Skip to navigation – Site map

Anne Dupuy : Plaisirs alimentaires ; Socialisation des enfants et des adolescents

Caroline Giacomoni

Full text

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires ; Socialisation des enfants et des adolescents. Rennes : Presses Universitaires de Rennes ; Presses universitaires François-Rabelais. Coll. Tables des Hommes. 475 p.

Introduction

1Cet ouvrage présente les résultats issus d'une importante recherche menée par Anne Dupuy s'intéressant à un objet plutôt lésé par la sociologie, celui des plaisirs alimentaires des enfants et des adolescents par le prisme du processus de socialisation. Penser le plaisir alimentaire au sein d'une articulation sociologique socialisation-éducation-enfant est une entreprise novatrice et ambitieuse, et malgré sa complexité le défi est largement relevé grâce à une important travail de conceptualisation et théorisation de l'objet de recherche mais aussi d'analyse de nombreuses données variées. L'objet de recherche a été investigué grâce à une enquête quantitative menée auprès de 2528 individus dont 1002 enfants et adolescents, et une enquête qualitative réalisée auprès de 97 personnes dont 53 enfants. Les plaisirs alimentaires sont analysés par le recours aux échelles macro, méso et micro sociologiques permettant plusieurs niveaux de lecture et d'interprétation. Et afin de mieux cerner et comprendre le plaisir en lien avec la modernité alimentaire, la recherche s'étaye de travaux socio-historiques, anthropologiques, psychologiques, épistémologiques, biologiques. La question concernant l'expérience de la modernité alimentaire et du plaisir chez les jeunes émerge de plus en plus sur la scène sociale, médiatique comme scientifique. Or, les études qui s'intéressent à la modernité alimentaire s'inscrivent souvent dans la dynamique de la médicalisation et "santéisation" de notre société, sous un angle plutôt fonctionnaliste. La difficulté est de pouvoir s'en détacher, et comme le souligne A. Dupuy de "dépasser quelques-uns des clivages analytiques dans la compréhension" de la modernité alimentaire (23). L'auteure rappelle d'ailleurs combien les choix alimentaires ne sont pas forcément en lien avec des actions rationnelles notamment en matière de santé et que d'autres dimensions plus ou moins subjectives sont à l'œuvre. Afin d'aborder les plaisirs alimentaires, la première partie de l'ouvrage présente les enjeux sociaux liés à la modernité alimentaire et les enjeux de la problématisation de l'objet de recherche, à savoir, penser la triptyque alimentation-socialisation-plaisir notamment par une lecture matricielle (34). Dans un second temps sont développés la place et le rôle du plaisir dans la socialisation alimentaire des enfants et adolescents, ainsi que les dimensions sociales et culturelles du plaisir alimentaire. Cette partie associe également une présentation et une analyse a posteriori de la méthodologie. Enfin, la dernière partie est consacrée aux résultats articulant les dimensions bio-psycho-socio-culturelles autour des différents niveaux de lecture et compréhension de l'enfant et de l'adolescent au regard des relations et de l'expérience entre/des mangeurs.

