Skip to navigation – Site map

Le goûter de 16h30 comme symbole du patrimoine alimentaire enfantin ? Analyse des transactions non marchandes dans deux cours de récréation (France)

The afternoon snack as emblematic of children food? Analysis of non-commercial transactions in French schoolyards
Géraldine Comoretto

Abstracts

Due to its sweet and sugary flavours, snack time represents a food intake which is easily associated with childhood in our western societies. The time of the day when it is consumed also echoes more specifically schoolchildren’s rhythm. It is festive and occasional as in a birthday party or on an afternoon-invitation at a friend’s. But what happens when snacks are shared on a daily basis among schoolmates? What does one learn from the relationships between equals and from the “horizontal transmission” between children, when snack time is no longer an exceptional event, but rather an established daily practice? Can 4pm snacks be viewed as a symbol of children’s food heritage? This article examines the shapes of the relationships between peers, around the sharing of snacks at school, in the framework of study period. It is based on a 2-year ethnographic research in two elementary schools, where children bring home-made snacks. The daily observation and review of snacks help to identify giving and sharing practices led by elective affinities and depending on the gender, the class or the siblings, as well as on social inequalities between the children while practicing these transactions.

Top of page

Full text

Introduction : le goûter, entre fonction nourricière et dimension symbolique

1Par sa composition aux saveurs douces et sucrées, le goûter constitue dans les sociétés occidentales une prise alimentaire aisément associée à l’enfance, au plaisir et à la gourmandise. Généralement consommé aux alentours de 16h30, souvent composé de produits ludiques et édulcorés, le goûter apparaît comme la prise alimentaire réservée aux enfants. Tantôt encas, tantôt collation, grignotage pour les uns, « vrai » repas pour les autres (Diasio, 2008), dans sa terminologie comme dans les diverses formes qu’il revêt, le goûter est polymorphe. Il peut être consommé sur le trajet du retour à la maison, partagé entre frères et sœurs au domicile familial ou entre pairs à la garderie. Il se révèle également empreint de temporalités différentes : s’il est parfois consommé dans la précipitation avant un cours de danse ou de judo, il peut aussi être minutieusement orchestré, ritualisé et longuement savouré lors d’une fête d’anniversaire (Sirota, 1998, 2006). Toutefois, les goûters d’anniversaire, au même titre que les goûters partagés occasionnellement au domicile d’un voisin ou d’un copain, se démarquent par leur caractère festif et exceptionnel, à l’inverse du goûter de 16h30 consommé quotidiennement après une journée d’école. C’est à ce dernier type de goûter, préparé au domicile familial et consommé chaque jour à l’étude surveillée, que nous nous intéressons dans cet article. Quelles sont les implications de ce goûter de l’après-midi lorsqu’il est chaque jour partagé entre pairs à l’école ? Qu’apprend-t-on des relations d’égal à égal, de la « transmission horizontale » (Suremain, 2010) entre enfants lorsque le goûter n’est plus un événement exceptionnel mais une pratique régulière et instituée ? Le goûter de 16h30 peut-il être appréhendé comme le symbole d’un patrimoine alimentaire propre aux enfants ?

2La routinisation et l’institutionnalisation dans le cadre scolaire de cette prise alimentaire modifient son caractère originellement individuel, faisant naître des formes singulières de relations enfantines autour du goûter. Puisque le partage de ce « petit repas » entre élèves est amené à se reproduire régulièrement, c’est l’occasion pour eux de se l’approprier et de le transformer : l’espace de la cour de récréation et le temps du goûter sont réinvestis par les enfants afin d’en faire un moment de partage et de transmission entre pairs (Delalande, 2004). Une fois sortis du cartable, les goûters sont exposés, comparés, partagés, échangés, donnés, troqués. Ces « transactions non marchandes », au sens de Marcel Mauss dans son Essai sur le don (1925), répondent à des règles et à des codes édictés par le groupe d’appartenance et auxquels les adultes sont étrangers. Se déroulant à l’abri des regards sous les préaux, elles se démarquent des préoccupations nutritionnelles des adultes : prendre son goûter dans la cour de récréation ne signifie pas simplement ingérer des aliments afin de combler un besoin énergétique journalier. Partager son goûter c’est aussi communiquer et échanger, construire un lien avec autrui au détour d’une prise alimentaire qui associe goût et émotions (Chiva, 1985 ; Hubert, 2006). En ce sens la fonction première du goûter, nourricière et nutritive, est détournée. Les propriétés sociales de l’acte alimentaire – convivialité, commensalité (Fischler, 1979 ; Herpin, 1988) – se substituent à sa dimension matérielle. Il favorise la circulation entre les pairs d’un patrimoine alimentaire immatériel incarné par des valeurs telles que le respect de l’autre, des règles du groupe d’appartenance et de la notion de partage.

3Notre approche du partage alimentaire s’inspire dans cet article des travaux de Jacqueline Rabain sur le sevrage chez les enfants Wolof du Sénégal (1979). L’anthropologue y montre comment la nourriture et les échanges alimentaires agissent comme signifiants : « Manger, modalité essentielle du donner et du recevoir, devient un élément de premier plan de l’échange social global » (Rabain,[1979]1994 : 56). Nous proposons de réaliser une « ethnographie des transactions » (Weber in Mauss, [1925]2007 : 30) à l’heure du goûter à l’école élémentaire afin de montrer en quoi il constitue, bien au-delà d’une prise alimentaire, une pratique sociale propre à l’enfance, à la fois singulière, intégratrice et discriminante. « Quelle force y a-t-il dans la chose qu’on donne qui fait que le donataire la rend ? » (ibid. : 66). Notre analyse reprend ainsi le questionnement à l’origine des travaux de Mauss sur les échanges de biens dans les sociétés primitives et archaïques et l’enrichit d’une dimension propre à notre objet : comment s’appliquent les règles de l’échange entre pairs lorsque les choses que l’on donne ne peuvent être rendues dans la mesure où elles sont littéralement incorporées ? Que révèlent les transactions de goûters des relations entre enfants à l’école ? Et, plus largement, dans quelle mesure l’étude de cette pratique enfantine singulière permet-elle d’appréhender et de comprendre les mécanismes de la différenciation sociale, de genre et d’âge entre enfants ?

