Skip to navigation – Site map

Food and Environment in Early and Medieval China d’Eugene Anderson.

Aël Théry

Full text

Compte-rendu de  Anderson, E.N. (2014). Food and Environment in Early and Medieval China. Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

  • 1 Définition de l’AFA (Association Francaise des anthropologues).

1Eugene N. Anderson est professeur émérite au département d’anthropologie de l’Université de Californie, Riverside. Dans son ouvrage, Food and Environment in Early and Medieval China, il convoque le domaine de l’anthropologie dans sa plus large définition – sociale et culturelle, archéologie et paléoanthropologie, anthropologie biologique et linguistique1 pour retracer l’histoire des modèles agricoles et alimentaires, économiques et politiques qui ont bâti la Chine à travers les époques, depuis les origines préhistoriques jusqu'à aujourd’hui.

  • 1

2Après un premier chapitre d’introduction et de définition globale de l’objet d’étude, la construction de l’ouvrage s’avère chronologique. Au fil du temps et des chapitres, le lecteur suit l’évolution des formes économiques, politiques et religieuses dans leur rapport à l’environnement. Le programme paraît ambitieux, mais l’auteur fait preuve de rigueur historique et de précision dans ses descriptions, alimentées de multiples sources et exemples issus de données recueillies sur le terrain. Or, les résultats viennent non d’un travail de terrain, mais plutôt d’une étude extrêmement documentée d’archives et d’ouvrages anglo-saxons, chinois et français. Si, selon Kilani (1992 : 33), « la démarche anthropologique prend comme objet d’investigation des unités sociales de faible ampleur à partir desquelles elle tente d’élaborer une analyse de portée plus générale, appréhendant d’un certain point de vue la totalité de la société ou ces unités s’insèrent »2, la portée anthropologique de cet ouvrage, par l’ampleur des sujets abordés, est alors discutable. Cependant, l’objectif de l’auteur est en effet d’analyser des fragments d’unités sociales qui ont contribué à former ce qu’est la Chine aujourd’hui, dans l’acceptation de ses limites géographiques actuelles.

3En faisant la genèse du  « monde chinois », Anderson l’appréhende non pas comme une construction isolée, mais au contraire comme un système né d’influences et d’échanges, tranchant avec la vision répandue d’une Chine mystifiée. En effet, il dénonce le fait que la Chine a longtemps été et est parfois toujours considérée comme un système de pensée isolé qui ne peut être interprété que dans ses propres termes selon des théories que le reste de l’humanité ne partage pas. La thèse de l’auteur, qu’il pose dans son chapitre introductif, est que le modèle alimentaire chinois, de production et de consommation, s’inscrit dans un world-system (p. 6) qu’il définit comme un système de politiques mises en réseau par des flux commerciaux, de communication et d’information. Le modèle alimentaire chinois ne s’est pas développé de manière isolée. Il est le résultat d’emprunts et d’échanges entre diverses agricultures et cuisines locales, elles-mêmes influencées par d’autres cuisines de par le monde. L’auteur étudie ainsi les rapports économiques et de pouvoir entre centres et périphéries. Il ne se réfère pas à « la » mais bien « aux » cultures chinoises, ne considérant pas les cultures comme pures, homogènes et isolées. Ce que l’auteur décrit, c’est ainsi la construction d’un modèle culturel bâti sur les mises en relation, analysant les échanges sous toutes leurs formes à travers le temps – flux migratoires, linguistiques, économiques. En référence à James C. Scott (2009), il prend en compte les relations entre les Han et les populations dites isolées, des montagnes par exemple, en comparant et analysant les différences entre les systèmes agricole et politique des populations en contact (p. 248). Un autre exemple développé au chapitre 6, Foods from the West : Medieval China, est l’importance des relations entre les Han et les peuples de l’Ouest (Arabes, Perses et plus tard Indiens et musulmans du Sud-Est asiatique) à partir de la dynastie des Tang (620-907) qui formaient « une sphère culturelle singulière » (p. 160). E.N. Anderson soutient que les nomades, tels les Mongols, loin d’être des peuples marginaux, ont contribué à l’apport d’idées, de techniques et de connaissances dans les domaines de l’art, de la cuisine, de la médecine, de la philosophie et la religion, la cartographie et la géographie. Enfin, sans être l’élément d’analyse central, l’auteur ne néglige néanmoins pas l’importance de la Route de la Soie et de l’activité des marchands dans la construction de la Chine, notamment à partir de l’époque des Trois Royaumes, au IIIe siècle. Il décrit ainsi les trajectoires des denrées alimentaires dans leur dénomination, production, commercialisation et consommation – comme par exemple le cas du lait, étudié plus amplement par Françoise Sabban (1986).

