Skip to navigation – Site map

Désordre écologique, désordre biologique et social / GMOs in Tunisia.

Étude sur la dimension sociale des aliments transgéniques ; le cas tunisien.
Ridha Abdmouleh

Abstracts

Most people are reticent, even opposed to Genetically Modified products. Among reasons against GMOs we find that health occupies the most important place: such products are considered as harmful entities for consumers' health, a threat to their life and to future generations. What also feeds the feeling of fear towards GMOs is their “evil”, global, irreversible and evolutionary nature since these products, by affecting fauna and flora, can unbalance the ecosystem equilibrium and the core of life. Apart from the danger they represent for the ecosystem, GMOs are perceived as being a threat to the country's integrity, leading to social and cultural misery as well as to the subordination of the country itself to foreign powers and to multinationals, which detain GMOs. All these considerations make GMOs comparable to a natural, economic, social, cultural, and moral disaster. One of the conclusions of the survey is that the public debate about GMOs could be the transposition of a contested social situation as well as the reflection of a controversial relationship to modern society.

Top of page

Full text

Introduction

1De par leurs enjeux, leurs ramifications et leurs retombées, les OGM ne laissent pas indifférent, suscitent des interrogations et nous interpellent tous. En effet, l'usage de ces produits et leur extension sur le marché posent bien des problèmes et inspirent la crainte aussi bien du profane que de la communauté scientifique. Ces sentiments portent sur les effets de ces produits sur l'homme : en agissant sur le circuit alimentaire, ces produits peuvent constituer un facteur de risque pour la santé humaine, pour l'avenir des jeunes générations et pour l'équilibre de l'écosystème. À juste titre, Jacques Testart compare ces produits à des entités étranges (telles que les ovnis), susceptibles « d'accélérer les déséquilibres naturels, de perturber les cycles biologiques, la qualité de vie et le fonctionnement des êtres vivants » (Testart, 2007). Cette crainte est d'autant plus justifiée, que les manipulations sur le vivant ne cessent de se répandre pour englober davantage de produits agricoles et d'espèces vivantes. Les tentatives de clonage humain après les réalisations effectives d'animaux clonés en sont la preuve. En outre, ce qui nourrit le sentiment d'inquiétude face aux OGM est qu'ils obéissent aux caprices d’organismes privés (généralement des multinationales) et aux lois du marché, dont les mécanismes échappent souvent au consommateur. En s'accaparant le domaine des semences, ces multinationales risquent d'exercer leur emprise sur l'homme et sur la nature, et de menacer l'autonomie, l'intégrité et la santé des populations (Berlan, 1999, 2001).

2D'un point de vue psychosociologique et sociologique, étudier les attitudes face aux OGM, c'est aborder la relation de l'individu avec l'ensemble de la trame sociale (pratiques culinaires, agricoles, activités marchandes…), d'où la pertinence et la richesse de cette perspective de recherche. Dans cet ordre, elle constitue «une bonne introduction à l'étude des phénomènes qui paraissent se situer au point de rencontre entre le biologique, le culturel et le social», (Grignon & Grignon, 1980 : 562). Cette approche écosociologique se veut ainsi une interface entre les sciences naturelles et les sciences sociales, permettant à ces dernières d'affirmer leur fécondité et leur implication dans la société moderne (Guille-Escuret, 1989 ; Tessier & Vaillancourt, 1996). En outre, le mérite de cette problématique est de placer le chercheur dans une perspective anthropologique et holistique, lui offrant la possibilité de saisir la dimension symbolique des conduites de consommation en les situant au sein de leur cadre socioculturel (Baudrillard, 1970 ; Scardigli, 1983 ; Desjeux, 1997 a ; Ouédraogo, 1998) et en permettant d'élaborer une vision dynamique et pertinente des styles de vie des consommateurs (Cathelat, 1990 ; Abdmouleh, 2000). Enfin, cette approche permet également d'accéder à une autre question de plus en plus problématique : quel rapport l'homme entretient-il avec la science en tant que génératrice d'espoirs et de mythes mais aussi d'interrogations et d'inquiétudes ? (Jacquard, 1985 ; Scardigli, 1992 ; Danchin, 2002 ; Desjeux, 1997 b ; Testart, 2007). Une telle problématique se pose surtout pour les populations des pays en développement où la science (pensons à la biomédecine) s'impose parfois aux dépends des cultures locales et ce au nom de la rationalité, de la modernité et du progrès excluant tous les autres savoirs, et aggravant leur déculturation, leur dépendance et leur désarroi (Feyerabend, 1970 ; Abdmouleh, 1990, 2007-b). L'étude du rapport aux OGM permet également d'aborder une question de plus en plus préoccupante pour les sociétés contemporaines : la notion de risque, notamment écologique (Lagadec, 1981 ; Beck, 2001 ; Rudolf, 2001). Cette situation est d'autant plus inquiétante que les populations issues des pays en développement sont souvent peu averties et moins conscientes des conséquences, et agissent parfois sous le poids de la nécessité, devenant ainsi pour les multinationales (productrices de ces produits) un marché idéal. De ce point de vue, les conduites face aux OGM peuvent constituer un indicateur de la sensibilité écologique, ainsi que de la volonté de s'approprier son environnement et sa santé (Giannelloni, 1998).

  • 1  Notons qu’il n’y a pas de statistiques ou d’études relatant l’état des OGM dans le pays. Selon le (...)

3En partant de ce cadre théorique, l'objectif de cette réflexion est de comprendre et d'analyser l'impact de la technologie biogénétique relative aux OGM sur la psychologie du public tunisien : quelles sont les raisons qui justifient ses attitudes à cet égard ? Quelles significations leurs accorde-t-il ? Comment réagit-il par rapport à ce phénomène ? Quels enjeux représentent les OGM1 pour lui? Comment se conduit-il par rapport à la notion de risque alimentaire et écologique ? Comment va-t-il restructurer son champ psychologique à la lumière de l'émergence de ces nouvelles techniques et d'une façon générale par rapport à l'extension de la techno-science ?