Le plaisir alimentaire: l'émergence d'un nouvel objet de recherche

2Une première définition du processus de socialisation alimentaire tel qu'il est envisagé par la recherche annonce le travail de conceptualisation et problématisation entrepris par A. Dupuy, repositionnant son objet de recherche au regard des différents concepts et courants de pensée. Elle éclaire les problématiques constitutives de l'axe de recherche par une analyse sociologique, proposant notamment une lecture de la modernité alimentaire, de la socialisation et de la jeunesse (enfants et adolescents) à travers les principales matrices que sont "la différenciation sociale", la "rationalisation" et "l'expérience de la condition moderne". L'auteure reprend le débat concernant l'alimentation moderne comprise entre restructuration et déstructuration au sein de la société contemporaine, pour penser l'alimentation enfantine en terme d'évolution et de changements. Les questions du choix et de la décision alimentaire, quant-à-elles, sont pensées au regard des représentations, cultures, "idéologies" et bio-pouvoirs liés à la place accordée à la santé qui structurent la société contemporaine et sont révélateurs du rapport qu'entretient l'homme avec la maladie, le soin, la santé. A. Dupuy évoque également une posture critique pointant que la "médicalisation, appuyée par les sciences de la nutrition, demeure réductrice des dimensions sociales, culturelles et symboliques de l'acte alimentaire" (55) et revient sur la légitimité d'une "médicalisation" de l'alimentation actuelle. Le comportement alimentaire est souvent "pathologisé" au détriment des dimensions de plaisir et de culture/identité (58). L'auteure souligne alors l'intérêt des travaux sur les dynamiques de recompositions identitaires dans les situations de migrations, de métissages et d'exotisme, annonçant l'idée de pluralité (expérience de la pluralité et pluralité d'expériences). Cette dernière idée ouvre déjà sur la socialisation alimentaire insérée dans un mouvement de différenciation/intégration vis-à-vis des normes, dans un contexte de mondialisation. Par l'appréhension des modèles alimentaires, A. Dupuy explique combien la sociologie interactionniste semble être la plus à même à pouvoir comprendre les attitudes à l'égard des aliments en terme de plaisir ou de déplaisir. En filigrane se perçoit également l'approche transdisciplinaire de la chercheure rappelant toujours que des facteurs biologiques, psychologiques, économiques, écologiques, culturelles, peuvent déterminer le choix des individus en matière d'alimentation. Par la suite, la grille de lecture bio-culturelle de l'alimentation contemporaine amorce une réflexion autour des notions de commensalité, convivialité et d'échanges affectifs présents dans les consommations alimentaires, permettant dès lors de réfléchir à la socialisation alimentaire de l'enfant et de l'adolescent (75). En premier lieu, l'auteure propose une lecture de la socialisation alimentaire sous l'angle de la défaillance de l'éducation alimentaire faite auprès des jeunes générations, sous-tendant le risque de pathologie telle que l'obésité infantile. Reprenant de récents travaux soulignant le lien entre la crise de la famille et la crise de transmission alimentaire entre générations, l'auteure semble entériner une vision "médico-nutritonnelle" de la socialisation alimentaire, qui envisage la perte des repères et des modèles stables chez les jeunes mangeurs comme facteurs de risque. Ainsi, même si l'auteure se questionne quant au fondement des diagnostics spontanés concernant la crise de transmission alimentaire, cette question reste problématisée en termes de défaillance car associée à plusieurs phénomènes dont la démission parentale, la désintégration des valeurs traditionnelles, et modification du paysage traditionnel de la famille nucléaire, carence d'affection maternelle et de carence d'autorité paternelle (Chicchelli, 2001b, p.26). Toutefois, A. Dupuy, à travers les travaux de Cicchellli, de Singly, Simmel, nuance cette interprétation qui pourrait justifier une action étatique délétère car trop interventionniste sur la famille par la substitution de l'état ou d'autres acteurs médicaux aux parents dans l'éducation alimentaire des enfants. L'auteure questionne alors le rôle de l'école dans la socialisation alimentaire des enfants et des adolescents et soulignent les incidences nuisibles que peuvent avoir les programmes d'éducation nutritionnelles au sein des écoles redessinant la pénétration "de la sphère publiques dans la sphère privée par l'entremise des enfants" (89). Ainsi, A. Dupuy fait un travail intéressant de balisage des écueils à éviter lorsqu'on s'intéresse à la socialisation des enfants, thème longtemps rejeté de l'analyse sociologique, mais qui suscite un intérêt scientifique croissant. Elle envisage également la question de la socialisation non seulement à travers sa fonction sociale mais également à travers la tradition issue de paradigme de l'interaction où une place est laissée à une dynamique personnelle dans laquelle l'individu peut agir sur le cours de son existence et n'est pas conditionné. L'enfant est donc appréhendé dans sa relation avec les autres, en tant qu'individu exposé à diverses expériences socialisatrices inscrites dans des phénomènes d'apprentissage. Trois logiques socialisatrices ("incorporées", "créatrices" et "stratégiques") servent alors de base analytique vis-à-vis des résultats obtenus. L'auteure annonce clairement que l'ambition de la recherche "est d'analyser certains facteurs personnelles et environnementaux impliqués dans l'univers alimentaire des jeunes, de mieux en connaitre les pratiques et les représentations" (123). Enfin, cette première partie s'achève en intégrant "les manières dont le plaisir alimentaire est pensé par les sciences humaines et sociales afin de comprendre le rapport entre mangeur, plaisir et alimentations dans les sociétés occidentales, particulièrement française" (124). L'auteure part des conceptions du plaisir dans la tradition philosophique et religieuse occidentale pour aboutir à l'appropriation de ce sujet par les sciences, notamment le renouvellement de son statut grâce à la perspective psychanalytique et psychophysiologique, et sa problématisation sociologique. Elle s'attache également à différencier sociologie du goût et sociologie du plaisir, et inventorie des grilles de lecture socio-anthropologique sur le thème du plaisir alimentaire (posture utilitariste ou hédoniste-spontanée vis à vis du plaisir), versus déplaisir. Un dernier point important aborde le plaisir compris en termes de construction de choix, de décision alimentaire, associé aux problématisations morales et esthétiques.