4Si une multitude de sujets vastes et variés sont balayés dans cet ouvrage, l’objet central n’en reste pas moins l’étude de la construction du système agricole et par corrélation des foodways, ou manières de consommer de la nourriture. L’auteur définit le système agricole de l’Extrême-Orient comme un système intensif, exploitant un minimum de terres pour une production maximale. Pour qu’un tel système fonctionne, il faut qu’il y ait corrélation entre le savoir-faire, les connaissances approfondies et la force de travail des paysans. Le domaine de l’agriculture est un « champ scientifique » (p. 93) au sein du monde chinois à partir des Zhou, argument développé dans le chapitre 4, The Development of Chinese Sustainibility during Zhou and Han. La large littérature exposée par Anderson - annales, traités, poésie, romans, livres de cuisine - qui y est consacrée à chaque période historique et à tous les niveaux de la société en témoigne. Ces écrits jouent, dit Anderson, le rôle de messager écrit des savoirs-faire locaux en matière d’agriculture mais aussi de techniques culinaires telles la conservation, la fermentation... Les sources citées par l’auteur sont abondantes : les Annales des Printemps et Automnes de Lü Buwei (Lüshi Chunqiu), le Classique des Monts et des Mers (Shanhai Jing), les poèmes du Classique des Vers (Shijing), le Guanzi (littéralement « Traité de gestion ») sous la période des Royaumes Combattants (481-221 av. J.-C.) puis le Qimin Yaoshu (littéralement « Les techniques essentielles pour le bien-être du peuple ») au VIe siècle, le Huihui Yaofang (littéralement « Prescriptions médicales des populations Hui ») au XIIIe siècle et le Bencao Gangmu (littéralement « Compendium en matière médicale ») au XVIe siècle. Ces écrits sont sources de multiples informations variant sur les thèmes d‘environnement, de politique gouvernementale, de biologie et de cuisine plus généralement. L’auteur fait de nombreux parallèles à cette occasion entre chercheurs chinois de l’époque et chercheurs contemporains, apportant une perspective plus moderne à ces essais de littérature, tel Joseph Needham (1971) dans ses volumes Science and Civilisation in China. Les quelques récits de cuisiniers évoqués au long du livre témoignent de l’existence mais surtout de l’influence des cuisiniers dès l’époque des Zhou. Dans le chapitre 3, Origins of Chinese Civilization, Anderson relate des légendes de cuisiniers devenus célèbres. La première est celle de Yiya, cuisinier de cour, considéré comme un grand esprit créatif, et un novateur en termes de cuisine et qui tua son propre fils pour le donner à manger au duc. La deuxième est celle de Huishi, un nutritionniste de la cour mongole qui avait pour mission de civiliser les Mongols par le goût. Cet exemple montre que l’adoption des pratiques culinaires est l’objet d’une distinction entre classes. Cet argument trouve écho dans l’appellation de « cru » ou de « cuit » que les Han donnaient aux barbares, cuit se référant à un haut degré d’adoption des us et coutumes Han. Le rôle majeur de ces cuisiniers mais aussi la littérature autour de la cuisine, tels les nombreux poèmes de Su Dong Po, et les diverses compilations de recettes sont les marqueurs de l’existence d’un modèle culinaire précoce, associé à de larges connaissances en médecine et en biologie.