Comment sont perçus les OGM et que signifient-ils ?

  • 2  Ville côtière, située à environ 250Km au Sud/Est de la capitale Tunis, Sfax couvre 4,6% de la supe (...)
  • 3  Soulignons que ces caractéristiques socio-démographiques ne s’écartent pas sensiblement de celles (...)

4Pour mener à bien cette recherche, une enquête (à partir de questionnaire) a été effectuée sur un échantillon constitué de 300 personnes, représentatif de la région de Sfax2, selon les critères du sexe, de l’âge (15 ans et plus), de l’appartenance géographique3. L'enquête s'est déroulée durant l'année 2003-2004. Elle est axée sur le rapport du public tunisien à l'environnement; les attitudes face aux produits génétiquement modifiés constituent l'un de ses aspects. Quant à la passation du questionnaire, elle s’est réalisée par la méthode du face à face.

  • 4  Cet effectif était légèrement plus élevé. Suite aux informations qui leur étaient fournies par les (...)

5Quels sont maintenant les résultats de cette enquête ? Sur l'ensemble du public interrogé, seuls 20% déclarent être en faveur des OGM, tandis que la majorité s'y oppose (57%). À noter que 23% des interviewés préfèrent ne pas se prononcer4, soit parce qu'ils ignorent leur existence (18%), soit parce qu'ils n'ont pas encore d'opinion sur la question (environ 5%). Cette connaissance et cette attitude semblent être en partie fonction du niveau d’instruction. Ainsi, moins on est instruit, plus on a tendance à ignorer l’existence des OGM et plus on y est favorable. Inversement ce sont principalement les personnes disposant d’un assez bon niveau d’instruction et donc d’un capital culturel qui sont les mieux informées et les plus hostiles (Tab-A).

Khi-deux observé : 9.08   /   Khi-deux théorique : 7.81 (Seuil de probabilité : 0.05)

NB : *Effectifs observés/ **Effectifs théoriques / *** les termes du Khi-deux dont la somme constitue le Khi-deux observé.

6Dans ce qui suit, nous allons en premier temps exposer les raisons avancées par le public pour justifier son refus des OGM. En second lieu, nous présenterons les arguments en leur faveur. Parallèlement, nous tenterons de dégager les sens donnés à ces produits.

Pourquoi refuser les OGM ?

« Les OGM menacent la santé »

  • 5  Khi-deux observé : 10.72  / Khi-deux théorique : 5.99.  (Seuil de probabilité : 0.05).

7Parmi les raisons avancées par le public pour justifier son opposition à la production des OGM, il y a tout d'abord les raisons de santé (114 personnes sur 171, soit 66%, voir Tab-B). Ainsi, si ce dernier accorde de l'intérêt à l'environnement, c'est avant tout pour préserver sa santé. Cette tendance est assez bien reflétée à travers l’analyse de contingence où c’est surtout parmi les individus ayant (ou estimant avoir) une santé fragile qu’il y a le plus d’opposition aux OGM5. Cela confirme l'importance de la thématique santé/environnement et son rôle mobilisateur. En ce sens, elle constitue un enjeu social sur lequel se construisent et s'articulent les rapports à la nature, à la science et à la technique (Carricaburu, 2005).

8Force est d'admettre à quel point ces produits inspirent la réticence et la peur de leurs retombées sur la santé. Retombées perçues comme immédiates (ou à court terme), se traduisant par des maladies graves (telles que le cancer), des maux redoutables et énigmatiques. Les maladies des enfants sont à ce propos une thématique sur laquelle se focalisent la peur et l'inquiétude populaires vis-à-vis de l'avenir. Selon notre public, l’intervention sur le registre génétique des plantes, pourrait fragiliser la structure de l'organisme humain et affecter par là même la santé des jeunes générations et l'avenir de l'homme. À noter que le discours populaire est riche d'exemples et de détails reflétant cette inquiétude : ces récits évoquent l'apparition de nouvelles maladies jusqu'alors inconnues, surtout chez les enfants. Comme ils mettent l'accent sur la fragilisation de la santé de l'homme et celle des futures générations (Abdmouleh, 1996). Dans cet esprit, le public se livre à des comparaisons entre la santé d'autrefois où l'homme « bénéficiait d'une santé de fer, défiant toutes sortes de maladies » et celle d'aujourd'hui où l'organisme succombe au moindre problème : « Dans le passé - dit ainsi un homme retraité - on se portait vraiment bien, tandis que maintenant, il suffit de rien pour qu'on tombe malade, on devient trop fragile…On dirait des poulets industriels ». Il faut dire que ce climat d'inquiétude et de peur, quant à l'état de santé de l'homme tunisien, est renforcé par le contexte économique difficile qui secoue le pays et l'ensemble du tiers-monde. Ainsi, les problèmes environnementaux viennent-ils se greffer sur la conjoncture mondiale pour justifier ce sentiment de malaise et d'inquiétude quant à l'avenir. Comme si en mettant l'accent sur l'ampleur des maladies susceptibles d'être engendrées par les produits génétiquement modifiés, le public tunisien tenait à somatiser ses malaises et ses tensions, une façon d'attirer l'attention d'autrui sur la gravité de la situation sociale à laquelle il se trouve confronté (Abdmouleh, 1990). Une telle tendance traduirait une plainte, celle d'un vécu difficile à assumer, ainsi qu'une peur, celle d'un avenir risqué et incertain. Comme elle exprimerait le rapport conflictuel à la société moderne qualifiée de contraignante, de stressante et de malsaine, une société moderne menaçant pour ainsi dire l'intégrité biologique et sociale de l’homme (Herzlich, 1983).

 « Les OGM ? Un  désastre écologique »

  • 6  Khi-deux observé : 8.21   / Khi-deux théorique : 3.84. (Seuil de probabilité : 0.05).
  • 7  Ainsi, ce sont principalement les personnes reconnaissant l’effet positif des campagnes de sensibi (...)
  • 8  En interrogeant le public sur la consommation des produits écologiques, ce sont souvent ceux prove (...)

