Skip to navigation – Site map

Archaeology of Food, an Encyclopedia, édité par K.Bescherer Metheny & M.C. Beaudry

Bruno Laurioux

Full text

Archaeology of Food. An Encyclopedia, edited by Karen Bescherer Metheny & Mary C. Beaudry, Lanham-Boulder-New York-London: Rowman & Littlefield, 2015. 2 volumes, 601 + 601 pages.

1Voilà un ouvrage qui fera date, tant par l’ampleur de ses perspectives que par la diversité de ses approches. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 284 articles réalisées par 236 auteurs et distribués sur 1202 pages, entre deux volumes parfaitement égaux. Quoiqu’en noir et blanc, les illustrations sont de qualité et toujours pertinentes, la typographie est agréable et la reliure solide – point important pour une encyclopédie destinée par nature à être souvent consultée… Une liste d’abréviations (un glossaire aurait pu s’y articuler), des renvois astucieux, une table analytique au début de chaque volume et un index à la fin renforcent encore le confort de la lecture.

2On trouvera dans cette somme des mises au point très à jour sur les problèmes classiques qui ont beaucoup occupé au XXe siècle les archéologues intéressés par l’alimentation, tels la « découverte du feu », les stratégies de subsistance des chasseurs-cueilleurs, l’alimentation des Néanderthaliens – l’une des plus carnées qui fût – ou celle du Mésolithique, cette période intermédiaire entre Paléolithique et Néolithique dont l’importance a été récemment réévaluée. D’autres articles de fond sont consacrés aux origines de l’agriculture ou à la domestication des animaux, aux différents aspects du stockage, ou encore au cannibalisme. A lire les articles sur les différentes céréales, on comprend que l’histoire traditionnelle des produits alimentaires ne saurait désormais se passer des données archéologiques. Ces données permettent d’éclairer des phénomènes contemporains comme la persistance, à l’âge adulte et dans certaines populations, de la lactase, cet enzyme permettant de digérer le lactose : on a souvent argué que c’est cette persistance qui expliquait le développement de la consommation des laitages alors qu’il semble bien que ce soit l’inverse.

3Spécialistes et étudiants retrouveront aussi les indispensables monographies sur des sites qui ont marqué l’histoire de la discipline – tels la grotte israélienne de Gesher Benot Ya‘aqov qui offre l’une des premières traces possibles d’un feu maîtrisé, il y a 790 000 ans ; les impressionnants sanctuaires de Göbekli Tepe en Turquie, témoignant d’une nourriture déjà largement fondée sur la transformation de céréales, avant même que ne soit « inventée » la céramique ; les plus anciens pressoirs à vin d’Areni en Arménie, qui remontent au IVe millénaire avant Jésus-Christ ; ou encore le village frison de Feddersen Wierde, occupé du Ier siècle avant Jésus-Christ jusqu’au IVe siècle de notre ère. Sans compter de nombreux sites situés sur le continent américain car – et c’est l’un des apports de cette somme – l’échelle est très clairement celle du monde. La seule biographie est celle… d’Ötzi alias « Iceman », cette momie congelée dans les Alpes à l’Âge du cuivre, et découverte en 1991 grâce au réchauffement climatique, offrant aux archéologues le contenu intact de son estomac et de ses intestins.

4Très utiles sont également les synthèses sur les différentes méthodologies d’une « archéologie alimentaire » qui a connu un développement spectaculaire dans les dernières décennies. Ainsi, l’article « Bioarchaeological Analysis » décrit les différentes approches permettant de récolter, d’analyser et d’interpréter les restes organiques (humains, animaux et végétaux). On peut ensuite les approfondir en consultant les articles sur les macro-restes (pour la paléobotanique), les analyses isotopiques, l’identification de l’ADN, l’étude des parasites intestinaux et des coprolithes anciens, ainsi que ceux sur l’archéozoologie. L’ensemble dessine un dossier assez complet, qui est l’un des apports majeurs du livre – en attendant de nouvelles découvertes.

5Je suis plus réservé sur certains articles prétendant développer une approche archéologique de problèmes très généraux d’histoire de l’alimentation. Je ne suis pas sûr que des questions comme « Food and Capitalism », « Food and Dining as Social Display » ou même « Prohibitions, Taboos » puissent être valablement éclairées par le recours aux méthodes et aux données de l’archéologie. Il en est de même a fortiori pour des articles dont l’information est inévitablement tirée des seules sources écrites, tels « Recipes » ou « Cookbooks », et qui auraient nécessité la mise à contribution d’une bibliographie majoritairement non-anglo-saxonne.

6Cela n’entame en rien la qualité et l’utilité d’un livre qui réussit le pari difficile de rester savant tout en étant passionnant.

Top of page

References

Electronic reference

Bruno Laurioux, « Archaeology of Food, an Encyclopedia, édité par K.Bescherer Metheny & M.C. Beaudry », Anthropology of food [Online], Book reviews, summer 2016, Online since 11 October 2016, connection on 17 August 2017. URL : http://aof.revues.org/8042

Top of page

About the author

Bruno Laurioux

Professeur d’histoire du Moyen Âge et de l’Alimentation,
Université François Rabelais de Tours

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page