Skip to navigation – Site map
articles

Les enjeux du financement de la recherche en sociologie de l’alimentation

Exploration à partir d’un dispositif public français de soutien au doctorat dans le cadre des Conventions Industrielles de Formation par la Recherche (CIFRE)
The challenges of research funding in sociology of food as explored within the frame of the CIFRE industrial research agreement scheme
Anne Dupuy

Abstracts

This paper traces the experience of a doctoral research within a public-private partnership framework through a CIFRE scheme (an industrial research agreement scholarship promoted by the French Ministry of Higher Education and Research). In this article we highlight the challenges of knowledge production when it comes to meet both academic and professional requirements. The researcher’s dual status, both as a doctoral student in a research laboratory and as an employee in the company for the duration of the thesis, is stimulating for the PhD student. Indeed he/she must at once produce a "good research" for the company and also meet the academic criteria. The nature of this collaboration requires critical and distanciated reflexivity on the student’s research - not introspective reflexivity - because of the risks involved in adopting a triple loyalty towards the academic environment, the company and the society. The article discusses the stakes and constraints of commissioned research in the humanities and social sciences in food studies as being a new stage in the process of the thematisation of food studies in the social sciences. Based on personal experience, this perspective opens up the discussion about effects of social and scientific thematisation on the researcher’s work.

Top of page

Full text

Les évaluateurs de la revue Anthropology of Food ont contribué à enrichir ce texte ; nous les en remercions.

Introduction

  • 1 Consulter la conférence donnée par Jean-Pierre Poulain pour les 20 ans de l’OCHA en 2012. http://ww (...)

1En France, l’institutionnalisation du champ de l’alimentation dans les sciences humaines et sociales est lue comme la dernière étape du processus de thématisation de l’alimentation. Elle se traduit par une visibilisation de la thématique à partir de la création de postes, du financement de bourses de recherche, de thèses, d’appels d’offre ou encore de chaires de recherche (Poulain & Corbeau 2012). La sociologie et l’anthropologie de et par l’alimentation se développent et un certain dynamisme est repérable dans la production scientifique. Il est possible d’en esquisser les grands traits au travers de l’installation de paradigmes, de notions, de concepts et de controverses dans la communauté scientifique (ibid.). De surcroît la thématisation de l’alimentation dans les sciences humaines et sociales se repère dans l’accroissement des liens tissés entre communauté scientifique et partenaires professionnels1. Sans doute, la thématisation scientifique nourrit la thématisation sociale et vice versa ; toutes deux se mêlant d’autant plus en raison des modes pluriels de financement de la recherche, voire d’une même recherche. Les chercheurs ne contribuent plus seuls à produire la thématisation, les agents de la thématisation étant nombreux (services de communication transversale des entreprises, fondations, agences de communication, médias) à faire monter les thématiques.

  • 2 Pour ce faire l’article reprend la proposition de Gaglio (2008) concernant sa propre expérience de (...)
  • 3 Il s’agissait de questionner la valorisation du discours sur la transmission du plaisir et de valeu (...)

2Selon nous, la démarche consistant à interroger les enjeux, les contraintes, les limites et les enseignements du financement de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation constitue une nouvelle étape dans le processus de thématisation de l’objet. Pour développer ce propos, nous nous appuierons sur un exemple : celui tiré du financement d’une recherche doctorale dans le cadre d’une Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE)2. En s’appuyant sur l’expérience vécue des interrogations que peut susciter chez un doctorant son mode de financement en lien avec la thématisation de son objet de recherche (la place du plaisir dans la socialisation alimentaire) ou encore la population d’étude concernée (les enfants), cet article défend l’idée qu’une recherche doctorale financée dans un tel dispositif conduit à adopter un regard réflexif sur son travail en raison d’une triple contrainte, voire des risques d’une triple loyauté – à l’égard du milieu académique, du milieu professionnel et de la société – dans laquelle il peut s’inscrire. En effet, l’actualité des modes d’alimentation des enfants et de la place du plaisir dans la socialisation alimentaire a pour conséquence un désir de réponses rapides se traduisant par une augmentation des actions de financement et de soutien à la recherche, publiques ou privées. En réfléchissant à la thématisation sociale et scientifique de l’alimentation et aux controverses naissantes auxquelles elle permet également de donner lieu, une orientation spécifique a été envisagée sur la problématique de recherche3.

3Pour comprendre cette exigence de réflexivité, la thématisation sociale et scientifique de l’objet de recherche sera tout d’abord présentée pour esquisser ensuite les conditions de la recherche dans le cadre d’un dispositif CIFRE lié à cette thématisation. Enfin, l’article traitera des effets du financement, combiné au parcours doctoral, sur la réflexivité du chercheur concernant sa production scientifique.

Thématisation sociale et scientifique de l’alimentation, de l’enfance et du plaisir

4 L’alimentation des enfants et les modalités de la transmission alimentaire entre les générations se posent en véritable sujet de société : en témoigne un désir d’état des lieux se traduisant par une augmentation du nombre de soutiens à la recherche à travers le financement de programmes, de bourses et prix de recherche, qu’ils soient publics ou privés.

5Des interrogations et des demandes d’éclairage sont adressées aux sociologues et aux anthropologues. Dans le champ de l’alimentation, elles ont plutôt été exprimées en termes de compréhension des dimensions sociales et culturelles de l’acte alimentaire dans des perspectives d’éducation. Dans celui de l’enfance, elles visent à comprendre les enjeux de la transmission dans un contexte de crise des systèmes éducatifs en vue d’une meilleure protection et gestion de l’enfance.

6Ces questionnements aboutissent à des demandes d’états des lieux et de mises en récit ordonnateur censés informer, rassurer et permettre d’agir sur ces phénomènes au travers de politiques de prévention. Ces demandes émanent d’acteurs aux logiques et stratégies d’intérêts diverses. Elles proviennent pour une part de l’État. Les acteurs politiques et les partenaires institutionnels deviennent commanditaires de travaux et de synthèses sur ces sujets. Elles peuvent également s’inscrire dans des programmes de recherche. Elles sont aussi issues des acteurs présents dans les instances consultatives, les associations de consommateurs, les agences de communication, sans oublier ceux liés à l’univers médical. Enfin, les acteurs des secteurs de l’industrie, des interprofessions et des fondations privées deviennent des sources importantes de commandes de recherches. Les industriels de l’agro-alimentaire jouent un rôle dans l’actualité sociale d’une question et participent à son institutionnalisation dans la recherche. La question des relations entre acteurs de l’agro-alimentaire et univers de la recherche se pose et plus largement celle sur les relations science-société.

Prendre en considération les relations science-société

7Considérer les relations science-société est nécessaire dans la mesure où le modèle du chercheur indépendant, c’est-à-dire sans lien avec des commanditaires, ne reflète plus la réalité de la pratique sociologique (Piriou 1999 ; Gaglio 2008). En arrière-fond d’une production scientifique sur les problèmes sociaux, se pose classiquement la question de l’utilité sociale de la sociologie et celle de son extension à partir de l’accompagnement de la connaissance savante auprès des acteurs concernés. « En réalité, en aval de la recherche, comme dans la recherche elle-même, la relation des scientifiques et des acteurs participe de la recherche elle-même, la recherche se nourrit de la société et de sa réception » (Dubet 2002 : 24). Le « regard sociologique » implique de prendre de la distance avec l’objet (Hughes 1997) non dans un seul souci de posture critique, mais dans celui d’établir une attitude responsable du sociologue au service de l’entreprise et de la société. Cette posture est d’autant plus vraie pour les sociologues dont on exige qu’ils apportent une compréhension immédiate des choses.

  • 4 La question de la dilution du savoir sociologique dans la société et de ses effets est bien documen (...)

