Navigation – Plan du site

L’image des légumes

circulation des discours dans l’espace médiatique et désenchantement
The image of vegetables, Media discourses and disenchantment
Hélène Burzala-Ory, Clémentine Hugol-Gential et Jean-Jacques Boutaud

Résumés

Au sein du vaste champ de recherche qu’est l’alimentation, les légumes et les représentations qu'en ont les mangeurs ont été délaissés malgré la place importante qu'ils occupent dans les discours officiels depuis la mise en place en 2001 du PNNS. Dans un contexte de stagnation de leur consommation, il semble judicieux de tenter de comprendre quels en sont les freins. Notre hypothèse veut que les discours médiatiques sur le sujet, dans la lignée du discours des autorités publiques, présentent les légumes avant tout comme un aliment fonctionnel, dans un pays où le goût et le plaisir restent pourtant des piliers de la culture alimentaire. Pour mettre à l’épreuve ce postulat, notamment à travers la circulation des discours sur les légumes, il est question ici d’analyser un corpus constitué à partir d’une source unique, l’agrégateur d’informations Google Actualités, qui a l’avantage d’agréger indistinctement les informations mises en circulation. Les premiers résultats obtenus montrent l’intérêt de cette méthode et confortent l’idée d’une image désenchantée des légumes dans les discours médiatiques malgré toutes les recommandations et prescriptions dont les médias se font aussi les relais.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le fameux « 5 fruits et légumes par jour » devient un véritable slogan lors de la mise en place du (...)

1La France est, depuis une quinzaine d’années, le théâtre d’une politique nutritionnelle très interventionniste, engagée par le Ministère de la Santé avec la mise en place du PNNS (Plan National Nutrition Santé) en 2001. Dans ce cadre, il est particulièrement intéressant d’analyser les discours sur l’aliment « star » du PNNS, les légumes, valorisés quotidiennement auprès des mangeurs à travers tous les canaux de communication possibles1. Longtemps « méprisés » en France (Michel, 2003 : 123), ils semblent aujourd’hui bénéficier de l’image de nourriture saine et légère actuellement mise en avant par les prescripteurs alimentaires sous le prisme de la santé. Or la plupart des études récentes sur les pratiques des mangeurs français font état d’une stagnation de leur consommation depuis les années 2000 (INSEE, 2015). D’après l'étude INCA 2 (étude individuelle nationale des consommations alimentaires) de l’Anses, menée sous l’égide des ministères de la Santé et de l’Agriculture en 2006/2007, elle reste inférieure aux recommandations ; environ 50% des adultes de plus de 18 ans consomment moins de 2 légumes par jour.

2Il est donc légitime de s’interroger sur l’efficacité du discours officiel concernant les pratiques des mangeurs : pourquoi un tel écart entre les recommandations du PNNS et la consommation réelle des Français ?

3Bien sûr, les déterminants rationnels de la consommation, comme le prix, le manque de praticité ou les difficultés d’approvisionnement, expliquent en partie cette désaffection pour les légumes, mais « les difficultés dans l’application des normes ne sauraient cependant être réduites à cette dimension économique » (Régnier & Masullo, 2009 : 756). Si l’on se réfère aux sociologues de l’alimentation, « pour [...] comprendre [les choix et les habitudes de consommation], il faut postuler que la fonction essentielle de la consommation alimentaire est de produire du sens » (Poulain, 2002 : 191). Au-delà des conditions matérielles, l'individu mobilise un imaginaire dans tout processus d’incorporation d’un aliment (Rozin, 1994 : 22). La question essentielle est de savoir ce que le mangeur ingère comme symboles à l’intérieur de ce processus : comment se représente-t-il les légumes ? A travers quelle image de l’aliment, de soi, des pratiques alimentaires ainsi nourries ?

4Un paradoxe ressort d’entrée : alors que l’objet alimentaire, considéré comme un « fait social total » (Mauss, 1950), est devenu central dans des disciplines aussi diverses que la sociologie, l’anthropologie ou la sémiotique, les légumes restent encore un terrain d’étude à défricher. La littérature sur le sujet est quasiment inexistante. Le récent Dictionnaire des cultures alimentaires de J-P. Poulain (2012) ne contient d'ailleurs pas d’entrée « Légumes ».

  • 2 Avec le développement sans précédent des moyens d'information et de communication, les rapports des (...)

5Dans une perspective communicationnelle, il importe alors de comprendre le lien entre l’encadrement des pratiques revendiqué par l’action publique liée à la recherche de changement, et la diffusion des nouvelles normes à travers les médias. En ce qui concerne l’image des légumes, les représentations qui s’y rattachent et les pratiques qui peuvent en découler, une première étape consiste, dans le contexte de « surmodernité » défini par M. Augé2, à analyser les discours médiatiques sur le sujet. En effet, si « les médias [sont] des déterminants essentiels de construction des imaginaires sociaux » (Lochard & Soulages, 2004 : 19-30), la question de voir comment les légumes sont médiatisés est primordiale.

6Les sciences de l’information et de la communication semblent tout désignées, à travers leur objet propre mais également par leur nature interdisciplinaire, pour répondre à ce vide par l’analyse des discours médiatiques en parallèle avec l’observation, sur le terrain, des pratiques, qui feront l’objet d’une enquête ultérieure.

