Skip to navigation – Site map

Introduction

Les conditions de la recherche
Frédéric Précigout and Isabelle Techoueyres

Full text

1Ce numéro a eu des difficultés à voir le jour. En effet, un premier appel à contribution, s’intitulant « le financement de la recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine de l’alimentation, dans le monde : enjeux, contraintes, limites, enseignements »1, portait sur les relations complexes qu’entretient une communauté scientifique avec le « choix » de ses objets de recherche financés. Or nous avions reçu très peu de propositions d’articles. C’est pourquoi nous avons revu notre appel et choisi de l’ouvrir sur les « conditions » de la recherche, les facteurs qui conditionnent le travail des chercheurs en sciences humaines, à la lumière de travaux dans le champ de l’alimentation humaine. Il a toutefois fallu du temps avant que nous obtenions des retours concrets : il semble qu’une réflexion réflexive sur le pourquoi et comment de nos travaux intéresse beaucoup de chercheurs - et nous avons pu recueillir de nombreux témoignages oraux dans ce sens - mais il reste difficile d’y consacrer du temps.

2La question des conditions de la recherche, si elle a largement été débattue dans le cadre de l’anthropologie générale, (Baré 1995, Vidal 2005, Sunderland & Denny 2007) a peu été abordée dans le domaine de l’alimentation. Ceci s’explique peut-être par la constitution tardive de ce champ de recherche, qui s’est rapidement orienté vers des thématiques répondant à des « problématiques politiques ». Comme le soulignent Chantal Crenn et Anne-Hélène Delavigne, « Le contexte social actuel a joué dans son développement et son succès : interrogations vis-à-vis des problèmes de santé liés à l’alimentation, dans le cadre occidental (obésité, cancer) comme dans le cadre des pays du sud (développement des maladies chroniques), interrogations sur le modèle occidental d’alimentation face aux crises sanitaires et sociales (épizooties comme celle de la « vache folle ») ou en lien avec la notion de « développement durable » ou encore sous l’influence de l’idée de mondialisation.» (Crenn & Delavigne 2010 : 63)

3Au-delà des enjeux scientifiques, l’application des sciences sociales pose la question de société liée à l’éthique (Draetta et Labarthe, 2011). Les connaissances scientifiques en matière d’alimentation peuvent-elles faire l'objet d'une application, c'est-à-dire d'un transfert opérationnel d'informations vers des acteurs économiques et sociaux et des populations (Berlivet, 2004)? A quelles conditions scientifiques et déontologiques ? Car, en effet, les sciences sociales appliquées posent le problème du passage de la connaissance à l’action (Zimmerman,2004) . Les chercheurs, par tradition et par formation, sont-ils aptes à transformer la connaissance en actions ou en recommandations (Roqueplot 1996 ; Albaladejo, Geslin, Magda & Salembier 2009) ?

4Le rétrécissement des budgets publics alloués à la recherche, et tout particulièrement dans le champ de l’alimentation, pousse les chercheurs, qu’ils soient ou non affiliés à des institutions, à consacrer une large partie de leur temps et de leur énergie à composer de volumineux projets de recherche afin de pouvoir mener leurs travaux et les rémunérer. Cette situation interroge la construction sociale du « savoir » prise dans les relations à des financeurs directement « intéressés » par les résultats obtenus. Or est-il possible, par exemple, d’imbriquer et de mettre sur un même plan catégorie d’action (politique ou économique) et catégorie analytique (recherche) (Traimond 2006) ?

5Cet aspect est d’autant plus sensible que le champ de recherche en question (l’alimentation) est lui-même au cœur de la vie quotidienne des individus concernés par les recherches financées, qu’elles soient publiques ou privées. En effet, au-delà de l’histoire spécifique de ce champ de l’anthropologie, rappelons que l’alimentation est un domaine des « arts de faire » (selon l’expression de Michel de Certeau). L’alimentation, en tant que consommation quotidienne universelle et enjeu de santé publique est une thématique de recherche très liée aux enjeux économiques du moment.

6Les auteurs de ce numéro d’Anthropology of Food ont ainsi examiné ces questions à la lumière de différents contextes culturels et économiques, et ainsi mis à jour certains mécanismes sociaux sous-jacents. La richesse de ce numéro provient en partie de la comparaison entre les différentes traditions académiques représentées (France, Royaume-Uni, Etats-Unis) et d’autre part, de l’expression croisée de chercheurs appartenant à deux générations académiquement différentes. Ainsi on mesure combien l’évolution des différentes thématiques du champ alimentaire a impacté l’éthos des chercheurs, avec les témoignages des plus jeunes (académiquement parlant) qui ont connu, dès leurs premiers pas dans le métier, l’obligation d’aller chercher des financements.