9Les produits génétiquement modifiés sont perçus non seulement comme étant nuisibles à la santé de l'homme, mais ils le sont aussi pour l'environnement. Ainsi, 6% (parmi les personnes refusant ces produits) les envisagent comme une menace réelle contre l'ordre écologique et naturel. Dans cet esprit, le changement opéré sur ces organismes est perçu comme un dérèglement de la nature susceptible de se répercuter négativement sur les animaux, sur les végétaux et en fin de compte sur l'homme. Ces risques sont d'autant plus redoutés que le déséquilibre de l’écosystème est un processus irréversible. Cette attitude émane d'une sensibilité écologique et d'une prise de conscience des enjeux écologiques. À ce propos, nous constatons que c’est principalement parmi les personnes soucieuses de l'avenir de l'environnement qu’il y a le plus d’hostilité face aux OGM6. De même, ce sont notamment les personnes plaçant la santé comme priorité sociale, qui ont tendance à s'opposer à ces produits (Tab-C). Certes, les actions de sensibilisation environnementale menées à l’échelle nationale (depuis les années 1990) ont contribué à l’émergence d’un éveil ou d’un réflexe écologiques chez les tunisien (Abdmouleh, 2002)7. Néanmoins et s’agissant de la sensibilisation aux problèmes des OGM, c’est aux médias étrangers et aux publications scientifiques que revient le mérite8.

« Les OGM : une menace pour l'entité locale »

10Outre ses conséquences négatives sur la santé et sur la nature, les OGM sont perçus comme une menace contre l'intégrité culturelle et sociale du pays. Cette peur trouve sa justification dans l’expérience populaire des semences hybrides et repose sur une lecture lucide et minutieuse du processus social et culturel local durant la moitié du dernier demi-siècle, c'est-à-dire depuis l'avènement de l'Indépendance. C'est ainsi que des agriculteurs et de simples profanes cultivant des potagers relatent leur expérience avec les semences hybrides. Cela remonte aux années 1970-80, quand les agriculteurs remplacèrent leurs semences (de pastèques, melons, concombres…) par des semences obtenues par hybridation, provenant de l'étranger, semences réputées pour leur qualité supérieure, tant sur le plan du goût que sur celui de leur productivité. Ces nouvelles graines ont généré un certain profit, ce qui a incité les agriculteurs à abandonner leurs semences locales. Mais au fil des années, le prix de ces nouvelles semences a commencé à grimper sérieusement, se répercutant sur le prix des denrées elles-mêmes, désavantageant ainsi le citoyen, qu'il soit producteur, vendeur, consommateur, d'où une certaine déception. Ce sentiment est si justifié que l'agriculteur est devenu tout à fait dépendant des producteurs mondiaux de semences. C'est donc avec amertume que certains évoquent leur mésaventure dans ce domaine. Souvent - et peut-être aussi pour rejeter la faute sur d'autres - ils disent avoir été dupés par ces producteurs. Plusieurs d'entre eux, avec qui nous nous sommes entretenus, évoquent avec nostalgie la diversité des produits d'autrefois, leur originalité et leur authenticité. Ils mettent l'accent sur le goût des produits agricoles locaux d'autrefois ainsi que sur leurs odeurs et leurs formes : « Tiens - s'exprime avec amertume et nostalgie ce paysan âgé de 72 ans - autrefois, pendant l'été, dès que t'avais franchi l'entrée du jardin, tu étais envahi par les odeurs des tomates, des piments… C'était vraiment agréable. Tandis que de nos jours, ça n'a plus d'odeur, t'as beau les rapprocher du bout du nez, mais tu ne sens rien… C'est étrange, je ne sais pas où cela va nous conduire ». Cet état d’esprit s’applique également aux OGM, synonymes de dépossession et de déculturation et source de suspicion, d’inquiétude et de mécontentement. Avec l’accroissement du monopole des firmes biotechnologiques sur le domaine des semences, le consommateur devient dépendant des aléas d'un marché dont il ignore les rouages et les mécanismes.

11La prise de conscience des retombées des OGM sur l'intégrité du pays a été constatée également dans les réponses à la question relative aux priorités sociales, où les personnes préoccupées par la question de l'identité culturelle ont tendance à manifester plus d'opposition face à ce type de produits. (Tab-B). C'est donc contre cette déculturation et cet effacement que certaines personnes s'insurgent.

*69 personnes déclarent méconnaître l'existence de ces produits ou ne pas avoir encore d'opinion sur ce sujet.

12Parmi les autres arguments avancés à l'encontre de ces produits, le public évoque leur aspect artificiel, inconsistant et non authentique ( 16% ). Cette insistance vise à mettre en perspective le caractère bénéfique des produits locaux « qui, sans être attirants, sont néanmoins consistants et authentiques » affirme-t-on. Ces propos sont parfois teintés d'un sentiment de patriotisme : on oppose volontiers le local, incarnant le naturel et l'authentique, à l'étranger jugé plutôt artificiel, fade et douteux. En définitive, aux yeux d'une partie du public, les OGM sont synonymes de dépossession, de subordination par rapport aux puissances étrangères et, en fin de compte, de misère sociale. Tout se passe comme si ce désordre écologique avait entraîné un désordre biologique, psychologique et social (Augé, 1983). Par conséquent, le discours sur les OGM prend l'allure d'un cri d'alarme face au nouvel ordre mondial qui symboliserait la fragilisation et la domination de l'homme et de la nature.