4Après avoir présenté le dispositif méthodologique de la recherche, nous verrons dans une première partie que les transactions de goûters peuvent revêtir diverses formes : les logiques de don et d’échange alimentaires à l’œuvre dans la cour de récréation diffèrent en fonction des affinités, des inimitiés et de la composition des divers groupes de pairs. Mais, si ces transactions sont non marchandes et se déroulent entre pairs, nous constaterons dans un second temps que tous les produits n’ont pas la même valeur sur le marché de l’échange, et que selon les choix et les contextes familiaux, les enfants ne sont pas tous égaux dans la pratique, notamment selon leur origine sociale.

Qualifier et quantifier les transactions de goûters à l’étude surveillée

5Afin de quantifier et analyser cette pratique enfantine, il nous semble au préalable essentiel de qualifier ce que nous entendons par la notion de « transactions », comme il apparait nécessaire de définir le terme « goûters ». En effet, si notre démarche initiale visait à étudier ce que les enfants apportaient du domicile familial, l’observation minutieuse et quotidienne nous a permis de réaliser que ce que les enfants apportent à l’école diffère souvent de ce qu’ils mangent. L’écart entre ce qui est initialement apporté et ce qui est effectivement consommé correspond aux transactions accomplies par l’enfant lors du goûter. Nous faisons le choix d’employer le terme générique de « transactions » afin de faire état d’une relation non marchande entre deux élèves ou plus, au cours de laquelle circulent des produits alimentaires, et dont les formes d’expression varient selon les contextes et les relations internes au groupe social.

  • 1 Décision régie par la loi relative aux libertés et responsabilités locales n°2004-809 du 13 août 20 (...)
  • 2 Cet article s’inscrit plus largement dans une recherche sur les aspects sociaux des repas à l’école (...)

6Notre analyse de ces transactions alimentaires renvoie à une forme particulière de goûters qui ne concerne pas l’ensemble des enfants mais uniquement ceux scolarisés à l’école élémentaire et inscrits à l’étude surveillée. Le goûter y est consommé entre 16h30 et 17h dans la cour de récréation où les enfants sont sous la responsabilité des surveillants avant de retourner en classe faire leurs devoirs. Contrairement à d’autres pays européens où les enfants terminent l’école vers 13h ou 14h, la journée d’un écolier français se déroule sur une matinée et une après-midi (Ananian & Bauer, 2007). Le choix de fournir ou non un goûter aux enfants lors de l’étude revient à la municipalité1. Les communes ayant fait le choix de la sous-traitance à une société de restauration collective étendent parfois leur contrat avec ledit prestataire en lui demandant de fournir le goûter à l’étude. D’autres municipalités font à l’inverse le choix de ne pas se charger de cette mission de service public et demandent aux familles de fournir elles-mêmes le goûter. C’est notamment le cas dans les deux écoles élémentaires dont l’analyse comparative proposée dans cet article est issue2.

  • 3 L’ensemble des données recueillies sur les deux communes proviennent des recensements de la populat (...)

7Les deux établissements, situés en région parisienne, accueillent des enfants provenant de milieux sociaux et culturels contrastés. L’école Les Coryphées accueille des élèves issus des classes sociales supérieures. Elle se situe dans le centre ville d’une commune de 8000 habitants comptant près de 25 % de cadres et professions intellectuelles supérieures et moins de 5 % d’ouvriers. Près de 80 % des logements de la commune sont occupés par des ménages propriétaires de leur résidence principale3. Les élèves de l’école Les Opalines appartiennent aux classes populaires et comptent parmi eux une importante proportion d’enfants de migrants. Dans cette commune de 25000 habitants, plus de 23 % de la population âgée de 15 ans ou plus sont des employés et 13 % sont ouvriers. L’école se situe au cœur d’une Zone Urbaine Sensible (ZUS) et est classée Zone d’Education Prioritaire (ZEP). Dans la première école, une cinquantaine d’élèves sont inscrits à l’étude surveillée chaque jour, contre un peu plus d’une centaine aux Opalines.

8Le dispositif méthodologique s’est déroulé en deux temps : tout d’abord une période de prise de contact avec les enfants et d’observation du moment du goûter, permettant de repérer les modes d’organisation de la prise alimentaire (occupation de l’espace de la cour de récréation, rituels d’installation, durée), mais aussi d’identifier dans chaque école les élèves présents de façon régulière à l’étude (soit trois ou quatre jours par semaine). Dans un second temps, un journal de bord des goûters a été instauré afin de recenser avec précision le goûter des élèves les plus souvent présents à l’étude (soit une trentaine d’enfants par école). La tenue de ce journal nous a permis de recueillir des informations aussi riches que diversifiées sur ce qui est consommé par les enfants selon le sexe, la classe (du CP au CM2), mais aussi des éléments sur le type et la quantité de produits échangés avec les pairs en fonction du sexe et de la classe des partenaires de transactions. Le parti pris méthodologique d’une recension minutieuse et répétée des goûters d’un échantillon restreint d’élèves se justifie au regard de la densité des faits observables dans la cour de récréation dans le laps de temps circonscrit du goûter. Le traitement secondaire réalisé sur ces données, à savoir la transformation d’un matériau originellement qualitatif en données statistiques, permet de quantifier les goûters en fonction de leur composition afin de proposer une comparaison des grandes tendances de consommation entre les deux établissements scolaires, ainsi que des modèles types de transactions entre les élèves. Ces données ethnographiques ont été complétées par la conduite d’entretiens au domicile familial auprès des parents des deux écoles (parfois en présence des enfants). Il leur a été demandé quelle personne au sein du foyer était en charge de l’approvisionnement et du choix du goûter, et dans quelle mesure les enfants étaient associés à cette prise de décision.

Donner, recevoir et rendre ? Logiques électives et relations de pouvoir dans l’échange de goûters

9Les transactions non marchandes s’établissant entre les enfants au moment de la prise du goûter dans la cour de récréation revêtent diverses formes. Si l’aliment est toujours au cœur de la relation et qu’il provoque l’interaction, les modalités de la transaction sont quant à elles définies en fonction de la relation qui unit les pairs devenus pour un temps partenaires. Certaines prestations sont de l’ordre du don : une partie du goûter d’un enfant est partagée avec un autre élève sans qu’une contrepartie soit exigée ; d’autres à l’inverse relèvent bien de l’échange : le don réalisé appelle à un contre-don, instantané ou ultérieur. Les mécanismes qui sous-tendent cette distinction entre don et échange alimentaires peuvent être appréhendés au regard des logiques électives qui guident les enfants lors de ces prestations : affinités de sexe et d’âge, poids des relations fraternelles et des rapports de force.