  • 2 effectués à partir d’une grille commune (réalisée par C. Crenn, F. Précigout et I. Techoueyres).

7Deux modes de contribution qui se font écho sont proposés au lecteur. D’une part, sous la forme d’entretiens guidés2, des retours réflexifs de chercheurs confirmés quant à leurs trajectoires, et les transformations survenues dans la place de la thématique de l’alimentation et les modes de financements au cours des dernières décennies. Ils proposent une analyse d’un point de vue micro social (leur expérience singulière), les transformations macro sociales ayant transformé (ou pas) les relations entre les chercheurs et leurs objets.

8D’autre part, des études de cas qui permettent de suivre des chercheurs (experts ou novices) impliqués dans des projets de recherche sur commande. Au plus près de leur réalité et de leurs préoccupations quotidiennes, nous les trouverons aux prises avec leurs commanditaires. Ces articles analysent la dynamique relationnelle qui s’instaure entre les parties, la façon dont les chercheurs, souvent pris dans des relations complexes et ambivalentes, cherchent à trouver un compromis acceptable, qui permette à la fois de créer les conditions d’existence d’un objet et de maintenir une distance critique propre au travail de recherche.

Une dimension diachronique : l’évolution de la place de l’alimentation dans la recherche en sciences humaines et des modes de financement

9Plusieurs auteurs commencent par replacer le propos dans un contexte historique. Ainsi au fil de son interview, Jean-Pierre Corbeau décrit comment, dans les années 1970, il fut un des premiers sociologues à s’intéresser aux normes, représentations et à l’imaginaire de l’ensemble des acteurs de la filière du manger et la façon dont ils produisent des discours. Avec la mise en place de l’Institut français du goût, il examina la question de l’éducation au goût, ce qui naturellement l’amena à recevoir des financements de la part de l’industrie agro-alimentaire, intéressée à comprendre les enjeux sous-jacents à l’éducation alimentaire. L’originalité du champ alimentaire tenait dans le fait que, dès le départ, médecine et sciences humaines se retrouvaient dans une approche pluridisciplinaire. Au début des années 2000, le financement de la recherche passe par des appels à projets publics avec l’exigence de partenariats public/privés.

10A travers le récit de deux dispositifs concernant l’accès à l’alimentation des personnes en situation de pauvreté, l’approvisionnement en circuit court et la cohésion sociale, Dominique Paturel consacre une partie de sa contribution à l’historique des conditions du financement public de la recherche en France. Elle décrit un mouvement de renforcement de la place des pouvoirs publics dans la définition des enjeux et l’introduction d’une logique marchande qui se traduit par la montée en puissance de la recherche par projets. Ceci a eu pour incidence la contractualisation avec une monétarisation de la relation et la mise en rapport du coût et de l’efficacité de la recherche. Ceci a entrainé des effets contradictoires: d’un côté la recherche par projet fragilise la recherche, tandis que d’un autre elle a pu favoriser l’innovation dans ce domaine. Elle estime toutefois que cette forme de financement a aussi l’intérêt de questionner les chercheurs et leurs pratiques, et engage celle-ci dans des réponses pragmatiques.

11Outre-Manche, Anne Murcott a répondu à nos sollicitations: elle s’est approprié les questionnements que nous lui avons soumis et a développé sa position à la lumière de son expérience de la sociologie britannique depuis les années 1960. Dans une perspective diachronique, elle relate son expérience de l’adversité, tout d’abord en tant que femme, sociologue, dans un milieu médical; au début des années 1970s, l’alimentation ne jouissait pas d’un statut bien élevé, même dans la sphère de la santé. Elle a tout de même choisi d’étudier un sujet non médical, celui de l’alimentation des femmes enceintes et des jeunes enfants, ce qui lui a permis d’entrer au cœur des foyers. Le problème majeur auquel elle a dû faire face a été de devoir calibrer ses travaux selon des normes et préoccupations non-sociologiques, et publier dans des revues de nutrition ou médicales, ce qui a constitué un frein à la reconnaissance par ses pairs. Selon elle, la trajectoire du chercheur est moulée par ses relations à l’institution qui l’emploie, sa biographie et la discipline dans laquelle il officie. Elle a toutefois pu bénéficier du financement des Conseils pour la Recherche (British Research Councils), synonymes de prestige et liberté, et n’a jamais été obligée d’adapter les résultats.

