Skip to navigation – Site map

A vitoria da feijoada (La victoire de la feijoada), d’A. El-Kareh

Esther Katz

Full text

EL-KAREH A. (2012), A vitoria da feijoada, Editorial da Universidade Federal Fluminense/Livraria Icaraí, [Niteroí (Etat de Rio de Janeiro, Brésil)], 140 pp.

  • 1 CAMÂRA CASCUDO, L. (da) (2004) História da alimentação no Brasil, Global, [São Paulo], (1e éd. 1963 (...)

1Ce livre de poche brésilien au format carré, joliment présenté, destiné à « un grand public cultivé », inaugure une série que l’éditeur espère vendre comme des petits pains, et il le devrait, car il annonce un thème qui concerne une grande partie de la population brésilienne : la feijoada, un plat à base de haricots (en portugais feijão) accompagnés d’autres ingrédients (différents morceaux de porc, aromates, eau de vie,…). L’initiative de traiter un tel sujet ne peut être que louée, car jusqu’à présent très peu de recherches ont été menées sur l’histoire de l’alimentation au Brésil, et surtout peu d’études sont précises et circonscrites. Le principal ouvrage portant sur ce thème, Historia da alimentação no Brasil, rédigé dans les années 1960 par le folkloriste Luís da Câmara Cascudo et maintes fois réédité, brasse trop de généralités pour être fiable1. Au contraire, Almir El-Kareh, historien de l’Université Fédérale Fluminense (située à Niteroí, dans la baie de Rio de Janeiro), se dédie à un lieu et une période bien définis sur lesquels ont porté toutes ses recherches : Rio de Janeiro et le XIXe siècle. S’étant toujours consacré à l’étude de la vie quotidienne, il n’a pu échapper à celle des habitudes alimentaires et, dans cet ouvrage, il propose de suivre leur évolution. Il démontre ainsi qu’à Rio de Janeiro, tout au long du XIXe siècle, malgré les changements profonds qu’a connus cette ville par son ouverture soudaine au reste du monde, la feijoada est restée la base de l’alimentation des habitants.

2Bien que « La victoire de la feijoada » soit destiné à un grand public, l’auteur cite constamment ses sources. Il s’appuie en grande partie sur des récits de voyageurs dont il nous livre maintes citations, souvent teintées d’humour. Il se réfère également à des registres de commerce, des annonces de journaux, des livres de recettes et des peintures de l’époque retraçant la vie quotidienne, en l’occurrence celles de l’artiste français Jean-Baptiste Debret, qui illustrent magnifiquement l’ouvrage. L’auteur réussit surtout à maintenir le lecteur en haleine du début à la fin, dans un style digne d’un roman. Dans un ouvrage plus scientifique, les sources en langue originale seraient recommandées, mais dans ce cas, la citation de leur traduction en portugais est plus pertinente.

3En introduction, l’auteur annonce immédiatement l’évènement qui a bouleversé dès le début du XIXe siècle les coutumes alimentaires et l’ensemble de la vie quotidienne des habitants de Rio de Janeiro : l’arrivée en 1808 de la Cour portugaise qui, fuyant l’armée de Napoléon avec l’aide des Anglais, déplace le trône de son empire au Brésil. Rio de Janeiro, qui n’était alors qu’une petite bourgade dépendante de la mère patrie, voit son port s’ouvrir au reste du monde. Des étrangers et de nouveaux produits se mettent alors à y déferler. Des commerçants tout d’abord anglais, puis originaires de toute l’Europe, voire du Moyen-Orient ou des États-Unis, viennent s’établir à Rio. Dans leur sillage, arrivent aussi des explorateurs scientifiques, des religieux, des entrepreneurs, des immigrants en quête de fortune ou de curiosité, des aventuriers, des gouvernantes au service de familles aisées, des professeurs, ainsi que des artistes.

