Skip to navigation – Site map

Des familles conso-motrices ? Ethnographie des mobilités alimentaires dans les pratiques d’approvisionnement en France

Consum-mobile families?” Ethnography of food mobilities in shopping practices in France
Marion Vicart and Olivier Wathelet

Abstracts

In this paper we discuss the role of individual mobility in the formation of family food consumption practices. Our analysis is based on a 18 months ethnographic study done with 24 French families. Food consumption practices are structured according to daily activities through trip chains expected to reduce the volume of travel. However people’s mobility is structured by food values. Some “supply journeys” are established according to consumption choices and life events, relying on a strong distinction between two varieties of experience: enjoyable shopping and shopping by necessity. Beyond their symbolic values, those two supplies arrangements differ themselves as two sorts of experience depending on the way they connect themselves to space. Relying on the case of drive-though shopping, we then aim to show how food journey and daily motilities are interlinked into “consum-motor” practices. Against the idea of consumption strategically anchored to the rhythm of daily travels, we show how the mundane quest for "a good consumption" impacts daily mobility and create a specific experience of food consumption.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Nous excluons dès lors du présent article les différentes formes de restaurations qui reposent sur (...)

1Mobilité et consommation alimentaire, pris ici dans son acception restreinte d’achat d’aliments en vue de leur consommation ultérieure1, sont deux problématiques particulièrement liées. Si l’autoconsommation représente une part réelle des pratiques d’approvisionnement (Régnier et al., 2006 : 28), les cas d’autosubsistances alimentaires sont rares et les déplacements alimentaires font parties des pratiques quotidiennes des personnes vivant en France métropolitaine. Dans cet article, nous souhaitons montrer que derrière l’apparente trivialité d’une activité ordinaire, les mobilités d’approvisionnement alimentaires – que, par commodité, nous appellerons « mobilités alimentaires » dans la suite de l’article – contribuent pour beaucoup à la complexité et à la richesse des cultures alimentaires. Leur analyse est cependant complexe, tant elles prennent souvent, dans le discours, la forme d’un « mal nécessaire ». Les entretiens que nous avons conduits dans le cadre d’une enquête ethnographique sur les pratiques alimentaires des familles, en France, dressent les contours d’une figure archétypale du consommateur malin (Clochard et Desjeux, 2013a). Malin car capable de prendre de la distance vis-à-vis des mobilités alimentaires et d’éviter de « sortir juste pour faire des courses » (Van de Walle et Mordret, 2011 : 22) en pratiquant le chaînage avec d’autres activités régulières (travail, activités des enfants) ou occasionnelles (rendez-vous médical, sociabilités, loisirs). Et même si ces déplacements ne sont jamais tout à fait optimaux du point de vue des distances, ils témoignent de l’importance des critères géographiques (disponibilité de l’offre alimentaire accessible en fonction des moyens de transports), sociologiques (partage inégal des tâches domestiques) et structurels (un hypermarché offre plus de choix regroupés qu’une épicerie) que le consommateur, a minima, devrait rationnaliser et minimiser. Pourtant, nous verrons que la consommation alimentaire est aussi un plaisir et qu’elle implique également une pratique volontairement durable des lieux, moins économique mais non moins nécessaire dans la construction du « bien manger ».

  • 2 Soit le nombre de personnes qui, en France et chaque mois, sollicitaient au moins une fois cette so (...)

2Pour saisir cette dualité, il faut d’abord reconnaître que la consommation alimentaire n’est pas la pratique d’un unique lieu. Si elle se concentre autour des supers et hypermarchés introduits en France autour des années 1960 et représentant aujourd’hui 70 % de la valeur des dépenses alimentaires (Collectif, 2012 : 10), ceux-ci coexistent avec d’autres lieux d’approvisionnement. Du marché (71 %) aux commerces alimentaires spécialisés (70 %), en passant par les épiceries (48 %), le drive (11 %, une pratique américaine transposée en France, au début des années 2000, dans le secteur de la distribution alimentaire) et les achats par Internet (7%2), le paysage des approvisionnements alimentaires est contrasté. Et si cette fragmentation de la pratique d’approvisionnement n’est pas laissée au hasard, variant selon le statut socioprofessionnel des familles (Régnier et al., 2006 : 29), de la génération des mangeurs et de la localité (Collectif, 2012 : 10), elle s’observe chez l’ensemble de nos informateurs.

3Les analyses en la matière tendent à souligner le poids des variables géographiques et sociologiques pour expliquer la diversité de ces parcours d’approvisionnement. Ainsi, les rythmes d’approvisionnement « se partagent entre cycles courts, moyens et longs, au sein des mêmes familles. A chaque cycle correspondent des lieux spécifiques : petites surfaces, "super" et "hyper". Ces rythmes, réguliers ou plus aléatoires, dépendent du nombre de membre de la famille, commerces, du budget, du partage des tâches. » (Perrot, 2009 : 129). Il faut également ajouter le poids de la géographie de l’offre qui contraint la capacité à mettre en œuvre cette fragmentation (Cummins et Macintyre, 2002). Or, si les centres urbains offrent une meilleure accessibilité aux équipements avec une proximité plus grande au lieu de résidence, les zones rurales présentent un accès aux commerces alimentaires préservé, dès lors que l’usage d’un moyen de transport individuel ou collectif est possible (Solard, 2009), le chaînage avec l’approvisionnement alimentaire portant avant tout avec le lieu de travail (Régnier et al., 2006 : 30). Soulignons cependant, qu’entre les deux se déploient les zones dites périurbaines dont certaines se constituent en désert alimentaire au regard de l’effort considérable à réaliser par des résidents pour atteindre un site de vente d’aliments frais (Steel, 2008 : 147).

4Un deuxième axe d’analyse souligne combien la consommation alimentaire est également chargée de sens, dont témoigne des formes d’engagement militant (Chiffoleau 2009 ; Dubuisson-Quellier, 2009 ; Pleyers, 2011). Structuration récente et médiatisée des circuits courts, les AMAP illustrent l’existence de modèles dits « alternatifs » reposant sur une mise en analyse critique de l’acte de consommation lui-même, ou coexistent pourtant des acteurs aux valeurs et engagements distincts. On constate néanmoins quelques constantes, comme le rôle structurant de la proximité (Ripoll, 2010) des acteurs et des aliments au sein des filaires de circuit court (Maréchal, 2008). Ce mécanisme de patrimonialisation alimentaire s’appuie sur un rapport d’élection privilégié avec un territoire identitaire reconstruit (Bessière et Tibère 2011 ; Poulain 2013 : 26) qui permet aux biens sans cesse « relocalisés » d’acquérir valeurs et significations localement (Mankekar, 2002).

