Skip to navigation – Site map

Editorial : Les Gardiens de la terre

Terres en jeu/ enjeux de terres
Anne-Hélène Delavigne and Chantal Crenn

Full text

1Sous le titre des Gardiens de la terre, le colloque des Reclusiennes a rassemblé sur plusieurs jours, en juillet 2014, des chercheurs et militants s’intéressant à la question du vivrier et du rapport à la terre.

2Ce numéro d'Aofood présente une sélection de cinq textes tirés de ces rencontres. Ils nous permettent de voir comment les questions agricoles sont aujourd'hui revenues sur le devant de la scène, soumises à un « écologisme » dont les contributions de ce numéro aident à prendre la mesure.

3Une première thématique forte de ce numéro spécial d'Aofood traite d'une forme singulière d'accaparement des terres agricoles, par le biais des réserves : réserves liées au développement durable ou à la préservation de la faune sauvage destinée à un tourisme privé de luxe, ce qui, comme le souligne une des auteures, N. Andrew, « pose bien des questions dans un contexte marqué par les discours de conservation des espèces et de préservation de la nature ». Deux articles font ainsi ressortir de façon frappante la façon dont l'"écologisation" de nos sociétés représente le nouveau prétexte d'un asservissement qui se renforce en Afrique du sud, dans la région sud-centrale du Cap Oriental qu'a étudiée N. Andrew. Elle observe la forte continuité avec le système foncier et la division spatiale et sociale du passé (durant et après l’apartheid formel), dans les dynamiques de conversion de terres agricoles en production de faune et en lieux de tourisme privé, ce qui se traduit notamment par une concentration de la propriété des terres agricoles privées. Dans l'Amazonie brésilienne, objet du terrain de C. Rognant et A. Steward, ces deux auteures décrivent les effets paradoxaux des mesures dites de « valorisation des populations locales » qui ont accompagné le renforcement des politiques environnementales et correspondent, dans les faits, à une disqualification des pratiques quotidiennes locales. Comme elles le montrent, « l’instauration de nouvelles normes pour l’usage de la forêt compromet la flexibilité d’accès aux ressources naturelles sur laquelle repose l’agriculture itinérante, augurant de potentiels conflits pour la terre ».

4Droits de propriété foncière se superposant ou entrant en contradiction, conflits nés de compétitions accrues pour leur contrôle, privatisation et réduction de la terre à un bien commercial... L'importance des domaines normatifs et législatifs dans le contexte de la mondialisation des échanges ressort de ces contributions. Leurs conséquences pour les populations sont un autre point commun à ces réflexions. L'omniprésence du cadre juridique (concernant la production alimentaire) et de la politique économique (surtout agricole) frappe. L'article de F. Pinton, C. Julliand et J.-P. Lescure décrit la difficile structuration de pratiques informelles face à la prise de conscience de la nécessaire gestion des ressources et des territoires de cueillette confrontée aux dérives de l'externalisation de ce travail (« les journaliers payés par des grossistes, dans des conditions souvent illégales en termes de droit du travail et d’autorisations de prélèvement ») dont il est rendu compte dans leurs débats par la catégorie « mauvais cueilleur ». Le besoin de professionnalisation se heurte à la question du statut qui touche à l'identité sociale des cueilleurs et donc à ce qui les relie en termes de pratiques, de valeurs et de normes.

5Deux articles traitent en particulier des conséquences des politiques de protection de la nature pour les populations, conditionnant leur possibilité de vie / survie (en Afrique du Sud et au Brésil). Comme le montrent les auteures, la marge de manœuvre des populations prises dans ces normes semble d'autant plus faible qu'elles sont faites au nom du bien public tout en servant au mieux les intérêts privés de quelques-uns (les grands propriétaires fonciers blancs en Afrique du sud comme les grandes firmes internationales au Brésil). Des inégalités (raciales et sociales) héritées se renforcent en Afrique du sud : « plusieurs facteurs de continuité économique et sociale sont à l’origine du maintien du contrôle des terres et de la propriété privée par les exploitants blancs depuis la fin de l’apartheid formel ». De nouvelles inégalités se créent au sein même des populations résidentes dans les réserves de la région du Moyen-Solimões au Brésil, issues d’une longue histoire de migrations et de métissage entre descendants d’indiens, de nordestins anciens seringueiros, et d’européens, non considérés comme indigènes et de ce fait non crédités de la reconnaissance accompagnant cette qualification. « Des tensions jusqu’alors quasi inexistantes entre les habitants » apparaissent, notamment du fait de processus de régularisation foncière qui figent les limites d’usage et cherchent à contrôler l’agriculture itinérante, et bouleversent le rapport local au foncier ».