Les échanges de goûters, de la réciprocité à la dépendance

10Les transactions de goûters que nous qualifions d’échanges impliquent l’établissement d’une relation de réciprocité entre deux partenaires : lorsque les enfants donnent une partie de leur goûter, ils reçoivent une contrepartie de la part de leur donataire. Dans cette logique de « dons échangés » (Mauss, [1925]2007 : 77), le temps écoulé entre le don et le contre-don est variable. Si bien souvent l’échange se déroule à l’échelle d’une demi-heure (le temps du goûter à l’étude), le contre-don s’opère parfois quelques jours plus tard, seulement lorsque le goûter du donataire lui permet de rendre l’équivalent de ce qu’il a su recevoir.

  • 4 Au regard de la densité des interactions et afin de faciliter la lecture, nous faisons le choix de (...)

11Nous avons pu constater que dans cette forme de transaction par l’échange, l’identité du partenaire n’est pas anodine. Les enfants partagent leur goûter avec des élèves avec lesquels ils ont des affinités particulières, essentiellement des membres de leur groupe de pairs. Ainsi dans un microcosme comme l’école élémentaire où les enfants appartiennent à un même groupe-classe pendant plusieurs années, les échanges intra-classes dominent très nettement. Il nous semble ainsi plus approprié de parler des transactions internes à un niveau de classe plutôt qu’à une classe d’âge. La figure 1 représente l’ensemble des transactions non marchandes recensées à l’école Les Coryphées lors de la période d’observation pour un échantillon d’enfants : les élèves de CM1 inscrits à l’étude surveillée4. Les flèches en pointillés symbolisent les échanges et la relation de réciprocité entre deux partenaires ; les flèches pleines renvoient à des dons sans contrepartie. Le code couleur permet de distinguer les transactions mixtes (en noir) des transactions exclusivement féminines ou masculines (respectivement en violet et bleu).

12Figure 1 : Réseau des transactions de goûters des élèves de CM1, école Les Coryphées

Source : Exploitation complémentaire des données recueillies par observation par l’enquêtrice à l’école Les Coryphées, année scolaire 2010-2011.

13Si, d’un point de vue quantitatif, les échanges sont moins nombreux que les dons sans contrepartie, la force des relations entre les différents partenaires se dessine clairement. En effet, les prénoms des enfants ont été placés en fonction de leur fréquence de transactions : plus un prénom occupe une position centrale sur le graphique, plus il interagit fréquemment et avec un nombre croissant de partenaires. Nous pouvons voir qu’un noyau d’élèves forme un groupe autour duquel se greffent des amitiés complémentaires : Anne, Solène, Coline et Pauline constituent le cœur du réseau des transactions internes à la classe de CM1. Les quatre élèves sont constamment ensemble, elles forment l’une des « bandes » de filles de la classe. Les transactions de goûters réalisées par des élèves comme Yann, Léo, Flora et Louise élargissent ensuite un peu plus le réseau. Seuls trois élèves font exception à cette logique élective intra-classe : Eva et Isri, tous deux en CE2 et Alicia, élève en CM2. La position centrale et singulière de Mathieu mérite aussi d’être soulignée dans la mesure où il est le seul garçon à partager de manière récurrente et réciproque son goûter avec les filles de sa classe. À des âges où le rapport à l’autre sexe se construit et évolue constamment entre le CP et le CM2, l’observation d’une cour de récréation montre que les relations entre pairs sont fortement genrées à l’école élémentaire (Delalande, 2001). « Les enfants choisissent plus souvent des enfants du même sexe qu’eux et excluent plus souvent les enfants de l’autre sexe » (Gayet, 1998 : 266). Pourtant, Mathieu apprécie de rester assis à bavarder avec ses amies pendant les récréations alors que Flora par exemple interagit beaucoup avec les garçons et aime participer de temps en temps à leurs parties de football. Ces élèves aux amitiés atypiques pour leur classe d’âge ont la particularité de se reconnaitre autant voire davantage dans les pratiques et les discours des enfants du sexe opposé. Ils nous renseignent ainsi sur la façon dont les enfants acquièrent et transforment des dispositions sexuellement différenciées pendant l’enfance (Court : 2010). Mais, d’une manière générale, la lecture de ce graphique confirme qu’en matière de dons comme d’échanges alimentaires, les transactions s’opèrent avant tout entre enfants du même sexe (en atteste la faible proportion de flèches de couleur noire). Les relations nouées autour de l’échange de goûters sont bel et bien marquées par un double cloisonnement selon le sexe et la classe.

14À l’instar du groupe de copines de Solène, cette prégnance des relations électives conduit à une fidélisation des partenaires d’échange. Des cliques de deux à cinq partenaires récurrents apparaissent dans toutes les classes et dans les deux écoles. La réciprocité s’observe alors dans la régularité des échanges. Selon Mauss ([1925]2007) si la chose donnée doit être rendue, elle reste imprégnée de son donateur. La force de la transaction réside dans la relation qu’elle crée entre le donateur et le donataire dans la mesure où « la nourriture porte tout particulièrement la marque de l’autre, de l’échange » (Rabain, [1979]1994). Ainsi même incorporé, le goûter reste symboliquement relié à celui qui l’a donné, d’où l’importance de bien choisir son partenaire. Au fil de l’année scolaire, les échanges de goûters se routinisent et s’inscrivent pleinement dans le quotidien des élèves. De véritables circuits d’échanges voient le jour, pour lesquels la réciprocité est implicitement de mise. Il faut savoir donner, recevoir mais pas trop, et rendre. Le respect du triptyque maussien assure la pérennité des relations au sein du groupe de pairs. Toutefois, ce modèle de transaction crée également une forme de dépendance entre les partenaires, notamment lorsque le contre-don est différé et qu’une autre transaction s’opère entre temps, chargeant un peu plus la dette du donataire. Dans les cas les plus aboutis de don et de contre-don, la quantité d’aliment échangée est calibrée : si une Paille d’or est échangée contre un Kinder, un cookie au chocolat est troqué contre deux biscuits au citron. Tous les produits n’ont pas la même valeur sur le marché de l’échange de goûters : les produits sucrés comme les bonbons et les gâteaux, et notamment ceux au chocolat dont la valeur d’échange (Diasio, 2008) est très élevée, sont très prisés par les enfants. À l’inverse, les fruits ne font que rarement l’objet d’une transaction. Ainsi la valeur du produit donné est évaluée et comparée à celle du contre-don, qui doit être équivalente sous peine de créer une dissymétrie entre les partenaires.

