...). Dans ce cadre, l’usage des sciences sociales par des chercheurs ou par des praticiens-chercheurs pourra être interrogé.

  • 2 cf. La volonté de savoir, 1976.

Les questions relatives à la manière dont le savoir émanant des sciences sociales est utilisé par diverses institutions (publiques ou privées), afin de mieux anticiper la réception de messages nutritionnels par exemple, retiendront aussi notre attention, car cela permettra de mettre en lumière le concept de « pouvoir-savoir », dont Michel Foucault2 (1976) a montré qu’il était devenu central dans la compréhension de nos sociétés contemporaines.

En outre, nous souhaiterions voir apparaître dans ce numéro des contributions qui s’interrogent sur l’influence de la recherche sur les représentations sociales et l’évolution des catégories de pensée des différents acteurs sociaux (par exemple l’« obésité », les « peurs alimentaires », les « migrations », le « patrimoine »,...).

La commande

Nous souhaitons interroger la construction sociale du « savoir » prise dans les relations à des financeurs (privés, publics, associatifs) directement « intéressés » par les résultats obtenus. A quels types de réciprocités assiste-t-on ?

  • 3 De nouvelles combinaisons entre fonds publics et privés émergent ici et là (comme le PPP -Private P (...)

La façon dont les Etats, ou des organismes transnationaux (OMS ,FAO), ont organisé par le passé (période coloniale par exemple) et organisent aujourd’hui la recherche scientifique dans le domaine de l’alimentation, et dont les instituts de recherche publics ( politiques de développement au Nord comme au Sud) orientent leurs collaborations avec certaines entreprises privées, amène aussi à axer la discussion, pour ce numéro d’AoFood, autour de la « décision » de la commande - « pour qui ? », « pourquoi ? », « par qui ? », « comment ? »…3

Des articles évoquant l'échelle des financements et commandes retiendront notre attention. Par exemple en Europe, qu’en est-il des relations financement Européen/ régional par rapport à un cadre auparavant plus national et centralisé : quels infléchissements sur les thématiques de recherche ?

A contrario, au Sud on peut se demander comment les expertises commandées des chercheurs influent parmi d’autres (intérêts des institutions, mobilisations citoyennes) sur les politiques alimentaires menées par tel ou tel pays ou tel organisme international.

Des articles mettant en évidence les raisons pour lesquelles certaines thématiques (obésité, migration, pauvreté, « bien manger », patrimonialisation, etc., appliquées au champ de l’alimentation) posent question aux acteurs des institutions publiques ou privées à un moment donné , alors que d’autres le font moins, ou restent confinées à d’autres champs tel celui du travail social par exemple, seront également les bienvenus. Pourquoi certaines thématiques ne trouvent-elles pas de financement ? Et comment, au sein des sciences humaines et sociales, le contexte des commandes joue-t-il en fonction des disciplines (histoire, sociologie, anthropologie, géographie, etc.) ?

Sciences et politique

  • 4 Par exemple la précarisation du statut des chercheurs-experts.

Nous serons aussi attentifs aux articles qui tiendront compte des jeux de carrières et de leur évaluation, de la soumission à des modes, etc. Il s’agit donc d’examiner les contraintes implicites qui pèsent, ou ont pesé, sur les chercheurs s’inscrivant dans des recherches-actions. Comment émergent de ces recherches de nouvelles conceptions alimentaires (par exemple l’émergence de « la calorie » aux USA au XIXe siècle). Quels sont les facteurs extra-alimentaires, par exemple la situation de vulnérabilité professionnelle de certains chercheurs (précaires ou indépendants) qui peuvent influencer le choix des sujets et la qualité des résultats ?4

  • 5 Généralement urbains, soucieux de leur santé et non dépourvus de stéréotypes.

Quelles raisons ou quels arguments président à l’omniprésence de certains thèmes dans les appels à projets, et dans quelle mesure ces sujets récurrents et choisis par le politique façonnent-ils l’état de la recherche et des savoirs en sciences sociales ? Des articles interrogeant la porosité entre sciences et politique seront particulièrement appréciés. De plus les chercheurs, en tant que membres des sociétés étudiées5 ou bien, au contraire, étrangers, participent aussi, à leur manière, à l’orientation des thématiques choisies en alimentation.

Dans tous les cas se pose la question des relations (de pouvoir), des accommodations, de la nature du dialogue entre chercheurs et commanditaires, qu’ils soient du secteur public ou privé. Quels enseignements peut-on tirer de l’influence des commanditaires, tant dans la construction de la problématique que de la méthodologie de recherche proposée ?

Pourront être examinées les questions suivantes :

Quels types de financements pour quelles recherches ?

L’impératif du quantitatif, de la représentativité : comment les chercheurs en sciences humaines et sociales y font-ils face ?

Dans quelle mesure les programmes alimentaires de recherche construisent-ils certaines problématiques qui conditionnent les objets de la recherche ?

Comment trouver un compromis acceptable pour les parties en présence, qui permette à la fois de créer les conditions d’existence d’un objet et de maintenir une distance critique propre au travail de recherche ?

