Skip to navigation – Site map
Varia, Comptes-rendus de lecture

Nourritures, abondance et identité. Une socio-anthropologie de l’alimentation à Tahiti

Caroline Giacomoni

Full text

Nourritures, abondance et identité. Une socio-anthropologie de l’alimentation à Tahiti, Papeete. Au Vent des Iles. Christophe Serra Mallol, Culture Océanienne. 2010. 543 p.

Introduction

  • 1 Anthropologue. Enseignant-chercheur en sociologie et anthropologie à l'Institut supérieur d'enseign (...)
  • 2 Changement social et traditions alimentaires. Approche socio-anthropologique de l’alimentation à Ta (...)

1Dès son titre, l’ouvrage de Christophe Serra Mallol1 annonce la complexité de son objet de recherche car les nourritures relèvent tant du biologique que du « spirituel », tant du profane que du sacré. Se nourrir n’est pas un acte régit simplement par un besoin alimentaire mais répond à d’autres logiques, socioculturelles notamment. Les nourritures revêtent donc plusieurs aspects tels l’incorporation et le choix alimentaire qui sous-tendent le lien entre alimentation et identité, les pratiques alimentaires et leur lien avec l’organisation sociale, la religion, la dimension symbolique des aliments... Le terme « abondance » quant-à-lui, évoque un écueil que le chercheur doit éviter, celui de se laisser happer par l’idée d’un Tahiti édénique, induit par le mythe de l’abondance bâti par les voyageurs occidentaux, pouvant biaiser tout travail de recherche. La notion « d’identité » signale pour sa part le lien entre nourriture et altérité, et l’ancrage des problématiques liées à l'alimentation dans un territoire insulaire spécifique. C’est précisément en restant relié à la notion d’abondance et d’identité que l’auteur s’emploie à analyser l’alimentation tahitienne, plus exactement les « mutations » du mangeur tahitien. En effet, l’acte de se nourrir est marqué par des influences multiples (économiques, politiques, ...) et soumis à des processus tant individuels qu’externes (environnement). Serra Mallol met ainsi en perspective l’objet de recherche avec les changements culturels et sociaux, puisant dans les apports théoriques et empiriques des disciplines de sociologie, anthropologie, psychologie sociale. Ainsi, cet ouvrage, qui est une version écourtée de sa thèse de doctorat d’anthropologie2, offre au lecteur un regard sur la multi-dimensionnalité de l’alimentation tahitienne.