« Les OGM : une transgression du sacré »

13Certains informateurs envisagent les OGM comme une atteinte à l'ordre divin (2%). Et bien que la religion soit peu évoquée, elle constitue néanmoins une référence implicite qui oriente les attitudes face à la question environnementale. L'accent est mis ici sur la complexité de la nature et de l'univers en tant qu'expression de la volonté et de la puissance divine. La terre est considérée comme une création à la fois parfaite et sacrée que l'homme, en tant que représentant de Dieu sur terre, doit respecter et préserver (Younès, 2003). Dès lors, les manipulations effectuées sur les structures du vivant sont perçues comme une transgression et une atteinte à l'ordre sacré et une prétention de l'homme à se substituer à Dieu, ce qui est susceptible justement d'attirer sa colère et sa vengeance. Les catastrophes naturelles, la multiplication des maladies, l'apparition des maladies aussi bien obscures que malignes, constitueraient, selon une partie de l'opinion publique, un châtiment divin. Des maladies comme celle dite de « la vache folle » ou la grippe aviaire sont évoquées à ce propos comme une vengeance, une mise en garde et un rappel à l'ordre divin. Le manque de sagesse, la course vers le profit, la surconsommation et la surexploitation des ressources naturelles mettant en péril le sort de l'humanité et celui de la planète, sont considérés dans ce contexte comme une déviance par apport à l'ordre naturel et divin. Cette attitude reflète surtout l'inquiétude du public, quant au sort de l'humanité.

  • 9  Cet auteur effectue une démarche semblable à celle de Rousseau, lequel ayant pris conscience de la (...)

14Quel que soit le langage exprimé, il y a une inquiétude générale quant à la situation écologique planétaire. Dans cet esprit, Edgar Morin souligne que «l'humanité n'arrive pas à accoucher de l'Humanité » et tire la sonnette d'alarme sur le processus apocalyptique dans lequel elle s'est engagée (Morin, 1999 : 47). Jonas (1990), quant à lui, met l’accent sur les notions de responsabilité et de précaution, lesquelles exigeraient, selon lui, le contrôle et la domestication de l’activité scientifico-technique et interdiraient l’entreprise des actions susceptibles de mettre en danger l’intérêt écologique des générations futures. De son coté, Michel Serres (1992) appelle à un pacte avec la nature9. Ce pacte ou ce contrat naturel implique selon cet auteur, que « la nature est bien en droit de préserver son équilibre et que l'homme a un devoir envers elle ». Sur le plan éthique, ce pacte est basé sur l'amour qui dépasse le cadre national restreint, et invite l'homme à adopter une vision globale universelle, seule capable à ses yeux de protéger la planète.

« l'Occident : une source de justification du refus des OGM »

  • 10  Slogan adopté à juste titre par le Sommet mondial sur la société de l’information tenu à Tunis le (...)

15Afin de justifier leur hostilité à l'égard des OGM, une partie du public s'appuie sur la position prise par certains pays occidentaux à leur encontre (2%) : « Moi je ne sais pas vraiment - affirme cet ouvrier de 34 ans - mais si certains pays occidentaux ont refusé ces produits, c'est qu'il y a une raison pour cela ». Un tel constat montre d'une part la tendance du public à diversifier les créneaux d'information mis à sa disposition afin de construire sa propre opinion sur les questions problématiques qui affectent sa vie, et de saisir les sens et les raisons des changements qui secouent le monde d'aujourd'hui d'autre part. Mais cette tendance à passer outre l'information officielle locale ne va pas sans poser de questions sur la crédibilité des médias locaux, et incite du coup ces instances à bien se situer dans la mouvance de la transparence10. De même, elle montre que le public tunisien est imprégné des valeurs et des normes occidentales qui constituent désormais des références incontournables, et dans certains cas des idéaux, répondant ainsi à l'image de l'occident agressif, hégémonique et générateur de ce désordre écologique.

Pourquoi approuve-t-on les OGM ?

16Malgré l'hostilité affichée par une grande partie de la population face aux OGM, 20%  les approuvent. A quoi cela tient-il ?

« Les OGM : un salut contre le spectre de la faim »

17L'une des principales raisons expliquant l'attitude favorable envers ces produits tient à leur disponibilité durant toute l'année, satisfaisant «l'envie irrésistible» d'une partie du public et défiant les contraintes naturelles des saisons (30%- Tab-D).

18Cette attitude peut refléter l'accroissement du besoin suscité par la société de consommation ainsi que la capacité de cette dernière à donner l'impression à l'individu de s'affirmer et de s'accomplir à travers son pouvoir d'achat (Baudrillard, 1970). L'attitude de faveur envers les aliments transgéniques peut refléter également la limite du pouvoir d'achat et l'incapacité de certaines catégories sociales à passer outre ces produits pour satisfaire leurs besoins et leurs désirs durant l'année. C'est probablement pour cette raison qu'une partie du public favorable aux OGM (16%) évoque le mérite de ces produits, celui de satisfaire le besoin alimentaire du pays. Dans ce contexte, ces produits sont envisagés comme un salut qui sauve le pays du spectre de la faim.

Tab-D- Raisons de l’approbation des OGM

N

%

1

Accessibles durant l’année

18

30

2

Permettent de réaliser l’autosuffisance alimentaire du pays

10

16

3

Pas chers

  9

15

4

Permettent de sélectionner des espèces meilleures et compétitives

  5

  8

5

Permettent de réaliser beaucoup de bénéfices (pas nuisibles)

  4

 7

6

Pas pires que les autres produits

  4

 7

7

Plus attirants

  3

 5

8

Je fais confiance  à la science

  3

 5

9

Ça ne présente pas de risque pour l’homme ou pour l’environnement

  3

 5

10

Je n’ai pas peur de leur effet (car je suis assez vieux)

  1

 2

                                                   Total

60

100

19De même, en mettant en avant le critère de la quantité, certaines personnes semblent exprimer leur gratitude envers ces produits : pour elles, ils assurent l'autonomie des pays en développement par rapport aux pays riches ; ils leur permettent de s'affirmer dans le marché agro-alimentaire mondial et de vaincre pour ainsi dire la pauvreté, renversant par la même occasion la logique économique mondiale régissant le rapport Nord/Sud. Vus sous cet angle, les OGM sont envisagés comme un outil et un symbole de libération. Mais comme nous l'avons souligné, l'attitude de faveur envers les OGM traduit moins un choix délibéré qu'une contrainte économique exercée sur les consommateurs issus des classes sociales populaires. En ce sens, ces produits sont choisis en raison de leur prix abordable (15%) et de leur grande accessibilité. À ce propos (et comme le montre le tableau-C), la plus grande proportion favorable aux OGM place la lutte contre la pauvreté comme une priorité sociale absolue pour le pays.