Les dons de goûters sans contrepartie, entre réseaux parallèles et logique opportuniste

15Les dons de goûters sans contrepartie constituent la forme de transaction la plus usitée aux Coryphées et aux Opalines. Occasionnel et à sens unique, ce type d’interaction impose moins de contraintes aux enfants que les dons échangés dans la mesure où le donataire ne se voit pas assigné d’une dette envers son donateur. Pour autant, le don alimentaire n’est pas que liberté, générosité et altruisme. Bien qu’aucune contrepartie matérielle ne soit attendue, il peut être intéressé et revêtir une dimension opportuniste, voire dans certains cas agonistique lorsque naissent des conflits autour du partage.

16À l’image des échanges de goûters, les dons sans contrepartie sont le plus souvent le fait d’élèves du même sexe et de la même classe (comme en atteste les flèches pleines de la figure 1). Les logiques affinitaires qui guident les enfants dans leurs pratiques d’échange s’appliquent aussi aux dons : partager son goûter avec un camarade de classe considéré comme un ami est une preuve d’amitié et de loyauté. L’absence de réciprocité est parfois même revendiquée afin de mettre en lumière la générosité du donateur : « La satisfaction même du don est plus celle de n’en avoir plus que d’en avoir eu beaucoup aux yeux des autres » (Rabain, [1979]1994 : 69). Guillaume, élève en CM2 aux Coryphées, partage régulièrement son goûter avec son camarade de classe Thomas : « J’ai toujours trop de goûter alors je lui en donne. Je demande rien en échange, c’est une sorte de contrat entre nous » (Guillaume, école Les Coryphées, 15/03/2010). L’élève se valorise auprès de ses pairs non pas par la quantité ou la valeur des produits qu’il apporte à l’étude mais par sa disposition à partager. Si aucun contre-don alimentaire n’est attendu, le donateur espère recevoir en retour quelque chose de plus grand, de l’ordre de l’immatérialité : la reconnaissance de ses camarades et le maintien de sa position dans le groupe de pairs (Gayet, 2003).

17Malgré cette prégnance des transactions internes à une classe ou à un sexe, des affinités particulières se développent parfois entre les enfants au point de supplanter les clivages d’âge ou de genre pourtant fortement établis. En l’occurrence, nous avons constaté que des duos mixtes se forment, souvent au sein d’un même groupe-classe mais en incluant une dimension genrée aux dons de goûters. Ainsi dans la classe de CM1 des Coryphées, Mathieu, Léo et Yann donnent régulièrement une partie de leur goûter aux filles de la clique formée par Solène, Anne, Coline et Pauline, sans que celles-ci ne leur offrent un contre-don. Les quatre élèves, non seulement au cœur du réseau des transactions internes à la classe de CM1, font également l’objet d’une attention particulière de la part des garçons, parfois « annonciatrice des premières amours » (Monnot, 2009 : 106).

18Ces transactions à sens unique, de par leur caractère moins contraignant, permettent donc de développer un réseau de partenaires plus étendu que celui des dons échangés. L’ouverture à des réseaux parallèles est notamment facilitée par l’important degré d’interconnaissance qui caractérise les relations à l’école élémentaire. En effet, au-delà du fait que les enfants restent dans la même classe d’une année sur l’autre, ils sont également amenés à se fréquenter régulièrement en dehors de l’école (relations de voisinage et proximité géographique avec le principe de sectorisation, activités extrascolaires en commun, relations amicales des parents et des frères et sœurs). Le rôle de la fratrie ne semble pas étranger aux dons interclasses et inter-sexes : connaître le grand frère ou la grande sœur d’un camarade permet aux plus jeunes d’aller demander du goûter auprès d’élèves des grandes classes et le mécanisme est le même des plus grands vers les petits. Pour un aîné, avoir son frère ou sa sœur dans la même école que soi implique de le défendre, face aux tentatives de vols de goûter par exemple, en endossant « son rôle de protecteur et de consolateur vis-à-vis du cadet » (Rabain, [1979]1994 :71). L’analyse des transactions de goûters des diverses fratries montre que les relations fraternelles à l’école favorisent l’intégration d’un frère ou d’une sœur au sein de son réseau.

19Figure 2 : Réseau des transactions de goûters des fratries présentes à l’étude surveillée à l’école Les Opalines

Source : Exploitation complémentaire des données recueillies par observation par l’enquêtrice à l’école Les Opalines, année scolaire 2010-2011.

20Comme l’indique la figure 2, les membres de la fratrie font parfois office d’intermédiaires dans les transactions entre élèves de sexe et de classe différents. C’est par exemple le cas pour Lorélie et Debby, deux sœurs scolarisées aux Opalines qui, en raison de leur lien de parenté, sont fréquemment amenées à côtoyer les camarades de l’une et de l’autre et à ouvrir leur réseau de transactions à des élèves qui n’appartenaient pas initialement à leur groupe de pairs. Comparativement à la figure 1, ce réseau donne à voir une multiplication des prestations entres des élèves appartenant aux classes du CE1 au CM2. Malgré tout, ces transactions restent fortement genrées et prennent presque exclusivement la forme de dons sans contrepartie lors desquels les relations amicales et fraternelles, en s’entremêlant, provoquent l’interaction.

  • 5 N’ayant pas rencontré les parents de Louise, il nous est difficile d’expliquer pourquoi l’élève n’a (...)

21Le caractère unilatéral du don sans contrepartie ne met pas seulement en lumière des affinités particulières liées aux sentiments amicaux, amoureux ou aux liens fraternels. Puisqu’aucune règle explicite n’oblige à rendre ce qui a été donné, les élèves sont parfois enclins à adopter une logique de l’opportunité. L’occasion d’obtenir d’un pair un produit attrayant et apprécié pousse ainsi certains enfants à solliciter de manière récurrente une partie du goûter d’un camarade, bien qu’ils sachent qu’ils ne seront pas en mesure de répondre par un contre-don. C’est par exemple ce qui se produit aux Coryphées lorsque Louise (cf. Figure 1), qui n’apporte pratiquement jamais de goûter à l’étude, reçoit presque quotidiennement une partie du goûter de ses camarades de classe (neuf filles) ou d’autres classes (comme Lola par exemple) sans qu’aucune contrepartie ne lui soit jamais demandée. Alors que les parents de l’élève ne lui préparent jamais de goûter, les autres enfants lui en proposent spontanément5. Pour autant, un tel accord – tacite – entre les partenaires n’est pas toujours de mise. Lorsque les élèves sont en désaccord sur la nature de la transaction effectuée, le don perd quelque peu de son caractère noble et magnanime. Certains élèves transgressent les règles de l’échange implicitement instaurées au sein du groupe de pairs. Ainsi Sihem (élève en CE2 aux Opalines) prenait un jour conscience, après avoir partagé son paquet de Mikados avec trois garçons de sa classe, que ces derniers ne comptaient aucunement répondre à son don : « Karim, tu m’as rien remboursé toi ! Ils me prennent tout ! » (Sihem, école Les Opalines, 31/03/2011). Comme ici, les relations conflictuelles autour du goûter entre les élèves d’une même classe s’accompagnent parfois d’une discrimination liée au genre. « C’est donc dans le rapport aux pairs – et tout particulièrement au sein d’une même classe – que se construisent les situations de violence ». (Carra, 2008 : 325). Dans les cas les plus extrêmes, les transactions de goûter peuvent ainsi prendre la forme de pressions et d’intimidations pour obtenir quelque chose de l’autre. Trois garçons de la classe de CE2 se disputent à propos du goûter. Deux d’entre eux s’en prennent au troisième qui n’a rien apporté pour le goûter :