8Ainsi, des enjeux scientifiques et éthiques caractérisent la relation du chercheur à sa recherche et à l’accompagnement de ses résultats, ceci plus encore lorsque la recherche porte sur des populations enfantines pour lesquelles les enjeux associés à leur éducation alimentaire sont importants. La responsabilité sociale du sociologue s’affirme d’autant plus que l’alimentation est au cœur de la vie quotidienne des individus concernés par les recherches financées. De surcroît le débat social portant sur l’alimentation enfantine, visibilise et diffuse les savoirs déjà constitués. Le travail de simplification des analyses qui s’impose amène parfois à privilégier les résultats les plus saillants et facilement communicables car la vulgarisation organise les interprétations sur les questions que les acteurs de la médiatisation imaginent importantes pour leur public. Ce phénomène participe à la réorganisation des connaissances et au développement d’un certain sentiment de dépossession chez les chercheurs. Celui-ci peut les conduire à une analyse réflexive des modalités d’appropriation et de sélection de leurs connaissances (Ghasarian (éd.) 2002) et à regarder les « destinataires traditionnels des résultats scientifiques en "coproducteurs actifs" de définitions scientifiques » (Rayou 2002 : 6). Cette lecture est l’un des acquis de la sociologie des sciences et de l’anthropologie réflexive. En arrière-plan se profile la question des rapports science-société et de leurs interférences qui sont déterminés par la compréhension de la connaissance produite. Compte tenu de l’actualité sociale de notre sujet et de son dispositif de recherche, il a été nécessaire de poser les questionnements sur son contexte de production scientifique. Il s’inscrit dans un double héritage. Celui de l’analyse de l’articulation entre thématisation sociale et médiatique et thématisation scientifique de l’obésité (Poulain 2009), elle-même inscrite dans le prolongement de l’analyse épistémologique de la thématisation (Berthelot 1998, 2000) et d’une certaine tradition en sociologie des sciences (Habermas 1981). La thématisation épistémologique (Berthelot 2000) est le point de départ du travail de repérage et d’inventaire des formes de problématisation en cours et de l’intensification des débats sociaux actuels sur l’alimentation enfantine et le plaisir. L’élargissement du concept de thématisation provient de Poulain (op. cit.) qui montre comment les relations qu’entretient l’obésité avec d’autres questions sociales (notamment les crises alimentaires) participent à la solidification de la position de l’alimentation dans le champ des sciences sociales ainsi qu’à la production et la réorganisation des savoirs dans la sphère médiatique, politique et sociale. De ce point de vue, la thématisation déborde les thèmes plus classiques de débat social et de médiatisation puisqu’elle s’apparente à la « maîtrise du travail de traduction » par lequel la sociologie « fabrique une conscience que la société a d’elle-même et lui fournit des outils de gestion » (Derouet 2000 : 209). Cela contribue tour à tour à revisiter les rapports qu’entretiennent la science et la société et à mieux cerner les rôles possibles de la sociologie et de l’anthropologie dans la thématisation scientifique, sociale et médiatique d’une question4.

9Cette recherche est donc inscrite dans nombre de tensions relatives à la thématisation ; la dimension purement scientifique est mêlée à la dimension intensément sociétale. Ces tensions conduisent à porter le regard sur les impératifs d’activités réflexives dans la connaissance produite ou, plus exactement, en cours de production comme dans le domaine des innovations alimentaires (Goulet et al. 2015). Celles-ci sont induites par l’analyse des effets de l’interaction entre le sociologue et les acteurs professionnels de l’agro-alimentaire dans le travail de diffusion, de mise en récit, de simplification, de durcissement de position lors de l’entreprise de vulgarisation des connaissances. Cela implique que soit posée l’idée d’une responsabilité sociale du sociologue pour faire écho à la responsabilité sociale des entreprises.

La thématisation de l’alimentation enfantine en France

10De la compréhension de l’investissement sociologique et anthropologique des thèmes de l’alimentation et de l’enfance, doivent être soulignés les obstacles épistémologiques soulevés pour déconstruire l’apparente futilité de ces objets. Cette démarche a été rendue possible par une dynamique de la recherche née des tentatives d’approfondissement et/ou de dépassement des architectures logiques de l’une ou l’autre des approches sur ces thèmes. En France, plusieurs ouvrages et textes de synthèse présentent l’histoire de la pensée sociologique et anthropologique sur l’alimentation, depuis les grandes postures sociologiques et/ou anthropologiques jusqu’à l’émergence d’une socio-anthropologie de l’alimentation en passant par la sociologie de la consommation ou du goût (Fischler (éd.) 1979 ; Fischler 1990 ; Poulain 2002 ; Régnier, Lhuissier & Gojard 2006 ; Poulain (éd.) 2012). L’histoire de la pensée sociologique et anthropologique sur l’enfance suit sensiblement le même mouvement (Montandon 1998 ; Sirota 1998 ; Sirota (éd.) 2006) depuis les paradigmes classiques jusqu’aux reformulations des cadres de pensée dans la sociologie de l’éducation (Sirota 1993 ; Derouet 2000 ; Danic, Delalande & Rayou 2006 ; Delalande 2006), de la famille (de Singly 2000) et des théories de la socialisation (Lahire 2001 ; de Suremain 2000). Une certaine proximité entre les deux objets saute aux yeux. Tous deux ont longtemps été ignorés par la sociologie et l’anthropologie, ces dernières s’y référant le plus souvent à travers la socialisation et la transmission et en termes de conditionnement. Apparaissant plutôt comme des espaces d’indexation de problématiques ou d’objets sociologiques et anthropologiques plus fondamentaux, ces thèmes n’ont pu se fondre dans l’institutionnalisation d’une sociologie et anthropologie de l’alimentation et de l’enfance qu’à la suite d’obstacles épistémologiques. Il a fallu les lever en raison d’épisodes de ruptures du pouvoir explicatif de certains paradigmes et également de re-découverte ou de re-déploiement de certaines méthodes. Ces thèmes sont progressivement passés de la périphérie au centre de certains travaux à partir de l’organisation et de la recherche d’une unité dans un projet sociologique ou anthropologique émanant de la conjugaison de dynamiques de recherche de certains chercheurs, d’enjeux de légitimité institutionnelle, etc.

  • 5 Coordination : de La Ville « Les ludo-aliments. La consommation enfantine d’aliments ludiques : ent (...)
  • 6 Coordination : Pardo « Alimentations adolescentes en France », PNRA 2007.

11Ces champs de recherche émergent et se structurent à un moment de « maturité et d’urgence sociale » (Sirota 2006 : 14) à la faveur de « paniques » et « d’incertitudes » liées aux évolutions des comportements et des habitudes alimentaires, des modes de transmission, des instances et procès de socialisation, des rapports entre les générations, des modes de constitution des familles contemporaines, inhérentes à l’expérience de la modernité. Ainsi la convergence de demandes sociales sur l’enfance et l’alimentation sur fond d’éducation favorise la mise en avant des connaissances et l’intensification de l’intérêt sociologique et anthropologique, ainsi que la mise en dialogue des chercheurs de ces deux domaines et le renouvellement des perspectives. L’alimentation enfantine constitue un nouvel espace de dialogue et de mise en commun des savoirs et des méthodes de la sociologie et de l’anthropologie de l’alimentation et de l’enfance. Des travaux émergent depuis le début des années 2000 associant plus étroitement certains de leurs représentants, notamment à la faveur de hors-séries thématiques (Diasio (éd.) 2004 ; Diasio, Hubert & Pardo 2009 ; Brougère & de la Ville 2011 ; Hamelin-Brabant & Turmel 2012 ; de Suremain & Cohn (éd.) 2015) et de programmes de recherche sur la ludo-alimentation5 et les cultures alimentaires des adolescents6. Ils permettent notamment de comprendre les cultures et sociabilités alimentaires enfantines. Ceux-ci conduisent en outre à porter un nouveau regard sur le thème de la socialisation et permettent, au travers des colloques organisés dans le cadre de ces projets, de structurer les liens entre les chercheurs. En outre ils stabilisent les connaissances à partir de la publication d’actes ou d’ouvrages collectifs en émanant.