7Les légumes sont dans cette optique d’abord envisagés à travers les dispositifs médiatiques qui les mettent en avant, dans des registres discursifs variés dont il faut saisir la cohérence, sinon les logiques. Dans ce cadre, sont analysés les discours médiatiques auxquels sont soumis les mangeurs français dans leur ensemble, ce qui permet, dans un deuxième temps, de chercher à savoir comment ces discours sont perçus, reçus, compris, et plus ou moins intégrés dans les pratiques de consommation de légumes. Il s’agit donc ici d’appréhender, dans un contexte de domination du discours de prescription nutritionnelle individuelle véhiculé par les tenants du PNNS, la manière dont les médias parlent des légumes et quelles représentations ces discours en font émerger. Notre hypothèse veut que l’image des légumes soit globalement réduite à celle d’aliment fonctionnel, en faisant valoir leur utilité pour la santé avant le plaisir, tout particulièrement depuis la mise en place du PNNS.

8Ainsi sera d’abord décrit et analysé le discours nutritionnel issu des politiques publiques de l’alimentation dans les médias, qui bouleverse les valeurs françaises de plaisir et de commensalité liées l’alimentation. Puis l’accent sera mis sur la méthodologie employée, à savoir l’utilisation d’un agrégateur d’informations, pour constituer un corpus mettant en valeur les discours médiatiques circulant sur les légumes. Enfin, l’analyse du corpus ainsi composé permettra de montrer comment le discours officiel du PNNS pénètre les autres types de discours, créant une polyphonie propre à modifier l’« être culturel » (Jeanneret, 2008) qu’est le légume.   

Depuis 2001, une véritable déferlante médiatique du discours nutritionnel sur les légumes

Un discours hygiéniste qui désenchante l’alimentation

  • 3 ENNS. 2006-2007, cité dans : Ministère du travail, de l’emploi et de la santé. 2011, PNNS 2011-2015(...)
  • 4 Rapport n°40 du 19 septembre 2002 : révision de l’avis n° 21 du 30 juin 1998 relatif aux allégation (...)

941% des hommes sont aujourd'hui en surpoids et 23,8% des femmes selon l’ENNS3, c’est pourquoi dès 1998, le Comité national de l'alimentation (CNA) décide de développer des politiques et des outils incitant le mangeur à faire les bons choix alimentaires4, avec pour objectif de diminuer les facteurs de risques.

10Des campagnes d'information et d’éducation conçues par les pouvoirs publics et les médecins, sont menées pour faire prendre conscience aux mangeurs du lien étroit entre leur alimentation et leur santé mais aussi pour les convaincre de leur responsabilité individuelle dans ce domaine. Ces campagnes d’information et d’éducation sont reprises par les « émetteurs relais » (Renaud, 2007 : 111) que sont les médias. Cette « médicalisation » de l’alimentation prend son sens dans un mouvement plus large de glissement d’une médecine thérapeutique vers une médecine plus préventive, en accord avec la conception de la santé de l’OMS (Poulain, 2002). La santé, devenue aujourd’hui une « valeur contemporaine fondamentale » (Poulain, 2002 : 193), recouvre donc des champs nouveaux dont l’alimentation. Ainsi, « la règle est censée être sécrétée, produite et appliquée par les individus, au terme d’un processus de décision. La montée de l'individualisme depuis un siècle au moins est ce qui sous-tend cette conception, la nourrit et se nourrit d’elle » (Fischler, 2004 : 24).

  • 5 Pujol F. 2010. Les 100 mots de la diététique et de la nutrition. Paris : Presses Universitaires de (...)

11Depuis 2001 et le PNNS 1, les mangeurs sont placés en face d’une véritable déferlante médiatique des énoncés médicaux et de l'éducation à la santé : publicités audiovisuelles, bandeaux d’information sur les publicités alimentaires, dans la presse, publications de guides à destination du grand public ou des professionnels de santé, discours du corps médical et paramédical, etc. « Jamais (…) le diktat du « bien manger » n’a été aussi impérieux (…) cette propagande s’apparente à une dictature alimentaire, qui s’inscrit dans le culte actuel du jeunisme et de la santé »5.

12Au fil des années, les concepteurs des différents PNNS ont infléchi le discours purement sanitaire pour mieux prendre en compte le contexte « enchanté » de la culture alimentaire française.

  • 6 Chauliac M. 2015. « Le Programme national nutrition santé : conception, stratégies, mise en œuvre, (...)

13« Quinze ans après, les fondements majeurs du PNNS demeurent. La nutrition prend en compte l’alimentation et l’activité physique dans leurs dimensions biologiques, culturelles, sociales et symboliques. Le PNNS s’appuie sur les valeurs positives de la gastronomie française et du repas à la française, inscrites au patrimoine de l’Unesco. »6

  • 7 Poulain JP. 2002. Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques. Paris : Privat : 196.