Garçon 1 : - T’es un pédé toi !

Garçons 2 : - Tes parents ils t’achètent rien ?

Garçon 1 : - Je vais te donner mais quand ton père il achète pourquoi t’amène rien ?

(École Les Opalines, 07/03/11)

22Ces formes déviantes de transactions, bien qu’occasionnelles, ont davantage été observées dans l’école de milieu populaire et chez les élèves des grandes classes. Les tensions et les conflits qui entourent la prise alimentaire ont d’ailleurs conduit le directeur de l’école à interdire les échanges de goûter depuis quelques années, n’empêchant pas pour autant les transactions de perdurer. Ainsi, au regard des rapports de force qu’ils suscitent parfois, les dons de goûter « en apparence libres et gratuits » se révèlent « en réalité obligatoires et intéressés » (Weber in Mauss, [1925]2007 : 48).

Les inégalités sociales dans l’échange au prisme des choix familiaux d’approvisionnement

23Si le moment du goûter à l’étude constitue un cristallisateur des relations horizontales entre pairs, il peut aussi agir tel un révélateur des inégalités sociales entre enfants. Lorsque le goûter n’est pas fourni par la municipalité, sa préparation est à la charge des familles. Les parents le composent en fonction de leurs moyens financiers, de leur fréquence et de leur mode d’approvisionnement, des préférences alimentaires de leurs enfants, mais aussi selon la perception qu’ils ont de ce goûter et de ce qu’il devrait apporter selon eux à leurs enfants en termes d’équilibre alimentaire et d’apport énergétique.

Choisir, acheter et composer le goûter de son enfant : des préoccupations parentales socialement contrastées

  • 6 Lors des recensions quasi-quotidiennes conduites aux Coryphées et aux Opalines, il a été demandé au (...)
  • 7 Contre seulement 7 % des pères aux Coryphées et 6 % aux Opalines.

24Dans les deux écoles élémentaires, le choix du goûter apparaît comme une pratique féminine et surtout maternelle, vraisemblablement corrélée à la répartition des tâches domestiques au sein du couple et plus encore à la place centrale qu’occupe la mère dans l’alimentation familiale (Garabuau-Moussaoui, 2001 : 3). Le plus souvent le goûter des enfants est choisi, préparé et glissé dans le cartable par les mères de famille6 – qui confirment en entretien qu’elles sont aussi en charge de l’achat du goûter lors des courses. Ainsi aux Coryphées et aux Opalines la mère prépare le goûter des enfants dans respectivement 34 % et 31 % des cas7. Toutefois, si la répartition entre les parents quant à la préparation du goûter est sensiblement la même dans les deux écoles (c’est-à-dire en faveur de la mère), nous constatons que la proportion d’enfants préparant eux-mêmes leur goûter est nettement supérieure dans l’école de milieu populaire. En l’occurrence, 30 % des 99 élèves observés à l’étude surveillée aux Opalines déclarent le préparer seuls alors que seulement 17 % des enfants des Coryphées (76 élèves suivis) sont dans cette situation. Les élèves des Opalines sont finalement aussi nombreux à être autonomes dans la gestion de leur goûter que ceux pour qui la mère est responsable de ce choix. Pour autant, si les enfants préparent eux-mêmes leur goûter avant de partir à l’école, ils font leur choix parmi les produits alimentaires que leurs parents ont achetés. Leur marge de manœuvre se joue donc sur la quantité et la combinaison de produits choisis plus que sur le choix-même de ces produits lors des courses par exemple. Lorsque les élèves préparent seuls leur goûter, divers critères influent sur la force du contrôle parental, tels que l’âge des enfants ou les horaires de travail des parents. Cet écart significatif entre les deux écoles quant à la participation des enfants à la préparation du goûter constitue un élément décisif dans la lecture des différences de composition. En effet, enfants et parents ne manifestent pas les mêmes préoccupations à l’égard de la prise alimentaire : si le goûter est avant tout associé au plaisir pour les premiers, les seconds mobilisent davantage des arguments en lien avec la santé et l’équilibre nutritionnel.

25Au-delà d’une divergence de point de vue d’ordre générationnel, le goûter suscite également des attentes socialement diversifiées selon les familles : les préoccupations parentales envers l’alimentation à l’école diffèrent d’une famille à l’autre. Les goûters des enfants sont dans les deux écoles très majoritairement composés de gâteaux, viennoiseries et autres biscuits. Afin d’accompagner ces produits solides, riches en sucres et en graisses, la plupart des parents veillent à ajouter un élément à base de fruits au goûter des enfants : fruits entiers, jus de fruits ou compotes à boire. Cette volonté d’équilibrer la prise alimentaire ne semble pas revêtir la même importance selon les milieux sociaux ; or le choix de l’un ou l’autre de ces produits à base de fruits n’est pas anodin au regard de leur valeur nutritionnelle et de leur coût respectifs. Ainsi les élèves des Coryphées sont plus nombreux que ceux des Opalines à consommer des fruits entiers (14 % des goûters contre 6 %) et des compotes à boire (33 % des goûters contre 20 %). Les élèves des Opalines à l’inverse sont fortement amateurs de jus de fruits conditionnés en briques individuelles : pratiquement la moitié des goûters recensés dans cette école (49 %) comporte un jus de fruits (contre 16 % aux Coryphées). Le choix entre un jus de fruits et une compote se révèle riche de sens au regard des caractéristiques et des motivations des individus qui procèdent à ces choix. D’un point de vue financier, la compote à boire n’est pas un produit accessible à tous les ménages. Son coût est généralement plus élevé que celui des jus de fruits en brique. Cela explique en partie pourquoi la compote à boire est un produit davantage consommé dans les milieux aisés des Coryphées. D’un point de vue nutritionnel ensuite, elle est présentée comme l’équivalent d’une portion de fruits pour ses apports en fibres et en vitamines. Pratique et rapide à préparer (il n’y a qu’à la glisser dans le cartable), elle constitue un substitut convaincant aux yeux des parents qui cherchent à contrôler la quantité de goûter ingérée. Les parents appartenant aux catégories supérieures retrouvent dans la compote à boire les arguments validant leur conception de l’équilibre alimentaire régie par des impératifs diététiques (Régnier, 2009). Un goûter équilibré est composé de gâteaux en quantité limitée et accompagnés d’un produit plus sain comme la compote. On retrouve dans ces préoccupations d’ordre nutritionnel des similitudes avec d’autres pratiques éducatives socialement différenciées, à l’image des activités de loisirs ou des modes d’occupation des enfants durant leur temps libre (Glasman, 2005) : les milieux supérieurs investissent et valorisent plus fortement les pratiques et les activités dont la fonction pédagogique ou éducative est avérée (Thin, 1998).