12Ce processus constitue en quelque sorte un effet d’aubaine pour les chercheurs. Entre autres choses, des thèses et des recherches postdoctorales sont financées à cette occasion. Ces demandes, dans une certaine mesure, peuvent renforcer la légitimation scientifique de ces champs et de ses objets, dans la discipline et de façon interdisciplinaire. Elles permettent l’élargissement des appareillages conceptuels par le renouvellement des perspectives théoriques et méthodologiques et favorisent l’émergence de controverses.

13Les enjeux en matière d’alimentation et de transmission auprès des jeunes générations ont convergé dans les débats sociaux autour de la question de l’obésité infantile et/ou de la formation au goût favorisant, par-delà la thématisation de l’alimentation enfantine, celle du plaisir.

La thématisation du plaisir 

14Plusieurs explications peuvent être fournies sur l’essor de l’intérêt scientifique et sociétal pour le plaisir. Elles correspondent à des postures de légitimations scientifiques, également culturelles et sociales. L’émergence seulement très récente et plus systématique du thème du plaisir dans les analyses en socio-anthropologie de l’alimentation en France s’explique du fait d’un intérêt de cette dimension au sein de la société en particulier en relation à la question éducative. L’objet futile devient tout à coup l’objet d’enjeux sociétaux. Ces derniers se traduisent en demandes sociales dont la discipline doit s’emparer pour les reformuler sur le plan scientifique en des questionnements de recherche et des grilles d’analyse socio-anthropologique plus fines. On voit ainsi se déployer ou se redéployer toute une série de phénomènes explicatifs – certains plus visibles que d’autres – sur le plaisir alimentaire qui participent à la scientifisation d’arguments sociétaux. Ceux-ci sont tour à tour renforcés ou réfutés, car connotés en termes d’angoisses d’un mauvais usage du plaisir, ou, au contraire, mobilisés car ils servent des logiques de revendications et de positionnements défensifs contre l’hygiénisme nutritionnel. La vulgarisation, sur le plan médiatique, du devenir du plaisir, de sa place dans les modèles alimentaires, de son lien avec la santé, l’éducation, contribue aussi à sa problématisation scientifique (Hubert 2003 ; Dupuy & Poulain 2008, 2012, 2015 ; Poulain 2008 ; Dupuy 2008, 2013, 2014 ; Régnier & Ferguson (ed.) 2014).

15 Il faut revenir sur la question du plaisir alimentaire sur fond d’obésité en France et plus largement sur fond d’enjeux de l’alimentation contemporaine, pour comprendre les traitements dont il fait l’objet dans le discours scientifique ainsi que dans le milieu médical, au sein de la filière agro-alimentaire et dans les médias. Le rapport des mangeurs à leur alimentation a été bouleversé ces dernières années en raison de crises alimentaires et de la montée de préoccupations de santé publique en matière d’obésité, de maladies cardio-vasculaires, de diabète et de cancers. Les enjeux de prévention, de santé et d’esthétique corporelle ont accentué la relation anxiogène, voire pathologique à l’alimentation. Ils ont modifié le regard que les mangeurs portent sur leur corps, et responsabilisé, voire culpabilisé, ceux-ci sur les décisions et les choix alimentaires qu’ils entreprennent. Dans le contexte de l’alimentation contemporaine, deux mouvements successifs se mettent en place au cours de la dernière décennie. Le premier, porté prioritairement par les sciences de la nutrition, s’inscrit dans la dynamique de la médicalisation et se traduit par la mise en place de politiques de gestion et de prévention de l’obésité notamment chez les enfants. Le second, davantage représenté par les sciences humaines et sociales, souligne les dimensions sociales et culturelles de l’alimentation comme de la transmission et plaide en faveur du maintien de certaines composantes du « modèle alimentaire français » telles que la commensalité, la sociabilité, le plaisir, la cuisine, les savoir-faire, les rituels alimentaires, etc. Il est possible que la dynamique du processus de médicalisation de la société, particulièrement en France, ait favorisé un mouvement vers l’hédonisme, en permettant de reconfigurer la place du plaisir, de l’épicurisme, du goût, de la convivialité dans ce contexte et en leur donnant une nouvelle légitimité y compris dans le domaine de la nutrition.

  • 7 Les émotions se présentent essentiellement sous deux formes : les positives et les négatives. La jo (...)

16En fin de compte, la thématisation se caractérise par la mise au jour des enjeux sociaux, économiques, environnementaux, médicaux, politiques, qui sous-tendent des dynamiques institutionnelles et sociétales plaidant pour une meilleure prise en compte du plaisir, du bien-être, des émotions positives7, du bonheur, de la qualité de vie dans l’alimentation, l’environnement, l’éducation et la santé. Dans ce contexte, certaines thématiques se visibilisent dans la production scientifique comme le vivre ensemble, l’hédonisme ou les alternatives hédonistes. Par exemple, la recherche accrue de structures alternatives de plaisirs, de préférences altruistes et de satisfactions possibles, notamment alimentaires, à partir de certaines pratiques éthiques, écologiques, solidaires, est à comprendre comme une disposition générale à l’altruisme. Elle rompt avec l’axiome de l’intérêt renforcée notamment par les préoccupations en matière de problématiques des rapports « Nord-Sud » entre les pays ou des solidarités intergénérationnelles en lien avec la transmission et les héritages (Dupuy 2014). Les plaisirs sont alors tournés vers la (re)découverte de la nature, des autres, de l’esthétisme, de la culture, de la santé et du bien-être et plus largement de l’environnement. Ces manières de prendre du plaisir en consommant de façon plus responsable socialement contribuent à imbriquer la morale dans les dispositifs marchands et réglementaires. De la même façon, le regain d’intérêt récent pour les mesures du bien-être abordé initialement sous l’angle de la psychologie et de l’économie qui s’élargit aujourd’hui à la discipline sociologique et au champ de l’alimentation (Rozin 1999 ; Kahneman et al. 2010 ; Guillemin et al. 2016) se comprend au regard de l’intégration de mesures de qualité de vie dans leurs différentes composantes – objectif/subjectif, individuel/social – au regard de situations de transitions alimentaires et/ou biographiques.

17La thématisation de l’objet implique de garder à l’esprit l’actualité de ce sujet et ses enjeux en terme politiques, médicaux, économiques, sociaux et bien entendu culturels et identitaires et ceci d’autant plus du fait de la prolifération des dispositifs de soutien à la recherche développés en lien avec cette question tel que le dispositif CIFRE présenté sous forme de témoignage ci-après.

La recherche dans un dispositif CIFRE

18En s’appuyant sur l’expérience vécue d’un mode de financement de la recherche réservé aux doctorants qu’est la CIFRE, l’objectif est de revenir sur certaines caractéristiques du partenariat pour les remettre dans un cadre plus général – celui d’une collaboration étroite entre recherche et industrie élargissant la discussion sur les relations qu’entretiennent les acteurs de l’agro-alimentaire avec l’univers de la recherche – et dans un cadre particulier – celui de la thématisation pour saisir les conséquences sur la production scientifique.