5Aussi, avec ce rapide panorama, on voit à quel point les mobilités alimentaires s’appréhendent surtout comme l’expression des opportunités d’un territoire et des contraintes que les activités quotidiennes exercent sur le choix des acteurs pris individuellement. Ce prisme analytique est encore renforcé par la sociologie des mobilités qui, de son côté, traite peu de cette problématique au profit de quelques dimensions spécifiques, elles aussi centrées sur des choix individuels : l’emploi, l’immigration, le choix de la résidence ou les moyens de mobilités (Le Breton, 2005). Pourtant, comme le souligne cet auteur, les comportements de mobilité émergent souvent d’un contexte familial au sein duquel les membres se transmettent un ensemble de pratiques, de savoirs et de savoir-faire relatifs à ces déplacements et aux normes associées.

6A cet égard, il nous semble que la problématique des mobilités alimentaires souffre d’une difficulté « classique » de la sociologie de la consommation qui est l’impossibilité de faire se rencontrer deux focales (Clochard et Desjeux, 2013) : d’une part, une échelle macrosociologique qui montre comment les dispositifs marchands s’imposent aux consommateurs (désert alimentaire, impact du lieu de vie sur l’accès, etc.) et d’autre part une échelle microsociologique révélant les pratiques individuelles, les formes de négociations vis-à-vis des rôles et des valeurs, et les formes de l’enchantement. Dans le cadre des mobilités, cette seconde approche reste encore peu appréhendée, l’analyse confinant plutôt aux déterminants structurels et moins aux stratégies et tactiques des acteurs (de Certeau, 1980 : 62). C’est donc à ce niveau que nous proposons d’attacher notre analyse en proposant une lecture cognitive (ex. les arbitrages entre différents aliments disponibles) et expérientielle (ex. la satisfaction de « consommer malin ») des mobilités alimentaires afin de distinguer différentes manières de faire les courses. Notre ambition est de montrer qu’au-delà des enjeux d’appartenances, les mobilités alimentaires ne sont jamais homogènes et varient en fonction de leur valeur et de leur déambulation. Cette clef de lecture oblige à repenser le principe d’économie de moyen au cœur du chaînage des pratiques d’approvisionnement décrit plus haut, et montre comment celui-ci ne peut se résumer à une volonté des consommateurs à réduire leur investissement dans cette pratique.

Méthodologie

  • 3 Open Food System est un projet de recherche labellisé par Vitagora, Cap Digital, Imaginove, Aquimer (...)

7L’analyse que nous proposons s’appuie sur une enquête ethnographique de 18 mois, conduite au sein du programme OFS3 auprès de 24 familles françaises habitant des territoires urbains, ruraux et semi-ruraux, réparties dans 5 régions de France : Île de France, Picardie, Alsace, Rhône-Alpes, et Haute-Garonne. Deux critères ont retenu notre attention pour le choix de ces familles : le lieu de vie et la période dans le cycle de vie des membres de la famille soit la diversité des structures familiales (couple avec ou sans enfant, enfants ayant quittés le domicile, familles recomposées) afin de rendre compte d’organisations distinctes en matière de jugements alimentaires. Si ces critères nous apparaissent plus pertinents que d’autres, c’est sans doute parce qu’ils permettent d’appréhender les pratiques, non pas isolément chez un seul individu, mais de façon plurielle au sein de la famille dans son ensemble (ce qui signifie enfants y compris). Les objectifs de la recherche visaient, en effet, une meilleure compréhension des pratiques et des modes de prises de décisions familiales qui se jouent dans le domaine alimentaire, incluant approvisionnement, préparation culinaire et prises alimentaires. On ajoutera que les familles rencontrées relèvent de catégories sociales variées mais limitées, allant de la petite classe moyenne (Bosc, 2008) aux représentants de milieux aisés. Pour éviter de ne considérer que les effets de classe ou de localisation sur les logiques de choix, nous avons privilégié d’autres axes d’analyse, renvoyant aux formes identifiées au sein de quasiment chaque foyer – bien que dans des proportions variables – celles concernant les types d’action (flânerie/pas de course) et de situation (plaisir/contrainte). Voilà pourquoi, nous avons volontairement sorti cette dimension socio-économique de l’analyse. In fine, si nous avons aujourd’hui l’intuition de variation quant au poids de tel ou tel critère sur la décision alimentaire, notre projet était avant tout de montrer l’existence de formes d’approvisionnement distinctes et transverses.

8Chaque famille a été rencontrée de une à cinq reprises sur une durée de 3 à 12 mois, combinant des temps d’entretien et d’observations. Dans le domaine de l’approvisionnement, nous avons ainsi pu observer des pratiques situées en grandes et moyennes surfaces, épiceries et vente au détail, au sein de marchés, d’AMAP et circuit court, Internet, autoconsommation et échanges alimentaires non marchands. Nous avons pris part aux négociations et aux arbitrages à l’œuvre entre les différents membres des familles et vis-à-vis des dispositifs marchands et des normes sociales et nutritionnelles comme « manger 5 fruits et légumes par jour » ou « ne pas grossir », « rester en bonne santé », etc. Au-delà des enjeux cognitifs de la prise de décision, et s’agissant de l’alimentation, nous avons également choisi de nous montrer attentifs aux dimensions sensorielles et émotionnelles de l’expérience et de l’expertise du choix et de l’appréciation (Hennion et Teil 2004 ; Sutton 2010 ; de Labarre, 2001).

9Afin de combiner les aspects cognitifs et expérientiels des mobilités alimentaires, nous avons articulé deux approches. La première est la méthode des itinéraires (Desjeux, 2006) qui consiste littéralement à suivre les différents membres de la famille dans leurs itinéraires d’alimentation. Elle permet de dessiner des parcours et d’identifier la construction des jugements, cognitifs et affectifs, et des négociations familiales. On a pu ainsi échapper au déterminisme de l’ « ici et maintenant » du supermarché come lieu de décision, pour prendre en compte ce qui se joue en amont ou en aval de cette étape d’un parcours souvent très riche. Toutefois, cette approche tend à se focaliser sur les aspects cognitifs de la pratique au détriment de ses aspects expérientielles. A cette fin, dans le cadre de certains entretiens, nous avons opté pour l’outil phénoménographique en empruntant à Albert Piette le souci d’une attention aux modulations de l’engagement des acteurs dans le cours de leurs actions (Piette, 2009). Cela suppose d’accorder de l’importance aux déplacements corporels des individus en notant les différentes allures, les mouvements, les postures, etc. Cette approche nous a permis, comme nous le verrons, de saisir non seulement les différentes façons de « faire ses courses » (les connaissances et les pratiques des acteurs) mais aussi les différentes manières « d’être (mobile) en courses ».