14Cependant, dans ce véritable plaidoyer pour le PNNS, Michel Chauliac, médecin de santé publique, en charge depuis 2000 de la mise en œuvre du PNNS à la direction générale de la santé, développe un discours à deux vitesses. D’un côté, il garantit la préservation du modèle alimentaire français basé sur le plaisir mais, de l’autre, il n’abandonne pas la responsabilisation individuelle du mangeur. Or, « la conception d’un mangeur libre de ses choix et seul devant ses aliments est totalement réductionniste »7 puisqu’elle livre une analyse individualiste à contre-courant du concept même de modèle alimentaire. « Ces travaux reposant sur l’hypothèse d’individus rationnels retiennent aujourd’hui très majoritairement l’attention de nombreux experts et des pouvoirs publics ayant la charge des politiques de consommation durable » mais ils sous-estiment les dimensions collectives du changement (Dubuisson-Quellier & Plessz, 2013).

Le légume, une vision fonctionnelle de l’alimentation

15Dans ce contexte, pour analyser le discours officiel sur les légumes, nous avons choisi de constituer un corpus à partir du site internet mis en place par le Ministère de la Santé dans le cadre du PNNS, mangerbouger.fr, et du dépliant créé en 2008 lors du PNNS 28 et distribué depuis lors à destination du grand public. Sur le premier, à la question : « pourquoi manger des légumes ? », on répond au mangeur « qu’ils sont riches en vitamines, en minéraux, en fibres » et « que leur effet favorable sur la santé a été démontré. Ils ont un rôle protecteur dans la prévention de maladies apparaissant à l’âge adulte, comme les cancers, les maladies cardiovasculaires, l’obésité, le diabète... Enfin et surtout, ils offrent une incroyable variété de saveurs, tout ce qu’il faut pour conjuguer santé et plaisir. »9

16Le double discours du PNNS sur la santé et le plaisir, énoncés en deux unités thématiques bien distinctes, se déploie ici à propos des légumes : la première développe, en deux phrases longues, descriptives et illustratives, l’aspect nutritionnel positif des légumes et leurs bienfaits pour la santé des individus. La deuxième, courte et très généraliste, reste dans le registre déclaratif lorsqu’elle évoque le goût et le plaisir liés aux légumes. Ainsi, la logique discursive à l’œuvre révèle la prépondérance de l’image fonctionnelle des légumes, malgré la volonté apparente de majorer leur valeur hédonique (« Enfin et surtout »). Ce discours emploie donc les ressorts implicites de la responsabilisation individuelle en s’adressant de manière rationnelle au mangeur, plutôt que les leviers de la culture du goût et du plaisir. Le mangeur est incité à consommer les légumes selon une norme prédéfinie, sur un ton résolument injonctif. Sur le dépliant intitulé « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »10, les signes linguistiques contredisent la vision plaisante des légumes donnée au premier abord par les signes iconiques et plastiques, en les rapportant à une obligation sanitaire avant tout : « Vous déjeunez sur le pouce ? Choisissez une salade ou un sandwich à base de crudités. », intime-t-on par exemple au lecteur.

  • 11 Ibid.

Figure 1 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »11

Figure 1 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »11

17Cette tonalité injonctive, visible dans l’utilisation caractéristique de l’impératif, est présente sur l’ensemble du document et, ajoutée à la présentation détaillée des qualités nutritionnelles des légumes, donne le sentiment qu’ils doivent être consommés sous peine de n’être pas protégé « des nombreuses maladies, comme les cancers, le diabète et les maladies cardiovasculaires » ou de ne pas réussir à « éviter la prise de poids ».

  • 12 Ibid.

Figure 2 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »12

Figure 2 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »12
  • 13 Le Breton D. 2008. Anthropologie du corps et modernité. Paris : Presses universitaires de France.

18La consommation de légumes permet donc également de se rapprocher de la norme corporelle de minceur, dans l’idéal du corps sain, fort, tonique évoqué par David Le Breton13.

  • 14 Selon B. Latour, la crédibilité vient d’alliés déjà légitimes, ce que sont ici les médecins, diétét (...)
  • 15 Corbeau JP. (dir) 2007. « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Un (...)

19Finalement, l’image des légumes véhiculée par le discours officiel, largement relayé dans les médias par l’intermédiaire « d’ « experts »14 , tels les nutritionnistes, diététiciens, psychologues, médecins, grands chefs, célébrités, etc. »15, est fonctionnelle avant tout. Dans ce contexte hygiéniste, comment les autres discours médiatiques sur les légumes sont-ils impactés ?

Google Actualités ou la circularité de l’information par excellence

Discours et dissémination médiatique

20Pour analyser les discours médiatiques sur les légumes, l’un des obstacles est inhérent à la spécificité de notre objet de recherche : ces discours sont disséminés à travers une multitude de médias, qu’ils soient audiovisuels ou écrits, sur internet ou sur papier.

21Or si la production de sens est un « jeu d’expectations croisées entre une instance de production et une instance de réception » (Chabrol, 1988), le choix de la constitution du corpus devient fondamental. Pour analyser le sens des discours sur les légumes et vérifier leur image fonctionnelle, il s’agit de prendre en compte non seulement la mise en forme de l’information mais aussi sa nature même et sa cible réceptrice, dans un contexte donné.