Quand l’alimentation était porteuse de sens et d’identité

2Dans un premier temps, le travail de Serra Mallol met en exergue et enrichit les connaissances concernant l’alimentation des anciens Tahitiens grâce à une analyse des sources archéologiques et historiques. L’auteur se base sur les récits de voyageurs européens en gardant à l’esprit que leurs observations ne reflètent qu’une idéologie de classe, ces premiers étrangers étant essentiellement en contact avec les chefs tahitiens (p. 228). En abordant l’espace du mangeable, l’alimentation tahitienne est mise en lien avec le contexte écologique du milieu. Puis le système alimentaire – de la production des aliments jusqu’à leur consommation – est posé comme un facteur structurant de l’organisation sociale et politique, en interaction avec l’évolution du milieu tant écologique qu’économique, social et culturel. On apprend ainsi que si les conditions climatiques sont favorables à l’abondance naturelle, la diversité des espèces reste limitée sur ces îles du Pacifique. Les Polynésiens, grands voyageurs transocéaniques, vont donc introduire plantes et animaux de provenances lointaines. Et avec eux des techniques d’agriculture, de pêche, de chasse élaborées, faisant des Polynésiens des hommes de savoirs. Si l’auteur consacre plusieurs parties à retracer successivement la multiplicité et variété des aliments issus de la terre, de l’élevage, de la pêche, etc., il aborde assez vite les aspects culturels qui entourent les nourritures, telle la charge symbolique qu’elles peuvent revêtir, élément essentiel pour l’appréhension de l’alimentation des anciens Tahitiens. Il explique en partie pourquoi certains aliments tiennent une place centrale dans la société et l’alimentation polynésienne et pourquoi certaines pratiques et consommations alimentaires (ex : porc et chien) ont une valeur d’usage bien plus symbolique que purement alimentaire. D’ailleurs, l’évitement alimentaire homme/femme ou vieux/jeune est une composante de la société tahitienne, comme pour beaucoup d’autres sociétés humaines. Plus globalement, le principe de contagion et d’interdits alimentaires « à la source du système de tapu (interdits) alimentaires[,] structure et hiérarchise la société tahitienne ancienne » (p. 162) Il permet de mettre en en relief la dimension sacrée et magique associée au système alimentaire et reliée à la cosmogonie tahitienne. La symbolique de la cuisson en terre (grâce au four polynésien enterré) est rapprochée de la dualité cru/cuit dans laquelle s’insère l'aliment : le cru étant du côté de la nature et des dieux, le cuit du côté de la culture et de l’homme créateur du feu et de la nourriture cuite. Elle est également reliée aux « éléments nocturnes et chtoniens décrits par Gilbert Durand : la terre, sacrée, car source du lien familial et hiérarchique et donc porteuse d’identité, est également contenant, cumulant à la fois l’intimité de ce qui est "intérieur", comme l’estomac, et de ce qui est sacré car reliant les hommes entre eux » (p. 105). Serra Mallol s’appuie sur plusieurs analyses anthropologiques éclairantes reliant certaines techniques polynésiennes (cuisson et fermentation anaérobie enterrée) de « la fonction digestive de l’estomac et son aspect magique » (p. 106). Cette triangulation Homme/Sacré/Aliment est également développée à travers l’obligation de « nourrir les dieux » grâce aux offrandes et aux sacrifices humains. C’est en effectuant un va-et-vient entre le système alimentaire et la société polynésienne que l’auteur montre que plus que nécessaire à la survie, l’aliment est surtout porteur de sens. En s'intéressant aux liens de parenté, il explique combien la hiérarchisation et l’organisation politique et sociale chez les anciens Tahitiens se fondent sur la production et distribution des aliments. Les liens et l’identité polynésienne se font tant au niveau des descendances de générations qu’autour de l’appartenance à une même maisonnée, une terre commune. De plus, les groupes familiaux sont rattachés à une chefferie où un chef héréditaire des terres domine l’ensemble des personnes vivant sur son sol. Ainsi, tant la gestion et la possession de la terre que la production des biens alimentaires sont à l’origine du pouvoir et de l’autorité politique et religieuse. La règle du don alimentaire est également un gage d’un système ininterrompu d’échanges qui permet de construire et renforcer le lien social et d’entretenir l’équilibre et la cohésion de la société polynésienne. Ce système servait d’assise pour la domination des chefs qui s’exerçait à travers le contrôle, la maitrise de la production et des stocks de surplus constitués, et de leur redistribution à travers le festin collectif qui faisait de l’aliment un élément central de la vie sociale et culturelle des anciens Tahitiens. Ces festins étaient d’ailleurs une manifestation du culte de l’abondance à travers l’important volume de nourritures ingéré lors de ces événements. L’appréciation et la valorisation des fortes corpulences par les anciens Tahitiens témoignent également de ce culte. Toutefois, le mythe de l’abondance est mis à mal puisque l’auteur explique combien l’alimentation des Polynésiens pouvait être irrégulière ; le quotidien étant plutôt caractérisé par une frugalité, une monotonie et une uniformité alimentaire. Au final, ce premier chapitre reconstitue une « image vivante » de l’alimentation des anciens Tahitiens en dépeignant l’organisation de la vie domestique et quotidienne (rythme des prises alimentaires), la préparation et la forme du repas jusqu’aux manières de table (synchronicité des aliments dans l’assiette, utilisation des doigts ou piques pour manger).

Transition et acculturation alimentaire

  • 3 Crocombe R.G., 1961. "A Modern Polynesian Cargo Cult", Man, vol. 61, 28-29, pp. 40-41.