De la flânerie au pas de course : deux manières d’être mobile en consommation

Une fragmentation des pratiques d’approvisionnement alimentaire

10Si les grandes surfaces concentrent près des ¾ de l’approvisionnement des français, le quotidien de l’approvisionnement montre une forte hétérogénéité des lieux d’achat. Ainsi, pour Clara parlant de sa famille vivant à Strasbourg,

« Les mardis il y a un marché à Neudorf. (…) Très rarement je vais à celui du boulevard de Marne, le mardi, parce que je dépose Lucile [sa fille] tout proche. (….) C'est surtout le poisson que j'y achète. (…) Les légumes c'est le samedi au marché de Neudorf et là on va chez La Ferme D. (…) Il y a la médiathèque juste en haut [du marché] : (…) moi j’y vais avec ma fille, on attend Medhi [pendant qu’il fait] le marché. Ça se fait tous les samedis comme ça. (…) Et sinon pour tout le reste on achète en gros à Monoprix, les pâtes, le riz… Parfois on va à Kehl [en Allemagne] pour certains produits que je ne trouve pas ici, italiens, parce que c'est plus importé de l'Allemagne que en France. (…) En semaine s’il me manque des choses (…) je vais au Serpent Vert (…). (Clara, 40 ans, 2 adultes et 1 enfant, milieu urbain). »

  • 4 Sur le cas spécifique de la consommation transfrontalière entre les régions Alsace et Bade Wurtembe (...)

11L’organisation de cette famille illustre quelques-unes des pratiques rencontrées dans l’ensemble de notre enquête. D’abord, il y a coexistence de plusieurs formes d’approvisionnement associant des produits spécifiques à des lieux précis et impliquant une distribution des rôles au sein de la famille (hommes/ femmes, présence ou non des enfants). Si le chaînage évoqué précédemment intervient effectivement comme explication de certains déplacements (activité de la fille, présence de la médiathèque, proximité du travail pour les déplacements en Allemagne4), on observe également que ce régime de justification opère de concert avec d’autres motifs. Les origines italiennes de notre informatrice expliquent une recherche explicite de produits exprimant cette origine, une intention qui s’exprime ailleurs dans des formes d’approvisionnements non marchands (dons, échanges et envois d’aliments entre proches et apparentés,) qui ne concernent pas uniquement les migrations internationales, mais aussi les migrations intra-nationales. On voit ainsi le poids des formes d’attachements aux territoires et à leurs imaginaires dans la fragmentation des mobilités alimentaires.

  • 5 A savoir, des changements de lieu de résidence, de lieu de travail, le début d’une pratique sportiv (...)
  • 6 Modification d’un horaire de travail, un rendez-vous médical, des visites amicales, etc.

12Ensuite, on constate que cette organisation évolue dans le temps. Si, dans les récits des informateurs, la formation du couple apparaît comme une étape importante, elle se transforme plus généralement au grès d’apprentissages (dont celui de l’autonomie alimentaire, par exemple, des jeunes étudiants vivant hors domicile des parents), des enjeux de chaînages évoqués5, en fonction des opportunités quotidiennes6, mais aussi des transformations des valeurs et attentes liées aux régimes alimentaires. Ainsi prend forme et évolue un répertoire de trajets d’approvisionnement d’importances contrastées, comme dans le cas de ces jeunes parents.

13« Il y a nos grosses courses et les petites courses de Zied [leur fils]. Parce que Zied mange bio. Nous on mange normal, industriel, lui on a décidé dès le départ, dès qu'on a commencé la diversification, pour sa santé, et certainement par... on veut lui épargner tous les pesticides, la chimie qu'on peut trouver ailleurs » (Judith, 30 ans, 2 adultes, 1 enfant, milieu urbain).

14On observe enfin que cette fragmentation possède son pendant expérientielle. D’abord, on note qu’en fonction de l’intérêt qui est apporté à l’acte d’approvisionnement, le rythme des déplacements se distingue. Comme l’a montré Sophie Chevalier (2007) dans le contexte français urbain (Paris, Lyon, Besançon), la marche est une pratique valorisée associée aux commerces de détail de centre-ville. Elle repose sur une certaine distance au rôle de consommateur qui s’oppose, dans le discours, à la visite des supermarchés (Miler, 2010). Aussi, le registre de la « flânerie » est fréquemment évoqué par nos informateurs pour désigner certains moments de leur approvisionnement. On peut y voir une forme de technique du corps qui offre à l’activité cognitive un rythme ralenti et un ancrage sensoriel renforcé (Thomas, 2007). Largement documenté dans le contexte urbain elle reste encore à être saisie dans d’autres formes de parcours. Lorsqu’elle flâne, la personne n’est pas engagée activement dans la recherche d’un produit en particulier. En revanche, la relation aux produits exposés est maintenue, au grès des sollicitations qu’ils mettent en œuvre : « on peut le prendre, le goûter, et puis si c’est bon, voilà ! ». Cette manière de décider, propre à la flânerie, pourrait-elle alors être incitée par l’espace de consommation ? Cette association est assez fréquemment proposée lors des entretiens, et plus particulièrement lorsque sont évoqués les AMAP et les marchés forains (Jordan, 2011), espaces désignant, dans ce contexte, des formes alternatives d’approvisionnement.

15« Le marché j’y vais quand je suis en vacances, parce que c’est le mercredi matin, donc comme je travaille… Le mercredi quand je suis en vacances, oui je vais faire un tour, on va se balader avec les enfants, et voilà. En famille… » (Myriam, 42 ans, 2 adultes, 6 enfants, milieu urbain).

16Pourtant, la flânerie n’est pas l’apanage des seuls marchés. On observe également cette manière d’être au supermarché, parfois comme un leitmotiv à part entière, à l’image de ce couple de sexagénaires qui, chaque semaine, passe trois heures dans le supermarché parce que, nous ont-ils dit, « on aime bien, on flâne ».

La flânerie comme manière d’être et de juger

17Lorsqu’elle se présente par intermittence (au détour d’un rayon, à l’occasion d’un moment plus relâché de la visite d’un magasin) il s’agit d’accepter de se laisser distraire par des produits pensés « sans importance », c’est-à-dire dont on n’a pas forcément besoin. Cependant, l’attraction du produit n’est pas un donné qui s’imposerait sans filtre au sujet. La flânerie peut prendre un caractère organisé, stratégique. Audrey fait le tour du « stand » des promotions à l’entrée du supermarché, elle regarde vaguement les étalages sans vraiment s’arrêter : « Je commence par faire un tour là dans les promos qui sont à l’entrée déjà. Et puis après je fais tous les rayons en fait. Je passe et je me dis "est-ce qu’il me faut un truc là ?", "Est-ce que j’ai besoin d’un truc ici" ? Tu vois. » (Audrey, 36 ans, 2 adultes, 2 enfants, milieu urbain).

18Cette façon d’être à la fois engagé et dégagé de l’action de consommation - engagé par l’intérêt que suscite la promotion et dégagé par l’absence de nécessité du produit - n’est pas sans rappeler le mode mineur décrit par Albert Piette (1992) qui se concrétise par des attitudes corporelles et cognitives de distraction, d’inattention et d’hésitation connotant la détente et le relâchement. Lorsqu’ils flânent, les consommateurs aiment « prendre leur temps », ils « s’attardent » : ils empruntent des chemins « pour rien », c'est-à-dire qu’ils les parcourent sans avoir forcément besoin d’acheter les produits qu’ils observent à l’état de contingence. Leurs déplacements pendant l’approvisionnement sont, certes rattachés à des routines, mais le surgissement du produit, suscité par sa nouveauté ou sa promotion, ajoute une petite touche d’ « extériorité » selon l’expression de Piette (2010 : 91) pour désigner l’advenue non perturbatrice d’un quelconque élément, autrement dit une forme de « curiosité » sans alerte (Cskikszentmihalyi, 1990).