  • 16 « Manger bien, manger sain. Pour votre santé et pour la planète », Une de L'Express, n°3351, 23-29 (...)
  • 17 Ascher F. 2005, Le mangeur hypermoderne. Une figure de l’individu éclectique. Paris : O. Jacob : 99

22Globalement, le discours sur l’alimentation et les légumes relève de médias généralistes, qui « excluent un minimum de catégories de lecteurs » (Maingueneau, 1998), d’auditeurs ou de spectateurs mais aussi de médias spécifiques, « qui construisent leur public par exclusion » (Ibid). En ce sens, à côté des magazines spécialisés dans la nutrition, la santé ou la gastronomie, qui parlent régulièrement des légumes, on peut constater, par exemple pour la presse écrite aujourd’hui, une multiplication des articles et des pages sur ce sujet, que ce soit dans la presse magazine, avec parfois des numéros spéciaux16 ou dans la presse quotidienne régionale ou nationale. Cette pléthore d’information montre que l’évolution de la médiatisation des légumes est corrélée à l’évolution de l'alimentation et de l’attention aux légumes elle-même, dans le contexte de surabondance alimentaire et de souci diététique croissant en France. Cela influence la nature même du contenu de l’« être culturel » (2008) qu’est l’alimentation, puisque les valeurs qu’elle véhicule subissent cette évolution. A ce titre, elle se « végétarise » (Lamine, 2008) et dans ce cadre, les légumes, longtemps considérés comme secondaires dans le repas en France, devraient bénéficier de l’image de nourriture saine et légère. Effectivement, « le rejet des graisses saturées, souvent d’origine animale et de certains produits carnés, révèle une attractivité générale des produits végétaux »17. Il s’agit donc bien ici de saisir les enjeux des productions symboliques sur les légumes, mises en circulation par les diverses institutions médiatiques en tentant de répondre à la question suivante : Qui parle des légumes et de quelle manière ?

Google Actualités : de l’avantage d’utiliser un agrégateur

23Pour centrer l’analyse sur la circularité des discours dans le vaste espace médiatique auquel font face les mangeurs, il est judicieux de limiter ce dernier tout en ayant accès à une diversité de sources d'information ; nous avons choisi comme source exclusive le moteur de recherche Google actualités, qui a l’avantage d’agréger indistinctement les informations mises en circulation.

24« Résolument placés à un niveau méta-éditorial, puisqu’indexant à partir de moteurs de recherche les informations publiées par d’autres sites (sites de médias et webzines principalement), les agrégateurs peuvent réunir plusieurs développements autour d’un même sujet d’actualité. » (Rebillard, 2006 : 6).

  • 18 Granjon F., Le Foulgoc A. 2010. « Les usages sociaux de l'actualité. L'Expérience médiatique des pu (...)
  • 19 « Sur internet, les nouvelles formes de circulation des contenus d’actualité, leurs formats et les (...)
  • 20 Les publicités concernant les légumes restent ultra minoritaires dans l’ensemble des discours média (...)

25Bien sûr, le grand public n’est pas en recherche d’informations exclusivement centrées sur les légumes, cependant « le cadre de réception de ces contenus d’actualité picorés au gré des parcours de navigation (…) participe d’un environnement sur lequel pèsent des contraintes qui ne sont pas celles de l’ascétisme idéal-typique centré sur l’actualité, mais relèvent plutôt d’une consommation dégagée des impératifs de sérieux qui alimentent les représentations convenues des publics citoyens. »18. Tout l’intérêt de cette méthode réside donc dans le fait qu’elle nous autorise à accéder, à partir d’un même moyen de communication, à plusieurs niveaux de diffusion des informations d’actualité, non pas créées, mais mises en circulation par le biais d’internet19. En effet, le développement même de ces agrégateurs d’informations, devenus aujourd’hui incontournables, nous renseigne sur les « êtres culturels » tels que définis par Yves Jeanneret, puisqu’au-delà de leur rôle de « transmetteur », ils contribuent, par leurs choix de mettre certains articles ou sujets et pas d’autres en avant, à la « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996) : Google News et son pendant français Google Actualités expliquent ainsi que les titres mis à la une sont sélectionnés selon un algorithme prenant en compte plusieurs facteurs, dont la fréquence de diffusion sur d’autres sites web et l’occurrence des informations reprises et commentées sur les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook. Cette démarche paraît efficiente ici puisqu’elle permet d’obtenir des articles de journaux d’origine diverse, dans une optique « non marchande » (Rebillard, 2006 : 8), ce qui exclue les publicités20.

26Enfin, le choix de Google Actualités plutôt que d’un autre agrégateur se justifie par son poids économique et symbolique tout à fait dominant à l’heure actuelle (Simmonot & Gallezot, 2009 in Rebillard & Smyrnaios, 2010 : 172) et parce que « Google a été, de fait, le premier moteur de recherche à faire entrer la computation sociale dans son équation. » (Lévy, 2009 : 45-46).

27Au final, l’intérêt est à la fois d’appréhender la diversité des discours sur les légumes auxquels sont soumis les mangeurs français et la circularité de ces discours, constitutives des imaginaires sociaux sur le sujet.

La nature différenciée du corpus sur les légumes

  • 21 Nous avons choisi une période de trois mois, allant d’octobre 2015 à décembre 2015, ce qui nous per (...)

28Pendant trois mois21, nous avons donc relevé quotidiennement l’ensemble des articles obtenus grâce aux résultats de recherche portant sur le terme « légumes » dans le moteur de recherche Google Actualités. Ce relevé, effectué à l’automne, devra être complété par une deuxième collecte à une autre saison, puisque les légumes sont une catégorie d’aliments particulièrement dépendants de la saisonnalité.