5Si l’auteur montre de manière évidente les liens entre alimentation et système agricole à travers ce qu’en disent et en écrivent les lettrés - et donc les élites - il rappelle que les « personnes ordinaires » n’étaient qu’indirectement influencées par ces textes, à travers leur traduction dans des scènes de la vie religieuse ou des chansons folkloriques. (p. 128). L’auteur défend alors que les pratiques agricoles sont intrinsèquement liées aux croyances locales. La politique et la gestion de l’environnement ne peuvent être comprises sans y intégrer le facteur de la religion. principes personnifiés en Shennong, Dieu de l’agriculture. Sans approfondir le domaine de la cosmologie, il donne uniquement au chapitre 4 des informations générales sur le Yin et au Yang, le sens des analogies, l’importance de la gouvernance du corps, l’énergie, le souffle qi et l’âme hun et la perception holistique du monde. Il montre que la religion, souvent reléguée au rang de superstition ou de cosmologie déconnectée du monde réel, et entretenant le « mythe du bon sauvage écologique » (Redford, 1990) est pourtant cruciale dans la manière de gérer, d’investir l’espace, et de connecter les mondes périphériques et centraux ou ruraux et urbains. La gestion des forêts témoigne ainsi de ce lien entre cosmologie, environnement, et agriculture. Le degré de préservation des forêts est en effet proportionnel aux croyances religieuses, spirituelles et magiques, à leur beauté et enfin à la sensibilité des propriétaires terriens à leur richesse en écosystème et en bois (p. 271). E.N. Anderson, dans une volonté tissée tout au long de l’ouvrage de lier histoire ancienne et plus récente, remarque que cette tradition animiste (Campbell 1983, Harvey 2006, Tylor 1871) longtemps associée au système holistique chinois tranche avec la période maoïste de « lutte contre la nature » (p. 93). Anderson perçoit l’environnement non seulement comme le rapport des Humains à la nature, sinon plus généralement à l’espace et ainsi à la ville, construction justement. La civilisation est étymologiquement associée à la cité. Lieux de concentration de ressources, de pouvoir et d’activités, les villes sont souvent qualifiées en langue chinoise de renao, c’est-à-dire animées ou littéralement “chaudes et cacophoniques” (le caractère nao est lui-même composé de shi, signifiant le marché, et de l’élément de la porte), dans un sens positif (p. 58). Elles sont des plateformes d’échange et les nœuds des relations tissées entre les populations. Ici encore, le cas des Mongols alimente la réflexion plus large sur les relations établies entre espace et mode d’habitation (citadins, nomades), pouvoir et modèle agricole. Les Mongols usaient de méthodes de conservation des terres basées sur une gestion collectiviste de celles-ci, généralement par des groupes de parenté. L’efficacité de ces pratiques se confirmera par la rapide dégradation des terres agricoles qui a suivi les années de communisme et les reformes de libéralisation du marché en Mongolie.

6Cet exemple amène à un autre axe abordé par l’auteur, celui du lien entre la paysannerie, et plus exactement de la part de sa participation à la mise en œuvre d’un modèle agricole, et le système de gouvernance. En effet, les transferts et développement de connaissances et de savoir-faire en matière environnementale sont, pour l’auteur, au fondement non seulement du système agricole et par extension culinaire, mais aussi de l’économie politique et morale de la Chine, qui a toujours valorisé les activités des paysans. S’il montre que les paysans jouent un rôle évidemment crucial dans la réalisation d’un modèle agricole, on peut néanmoins reprocher à l’auteur une certaine idéalisation de la paysannerie qu’il décrit comme de free yeoman farmers et non de simples fermiers de peu de droits – peasants (p. 80). Il ne traite que superficiellement de la question de la servitude et du pouvoir, ou plutôt de l’absence de pouvoir des paysans dans l’échelle de la gouvernance. E.N. Anderson écrit au chapitre 7, The Mongols and the Yuan Dynasty, que les citoyens des empires de Jin et de Wei avaient un statut de serfs mais que la servilité et l’esclavage divisaient et créaient autant de corruption chez les propriétaires qu’ils oppressaient les esclaves, reprenant là une idée développée par Adam Smith (p. 192). Il met ici au même niveau les oppressions subies par les « citoyens » – terme contestable – et la corruption propagée entre ceux qui ont le pouvoir, c’est-à-dire les propriétaires. Néanmoins, l’auteur montre, par un autre biais, que la servitude, que le type de gouvernance et le système agricole sont intrinsèquement liés. Il résume, en conclusion de l’ouvrage, que le gouvernement impérial chinois a au cours de l’histoire essayé de conserver des taxes agricoles faibles, de développer une science agricole efficace et d’élaborer des systèmes de gouvernance qui avantageraient l’agriculture, mais souvent de manière arbitraire, tyrannique et brutale.