19Ainsi la flânerie est, comme en témoignent les nombreuses descriptions recueillies, une forme du plaisir de faire ses courses. Par-là même, on comprend pourquoi la répétition est une source d’ennui déclarée importante, et pourquoi l’attente constitue une rupture expérientielle forte, source de déplaisir. Au marché, Estelle passe devant un stand de poissons avec beaucoup de monde et déclare « Ca me saoule de faire la queue. Tant pis, on en achètera à Super U tout à l’heure » Puis elle reprend sa marche dans l’allée. (Estelle, 39 ans, 2 adultes, 2 enfants, milieu rural).

20A contrario, de par la rupture de flux qu’elle impose aux individus, l’attente aux caisses est un moment particulièrement désagréable, décrit et vécu, qui donne de la valeur à l’usage des « scanettes », dispositifs d’auto-encaissement mis en place par certains grands distributeurs. Cette impression de perdre son temps, dès lors qu’on se retrouve figé pendant l’approvisionnement, a également des répercutions sur la manière d’être mobiles des consommateurs qui se déplacent au « pas de courses ». Car en miroir de la flânerie, il y a ce mode de rationalisation des déplacements qui valorise l’habitude et la fixité des parcours jugés efficaces. Dans ce cas, le regard est vigilant, les gestes routiniers, quasi-automatisés : le consommateur se dirige vers le produit recherché puis, une fois dans le caddie, enchaîne avec la recherche d’un autre produit.

21Dany se déplace très rapidement dans le supermarché. Son pas est très rapide et assuré. Il attrape les produits et les met dans le caddie sans hésitation.

- Tu vois moi les produits c’est vraiment ciblé quoi.

- Ethnographe : Oui c’est vrai que c’est… Mais tant mieux parce que ça va vite comme ça, tu n’es pas là à chercher.

- Dany : Bon après c’est vrai que c’est toujours la même chose mais bon.. […]

22Dany entre rapidement dans le rayon fromages et se dirige directement vers le fromage râpé. Il attrape d’une main un paquet de Comté puis, de l’autre main, un paquet de fromage râpé qu’il regarde attentivement. Ses deux mains sont en action en même temps (Dany, 42 ans, 2 adultes, 2 enfants, milieu urbain).

23Si la flânerie et le pas de course sont deux manières d’être mobile en courses, ils ne renvoient pas exclusivement à un style individuel personnalité ou à un type de lieu, mais ils semblent s’enchaîner chez une même personne en fonction des situations d’approvisionnement. Cela est d’autant plus notable chez des informateurs combinant, par exemple, courses en grande surface généraliste et courses dans une boutique « bio ». La flânerie et le pas de course peuvent aussi être mobilisés l’un à la suite de l’autre dans un même lieu d’approvisionnement. Portés par les routines, les consommateurs ont ainsi la possibilité de basculer d’un mode à l’autre, de les enchaîner sans effort.

24Par ces quelques exemples, il apparaît que loin d’être constants, le vécu et la perception de l’approvisionnement sont modulés au grès de la valorisation qui est apportée à cette activité. On observe ainsi, tant dans le discours que dans la qualité de l’expérience, l’existence d’une frontière entre deux formes de pratiques, les courses plaisirs et les courses contraintes. Dans le premier cas, la valeur de l’objet acheté autant que le mode d’acquisition jugé positivement se renforcent, s’agissant de valoriser ce moment au-delà de son caractère marchand qui pourra dans certaines situations, être nié. Dans le second cas, il s’agit au contraire de réduire la durée de l’activité, le caractère déplaisant de l’acte d’approvisionnement ne disparaissant jamais tout à fait (« c’est la corvée, il faut bien le faire, mais autant que ça se fasse vite »).

Le drive, une forme spécifique de mobilité alimentaire

25Si cette distinction entre deux formes de courses traverse l’ensemble des discours et pratiques étudiés, elle échappe à toute approche de segmentation des lieux d’approvisionnement, voire même en terme de produit consommé. Pour illustrer ce principe, le drive nous apparaît comme un bon objet car il semble de prime abord un candidat évident d’une forme de course contrainte. Il s’agirait même d’un de ses principaux bénéfices : être en mesure de réduire l’investissement consacré globalement à cet effort.

26Pratiqué par environ 12% des foyers français (CREDOC 2012), le drive combine deux actions : des achats sont commandés à partir d’un ordinateur à la maison ou sur un Smartphone (à domicile, mais aussi dans les transports ou sur son lieu de travail par exemple), pour être ensuite récupérés au point de livraison au moyen d’une voiture, minimum 2h après le passage de la commande. Le drive permettrait aux familles d’alléger certaines courses « contraignantes », tant au niveau du temps que celui de l’effort à faire pour porter les achats.

Ethnographe : Tu l’utilises souvent le Drive ?

Magalie : De temps en temps. Quand je n’ai pas le temps de venir ici. Ou quand j’ai des packs de lait, d’eau et tous les gros trucs à acheter. Comme ça c’est pratique, parce que je n’ai pas besoin de porter. Que je les prenne ici ou à Leclerc, c’est pareil. (Magalie, 43 ans, 2 adultes, 2 enfants, milieu péri-urbain).

27Un des autres arguments avancés pour justifier l’usage du drive par les familles est aussi celui du contrôle des achats impulsifs (sur une envie ou un coup de tête) ainsi que la maîtrise du budget rendue possible par le calcul simultané du montant des courses affiché sur la page web du magasin. Le drive deviendrait ainsi, pour les familles, un support leur permettant d’alléger l’incertitude sur le montant des courses. Il permettrait également d’économiser, sans pour autant le suspendre complètement, l’effort cognitif que représente la mémorisation des produits dont la famille à besoin grâce à un système de listes préenregistrées, de sorte que « Les courses [au drive], c’est un copier-coller » (Jérôme). Pourtant, malgré ces différents intérêts déclarés, le drive ne constitue jamais l’unique source d’approvisionnement. Il tend plutôt à se restreindre aux « courses les moins intéressantes », c'est-à-dire celles concernant les produits ayant une forte répétitivité et une faible singularité : épicerie, conserves, boissons, etc. Jérôme : « Oui ça va vite parce qu’on a une liste préétablie donc c’est vraiment… on ne cherche pas le… Là on cherche le minimum en fait, le nécessaire. Donc il n’y a pas du tout… Ce n’est pas très original et ce n’est pas le but ».

28La plupart des ingrédients jugés « fragiles » (souvent frais), en quantités spécifiques, plaisants dans leurs consommations ou valorisés (viande, certains fruits et légumes, yaourts) sont associés aux courses plaisirs et sont ainsi choisis dans les autres points d’approvisionnement (magasins, primeur, producteur, AMAP, etc.).