29181 articles ont ainsi été recensés, de natures diverses, répartis comme suit :

Figure 3 : Origine des articles obtenus par la collecte sur Google Actualités

Figure 3 : Origine des articles obtenus par la collecte sur Google Actualités

30Ces résultats ne sont pas étonnants et reflètent les profondes mutations actuelles des supports médiatiques et informationnels22. La montée en puissance des médias numériques et nomades (tablettes, téléphones portables, ordinateurs) a diversifié les supports, rendant l’information plus accessible ; en 2010, les Français ont en moyenne 41 contacts par jour avec les médias et les loisirs médiatiques, soit 7 % de plus qu’en 200823.

31En revanche, si la presse écrite est aujourd’hui en crise, avec un chiffre d’affaire en baisse année après année (7,810 milliards d’euros en 2014, soit 4,2% de moins qu’en 201324), les sites internet des journaux papier apportent un supplément d’audience (de 10,2 % pour l’ensemble de la presse quotidienne par exemple25).

32Il ne s’agit pas ici d’analyser en profondeur les arcanes des mutations médiatiques de l’information, mais force est de constater que la répartition de l’origine des articles relevés sur les légumes reflète ces grandes tendances : si les articles provenant de sites internet « indépendants » ou de blogs sont assez nombreux (35 % de la totalité), ils restent minoritaires par rapports aux articles issus des versions numériques des journaux et magazines des groupes de presse traditionnels (65% de l’ensemble). L’importance des articles sur les légumes issus de la presse régionale et locale, qui représentent 42 % du corpus, reste elle aussi sans surprise au vu du nombre important de titres concernés mais aussi de la relative bonne santé de la presse locale par rapport à la crise que traverse la presse nationale.

33Le corpus ainsi constitué fait apparaître la manière dont les légumes sont abordés et traités dans l’espace médiatique sur la période donnée.

Les limites du discours sanitaire

L’émergence du discours socio-écologique

  • 26 Logiciel libre et gratuit développé par P. Ratinaud, laboratoire LERASS, Université Toulouse 3 (htt (...)
  • 27 « Iramuteq, logiciel de statistique lexicale fonctionnant sur la méthode ALCESTE » (Touboul et al., (...)

34Une première analyse rapide est réalisée grâce au logiciel Iramuteq26, qui est un logiciel de traitement de données textuelles s’appuyant sur la méthode de classification de Reinert (1983 : 187-198), comparable à Alceste27, particulièrement pertinent dans l’analyse des représentations sociales. En effet, « le logiciel Alceste (Analyse de Lexèmes Co- occurrents dans un Ensemble de Segments de Textes ; Reinert, 1986) appartient au courant d’analyse de données textuelles et il est souvent utilisé dans les travaux qui s’inscrivent dans la théorie des représentations sociales » (Geka & Dargentas, 2010 : 111-135).

35Cette première analyse permet d’identifier six types de discours qui, si l’on classe chaque article dans l’un de ces types, donne la répartition suivante :

Figure 4 : Typologie des discours médiatiques sur les légumes

Figure 4 : Typologie des discours médiatiques sur les légumes

36Pour obtenir cette répartition, l’ensemble du corpus a été soumis au logiciel Iramuteq afin d’identifier les 20 noms et adjectifs les plus fréquents, ce qui a donné le résultat suivant :

Figure 5 : Les mots des discours médiatiques sur les légumes

Figure 5 : Les mots des discours médiatiques sur les légumes

37Ensuite, la lecture approfondie des 181 articles sélectionnés, comparée à ces résultats, ont entraîné le choix de définir six types de discours sur les légumes, visibles sur la figure 4, à partir de regroupements sémantiques effectués par un relevé des champs lexicaux. Par exemple, « France », « terre », « producteur » et « marché » ont fait ressortir l’idée de ce que F. Ascher ou J-J. Boutaud nomment « l’imaginaire de terroir » (Ascher, 2005 ; Boutaud, 2005). Enfin, nous avons isolé pour chacun des 181 articles une thématique dominante, à l’aide d’une étude lexicale approfondie et les avons classés subséquemment dans cette typologie.

38L’hypothèse selon laquelle les légumes, dans le contexte actuel de nutritionnalisation des discours alimentaires, seraient d’abord présentés et perçus comme des aliments fonctionnels à valeur sanitaire, n’est pas vérifiée. Le discours sanitaire, d’un point de vue quantitatif, s’il représente 21% des articles, reste tout de même minoritaire.

39Dans un deuxième temps, l’analyse de chaque type de discours de cette typologie est approfondie par une analyse thématique qualitative détaillée, tant lexicale que grammaticale, des articles du corpus, couplée à l’utilisation d’Iramuteq. Le discours sanitaire est organisé autour de quatre thématiques, définies par une analyse lexicale prenant en compte les signifiants eux-mêmes, à partir non seulement de l’occurrence des unités sémantiques retenues (les champs lexicaux) mais aussi leur contexte d’utilisation à travers la syntaxe (mode et temps des verbes présents dans les articles par exemple).

40Ces quatre thématiques sont les qualités nutritionnelles des légumes, l’obligation d’en manger tous les jours, l’équilibre alimentaire et la prévention des maladies. Elles mettent en avant la face désenchantée de l’alimentation contemporaine. Le diagramme radar suivant montre, en classant chaque article selon sa thématique principale, l’importance de chacune dans l’ensemble du corpus « sanitaire ».