Le dispositif de recherche

19La CIFRE est un dispositif de politique publique de la recherche en France existant depuis le début des années 1980 qui repose sur un accord tripartite entre un partenaire (privé ou public), un laboratoire de recherche et un doctorant. Une CIFRE se traduit par un contrat de travail d’une durée de trois ans correspondant à l’échéance fixée pour une thèse nouveau régime. L’organisme d’accueil du doctorant perçoit une subvention annuelle versée par l’Association Nationale de la Recherche Technique (ANRT) qu’il complète afin de verser le salaire annuel du doctorant pendant ces trois années. Ce dispositif contribue à favoriser le développement de la recherche partenariale publique-privée tout en plaçant les doctorants dans des conditions d’emploi8 dans la mesure où ils disposent d’une formation académique et professionnelle. Cette double formation est un prérequis des critères d’évaluation par l’ANRT pour l’obtention du dispositif de même que pour sa poursuite durant les trois années évaluées à partir de la rédaction par le doctorant d’un rapport annuel d’activités signé par le laboratoire et l’organisme professionnel. Parmi les critères justifiant l’éligibilité du projet déposé en vue de l’obtention du dispositif figurent l’intérêt et la qualité scientifique du sujet de recherche ainsi que son intérêt technico-économique9.

20Bien qu’encadré, ce dispositif donne lieu à des collaborations et des recherches variées liées entre autres aux relations engagées entre partenaires académiques et privés, au thème de recherche traité et de sa connexion plus ou moins étroite avec les problématiques des deux entités accueillantes, ou encore aux missions proposées au doctorant. Le cadre de travail ainsi que les missions de recherche action ou de recherche fondamentale s’organisent, se négocient et se co-construisent à divers niveaux.

21La recherche doctorale présentée pour illustrer ce point a été effectuée au sein de l’UMR CNRS 5044-CERTOP dans l’équipe Tourisme Alimentation Santé de l’Université de Toulouse 2, sous la direction de Jean-Pierre Poulain et en collaboration avec une entreprise agro-alimentaire. Elle a donné lieu à la soutenance d’une thèse intitulée « La place du plaisir dans la socialisation alimentaire des enfants et des adolescents » (Dupuy 2010).

Contexte de la collaboration et demande initiale du commanditaire

22Dans le début des années 2000, l’accentuation du phénomène de nutritionnalisation des discours sur l’aliment a favorisé un contexte marchand dans lequel la valeur santé dominait le paysage alimentaire. Dans ce climat, un virage a été pris par plusieurs marques autour des liens à avérer entre la consommation de leurs produits et la santé des mangeurs les consommant. À l’inverse, d’autres industriels de l’agro-alimentaire ont vu leurs produits régulièrement diabolisés puis accusés par certains acteurs d’être responsables de l’obésité des enfants en raison des quantités de sucres, de sel ou de matières grasses présentes dans leur composition. Les mouvements de thématisation et de mise en agenda politique de l’obésité (Poulain, 2009) ont probablement conduit l’entreprise à se sentir d’autant plus concernée par ces préoccupations de santé publique que ses produits cristallisaient régulièrement les critiques dans la vie sociale.

23L’entreprise a été l’une des premières à s’intéresser au thème du plaisir sur la scène française et à adopter une nouvelle logique en termes de communication et de positionnement. Elle a entamé une réflexion aussi bien à un niveau interne qu’à un niveau externe en communiquant sur les valeurs de plaisir, proposant ainsi une nouvelle fonction alimentaire mais aussi sociale et psychologique de ses produits et tentant de réarticuler plaisir et santé devenus dans le contexte de l’époque inconciliables. L’objectif était clair : assumer les compositions des produits et leurs valeurs sur le plan nutritionnel, réconcilier le plaisir et la santé dans les perceptions de la société, revenir sur l’histoire et l’origine des produits dits « de plaisirs ». En cela l’entreprise faisait probablement figure de précurseur de cette tendance, qui a, depuis 2005, fait d’autres émules dans la filière agro-alimentaire.

24Mais confrontée très rapidement à la difficulté de communiquer sur le thème du plaisir, la société a décidé de participer au financement d’une recherche doctorale dans le but de sortir de l’affirmation sur l’importance du plaisir et de participer à la construction des connaissances sur ce sujet. Celle-ci avait pour objectif d’enrichir leurs savoirs sur cette notion afin d’en favoriser la communication. Initialement la demande de l’entreprise a porté sur les possibilités de caractériser le plaisir alimentaire. Mais plutôt que d’entrer frontalement sur le thème du plaisir, il a été convenu que la question du plaisir serait abordée au travers des processus de socialisation alimentaire sur lesquels nous travaillions auparavant. Outre l’évacuation du plaisir au second plan pour mettre en avant la socialisation, ce qui permettait de coïncider avec une réflexion plus large sur les champs de l’enfance, de l’alimentation et de la santé, il peut s’être agi aussi d’une attitude prudente face à un objet jamais véritablement étudié pour lui-même en sociologie (Tiger 1992 ; Cochoy 2008 ; Dupuy & Poulain 2008 ; 2012) et dont les perspectives théoriques et empiriques se déploient significativement depuis (Corbeau 2008 ; Dupuy 2013, 2014 ; Régnier & Ferguson (ed.) 2014).

25Cette réflexion sur le positionnement s’est menée au plus haut niveau de la hiérarchie de l’entreprise. Cela a sans doute eu une incidence indirecte sur les conditions de chapeautage de la recherche dans l’entreprise qui se sont situées au niveau de l’organigramme le plus élevé avec des discussions et des échanges passés auprès de la direction générale et des directions de plusieurs services.

26Un autre aspect a été fondamental dans l’exercice de la thèse réalisée au sein de l’entreprise : celui d’une posture de mécénat, affichée dans le courant de la première année par le directeur général de l’époque, entre autres liée à un engagement de l’entreprise - assez inédit pour elle - sur une temporalité longue de la production de connaissances associée à la durée de la thèse. En effet cela a eu pour principales incidences de laisser la doctorante librement conduire la recherche en modérant le plus possible les interventions et les demandes émanant de l’entreprise. Principalement l’activité au sein de l’entreprise s’est organisée sur un principe original, et assez distinct du procédé habituel mené dans le cadre d’une CIFRE, posant les conditions de présence du doctorant au sein de l’entreprise (50% du temps de travail) et du laboratoire à l’université (50% restants). Pendant la thèse, la direction n’a jamais imposé une présence au sein de l’entreprise, laissant presque totale l’autonomie dans la manière de gérer la recherche et l’emploi du temps. L’objectif conjointement défini était que la présence au laboratoire devait être prioritaire, ceci devant favoriser une production scientifique la plus détachée possible des préoccupations de l’entreprise pour pallier d’éventuelles critiques sur les motivations de l’entreprise à financer une recherche, car mécénat comme actions philanthropiques doivent être questionnés. L’entreprise, en tant qu’investisseuse dans le financement d’une recherche, doit (ou a intérêt à) mettre à distance certains procédés d’accompagnement et d’appropriation des résultats pour amenuiser ou anticiper la critique d’un travail de recherche, forcément orienté et subordonné puisque financé. Cet effet devient alors pour le doctorant un effet d’aubaine lui permettant de réaliser une recherche dans une grande autonomie et avec des moyens – ce qui par la même occasion lui permet de mieux anticiper également la critique à laquelle il pourrait être confronté en raison de son mode de financement attaché à des préoccupations mercantiles. En ce sens, le format pris par cette thèse relève davantage d’une allocation de recherche académique plutôt que d’un financement en vue d’une formation professionnelle, voire renvoie à un programme de recherche du fait des supports engagés (conditions matérielles de travail et financement d’une partie du terrain de la recherche).

27 Cet effet d’aubaine reste néanmoins relatif dans la mesure où le doctorant est fixé sur le respect des exigences académiques, professionnelles, voire plus encore sociétales. Ce respect peut se transformer en loyauté et conduire à une forme de réflexivité sur sa recherche et d’honnêteté intellectuelle exacerbées ou à l’inverse à occulter ou oublier certains aspects de la recherche. Dans ce dernier cas de figure, l’absence dans la thèse d’ethnographie fouillée des produits alimentaires associés au plaisir correspond sans doute à un impensé de la recherche lié au financeur de ladite recherche : ne pas risquer de rencontrer le chocolat lorsqu’on est financé par une entreprise vendant des produits de chocolat et de confiseries.