4L’auteur cite des morceaux choisis de ces récits de voyageurs pour retracer les habitudes alimentaires de l’époque. Le négociant anglais John Luccock, qui s’établit à Rio de Janeiro dès 1808, est le premier témoin du mode de vie des habitants de Rio, les Cariocas, avant ces bouleversements sociaux. L’artiste Debret, dont les peintures illustrent son récit de voyage, les naturalistes Auguste de St-Hilaire, Johann Spix et Carl von Martius, présents dès les années 1816-17, dressent également le portrait d’une société encore peu affectée par les changements, ce qui est l’objet des premiers chapitres. À leurs yeux, les habitants de la capitale ont des mœurs tout à fait rustiques, fort éloignées des rigides habitudes européennes de l’époque. Assis sur des nattes devant des tables basses, entourés de leurs esclaves, qui partagent leur repas, ils mangent avec les mains, les hommes utilisant occasionnellement le couteau qu’ils portent sur eux. Le repas quotidien de midi est obligatoirement composé de feijoada et de « farine » de manioc (la farinha, semoule torréfiée). Les plus riches consomment de la viande fraîche ou salée. Le piment aromatise de nombreux plats. Les Cariocas boivent le plus souvent de l’eau et parfois du vin. Ils terminent éventuellement leur repas par un dessert, souvent des fruits cuits dans du sucre.

5Ces données nous indiquent l’influence portugaise, encore marquée dans la consommation du vin, largement dépassée aujourd’hui par celle de la bière. Elles montrent également que le sucre, principale production d’exportation dont la consommation au Brésil ne cessera d’augmenter, est déjà bien ancré dans les habitudes alimentaires, du moins de certaines classes sociales.

  • 2 Voir Tempass, M.C., 2012, A doce cosmologia Mbyá-Guarani : uma etnografia de saberes e sabores. App (...)

6L’auteur ne le mentionne pas, et là n’est pas son propos, mais les colons ont visiblement adopté au cours de l’époque coloniale des coutumes alimentaires indigènes : le fait de manger avec les mains assis sur une natte, l’usage de calebasses, la consommation d’aliments tels que la farine de manioc, le piment ou le gibier (agouti, tatou, tapir…)2. L’instantané que cet ouvrage présente sur le début du XIXe siècle soulève des questions sur ce qui a pu se passer dans les siècles précédents, car l’on sait encore peu de choses sur l’histoire de ces habitudes alimentaires. L’auteur se restreignant prudemment à ce que livrent les sources qu’il étudie, cela incite à ce que d’autres chercheurs se penchent avec la même prudence et la même rigueur sur d’autres lieux et d’autres périodes.

7En filigrane, l’auteur dresse un panorama de la vie et des relations sociales à Rio de Janeiro. Les voyageurs et immigrants étrangers sont principalement conviés dans des familles aisées, descendantes de colons portugais, qui vivent entourées de leurs esclaves, mais ils observent aussi ce que mangent les pauvres, les petits commerçants et les esclaves, dont il existe de nombreuses catégories. Ces derniers sont omniprésents dans l’ouvrage, l’esclavage n’ayant été aboli au Brésil qu’en 1888. Outre les esclaves des plantations, il y a dans la ville des esclaves domestiques qui ont des tâches spécialisées (nourrice, cuisinière, lingère, confiseuse ou serviteur), des esclaves marchands (vendeurs de rue au service d’un maître) et des esclaves ouvriers qui doivent se nourrir à leurs frais auprès des marchandes de rue. Les commerces alimentaires et les aliments de rue, largement illustrés par Debret, font ainsi l’objet de tout un chapitre.

  • 3 Aujourd’hui encore, ils consomment très peu de canard et de mouton et pas du tout d’oie.