3Ayant posé le contexte général du système alimentaire des anciens Tahitiens, Serra Mallol s’intéresse dans un second chapitre à la transition alimentaire et sociale imposée par les Européens. Il explique l’introduction des nouveautés alimentaires, leur intégration à la tradition et la transformation du système initial, en développant l’influence de la christianisation, de la politique coloniale française et de l’installation du Centre d’Expérimentation du Pacifique, sur la société tahitienne. Si l’accroissement de la disponibilité alimentaire apparaît comme un phénomène caractérisant cette période, contribuant à la transformation du mangeur tahitien, le point majeur est sans doute le retournement ontologique auquel on assiste. Ce livre montre combien l’établissement des colons entraîne chez les Tahitiens « une dépossession de leur propre culture, spirituelle et matérielle, pour laisser place à une élaboration d’un syncrétisme religieux et de métissages des pratiques culturelles » (p. 219). C’est donc sous l’angle de la déstructuration de la société traditionnelle tahitienne et de la transformation du système initial que le phénomène d’intégration et d’assimilation des nouveautés alimentaires est éclairé. On apprend que ce retournement ontologique a lieu dès les premiers contacts, engendré par l’introduction de nouvelles valeurs, notamment marchandes. Les nourritures deviennent un enjeu politique. Les chefs tahitiens prennent rapidement en main l’organisation du commerce souvent à leur seul profit en utilisant les surplus d’aliments locaux pour établir et entretenir des relations d’échanges réguliers avec l’extérieur (p. 234). La circulation des biens alimentaires est révélatrice des jeux de pouvoir. D’ailleurs, dès le départ, les missionnaires jouent le rôle d’intermédiaires entre chefs et marchands étrangers, et tentent de faire naître chez les Tahitiens de nouveaux besoins dans le but de s’assurer du monopole du commerce et des biens nécessaires. La première conséquence de ce basculement idéologique est constatée dans les années 1830 puisque les Tahitiens commencent à se priver de nourriture pour accéder aux biens de consommation occidentaux. Ce basculement ne cessera de s’affirmer par la suite, sous administration française. Il semble être parachevé par l’influence du modèle de consommation américaine et son appétence pour l’éphémère et le plaisir immédiat, exercée dès les années 1950. Serra Mallol met également en évidence la rupture ontologique liée à l’évangélisation en tant qu’accélérateur du processus d’acculturation alimentaire. Il explique comment la destruction du système religieux traditionnel, aidée par les chefs tahitiens convertis, à travers des violations volontaires de tapu alimentaires notamment, va induire des changements alimentaires et identitaires profonds. Puisque modifier les actes de la vie quotidienne est un des moyens d’agir sur le comportement des Polynésiens et leur façon de penser le monde, les pratiques alimentaires seront l’une des premières cibles des missionnaires protestants britanniques. Avec la mise en place du protectorat français dès 1842, l’auteur démontre combien l’alimentation dépend désormais des décisions politiques et des enjeux financiers entre les tenants du pouvoir économique et commercial. Cette étape passe par le développement des cultures d’exportations, de la réorganisation du système foncier et de production, l’accaparement des terres et l’abrogation de toutes les lois coutumières. Elle fera entrer la Polynésie française dans une phase de dépendance économique et alimentaire. Les mesures incitatives de l’administration française pour abandonner les cultures vivrières traditionnelles, mais aussi les changements structurels liés à l’accroissement de l’urbanisation et la généralisation du salariat (induisant de nouveaux rythmes et modes de vie), vont entériner de manière durable les changements alimentaires. L’auteur appréhende également ces mêmes changements au travers de l’influence de nouvelles populations installées récemment sur l’île, notamment chinoises : « la recomposition sociale entraîne une "réinvention" de la cuisine tahitienne soumise aux métissages culinaires, mais également une normalisation progressive des biens alimentaires consommés » (p. 294). La transition alimentaire effective dès les années 1940 induit déjà des problèmes de malnutrition chez les Tahitiens, développés ultérieurement. Mais, face à toutes ces mutations plus ou moins imposées, se pose la question de l’entrée en résistance des Polynésiens. L’auteur y répond en partie en décrivant deux doctrines apparentées à des résistances culturelles et sociales, apparues dans les années 1930-40 en réaction à l’hégémonie des « Blancs » tel un ajustement face aux bouleversements engendrés par le système colonial. Celle du Mamaia – mouvement de contestation prophétique tahitien – et celle du « culte du cargo »3 – propre aux Samoa, Hawaii et Nouvelle-Zélande – fondé sur des croyances millénaristes annonçant la fin de l’oppression des indigènes par les Blancs et le retour sur terre des morts apportant avec eux le cargo, l’abondance des marchandises occidentales (p. 260).