20Un tel constat est confirmé par l'étude des conduites des consommateurs tunisiens, qui montre une opposition entre les catégories de bas salaires qui manifestent moins de disposition à consommer les produits écologiques, et les catégories sociales moyennes et aisées qui en sont entichés. Cette tendance est relatée également à travers les attitudes face à la marge de prix entre produits classiques et produits écologiques. À ce propos, 30% du public refuse l'idée même de la marge, et préfère s’en tenir aux produits classiques malgré la conscience des risques qu'ils encourent (Abdmouleh, 2007-a). Ainsi, le critère financier constitue-t-il à la fois un facteur décisif qui pèse sur la conduite du consommateur tunisien, et un obstacle et handicap réel à la consommation des produits biologiques. Pour ces raisons, les préoccupations des couches populaires sont orientées plutôt vers les produits courants et à bas prix (y compris les OGM). Les produits écologiques sont considérés comme un luxe et classés par conséquent au second plan, ou carrément ignorés et refoulés. Inversement, les produits naturels sont perçus par les classes aisées comme un privilège réservé aux classes sociales aisées et un signe de raffinement du goût et de distinction sociale. Les attitudes face aux OGM deviennent alors révélatrices de la position sociale des individus et en partie de leur idéologie. De même, elle révèle la question des inégalités sociales qui sous-tendent la perspective écologique (Abdmouleh, 2007-a, 2008 ; Villalba & Zaccaï, 2007).

Les OGM, fruit de la science et symbole du progrès : la technoscience et la légitimation des aliments transgéniques

21Si certaines personnes insistent sur le critère de la quantité pour défendre les produits à base d'OGM, d'autres en revanche mettent en avant leurs qualités intrinsèques et leurs apports positifs pour la santé, manifestant ainsi une foi inébranlable en la science. Car « si ces produits sont nuisibles, la science l'aurait remarqué et donc les auraient supprimés du marché», ou «du moment que ces produits sont approuvés par la science, c'est qu'ils sont bénéfiques» nous dit-on. Cette confiance quasi aveugle en la science ne semble pas avoir de limites chez certaines personnes pour qui les OGM sont les meilleures espèces végétales mises au service de l'homme et constituent « la crème de la recherche scientifique ». Ces propos montrent l'usage ou la fonction de l'institution scientifique comme légitimatrice de certaines pratiques (Habermas, 1978). En élaborant ce type de produit, en cautionnant (ne serait-ce que passivement) certaines pratiques, et profitant de son capital confiance auprès des populations, la science peut induire en erreur et influencer le choix des consommateurs. C'est ce qui a conduit certains auteurs à mettre en garde contre les abus de la science et à appeler à la nécessité de la contrôler et de l’humaniser (Levy-Leblond, 1970, 1981 ; Jacquard, 1985 ; Testart, 2007…). Cela est d'autant plus justifié que les domaines de la science ne cessent de s'étendre pour englober tous les aspects de notre vie influençant ainsi nos opinions, nos représentations et notre manière d'être et d'agir. Ce faisant, elle bouleverse les relations et les frontières classiques entre la dimension proprement scientifico-technique et les dimensions sociales et morales (Freidson, 1984 ; Scardigli, 1992).

22Pour d'autres interviewés, bien qu'ils admettent le risque potentiel des OGM, ils ne les considèrent pas comme étant pires que les produits naturels (7%). En affirmant cela, les partisans des OGM tentent de justifier leur conduite alimentaire tout en légitimant leur attitude jugée inconséquente, irresponsable et exposant leur santé et celle des enfants aux risques. À l'opposé de cette catégorie (niant ou minimisant le risque des OGM), il y a celle qui veut bien admettre les dangers potentiels de ces produits, mais affirme en consommer tout de même. Selon notre enquête, il s'agit essentiellement de personnes âgées et issues des classes défavorisées : « Moi j'en mange, et je m'en régale, je suis déjà assez vieux pour m'inquiéter des risques de ces produits sur ma santé  (rire)…il faut en profiter tant que je suis en vie » réplique, avec humour, un homme âgé de 85 ans. De tels propos traduisent l'insouciance et la frustration des consommateurs appartenant aux classes démunies (Bourdieu, 1976 ; Abdmouleh, 2007-a). Faute d’une culture scientifique ainsi qu'un capital financier, ces classes adoptent une attitude valorisant la dureté face à la vie et se démarquant des normes de sécurité alimentaire et sanitaire. (Boltanski, 1968 ; Abdmouleh, 1990, 2007-b). Cette même attitude est généralement adoptée face aux risques écologiques. S'agissant de leur attitude envers les OGM, ces classes tentent de minimiser les risques et de mettre en avant leur prix abordable et leurs qualités intrinsèques. Comme nous l’avons constaté précédemment, le manque de prise de conscience des problèmes écologiques et sanitaires contribue à favoriser cette attitude insouciante et négligente. L’absence ou le manque d'informations sur les risques alimentaires (et à priori sur les OGM) ne fait que renforcer cette tendance irrationnelle, d'où le rôle des mass médias nationaux et de la société civile à ce sujet. C’est ce qu’explique par ailleurs la tendance chez certains enquêtés - favorables ou non aux OGM - à les confondre avec les produits obtenus par hybridation et ceux non biologiques en général.

