Skip to navigation – Site map

Full text

1L’alimentation constitue un domaine indispensable à l’existence. Qu’il s’agisse des chasseurs-cueilleurs préhistoriques affamés, des ménagères modernes soucieuses de diététique ou des chefs d’entreprise se piquant de gastronomie, l’Homme lui a toujours consacré une part appréciable de son temps et de son attention. L’être humain est un animal social doté de pensée symbolique et d’une culture, ce qui marque son comportement alimentaire. Dans la période contemporaine Richards (1932) et Guthe et Mead (1945) ont été les premiers à concevoir l’anthropologie de l’alimentation comme une discipline. Ces derniers la définissent comme l’étude des habitudes alimentaires, les façons selon lesquelles des individus ou des groupes d’individus, en réponse aux pressions sociales et culturelles, choisissent, consomment et mettent à contribution certaines portions des disponibilités alimentaires présentes (Guthe et Mead 1945 : 3). Ces auteurs insistaient sur les aspects qui relèvent des sciences sociales et en particulier de l’anthropologie mais impliquaient aussi la prise en considération des aspects nutritionnels.

2La compréhension du phénomène alimentaire exige de considérer à la fois ses aspects biologiques, socioculturels et psychologiques. On ne saurait négliger ici ni l’environnement naturel ni l¹environnement social qui servent de cadre à l’alimentation. Sous ses perspectives les plus ambitieuses, il s’agit d’une étude holistique des facteurs biologiques, culturels et psychologiques qui sont en relation avec l’alimentation. Depuis l977 un effort systématique a été déployé à l’échelon mondial pour développer cette approche par la Commission Internationale pour l’Anthropologie de l’Alimentation (ICAF) de l’UISAE (Union Internationale pour les Sciences Anthropologiques et Ethnologiques). La pondération de ces différents domaines dépend de ce que l’on recherche, des hypothèses que l’on tient. Elle dépend aussi de la réalité historique. Si l’on observe aujourd’hui une certaine diminution de la pression écologique sur les quêtes alimentaires dans le monde occidental, on voit progresser les phénomènes qui relèvent de la psychologie en raison du libre arbitre (en réalité influencé par les media) qui détermine les choix alimentaires.

3L’anthropologie de l’alimentation tend à devenir une discipline populaire qui engendre une énorme masse de littérature. Pour apporter une contribution à la connaissance, elle doit rester scientifique, c’est-à-dire se fonder sur l’observation objective des phénomènes matériels et non matériels. Il est clair que ses hypothèses impliquent à des degrés divers des faits qui relèvent de la biologie, de l’anthropologie et de la psychologie, mais elle doit rester vigilante vis-à-vis de la mode et des préoccupations mercantiles qui pèsent sur la connaissance du comportement alimentaire de nos contemporains.

Top of page

Bibliography

GUTHE (C.E.) and MEAD (M.), 1945. Manual for the Study of Food Habits. Bulletin of National Research Council, National Academy of Sciences, n° 111.

RICHARDS, A.I. 1932. Hunger and work in a savage tribe, a functional study of nutrition among the southern Bantu, with an introduction by B. Malinowski, Routledge, Londres.

Top of page

References

Electronic reference

Igor de Garine, « Ouverture », Anthropology of food [Online], Issue 0 | April 2001, Online since 01 April 2001, connection on 23 March 2017. URL : http://aof.revues.org/954

Top of page

About the author

Igor de Garine

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page