28Si, dans le quotidien de la recherche, les sollicitations de l’entreprise étaient peu nombreuses, la non présence hebdomadaire au sein de l’entreprise n’a pas impliqué une déconnexion du travail pour l’entreprise ; au contraire il a dû alimenter ses activités. En effet, les premiers mois un temps de présence était requis en raison de la participation à une période d’intégration destinée aux nouveaux salariés de l’entreprise (dont, bien qu’ayant un statut particulier, nous faisions partie) et de la réalisation d’entretiens avec des personnels (notamment des services marketing et recherche) pour prendre connaissance de leurs problématiques de travail et d’attentes spécifiques relatives au projet de recherche, de retraitements de matériaux d’enquêtes de l’entreprise (verbatims, tableurs, résultats), du suivi d’autres études effectuées par des cabinets de marketing et enfin aux réflexions menées en interne sur la question du plaisir alimentaire. Cette accumulation de données de première main constitue pour le doctorant une capitalisation d’un savoir (Godelier 2010) sur l’objet. Ensuite, tout au long de la collaboration, des réunions régulières soit de rendus de résultats intermédiaires, soit de pilotage et orientation, ont rythmé le partenariat et se sont déroulées pour la plupart en présence du directeur général et des directeurs de services de l’entreprise, ainsi qu’avec plusieurs membres de leur agence de communication et avec notre directeur de thèse. Ces rencontres fonctionnaient sous des modalités multiples : comités de thèse, expertises, actions de communication et de diffusion internes des résultats pouvant ou devant aboutir à des actions de diffusions externes. Ces dispositifs sont assez révélateurs de la thématisation, les demandes d’information étant nombreuses, mais ils comportent un autre aspect spécifique au type de dispositif de financement. Si la pratique de la sociologie dans le cadre de programmes de recherche ou d’expertises pour l’entreprise la dote d’avantages concurrentiels devant alors être protégés par des clauses de confidentialité (Meynaud 2010), dans le cadre d’un dispositif CIFRE le doctorant ne doit pas être pénalisé par le refus de l’industriel de publier ses résultats. Dans le cas présenté ici, où aucun brevet n’était en jeu, l’entreprise a autorisé voire impulsé toutes actions de diffusion dans le cadre de manifestations académiques et non académiques. Ces dispositifs contribuent à visibiliser le travail effectué et le rendent accessible à la critique ce qui favorise le travail de réflexion sur sa recherche et sa réception et fait émerger de nouvelles pistes de recherche. Pour l’entreprise, c’est la possibilité de communiquer indirectement sur le sujet et la thématisation sociale et scientifique constitue alors un effet d’aubaine pensé et stratégique.

29Enfin, dans le cadre de cette collaboration, un dernier aspect doit être abordé : les effets d’aubaine sur la méthodologie et la collecte de données. L’autonomie dans la recherche de même que le faible coût d’une recherche qualitative ont laissé la possibilité de défendre la réalisation d’un terrain qualitatif, non à usage exploratoire, mais à usage principal. Ce travail a apporté des éléments dont l’entreprise n’avait peut-être pas pris en amont la mesure et offert un changement d’orientation stratégique fort sur la relation au plaisir des enfants avec leurs entourages nourriciers. Le partenariat s’est en outre traduit par le financement d’une enquête quantitative visant à objectiver certaines dimensions du plaisir alimentaire. Cette prise en charge financière a permis la mise en place de ce dispositif et favorisé un matériau de recherche considérable qui constitue un véritable atout sur le plan de la production scientifique et de la professionnalisation du chercheur sur cette méthode. Cependant le protocole d’enquête quantitative étant ambitieux, le temps pris pour l’analyse n’a pas toujours permis de nourrir à temps les réflexions des équipes marketing, ceci ayant sans doute contribué à affirmer la posture de mécénat voire de distanciation de l’entreprise au regard du processus de recherche en cours. Si le jeune chercheur en dispositif CIFRE apprend à se former et à s’approprier les enjeux et contraintes spécifiques d’une entreprise, il en va tout autant pour cette dernière qui est progressivement familiarisée à l’univers de la recherche académique, au temps long de la production scientifique et aux doutes et prises de distance critique propres au travail de recherche.

30Ceci nous conduit à interroger la conciliation entre une sociologie fondamentale et une sociologie appliquée dans un dispositif CIFRE.

Sociologie fondamentale et sociologie appliquée : quelle conciliation dans un dispositif CIFRE ?

31Dans une réflexion portant sur la conciliation dans la pratique professionnelle de la recherche entre la sociologie fondamentale et la sociologie appliquée, Piriou (2006) considère qu’il est impossible de penser une à une et indépendamment ces deux dimensions, ce que l’on peut aisément transposer au dispositif CIFRE. Il devient au contraire impératif et indispensable de s’interroger sur leurs relations réciproques et sur leurs actions dans le processus de construction scientifique. Pour poursuivre la comparaison, la pratique professionnelle en sociologie se distribue sur quatre pôles selon Piriou – études et recherches appliquées, enseignement et formation, conseil, accompagnement et développement – (ibid.). Dans une thèse en convention CIFRE, ces quatre fonctions sont remplies, le plus souvent de façon simultanée, ce qui a des incidences d’une part sur les temporalités dans le processus de recherche et d’application et d’autre part sur « l’identité professionnelle du doctorant » (Gaglio 2008). En outre, l’enquête faite dans le cadre d’une entreprise doit avoir les mêmes qualités que celle réalisée dans un cadre universitaire même si l’usage qui en est fait est distinct.

32Perçue le plus souvent dans l’entreprise comme sociologue, nous étions qualifiés auprès de certains acteurs d’experte sur le thème du plaisir alimentaire. La figure de l’expert renvoie pour l’essentiel (dans un processus de communication et d’échanges) à légitimer la parole scientifique. Cette identité allant de soi « pour autrui » (Dubar 2000) peut être problématique dans la mesure où l’identité de métier peut n’être encore qu’embryonnaire (Gaglio 2008). Il en a souvent résulté (et pour simplifier un processus interactif plus complexe dans la réalité) en réunion intermédiaire de travail une attitude affichée de statut de doctorant et en réunion finale ou prise de parole externe, de sociologue. Les nuances et doutes présentés dans la première situation (liés à des étapes de travail non terminées) devaient disparaître dans la seconde au profit d’un discours affirmé. Ceci souligne la question de l’articulation entre la temporalité de l’entreprise et la temporalité de la recherche. Elle est centrale dans un dispositif de thèse en convention CIFRE. La différenciation des temporalités selon les milieux professionnels est connue et plus récemment documentée dans le champ de la socio-anthropologie de l’alimentation (Goulet et al. 2015). Dans le cas présent, deux tendances principales ont été présentes. La première rapide, à échéance courte, à hauteur de six mois tout au plus, s’appliquait au secteur de l’entreprise et de la communication. La seconde lente, à échéance longue, à hauteur de un an à trois ans pour certaines publications, s’intégrait à l’université ou plus largement au secteur de la recherche. Rapidité d’exécution et de positionnement stratégique dans un univers concurrentiel entre les marques d’une part, processus d’élaboration de connaissances prenant du temps et impliquant une durée pour la prise de distance vis-à-vis de l’objet d’autre part, ainsi que Gaglio en témoigne (2008). Cette tension se traduit par une double exigence que l’on peut repérer à travers la nécessité de passer par un traitement en plusieurs étapes du matériau recueilli pour la thèse et des analyses fournies. Pour répondre aux exigences immédiates de l’entreprise, il s’agit de sélectionner les résultats instructifs à la fois pour l’entreprise et pour la recherche. Les rapports, les supports de présentations et les documents d’analyse, devant par la suite faire l’objet d’une nouvelle appropriation en vue, soit d’une publication ou d’une présentation plus académiques (nécessitant une problématisation spécifique au domaine souhaité dans l’appel à publication ou communication), soit reproblématisés dans le cadre de la recherche pour répondre aux exigences doctorales. Un jeu d’allers et retours entre une sociologie appliquée, ou devant contribuer à des applications, et une sociologie fondamentale s’installe obligatoirement dans ce type de collaboration et ceci plus encore quand la recherche en cours fait l’objet de présentations auprès d’un public large pour répondre à une certaine demande sociale. Ce processus relativise l’opposition classiquement faite en sciences humaines et sociales entre recherche appliquée et recherche fondamentale.