12Il en va de même pour Martin Caraher, qui fait partie de la même génération. Il note aussi la problématique des publications, particulièrement dans le cas des recherches pluridisciplinaires. A la lumière de son expérience dans le domaine de la Santé publique, de la « politique alimentaire » au sens large, au Royaume-Uni, en Australie et aux Etats-Unis, il reconnait aussi cette évolution : aujourd’hui la recherche doit répondre à des appels et les commanditaires cherchent à obtenir rapidement des réponses à leurs préoccupations, et ne sont pas intéressés par la recherche en tant que telle. La plupart des appels en effet portent sur de l’évaluation et ne contribuent guère à une réflexion théorique. En outre, la concurrence est rude entre chercheurs, sans compter que certains se voient obligés de délaisser la recherche pour se spécialiser dans la gestion administrative des projets, notamment s’agissant de financements européens. Il déplore que, tandis que le thème de l’alimentation est transdisciplinaire, les appels à projets favorisent trop souvent une approche en silo. Malgré les pressions de son institution, Martin Caraher, pour qui les financements proviennent surtout des agences publiques de santé, peut se permettre de refuser l’argent de l’industrie agro-alimentaire, tout en se disant prêt à dialoguer avec les industriels.

13La contribution venant de l’autre côté de l’Atlantique, celle de Jacob Lahne, spécialiste de l’analyse sensorielle, pose la question des liens historiques qu’entretient cette discipline avec l’industrie agroalimentaire et comment cet état de fait aboutit à biaiser les résultats. Il réalise une démonstration originale à partir de l’analyse minutieuse du cas d’un fromage artisanal du Vermont selon la méthodologie validée par la discipline et entend démontrer que les relations entre l’analyse sensorielle et l’industrie alimentaire ont conduit à asseoir certaines hypothèses qui ne peuvent s’appliquer en-dehors d’une production industrielle, et qui par conséquent nuisent à l’évaluation d’aliments issus d’une production artisanale. Examinant les origines et conséquences de cette relation, l’auteur va loin dans son questionnement sur une science fondée sur les méthodologies de la physiologie, psychologie et psychophysique expérimentales, qui délibérément exclut les influences de la société et de la culture sur la perception sensorielle des individus. Les exigences de laboratoire, conçues pour garantir que les expériences sensorielles relevées sont bien objectives, en arrivent à dicter ce qui est une source valide de sensation dans l’expérience quotidienne, en dépit des énormes différences entre les deux contextes (laboratoire/ expérience quotidienne).

Modes de financements et sujets à la mode

14Les auteurs de ce numéro montrent aussi les raisons et arguments qui président à l’omniprésence de certains thèmes dans les appels à projets, et dans quelle mesure ces sujets récurrents et choisis par le politique façonnent l’état de la recherche et des savoirs en sciences sociales (de la porosité entre sciences et politique).

15Jean-Pierre Corbeau explique que certains sujets deviennent « à la mode », tels que l’obésité qui représente un coût social, et donc intéresse les pouvoirs publics – par ailleurs sensibles aux médias et aux phénomènes d’opinion ; tandis que Martin Caraher indique que certains de ses centres d’intérêt, tels que la pauvreté alimentaire, l’insécurité alimentaire, ne sont guère populaires en termes de recherche, et ont donc peu de financement à la clé. Selon lui, il revient au chercheur de susciter la conscience d’un besoin : il s’agit de créer de la pression pour l’action, du lobbying auprès des pouvoirs publics et des médias ; pour cela il faut faire connaitre et rendre les travaux accessibles au public - vulgariser - tout en étant prudent pour ne pas contribuer à renforcer des stéréotypes. Pour cela il trouve donc nécessaire de consacrer du temps à communiquer auprès des médias.

16L’article de Sophie-Anne Sauvegrain, Frédéric Goulet, Laura Arciniegas et Nicolas Bricas offre une réflexion autour d’une recherche pour le compte du marketing international agroalimentaire à travers le cas d’une coopération entre les sciences sociales et l’industrie pour l’innovation et le développement. Les auteurs offrent au lecteur le déroulé d’une démarche originale et complexe qui tente à la fois de traiter de la nature de cette collaboration, d’en faire l’analyse critique, et propose une discussion éthique et méthodologique sur cette collaboration. Une des interrogations porte sur comment, dans un contexte de globalisation, le savoir produit quant aux spécificités locales (dans un pays africain en l’occurrence) sert l’entreprise dans son projet de développer des produits plus “justes”.