Conclusion

23La grande majorité du public tunisien manifeste une opposition nette aux produits génétiquement modifiés. Quant aux arguments avancés à ce propos, la santé représente le souci majeur. En ce sens, ces produits sont considérés comme des entités pathogènes qui nuisent à la santé du consommateur, menacent sa vie et celle des futures générations. Cette peur est justifiée par le fait que ces produits pourraient léser les structures héréditaires de l'homme lui causant des atteintes irréversibles, réduisant son système immunitaire et le transformant en une proie facile face aux agressions de la vie. Cela montre à quel point l'interface environnement/santé constitue une problématique pertinente et mobilisatrice. C'est une thématique centrale qui reflète la dynamique et la solidarité entre l'homme, l'environnement et la société (D’Houtaud, 1997 ; Carricaburu, 2005).

24Ce qui nourrit le sentiment de peur des OGM, c'est aussi son caractère « maléfique » global et son danger croissant. Car ces produits sont perçus comme un danger pour la faune et la flore et l'équilibre de l'écosystème en général, accentuant du coup la vulnérabilité et le désarroi de l'homme. Notons que les critiques adressées à l'encontre des OGM traduisent moins une position idéologique qu'une attitude réaliste émanant d'une lecture minutieuse du quotidien ainsi que d'une prise de conscience croissante des enjeux et des risques écologiques.

25Outre les risques sur la santé et sur l'équilibre de l'écosystème, les OGM sont représentés comme une atteinte au patrimoine culturel ainsi qu'à l'intégrité de l'économie locale et donc une source de dépossession. Cette déculturation ne va pas sans provoquer un sentiment de peur, de désarroi voire de révolte contre les puissances détentrices des OGM. Ces produits sont perçus comme synonyme de dépendance, de subordination (par rapport aux puissances économiques et industrielles qui les détiennent), et de misère. Mais ce sont principalement les classes sociales défavorisées qui en subissent le plus les conséquences et se voient contraintes de consommer ce type d’aliment.

26Toutes ces considérations font des OGM un synonyme de mal global, de désordre écologique, économique, social, culturel et moral, bref de désastre qui menace l'homme, la société, la nature et la vie tout court. Aux produits génétiquement modifiés s'ajoutent les méfaits de la pollution industrielle et du stress de la société moderne pour accroître le désarroi de la population locale et anéantir tout espoir de tendre vers des jours meilleurs. Vue ainsi, la société d'aujourd'hui est représentée comme l'antithèse du bien être. Le discours sur les OGM et sur l'environnement en général prend parfois l'allure d'un bilan ou d'un verdict lancé à l'encontre de cette société à travers son mode de vie malsain et ses pratiques « anti-écologiques ». Comme le discours sur la maladie, celui sur les OGM exprime un vécu social mal assumé, renvoie à un malaise social et reflète un rapport conflictuel à société moderne et à l'ordre établi. Ainsi, loin d'être acceptée par la population (ou du moins d'une bonne partie), cette pratique est accueillie avec beaucoup de suspicion et de rejet. C'est là que l'explication spirituelle intervient pour justifier la peur et le désarroi face à certaines pratiques qui caractérisent la société contemporaine. En même temps, elle exprime la peur et le scepticisme quant à la dérive de la science et à son monopole croissant et incontrôlable. Comme si, en faisant appel à la dimension religieuse et morale, le public tenait à exprimer une certaine déception ou un désenchantement par rapport à la société moderne ainsi qu'un désir ou une nostalgie de l'ordre naturel. En plus du manque d’information au sujet des OGM, la confusion et la généralisation opérées chez le public traduiraient quelque part le scepticisme face à la biotechnologie et à la manipulation du vivant ainsi que la peur du risque alimentaire et écologique.

27Enfin, ces inquiétudes ressenties à l’égard des OGM reflètent l'émergence d'une culture du risque tranchant avec l'assurance affichée jusqu'alors par les sociétés modernes, accompagnée d'une prise de conscience des enjeux de la techno-science. Par ailleurs, l'attitude en faveur des OGM traduit surtout l'état de précarité auquel sont confrontées les couches sociales démunies et devrait orienter les efforts vers la résolution des inégalités écologiques qui sous-tendent la perspective environnementaliste. En même temps, elle devrait persuader les pouvoirs publics, les spécialistes de la communication et les différents acteurs sociaux (aussi bien du secteur privé que de la société civile) d'accroître leurs actions en matière d'information et de vulgarisation environnementales notamment celles axées sur les OGM et ce, afin d’avertir la population et de la responsabiliser sur ces questions, et l'inciter enfin à s'approprier son environnement, contribuant ainsi à la réhabilitation de la cause écologique.

Top of page

Bibliography

ABDMOULEH R., 1990, Conduites face aux maladies et aux médecines en Tunisie, Doctorat de l'Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 405p.

ABDMOULEH R.., 1996, «L'Enfant Tunisien et l'environnement; représentations et conduites », les cahiers de l'Enfance, 2, 19-37, Tunis.

ABDMOULEH R., 2002, « la communication environnementale et son impact sur le public Tunisien », Sfax, Bouhouth Jamiyya (recherches Universitaires), Revue de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax (Tunisie), -2 , 44-69.

ABDMOULEH R.., 2007-a, « Consommation des produits écologiques et inégalités sociales. Le cas tunisien », Développement Durables et Territoires. (http://developpement durable.revue.org/document3733.htm), Dossier 9 : Inégalités écologiques, Inégalités sociales. Mise en ligne le 11 juin 2007.

ABDMOULEH R., 2007 –b, « Le patrimoine thérapeutique local et ses usages sociaux en Tunisie ». Communication présentée lors du colloque sur le patrimoine et son rôle dans la durabilité du développement. Colloque organisé par Le Groupe de recherche sur le Développement et l’Environnement Social à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sfax, et tenu le 23-24 Novembre 2007.

ABDMOULEH R., 2008, L’engagement dans l’action associative écologique : Motivations et handicaps. Le cas Tunisien. Cahiers de Psychologie Politique, N° 12, Janvier 2008. http://www.cahierspsypol.fr/CadresIntro.htm

ABDMOULEH L., 2000, Le style de vie et le comportement du consommateur : vers une nouvelle approche explicative (Application aux produits écologiques en Tunisie), Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, 571 pages.