  • 10 La posture de mécénat adoptée par l’entreprise est probablement née aussi d’une difficulté dans les (...)

33Pour parvenir à articuler ces différents niveaux d’analyse, la réflexivité sur son activité et l’ancrage dans la durée s’imposent pour affiner le regard et la compréhension sociologique et éviter la tentation de la distorsion des résultats les plus saillants et/ou les plus parlants et donc les plus faciles à communiquer. Or, les attentes du partenaire se situent le plus souvent dans le présent ou dans un futur proche10. De plus, la pratique du métier s’avère extrêmement différente car devenir chercheur « augure une “professionnalisationˮ progressive alors que les exigences envers un salarié sont immédiates » (Gaglio 2008). Ce contexte présente un risque de contre-performance du fait de la difficulté de se positionner et de l’incapacité parfois à répondre ou à fournir des effets de grossissement en enlevant les nuances. La collaboration inédite instaurée, notamment par le temps de présence effectif passé en laboratoire de recherche bien plus conséquent que celui passé en entreprise, a impliqué des concessions. Il a fallu restituer des résultats pour l’entreprise avant que l’analyse ne soit aboutie, en conciliation avec les présentations par grandes étapes ou orientations thématiques dans les colloques, séminaires et publications. Enfin les résultats finaux présentés à l’occasion du dépôt et de la soutenance de la thèse ont dû être accompagnés simultanément de la diffusion d’un rapport de vulgarisation et d’accompagnement en entreprise. Ainsi que le souligne Gaglio, ceci n’est pas sans incidence sur la formation au métier de sociologue dans la mesure où cela requiert l’apprentissage de savoir présenter, sous différents angles, les recherches effectuées en fonction du public visé et échelonner l’analyse du matériau recueilli, voire isoler des parties répondant à des interrogations conjoncturelles (2008).

34En outre, dans toute recherche en sciences humaines et sociales, les hypothèses sont mises à l’épreuve des résultats obtenus dans la collecte de données ainsi que des apports de recherche existants sur le sujet ou suscités à partir d’échanges au cours de présentation de résultats dans des colloques ou des séminaires de recherche. Dans un processus de recherche en CIFRE, une autre forme de mise à l’épreuve des hypothèses et pistes de recherche se repère et correspond aux spécificités d’une production scientifique dans le cadre d’un dispositif de ce type. Cette production est rendue d’autant plus complexe en raison de la thématisation sociale et scientifique de l’alimentation et également de l’enfance et du plaisir. Cette thématique correspond en effet à l’actualité de cette question dans la vie sociale et débouche sur des demandes d’information et de connaissances de la part de publics multiples qui sont autant de possibilités pour le doctorant de prendre la parole et faire connaître son travail, ainsi que pour l’entreprise-partenaire de valoriser sa participation à la production scientifique au travers du financement d’une recherche doctorale. Cela correspond à ce que l’on pourrait identifier comme des effets d’aubaines pour l’apprenti chercheur et l’entreprise mais qui ne sont pas sans incidence sur le travail du doctorant : la double exigence se transformant alors en triple exigence ceci impliquant souplesse et réflexivité de l’étudiant. En effet, au travers de communications et de formations vulgarisées auprès d’un public disparate, les hypothèses soulevées et les réponses apportées sont de facto confrontées à la réalité vécue ou perçue des publics – professionnels ou quelquefois particuliers – concernés plus ou moins directement par ces questions. Les interrogations nouvelles suscitées, les points de blocage ou de désaccord ou le travail d’appropriation de nouveaux sens générés au cours des échanges apportent une dynamique dans le processus de construction scientifique d’une problématique et peuvent faire émerger de nouvelles hypothèses de recherche. Il s’agit d’une confrontation de points de vue et de regards sur des questions et des thèmes mais très largement aussi sur des retours d’expérience auxquels ces personnes sont confrontées dans le cadre de leurs fonctions. Par des chemins détournés, cela permet aussi de collecter des données et des informations supplémentaires (de stratégies d’entreprise et d’acteurs, d’actualité d’une question de recherche, d’échanges avec des interlocuteurs ayant des compétences différentes sur cette question, etc.) en vue de la compréhension plus fine du sujet et de son contexte socio-historique d’émergence. Il s’agit, selon la formule consacrée, d’« aides à penser ». Ces échanges, loin d’éloigner du sujet, contribuent probablement à élargir la réflexion plus qu’à la restreindre, et, dans le cas présent à s’intéresser à la façon dont la question du plaisir alimentaire s’est thématisée. Ceci rend alors plus attentif à la façon dont les notions conceptuelles et les outils méthodologiques en cours de problématisation émergent dans cette dynamique de productions scientifiques tout en rendant le travail de distanciation plus complexe en raison des demandes sociales de connaissances s’inscrivant dans l’urgence et la courte durée. En interrogeant les rapports entre science et société, concrétisés d’une certaine manière en raison du dispositif de financement de la recherche et de ses modalités de réalisation, un questionnement d’ordre théorique a émergé à propos des effets des représentations utilitaristes du plaisir et des relations qu’elles peuvent entretenir dans la thématisation de la question. Il semble possible d’affirmer que les conceptions utilitaristes contemporaines du plaisir – qui s’enracinent plus largement dans les fonctions sociales du plaisir et leur renouvellement – visent, sur le plan scientifique, à connaître et à mettre en pratique l’utilité du plaisir alimentaire dans une optique de philosophie sociale. Celle-ci peut, dans sa forme extrême, pencher en faveur d’une instrumentalisation du plaisir au service d’autre chose que cela soit la santé, l’épanouissement, la vie heureuse, la découverte du goût mais aussi l’identité ! Le sociologue ou chercheur en général, plus sollicité que jamais sur ces questions brûlantes, peut voir sa parole déformée : les jeux de nuances, de doutes et de précautions scientifiques disparaissant alors du paysage médiatique.

Conclusion

35Cet article défend l’idée que la démarche consistant à interroger les enjeux, les contraintes, les limites et les enseignements du financement de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation constitue une nouvelle étape dans le processus de thématisation de l’alimentation à l’instar d’autres domaines de recherche.

