Skip to navigation – Site map

Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture: the social costs of eating fresh, dirigé par Jörg Gertel et Sarah Ruth Sippel (2014)

Domenico Perrotta

Full text

GERTEL J. and SIPPEL S.R. (eds.) (2014), Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture. The social costs of eating fresh, Routledge, [London] 294p.

1Cet ouvrage collectif a trois grands motifs d’intérêt. En premier lieu, en recueillant un grand nombre de recherches empiriques réalisées dans différents domaines disciplinaires, il constitue la première tentative en langue anglaise de systématiser ce que la science sociale a produit au cours des quinze dernières années par rapport au thème des ouvriers agricoles migrants en Europe, en particulier en France et en Espagne (les pays jusqu’ici les plus étudiés). En deuxième lieu, en adoptant une perspective originale, il ne se limite pas à l'Europe, mais offre une perspective méditerranéenne, approfondissant le cas du Maroc, et propose quelques comparaisons avec les pays d’autres continents (Argentine, Canada, Philippines, Nouvelle-Zélande). En troisième lieu, il propose une intégration entre la recherche scientifique sur les migrations et celle sur les systèmes agro-alimentaires, intégration jusqu’ici peu pratiquée. Elle repère les processus dont l’étude est fondamentale pour comprendre en profondeur le lien agriculture-migrations: pas seulement les politiques migratoires et du marché du travail, mais aussi la structure et les transformations des filières agro-alimentaires ainsi que les politiques agricoles et commerciales de l’Union Européenne et des gouvernements nationaux.

2Depuis vingt ans, la recherche sur le travail migrant dans les filières agro-alimentaires européennes et, plus récemment, méditerranéennes, s’est beaucoup développée, avec des contributions venant de disciplines diverses (sociologie, géographie, anthropologie, économie, migrations studies). Jusqu’à présent, les deux principales tentatives de collecte des recherches concernant ces thèmes ont été faites par deux revues en langue française, qui leur ont dédié deux numéros monographiques: Études rurales (Michalon et Morice, 2008), avec des articles concernant la France, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie, et Hommes et migrations (Crenn et Tersigni, 2013), avec un nombre important de cas, ceux-ci également relatifs à des pays non européens. À part divers articles parus dans des revues scientifiques et sur des ouvrages collectifs et deux monographies (Cole et Booth, 2007 sur la Sicile; Lawrence, 2007, sur la Grèce; curieusement aucune des deux n’a été citée dans les articles de cet ouvrage), les chercheurs anglophones ne disposaient pas d’une œuvre qui faisait le point sur l'état de la recherche européenne sur ces thèmes. Les coordinateurs de ce volume ont comblé cette lacune.

3Il est possible de lire ce volume en envisageant des thèmes communs aux pays pris en considération et, en même temps, en confrontant des cas empiriques extrêmement hétérogènes. Par exemple, y sont rappelés les conflits qui ont eu lieu à El Ejido en 2000 (dans l’essai de Martinez Veiga) et dans les années suivantes dans les Bouches-du-Rhône (Sippel/Gertel). Une constante attention est portée à la question du genre dans les lieux de travail, dans les discours des agriculteurs, dans les mécanismes de sélection des travailleuses et travailleurs. Ce livre permet, ensuite, une analyse comparée de la variété des canaux de recrutement des travailleurs saisonniers en Europe: les contrats OMI/ANAEM/OFII en France (encore Sippel/Gertel), les contratos en origen en Espagne (dans les travaux de Lindner/Kathmann et Hellio), les agences intérimaires espagnoles actives dans différents pays européens (Mésini), les réseaux informels (Potot, El Miri). En particulier, l’essai d’Emmanuelle Hellio est intéressant, qui suit, sur un mode ethnographique, à travers les champs et les bureaux, les acteurs impliqués dans le recrutement sur les deux côtés de la frontière (agriculteurs espagnols, ouvrières marocaines, institutions dédiées au recrutement au Maroc et en Espagne), analysant comment le recrutement change au cours des années, grâce en particulier aux millions d’euros alloués par l’UE, par les administrations espagnoles et par le gouvernement marocain pour faire face aux exigences des employeurs espagnols, mais racontant aussi les stratégies mises en œuvre par les travailleuses marocaines dans ce contexte.

4Le livre ne se limite pas à « traduire » en anglais des recherches déjà partiellement connues: il propose de nouveaux concepts (comme celui de flexcurity – c’est-à-dire la prolifération des formes de flexibilité et insécurité vécues par les travailleurs migrants – et de flexyprofity – l’incertitude et la volatilité continues qui caractérisent aussi la recherche du profit des petites ou grandes entreprises agricoles) et, dans la traduction, il aborde des questions qui se posent quand un champ de recherche émergent devient, pas à pas, transnational. En constituent un exemple les termes relatifs aux systèmes agro-alimentaires (filière; supply chain; global value chain; global commodity chain), pas facilement traduisibles, aussi parce qu’ils se réfèrent à différents milieux sociaux, disciplines et écoles de recherche.