6La faible réactivité des pouvoirs publics et des interlocuteurs traditionnels ressort, leur manque d'outillage aussi. La difficulté à prendre acte des besoins liés au travail agricole en France tient à la nécessité de repenser la complexité du cadre dans lequel il s'inscrit aujourd'hui, notamment l'échelle européenne (« le pluralisme des normes applicables dans les différents États-membres est source d’une insécurité juridique et conduit à l’inefficacité des droits des travailleurs migrants, dans les pays « d’accueil » et de « mise à disposition »). La question de l’internationalisation des échanges, présente dans les mondes agricoles, amène les structures à faire fi des droits humains les plus rudimentaires pour rester dans la danse. Cependant, comme le montre B. Mésini, le recours à la main d'œuvre étrangère agricole en France ne répond pas qu'à un besoin de coût bas. Une recherche de simplification des conditions de l'embauche dans le contexte de travaux saisonniers est à l'œuvre (« Quand il y a un malade, on ne s'en aperçoit même pas, il est immédiatement remplacé ») mais aussi une recherche des compétences adéquates plaidant pour une meilleure prise en compte de la pénibilité du travail agricole (pour des travailleurs français, la condition physique). Des aspects législatifs et sociaux jouent dans la difficulté à stabiliser ce personnel. Joue également dans ces recrutements l'importance du recours à une main d'oeuvre spécialisée, connaisseuse de l'agriculture (« ils apprennent vite. On voit que ce sont des gens qui viennent de la terre, qui connaissent le travail agricole ») - comme on peut le voir valorisé sur le marché du travail international pour des informaticiens, des cuisiniers ou des infirmières.

7Les dimensions économiques ressortent donc de façon centrale, qu'on cherche à y échapper (food activism) ou à en bénéficier (migrants de travail). Cela passe par une réflexion sur le prix « juste » (Slow Food, Amap) mais aussi par une prise en compte, au-delà du statut des « gens de la terre », dans une époque de dérégulation/ capitalisation recomposition/ circulation des « bénéfices » informels (petits arrangements) d'un travail agricole précaire (stabilité, reconduite de contrats etc.) : le poste de « chef d’équipe » ne confère à son interlocuteur aucune gratification en termes de salaire ou de reconnaissance de son coefficient de qualification, mais lui assure deux avantages : un contrat moral de réemploi dans un lieu connu et la mise à disposition d’un local de stockage, pour y entreposer ses affaires durant ses absences » (B. Mésini).

8Les conditions du travail agricole sont une autre des thématiques de ce numéro spécial. Elles sont traités frontalement quand B. Mésini parle du « détachement transnational dans l’agriculture européenne » ou que F. Pinton, C. Julliand et J.-P. Lescure étudient « ces acteurs de l'interstice que sont les producteurs-cueilleurs ». Elles apparaissent aussi indirectement par l'étude de ces groupes à la recherche d'une éthique dans leurs achats que mène V. Sinischalchi en évoquant le « Food Activism en Europe » ou quand les exploitants agricoles (majoritairement des femmes) étudiés par F. Pinton et ses co-auteurs cherchent à définir l'éthique de leurs pratiques et d'un travail qu'elles conçoivent en réaction avec le modèle dominant, en visant un marché de niche.

