Skip to navigation – Site map

Cristina Grasseni, Beyond alternative food networks ; Italy’s solidarity purchase groups.

Isabelle Techoueyres

Full text

Cristina Grasseni, 2013, Beyond alternative food networks ; Italy’s solidarity purchase groups, London and New York : Bloomsbury (210 p.)

1Profitons de l’Expo Milan 2015, dont le thème est « Nourrir la planète, l’énergie de la vie», pour réfléchir à des thèmes tels qu’une alimentation soutenable, le commerce équitable et les « consom’acteurs ». L’ouvrage de Cristina Grasseni (2013) constitue un parfait support pour nourrir la réflexion sur l’engagement citoyen pour un monde plus juste. A partir d’une ethnographie engagée auprès d’un groupe de consommateurs solidaires du nord de l’Italie, elle éclaire les dynamiques sociales à l’œuvre qui permettent la co-production de denrées, au-delà du simple approvisionnement et jusqu’à la transformation du tissu économique et social de toute une région.

2J’ai choisi de rédiger ce compte-rendu en français car l’auteure n’a semble-t-il pas encore publié dans cette langue, alors que ses travaux gagnent à être plus largement diffusés. Cristina Grasseni est actuellement enseignante en anthropologie à l’Université d’Utrecht. Ses ouvrages précédents, Skilled Visions: Between Apprenticeship and Standards (2007) et Developing Skill, Developing Vision: Practices of Locality at the Foot of the Alps (2009), sur le rôle de l’éducation visuelle en tant que forme de communication relationnelle, ont révélé son intérêt pour les stratégies collectives d’autoreprésentation et pour une écologie critique des cultures d’appartenance (elle fait partie de l’équipe éditoriale de la revue en ligne Anthrovision). Elle a su mettre cet intérêt à profit à travers son (travail de) terrain auprès d’éleveurs laitiers du nord de l’Italie (Lombardie), en examinant comment le développement techno-scientifique et la ré-invention des produits de terroir interagissent avec les pratiques locales. En tant que chercheure invitée au Département d’Anthropologie de l’Université d’Harvard (2012-14), elle a travaillé sur un projet ethnographique comparatif des économies solidaires en Italie et dans le Massachusetts : Seeds of Trust (2013-2014).

  • 1 GAS : Gruppo di Aquista Solidale ou Groupe d’Achats Solidaires.
  • 2 Avec pour référence des ouvrages de Gibson-Graham J.K., notamment 2006.

3L’ouvrage examiné ici est une étude monographique menée durant deux années (2009-11), tandis que Cristina Grasseni exerçait les fonctions d’enseignant-chercheur à l’Université de Bergame. Il traite des différents réseaux qui se développent à plusieurs niveaux territoriaux et partagent les mêmes préoccupations : l’accès à l’alimentation, un approvisionnement en direct, une agriculture soutenable, le développement soutenable d’un territoire, l’engagement citoyen. A partir de sa propre expérience de membre d’un Groupe d’Achat Solidaire (GAS)1, l’auteure montre que les producteurs et consommateurs impliqués dans ces groupes « co-produisent » à la fois une valeur économique et des connaissances écologiques, tout en ré-inscrivant leur approvisionnement alimentaire dans la réciprocité et les relations interpersonnelles. Cet ouvrage est l’étude d’un modèle d’approvisionnement communautaire, organisé par la base (grassroot), qui vient questionner le capitalisme, les systèmes alimentaires globaux et la participation citoyenne2. L’objectif annoncé est donc de décrire comment un mode d’approvisionnement alternatif transforme les relations sociales et économiques et donne une place centrale aux notions de justice sociale et de confiance. Elle explique que cette observation l’amène à questionner la mythologie rationaliste du capitalisme, et souligne combien les relations affectives — et les pratiques afférentes — constituent en fait le cœur d’une communauté.