36À partir d’un témoignage sur le financement d’une thèse dans le cadre d’un dispositif CIFRE, l’article présente en quoi un financement de ce type interroge le mode de production scientifique du jeune chercheur soumis à des exigences professionnelles, académiques et sociales dans la mesure où la demande sociale est forte. Une des motivations qui caractérise l’expérience du doctorat est la recherche d’une reconnaissance académique et la poursuite possible pour l’impétrant dans cette voie. La production de connaissances n’a alors pas pour seule fonction de nourrir les stratégies de l’entreprise dans la mesure où elle doit répondre également à des critères universitaires – la production d’une thèse évaluée par des chercheurs ainsi que des publications et communications scientifiques. La coopération engagée dans le dispositif CIFRE implique d’apprendre à fournir des outils et données susceptibles d’alimenter les réflexions de l’entreprise puis à reprendre le travail en vue d’une diffusion répondant aux exigences académiques ou parfois l’inverse, simplifier une production scientifique pour communiquer auprès de l’entreprise. La recherche de légitimation par l’univers professionnel comme par les milieux scientifiques renforce la réflexivité du chercheur sur ses pratiques de restitution et de partage des connaissances écrites et orales. Cet apprentissage est visible dans la diffusion et la réception des connaissances, réception permettant ou non la légitimation de la production scientifique. Celle-ci est d’autant plus forte que le doctorant en CIFRE est amené à se justifier sur la rigueur scientifique qui accompagne son travail en raison des présupposés qui ont la vie dure dans le milieu académique qu’une recherche financée par un commanditaire privé est orientée et subordonnée à ce dernier (Meynaud 2010 ; Godelier 2010). Ce processus exacerbe la réflexivité engagée par le chercheur.

37L’actualité d’un sujet de recherche pose d’autres questions sur le mode de production scientifique. La demande sociale inscrit de facto le processus de recherche doctorale dans le dynamisme de la production scientifique et de sa médiatisation. L’article montre, en le restituant subjectivement, comment la problématique de la recherche peut évoluer en faveur d’un questionnement articulant en quelque sorte utilité de son objet et utilité du sociologue et/ou de la discipline – questions classiques dans la discipline – et en proposant de réfléchir à la responsabilité sociale du jeune chercheur soumis à un impératif de réflexivité et de distanciation critique lui permettant de réfléchir à sa participation au processus en cours sur son objet de recherche. Le jeune chercheur travaillant sur cet objet se doit de réfléchir à son engagement car cela constitue pour lui une voie de recherche intéressante d’autant plus que la production de données et de savoirs s’avère essentielle dans la mesure où certains objets (ici le plaisir) ont été lésés par la sociologie. En forçant le doctorant à produire et communiquer du sens sur sa recherche, cela l’oblige à clarifier ses questionnements et ses raisonnements, de même qu’à s’emparer des modes d’appropriation et de réception de ses résultats par des acteurs nombreux ce qui contribue sans doute à « affûter (son) regard sociologique » (Hughes 1997) dans la mesure où il s’agit de ne pas tomber dans l’écueil de la loyauté qui, ici, est triple : à l’égard de l’entreprise, du milieu universitaire et de la société. Distanciation, vulgarisation, compréhension de l’actualité de son sujet et travail de synthèse participent de ce processus. De plus, la thèse peut ainsi se construire dans une double tension : « avec et contre une manière de penser omniprésente et dominante » (ibid.). Cela semble essentiel au regard de l’actualité de son objet d’étude, de l’engouement médiatique sur cette question, de la prolifération publicitaire dont il est le traitement qui pousse sans doute la créativité dans un objectif de différenciation. Cet aspect n’est pas sans rappeler les réflexions menées par les anthropologues et les sociologues concernant leur proximité ou l’actualité des objets qu’ils étudient sur le travail et les conditions de production des connaissances scientifiques par le chercheur lui-même en tenant compte de sa subjectivité et des interactions et traductions qu’il tisse avec ceux qu’ils étudient (Ghasarian (éd.) 2002).

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

BERTHELOT J.-M. 1998. « Les nouveaux défis épistémologiques de la sociologie », Sociologie et Sociétés, vol. XXX, I : 23-38.
DOI : 10.7202/001063ar

BERTHELOT J.-M. 2000. « La constitution épistémologique de la sociologie française », in J.-M. Berthelot (ed.) La sociologie française contemporaine : 29-46. Paris : PUF Quadrige.

BROUGERE G. & DE LA VILLE V. I. 2011. On ne joue pas avec la nourriture! Enfance, Divertissement, jeu et alimentation: entre risques et plaisirs. Paris : Cahiers n°16 de l’OCHA.

COCHOY F. 2008. « L’art d’emballer le plaisir : le packaging entre nutrition et délectation », in J.-P. Corbeau (ed.) Nourrir de plaisir : 24-32. Paris : Cahier n°13 de l’OCHA.

CORBEAU J.-P. 2008. « Nourrir de plaisir, Se nourrir de plaisir : de la recommandation à la condamnation », in J.-P. CORBEAU (ed.) Nourrir de plaisir : 154-162. Paris : Cahier n°13 de l’OCHA.

DANIC I., DELALANDE J., RAYOU P. 2006. Enquêter auprès d’enfants et de jeunes, objets, méthodes et terrains en sciences sociales. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

DELALANDE J. 2006. « Le concept heuristique de culture enfantine », in R. Sirota (ed.) Éléments pour une sociologie de l’enfance : 267-274. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

DEROUET J.-L. 2000. « L’éducation : un domaine en quête de société », in J. M. Berthelot (ed.) La sociologie française contemporaine : 199-210. Paris : PUF Quadrige.

DIASIO N. (ed.). 2004. Au palais de dame tartine. Regards européens sur la consommation enfantine, Paris : L’Harmattan.

DIASIO N., HUBERT A., PARDO V. (ed.). 2009. Alimentations Adolescentes en France, Paris : Cahiers de l’OCHA n°14.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUBAR C. 2000. La crise des identités, Paris : PUF.
DOI : 10.3917/puf.dubar.2010.01

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUBET F. 2002. « Pourquoi ne croit-on pas les sociologues ? », Educations et Sociétés, 9, 2002/1 : 13-25.
DOI : 10.3917/es.009.0013

DUPUY A. 2008. « Le plaisir au service du réenchantement de l’alimentation ? », in J.-P. Corbeau (ed.) Nourrir de plaisir : 90-100. Paris : Cahier n°13 de l’OCHA.

DUPUY A. 2010. La place du plaisir dans la socialisation alimentaire des enfants et des adolescents, thèse de doctorat en sociologie, Toulouse, Toulouse 2.

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires. Socialisation des enfants et des adolescents, Sociologie, Collection Tables des hommes, Rennes : PUR - Presses universitaires François-Rabelais.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUPUY A. 2014. « Thématisation du plaisir alimentaire et visées utilitaristes », Sociologie et Sociétés, Volume XLVI, n° 2, automne 2014 : 253-275.
DOI : 10.7202/1027150ar

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

DUPUY A. & POULAIN J.-P. 2008. « Le plaisir dans la socialisation alimentaire », Enfance : 261-271.
DOI : 10.3917/enf.603.0261

DUPUY A. & POULAIN J.-P. 2012. « Le plaisir alimentaire », in J.-P., Poulain (ed.) Dictionnaire des cultures alimentaires : 1027-1039. Paris : PUF Quadrige.

DUPUY A. & POULAIN J.-P. 2015. « Le plaisir de manger », in C. Esnouf, J. Fioramonti, B. Laurioux (ed.) L’alimentation à découvert : 45. Paris : CNRS éditions.

FISCHLER C. (ed.).1979. « La nourriture. Pour une anthropologie bioculturelle de l’alimentation », Communications, 31.

FISCHLER C. 1990. L’homnivore, Paris : Odile Jacob.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

GODELIER E. 2010. « Entreprise et sciences sociales : production de savoir ou collusion ? », Tracés, 10 : 55-63.  
DOI : 10.4000/traces.4684

GAGLIO G. 2008. « En quoi une thèse CIFRE en sociologie forme au métier de sociologue ? Une hypothèse pour ouvrir le débat », Socio-logos, Numéro 3.

