Skip to navigation – Site map

Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire d’Amandine Plancade.

Yann Benoist

Full text

Compte-rendu de Plancade A. 2013. Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire. Paris : L'Harmattan, coll. « Terrain : récits et fictions »,150 p., ISBN : 978-2-343-02448-6.

  • 1 Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Les chiffres du gaspillage aliment (...)
  • 2 Cf. le numéro spécial d’Anthropology of Food, Manger pour vivre. L’alimentation en condition de pré (...)
  • 3 Voir également l’article qu’Amandine Plancade a publié en 2008 dans le même numéro d’Anthropology o (...)

1Alors que plus de 10 millions de tonnes de nourriture sont jetés aux ordures chaque année en France1, les plus démunis peinent toujours à satisfaire leurs besoins les plus élémentaires. Le problème, répercuté par les médias, a heurté l’opinion publique et une loi a finalement été votée le 21 mai 2015 interdisant le gâchis dans les supermarchés (Bele 2015). De leur côté, les plus pauvres s’organisent parfois pour glaner une partie des déchets. Ces pratiques de survie, oscillant entre l’autonomie et la dépendance alimentaire2, ont été assez peu investiguées en anthropologie. Un petit livre de 150 pages vient combler ce manque. Il a été publié chez l’Harmattan en 2013 sous le titre Vivre dans la rue à Nice.Cuisine et récupération alimentaire3.

2Ce titre peut certes prêter à confusion : dans cet ouvrage, il n’est pas spécifiquement question des conditions de vie des sans-logis de Nice. L’auteure, Amandine Plancade, est docteure en Anthropologie, spécialiste des questions de récupération alimentaire. Elle a mené une enquête auprès d’un petit groupe de personnes (moins d’une dizaine) habitant ou fréquentant un abri de fortune, « la cabane », dans le vieux Nice. Sans chercher à les catégoriser (p. 24), Elle s’est exclusivement attachée à décrire et analyser la façon dont ils se procurent leur nourriture, la préparent et la partagent. Cette ethnographie fine et détaillée est extraite d’une thèse d’anthropologie menée sur plusieurs terrains et traitant de façon plus générale de la récupération alimentaire.

3La première partie du livre est consacrée à la quête de nourriture. Trois activités sont distinguées : l’achat, le recours aux dons et la récupération proprement dite. Le choix de l’une ou l’autre de ces pratiques dépend essentiellement de la situation économique des « habitants » de la « cabane ». En début de mois, après avoir perçu leurs allocations, ils achètent des aliments en supermarché ou des repas dans des fast-foods. Au fur et à mesure que leurs ressources se tarissent, ils sollicitent davantage le voisinage pour obtenir des dons et recourent à la récupération, notamment sur le marché. Les trois activités sont hiérarchisées selon un système de valeur. L’achat est naturellement valorisé car il est signe d’autonomie. Vient ensuite le don, preuve de la solidarité du voisinage. La récupération est très dépréciée et jamais nommée comme telle par les principaux intéressés. Elle n’est envisagée qu’en dernier recours. Elle est non seulement le signe du manque d’argent mais aussi celui de l’absence de dons. Elle remet donc en cause la place que les « habitants » de la « cabane » ont trouvée dans le système de solidarité du quartier. Car, selon les mots de l’auteure, « un lien de dépendance quasi-biologique » les unit aux gérants et employés des restaurants de la rue (p. 54).

4Dans une seconde partie, A. Plancade s’attache à décrire et analyser les activités entourant la préparation et la consommation des repas. Cuisiner est l’occasion de répartir les tâches au sein de la « cabane », chacun y participe avec bonne volonté. Les repas ritualisent le quotidien. Ils permettent de se retrouver entre soi et de renforcer les liens sociaux au sein du groupe et avec les éventuels invités. A la « cabane », tous les aliments, même les plats préparés, font l’objet d’une transformation. Ils sont personnalisés pour que l’on oublie qu’il s’agit d’un don. L’amélioration des plats est la marque du refus « d’être réduit à [ses] seuls besoins physiologiques » (p. 62). Elle prend d’autant plus d’importance lorsque les dons sont rares et incertains. Cuisiner, c’est alors « organiser une cohérence » face à des événements non maîtrisés (p. 67).