8Puis les parties suivantes décrivent les changements alimentaires et sociaux. À partir de l’étude des registres de commerce, l’auteur nous retrace l’évolution des établissements liés à la nourriture. Des étrangers ouvrent des restaurants, des commerces d’alimentation, et surtout des cafés. Certains se lancent même dans la culture de fruits et légumes venus d’Europe et des aliments, tels que des fromages et du beurre, en sont importés. Selon les récits des voyageurs, la ville se modernise et ses habitants s’entichent de nouveaux produits de luxe, dont des meubles, des tissus, des parfums. Les étrangers à leur tour s’adaptent à la vie tropicale et aux habitudes alimentaires locales ou bien recherchent à tout prix ce qu’ils avaient l’habitude de consommer dans leur pays d’origine. Les passages qui relatent la préoccupation de certains commerçants anglais à vouloir à tout prix manger du mouton sont absolument pittoresques, car les moutons sont transportés à pied depuis le Minas Gerais, situé à plusieurs centaines de kilomètres. Aussi sont-ils d’une effroyable maigreur lorsqu’ils arrivent à Rio ! À ce titre, l’auteur décrit les animaux domestiques consommés en Europe que les Cariocas répugnent à manger : le mouton, l’oie, le canard3. En revanche ils apprécient le gibier local, qui apparaît dans les livres de recettes de l’époque. L’auteur met en évidence que l’élite carioca en contact avec les étrangers va progressivement changer ses manières de table. Dès le milieu du siècle, ils mangent à table, assis sur des chaises, avec des couverts et ne partagent plus leurs repas avec leurs esclaves. Cependant, la composition de leurs menus change peu. Le riz, qui était consommé occasionnellement, commence tout juste à se généraliser (il a pris aujourd’hui l’importance qu’avait alors la farine de manioc). Mais surtout la feijoada résiste à toutes les influences. « Il n’y a pas de repas sans haricots, seuls les haricots coupent la faim » déclare l’Allemand Carl Seidler qui, comme d’autres étrangers, s’accoutume à ce plat.

  • 4 Notons cependant que le haricot ne faisait pas partie, jusqu’à récemment, du régime alimentaire de (...)

9Aujourd’hui encore, la plupart des Brésiliens ne peut manger un repas sans haricots4. Quant à cette feijoada multiple, consommée tant au quotidien que de façon festive dans une grande partie du pays, elle aurait pu, selon l’auteur, être érigée en plat national mais n’est devenue que l’emblème de la cuisine de Rio de Janeiro, alors capitale du pays. La feijoada est au centre de relations sociales, ethniques et politiques qu’Almir El-Kareh, au-delà de cet ouvrage, continue à explorer. La feijoada n’a pas encore livré tous ses secrets.

10Espérons que d’autres chercheurs suivront ce modèle pour éclairer les nombreux vides de l’histoire alimentaire du Brésil. Quant à ce livre, c’est un régal, je l’ai dévoré d’une traite. Je ne peux qu’en recommander la lecture et suggérer qu’il soit traduit dans d’autres langues.

Top of page

Notes

1 CAMÂRA CASCUDO, L. (da) (2004) História da alimentação no Brasil, Global, [São Paulo], (1e éd. 1963).

2 Voir Tempass, M.C., 2012, A doce cosmologia Mbyá-Guarani : uma etnografia de saberes e sabores. Appris, [Curitiba].

3 Aujourd’hui encore, ils consomment très peu de canard et de mouton et pas du tout d’oie.

4 Notons cependant que le haricot ne faisait pas partie, jusqu’à récemment, du régime alimentaire de diverses populations d’Amazonie brésilienne.

Top of page

References

Electronic reference

Esther Katz, « A vitoria da feijoada (La victoire de la feijoada), d’A. El-Kareh », Anthropology of food [Online], Book reviews, Online since 08 December 2014, connection on 30 March 2017. URL : http://aof.revues.org/7634

Top of page

About the author

Esther Katz

IRD (Institut de Recherche pour le Développement). UMR 208 PALOC IRD/MNHN Esther.Katz@ird.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page