26Pour autant, les gâteaux, biscuits et autres brioches sont massivement représentés dans les goûters enfantins des deux écoles. Parmi les 99 catégories de produits créées, 72 renvoient exclusivement à des gâteaux industriels, le plus souvent emballés en portions individuelles. Certains gâteaux sont représentés de façon équivalente dans les deux établissements, témoignant de goûts enfantins similaires : c’est par exemple le cas de produits de la gamme Kinder ou les produits briochés tels que les pains au lait et les brioches individuelles Pitch ou Doo wap, qui connaissent un fort succès auprès des enfants et qui détiennent par ailleurs une forte valeur sur le marché du don et de l’échange. Mais la comparaison des catégories de gâteaux les plus consommés dans les deux écoles semble confirmer que les familles n’opèrent pas tout à fait les mêmes choix en termes d’approvisionnement. Alors que les enfants des Coryphées consomment et échangent fréquemment des biscuits de type BN et des barres de céréales (Grany, Special k, Trésor stick), les goûters des élèves de milieu populaire comportent dans des proportions équivalentes des viennoiseries et des chips (deux catégories de produits peu présentes aux Coryphées). Ainsi alors que la consommation de chips aux Opalines supplante la consommation de fruits, la présence dans les goûters des élèves des Coryphées de gâteaux moins riches en graisses et en sucres comme les Paille d’or ou les barres de céréales corrobore l’idée selon laquelle les familles socialement favorisées se montrent plus attentives à la valeur nutritionnelle des goûters. Néanmoins, comme nous l’avons évoqué précédemment, les élèves des Opalines sont plus nombreux à préparer seuls leur goûter, ce qui peut en partie expliquer la surreprésentation de produits caloriques : les enfants à qui plus d’autonomie est confiée dans la préparation du goûter sont davantage en mesure de s’autoriser ce type de plaisirs alimentaires, notamment lorsque le contrôle parental est moins strict.

Quand Sondey concurrence Lu, le poids des marques et des effets de mode

27Si les attentes des parents à l’égard du goûter à l’école varient selon les milieux sociaux, un autre élément semble imputable au phénomène de différenciation sociale entre les enfants. Un déplacement de la focale sur le prix des produits permet effectivement de proposer une autre interprétation aux écarts de consommation entre élèves. Aux questions de santé et d’équilibre alimentaire s’ajoute le paramètre économique : toutes les marques et tous les produits ne se valent pas. Si l’argument financier influe sur les choix d’approvisionnement des parents, les enfants sont plus enclins à être sensibles aux effets de mode. Cet attrait pour les marques et les produits « à la mode » exerce une influence sur les préférences alimentaires des enfants et impacte de fait la teneur des transactions dans la cour de récréation (Comoretto, 2014).

28Les discours des parents des deux écoles s’opposent sur la question des effets de mode. Aux Coryphées, les parents sont nombreux à affirmer que leurs enfants y sont peu sensibles ou qu’en tant que parents ils n’y cèdent pas. Certes ils déclarent choisir les produits composant le goûter en fonction des préférences des enfants mais, selon eux, l’influence des pairs ou des publicités est relativement faible. « - Et vous avez l'impression qu'elles suivent un peu les effets de mode ou qu'il y a des demandes... ? - Ici non, y’a pas de demandes au niveau des gâteaux. Là-dessus non. Non, non, je suis pas en plus très branchée effets de mode donc avec moi non y’a pas » (Mme R., mère d’Amélia et Juliette, Les Coryphées, entretien du 06/12/2010). À l’inverse, les parents de l’école Les Opalines confient que les demandes des enfants en matière de goûter, et notamment de gâteaux, sont souvent influencées par les goûts de leurs camarades de classe. Les modes évoluent si vite que les parents peinent parfois à suivre les préférences de leurs enfants comme la mère de Sofiane :

29« Parfois quand j’achète il mange pas. Il dit ‘Non c’est pas bon’. Et la fois d’après ‘Ah si j'aime bien maintenant’. […] Ou sinon il me dit ‘Stop je ne veux plus de ça’ parce que c'est plus l’effet de mode, parce que les camarades ils en mangent plus et qu'il y en a un qui arrive avec un nouveau truc. C’est ça hein ! À 10 ans c'est la pré-adolescence. Je t’imite, tu m’imites. On s’imite quoi » (Mme S., mère de Sofiane, Les Opalines, entretien du 02/04/2011).

30Mme S., qui déclare veiller à équilibrer les goûters de Sofiane et à contrôler la quantité de gâteaux qu’il consomme, achète pourtant les biscuits préférés de son fils et se plie à ses envies selon la mode du moment. Même lorsqu’ils sont réfractaires à certains produits, les parents des Opalines se résignent parfois à céder aux demandes des enfants afin que ceux-ci ne se sentent pas en décalage avec leurs pairs.