9On perçoit dans ces contributions la manière dont la terre (dans le double sens de territoire et de substance vivante) est dans le monde contemporain redevenue un enjeu central, autant dans les conflits et les dynamiques politiques, économiques et sociales, que dans les débats sur la responsabilité de l’humain vis-à-vis de son environnement. Mais l'ensemble des textes se centrent moins sur la Terre, outil de production dans la globalisation, que sur les êtres humains qui y œuvrent. Ce point de vue permet de montrer comment la vision écologiste se construit au détriment des êtres humains, et en particulier de certaines catégories d'entre eux. Ainsi l’expansion en Afrique du sud de l’exploitation de la faune et du tourisme privé dans le cadre d'une recherche de compétitivité des agricultures face à la mondialisation a signifié, comme le montre l'analyse de N. Andrew, le déplacement des familles noires résidant dans les exploitations agricoles. C'est tout l'enjeu de son propos d'interroger « les implications sociales et foncières de ces processus de conversions des terres en production de faune pour le tourisme privé pour les résidents noirs de ces exploitations détenues par les agriculteurs blancs ». La vision écologiste se nourrit de représentations stéréotypées et simplistes. La visibilité de la faune sauvage en Afrique du sud s'accompagne d'un processus d'invisibilité des ouvriers agricoles travaillant dans les champs et de leurs habitations, en conformité avec une conception des espaces ‘naturels’ dépourvus de tout signe de vie humaine. C. Rognan et A. Steward montrent, quant à elles, l’écart qui persiste entre la réalité des usagers de la terre et les différentes postures environnementalistes marquées par une « vision biaisée de l’agriculture locale », notamment des pratiques d’abattis-brûlis qui, comme le montrent ces deux auteures, « s’insèrent pourtant dans une gestion intégrée des terres, des sols et de la végétation et garantissent l’augmentation de l’agrobiodiversité locale et le maintien de la fertilité des sols ». Elles décryptent également les enjeux de la persistance du mythe du « bon sauvage » rendant plus ou moins légitimes les savoirs et pratiques agricoles en fonction des populations classées selon leur degré « d'authenticité ». Il en découle des modèles d’assistance technique agricole et de conservation peu adaptés aux réalités locales, voire contradictoires avec leur maintien. Ces auteurs décrivent comment l'idéologie du développement a trouvé avec l'écologisme un nouveau champ d'action, parfois tout autant destructeur que celui de la modernisation ou de l'industrialisation.

10Les contributions de V. Sinischalchi et de F. Pinton et ses collègues permettent de se rendre compte des ambiguïtés de la mobilisation des mouvements alternatifs, confrontés à la nécessité d’une reconnaissance par les pouvoirs publics de leur spécificité pour pouvoir continuer à exister. « La forme de militantisme la plus aboutie selon les producteurs-cueilleurs qui sont marqués par l'histoire de leur opposition au secteur pharmaceutique, expliquent F. Pinton, C. Julliand et J.-P. Lescure, réside sauf exception notable, dans leur façon de vivre ». De même, l'activisme des deux mouvements étudiés par V. Siniscalchi (Slow Food et les Amap) passe par la tentative de « créer un espace d’action à travers des pratiques pensées par les acteurs eux-mêmes comme étant engagées, qui prennent forme en grande partie dans la quotidienneté et non pas dans les cadres structurés de partis politiques ». Les protagonistes de ces mouvements entendent résoudre, avant tout par l'exemple et dans leurs modes de vie, les contradictions d'un système de production. Et ils espèrent pouvoir s'en extraire, tout en entretenant de fait des relations avec ce dernier. Montrer les limites de ces croyances est l'objet des travaux de la géographe américaine J. Guthman, qui ancre ses réflexions dans les inégalités sociales et culturelles et les discriminations. Ses travaux dénoncent les collusions avec l'idéologie néo-libérale et soulignent bien le leurre de penser qu'on pourrait transformer le système en s'épargnant toute vision politique.

11La publication de ces textes au sein de ce numéro d'Aofood permet de faire ressortir la dimension narcissique des préoccupations écologistes contemporaines, qui n'est sinon pas analysée en tant que telle par les auteurs. Il faut souligner aussi que l'on retrouve cette dimension tant du côté des protagonistes de ces mouvements que de chercheurs qui empruntent massivement ces chemins dans le choix même de leur objet d'étude. On peine donc à retrouver la perspective de l'écologie sociale que l'on souhaitait interroger dans ce colloque, en même temps que la pérennité des idées d'Elisée Reclus.

12D'un point de vue méthodologique, des articles comme celui de B. Mésini et de V. Siniscalchi, notamment, décalent le regard. Ils rendent compte du point de vue des travailleurs agricoles « mis à disposition au titre du travail temporaire » comme celui des entreprises fournissant ces travailleurs migrants d'un côté, de celui aussi des promoteurs et responsables des mouvements alternatifs cités de l'autre. Ils ouvrent se faisant de nouvelles perspectives sur des phénomènes ou des mouvements déjà bien étudiés, rendant toute sa complexité au réel : « La définition de ce qui est juste et donc injuste dans les rapports économiques et commerciaux est difficile » écrit par exemple B. Mésini, réinterrogeant des concepts et termes trop soumis aux évidences. La perspective de V. Siniscalchi est aussi d'analyser le plus finement possible le champ sémantique de notions ayant connu le succès (telle celle de « souveraineté alimentaire » élaborée pas La Via Campesina ou encore avec de « slow » introduite par le mouvement Slow Food) ce qui lui permet de tenir compte des processus marquant la circulation des idées et les convergences des luttes.