4Dès l’introduction, le ton est donné : Cristina Grasseni explique de manière simple et détaillée la façon dont elle a abordé son terrain d’étude, suite à un enchainement de circonstances très personnelles. Elle décrit la genèse de son engagement avec le GAS local, dans une zone rurbaine des alentours de Bergame. Les GAS réunissent essentiellement des consommateurs qui cherchent à réaliser collectivement leurs achats en direct auprès de producteurs de proximité, tout en négociant les prix et les modes de culture ou de fabrication ; la provenance des matières premières et le traitement équitable des travailleurs font aussi partie des critères.  On apprend ainsi qu’il existe, en 2013, 451 GAS rien qu’en Lombardie, et quelques milliers à l’échelle nationale ; on observe une augmentation exponentielle depuis environ 2008, avec aujourd’hui environ 150 000 personnes impliquées, pour 80 millions d’euros « détournés » du système de la grande distribution. Ils ne constituent donc plus une niche ou un phénomène marginal à l’échelle de l’économie italienne. L’auteure insiste de manière répétée sur les différences avec le mouvement Slow Food : les GAS ne concernent pas une élite à haut pouvoir d’achat. Ils sont constitués de familles de classe moyenne ayant un emploi et la capacité d’exercer des choix — constituant en cela une sorte d’élite sociale — mais avec des moyens financiers réduits et qui déploient des stratégies d’approvisionnement au nom de la solidarité avec d’autres travailleurs et de l’environnement. Cette analyse envisage l’achat collectif solidaire non seulement comme une pratique alternative d’approvisionnement mais aussi comme un phénomène social particulier, selon un mode de culture participative propre à l’Italie contemporaine. Il émerge dans un contexte social et politique de méfiance vis-à-vis des institutions, dans une démocratie défaillante gangrénée par la mafia. Sobriété et convivialité co-existent et contribuent à la construction de la confiance, d’un « capital social » renforcé, notion analysée par Putnam (2000). Elle entend montrer comment les activistes de GAS réinventent l’alimentation : la qualité, le lien au terroir, l’équité, le bio, le sens (ou non-sens) des certifications, la co-production. L’alimentation est le pivot autour duquel les relations sociales et économiques sont re-tissées à travers les pratiques d’achat collectif solidaire. L’objectif, outre celui d’obtenir un prix intéressant, est avant tout de placer l’humain et l’écologie avant le profit.

  • 3 Gasista : membre d’un GAS.

5Avec humour, Cristina Grasseni trace un parallèle entre l’activisme des gasistas3 et la recherche académique : les deux requièrent passion et endurance et sont menés dans une vision d’amélioration, d’avancement, de progrès collectif. Son anthropologie engagée assumée questionne aussi le processus ambivalent de reconnaissance mutuelle qui implique informateurs et anthropologues.

6Le 1er chapitre traite des « réseaux d’approvisionnement alternatifs ». L’auteure y explique l’origine de son intérêt pour le patrimoine immatériel et les savoirs implicites. Suivant l’exemple des fromages alpins, elle a étudié la soutenabilité environnementale des modèles de développement basés sur le marketing des produits de terroir comme patrimoine. En effet, dans d’autres travaux, elle a abordé l’émergence d’une élite locale avec le mouvement Slow Food né en Italie du Nord et traité de la gentrification des produits locaux, soutenus par ce qu’elle appelle des « consommateurs du goût », peu préoccupés en fait de justice sociale. Elle explique que face à la désindustrialisation, la désertification alimentaire et la paupérisation, de nouveaux défis socioéconomiques émergent, avec le développement de réseaux alternatifs à l’interface du rural/urbain.

7Elle raconte sa participation au Groupe d’étude Cittadinanza sostenibile (Citoyenneté soutenable), créé en 2007 dans le cadre universitaire comme un séminaire ouvert, pour sensibiliser d’abord au mouvement anti-mafia et soutenir des entrepreneurs siciliens résistants. Dans la dynamique de ce groupe, elle a participé à la fondation du CORES LAB (Groupe de recherche sur les réseaux et pratiques d’économie durable) avec Francesca Forno et Silvana Signori (www.unibg.it/cores), ce qui lui a permis de mener en parallèle une étude quantitative sur les GAS de la région de Bergame.

  • 4 CSA : Agriculture soutenue par la communauté.

8L’auteure décrit ensuite l’emboîtement — voire l’empilement — de différents groupes apparus à divers niveaux à différentes échelles du territoire, ce qui l’amène à faire des parallèles avec le système des AMAPs en France et d’autres organisations de  community supported agriculture4 dans le monde. Elle en profite pour dresser un panorama de la littérature scientifique contemporaine sur la thématique, notamment en sociologie de la consommation, anthropologie, économie et sociologie rurale.