31Malgré cet écart dans le discours des parents des deux écoles, les fréquences de consommation des goûters montrent qu’en pratique les parents des Coryphées achètent tout autant de produits à la mode que ceux des Opalines. Les gâteaux les plus consommés sont dans les deux établissements des produits de marques célèbres comme Ferrero et sa gamme de produits Kinder ; les goûters-sourire de la marque BN (Goûters Fourrés et Mini BN) ; mais aussi les produits Lu, dont l’hégémonie sur le marché des biscuits se confirme au regard du nombre de produits de la marque présents dans les goûters enfantins (Pépito, Granola, Petit écolier, Napolitain, etc.). Si les parents des Coryphées se montrent plus réticents que ceux des Opalines à l’idée de céder à un effet de mode, les préférences alimentaires des enfants sont bel et bien les mêmes d’une école à l’autre. Les industriels de l’agroalimentaire ont bien cerné le potentiel des enfants en tant que consommateurs et leur capacité à influer sur les choix d’approvisionnement familiaux (La Ville, 2005).

32Pour autant, les goûters des Opalines se distinguent de ceux des Coryphées dans la mesure où ils ne sont pas exclusivement composés de produits de marque très populaires auprès des enfants. Dans la catégorie des gâteaux notamment, de nombreux produits moins connus et moins médiatisés, de marques « discount », ont été recensés alors qu’ils n’apparaissent nullement aux Coryphées. Ces gâteaux, inspirés des produits originaux créés par les grandes marques, sont en vente dans les magasins comme Lidl ou Leader Price. Ces produits discount offrent l’avantage de coûter moins cher que leur équivalent chez les grandes marques. Les modes d’approvisionnement des familles diffèrent donc d’un milieu social à l’autre : quand les familles des classes supérieures se fournissent essentiellement en produits de marque plébiscités par les enfants, les parents de milieu populaire s’approvisionnent plus régulièrement dans des enseignes de hard-discount, aussi parce qu’elles sont situées à proximité de leur domicile. La composition du goûter des enfants à l’étude surveillée dépend donc vraisemblablement de leurs préférences alimentaires, de leur propension à solliciter des produits à la mode à leurs parents, mais aussi de facteurs objectifs tels que les ressources financières des parents, la part du budget qu’ils s’autorisent à placer dans les dépenses liées à l’alimentation, et enfin la proximité et la diversité des lieux d’approvisionnement par rapport au domicile familial.

33Ces écarts dans la composition des goûters des élèves des deux écoles nous poussent à interroger leur impact sur le contenu des transactions non marchandes opérées à l’étude. Il apparaît que les dons et les échanges alimentaires ne portent pas exactement sur les mêmes produits dans les deux établissements au regard des éléments que nous avons pu pointer sur les choix familiaux d’approvisionnement, les effets de mode et l’influence des produits de marque auprès des enfants. Mais si la comparaison des goûters montre de nettes disparités entre les Coryphées et les Opalines, il est plus difficile de percevoir les effets de la différenciation sociale au sein de chaque établissement dans la mesure où ils se distinguent très clairement en termes de recrutement social et culturel et que chacun d’eux renvoie à un milieu social plutôt homogène. L’observation du goûter dans les deux écoles nous permet toutefois d’affirmer que le fait que le goûter ne soit pas fourni par la commune place tous les élèves en concurrence sur le marché des transactions : les mieux dotés en goûter (en termes de quantité, de marque et de mode) occupent une position centrale dans les réseaux et au sein du groupe de pairs. La valeur d’échange du goûter n’est donc pas sans lien avec sa valeur marchande.

Conclusion : La transmission familiale dans les pratiques d’échange enfantines

34L’analyse des transactions non marchandes à l’heure du goûter à l’étude surveillée nous a permis de montrer que le partage d’une prise alimentaire entre enfants à l’école peut s’entendre de diverses manières. Partager un goûter entre pairs renvoie tout d’abord à la commensalité, au plaisir de passer un moment agréable avec des camarades d’école dont l’enfant se sent proche et avec qui il partage des codes, des règles et des valeurs. Mais, au sens propre, partager son goûter signifie tout autant donner, recevoir, rendre, échanger, troquer. Du don généreux dont l’enfant attend en contrepartie la reconnaissance de ses pairs et la loyauté de ses amis, à l’échange normé où la valeur des biens échangés est qualifiée et quantifiée, les transactions révèlent des rapports latéraux entre enfants fortement établis mais aussi des relations de domination selon le sexe et l’âge. En ce sens, les transactions de goûters peuvent être appréhendées comme un révélateur des enjeux qui animent les relations au sein du groupe de pairs. Loin de n’être qu’une collation visant à fournir un apport énergétique intermédiaire aux enfants entre deux repas, le goûter de 16h30 à l’école cristallise les relations enfantines autour de la transaction alimentaire. Il constitue un moment de détente entre pairs, une prise alimentaire fortement associée au plaisir et symboliquement liée à l’enfance.

35Ainsi, la focale porte tout autant sur l’efficacité sociale des rites d’interactions que sur leur efficacité matérielle (Weber in Mauss, [1925]2007 : 37). En effet, nous avons pu constater que le goûter ne peut être totalement détaché de sa dimension matérielle dans la mesure où il fait naître « un véritable système d’échange qui recouvre une valeur monétaire importante » (Sirota, 1998 : 466). Si les transactions non marchandes se déroulent entre enfants dans la cour de récréation et répondent à des logiques affinitaires propres à l’univers enfantin, l’objet de la transaction est un bien matériel choisi et financé par les parents. Les échanges enfantins de goûters à l’étude surveillée ne fonctionnent donc pas totalement à la marge du monde des adultes et sont tout de même empreints de logiques marchandes. L’analyse révèle des tendances de consommation différenciées entre les deux écoles ou, plus exactement, entre les familles des classes supérieures et les familles de milieu populaire. Conjointement, ces tendances corroborent l’idée selon laquelle l’équilibre alimentaire est une notion prônée par les familles des catégories sociales supérieures et mise en pratique jusque dans la composition des goûters. Toutes les familles n’opèrent pas les mêmes choix en matière d’alimentation : leurs pratiques et leurs habitudes alimentaires sont socialement situées et la question du goûter ne fait pas figure d’exception. S’il y a bien transmission horizontale entre pairs au moment de la consommation, les choix parentaux interfèrent en amont et définissent quelque part la marge de manœuvre des enfants dans leurs pratiques d’échange. La transmission parentale s’opère donc tant d’un point de vue matériel (par l’achat, la composition et la préparation du goûter) qu’immatériel en véhiculant une conception socialement et culturellement différenciée de ce que doit être la prise alimentaire. La transmission horizontale quant à elle prend forme dans les stratégies et les logiques de don et d’échange alimentaire déployées par les enfants. Concevoir le goûter comme un symbole du patrimoine alimentaire enfantin nous pousse ainsi à considérer sa transmission tant dans sa forme matérielle que symbolique, tant dans les rapports ascendants que dans les relations horizontales qu’elle suscite.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

ANANIAN S. & BAUER D. 2007. « Le temps périscolaire », Études et résultats 611 : 8 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

CARRA C. 2008. « Violences à l’école élémentaire », L’Année sociologique 58-2 : 319-337.
DOI : 10.3917/anso.082.0319

CHIVA M. 1985. Le doux et l’amer : sensation gustative, émotion et communication chez le jeune enfant. Paris : PUF.

