Skip to navigation – Site map

Jean-Pierre Poulain (dir.) L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ? (2007)

Les Cahiers de l’Ocha n°12, 2007
Anne-Elène Delavigne

Full text

1Sous le titre « L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ? », l’ouvrage collectif publié en 2007 sous la direction scientifique de Jean-Pierre Poulain, professeur à l’Université Toulouse le Mirail, ambitionne de questionner les relations des hommes aux animaux par le biais de l’entrée alimentaire ; il se demande : « Sous quelles conditions les hommes s’autorisent-ils à tuer des animaux pour les manger ? » (p. 9).

  • 1 Cidil : Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière.

2Ce volume collectif, paru dans une collection thématique des « Cahiers de l’Ocha », qui compte 327 pages, reprend les communications d’un colloque qui s’est tenu en 2006 sous l’égide de l’Ocha (Observatoire Cidil1 des Habitudes Alimentaires). On ne s'étonnera pas que le Cidil stimule ici des raisonnements scientifiques sur le régime carné. Les représentants de l'interprofession laitière, pour qui la viande est un sous-produit, ont sans doute plus de latitude à aborder cette caractéristique aujourd'hui polémique du régime alimentaire occidental que les producteurs de viande (sous l'égide du Centre d'Information des Viandes dont la politique de médiatisation reste plus classique). Et il est vrai aussi que l'OCHA a montré, par sa politique de soutien à la vulgarisation de la recherche, qu'il [ou elle ?] sait trouver son intérêt dans les analyses de faits alimentaires non focalisés sur le lait, que réalisent les sciences humaines et sociales.

3Vingt-deux contributions, rédigées par les plus prestigieux spécialistes en sciences humaines et sociales sur les rapports aux animaux et l’alimentation, constituent cet ouvrage. Les disciplines représentées sont très diverses et cette caractéristique rare enrichit la perspective de l’ouvrage : médecin-nutrionniste, biologiste, vétérinaire, généticien, chimiste mais également archéologue, préhistorien, historien, géographe, sociologue et anthropologue font ainsi le point sur l’apport de leur discipline à la thématique. Dans ce cadre, on notera cependant l’absence du point de vue de l’économie, des sciences politiques et de l’éthologie - discipline dont le rédacteur souligne à juste titre la légitimité croissante en lien avec la focale « animalitaire ». Des chercheurs originaires de Norvège, d’Espagne et du Japon nous ouvrent aussi à la réflexion dans leurs pays. Les aires géographiques couvertes sont également très vastes, en lien avec la spécialisation de chacun et des exemples choisis, introduisant une dimension comparatiste.

4On regrette toutefois que la part ethnographique soit si peu présente (soit cette « empirie » que J.-P. Poulain appelle de ses vœux dans sa partie conclusive). L’ouvrage propose davantage de « penser la chair » que de la manger, si l’on fait références aux travaux d’ethnographie anthropologique comme l’illustrent les résonnances incroyablement fécondes de l’approche concrète et sensible des abattoirs par N. Vialles à la fin des années 1980. Ce volume ne rend pas compte de terrains nouveaux ou spécifiques, (à quelques exceptions près cependant) mais s’efforce d’atteindre une certaine généralité (« le grand public », « la demande sociale »), souvent par le biais d’études quantitatives. On notera l’intérêt du bilan théorique et des réflexions sur les rapports aux animaux « bons à consommer ». Les différents auteurs, très expérimentés, approfondissent, éclairent ou réinterprètent certains points précis de leurs travaux ou de ceux de leurs pairs, dressant des panoramas larges qui témoignent de leur maîtrise de la réflexion collective. Ils en donnent une perspective synthétique à l’aune de cette « nouvelle » thématique.

5Pourtant l’objet n’est pas nouveau. Rappelons pour exemple, comme le fait justement Jean-Pierre Poulain dans ses propos introductifs, que le laboratoire d’ethnobiologie au Museum National d’Histoire Naturelle, sous les directions successives de Raymond Pujol, Jacques Barrau ou Serge Bahuchet, traite spécifiquement des rapports à la nature, aux plantes et aux animaux. Hébergée au sein de cette même institution, l’association HASRI, « L’homme et l’animal » apporte les points de vue croisés d’archéologues et d’anthropologues sur cette question par le biais de la revue Anthropozoologica. Nous voudrions encore citer ici les bénéfices de la société d’ethnozootechnie et sa revue adjointe ou encore les réflexions précoces développées à Neuchâtel comme par de très nombreux ethnographes de terrain (les recherches collectives en Aubrac par exemple). Le mérite de ce livre est avant tout de synthétiser l’apport de ces recherches majeures. Il porte à la connaissance d’un large public de chercheurs non spécialistes, autant que de curieux, les noms de ces précurseurs restés confidentiels (Haudricourt, Durant, Barrau, etc.). Il montre comment des champs disciplinaires ont diffusé leur réflexion tout en étant peu en vogue actuellement, à l’instar des ruralistes (au sein du séminaire des études rurales du CETSAH à l’EHESS ou de l’Association des Ruralistes Français). Gageons que sa lecture sera un encouragement à ainsi retourner aux sources.