5La question spécifique du don est approfondie dans la troisième partie de l’ouvrage. Le don alimentaire se situe aux croisements de deux catégories : le déchet et l’aliment. Ceux qui reçoivent ne savent rien de la traçabilité des produits qu’ils consomment. C’est une contrepartie désagréable au statut de donataire mais, dans le même temps, cela permet d’ignorer - ou de feindre de le faire - que ce que l’on mange est composé de rebuts. Définir le don alimentaire comme un (presque) déchet permet de comprendre la nature des relations sociales dans le quartier. Il y existe un « processus de circulation descendante de l’alimentation » (p. 103) d’une catégorie sociale à l’autre. Les « habitants » de la « cabane » savent qu’ils se trouvent à la fin de ce processus. Mais ils savent aussi qu’ils ne se situent pas exactement au dernier échelon : après eux, il y a ceux qui n’ont rien et à qui on ne donne pas. Pour conserver ce maigre privilège, ils doivent maintenir les liens cordiaux qu’ils ont tissés avec les autres usagers du quartier, ce que l’auteure appelle la « sociabilité de voisinage » (p. 103).

6L’ouvrage se conclut sur les contraintes qu’entraine le don alimentaire. Les « habitants » de « la cabane » ne refusent aucun don de peur de ne plus jamais recevoir. Ils accumulent donc une quantité de produits supérieure à ce qu’ils peuvent consommer. Il existe plusieurs façons de se débarrasser de ce surplus : donner ou jeter. Daniel, le leader charismatique de la « cabane », distribue parfois de la nourriture à ceux qui, selon lui, le méritent. À l’inverse, il signifie aux visiteurs inopportuns qu’ils ne sont pas les bienvenus autour de la table. Ce qui n’est ni consommé ni partagé est mis à la poubelle. Les « habitants » de la « cabane » sélectionnent donc rapidement ce qu’ils gardent et ce dont ils se débarrassent en fonction de la qualité estimée du produit. Jeter un aliment qui a été donné a une forte valeur symbolique. C’est affirmer qu’il n’était pas digne de soi. C’est donc se valoriser par rapport au donateur qui lui, le jugeait propre à la consommation.

  • 4 Cf. notamment Amistani (1993) ou Gaboriau & Terrolle (2003).