3Ayant posé le contexte théorique et conceptuel général de son objet de recherche, A. Dupuy explore de manière plus approfondie les dimensions sociales et culturelles du plaisir alimentaire. Elle justifie a posteriori le recours à l'analyse macro, méso et microsociale, et aux outils méthodologiques utilisés au regard de la dimension transdisciplinaire de sa recherche. Le plaisir est ainsi abordé à travers le concept de socialisation intégrant les processus de socialisation au plaisir et le rôle du plaisir dans le processus de socialisation. Cette deuxième partie finit de circonscrire l'objet de recherche dans sa conceptualisation et théorisation, travail complexe dont l'auteure se sort avec brio. Elle montre combien approche quantitative et qualitative se complètent pour comprendre les formes que le plaisir alimentaire prend au regard entre autre des normes véhiculées, mais également pour analyser plus finement des pratiques et représentations relatives au plaisir en termes de transmission et d'éducation alimentaire (dans la relation enfants-parents). Il y a là une prise en considération du plaisir alimentaire au sein de la pluralité et de l'hétérogénéité des expériences, contextes, valeurs, symboles, schèmes, et donc des mutations possibles des formes de socialisation chez l'enfant. A. Dupuy s'intéresse aux aptitudes et compétences, mais également au processus réflexif qui voit le jour dans l'expérience du plaisir alimentaire "dans un double mouvement d'incorporation et d'objectivation des préférences alimentaires [...]" (181). Suite à la déclinaison des dimensions liées au plaisir, l'auteure décrit les étapes de la production des données. Cette description permet à A. Dupuy de "justifier" scientifiquement le découpage des âges des enfants et adolescents. Le lecteur comprend alors que la définition de l'échantillon est effectuée à partir du concept de néophobie alimentaire (186) permettant d'établir un critère se sélection de l'âge de 7 à 17 ans. Quant à l'organisation de la recherche, elle se base sur un travail d'articulation entre les hypothèses de recherche et d'élaboration, puis de collecte des données conjuguant enquête qualitative (rassemblant entretiens semi-directifs individuels ou groupés et phases d'observations auprès des individus) et enquête quantitative (passation de questionnaires). A. Dupuy apporte une profondeur à sa recherche en développant à la fois "le protocole de l'analyse qualitative par entretiens et observations" (194), les thèmes principaux évoqués dans les guides d'entretien et la présentation des questionnaires. Elle démontre ainsi la pertinence des méthodes utilisées pour répondre à ses problématiques de recherche. Le travail d'objectivisation et de conscientisation d'un possible écart entre pratiques déclarées et pratiques réelles témoigne de l'honnêteté intellectuelle de l'auteure.