6L’ouvrage lui-même, sa gestation, les conditions de sa production ramènent le point de départ à la crise dite « de la vache folle », un épiphénomène que l’on peut aussi tenir avec J.-P. Poulain comme créant « les conditions d’une nouvelle problématique scientifique de la relation homme animal » (p. 298), ce dont témoigne de fait cette publication.

7L’ouvrage se divise en quatre parties encadrées par une introduction et une conclusion de l’éditeur scientifique. Elles suivent un ordre chronologique. La première partie est consacrée à l’apport de l’archéologie et de la préhistoire dans les questions de la domestication principalement. Une seconde partie est vouée à cet objet classique en anthropologie qu’est le religieux à partir de l’étude de textes sacrés et dans des sociétés et cultures particulières. La troisième partie regroupe des travaux d’anthropologues sur des faits contemporains. La dernière partie enfin s’essaie à la prospective.

  • 2 Recherche collective sur les représentations des abattoirs et de l’abattage des animaux financées p (...)

8Des problématiques classiques (la domestication, la catégorisation des animaux) sont traitées ; d’autres points restent en suspens : ainsi le parti-pris du singulier pour le titre (L’Animal/ les animaux) n’est pas éclairé, pas plus qu’une expression comme « bien-être animal ». Une question récurrente traverse l’ouvrage, celle de la mise à mort des animaux, thème privilégié de l’anthropologie du religieux (sacrifice), sous l’appellation « meurtre alimentaire », à laquelle J.-P. Poulain consacre à juste titre un développement (et à propos duquel je me permets de renvoyer aux travaux du groupe Sang des bêtes2). Cela engage dès lors à réfléchir sur la difficulté à gérer « la mort alimentaire » : Est-ce le signe ou le symptôme ? Les réflexions sur les animaux, leur place, leurs rôles se situent dans un champ conflictuel qui reste à analyser, en tenant compte du jeu d’échelles (micro / européenne) où se situent débats et enjeux idéologiques et économiques (dont le poids ne doit pas être sous-estimé). Plusieurs des contributions soulignent l’importance du rapport au vivant, en jeu dans les sociétés occidentales.

9On regrette toutefois la qualité éditoriale, décevante à ce niveau scientifique. Des nombreuses erreurs dans les références bibliographiques, je ne donnerai que quelques exemple comme la référence à Gouron ou à « Barrau, 1995 » dans l’article final de J.-P. Poulain; la référence « Cidil, 2002 » chez L. Baïchi, ou bien la bibliographie espagnole de J. Contreras, qui tout simplement manque.

10Cet ouvrage est surtout d’actualité : la réflexion sur les usages contraints des animaux dans un contexte de normalisation grandissante, soumis aux regards du politique et du législatif (le « Grenelle des animaux »), se déploie aujourd’hui au sein de la recherche en sciences humaines et sociale dans le cadre de nombreux séminaires, journées d’études, colloques et publications.

Top of page

Notes

1 Cidil : Centre National Interprofessionnel de l'Economie Laitière.

2 Recherche collective sur les représentations des abattoirs et de l’abattage des animaux financées par le Ministère de l'agriculture à La Bergerie Nationale de Rambouillet en 1999-2000 ayant donné lieu à des journées d’étude et plusieurs publication, notamment : Delavigne A.-E., Martin a.-M., Maury C. & Muller S., 2000 : “ Images d’abattoir : la réalité crue ? Quelques pistes de réflexion sur le discours de l’image ayant trait à la mise à mort des animaux ”, Ruralia n° 6 : 190-194 et Delavigne A.-E., Martin A.-M., Maury C., 2000 : “ Images d’abattage : champ et hors champ de l’abattoir ”, Journal des anthropologues, AFA, n°82-83, décembre : 391-400.

Top of page

List of illustrations

URL http://aof.revues.org/docannexe/image/7412/img-1.jpg
File image/jpeg, 6.3k
Top of page

References

Electronic reference

Anne-Elène Delavigne, « Jean-Pierre Poulain (dir.) L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ? (2007) », Anthropology of food [Online], Book reviews, Online since 12 December 2013, connection on 21 November 2017. URL : http://aof.revues.org/7412

Top of page

About the author

Anne-Elène Delavigne

éco-anthropologie et ethnobiologie, MNHN / CNRS (UMR 5145)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page