AUGÉ M., 1983, «Ordre biologique et ordre social », in In Auge & Herzlich : Le sens du mal. Anthropologie, Histoire, Sociologie de la maladie. Paris, Ed des Archives Contemporaines.

BAUDRILLARD J., 1970,  la société de consommation, Paris, Gallimard.

BECK  U., 2001. La société du risque, Paris, Aubier.

BERLAN J-P., (sous la direction), 2001, La guerre au vivant, OGM et mystifications scientifiques, Agone éditeur.

BERLAN J-P., 1999, «Economie politique des OGM », Attac (Association pour la Taxation des Transactions pour l'Aide aux Citoyens) (http://france.attac.org/article.php3?id_article=829), Consulté en Novembre 2006.

BOLTANSKI L., 1968, La découverte de la maladie. Diffusion du savoir médical, Paris, Centre de Sociologie Européenne, Paris, Ecole Pratique des Hautes Etudes.

BOURDIEU P., 1976, « Anatomie du goût », Actes de la recherche en sciences sociales, 5, 5-81.

CARRICABURU D., 2005, « Santé/Environnement : des savoirs aux pratiques » In : Santé -environnement et santé-travail. Nouvelles perspectives de recherches. Séminaire de prospective scientifique et de lancement du programme recherche du plan national santé environnement et du plan santé, Ministère délégué à la Recherche.

31 Mars - 1 Avril 2005. (http://www.recherche.gouv.fr/discours/2005/progseminaire.pdf) (Consulté en Octobre 2006).

CATHELAT B., 1990, Socio-styles système, les styles de vie : théorie, méthodes et applications, Paris, éditions d’Organisation.

DANCHIN A., 2002, «Quelques problèmes éthiques posés par la biologie », Alliage, N°52.

DESJEUX D., 1997-a, « L'ethnomarketing. Une approche anthropologique de la consommation », Paris, Revue UTINAM, 21,22, 111-147.

DESJEUX D., 1997-b, « Produits transgéniques, angoisse alimentaire et diversité culturelle de la perception des risques », Consommation et Sociétés (http://www.argonautes.fr/sections.php?op=viewarticle&artid=406), (consulté en Mars 2007).

D'HOUTAUD A., 1997, Sociologie de la santé. Langage et savoir, environnement et éthique. Paris, l’Harmattan.

FEYERABEND P., 1970, Contre la méthode, Paris, Seuil.

FREIDSON E., 1984,  La profession médicale, Paris, Payot, (Coll. Médecine et Société).

GIANNELLONI J.-L., 1998, « Les comportements liés à la protection de l'environnement et leurs déterminants : un état des recherches en marketing », Recherche et Applications en Marketing, 13, 2, 49-72.

GRIGNON C & GRIGNON CH., 1980, « le style d'alimentation et goûts populaires », Revue Française de sociologie, XXI, 531-569.

GULLE-ESCURET G., 1989, Les sociétés et leurs natures, Paris, Armand Collin.

HABERMAS J., 1978, La science et la technologie comme idéologie, Paris, Denoël / Gonthier.

HERZLICH C.,  1983, «Médecine moderne et quête de sens : la maladie signifiant social », In Auge & Herzlich : Le sens du mal. Anthropologie, Histoire, Sociologie de la maladie. Paris, Ed des Archives Contemporaines.

JACQUARD A., 1985,  Au péril de la science ? Interrogation d'un généticien, Paris, Seuil.

JONAS H,  1990, Le Principe responsabilité, Paris, éd. du Cerf, coll. Passages.

LAGADEC P., 1981, La civilisation du risque. Catastrophes technologiques et responsabilité sociale, Paris Seuil.

LEVY-LEBLOND J.M., 1970, Auto-érotique de la science. Paris, Seuil

LEVY-LEBLOND J.M., J.M, 1981, L'esprit du sel, Paris, Fayard.

MORIN E.., 1999, Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, Paris, Unesco.

(http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001177/117740fo.pdf ), (Consulté le 10 juin 2006).

MOSCOVICI S., 2002, De la nature : Pour penser l'écologie, Paris, Métaillé.

OUEDRAOGO A-P., 1998, «Manger 'naturel'. Les consommateurs de produits biologiques », In Anthropologie des choix alimentaires, Journal des Anthropologues, 74, 13-27, Paris les éditions du MSH. 

La PRESSE (journal), 2008 « OGM et biodiversité. Lutter contre la pollution génétique », Edition du 14-Février 2008.

RUDOLF F., 2001, « La dimension collective de la société du risque », Alliage, N°48-49,

SCARDIGLI V., 1983,  la consommation. Culture au quotidien, Paris, PUF.

SCARDIGLI V., 1992, Les sens de la technique, Paris, P.U.F.

SERRES M., 1992,  Le contrat naturel, Paris, François Bourin.

TESTART J., 2007, « Le citoyen face à la technoscience », Eco-rev' (http://ecorev.org/article.php3?id_article=539), (Consulté en Mars 2007).

TESSIER R & VAILLANCOURT J-G., 1996, la recherche sociale en environnement, Montréal, les Presses de l'universitaire de Montréal.

TUNISIE VERTE (Parti vert tunisien), 2007, Réflexion sur la situation écologique en Tunisie, Anciela, http://www.anciela.info/articles.php?id=105, mise en ligne le 2-1-2007, (Consulté le 19-2-08).

VILLALBA B & ZACCAÏ E., 2007, « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ?», Développement Durable et Territoires.Mise en ligne le 3-5-07 .http://developpementdurable.revues.org/document3502.html. (Consulté le 15-Mai 2007).

YOUNES M., 2003, « Repères islamiques pour la protection de l'environnement », in L'Islam aujourd'hui, N°20 Revue périodique de l'Organisation Islamique pour l'Éducation, les Sciences et la Culture.