  • 5 DES : Disretto di Economia Solidale ou District d’économie solidaire, qui regroupe quelques GAS d’u (...)

9Dans le chapitre 2, « la réinvention de l’alimentation », Cristina Grasseni dépeint le cadre ambiant dans lequel s’inscrivent les réseaux activistes de la région de Bergame, où 2% de la population active de Lombardie travaille dans l’agriculture sur fond de friches industrielles. L’organisation de Districts de Solidarité5 et marchés citoyens, soutenus par certaines institutions et syndicats agricoles, traduit le souci de relocaliser l’alimentation dans un objectif d’économie solidaire. Ainsi l’auteure explicite la notion de co-production, qui induit du temps, des efforts, de l’argent, dans une action collective motivée. La co-production implique en effet de définir à l’avance les quantités à produire et déterminer collectivement le prix en se basant sur les coûts réels de production, plutôt que de se référer au système de l’offre et de la demande. L’auteure s’appuie sur les travaux de Jan Douwe Van Der Ploeg (2004) qui montre comment les ressources naturelles et matérielles sont constituées simultanément et réciproquement. A ce titre, biodiversité et typicité peuvent être des notions conflictuelles ; la co-production peut alors rendre cette relation possible.

10Le 3e chapitre, « retisser l’économie », s’attache à répondre à la question : comment peut-on être gasista ? Une partie des réponses provient de l’étude quantitative du CORES, menée en 2011. On a déjà parlé de l’homogénéité sociale de ces groupes : éducation supérieure, classe moyenne, revenu moyen, âge moyen, familles avec jeunes enfants. Une majorité de membres sont des femmes, traditionnellement préoccupées par l’approvisionnement du foyer. En revanche, les hommes sont présents au niveau des tâches de représentation et communication. Souvent une prise de conscience dans la lutte contre la mafia et les réseaux de blanchiment d’argent mafieux, qui prospèrent dans la région milanaise, joue le rôle de moteur dans la décision d’engagement. Pour 80% des gasistas, la motivation principale est d’acheter à des producteurs qui respectent les droits des travailleurs ; seulement 12% donnent la priorité à l’achat de produits bio. Pour tous, il s’agit de permettre aux petits producteurs d’être moins dépendants des errances du marché, des défis environnementaux et des diktats des distributeurs et intermédiaires. Les GAS sont des laboratoires d’apprentissage de la citoyenneté et de l’action collective, permettant de prendre part à des débats sur la gouvernance et l’accaparement des terres (land-grabbing) par exemple ; ils accentuent la participation civile de leurs membres. Elle reprend l’analyse de Sheila Jasanoff (2006) concernant la co-production, qui comporte les notions de co-création et de réciprocité. L’approvisionnement est un pivot autour duquel s’organisent les relations sociales et économiques, ce qui permet de retisser le tissu d’une société.

11Le 4e chapitre, « des réseaux en chantier », décrit le difficile processus de construction d’un réseau de GAS à l’échelle régionale (ReteGas6 Bergamo, celui de Bergame qui compte plus de 60 groupes locaux). Pourquoi créer un réseau ? Pour quelles fonctions ? Simplement pour recenser des producteurs ? Pour avoir une visibilité médiatique ? Pour mieux faire groupe de pression vis-à-vis des institutions ? Tous les membres ne s’accordent pas sur ces questions. Chaque groupe souhaite conserver son indépendance, au moins quant au choix des producteurs, et ne partage pas forcément une même volonté d’engagement politique. Le réseau devrait-il donc atteindre l’unanimité pour pouvoir s’exprimer au nom des 62 groupes ?

