Navigation – Plan du site

Introduction : Cultures alimentaires et territoires

Gilles Fumey, Peter A. Jackson et Pierre Raffard
Cet article est une traduction de :
Introduction: Food Cultures and Spaces

Texte intégral

1Curieusement, la notion de « culture alimentaire » n’est apparue dans les sciences sociales européennes comme une évidence qu’au début des années 2000. Tandis qu’anthropologues et sociologues définissent l’alimentation comme un « fait social total » (Mauss), les historiens en ont enrichi sa connaissance d’une accumulation de strates et de ruptures dans le temps. Les géographes ont très vite insisté sur le fait qu’elle est un système de différenciation identitaire marqué par des distances et des fusions présentées ailleurs un peu paresseusement comme des métissages. Ces approches qui ont permis la structuration du vaste champ de recherche des food studies méritent aujourd’hui d’être interrogées non plus à travers les cadres disciplinaires traditionnels, mais plutôt à partir de problématiques globales, nées des débats de société sur l’alimentation aujourd’hui : risque (alimentaire, sanitaire), notion d’abondance conduisant à des pathologies nouvelles (obésité, maladies neurodégénératives), extension des modèles industriels (restauration hors domicile ou non) et leurs formes de contestations sociales, discours et pratiques sur la qualité, affirmations identitaires et patrimoniales, voire systèmes de transmission, etc…, la liste est quasi infinie.

Par-delà les délimitations instituées

2Ce numéro d’Anthropology of Food ambitionne, donc, de poser un certain nombre de cadres théoriques et conceptuels sur cette notion de culture alimentaire, en vérifiant qu’elle offre bien la même base sur laquelle les chercheurs en sciences sociales peuvent se retrouver. L’entretien introductif avec Peter Scholliers, Richard Wilk et Amy Trubek, tous trois issus de disciplines distinctes – histoire pour le premier, anthropologie pour les seconds – tient donc autant du diagnostic que du carnet de route.

3De cette discussion croisée ressort une double interrogation : les évolutions que connaissent aujourd’hui nos pratiques de consommation et les représentations qui leur sont associées, tout comme l’apparition de nouveaux acteurs au sein de la chaîne alimentaire nous amènent à reconsidérer ce que manger veut dire, mais aussi les moyens pour étudier et comprendre ces nouvelles situations. Les phénomènes ne cessant de se complexifier et les échelles d’observation de s’entrelacer, il apparaît en effet que les partitions – pour ne pas dire les oppositions – disciplinaires sont moins pertinentes et que le besoin d’une approche globale et réflexive se fait de plus en plus sentir.

4Déterminer des pistes de travail est une chose, les mettre en application en est une autre. Retraçant l’histoire des travaux francophones consacrés à la dimension géographique des cultures alimentaires, l’article de Manouk Borzakian, Gilles Fumey et Pierre Raffard dessine l’épistémologie critique d’un champ de recherche qui peine toujours à se défaire de postures et de méthodes héritées. Pour les auteurs, la catégorisation de la géographie de l’alimentation comme sous-branche de la géographie culturelle est un trompe-l’œil : ce classement est moins une reconnaissance des apports du tournant culturel que le résultat d’une vision parcellaire et biaisée de la notion de culture. C’est donc un véritable travail de déconstruction des conceptions objectivistes et essentialistes qui s’impose, supposant une plus grande ouverture du regard aux paradigmes contemporains irriguant l’ensemble des sciences sociales.

5Les deux premiers articles insistent en outre sur les évolutions propres à l’objet alimentaire. La reconnaissance d’une culture alimentaire globalisée imposée par des marques qui se veulent mondiales sans l’être, inspirée de modèles alimentaires nés dans les villes, marquée par des formes d’accélération des rythmes de vie et de consommation, a permis de mettre en mots et de théoriser des processus d’un type nouveau. Les discours eschatologiques peuvent déplorer la disparition de modèles agricoles et alimentaires pluriséculaires, ces nouveaux processus globalisés leur ont aussi paradoxalement redonné vie et réveillé les consciences des mangeurs. La suspicion sur des produits, des cuisines et des marques aseptisés, ubiquistes et déterritorialisés exacerbe le besoin des mangeurs de redéfinir et/ou de renforcer des bornages territoriaux permettant de (re)façonner des cultures locales.

6De ces évolutions éminemment géographiques a émergé un nouveau paradigme affirmant la nécessité de réorienter le regard et de faire jouer les échelles d’expression des phénomènes étudiés. L’article de Brigida Marovelli s’attache ainsi à montrer comment au sein du marché local de Catane en Sicile, les va-et-vient permanents, concrets ou idéels, entre les échelles géographiques donnent aux identités individuelles et collectives de quoi se construire et/ou de se reconfigurer. Etudiant sous un angle anthropo-ethnographique les rapports complexes des vendeurs et des acheteurs et la présentation des produits alimentaires sur les étals, l’auteur convoque la notion de contrepoint pour établir des catégories capables de saisir comment l'utilisation de l'espace sur le marché donne à voir une cosmologie singulière.