Une reconfiguration des relations entre contrainte et plaisir

29Le drive apparaît donc comme un dispositif structurant l’équilibre entre courses contraintes et courses plaisirs en offrant d’autres manières de faire usage du temps pour la prise de décision. Toutefois, cette médiation n’opère pas automatiquement et peut prendre des formes complexes. Bien qu’associés aux routines et achats de moindre valeur, on observe ainsi des formes de valorisation expérientielle dans la pratique du drive, à l’image de Rosalie qui déguste sa glace en réalisant sa commande sur internet : « C’est quand même bien de pouvoir faire ses courses en mangeant une glace. C’est l’avantage du drive aussi » ou de Jérôme qui n’hésite pas à faire du temps de la livraison de sa commande un moment d’échange de plaisanteries avec le personnel du drive. L’enjeu de la réduction de l’effort ne semble jamais totalement épuiser la problématique.

30Le drive illustre également le poids des changements biographiques dans l’organisation générale des modes d’approvisionnement et des déplacements qui y sont liés. Ainsi, c’est à la suite d’une grossesse, d’une maladie, d’un accident ou d’un changement professionnel, que plusieurs familles d’informateurs ont introduit ce nouveau mode d’approvisionnement. D’une manière générale, l’élément déclencheur renvoie à une immobilisation d’un parent de la famille, souvent les mères. Situation pendant laquelle, paradoxalement, la présence d’au moins un « driver » devient nécessaire. A contrario, une modification des rythmes scolaires ou un changement professionnel pourra conduire à l’abandon du drive, les parcours quotidiens rendant plus distant l’accès aux centres de retraits des courses.

31Pour bien en saisir les effets, il faut également prendre en compte les transformations qui se jouent au sein de l’espace domestique. C’est toute la chaîne de l’approvisionnement qui est sujette à de potentielles évolutions. Ainsi, le chargement et le déchargement des courses, leur transport et leur rangement, sont des étapes importantes de la domestication des biens achetés et de leur intégration dans de futures routines et arbitrages culinaires. Avec le drive, pour certaines familles rencontrées une partie du contenu des courses pourra être laissé dans le coffre de la voiture pour que le soir, le compagnon achève de ranger les pièces les plus lourdes, alors que dans un contexte de courses en grande surface cette tâche sera solitaire et directement liée au moment du retour à domicile.

32Des transformations dans l’organisation domestique ont également cours lors de la construction de la liste de courses sur l’ordinateur familiale, impliquant, fait très marginalement rencontré dans le cas de liste « papier », des pratiques collaboratives (entre compagnons, avec un ou plusieurs enfants).

Carine est aux commandes de l’ordinateur. Jérôme regarde, moins concentré, les produits défiler sur l’écran.

« Carine : Ça [la sauce tomate] c’est bon.

Jérôme : Il en reste de la sauce tomate ?

Carine : Ben oui, je crois.

Carine se lève de sa chaise pour aller vérifier dans le placard de la cuisine s’il reste de la sauce tomate.

Carine à l’ethnographe : Tiens voilà, […] tu vois [Rires]. C’est vrai que je ne sais pas trop ce que j’ai dans mes placards. Je ne suis pas trop organisée [Rires].

Carine à Jérôme : Oui il en reste !

Elle revient s’asseoir. C’est maintenant Jérôme qui est face au clavier. Pendant que Carine parle, Jérôme tout en l’écoutant continue de cliquer sur la souris pour remplir le panier virtuel.

Jérôme (murmure sur un ton hésitant) : Des œufs… ?

Carine : Oui les oeufs il en faut. Tu peux.

Jérôme clique alors sur l’image "œufs bio".

[…]

En même temps que Carine parle, Jérôme se recule de l’ordinateur pour s’adosser à sa chaise. Carine se repositionne plus en face de l’ordinateur et reprend le contrôle du clavier.

Carine à Jérôme : Donc je t’en prends des œufs ?

Jérôme se redresse et regarde l’écran de l’ordinateur

Jérôme : Oui prends-en.

Carine clique sur les œufs pour les mettre dans le panier virtuel. Puis elle fait glisser la souris sur les autres articles en regardant attentivement l’écran. Jérôme se concentre également sur les produits que Carine fait défiler sur l’écran de l’ordinateur.

Jérôme : Ça prends-en [il montre du doigt la crème fraîche liquide]

Carine : C’est pour le poulet, enfin les escalopes ?

Jérôme : Non c’est pour la quiche.

Carine : Ah pour faire la quiche. D’accord.

Carine clique sur l’article en question. Jérôme intervient : « Attends, ce n’est pas celui-ci, c’est lui ». Carine approche son visage légèrement de l’écran et ajoute : « Celui-ci c’est du 15 [% de matière grasse]. Et l’autre c’est du… ? C’est du 15 aussi » (Carine, 34 ans, 2 adultes, 1 enfant, milieu urbain).

33Dans cet extrait, nous voyons Carine et Jérôme réaliser leur commande sur internet. Chacun alterne le listage des achats, la mémorisation des produits restants et/ou manquants, le placement des articles dans le panier virtuel, etc. Ainsi le couple collabore dans la prise de décisions des ingrédients, et par-là même des menus qui seront cuisinés dans la semaine (quiche ou escalopes ?). Cet arbitrage alimentaire « à quatre mains » s’accompagne d’un déplacement des corps qui circulent entre l’ordinateur, la cuisine et les autres pièces de la maison destinées au stockage des aliments, ainsi que de mouvements posturaux qui marquent l’implication plus ou moins relâchée des acteurs (s’adosse sur sa chaise, se redresse et se concentre sur l’écran, etc.). Pendant la commande au drive, l’espace de la maison peut de ce fait devenir un espace pratiqué (Sobal & Wansink, 2007) selon de nouvelles formes de collaboration intrafamiliale. Celles-ci ne procèdent pas seulement par la coprésence, mais peuvent également reposer sur des formes asynchrones, l’interface numérique du drive faisant office d’outil mémoriel. « Si un jour dans la semaine, on n’a rien à faire, on va passer une petite demi-heure pour voir ce qu’il y a sur le site du Leclerc Drive. Et puis au fur et à mesure on rajoute des trucs. Le lendemain tu en as un qui va dire "ben tiens il manque ça donc je le rajoute sur la liste". Et puis un jour on se décide à faire la commande » (Toufik, 30 ans, 2 adultes, sans enfant, milieu urbain).

34Le drive illustre ainsi comment la transformation des mobilités alimentaires va de pair avec une structuration des rôles et pratiques, selon un principe d’opposition plaisir/ contrainte qui fait l’objet d’arbitrages localisés et contextualisés à des échelles multiples (déplacements quotidiens, pratique des lieux domestiques).