Au contact de l'alimentation: plaisir et socialisation

4Forte de sa construction conceptuelle et méthodologique et des apports théoriques, A. Dupuy présente dans une troisième partie les résultats de l'enquête quantitative puis ceux de l'enquête qualitative. Ces résultats témoignent ici de phénomènes de mutations alimentaires importants (258). Le plaisir est abordé dans un premier temps au regard d'une crainte ravivée par la diffusion de l'obésité et du surpoids chez l'enfant, autorisant à penser les nouvelles formes éducatives comme défaillantes. Dès lors le plaisir alimentaire est envisagé comme ressort socialisateur pouvant "limiter l'érosion des modèles alimentaires" (227) et réguler les consommations alimentaires. Aussi, normes et pratiques sont comparées pour nourrir une réflexion sur la socialisation alimentaire. L'étude s'intéresse donc aux trois repas de la journée et aux prises alimentaires hors repas. Les dissonances et cohérences qui émergent s'appuient sur des données chiffrées en pourcentages et laissent entrevoir que les trois repas du petit-déjeuner, déjeuner et diner témoignent d'un attachement à la norme "traditionnelle", mais que leur pratique tend vers une simplification un assouplissement. A. Dupuy constate également un phénomène massif de dissonance chez les enfants et adolescents entre norme et pratique et d'une dissonance cognitive avec une norme complète (255). Cette analyse des principaux repas est complétée par l'intégration des prises alimentaires hors repas, plus significativement celles du goûter et de la collation du matin qui s'affirment comme quatrième et cinquième repas chez les enfants. L'élément intéressant qui ressort est sans doute les attitudes déculpabilisées vis-à-vis du "grignotage" chez les jeunes ainsi que le vagabondage alimentaire. Il est cependant dommage que le modèle des trois repas par jour en tant que norme ne soit pas déconstruit au niveau socio-historique, et que les consommations hors repas ne soient pas rapprochées d'autres rythmes des repas au-delà du territoire métropolitain. A. Dupuy démontre par la suite que l'alimentation des jeunes peut être reliée de manière significative aux variables socio-descriptives ainsi qu'aux styles éducatifs parentaux. En effet, l'existence d'un répertoire alimentaire enfantin et jeune (304) serait fortement associée à la tension éducative entourant l'acte alimentaire. D'ailleurs, le plaisir peut être considéré comme "un levier d'éducation alimentaire activé par les parents dans certains domaines pour permettre partiellement aux enfants de s'affranchir de leurs règles et de leur autorité" (307). Cette analyse permet de souligner ici le rôle du plaisir dans le processus de socialisation alimentaire dans sa fonction sociale à travers les processus éducatifs, d'apprentissage, de régulation des comportements alimentaires, etc. Un point intéressant notamment au niveau représentationnel et nutritionnel est que le plaisir n'est pas associé au sucre, aux "douceurs", mais plutôt à l'idée plus générale de "bonne cuisine", de "gourmandise" (313), et de "convivialité" (même si produits sucrés sont fortement représentés dans l'ensemble des réponses). Il est également intéressant d'apprendre que les déterminants culturels tendent à masquer les déterminants sociaux (333). Si des particularismes émergent de l'analyse comme le fait que le plaisir en France n'est que peu considéré comme nuisible à la santé, l'enquête quantitative laisse de "nombreux points aveugles". A. Dupuy envisage donc d'autres pistes de réflexion dans l'analyse qualitative. Le chapitre qualitatif se consacre ainsi à traiter l'échange, le partage, le transmission autour de l'alimentation, en lien avec la notion de plaisir. L'approche qualitative permet de mettre l'accent sur plusieurs éléments dont la création et reproduction des modèles comportementaux et de valeurs alimentaires inhérents à l'importance des relations et contextes sociaux permettant l'apprentissage du plaisir tant au niveau de l'acceptation, de l'appropriation qu'au niveau du choix. Cette partie montre combien la relation au plaisir agit dans la construction et valorisation des identités enfantines et adolescentes et comment le plaisir est la base de la construction identitaire. Le lecteur approche ici le domaine des émotions, des sentiments, de l'affect, au sein des liens unissant parents (spécifiquement "mère nourricière") et enfants, et enfants entre eux dans le domaine des nourritures. L'alimentation est placée dans une dimension immatérielle, subjective, symbolique. A. Dupuy aborde également des aspects culturels notamment à travers le statut et le rôle des femmes au sein des familles (à travers les tâches alimentaires), en tant que "préparatrices" des nourritures, participant au processus de socialisation aux plaisirs des enfants; les relations de plaisir instaurés entre les mères et les enfants reposeraient d'ailleurs sur un mécanisme "silencieux, intériorisé et incorporé" (376). Dans la situation de "nourrir" et "se nourrir", une nouvelle figure, paternelle, est appréhendée en matière de plaisir. En effet, le rôle du père dans l'expérience alimentaire notamment des saveurs, apparait dans les discours des jeunes qui valorisent les expériences plus rares, "libres" et donc "extraordinaires" vécues avec eux. Les aïeux (grands-parents) sont également envisagés comme acteurs centraux et spécifiques dans les processus de socialisation alimentaire et du plaisir, car moins impliqués dans l'éducation de leurs petits-enfants. Ainsi se profile l'importance de la qualité du contexte socio-affectif dans la famille - non seulement à travers les postures (obligation/choix), les normes (répétition d'expériences, banalisation des manières de manger, etc.) mais également les représentations - (383) constitutive ou non de l'incorporation d'habitudes de consommation et d'aliments dans le répertoire alimentaire. Un point fort intéressant est l'effet fixateur plus ou mois puissant des modèles alimentaires des parents dans la transmission auprès des enfants, selon qu'ils sont similaires et stables. Ici la structure familiale influe sur la socialisation alimentaire pouvant être perçue comme non réussie lorsqu'il y a situation de désajustements aux règles parentales ou d'autres groupes de pairs. La "réflexivité gastronomique" est un autre point marquant soulevé par A. Dupuy introduisant le lien entre plaisir et néophilie, permettant d'ouvrir le propos vers les mécanismes de métissages alimentaires (développés par Corbeau et Tibère) en analysant les discours des populations issues de l'immigration. En abordant la construction identitaire par la socialisation alimentaire, A. Dupuy traite ainsi des propensions des enfants et adolescents à agir grâce à leur réflexivité. Au centre du plaisir alimentaire, les résultats qualitatifs rappellent combien l'homme et sa culture sont fortement reliés, tous systèmes de valeurs, symboles, rituels, etc., insérant le mangeur dans un univers social et culturel le reliant aux autres. Ils mettent également en lumière la commensalité puisque "les repas comme les consommations en dehors des repas sont fortement socialisés" (280), le goûter étant très socialisé pour les enfants, ainsi qu'une pluralité à l'œuvre chez les jeunes mangeurs.