7Le lecteur peut s’interroger sur certains partis pris de l’auteure. Amandine Plancarde refuse d’utiliser les dénominations communes pour définir la population qu’elle observe. On ne trouvera donc pas dans le texte les mots « SDF », « sans-logis » ou « clochard ». Ce choix est certes très honorable, l’ethnologue ne peut sensément reprendre à son compte les catégories normatives. Mais peut-elle pour autant les balayer d’un revers de main en refusant, sans justification, de rentrer « dans le débat qui consiste à émettre une critique de ces catégories » (p. 24) ? Il eut pourtant été intéressant de les commenter, fût-ce pour les déconstruire en montrant en quoi leur emploi est impropre. De fait, la typologie utilisée par l’auteure n’est guère plus convaincante. Les termes « habitants », « occupants » et « visiteurs » ne disent finalement pas grand-chose des personnes qu’elle prétend désigner. Car malgré tout, ce qui caractérise ces dernières, c’est justement la situation d’extrême dénuement dans laquelle elles vivent et qui les pousse à recourir à la récupération alimentaire. Si on est « habitant » de la « cabane », c’est bien parce qu’on ne possède pas de logement. En outre, on ne trouvera pas - ou trop peu – d’éléments de biographie éclairant le parcours de ces personnes. En dehors du domaine de l’alimentation, on en sait assez peu sur leur quotidien : quel est leur état de santé et leur rapport à l’alcool (le vin est aussi un aliment) ? Comment vivent-ils leur statut social ou la violence inhérente à la rue ? Autant de questions qui restent sans réponse. Il ne suffit pas de dire que ces personnes n’ont été rencontrées « qu’en tant qu’occupants de cette cabane, jamais dans un autre contexte » (p. 24). Car justement, hors de tout autre contexte, elles sont entièrement réduites à ce statut d’ « occupants » en quête de nourriture. C’est ainsi que l’auteure décrit « la vie dans la rue » comme un ensemble de « bricolages » et de « débrouille » (p. 24). Cette description est assez proche de celle que Julien Damon (2001) donne des sans-logis qui, selon lui, ne se sont pas « totalement dominés » mais « bricolent pragmatiquement » leur existence et « se débrouillent à partir des réseaux assistanciels publics et privés qu’ils ont su se constituer ». Tout ceci contribue à construire une vision quelque peu euphémisée de ce qu’est la vie dans la rue. La souffrance, la domination et le contrôle social ne sont qu’évoqués (pp. 73-75) alors qu’ils constituent le quotidien des plus démunis, y compris en ce qui concerne l’alimentation. La littérature sur le sujet aurait sans doute dû être davantage mobilisée4. Les discussions autour du don de nourriture auraient pu être l’occasion d’analyser plus finement la domination sociale. De nombreuses observations de l’auteure sont certes intéressantes (pp. 73-77). Mais on est surpris de l’absence de références incontournables sur la question du don ; elles auraient permis d’affiner le propos. A la lumière des travaux de Marcel Mauss (1950) et de Maurice Godelier (1996), il eut été assurément plus aisé de répondre à certaines questions : en quoi le fait de jeter est-il une facette du don (p. 118)? Pourquoi les « habitants » de la « cabane » se plient-ils à l’obligation de recevoir (p. 122)? Comment retrouvent-ils un peu de pouvoir en donnant à leur tour (p. 126)?

8Pour autant, ces quelques critiques ne doivent pas cacher les mérites de l’ouvrage. Il s’agit avant tout d’une excellente ethnographie, ce qui n’est pas la moindre des qualités : une bonne observation constitue l’essentiel et la base de toute entreprise anthropologique. L’auteure nous livre des données minutieusement et patiemment recueillies lors d’une enquête en immersion. En situation d’observation participante, elle a su se faire accepter rapidement des personnes qu’elle étudiait, les côtoyant quotidiennement et partageant leur repas. Elle a traité ses informateurs avec un grand respect sans pour autant adhérer naïvement à leurs représentations sociales, ce qui donne une réelle intelligence au regard qu’elle porte sur eux. Ces données sont en outre fort bien retranscrites. Ecrit dans un style simple mais précis, l’ouvrage est très agréable à lire et la structure du plan rend le propos général très intelligible. L’auteure fait parler le terrain autant qu’elle en parle. A certains égards, ce texte rappelle celui de Patrick Gaboriau (1993) qui avait réalisé une ethnographie d’un petit groupe de sans-abri parisiens.

9A. Plancade nous donne à voir un monde complexe et insoupçonné, celui d’une poignée de personnes qui vivent de maigres subsides et tentent de se revaloriser socialement aux travers de pratiques alimentaires. Les pages relatives à la transformation des plats, et notamment à la préparation du « carry » (p. 67), sont particulièrement intéressantes. Cuisiner permet aux « habitants » d’échapper au statut de simples donataires en ajoutant au don un peu d’eux-mêmes (pp. 56-70). Au-delà de la question de l’alimentation, c’est finalement de la socialisation des plus pauvres qu’il est question. La quête et la transformation des aliments sont des occasions d’interagir avec les autres usagers du quartier (p. 81). Le partage des repas a pour effet de maintenir des liens de solidarité avec d’autres personnes pauvres (p. 58). Enfin, la redistribution de nourriture par des « habitants » de la « cabane » leur permet de se construire un statut social moins dévalorisant. A cet égard la comparaison entre Daniel et le big man amérindien décrit par Marshall Salhins (1975) est à la fois originale et pertinente (p. 131). L’approche réflexive adoptée par l’auteure est bienvenue. A. Plancade a su rendre compte de son inscription sur le terrain tout en gardant la distance l’empêchant d’y être omniprésente. Elle analyse avec beaucoup de lucidité l’impact de sa présence sur son sujet d’étude (pp. 28-32). Ce sont les conditions de sa recherche qui ont fait exister la notion de récupération qui n’est jamais nommée en ces mots par les personnes concernées. Sa présence a contribué à différencier ce mode d’obtention de nourriture des autres et d’une certaine manière à le dévaloriser (p. 28). A. Plancade a le courage de prendre en compte ce biais d’enquête et d’en tirer les conséquences. Au bout du compte, ce livre se révèle être d’un apport significatif pour l’étude de la pauvreté et pour l’anthropologie de l’alimentation. Il s’agit d’une approche originale de la précarité s’appuyant sur de solides données de première main. Peu de recherches décrivent ainsi la quête de nourriture des plus démunis. L’ouvrage invite finalement à se questionner sur la dépendance alimentaire des personnes pauvres vis à vis d’une société qui produit toujours plus de nourriture mais qui la redistribue toujours plus inégalitairement.