Au-delà du chaînage, des déplacements qui en valent la peine

35Au vu de ce qu’illustre le cas du drive, on peut dès lors se demander si le principe de chaînage (Kaufman, 2008) ne mériterait-il pas lui aussi d’être relu à l’aune de l’articulation entre courses plaisirs et courses contraintes. Ceci afin de compléter une perspective strictement économique (en coût et en temps) des mobilités alimentaires ?

36La logique économique valorisée par nos informateurs dans le cadre des courses contraintes ne résiste pas à la discussion d’autres formes jugées, quant à elles, plaisantes. Prenons l’exemple de Lucette, 63 ans, qui pour faire ses courses, réalise un petit circuit à pieds qu’elle a l’habitude de faire toutes les semaines. Elle commence par acheter quelques fruits et légumes au marché de son village (elle s’approvisionne également chez une amie agricultrice qui lui vend des légumes à bon prix). Puis elle va à la boulangerie chercher son pain et au boucher du village acheter sa viande. Les courses au supermarché (Hyper U) qu’elle affectionne moins seront faites en voiture à un autre moment de la journée. Dans cette situation, Lucette ne négocie pas ses achats alimentaires en fonction d’autres impératifs de mobilités quotidiennes. Ces « petites courses » réalisées sur le mode de la flânerie ne sont pas absorbées dans un chaînage contraint par d’autres activités. Elles semblent au contraire former les principaux maillons d’un chaînage structuré pour valoriser ses décisions et ses arbitrages alimentaires. L’approvisionnement est l’enjeu prioritaire de la situation : la personne tricote alors son parcours en fonction des différents points d’approvisionnement qu’elle visite. Et si un principe d’économie persiste, il intervient en tant que principe de valorisation des déplacements alimentaires, comme une forme de valorisation supplémentaire. Ce sera, par exemple, visiter une banque ou poster une lettre en profitant de la proximité de ces services aux surfaces marchandes visitées.

37Ainsi, à l’opposé des courses contraintes, les courses appréhendées dans une logique de plaisir peuvent être créatrices de mobilités en devenant le moteur constitutif d’un parcours chaîné.

38Catherine m’explique, avant de démarrer, que nous allons chercher des œufs chez le producteur de volailles qui se trouve à M. (à environ 15 minutes en voiture) :

« Si j’avais eu le temps, j’aurais été chercher mon fromage chez le fromager à C. (à 12km de son domicile), quelque fois aussi ma viande mais comme on mange de moins en moins de viande, mais sinon j’allais au Comptoir des viandes à C. aussi. […] J’achète ma crème liquide aussi là-bas… mais bon là il m’en reste. […] Bon là j’irai demain matin car je n’aurai pas le temps ce soir. Après je file au Casino quand il y a des promos. Je vais à… à 18h il faut que je sois chez Fred. Tu sais Fred c’est celui qui tient le petit primeur au Forum en face du Casino, là où j’achète mes légumes et mes fruits à moitié prix par caisses. […] Après 18h c’est 50% sur les caisses de fruits et légumes. Si ça t’intéresse. Je lui dirai que tu es ma nièce comme ça il te mettra des trucs de côté si tu veux. […] Comme il est assez copain avec moi et je suis assez copine avec lui » (Catherine, 64 ans, 2 adultes, 3 enfants, 6 petits-enfants, milieu péri-urbain).

39Parce qu’elle y rencontre un « copain » primeur, qu’elle décèle quelques promotions en grande surface et qu’elle y achète des produits de qualité comme le beurre, la viande et le fromage, Catherine met en place, sous la forme d’un scénario, un circuit d’approvisionnement valorisé qui identifie et maximalise des opportunités locales, mais non strictement proches. Ce circuit se structure en fonction de ses choix de consommation (le fromage est bon, la viande est meilleure, les promos du supermarché sont de « grosses promos (…) qui valent vraiment le coup ») et des évènements socio-biographiques (relations privilégiées avec le primeur, le producteur, etc.). Ce sont ces décisions d’arbitrage alimentaire qui vont produire de la mobilité. Dans ce cas, la narration emprunte le thème du « parcours », du « circuit » ou de la « tournée », indiquant une démarche construite, volontaire, orientée dans un but d’efficacité qualitative. Ces observations nuancent donc l’hypothèse d’un assujettissement des mobilités alimentaires au principe d’une économie de dépense et de moyens, les grandes surfaces occupant une place structurante dans ce processus en tant qu’elles favoriseraient « le regroupement des achats grâce à la diversité de l’offre proposée » (Van de Walle et Mordret, 2011 : 32). Au contraire, il semble y avoir une remise en cause partielle de ce principe au regard d’autres valorisations dans la consommation.

Formes du plaisir dans l’approvisionnement alimentaire

40Si nous avons décidé de nommer cette forme d’approvisionnement par une dimension subjective et relativement ouverte (Berthon et al., 2009), le « plaisir » élaboré dans ces activités recouvre des formes qualitatives diverses, par ailleurs susceptibles de se combiner selon des configurations propres à chacun. Sur la base des éléments présentés précédemment, on peut ainsi distinguer :

41- La qualité expérientielle, combinant une motricité maîtrisée, à l’instar de la flânerie, et une relation de reconnaissance mutuelle avec les acteurs de l’acte marchand qui est aussi l’occasion d’une négociation des décisions alimentaires.

42- La qualité organique des produits, combinant les aspects organoleptiques aux enjeux de composition alimentaires, autrement dit ce que les ingrédients font au corps. Cette qualité varie en fonction de l’importance accordée aux différents aliments consommés, et la même attention n’est pas faite à l’ensemble des biens achetés.

43- La qualité éthique de la consommation, qui articule des critères de productions – biologique, écologique, local, solidaire,… et un contexte d’approvisionnement. Le réseau des AMAP en représente bien sûr une figure forte, mais il faut aussi inclure des formes moins revendicatrices, voire utilitaristes, telles que la consommation biologique également portée par des enjeux organiques (meilleur au goût, meilleur pour la santé des enfants de la famille, etc.). Dans ce cas également, il y a de fortes différences selon les catégories d’aliments.

44- La qualité économique de l’achat qui est la valorisation des tactiques et stratégies mises en œuvre pour disposer des meilleures ressources au moindre coût. Outre la maîtrise des offres promotionnelles, il s’agit par exemple de visiter des surfaces commerciales à des horaires spécifiques pour profiter de déstockages (ex des fruits moins chers en fin de journée chez le primeur) ou de valoriser les dates limites de consommation pour acheter à moindre coût.

45Ces quatre formes ont en commun de valoriser un rapport construit aux lieux, qu’il s’agisse de pratiquer une motricité adéquate au sein d’espaces privilégiées, de construire une relation durable avec des acteurs de l’acte marchand, de sélectionner une origine ou encore de concevoir des tactiques d’approvisionnement valorisant les opportunités locales. Ensuite, elles contribuent toutes à une valorisation de la pratique d’achat dans la décision alimentaire. En effet, l’approvisionnement en tant que pratique située ne suit pas strictement l’idée du plat à préparer, comme dans un modèle classique auquel on associe volontiers l’usage de liste de courses, mais enrichit, modifie, voire génère des intentions de préparations. Citons par exemple la cagette de fruits en promotions qui deviendra la compote dessert du soir, la suggestion du vendeur qui substituera un ingrédient-clef d’une recette ou encore la découverte d’un nouveau produit porté par une flânerie au sein des rayons d’une grande surface.