Le consommateur tahitien moderne : entre choisir et subir

4Après une description des nouveaux produits désormais adoptés par la population, Serra Mallol ouvre son dernier chapitre sur la modernité tahitienne à travers l’alimentation contemporaine. Il cherche à préciser si l’adoption des modes d’alimentation occidentaux est désormais totale sur l’île, si l’aliment a perdu le sens qui était le sien il y a une cinquantaine d’années, et si les spécificités tahitiennes ont complètement disparues. Pour traiter ces questions, l’auteur s’appuie sur une enquête de terrain étayée par des données socio-économiques et épidémiologiques dans deux quartiers (l’un rural à Moorea, l’autre urbain dans l’agglomération de Papeete). Sa constatation principale est que « changements et permanences marquent les modes d’alimentation contemporains à Tahiti » (p. 351). Ces changements sont attribués en partie à l’élargissement de la disponibilité et du choix alimentaires, mais également aux revenus des familles. Comme le second chapitre l’annonçait déjà, les Tahitiens fréquentent de plus en plus les grandes surfaces et constituent des stocks de nourritures surgelées, en conserve, d’épicerie sèche. La conséquence en est la régression des produits nécessitant une plus grande dépense de travail pour préparation, comme les légumes et poissons. L’auteur observe également qu’une acculturation alimentaire est visible dès le petit déjeuner lors duquel la consommation de café-pain-beurre est majoritaire, mais aussi lors des repas pris hors du foyer. Quant à l’acculturation alimentaire des plus jeunes, elle est perçue par la population comme étant liée à la fréquentation des cantines scolaires, où les plats sont essentiellement de type européen, entraînant un délaissement du goût des vivriers locaux au profit des produits étrangers. Toutefois Serra Mallol repère certains invariants et note que des patterns ou modèles en matière d’alimentation ont traversé les deux derniers siècles. Cette permanence se retrouve sous plusieurs traits, notamment de la monotonie alimentaire, des rythmes alimentaires (grignotage en journée), de la structure ternaire traditionnelle, de la synchronicité de présentation du repas et de l'irrégularité des prises alimentaires déjà relevées chez les anciens Tahitiens. Vis-à-vis des manières de table, malgré la dévalorisation de cette pratique par la bienséance européenne, la consommation du ma’a tahiti le dimanche se fait avec les doigts, signe d'une culture tahitienne traditionnelle tenace. La prise de nourriture hors ou à domicile se déroule toujours en silence et avec rapidité. Bien que sa technique ait connu certains réaménagements, l’utilisation du mode de cuisson en terre traditionnelle est encore constatée. L’appétence ancienne des Polynésiens pour le cru, toujours vivace aujourd’hui, et l’utilisation courante du lait de coco dans les préparations culinaires, constituent également une signature gustative et identitaire. Cette empreinte est aussi présente dans la consommation de certains mets jugés dégoûtants notamment pour la culture dominante française, comme la viande de chien. Au niveau des productions, l’autoconsommation reste encore importante surtout dans les îles éloignées et les districts ruraux des Îles du Vent où les cultures vivrières subsistent, à l’inverse des quartiers plus urbanisés. Toujours est-il que l’autoconsommation reste moins pratiquée aujourd’hui qu’il y a trente ans, l’une des raisons étant la monétarisation de l’économie domestique et les changements induits dans la vie quotidienne par une forme de modernité occidentale. De plus, les dons et échanges intra-quartiers décroissent du fait de l’éclatement des terrains familiaux. Toutefois, les prestations alimentaires continuent d’être pratiquées sous forme de dons et de services. Fait culturel important souligné ici, les échanges alimentaires perdurent également grâce au maintien de certains préceptes anciens comme l’Arofa (sentiment d’amour ou de compassion vis-à-vis des très proches ou des anciens vivant seuls), le Tauturu (aide matérielle pouvant être alimentaire), ou la relation de prestige (versement d’une somme d’argent importante pour la communauté). Une nouvelle fois le thème phare de l’abondance est exploré à travers les nouveaux visages de l’abondance alimentaire. L’auteur observe que le volume des aliments consommés est toujours associé au symbole de bien-être au sein des relations polynésiennes. D’ailleurs, les réunions en famille ou entre amis autour d’un repas restent un moyen de reformuler l’abondance à travers la formule du buffet qui offre une grande variété de victuailles donnant l’impression de profusion alimentaire. De plus, la valorisation des corpulences fortes présente chez les anciens Tahitiens est un phénomène culturel persistant malgré l’importante médiatisation du culte de la minceur. Ces invariants comme le maintien d’une alimentation polynésienne traditionnelle sont à attribuer, selon l’auteur, à la fois à un « positionnement idéologique » qui affirme et perpétue une « tradition tahitienne » à travers la consommation alimentaire, et à un comportement politique ou culturel d’affirmation identitaire. En effet, les consommations et pratiques alimentaires typiquement tahitiennes sont souvent corrélées à l’appartenance à une communauté d’une paroisse protestante ou catholique, associative, sportive, professionnelle ou fonctionnelle. En effet, le retour à l’autoconsommation, à la vente de produits locaux ou le recours à la consommation des fruits issus du sol tahitien, sont encouragés par les responsables de l’église protestante polynésienne. Ces acteurs permettent le maintien et le renforcement du lien social entre membres de la communauté et la continuation des relations inter-maisonnées ou interindividuelles. Les mouvements associatifs accordant également beaucoup d’importance au « faire ensemble » participent aussi au maintien des nourritures tahitiennes. Toutefois, Serra Mallol n’oublie pas de rappeler que l’acculturation et la dépendance monétaire sont actuellement les phénomènes majeurs influençant l’alimentation tahitienne, induisant de nombreuses conséquences au niveau nutritionnel et médical. En effet, l’alimentation moderne est caractérisée par son fort apport calorique, une surconsommation et une irrégularité alimentaire. À Tahiti, comme en Occident, ce phénomène touche plutôt les groupes économiquement et socialement défavorisés. L’auteur développe donc dans une dernière partie une approche plus nutritionnelle en présentant les risques sanitaires associés à l’alimentation moderne tahitienne comme la surcharge pondérale, l’obésité, le déséquilibre nutritionnel, les maladies cardiovasculaires, le diabète. Il porte également un regard quelque peu critique sur les outils de campagnes d’information et de prévention, et témoigne de l’insuffisante prise en compte des spécificités du modèle alimentaire tahitien dans les préconisations.