Top of page

Bibliography

AMISTANI C. & TERROLLE D. 2008. « L’alimentation des sans-abri, Entre autonomie et dépendance », Anthropology of Food. 6, Manger pour vivre. L’alimentation en condition de précarité dans les pays « riches » : [http://aof.revues.org/4952].

AMISTANI C. 1993. « L’alimentation des SDF : l’exemple parisien », in D. TERROLLE (ed.) Errances urbaines. Recherche en ethnologie urbaine : 81-116. Paris : Rapport pour le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture ?).

BELE P. 2015. « Les députés votent l'interdiction de jeter les invendus alimentaires », Le Figaro, 22.05.2015.

DAMON J. 2001. Trente ouvrages récents autour des problématiques familiales et sociales, Dossier d’étude n°25, rapport remis à la CNAF, pp. 267-272.

GABORIAU P. 1993. Clochard. L’univers d’un groupe de sans-abri parisiens. Paris : Julliard.

GABORIAU P. & TERROLLE D. 2003. Ethnologie des sans-logis. Etude d’une forme de domination sociale. Paris : L’Harmattan.

GODELIER M. 1996. L’énigme du don. Paris : Fayard.

MAUSS M. 1950. « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » in Sociologie et anthropologie. Paris : Presses Universitaires de France, Coll. Quadrige.

MINISTERE DE L’AGRICULTURE, DE L’AGROALIMENTATION ET DE LA FORÊT, Les chiffres du Gaspillage alimentaire, consulté le 17 juin 2015 : [http://alimentation.gouv.fr/le-gaspillage-alimentaire-en-france].

PLANCADE A. 2008. Les aliments des habitants de la « cabane ». Le don, la récupération alimentaire. Anthropology of Food. 6, Manger pour vivre. L’alimentation en condition de précarité dans les pays « riches » : [http://aof.revues.org/4672].

SALHINS M. 1976. Age de Pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives. Paris : Gallimard.

Top of page

Notes

1 Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Les chiffres du gaspillage alimentaire [en ligne]. Disponible sur http://alimentation.gouv.fr/le-gaspillage-alimentaire-en-france (consulté le 17.06.15)

2 Cf. le numéro spécial d’Anthropology of Food, Manger pour vivre. L’alimentation en condition de précarité dans les pays « riches », en particulier l’article d’Amistani & Terrolle (2008).

3 Voir également l’article qu’Amandine Plancade a publié en 2008 dans le même numéro d’Anthropology of Food.

4 Cf. notamment Amistani (1993) ou Gaboriau & Terrolle (2003).

Top of page

References

Electronic reference

Yann Benoist, « Vivre dans la rue à Nice. Cuisine et récupération alimentaire d’Amandine Plancade.  », Anthropology of food [Online], été 2015, comptes-rendus de lecture, Online since 30 September 2015, connection on 27 March 2017. URL : http://aof.revues.org/7858

Top of page

About the author

Yann Benoist

Anthropologue, LIRCES (Laboratoire Interdisciplinaire Récits Cultures Et Sociétés), yannbenoist@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page