46Aussi, dans cette perspective, le chaînage alimentaire ne serait pas simplement un moyen de gagner du temps, de réduire la fatigue et la consommation d’essence (logique économique de la mobilité) mais serait, dans le cas du chaînage des courses plaisirs, une façon de mieux maîtriser la qualité de son alimentation (consommer plus local, des produits de qualité) et plus globalement d’être plus engagé dans ses prises de décisions alimentaires. C’est alors une logique plus qualitative qui est à l’œuvre, s’opposant à l’idée d’une consommation passive et peu signifiante dont le principe structurant serait celui de son désengagement.

47Enfin, ces différentes formes témoignent d’une autonomie relative des acteurs vis-à-vis des discours publicitaires qui promeuvent une expérience heureuse de la consommation. Dans les quatre cas de figure listés, la satisfaction se glisse en deçà des discours, dans l’expérience-même d’être un consommateur qui satisfait à ses propres principes (bien manger, être malin, ...). Il y’a dans l’acte de consommation-même une pratique du plaisir qui promeut certaines formes de qualité et qui relève du quant à soi de l’expérience marchande.

48Au regard de la littérature citée en introduction, deux objections pourraient être faites à cette analyse. D’abord, il s’agirait de pratiques observées auprès de populations plus enclines à « prendre leur temps », à savoir prioritairement des personnes plus âgées, les hommes ou des consom’acteurs dont la part d’engagement serait spécifique et orientée vers une approche « alternative » (Pleyers, 2011). Ensuite, le clivage que nous proposons tendrait en définitive à distinguer l’approvisionnement en grande surface d’une part en tant qu’espace de courses contraintes, de lieux normativement plus valorisés, tels que les marchés ou les circuits courts de distribution qui seraient les seules occasions de courses plaisirs.

49Nous ne doutons pas qu’une réponse convaincante serait de procéder par une démarche quantitative, afin de valider la généralisation et l’extension de ce clivage. Pour autant, il nous semble raisonnable de soutenir, sur la base de notre seule démarche ethnographique, l’existence d’un maillage plus nuancé en terme de contrainte/ plaisir que ne le laisse entendre une définition économique du chaînage. Notre conviction tient précisément de l’observation de la coexistence de ces deux formes au sein de chaque foyer étudié, mais aussi au sein des différents modes d’approvisionnement. Ainsi, s’il ne fallait qu’un exemple, le supermarché n’est pas systématiquement traversé au pas de course, mais se pratique à un rythme modulé, et ce quand bien même le discours valorise la rationalité du parcours ou le rejet de ce type de consommation.

50Ainsi, l’espace de l’approvisionnement pourrait se dilater à mesure que les décisions alimentaires se trament. La mobilité alimentaire n’apparaîtrait donc pas comme seulement contrainte mais plutôt comme une forme traversée par différentes opportunités d’émancipation à l’égard de certaines contraintes spatiales, temporelles et économiques puisque les acteurs prennent le temps de tisser un parcours d’achat plus ou moins long et chronophage.

Conclusion. Ce que les courses font aux mobilités, ce que les mobilités font aux courses

51Les mobilités alimentaires ne sont pas des déplacements anodins. S’ils tendent à être racontés et élaborés sur le mode d’un chaînage « malin » avec d’autres déplacements du quotidien, nous avons montré que ce principe d’économie ne rend pas bien compte de l’ensemble des arbitrages liés à ces déplacements. En partant d’un principe, propre à chaque famille, d’une distinction entre courses plaisirs, car valorisables, et courses contraintes, car relevant d’aliments et de pratiques marchandes de faible valeur symbolique, il est possible de distinguer des formes distinctes de construction de la mobilité. Non seulement l’effort devient dès lors acceptable, mais la mobilité-même relève d’une expérience distincte, entre rapidité stratégique et flânerie ouverte aux sollicitations extérieures. Si ces deux régimes de mobilités tendent à cliver les pratiques de grande surface des autres lieux, le marché en particulier, il n’y a pas de lien d’obligation entre eux et c’est bien, en définitive, la valeur de l’acte qui donne le ton de la mobilité. Le cas du drive illustre, par ailleurs, le caractère dynamique de cette relation, des changements de vie ouvrant à de nouvelles pratiques. Il montre enfin comment, derrière une forme semblant réduire l’acte d’achat à une opération minimale, un « copier-coller », existe en fait des opérations nouvelles et valorisée par les acteurs. On découvre ainsi des collaborations au sein de la famille dans la construction de la liste de course, le déploiement de micro-mobilités au sein de l’espace domestique (faire le tour de l’épicerie), la pratique de plaisirs alors interdits (manger une glace pendant « son shopping ») ou encore une nouvelle organisation des mobilités alimentaires libérant du temps pour des formes plaisantes d’approvisionnement (en magasin bio, marché, etc.).

52Cette grille de lecture peut paraître minimaliste au regard des nombreux cas intermédiaires de mobilités alimentaires que nous n’avons pas pu traiter ici. Ainsi, on pourrait prendre en compte les arbitrages relatifs à l’origine géographique des aliments, qui contribuent à enrichir l’expérience de ces mobilités alimentaires en leur conférant un niveau de signification supplémentaire et une opportunité de plus de construire un rapport plaisant à l’acte d’achat. Au-delà du souhait de consommer « local », notion polysémique dont se servent parfois avec difficultés les consommateurs que nous avons suivis, ce sont aussi les ingrédients associés à des territoires anciennement pratiqués (cuisines des régions ou des migrations) qui tissent des liens entre les individus et les lieux. Ainsi, non seulement la mobilité serait source de formes de déplaisir propres aux acteurs eux-mêmes, mais serait-elle aussi parfois doublement signifiante par le déplacement et ce qu’il entretient comme lien avec des territoires pratiqués et appréciés.

53De la sorte, on comprend dès lors que le lien entre mobilité et pratique d’approvisionnement n’est pas univoque. Il ne s’agit pas seulement de contraindre les déplacements en vue de maîtriser sa consommation : plus largement, la façon d’être mobile – l’expérience de la mobilité propre à des approvisionnements valorisés – oriente les choix de consommation.

54Plus encore, nous avons montré que ces moments de courses plaisirs, qu’ils soient rares ou fréquents, ancrent la prise de décision culinaire (« que vais-je faire à manger ce soir ou demain ? ») dans un espace marchand et tranchent de ce fait avec une démarche inverse, la planification précédent l’achat. On peut dès lors s’interroger sur le rôle peut-être plus important qu’il n’y paraît de ces courses plaisirs dans la dynamique des cultures alimentaires : plutôt que d’être une consommation aux marges de l’approvisionnement ordinaire, il s’agirait tout au contraire de situations potentiellement créatives, où le contexte microsocial de l’approvisionnement deviendrait un espace de dialogue avec les biens mis en circulation, autrement dit un moment dense d’arbitrage et d’invention culinaire.