Conclusion

5À travers les plaisirs alimentaires, Anne Dupuy explore à la fois les processus de socialisation au plaisir alimentaire et les mutations des modèles alimentaires chez les enfants et adolescents. La qualité de son travail réside dans l'importance des données recueillies et la profondeur de leur analyse permettant de dresser un état des lieux de la modernité alimentaire de la jeunesse française à travers les plaisirs et la socialisation alimentaires, thématique encore peu renseignée par l'approche sociologique. Il permet de mettre en lumière les différentes pistes d'investigation mises en œuvre face à un sujet sollicitant plusieurs champs disciplinaires. Ce travail a également la qualité d'ouvrir sur de multiples problématiques étayées par des concepts clés servant de base à une réflexion et une analyse riches. Toutefois, nous aurions souhaité que les résultats quantitatifs et qualitatifs soient d'avantage fusionnés au sein d'une analyse complémentaire, leur présentation successive donnant parfois une impression de redondance. Toutefois, Anne Dupuy réussit à en extraire des éléments telles les différentes logiques à l'œuvre chez les jeunes capables de normaliser et d'objectiver leur relation au plaisir alimentaire, les conduisant parfois à contrôler le plaisir au service du corps, de l'apparence et de la santé (431). Avec la question du plaisir alimentaire, l'auteure réussit donc à interroger et à renseigner l'expérience de la modernité par les jeunes mangeurs. Son étude permet à la fois de saisir "l'individualisme hédoniste" tout comme l'expérience de la pluralité du plaisir au niveau micro, méso et macrosociologique grâce à diverses grilles de lecture.

Top of page

References

Electronic reference

Caroline Giacomoni, « Anne Dupuy : Plaisirs alimentaires ; Socialisation des enfants et des adolescents », Anthropology of food [Online], Book reviews, summer 2016, Online since 13 September 2016, connection on 30 April 2017. URL : http://aof.revues.org/8038

Top of page

About the author

Caroline Giacomoni

Anthropologue santé alimentation, GRAPS-ISPED, CHU & Institut Bergonié, Bordeaux.e-mail : carogiaco@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page