Skip to navigation – Site map

Empire of Vines: Wine culture in America d’ Erica Hannickel (2013)

Raphaël Schirmer

Full text

HANNICKEL E., Empire of Vines. Wine culture in America (2013), University of Pennsylvania Press [Philadelphia], 298 p.

  • 1 E. Hannikel : http://www.northland.edu/academics-faculty-profiles.htm?id=62

1L'ouvrage d'Erica Hannickel1, Empire of Vines, comble un manque pour la compréhension de l'histoire de la vigne et du vin aux États-Unis d'Amérique. Si l'histoire événementielle de la propagation de la vigne et du vin dans ce pays nous est bien connue grâce aux travaux de T. Pinney (1999 et 2005), si l'histoire politique l'est également grâce à ceux de Tyler Colman (2008), le champ de l'histoire culturelle ne l'est pas. C'est désormais chose faite grâce à cet ouvrage constitué de six chapitres, d'une iconographie plutôt riche (on regrette à ce propos qu'il n'y ait pas de table des figures), et s'appuyant sur un corpus de source essentiellement constitué d'ouvrages et de périodiques du XIXe siècle et du début du XXe. L'auteure est en effet spécialiste des questions liant agriculture et environnement aux États-Unis. Originaire de Californie, elle enseigne et mène des recherches au sein de la Northland College Faculty (Wisconsin, sur les bords du Lac Supérieur). Malheureusement, la bibliographie de son ouvrage est reléguée dans les notes infra-paginales, ce qui rend son utilisation quasiment impossible pour qui voudrait rechercher tel ou tel ouvrage sur un domaine ou un thème donnés. C'est sans doute le travail éditorial qui est à blâmer en la matière. Il est dès lors difficile d'utiliser l'ouvrage comme un usuel. Ce qu'il aurait pourtant vocation à devenir.

2Le propos de l'auteure est en effet fondamental. Erica Hannickel cherche à montrer combien la mythologie de la vigne et du vin aux États-Unis est intimement liée à la formation du territoire américain. L'exploitation de cet espace, tant d'un point de vue économique qu'environnemental, peut également être compris par le biais de l'essor de la viticulture. Celle-ci est donc beaucoup plus profondément ancrée dans l'histoire de la Nation qu'il n'est coutume de le dire. À ce propos, la culture de la vigne est marquée au XIXe siècle par le sceau de l'expansionnisme, et cela beaucoup plus qu'aucune autre culture agricole. « Cultiver la vigne ne fut pas seulement une pratique matérielle ; ce fut une puissante idéologie, un domaine esthétique, et un discours universel sur la puissance de la Nation. » (p. 14).

3On notera toutefois que l'une des idées forces de l'ouvrage paraît moins convaincante. Que la notion de terroir, proposée par la France, ait pu influencer les États-Unis dans la durée semble pour le moins surprenant. Les travaux actuels convergent pour montrer combien son invention est récente, et à quel point qualifier un vin par un goût de terroir au XIXe et au début du XXe siècle encore signifie qu'il est de piètre qualité. On se référera par exemple à l'ouvrage de Jullien, Topographie de tous les vignobles connus (1816), qui utilise le terme de façon bien dépréciative. Un vin de « terroir » est alors un vin ayant un goût médiocre, marqué par des défauts. C'est avec la création des Appellations d'Origine Contrôlée, et par conséquent tout le cortège de lois des années 1905 à 1935, que le « terroir » va prendre le sens que nous lui donnons aujourd'hui. Il permet de renforcer une production viti-vinicole pensée comme essentiellement paysanne, familiale, par opposition au négoce (CELERIER, SCHIRMER, 2014). En ce sens, il est bien l'objet d'une histoire, dont on lira un remarquable exemple en Bourgogne (JACQUET, 2009). L'ouvrage ignore ce point. Il s'agit davantage d'une réécriture du passé que d'une réelle influence.

4L'auteure devient plus convaincante lorsqu'elle analyse le discours sur la vigne et le vin au XXIe siècle. Celui-ci évolue dans un sens que l'on retrouve aujourd'hui quasiment partout et qu'analyse de façon très intéressante Erica Hannickel. La recherche de l'authenticité est en effet devenue le maître-mot de la production viti-vinicole et de la qualité en matière de vin. L'auteure utilise pour bâtir son argumentation de nombreuses sources récentes, dont les documentaires ou le cinéma. Il faut voir là une réponse à la sensation de banalisation que crée le capitalisme actuel. Paradoxalement, car aux yeux du lecteur européen, c'est précisément des États-Unis que viennent les risques d’homogénéisation et de banalisation du vin.

5Au total, un ouvrage fort intéressant, qui ouvre de nouvelles voies pour la compréhension de la véritable passion qu'éprouvent aujourd'hui les Américains pour le vin. Un ouvrage que l'on lira cependant avec précaution du fait des quelques limites qu'il convient de lui apporter.

L’Univers du vin : Hommes, territoires et paysagesWine Politics. How Governments, Environmentalists, Mobsters, and Critics Influence the Wine We DrinksTerritoires du vinTopographie de tous les vignobles connusHuzard, Colas, [en ligne : https://archive.org/​details/​topographiedeto00jullgoog]A History of Wine in America. From the Beginnings to ProhibitionA History of Wine in America. From Prohibition to the Present
Top of page

Notes

1 E. Hannikel : http://www.northland.edu/academics-faculty-profiles.htm?id=62

Top of page

References

Electronic reference

Raphaël Schirmer, « Empire of Vines: Wine culture in America d’ Erica Hannickel (2013) », Anthropology of food [Online], Book reviews, Online since 28 November 2014, connection on 26 September 2017. URL : http://aof.revues.org/7639

Top of page

About the author

Raphaël Schirmer

Université Bordeaux Montaigne, UMR ADESS 5185

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page