Top of page

Notes

1  Notons qu’il n’y a pas de statistiques ou d’études relatant l’état des OGM dans le pays. Selon le Parti Vert (Tunisie Verte) « les OGM rentrent librement » dans le pays, et il est facile de s’en procurer (Anciela, 2007). De la part des autorités, il y a une volonté d’y faire face. Ainsi, dans son allocution d’ouverture du colloque sur les OGM (tenu à l’Institut National d’Agronomie –INAT-, en Février 2008), le Ministre de l’Environnement et de Développement Durable, affirme que le gouvernement est en passe d’élaborer « un projet de loi portant sur le contrôle de l’utilisation isolée, la diffusion et l’exportation des OGM ainsi que leur vente sur le marché » (La Presse, 14-2-08). Par ailleurs, le manque d’information sur les OGM à l’échelle nationale implique que le public s’est forgé sa propre opinion à partir des médias étrangers (principalement arabophones et francophones), de l’Internet, des livres, des revues et magasines (étrangers) et des relations interpersonnelles familiales et extra-familiales). C’est ce qui explique que ce sont principalement les personnes assez bien instruites qui sont les mieux informées (et les plus opposées) sur ces produits (Tab-A).

2  Ville côtière, située à environ 250Km au Sud/Est de la capitale Tunis, Sfax couvre 4,6% de la superficie du pays. Elle compte 881 600[1] habitants (INS, estimation 2006). Son économie est essentiellement agricole (les terres agricoles constituent (90.62% de la région). Elle est basée sur l’huile d’olive (40% de la production nationale (PN), les amandes (30%), l’élevage (de 340 000 ovins, 50 000 caprins et près de 30 000 bovins) et la pêche (environ 25 000 tonnes de poissons par an soit le tiers de la production nationale). L’importance de l’aspect agricole de la région justifie l’intérêt pour le domaine biotechnologique. La région de Sfax est connue également pour son aspect industriel (phosphate, pétrole…). Elle compte 766 entreprises employant environ 50.000 salariés (Bennasr, 2006). Par ses caractéristiques environnementales, géographiques, socio-économiques et démographiques, la région de Sfax est considérée comme un indicateur du dynamisme du pays et des grandes villes sud méditerranéennes. De fait, elle constitue un terrain privilégié pour les investigations psychosociologiques et anthropologiques, notamment pour l’étude des mutations socio-culturelles et de l’impact des risques écologiques sur l’homme et les moyens d’y remédier. La prise en compte du rural et de l’urbain dans notre échantillon permet de mieux appréhender la construction sociale et profane de l’environnement et de saisir le contraste et le dynamisme de cette mutation dans sa dimension nationale.

3  Soulignons que ces caractéristiques socio-démographiques ne s’écartent pas sensiblement de celles de l’échantillon national, d’où la possibilité d’une certaine généralisation.

4  Cet effectif était légèrement plus élevé. Suite aux informations qui leur étaient fournies par les enquêteurs, certaines personnes (indécises) se sont forgé une opinion et ont exprimé leurs avis sur la question. La position des enquêteurs (étudiants généralement acquis à la cause écologique) aurait sans doute un effet suggestif sur cette catégorie.

5  Khi-deux observé : 10.72  / Khi-deux théorique : 5.99.  (Seuil de probabilité : 0.05).

6  Khi-deux observé : 8.21   / Khi-deux théorique : 3.84. (Seuil de probabilité : 0.05).

7  Ainsi, ce sont principalement les personnes reconnaissant l’effet positif des campagnes de sensibilisation sur leurs conduites écologiques qui sont les plus disposées à verser une cotisation en faveur de l’environnement et à s’engager dans une action de réhabilitation de leur environnement (Abdmouleh, 2002).

8  En interrogeant le public sur la consommation des produits écologiques, ce sont souvent ceux provenant de l’étranger ou industrialisés qui sont cités. Curieusement, les plantes et les recettes médicinales locales sont passées sous silence. Ainsi, les informations locales sur ces produits font  tellement défaut que le public les considère comme une création purement moderne et occidentale (Abdmouleh, 2007-a). Notons que la Tunisie a une production agricole de type biologique (220.000 hectares à cet effet, produisant l’huile d’olive, les dattes et certains fruits et légumes.), mais destinée presque exclusivement à l’exportation. La France, la Suède, la Norvège représentent les importateurs traditionnels de ces produits (Journal-Achourouk-du 14-2-2008).

9  Cet auteur effectue une démarche semblable à celle de Rousseau, lequel ayant pris conscience de la dégradation de l'ordre social établi, nous a averti sur le risque du dépérissement du genre humain tout en appelant à la nécessité d'établir un ordre social «humanitaire» et en invitant l'homme à changer sa manière d'être, sa conduite sociale, et à se réconcilier avec lui-même et avec autrui.

10  Slogan adopté à juste titre par le Sommet mondial sur la société de l’information tenu à Tunis le 16-17-18 Novembre 2005.

Top of page

List of illustrations

Caption Khi-deux observé : 9.08   /   Khi-deux théorique : 7.81 (Seuil de probabilité : 0.05)
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/5413/img-1.jpg
File image/jpeg, 64k
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/5413/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Caption *69 personnes déclarent méconnaître l'existence de ces produits ou ne pas avoir encore d'opinion sur ce sujet.
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/5413/img-3.jpg
File image/jpeg, 64k
Top of page

References

Electronic reference

Ridha Abdmouleh, « Désordre écologique, désordre biologique et social / GMOs in Tunisia. », Anthropology of food [Online], Articles, Online since 28 April 2009, connection on 20 November 2017. URL : http://aof.revues.org/5413

Top of page

About the author

Ridha Abdmouleh

Psychosociologue, docteur de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) Paris, maître assistant à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax (FLSHS) Tunisie, et membre du Groupe d’Etude pour le Développement et l'Environnement Social (GEDES) à la FLSHS ; abdmouleh.ridha@tunet.tn

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page