Conclusion

5À travers l’étude des nourritures des Tahitiens, Serra Mallol explore l’incessante évolution de la société tahitienne depuis la découverte des îles polynésiennes par les Européens. Il s’attache à dégager le sens profond que revêt l’alimentation actuelle caractérisée par un brouillement des valeurs, une acculturation, une consommation dénuée de sens, induisant des problématiques tant sanitaires qu’identitaires. La qualité de son travail réside dans ses qualités de synthèse, l’abondance des données et l’ouverture sur de nouvelles problématiques notamment sanitaires. Pourtant, plus que d’abondance et d’identité, l’étude des nourritures traite surtout de l’évolution de l’alimentation à Tahiti. Si l’on regrette parfois une approche chronologique et descriptive, cette recherche constitue dorénavant une base essentielle pour tout travail concernant l’alimentation polynésienne.

Top of page

Notes

1 Anthropologue. Enseignant-chercheur en sociologie et anthropologie à l'Institut supérieur d'enseignement privé de Polynésie française.

2 Changement social et traditions alimentaires. Approche socio-anthropologique de l’alimentation à Tahiti, Thèse soutenue en février 2007. Prix Jean Trémolières de Sciences Humaines appliquées à la nutrition en 2007.

3 Crocombe R.G., 1961. "A Modern Polynesian Cargo Cult", Man, vol. 61, 28-29, pp. 40-41.

Top of page

References

Electronic reference

Caroline Giacomoni, « Nourritures, abondance et identité. Une socio-anthropologie de l’alimentation à Tahiti », Anthropology of food [Online], S8 | 2013, Online since 04 February 2014, connection on 27 June 2017. URL : http://aof.revues.org/7431

Top of page

About the author

Caroline Giacomoni

Anthropologue, Laboratoire ADES–CNRS UMR 5185, Bordeaux 2 et CHU, Service chirurgie gynécologique, Bordeaux. emailcarogiaco@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page