Top of page

Bibliography

BARTH I. & BERTRAND H. 2011. « C’est toujours moins cher de l’autre côté de la frontière », in H. Barth. & B. Antéblian (dir). Les petites histoires extraordinaires des courses ordinaires : 231-253. Cormelles-le-Royal : Editions EMS.

BERTHON S. et al. (dir). 2009. Ethnologie des gens heureux. Paris : Editions de la MSH.

BESSIERE J. & TIBERE L. (dir). 2011. « Patrimoines alimentaires », Anthropology of Food, 8, consulté le 17 décembre 2015 : [https://aof.revues.org/6758].

BOSC S. 2008. Sociologie des classes moyennes. Paris : La Découverte.

CERTEAU (de) M. 1980. L’invention du quotidien. Paris : Seuil.

CHEVALIER S. 2007. « Faire ses courses en voisin », Métropole, 1, consulté le 17 décembre 2015 : [http://metropoles.revues.org/107]

CHIFFOLEAU Y. 2009. « From politics to co-operation: the dynamics of embeddedness in alternative food supply chains », Sociologica Ruralis, 49 : 218-235.

CLOCHARD F. & DESJEUX D. 2013. « Le consommateur stratège », in. F. Clochard & D. Desjeux (dir.). Le consommateur malin face à la crise : 15-49. Paris : L’Harmattan.

COLLECTIF. 2012. Comportements alimentaires. Choix des consommateurs et politiques nutritionnelles. Paris : Editions Quae.

CUMMINS S. & MACINTYRE S. 2002. « A systematic study of an urban foodscape: the price and availability of food in Greater Glasgow », Urban Studies, 39 : 2115-2130.

CSIKSZENTMIHALYI M. 1990. Flow. The psychology of optimal experience. New York : Harper & Row.

DE CERTEAU M. 1980. L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

DESJEUX D. 2006. La consommation. Paris : PUF.

DUBUISSON-QUELLIER S. 2009. La consommation engagée. Paris : Presses de Science Po.

HENNION A. & TEIL G. 2004, « Le goût du vin. Pour une sociologie de l’attention », in V. Nahoum-Grappe & O. Vincent (dir.). Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique : 111-126. Paris : Editions de la MSH.

JORDAN J. 2011. « In search of the elusive heirloom tomato: farms and farmers’ markets, field and fieldwork », in J. Coleman (ed.), Food. Ethnographic Encounters : 69-81. Oxford : Berg.

KAUFMAN V. 2008. Les paradoxes de la mobilité. Bouger, s’enraciner. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

LABARRE (de) M. 2001. « Les trois dimensions de l’expérience alimentaire du mangeur : l’exemple du Sud-Ouest français », Anthropology of Food, 1, consulté le 17 décembre 2015 : [http://aof.revues.org/1206].

LE BRETON E. 2005. « L’orientation familiale des mobilités. Quelques remarques à partir de l’étude d’une population disqualifiée », Networks and Communication Studies, 19(3-4) : 179-192.

MANKEKAR P. 2002. « ‘‘India shopping’’: Indian grocery stores and transnational configuration and belonging », Ethnos, 67 (1) : 75-98.

MARECHAL G. (dir). 2008. Les circuits courts alimentaires. Bien manger dans les territoires. Dijon : Educagri.

MILLER D. 2010. Stuff. Londres : Polity Press.

PERROT M. 2009. Faire ses courses. Paris : Stock.

PIETTE A. 1992. Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographie en anthropologie, Louvain, Peeters.

PIETTE A. 2009. L’acte d’exister. Une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-Pont : Socrate Editions.

PIETTE A. 2010. Propositions anthropologiques pour refonder la discipline. Paris : Pétra.

PLEYERS G. (dir). 2011. La consommation critique. Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire. Louvain la Neuve : Desclee de Brouwer.

POULAIN J.-P. 2013. Sociologies de l’alimentation. Les mangeurs et l’espace social alimentaire. Paris : PUF.

REGNIER F., LHUISSIER A. & GOJARD S. 2006. Sociologie de l’alimentation. Paris : La Découverte.

RIPOLL F. 2010. « L’économie « solidaire » et « relocalisée » comme construction d’un capital social de proximité. Le cas des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) », Regards sociologiques, 40 : 59-75.

SOBAL J. & WANSINK B. 2007. « Kitchenscapes, tablescapes, platescapes, and foodscapes. Influence of microscale built environments on food intake », Environment and Behavior, 39(1) : 124-142.

SOLARD G. 2009. A la campagne, comme à la ville, des commerces traditionnels proches de la population, Paris : Insee, consulté le 17 décembre 2015 : [http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/comfra09d.PDF].

STEEL C. 2008. Hungry city. How food shapes our lives, Londres : Vintage Books.

SUTTON D. 2010. « Food and the Senses », The Annual Review of Anthropology, 39 : 209-223.

THOMAS R. 2007. « La marche en ville. Une histoire des sens », L’Espace Géographique, 1 : 15-26.

VAN DE WALLE I. & MORDRET X. 2011. Faire ses courses durablement. Collection des rapports Credoc, 287.

Top of page

Notes

1 Nous excluons dès lors du présent article les différentes formes de restaurations qui reposent sur l’achat d’un plat et non des ingrédients à proprement parler.

2 Soit le nombre de personnes qui, en France et chaque mois, sollicitaient au moins une fois cette source d’approvisionnement.

3 Open Food System est un projet de recherche labellisé par Vitagora, Cap Digital, Imaginove, Aquimer, Microtechniques et Agrimip, financé par l’Etat français et la Région Franche-Comté dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir géré par Bpifrance. Source : www.openfoodsystem.fr

4 Sur le cas spécifique de la consommation transfrontalière entre les régions Alsace et Bade Wurtemberg, voir Barth et Bertrand, 2011.

5 A savoir, des changements de lieu de résidence, de lieu de travail, le début d’une pratique sportive ou de loisir, les changements de lieux et de rythmes scolaires et périscolaires, la proximité vis-à-vis des nourrices et des crèches et enfin la possibilité de s’y garer.

6 Modification d’un horaire de travail, un rendez-vous médical, des visites amicales, etc.

Top of page

References

Electronic reference

Marion Vicart and Olivier Wathelet, « Des familles conso-motrices ? Ethnographie des mobilités alimentaires dans les pratiques d’approvisionnement en France », Anthropology of food [Online], 11 | 2016, Online since 12 November 2016, connection on 29 March 2017. URL : http://aof.revues.org/8079

Top of page

About the authors

Marion Vicart

Anthropologue, Centre Max Weber, Strasbourg, UMR 5283, puppy_ion@yahoo.fr

Olivier Wathelet

Anthropologue, consultant en innovation, owathelet@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page