La dynamique relationnelle qui s’instaure, ou pas, entre les parties. Dans cette perspective la question de la pluridisciplinarité est cruciale : si la mise en commun de savoirs issus de disciplines différentes (spécialistes des sciences sociales, médecins, épidémiologistes, nutritionnistes), souvent encouragée lors des commandes, peut être fructueuse, comment les chercheurs peuvent-ils travailler ensemble sans qu’une discipline se trouve inféodée à une autre ? (Par exemple, dans le cas des sciences humaines et sociales de l’alimentation par rapport aux sciences médicales et épidémiologiques). Comment dans ces relations di-symétriques s’élaborent les problématiques communes ?

  • 6 cf. L.Vidal

La temporalité : comment rendre compatibles le temps de la recherche (l’immersion dans un terrain, la production de données, l’analyse, la rédaction, les lectures annexes, la valorisation scientifique,..)6 avec celui du décideur (à qui l’action impose son tempo) ?

La question de l’application des sciences

  • 7 Cette question génère depuis longtemps de nombreux débats au sein de la profession.
  • 8 cf. Callon et al.
  • 9 Roqueplo 1996

Les connaissances scientifiques en matière d’alimentation peuvent-elles faire l'objet d'une application, c'est-à-dire d'un transfert opérationnel d'information vers des acteurs économiques et sociaux et des populations ? A quelles conditions scientifiques et déontologiques7 ? En effet, les sciences sociales appliquées posent le problème du passage de la connaissance à l’action. Les chercheurs, par tradition et par formation, sont-ils aptes à transformer la connaissance en action ou en recommandations ?8 Ce qui pose la question de savoir s’il est possible, par exemple, d’imbriquer et de mettre sur un même plan catégorie d’action (politique) et catégorie analytique (recherche)9.

Quels intérêts avons-nous en commun, en tant que chercheurs en sciences humaines et sociales en alimentation, et quels questionnements sont spécifiques en fonction des contextes historiques et contemporains nationaux et des traditions de recherche ? Puisque cet appel à contribution émane de chercheurs français, il est important de recueillir les observations des chercheurs d’autres pays.

Veuillez envoyer vos propositions d’articles (environ 15-20 lignes) avant le 15 novembre 2013 à Chantal Crenn, Frédéric Précigout et Isabelle Téchoueyres : crenn.girerd@wanadoo.fr, frederic.precigout@wanadoo.fr, i.techoueyres@orange.fr

NB: Vous recevrez une réponse à votre proposition début décembre. La date limite pour envoyer votre article finalisé sera le 28 février 2014.

Bibliography

http://amades.revues.org/index1068.html#tocfrom2n3

Albaladejo Christophe., Geslin Philippe, Magda Danièle, Salembier Pascal, (coord.) 2009, La mise à l'épreuve : Le transfert des connaissances scientifiques en questions, ed. Quae, coll.Update sciences et technologie, Paris.

Baré Jean-François (dir.), 1995, Les applications de l'anthropologie, Karthala, Paris.

Berlivet Luc, 2004, « Une biopolitique de l’éducation pour la santé : la fabrique des campagnes de prévention », Le gouvernement des corps, sous la direction de D Fassin et D Memmi, ed. de l’EHESS, : 39.

De Certeau Michel, 1990, L'Invention du quotidien, 1. Arts de faire et 2. Habiter, cuisiner, éd. établie et présentée par Luce Giard, Gallimard, Paris.

Draetta Laura et Labarthe Fabien, « La recherche sur commande et le dilemme expert chercheur : une analyse réflexive de l’implication du sociologue dans la mise en œuvre d’une politique publique de l’innovation », Revue Interventions économiques [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 19 septembre 2011. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1425

Foucault Michel, 1976, La volonté de savoir, Gallimard, Paris.

Foucault Michel, 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, Gallimard, Paris.

Lascoumes Pierre, Callon Michel, Barthe Yanick, 2001, Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique. Seuil/la couleur des idées, Paris.

Lassave P, Desage F, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine ; 2003, in Politix, vol. 16, n° 63, 3è tri 2003, pp. 208-211.

Roqueplo Philippe, 1996, Entre savoir et décision - L’expertise scientifique. INRA, Paris.

Noiriel Gérard, 2007, Racisme la responsabilité des élites, Ed Textuel, Paris.

Sardan (de) Jean-Pierre Olivier, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l'interprétation socio-anthropologique, Academia-Bruylant, Louvain-La-Neuve.

Sunderland Patricia and Denny Rita, 2007, Doing Anthropology in Consumer Research, Left Coast Press, California.

Traimond Bernard, L'anthropologie appliquée aujourd'hui, PUB, 2006, Bordeaux

Vidal L, 2005, « L’instant de vérité. Glissements de l’objet à son écriture en anthropologie », L’Homme : 47-74.

Zimmermann, Bénédicte (2004a). Introduction, dans Bénédicte Zimmermann (dir.), Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 1-21.

Zimmermann, Bénédicte (2004b) (dir.). Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Top of page

Notes

1 Foucault (2004).

2 cf. La volonté de savoir, 1976.

3 De nouvelles combinaisons entre fonds publics et privés émergent ici et là (comme le PPP -Private Public Partnership- mis en place en Grande-Bretagne dans les années 1990).

4 Par exemple la précarisation du statut des chercheurs-experts.

5 Généralement urbains, soucieux de leur santé et non dépourvus de stéréotypes.

6 cf. L.Vidal

7 Cette question génère depuis longtemps de nombreux débats au sein de la profession.

8 cf. Callon et al.

9 Roqueplo 1996

Top of page