GHASARIAN C. (ed.). 2002. De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris : Armand Colin.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

GOULET F., S. A. SAUVEGRAIN, L. ARCINIEGAS, N. BRICAS. 2015. « Innover de façon plus juste ? De la place des connaissances dans un dispositif de coopération sciences sociales-industrie », Innovations 2015/2, n° 47 : 33-54.
DOI : 10.3917/inno.047.0033

GUILLEMIN I., MARREL A., ARNOULD B., CAPURON L., DUPUY A., GINON E., LAYE S., LECERF J.-M., PROST M., ROGEAUX M., URDAPILLETTA I., ALLAERT F.-A. 2016. « How French subjects describe well-being from food and eating habits? Development, item reduction and scoring definition of the Well-Being related to Food Questionnaire (Well-BFQ©),   Appetite, Volume 96, 1 January 2016 : 333-346.

HABERMAS J. 1981. Théorie de l'agir communicationnel, Volume 1&2, 1987, Paris : Fayard.

HAMELIN BRABANT L. & TURMEL A. (ed.) 2012. Les figures de l’enfance : un regard sociologique, Québec : Presses Inter Universitaires.

HUBERT A. 2003. « Entre plaisir et santé », Le mangeur du 21e siècle : les aliments, le goût, la cuisine et la table, Colloque international de Dijon, Dijon : Educagri Editions.

HUGHES E-C. 1997. Le regard sociologique, Recherches d’histoire sociale, Paris : EHESS.

KAHNEMAN D., D.A. SCHKADE, C. FISCHLER, A. B. KRUEGER et A. KRILLA. 2010. “The structure of well-being in two cities: life satisfaction and experienced happiness in Columbus, Ohio and Rennes, France” in E. Diener, D. Kahneman & J. Helliwel (ed.), International differences in well-being: 16-33. Oxford: Oxford University Press.

LAHIRE B. 2001. L’homme pluriel, Les ressorts de l’action, Paris : Nathan / Vuef, 1ère éd.: 1998.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

MEYNAUD H. Y. 2010. « Sciences sociales et entreprises : liaisons dangereuses ? », Tracés, 10 : 31-44.
DOI : 10.4000/traces.4664

MONTANDON C. 1998. « La sociologie de l’enfance : l’essor des travaux en langue anglaise », Education et Sociétés, 2 : 91-118.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

PIRIOU O. 1999. « La sociologie, métier ou profession ou quand les sociologues prennent position sur l’exercice de la sociologie », L’Homme et la société, 131 : 23-42.
DOI : 10.3406/homso.1999.2994

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

PIRIOU O. 2006. La face cachée de la sociologie, Paris : Belin.
DOI : 10.3917/sopr.014.0163

POULAIN J.-P. 2002. Les sociologies de l’alimentation, Paris : PUF.

POULAIN J.-P. 2008. « Du goût au plaisir, début d’une thématisation », in J.-P.  Corbeau (ed.) Nourrir de plaisir : 47-53. Paris : Cahier n°13 de l’OCHA.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

POULAIN J.-P. 2009. Sociologie de l’obésité, Paris : PUF.
DOI : 10.3917/puf.poula.2009.01

POULAIN J.-P. (ed.) 2012. Dictionnaire des cultures alimentaires, Paris : PUF.

POULAIN J.-P. & CORBEAU J.-P. 2012. « Thématisation de l’alimentation dans les sciences humaines et sociales », in J.-P. Poulain, Dictionnaire des cultures alimentaires : 1329-1336. Paris : PUF.

RAYOU P. 2002. « A quoi sert la sociologie de l’éducation ? ou : la circulation des savoirs entre sociologie de l’éducation et société », Education et Sociétés, 9, 2002/1 : 5-11.

REGNIER F., LHUISSIER A. & GOJARD S. 2006. Sociologie de l'alimentation, Paris : La Découverte.

REGNIER F. & PARKHURST P. (ed.) 2014. « Manger - entre plaisirs et nécessités », Sociologie et Sociétés, Volume XLVI, 2, automne 2014.

ROZIN P. 1999. “Preadaptation and the Puzzles and Properties of Pleasure” in D. Kahneman, E. Diener, N. Schwarz (ed.) Well-Being, The Foundations of Hedonic Psychology: 109-133. New York : Russell Sage Foundation.

SINGLY (de) F. 2000. « Le changement de la famille et ses interprétations théoriques », in J.-M. Berthelot (ed.), La sociologie française contemporaine : 185-198. Paris : PUF Quadrige.

SIROTA R. 1993. « Le métier d’élève », Revue française de pédagogie, 104, juillet-septembre : 85-108.

SIROTA R. 1998. « L’émergence d’une sociologie de l’enfance : évolution de l’objet, évolution du regard », Education et Sociétés, 2 : 9-34.

SIROTA R. (ed.). 2006. Eléments pour une sociologie de l’enfance, Le sens social, Rennes : PUR.

SUREMAIN (de) C.-É. 2000. Dynamiques de l’alimentation et socialisation du jeune enfant à Brazzaville (Congo). Autrepart, 15 : 73-91.

SUREMAIN (de) C.-É & COHN C. (ed.) 2015. « Patrimoines alimentaires enfantins : Eclairages anthropologiques », 9, Anthropology of food.

TIGER L. 1992. A la recherche des plaisirs, Paris : Dunod.

Top of page

Notes

1 Consulter la conférence donnée par Jean-Pierre Poulain pour les 20 ans de l’OCHA en 2012. http://www.youtube.com/watch?v=bjpRJXauMHg (dernière consultation : 9/12/15).

2 Pour ce faire l’article reprend la proposition de Gaglio (2008) concernant sa propre expérience de thèse CIFRE transformée en témoignage réflexif pour interroger la formation au métier de sociologue. Partant, l’article s’appuie sur une expérience subjective pour réfléchir aux conditions et effets d’une recherche doctorale financée.

3 Il s’agissait de questionner la valorisation du discours sur la transmission du plaisir et de valeurs considérées comme « positives » dans l’alimentation, telles que la convivialité, le partage des émotions gustatives et la commensalité, auprès des jeunes générations. L’hypothèse formulée résidait dans le fait que ce discours résultait d’un effet combiné de la thématisation sociale et scientifique de ces objets, soutenu par la défaillance supposée de la transmission, renforcée par l’omniprésence de représentations utilitaristes du plaisir dans nos sociétés (Dupuy 2014).

4 La question de la dilution du savoir sociologique dans la société et de ses effets est bien documentée mais problématisée de façon trop mineure encore dans le domaine de l’alimentation.

5 Coordination : de La Ville « Les ludo-aliments. La consommation enfantine d’aliments ludiques : entre plaisir, risque et éducation… », PNRA 2006.

6 Coordination : Pardo « Alimentations adolescentes en France », PNRA 2007.

7 Les émotions se présentent essentiellement sous deux formes : les positives et les négatives. La joie, le plaisir, le rire, l'excitation, l'enthousiasme font partie des émotions positives, en tant qu’énergies stimulantes, supportives et constructives.

8 Source : http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/mode_emploi.jsp?p=40 (dernière consultation : 10/12/15).

9 Ibid.

10 La posture de mécénat adoptée par l’entreprise est probablement née aussi d’une difficulté dans les premiers temps de la thèse de produire des résultats aisément applicables dans la mesure où le processus de recherche implique en premier lieu une revue de la littérature pour construire la problématisation. L’inexistence d’une sociologie du plaisir et l’invisibilité de cet objet dans les travaux sociologiques ont nécessité l’élargissement de la recherche bibliographique à d’autres disciplines dont la philosophie, la psychanalyse et la psychologie, ceci rendant le travail d’appropriation plus complexe.

Top of page

References

Electronic reference

Anne Dupuy, « Les enjeux du financement de la recherche en sociologie de l’alimentation », Anthropology of food [Online], 10 | 2016, Online since 06 February 2016, connection on 10 December 2016. URL : http://aof.revues.org/8000

Top of page

About the author

Anne Dupuy

Enseignant chercheur en sociologie, UMR5044-CERTOP Centre d’Etude et de Rechercher Travail Organisation Pouvoir, Université Jean-Jaurès ; anne.dupuy@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page