12Un des problèmes demeure le manque de producteurs locaux pour faire face à cette demande croissante. Les GAS ont pour vocation de garantir aux producteurs un grand nombre de clients fidèles, dans l’espoir de stimuler de nouvelles vocations, ou tout au moins la reprise des fermes par les enfants d’exploitants. Mais des commandes trop importantes risquent de mettre des producteurs sous pression, pouvant entrainer des pratiques de revente… Chaque GAS expérimente ses propres solutions ou techniques (bottom-up) : pour organiser les circuits de ramassage, le transport, puis la distribution de chacun des produits commandés, une « certification » collective mais non officielle. Cela mène à commettre des maladresses, mais aussi à développer un arsenal de savoir-faire et de connaissances partagés. L’auteure décrit, à la lumière de ce qui précède, le cas du développement de la vente saisonnière d’oranges bio dans les villes du Nord, provenant de producteurs siciliens résistants aux circuits maffieux et dont les travailleurs sont légalement et correctement employés.

13L’auteure attire l’attention sur le fait que les médias donnent une image des GAS comme étant des groupes d’activistes politiques, mais la plupart des membres ne s’y reconnaissent pas. Les GAS sont avant tout des regroupements par affinités interindividuelles, sans hiérarchie spécifique. De fait, la formalisation en réseaux de GAS implique de renégocier la solidarité à la « bonne »  échelle : au local, les GAS discutent logistique, fournisseurs, commandes ; mais à l’échelle du réseau, il faut que ces mêmes personnes s’entendent sur des questions de représentation, de démocratie et de pouvoir. Ces observations donnent un bon exemple de participation communautaire où les règles de la participation citoyenne sont redécouvertes et réinventées, dans une période de pression économique et de désorientation politique. Ces aspirations sont la preuve d’une renaissance des besoins politiques à travers des pratiques économiques.

14La 5e partie, « graines de confiance », offre une réflexion sur l’anthropologie engagée, la notion de confiance et le travail en réseaux. L’auteure affirme que l’activisme alimentaire est un moyen de créer de la confiance en une période de crise sociétale, en rassemblant des individus d’horizons politiques et sociaux variés sur le terrain partagé de l’approvisionnement familial. La notion de confiance prend tout son sens, en tant que capital social, dans un contexte italien contemporain de clans familiaux et de corruption, et les GAS constituent une réponse concrète face à cette crise de la confiance. L’auteure passe en revue quelques-uns des modèles les plus ambitieux d’économie solidaire en Italie (DES, RES,…). Elle montre que l’empilement et le croisement de ces divers réseaux produit en fait des synergies fertiles et productives, valorisant expériences et compétences, en complémentarité avec les préoccupations plus terre à terre des GAS locaux. Elle note que recenser les économies solidaires, c’est effectivement les co-produire. Elle s’interroge toutefois sur la pertinence de la propension de certains à vouloir nécessairement changer d’échelle (« scale-jumping »), en visant le global, alors qu’une action ancrée dans le local et le concret peut paraitre plus efficace et soutenable. Elle se réfère à la philosophe Onora O’Neill (2002) et l’anthropologue Marylin Strathern (2000), ainsi qu’au forum social alternatif de Gênes en 2001. Ainsi, pour elle, les pratiques des GAS remplissent les interstices entre des institutions défaillantes et une pratique intense de la réciprocité, soulignant l’importance de la dimension affective dans les relations, tout particulièrement en Europe du Sud où priment les notions culturelles d’honneur, de honte et d’allégeances familiales. Les GAS sont un modèle concret de soutenabilité, stabilité, solidarité et tolérance, sans hiérarchie, réunissant des personnes motivées, pleines de ressources, souhaitant apprendre à partager un terrain commun autour de l’approvisionnement.

  • 7 Le lecteur intéressé pourra aussi prolonger sa lecture par  Counihan & Siniscalchi (2014).

15En conclusion, Cristina Grasseni rappelle que la culture alimentaire en Italie, indissociable des notions de convivialité et commensalité, imprègne toutes les dimensions de la société italienne. Elle marque le statut social, le genre, l’identité de groupes d’âge, les symboles religieux, les rites et fêtes (Counihan, 20047, Harper & Faccioli, 2010). C’est pourquoi, sans surprise, agir sur les habitudes et pratiques alimentaires peut générer des transformations au cœur du tissu social, en établissant de nouveau circuits économiques, de nouvelles socialités, et une participation politique concrète. Cristina Grasseni établit une résonnance entre la théorie du don de M. Mauss et les pratiques d’approvisionnement des GAS : un fait social total à la fois politique et domestique. Elle offre une preuve ethnographique de la manière dont des pratiques partagées autour d’une réflexion sur l’économie à la fois contraignent et permettent la délibération collective et l’imagination politique : cette relation collaborative permet alors la co-production (Van der Ploeg & Renting 2004, Jasanoff, 2006).