17Le témoignage de d’Anne Dupuy, à partir de sa recherche doctorale financée par une société agro-alimentaire, dans une démarche très réflexive, examine la question de la thématisation et de la problématisation d’un aspect social. Elle exprime les interrogations que peut susciter chez un doctorant en sociologie son mode de financement en lien avec la thématisation de son objet de recherche (la place du plaisir dans la socialisation alimentaire), soulignant que cette construction de l’objet n’est plus l’apanage du chercheur mais le fait de nombreux acteurs de la société. A l’instar de Dominique Paturel, elle montre que le mode de financement influence la mise en œuvre et la construction de nouvelles questions de recherche.

Implication et éthique de la recherche et du savoir

18La question de la place du chercheur est une préoccupation partagée. Dominique Paturel défend ce qu’elle nomme « la recherche impliquée » : une science impliquée, qui n’est ni neutre ni autonome, mais consciente du partage des savoirs et de ses implications. L’état actuel de la précarisation de « jeunes » chercheurs oblige ceux-ci à reconsidérer leur rapport à la société, « mais également à se poser la question de savoir au service de qui, et pour quoi, travaillent-ils ».

19C’est bien ce que fait l’article de Sauvegrain et al. qui analyse la place du chercheur dans l’industrie et sa responsabilité sociale. Les auteurs indiquent que, dans leur cas, l’apport des sciences sociales, pris entre injonctions nutritionnelle et exigences du marketing, consiste à aider à décaler le regard aussi bien sur les sociétés visées que sur les façons de concevoir l’innovation alimentaire. Ils questionnent les modalités par lesquelles des connaissances socio-anthropologiques sur l'alimentation des consommateurs sont produites dans le cadre de ce partenariat, et sont mobilisées au sein de l'entreprise, pour stimuler la production d'innovations plus justes, en termes de responsabilité et d'adéquation au marché. Le savoir produit sur les phénomènes sociaux met en fait en relief la question de la responsabilité sociale.

20Martin Caraher ne cache pas son implication, bien au contraire, et se décrit lui-même comme un activiste dans la tradition de la santé publique britannique, visant à promouvoir la traduction et le transfert de ses recherches dans l’action et l’élaboration de politiques publiques. Il questionne avec subtilité le concept de la « pratique fondée sur des données probantes » (Evidence-based practice).

Les accommodements et ajustements aux contextes de financement: études de cas

21Les auteurs des contributions s’appuyant sur des projets de recherches appliquées en direction du monde de l’industrie alimentaire soulignent le manque de connaissances réciproques entre les impératifs de la recherche et ceux du financeur, d’où des incompréhensions. La plus fréquente concerne le rapport au temps : la temporalité de la recherche (l’immersion dans un terrain, la production de données, l’analyse, la rédaction, les lectures annexes, la valorisation scientifique,..) n’est pas la même que celle du décideur. Le ressenti exprimé porte sur la dualité et les tensions quant aux attentes de la compagnie, avec parfois le confinement du chercheur à un rôle d’observateur extérieur. Ainsi, la recherche d’un compromis acceptable pour les partis en présence amène à créer les conditions d’existence d’un objet et d’une posture de recherche permettant de conserver une distance critique propre au travail de recherche.

22Anne Dupuy explique qu’un travail de recherche financé par un dispositif CIFRE conduit à adopter un regard réflexif sur son travail en raison d’une triple contrainte, « voire des risques d’une triple loyauté – à l’égard du milieu académique, du milieu professionnel et de la société ». L’auteure décrit tout particulièrement les accommodements et les ajustements nécessaires pour répondre à la fois aux exigences des milieux académiques et professionnels, tout en préservant son indépendance, en rendant intelligible l’action sociale et en proposant des analyses utiles à la société. Elle y montre comment les contraintes de financement peuvent orienter les thématiques de recherche et comment la vulgarisation organise les interprétations sur les questions que les acteurs de la médiatisation imaginent importantes pour leur public. Elle rend compte aussi des aspects « positifs » de l’exercice: forcé à produire et communiquer du sens sur sa recherche, le doctorant est obligé de clarifier ses questionnements et ses raisonnements ; il ne peut que s’emparer des modes d’appropriation et de réception de ses résultats par les différents acteurs, ce qui contribue sans doute à « affûter (son) regard sociologique ».

23Collaborer avec l’industrie agro-alimentaire, faire de la recherche appliquée, oblige à un certain rythme de production et à trouver un discours convainquant. Avec du recul, ainsi qu’en témoigne Jean-Pierre Corbeau, cet état de fait, loin d’être un frein, permet l’ouverture de la recherche sur la société.

24A l’issue de la lecture de l’ensemble des contributions, se dessine un bilan en demi-teinte.