COMORETTO G. 2014. « Snack market on the playground: an ethnography of trade patterns of snack among French children », Young Consumers 15-1 : 47-57.

COURT M. 2010. Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale. Paris : La Dispute.

DELALANDE J. 2001. La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance. Rennes : PUR.

DELALANDE J. 2004. « Goûters “pique-niques” et maisons pour peluches : les modes enfantines face à la consommation », in Diasio N. (ed.) Au palais de Dame Tartine : regards européens sur la consommation enfantine : 43-65. Paris : L’Harmattan.

DIASIO N. 2008. « Grignotages et jeux avec les normes. Une ethnographie des comportements alimentaires enfantins à Paris et à Rome », OCHA, consulté le 18 avril 2012 : [http://www.lemangeur-ocha.com/fileadmin/images/enfants/Diasio-Grignotages-jeux-normes.pdf].

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

FISCHLER C. 1979. « Gastro-nomie et gastro-anomie », Communications 31 : 189-210.
DOI : 10.3406/comm.1979.1477

GARABUAU-MOUSSAOUI I. 2001. « La cuisine des jeunes : désordre alimentaire, identité générationnelle et ordre social », Anthropology of Food, 0, consulté le 21 octobre 2013 : [http://aof.revues.org/975].

GAYET D. 1998. École et socialisation. Le profil social des écoliers de 8 à 12 ans. Paris : L’Harmattan.

GAYET D. 2003. L’élève, côté cour, côté classe. Paris : INRP.

GLASMAN D. 2005. « Leur reste-t-il du temps pour jouer ? », Diversité, Ville-École-Intégration 141 : 51-57.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

HERPIN N. 1988. « Le repas comme institution. Compte rendu d’une enquête exploratoire », Revue française de sociologie 29-3 : 503-521.
DOI : 10.2307/3321627

HUBERT A. 2006. « Nourritures du corps, nourritures de l’âme. Émotions, représentations, exploitations », OCHA, consulté le 23 septembre 2013 : [http://www.lemangeur-ocha.com/fileadmin/images/sciences_humaines/_ANNIE_HUBERT_Nourriture_et__motions_0106.pdf].

LA VILLE (de) V.-I. 2005. L’enfant consommateur. Variations interdisciplinaires sur l’enfant et le marché. Paris : Vuibert.

MAUSS M. [1925] 2007. Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Paris : PUF.

MONNOT C. 2009. Petites filles d'aujourd'hui. L'apprentissage de la féminité. Paris : Autrement.

RABAIN J. [1979] 1994. L’enfant du lignage. Du sevrage à la classe d’âge chez les Wolof au Sénégal. Paris : Payot.

RÉGNIER F. 2009. « Obésité, goûts et consommation. Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale », Revue française de sociologie. 50 : 747-773.

SIROTA R. 1998. « Les copains d’abord : les anniversaires de l’enfance, donner et recevoir », Ethnologie française 28-4 : 457-471.

SIROTA R. 2006. « Prendre au sérieux un rite de l’enfance : l’anniversaire », in Sirota R. (ed.) Éléments pour une sociologie de l’enfance : 51-59. Rennes : PUR.

SUREMAIN (de) Ch.-É. 2010. « S’alimenter pour les enfants de la rue. Entre stratégie de survie et transmission horizontale », conférence présentée le 1er avril 2010 au Colloque International Consommations alimentaires, cultures enfantines et éducation, Angoulême.

THIN D. 1998. Quartiers populaires : l’école et les familles. Lyon : PUL.

Top of page

Notes

1 Décision régie par la loi relative aux libertés et responsabilités locales n°2004-809 du 13 août 2004 qui confie aux collectivités territoriales la compétence en matière de restauration scolaire.

2 Cet article s’inscrit plus largement dans une recherche sur les aspects sociaux des repas à l’école (à la cantine et à l’étude). L’accès aux terrains fut doublement négocié : auprès des municipalités qui sont en charge de la restauration scolaire et directement auprès des directeurs d’écoles pour les autorisations concernant le goûter. Les informations permettant d’identifier les enfants, les parents et les établissements scolaires enquêtés ont été anonymisés.

3 L’ensemble des données recueillies sur les deux communes proviennent des recensements de la population de 1999 et 2009 de l’INSEE.

4 Au regard de la densité des interactions et afin de faciliter la lecture, nous faisons le choix de présenter ici, à titre d’exemple, le réseau de transactions d’une classe seulement (ce qui implique qu’environ un tiers des élèves suivis à l’étude sont représentés sur ce graphique).

5 N’ayant pas rencontré les parents de Louise, il nous est difficile d’expliquer pourquoi l’élève n’a jamais de goûter à l’étude, mais la situation semble récurrente puisque d’autres parents nous ont spontanément parlé du cas de l’élève en entretien.

6 Lors des recensions quasi-quotidiennes conduites aux Coryphées et aux Opalines, il a été demandé aux enfants qui à la maison était en charge de la préparation du goûter et la même question fut posée aux parents en entretien.

7 Contre seulement 7 % des pères aux Coryphées et 6 % aux Opalines.

Top of page

List of illustrations

Caption Source : Exploitation complémentaire des données recueillies par observation par l’enquêtrice à l’école Les Coryphées, année scolaire 2010-2011.
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/7757/img-1.jpg
File image/jpeg, 88k
Caption Source : Exploitation complémentaire des données recueillies par observation par l’enquêtrice à l’école Les Opalines, année scolaire 2010-2011.
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/7757/img-2.jpg
File image/jpeg, 72k
Top of page

References

Electronic reference

Géraldine Comoretto, « Le goûter de 16h30 comme symbole du patrimoine alimentaire enfantin ? Analyse des transactions non marchandes dans deux cours de récréation (France) », Anthropology of food [Online], 9 | 2015, Online since 09 June 2015, connection on 25 September 2016. URL : http://aof.revues.org/7757

Top of page

About the author

Géraldine Comoretto

Doctorante en sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS UMR 8085-Institut National de la Recherche Agronomique, ALISS UR 1303. geraldine.comoretto@hotmail.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page