13La confrontation des textes choisis à partir des contributions au Colloque des Reclusiennes dans le cadre de cette publication d'Aofood ouvre également de nouveaux horizons à la réflexion. La relocalisation et la délocalisation agricole sont au centre des réflexions de V. Siniscalchi et B. Mesini, de même que « le prix juste ». Quel serait celui de la réussite sociale individuelle des travailleurs migrants, qu'évoque B. Mésini en filigrane et dont on voit par ailleurs qu'elle tend à devenir le nouveau paradigme de développement dans les pays concernés par ces migrations ? Être au plus proche des réalités que nous essayons de comprendre et des points de vue des acteurs sociaux, sans les enfermer dans des typologies souvent artificielles et réductrices : c'est la volonté de V. Siniscalchi qui réintègre les producteurs comme autant de consommateurs et c'est ce que met également en œuvre B. Mesini qui nous permet d'accéder au point de vue des travailleurs agricoles internationaux.

14Ce numéro d'Aofood présente de belles ethnographies avec les articles de C. Rognan ou de F. Pinton et ses co-auteurs. Les trois autres textes montrent également l'intérêt qu'il y a à sortir de la perspective (plus classique en anthropologie) qui voit la parole des « sans voix » mise en avant : sortir d'une vision marquée par l'opposition dominants / dominés, comme y incitent les contributions de N. Andrew, B. Mésini ou V. Siniscalchi, permet d'accéder à la complexité du réel. Ce numéro offre également de riches réflexions sur la position du chercheur (V. Siniscalchi) ou ses ambiguïtés (C. Rognan et A. Steward), témoignant de la nécessité de questionner les propres paradigmes et pratiques de recherche. On peut encore noter ici en terme de méthodologie, le repositionnement des contributeurs quand ils doivent se saisir de ces terrains transnationaux qui exigent de nouvelles compétences : décortiquer le droit (B. Mésini) ; accompagner des groupes d'acteurs (F. Pinton, C. Julliand et J.-P. Lescure ; C. Rognan et A. Steward) et intégrer dans l’enquête autant la quotidienneté des acteurs institutionnels que celles de ceux qui sont plus habituellement considérés comme observables. Quitter les logiques institutionnelles et prendre en compte leurs quotidiennetés à travers les individus qui les font vivre apporte beaucoup à la compréhension des dimensions idéologiques de l’écologie contemporaine.

15La capacité à passer derrière les apparences et à décrypter qui est le propre des sciences sociales n'a jamais semblé autant nécessaire. Comme les exemples de l'Afrique du sud ou du Brésil le montrent, les législations sont loin d'avoir les effets du but affiché. Cette capacité de dessillement du réel n'a jamais semblé également aussi fragile dans ce contexte d'un écologisme omniprésent, comme a pu le révéler Philippe Pelletier en parlant de « l’imposture écologiste », titre d'un ouvrage paru en 1993 aux Éditions Géographiques Reclus et qui a toujours du mal à être entendu. Dans ce contexte, nous sommes confrontés à des idéologies auxquelles peu de chercheur-e-s finalement semblent échapper, comme nous avons pu en prendre la mesure lors de l'établissement des actes du colloque les Gardiens de la terre, objet de ce numéro spécial. En effet, nombre de chercheur-e-s qui nous ont proposé leur article semblent considérer que la question écologique « irait de soi » ; qu'elle ne serait pas elle-même le résultat de processus socio-historiques moraux et alimentaires propres à nos sociétés contemporaines. Cet aveuglement des chercheur-e-s en sciences sociales nous semble mettre d’autant plus en évidence, au-delà de la question écologique, le nécessaire dénouement des liens tissés entre alimentation et contemporanéité, objet que nous nous fixons avec la revue Aofood.

Top of page

References

Electronic reference

Anne-Hélène Delavigne and Chantal Crenn, « Editorial : Les Gardiens de la terre », Anthropology of food [Online], S11 | 2015, Online since 03 November 2015, connection on 23 June 2017. URL : http://aof.revues.org/7891

Top of page

About the authors

Anne-Hélène Delavigne

Ethnologue associée au laboratoire eco-anthropologie et ethnobiologie MNHN / CNRS UMR 7206

By this author

Chantal Crenn

Anthropologue sociale, Université Bordeaux Montaigne, LAM 5115 Cnrs IEP Bordeaux

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page