Alimentation(s) et mobilités

7Malgré leur mention explicite dans l’appel, peu de propositions consacrées au rôle des flux migratoires et des mouvements de populations dans la reconfiguration des systèmes alimentaires nous sont parvenues. Une absence qui interroge, tant les turbulences migratoires affectant le monde du Sud au Nord, mais aussi à l’intérieur du Sud ou du Nord, ont joué et jouent aujourd’hui un rôle considérable dans la mise en place de nouveaux codes alimentaires, à la fois ethniques et universels.

8Point de texte, donc, consacré à la relation entre phénomènes migratoires et reconfigurations alimentaires, mais un article de Marion Vicart et Olivier Wathelet sur le rôle ambivalent des mobilités dans la constitution des pratiques d’approvisionnement. A travers une analyse croisée des spatialités et des choix alimentaires de plusieurs familles françaises, les deux auteurs démontrent la relation entre mobilités et pratiques de consommation : si ces pratiques se construisent à travers la fréquentation de lieux précis et de mobilités quotidiennes, à l’inverse, les décisions et arbitrages alimentaires structurent eux aussi les spatialités de ces familles. Le cas du « drive », symbole de cette relation dialectique, illustre ainsi l’interdépendance entre déplacements alimentaires et humains au sein de ce que les auteurs nomment des « pratiques conso-motrices », mais surtout les processus complexes qui construisent nos choix alimentaires.

9L’exposition de cette complexité pose alors une question fondamentale : comment déconstruire le discours présentant le mangeur comme un consommateur rationnel, tant il apparaît que les choix alimentaires de chacun combinent des éléments aussi disparates, forts et fragiles que l’environnement, la santé, la qualité, les saisons, la justice sociale, le plaisir, la convivialité, le prix, etc., faisant du produit alimentaire un mouton à cinq pattes ? Les difficultés de l’industrie à créer des modèles réussissant à combiner l’abondance et l’acceptation éthique de ses excès tendent à montrer que les institutions consuméristes et judiciaires, malgré le rôle considérable qu’elles jouent, peinent à saisir toute l’ambivalence du comportement des mangeurs.

Une géographie alimentaire mondiale à deux vitesses

10Comment évoquer le modèle de l’abondance des pays riches sans parler de son contrepoint, celui de la pénurie et de la malnutrition, dont la permanence continue à dessiner une géographie alimentaire mondiale à deux vitesses ? Le développement de l’humanitaire sur les différents fronts de crise alimentaire permet de mieux faire comprendre quel rôle géopolitique l’alimentation joue entre les différentes régions du monde. Avatar d’un food power fantasmé, la sécurité alimentaire pousse les pays riches à vouloir prendre en main l’alimentation de la planète en maintenant l’avantage d’une production subventionnée et abondante dont les surplus sont reversés dans les pays en développement. A travers le cas des Aliments Thérapeutiques Prêts à l’Emploi (ATPE) au Niger, Jean-François Caremel et Nina Issaley analysent le fossé existant entre la réponse technique et nutritionnelle que la recherche publique et l’industrie agro-alimentaire des pays du Nord entend apporter pour lutter contre la malnutrition et les usages qu’en ont les populations concernées. Pressés de trouver des solutions standardisées capables de s’adapter à la diversité des situations nationales et locales, agences et entreprises productrices sont confrontées à la prégnance des cultures alimentaires locales qui s’approprient ces ATPE et les dotent d’un ou de plusieurs nouveaux statuts sociaux, économiques, voire politiques, mais finalement peu nutritionnels. Comme le remarque les auteurs, « à travers une forme d’innovation par les usages qu’ils ont des ATPE, les mangeurs opèrent une remise en cause de la position de passivité dans laquelle la relation d’aide les cantonne ».

Et après ?

11C’est un dessert 2.0 qui conclut ce numéro. Alors que des termes comme « FoodTech », « innovation alimentaire » ou « Food 2.0 » font florès dans l’espace médiatique et scientifique, Richard C. Delerins nous explique les singularités de ce que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de révolution alimentaire. Du lait de vache sans vache à la mayonnaise sans œufs, le panorama que dresse l’anthropologue interroge autant le bien-fondé de ces innovations techniques que la redéfinition de notre rapport à l’alimentation, de ces représentations et de ses territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Fumey, Peter A. Jackson et Pierre Raffard, « Introduction : Cultures alimentaires et territoires », Anthropology of food [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 05 novembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://aof.revues.org/8049

Haut de page

Auteurs

Gilles Fumey

Université Paris-Sorbonne et ISCC-CNRS – UMS 3665, gilles.fumey@cnrs.fr

Articles du même auteur

Peter A. Jackson

University of Sheffield, p.a.jackson@sheffield.ac.uk

Articles du même auteur

Pierre Raffard

İzmir Ekonomi Üniversitesi et ISCC-CNRS – UMS 3665, pierre.raffard@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page