Figure 6 : Les éléments du discours sanitaire sur les légumes

Figure 6 : Les éléments du discours sanitaire sur les légumes

41Dans cette optique fonctionnelle, les légumes sont avant tout présentés pour leurs avantages nutritionnels, avec l’utilisation fréquente de termes comme « vitamines », « vertu », « apport » ou présentant leurs qualités intrinsèques pour la santé et le bien-être : « antioxydant », « fibre », « potassium », « magnésium », etc. Nous sommes bien loin ici de l’alimentation « plaisir ».

42Le relevé des verbes les plus employés dans ce discours le confirme. Ils montrent que les légumes servent à une alimentation équilibrée et mettent en avant l’utilité du produit : « contenir », « conserver » par exemple, ou encore « permettre », « utiliser ».

43En outre, l’analyse des modes des verbes souligne leur ton injonctif, avec des titres comme « 10 légumes riches en protéines à manger régulièrement », « Butternut, potiron, citrouille, mais aussi avocat, châtaignes et marrons, coing et carottes doivent figurer sur votre liste de courses ! » ou encore « Choisir les bons légumes pour se remettre du repas de Noël ». L’idée sous-jacente est qu’il y a une « bonne » manière de s’alimenter et de consommer les légumes, décidée rationnellement par le lecteur-mangeur pour optimiser leurs bienfaits. Le double discours du PNNS (Chauliac, 2015 : 29-39), visible lorsque l’on choisit comme unité de codage la phrase dont on analyse la structure en parallèle des signifiants eux-mêmes, apparaît alors : le ton enthousiaste, forcé par l’utilisation de nombreux points d’exclamation ou de superlatifs en tous genres, ne dissimule pas la tonalité  moralisatrice que l’émetteur donne à son discours. Cet extrait en est particulièrement représentatif :

44« Riche en protéines mais également en fibres, antioxydants et minéraux, le brocoli a tout pour plaire. Facile à cuisiner, il est délicieux cuit à la vapeur avec un jus de citron et parfait froid pour vos salades. D’après certaines études scientifiques, le brocoli permettrait réduire les risques de cancer. »

45Les deux premières phrases, bien que commençant par une présentation nutritionnelle du brocoli, tentent de séduire le mangeur avec force mots et expressions mélioratifs (« riche », « tout pour plaire », « facile à cuisiner », « parfait ») et utilisation de termes évoquant la gourmandise (« délicieux », « cuisiner »). A l’inverse, la dernière ramène brutalement le lecteur à sa condition de consommateur averti, responsable de sa santé et potentiellement coupable d’une éventuelle maladie. Pour l’en convaincre, l’auteur de l’article s’adosse à une référence pseudo-scientifique (« D’après certaines études scientifiques ») qui vise à légitimer le bien-fondé de la consommation de brocoli par une preuve « objective ». L’imprécision de la référence et l’utilisation du conditionnel tempèrent cependant sa probité et montrent le véritable ressort d’une telle assertion : la réactualisation de l’anxiété du choix alimentaire (Fischler, 2004), en parallèle de la multiplication des discours sanitaires de l’alimentation qui prétendent y répondre sur un ton injonctif.

46C’est justement ce ton d’injonction et de prescription plus que la thématique sanitaire elle-même, directement issu des politiques de nutrition publiques, qui s’est diffusé à l’ensemble des autres types de discours, notamment le discours « socio-écologique » sur les légumes, proportionnellement le plus important du corpus.

47Ici, les légumes sont évoqués par leur valeur « éthique », dans la vision citoyenne de l’alimentation qui émerge actuellement : anti-gaspillage, respectueuse de l’environnement, promouvant de nouvelles techniques de production et le retour à des circuits courts d’approvisionnement, dans une économie plus sociale et solidaire. Mais bien que le mode interrogatif et le conditionnel soient plus présents, traduisant un questionnement plus global sur la filière alimentaire des légumes, les articles concernés font appel au sens de la responsabilité des destinataires plus qu’au plaisir de la dégustation. « Où acheter ses légumes bios ? », titre un article, « Il suffit de s’inscrire » pour avoir ses légumes directement à la ferme explique un autre, « pour consommer local et soutenir les paysans ». D’informatif et fonctionnel, le discours devient implicitement moralisateur et prescriptif. Consommer des légumes ne revêt donc pas le même sens dans ce type de discours, les valeurs symbolisées par leur consommation relevant des problématiques macrosociales du souci de l’environnement ou du retour aux filières courtes dans l’intérêt socioéconomique du pays. Mais le statut de la consommation de légumes reste ici utilitaire plus qu’hédonique : c’est une responsabilité individuelle et un choix rationnel de la part d’un mangeur réflexif sur ses pratiques.