5Outre son analyse des cas de la France – en particulier de la Provence, considérée comme un «pôle traditionnel pour la culture de fruits et légumes frais en Europe » – et de l’Espagne – dans le secteur spécifique de Huelva et Almeria où, à partir des années soixante, l’agriculture industrielle s’est accrue de façon vertigineuse – cet ouvrage traverse la Méditerranée et amène le lecteur dans les régions du Maroc où, dès les années quatre-vingt-dix, une production agricole contre-saisonnière s’est développée pour les marchés européens. En réalité, pour le cas du Maroc, il est difficile de parler de travailleurs migrants saisonniers et les articles concernent plutôt d’autres thèmes: la transformation de l’agriculture en industrie, la destruction des communautés rurales et du monde paysan et pastoral, la formation d’une couche de travailleurs agricoles salariés issus tant du milieu paysan que des migrations internes, l’émigration vers les marchés du travail européens, les politiques élaborées par le gouvernement marocain en termes d’agriculture et de sécurité alimentaire.

6Cet ouvrage expose la nécessité d'adopter, de manière rigoureuse et cohérente, une perspective méditerranéenne et pas seulement européenne, et cela pour divers motifs. D’abord, pour comprendre les transformations de l’agriculture européenne, on ne peut pas ne pas tenir compte de ce qui se produit dans les pays « concurrents »: la comparaison entre la production de fraises en Espagne (Hellio) et au Maroc (Moreno Nieto), mais aussi entre la production de pommes et poires en France et en Argentine (Lamanthe/Rau), est en ce sens très utile. De la même manière, les transformations des aires rurales marocaines (Sippel, Mahdi) ne sont compréhensibles qu’en prenant en considération les demandes des (super)marchés européens aux producteurs agricoles marocains, les investissements effectués par les entreprises européennes, les politiques commerciales de l’UE (Boeckler/Berndt parlent de « mobile tomato », montrant le glissement saisonnier de la frontière entre l’UE et le Maroc par rapport à la production de tomates fraîches), l’attraction que l’Europe exerce, dans les zones rurales marocaines, sur les potentiels migrants. En outre, l’adoption d’une perspective méditerranéenne permet de lire dans ces processus les continuités avec le passé colonial (évidemment entre la France et le Maroc) et aussi la construction discursive de la « méditerrannéité », par exemple dans les concepts d’ « agriculture saisonnière » et de « produits frais ».

7Un troisième intérêt de l’ouvrage concerne les multiples pistes de recherche relatives aux processus qui contribuent à structurer le lien agriculture-migrations: les manières parfois contradictoires où la frontière méditerranéenne est redéfinie et déplacée par le rapport entre politiques migratoires et politiques commerciales de l’UE (Boeckler/Berndt), la structure et les transformations des filières agro-alimentaires et la position de pouvoir des chaînes de la grande distribution comme nouveaux global players (Gertel/Sippel). Toutefois, sur ce dernier thème, on dispose d’une quantité mineure de recherches empiriques: les études sur les global value chains ont analysé surtout l’impact que celles-ci ont sur les producteurs dans les pays du Sud du globe et très peu celui sur les agricultures du Nord, comme la française et l’espagnole. Aussi, parmi les articles de cet ouvrage, le rôle des chaînes de supermarché est, souvent, seulement énoncé et pas analysé à fond; cependant, l’on retrouve des indications intéressantes, par exemple, pour comprendre les différents impacts des standards privés imposés par les supermarchés (GlobalGAP) sur les filières de production des fruits en France et Argentine (Lamanthe/Rau) et les conséquences des transformations de la structure commerciale européenne sur la production agricole à Almeria (Aznar-Sánchez et al.).

8Comme il est justement remarqué par les éditeurs dans la conclusion, la production agricole, de plus en plus intégrée au niveau global et obligée à une réorganisation continue, doit faire face à de multiples instances normatives, de la part des gouvernements nationaux, des institutions supranationales, des traités commerciaux, des structures privées. Cependant, cette remarque apparaît comme un appel à de nouvelles études empiriques, pour que les chercheurs remontent les filières, prenant comme objet d’étude ethnographique non seulement les ouvriers et les agriculteurs, mais aussi les industries de transformation, les traders, les buyers, les gestionnaires des chaînes de supermarchés.

9De plus, la lecture des travaux de cet ouvrage invite à une comparaison avec d’autres cas empiriques, avec d’autres régions rurales de l’Europe du Sud (Italie, Grèce, Portugal, etc.) et méditerranéennes (en Égypte, Turquie, Tunisie, etc.), où étudier les profondes insécurités humaines et alimentaires, les coûts sociaux mais aussi les conflits engendrés par le développement de l’agriculture industrielle et l’intégration globale (même si les situations sont inégales en termes de rapports de pouvoir) des marchés des produits agricoles.

Top of page

Bibliography

COLE, J., BOOTH, S.S. (2007), Dirty work: immigrants in domestic service, agriculture, and prostitution in Sicily, Lexington books [New York].

CRENN, C., TERSIGNI, S. (2013), coord., Migrations et mondes ruraux, numéro spécial de la revue Hommes et migrations, 1301.

LAWRENCE, C.M. (2007), Blood and Oranges. Immigrant Labor and European Markets in Rural Greece, Berghahn Books [New York-Oxford].

MICHALON, B., MORICE, A. (2008), coord., Travailleurs saisonniers dans l’agriculture européenne, numéro spécial de la revue Études rurales, 182, juillet-décembre.

Top of page

References

Electronic reference

Domenico Perrotta, « Seasonal Workers in Mediterranean Agriculture: the social costs of eating fresh, dirigé par Jörg Gertel et Sarah Ruth Sippel (2014) », Anthropology of food [Online], Book reviews, Online since 28 November 2014, connection on 26 September 2017. URL : http://aof.revues.org/7637

Top of page

About the author

Domenico Perrotta

Université de Bergamo

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page