7L’ouvrage est clôturé par deux appendices, Conservation Among China’s Neighbors et An introduction to Central Asian Food, qui complètent, par des exemples, des comparaisons et des références théoriques et élargissent la perspective à d’autres aires culturelles. Le large travail historique de collecte de sources établi par l’auteur permet non seulement de comprendre les origines et le fonctionnement de la gestion environnementale – dans son exploitation, depuis la production jusqu'à la consommation – mais aussi d’éclairer les enjeux environnementaux actuels auxquels la Chine fait face.

« Today, China has eliminated almost all of its wild food resources by uncontrolled hunting, overfishing, and habitat destruction. Clearly, economic rationality, economic need, ecological facts, and “progress” all greatly undetermined environmental management (…) conserving soil, water, forests, and biodiversity will be a great challenge for the future. » (p. 279)

8En concluant ainsi, Anderson rappelle l’importance de regarder en arrière pour mieux construire le futur, tâche qu’il a entreprise dans son ouvrage.

Top of page

Bibliography

ALTHABE G. 1977, « Le quotidien en procès », Dialectiques, n° 2, 67-77.

BIRELL A. 1999, The Classic of Mountains and Seas. London: Penguin.

CAMPBELL J. 1983. The way of the Animal Powers. New York: Harper and Row.

HARVEY G. 2006. Animism: Respecting the Living World. New York: Columbia University Press.

KILANI M.1992. Introduction à l’anthropologie. Lausanne : Payot.

LI S. 2003 (1593), Compendium of Materia Medica (Bencao Gangmu). Bejing: Foreign Language Press.

LIU A.2010. Huainanzi, Trans. and ed. J. Major, S. Queen, A. S. Mayer & H.D. Roth. New York: Columbia University Press.

LU B. 2000. The Annals of Lu Buwei. Trans. J. Knoblock & J. Riegel, Standford, Calif.: Stanford University Press.

NEEDHAM J. with LU G. 2000. Science and Civilisation in China, Vol.6, Biology and Biological Technology, Part 6, Medicine, ed. Nathan Sivin. Cambridge: Cambridge University Press.

REDFORT K. 1990. “The Ecologically Noble Savage”. Orion Nature Quarterly 9: 25-29.

RICKET W.A, 1985, 1998. Guanzi: Political, Economic, and Philosophical Essays from early China. Princeton, N.J.: Princeton University Press.

SABBAN F. 1986. Un savoir-faire oublié : le travail du lait en Chine ancienne: 31-65. Zibun : Memoirs of the Research Institute for Humanistic Studies.

SCOTT C. J. 2009. The Art of Not Being Governed: An Anarchist History of Upland Southeast Asia, New Haven, Conn.: Yale University Press.

SMITH A. 1910 (1776). The Wealth of Nations. London: J.M. Dent.

TYLOR E. 1871. Primitive Culture. London: John Murray.

WALEY A. 1946. Chinese Poems. London: Allen and Unwin.

Reference électronique: http://www.afa.msh-paris.fr/?page_id=32

Top of page

Notes

1 Définition de l’AFA (Association Francaise des anthropologues).

2Top of page

References

Electronic reference

Aël Théry, « Food and Environment in Early and Medieval China d’Eugene Anderson. », Anthropology of food [Online], été 2015, comptes-rendus de lecture, Online since 04 August 2015, connection on 22 October 2017. URL : http://aof.revues.org/7835

Top of page

About the author

Aël Théry

EHESS, Paris, ael.thery@gmail.com.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page