Polyphonie et cacophonie du discours

48Même les discours « Terroir » ou « Cuisine et Gastronomie », beaucoup plus axés sur le goût et le plaisir de la dégustation, comportent une part non négligeable d’articles dans lesquels la responsabilité individuelle du mangeur ou les bienfaits nutritionnels et sanitaires des légumes sont évoqués au moins une fois. Le discours « Terroir » s’organise autour de quatre thématiques : la qualité du produit (fraîcheur, label), les légumes rares et anciens, leur origine locale liée à leur qualité et l’idéal des bons légumes issus du potager, « comme autrefois », avec une importance accordée au respect de la saisonnalité. Ce type de discours n’est pas exempt d’une forme de nostalgie et fait appel à l’imaginaire idéalisé du retour à la « nature », dans la mouvance de la cuisine de terroir (Ascher, 2005 ; Boutaud, 2005). Par le biais d’une étude lexicale et thématique, on perçoit les légumes comme des aliments de « qualité » (« bio », « logo »), dont on connaît la provenance (« local », « région », « français »), avec l’idée d’un retour à la tradition dans la production (« terre », « agriculteur », « ancien », « jardin ») comme dans les points de vente (« marché », « producteur ») et la mise en avant de la saisonnalité (« hiver », « saison », « automne », « octobre »).

  • 28 Agri Confiance. 2009. « L’Observatoire de la qualité des aliments Agri Confiance/Ipsos : un nouvel (...)

49Les articles issus de ce type de discours montrent toute l’évolution de l’imaginaire lié aux légumes et, plus largement, à l’alimentation dans la société, influencée par la circulation des discours, puisque leurs auteurs s’appuient sur le succès actuel des produits estampillés « locaux », réputés traditionnels et naturels. Les consommateurs ont de plus en plus besoin d’être informés sur l’origine des produits, par souci de transparence et de renouveau du lien entre producteur et consommateur. Ainsi, 90 % des Français jugent important de pouvoir acheter des aliments de saison et produits localement, à proximité du point de vente28. En quête de sens face au contexte actuel de désenchantement de l’alimentation, et de transparence face à l’insécurité alimentaire ressentie, les mangeurs adaptent donc leurs pratiques pour retrouver leur identité individuelle et sociale et ainsi se rassurer, ce qui explique par ailleurs l’importance accordée aujourd’hui à l’origine française des légumes.

50Ainsi, les valeurs traditionnelles de la culture alimentaire en France que sont le goût et la commensalité ne sont pas totalement absentes des discours médiatiques sur les légumes. Si elles en constituaient le cœur, on aurait pu parler d’un discours d’ « enchantement » à leur propos, sous le prisme du seul plaisir : plaisir d’en manger, plaisir partagé, plaisir de la table.

  • 29 Dupuy A. 2013. Plaisirs alimentaires. La socialisation des enfants et des adolescents. Presses Univ (...)
  • 30 Terme inventé en 1999 par le chroniqueur Alexandre Cammas, issu de la contraction entre food et fee (...)
  • 31 Hébel P. 2010. « Influence de la communication sur l’alimentation », Communication et langages. 164 (...)

51Anne Dupuy29 explique que la notion de plaisir émerge aujourd’hui pour contrer la nutritionnalisation, pour défendre les enjeux identitaires (avec par exemple la traçabilité, derrière laquelle le mangeur identifie un producteur, imagine un paysage, se représente un artisanat et de là prend du plaisir à consommer des produits du terroir, à faire le marché ou à se rendre chez les petits producteurs), pour favoriser l’émancipation (avec l’émergence récente de la cuisine ludique, le fooding par exemple30 « qui désigne une manière plus libre d’appréhender la cuisine et la façon de manger pour aller vers le ludique, la nouveauté »31), et pour (ré)concilier l’alimentation avec les affects, les émotions, retrouver les rituels et les symboles qui permettent la formation au goût et à la cuisine.

52Mais dans le cas des légumes, bien que le discours « terroir » revendique le retour au goût, à la qualité et justement au plaisir de la dégustation, il n’échappe pas à une tonalité souvent responsabilisante, visible dans l’utilisation fréquente de l’infinitif traduisant une dimension conative revendiquée. Or la ligne qui la sépare de la culpabilisation n’est jamais loin : « Manger mieux », titre un article, soulignant en creux que les Français mangent mal ; « Le salsifis, peu calorique : ce légume peut être consommé cru comme cuit. Il est riche en potassium et en fibres. Un conseil : choisissez-le bien ferme et dépourvu de taches », précise un journaliste dans un article vantant les légumes oubliés et reprenant les arguments du discours sanitaire. Enfin, le pas entre la valorisation des légumes de qualité et l’obligation faite au mangeur de faire les bons choix est souvent franchi : « Respectez les saisons ! Voici les fruits et légumes à manger cet automne » ordonne ce titre.

  • 32 Nathalie Beauvais, cheffe en Bretagne.

53Il en va de même du discours « cuisine et gastronomie ». Axé autour des thèmes du goût, des recettes, de la beauté des légumes, et de leur séduction possible auprès des enfants, il donne une image beaucoup plus hédonique des légumes, présentés comme des produits gourmands et alléchants. Pourtant, nombre d’articles font mention d’éléments sanitaires et nutritionnels au détour d’une phrase : « Une recette simple et 100% healthy proposée par le chef Régis Douysset de l’Escarbille à Meudon dans le cadre de la Semaine du goût ! » indique l’un ; « Présent sur les étals dès le mois d’octobre, le topinambour est gorgé de fer, mais également de vitamines B et de minéraux comme le potassium. On le dit également bon pour la santé intestinale », précise un autre ; « Je32 cherche, grâce à des recettes simples, à donner envie de cuisiner les légumes. En plus, c’est bon pour la santé : « On a testé tous les plats en famille. Et pour une fois, je n’ai pas pris un kilo ! », rigole son époux ».