25D’un côté, la recherche sur commande fragilise la recherche, elle oriente le chercheur si ce n’est dans les résultats, tout au moins dans le choix de ses sujets, et amène à délaisser tout un pan du savoir (qui n’entre pas dans les sujets « à la mode ») ; de l’autre elle le pousse à l’innovation et peut présenter des opportunités pour des chercheurs qui, sortant de leur tour d’ivoire, doivent composer avec un public non expert. Ils se voient obligés, comme en témoigne Jean-Pierre Corbeau, d’user de stratégies et de tactiques pour «vendre » leur appareillage conceptuel sans pour autant « le brader », ce qui est bien évidemment plus simple lorsqu’on est un chercheur confirmé et inséré dans une institution, perçu à priori comme légitime par le commanditaire, que lorsqu’on est un chercheur précaire qui doit sans cesse arbitrer et négocier entre ce qu’il souhaite faire et les contraintes posées par ses financeurs. Dans tous les cas  et quelle que soit sa position institutionnelle, il existe une certaine ambivalence dans les relations qu’entretient le chercheur avec ses commanditaires tant dans la construction de la problématique que de la méthodologie de recherche adoptée.

26Par ailleurs, on peut remarquer que les chercheurs membres des sociétés qu’ils étudient participent aussi, à leur manière, à l’orientation des thématiques choisies par les recherches sur l’alimentation. Une solution pour sortir de cette difficulté consiste à faire usage de réflexivité (de Sardan 2008). En effet, les praticiens des sciences humaines et sociales savent traduire des langages entre des univers très différents: technique, politique, économique (Lascoume, Callon, Barthe et al. 2001). Ils peuvent ainsi aider des collectifs à se comprendre. Un rôle possible pour le chercheur en science sociales peut être d’aider à la compréhension de phénomènes sociaux en s’appuyant sur le vécu de l’ensemble des acteurs et en lisant les normativités des uns et des autres.

Top of page

Bibliography

ALBALADEJO C., GESLIN P., MAGDA D. & SALEMBIER P. (éd.) 2009. La mise à l'épreuve : Le transfert des connaissances scientifiques en questions. Paris : ed. Quae, coll. Update sciences et technologie.

BARE J-F. (ed.) 1995. Les applications de l'anthropologie Paris : Karthala.

BERLIVET L. 2004. « Une biopolitique de l’éducation pour la santé : la fabrique des campagnes de prévention » in D. Fassin & D. Memmi (éd.) Le gouvernement des corps, Paris : EHESS : 37-75.

CALLON M., LASCOUMES P., BARTHE Y. 2001 Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique. Paris : Seuil/la couleur des idées.

DE CERTEAU M. 1990. L'Invention du quotidien, 1. Arts de faire et 2. Habiter, cuisiner, édition établie et présentée par Luce Giard. Paris : Gallimard.

CRENN C. & DELAVIGNE A-H. 2010. « Les méthodes de l’anthropologie sociale dans les études sur l’alimentation: objets et méthodes » in G. Boëtsch (éd.) L’anthropologie du vivant. Paris : CNRS : 63-67.

DRAETTA L. & LABARTHE F. « La recherche sur commande et le dilemme expert chercheur : une analyse réflexive de l’implication du sociologue dans la mise en œuvre d’une politique publique de l’innovation », Revue Interventions économiques [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 19 septembre 2011. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1425.

ROQUEPLOT P. 1996. Entre savoir et décision - L’expertise scientifique. Paris : INRA.

DE SARDAN J-P. O. 2008. La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l'interprétation socio-anthropologique. Louvain-La-Neuve : Academia-Bruylant.

SUNDERLAND P. & DENNY R. 2007. Doing Anthropology in Consumer Research, Oxford: Routledge.

TRAIMOND B. 2006. L'anthropologie appliquée aujourd'hui. Bordeaux : PUB.

VIDAL L. 2005. « L’instant de vérité. Glissements de l’objet à son écriture en anthropologie », L’Homme : 47-74.

ZIMMERMANN, B. 2004. « Introduction », in B. Zimmermann (ed.) Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme : 1-21.

Top of page

Notes

1 https://aof.revues.org/6904

2 effectués à partir d’une grille commune (réalisée par C. Crenn, F. Précigout et I. Techoueyres).

Top of page

References

Electronic reference

Frédéric Précigout and Isabelle Techoueyres, « Introduction », Anthropology of food [Online], 10 | 2016, Online since 09 April 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://aof.revues.org/8130

Top of page

About the authors

Frédéric Précigout

By this author

Isabelle Techoueyres

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page