  • 8 Heureusement, un petit glossaire aide le lecteur à s’y retrouver.

16Voici donc un livre-témoignage agréable à lire dans l’ensemble par son bel enthousiasme et son côté expérience vécue et partagée de la vie quotidienne. On peut regretter toutefois les va-et-vient dans le temps et les nombreuses redites qui produisent un effet incantatoire en faveur des effets positifs de ces mouvements ; et aussi la masse de détails concernant la multiplicité des organisations décrites8 qui embrouillent le lecteur. Une limite est qu’on ne perçoit à aucun moment le point de vue des agriculteurs impliqués, fournisseurs de ces GAS ; de même l’impact de l’action de ces dernières sur les agriculteurs n’est pas développé. Le choix de l’éditeur de réunir les notes en fin d’ouvrage incite peu à leur consultation. Cependant, au-delà de ces quelques faiblesses, on lit à travers cet ouvrage la science en train de se faire, avec sa cuisine interne et ses doutes. Il n’en demeure pas moins un bel outil de motivation pour inciter les lecteurs à s’engager eux-mêmes, de leur place, dans des actions concrètes d’économie solidaire.

Top of page

Bibliography

COUNIHAN C., SINISCALCHI V. 2014. Food Activism: Agency, Democracy and Economy. London : Bloomsbury.

COUNIHAN C. 2004. Around the Tuscan Table: Food, Family, and Gender in Twentieth-Century Florence. London : Routledge.

GIBSON-GRAHAM J.K.2006. A Postcapitalist Politics, Minneapolis: University of Minnesota Press.

GRASSENI C. (ed.). 2007. Skilled Visions: Between Apprenticeship and Standards. Oxford : Berghahn Books.

GRASSENI C. 2009. Developing Skill, Developing Vision: Practices of Locality at the Foot of the Alps. Oxford : Berghahn Books.

GRASSENI C. 2011. « Re-inventing food: Alpine cheese in the age of global heritage. », Anthropology of food , 8, URL : http://aof.revues.org/6819 .

HARPER D. & FACCIOLI P. 2010. The Italian Way - Food and Social Life. London : Bloomsbury.

JASANOFF S. (ed.). 2006. States of Knowledge: The Co-production of Science and the Social Order. London. International Library of Sociology, Routledge.

O’NEILL O. 2002. A question of trust. Cambridge : Cambridge University Press.

PUTNAM R.D. 2000. Bowling Alone: The Collapse and Revival of American Community New York: Simon & Schuster.

STRATHERN M. (ed.) 2000. Audit cultures: anthropological studies in accountability, ethics, and the academy. London : Routledge.

VAN DER PLOEG J.D. 2014 (2004) Les Paysans du XXIe siècle : Mouvements de repaysannisation dans l’Europe aujourd’hui. Paris : Mayer Charles Leopold Eds, coll. Essais.

Top of page

Notes

1 GAS : Gruppo di Aquista Solidale ou Groupe d’Achats Solidaires.

2 Avec pour référence des ouvrages de Gibson-Graham J.K., notamment 2006.

3 Gasista : membre d’un GAS.

4 CSA : Agriculture soutenue par la communauté.

5 DES : Disretto di Economia Solidale ou District d’économie solidaire, qui regroupe quelques GAS d’un district.

6 ReteGas ou RES : Rete di Economia Solidale ou réseau réunissant les GAS. Cf. http://www.retecosol.org/.

7 Le lecteur intéressé pourra aussi prolonger sa lecture par  Counihan & Siniscalchi (2014).

8 Heureusement, un petit glossaire aide le lecteur à s’y retrouver.

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Techoueyres, « Cristina Grasseni, Beyond alternative food networks ; Italy’s solidarity purchase groups.  », Anthropology of food [Online], été 2015, comptes-rendus de lecture, Online since 04 August 2015, connection on 21 November 2017. URL : http://aof.revues.org/7823

Top of page

About the author

Isabelle Techoueyres

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page