54Cette structure en deux temps (vocabulaire de l’envie et du plaisir, suivi d’une phrase axée sur les bienfaits sanitaires) reflète l’idée selon laquelle aujourd’hui, le discours sanitaire sur les légumes, s’il n’est pas majoritaire, a pénétré les autres types de discours.

55Seuls deux d’entre eux sont épargnés : le discours « ludique » (7% du corpus), qui renvoie aux articles sur les légumes et l’art ou les loisirs, et le discours « socio-économique » (12% de l’ensemble des articles), présentant les chiffres de la filière fruits et légumes, les innovations dans la manière de produire des industriels et les informations sur la distribution (chiffres, 4° gamme, produits veggie).

  • 33 Bardin L. 2013. L’analyse de contenu, Paris : PUF : 83.

56« Les caractéristiques d’un discours ont besoin, pour être mises en relief, de la comparaison avec d’autres discours ou avec des normes »33. En ce sens, l’analyse de notre corpus montre que l’omniprésence actuelle du discours nutritionnel, développé depuis la mise en place du PNNS en 2001 et sa volonté d’être la seule référence valide en termes d’alimentation a incité, consciemment ou non, tous les prescripteurs de l’alimentation (nutritionnistes bien sûr, mais aussi journalistes, chefs, etc.) à intégrer plus ou moins d’éléments sanitaires à leur discours. C’est ce que nous nommons « polyphonie » des discours : malgré leur nature hétérogène, la tonalité individualisante, responsabilisante et même culpabilisante s’y répand.

Conclusion

57Les discours médiatiques sur les légumes, s’ils figurent des valeurs diversifiées voire contradictoires (aliment sain, léger, « nature », local, bon, « plaisir », éthique), n’échappent donc pas, finalement, à une vision fonctionnelle de l’alimentation.

58Certes, l’hypothèse selon laquelle les légumes seraient majoritairement abordés sous l’angle de la santé n’est pas vérifiée. Depuis une trentaine d’années, et plus encore depuis la mise en place du PNNS, la nutritionnalisation de l’alimentation a en effet poussé à la montée d’un discours contradictoire (Hébel & Pilorin, 2012) reconfigurant le plaisir, la convivialité et le goût, qui retrouvent une certaine légitimité (Dupuy, 2013).

  • 34 Ariès P. 1997, La fin des mangeurs, Paris : Desclée de Brouwer : 155.
  • 35 Alain Ducasse parle par exemple de « se nourrir de façon plus saine et naturelle » sur le site de s (...)

59En ce sens, une nouvelle modalité apparaît ici la naturalité, présente de manière transversale dans la majorité des types de discours. Concept diffus et discuté, mais avec une grande valeur de dissémination théorique entre les sciences et axiologique dans les discours, la naturalité est en fait en tension entre deux polarités : d’une part en contrechamp avec la production industrielle et l’industrie agroalimentaire (Lepiller, 2012), rangées sous le même régime de l’artificiel ou de l’artificialité ; d’autre part en référence à une production authentique, saine, préservée de toute atteinte à l’intégrité naturelle du légume. Ainsi, on ne sera pas surpris, dans le discours sur les légumes, de voir coexister le souci sanitaire avec la notion de goût. Paul Ariès34 se demandait à ce sujet, en 1997, si la vague du « bio » ne préparait pas à la fusion des problématiques nutritive, sanitaire et sociale. La présente analyse semble lui donner raison. Les thématiques de l’environnement, de la consommation responsable et solidaire, de la santé, du souci de la provenance, ajoutées à celle du goût et du plaisir qui restent présents, sont toutes reliées, d’une manière ou d’une autre, à cette valeur éthique émergente de la naturalité. Riche de sens, cette notion reste malgré tout encore en quête d’une définition précise tant elle recouvre des champs divers, de l’environnement à la nutrition, en passant par la gastronomie35 ou l’agroalimentaire, et de significations variées. Dans la perspective communicationnelle de réception des discours médiatiques sur les légumes, une forme de vie inédite, plus « naturelle », semble peu à peu se proposer aux mangeurs autour de la consommation de cet aliment. Les modalités de cette forme de vie tiennent à la fois à l’appropriation des normes nutritionnelles mais surtout à la réappropriation des valeurs traditionnelles de l’alimentation en France (plaisir, goût, commensalité) adossées aux modalités nouvelles d’équilibre alimentaire et de bien-être. Les légumes deviendraient dans cette perspective un aliment « bon » : bon pour soi, bon pour les autres, bon à table, bon pour la planète.

  • 36 La viande est également discutée en négatif, du point de vue nutritionnel et socio-écologique (Pail (...)

60Mais cette forme de vie qui se profile dans les discours médiatiques peut également être interprétée comme une manière plus insidieuse de rabattre le discours sur la santé, dans les termes définis par l’OMS : non plus la seule absence de maladie mais la promotion du bien-être avec une tonalité qui peut apparaître à la fois impérative et moralisatrice. Ainsi, très peu d’articles font appel à la « pensée magique » dont nous parle Paul Rozin (1994 : 22). Les légumes, contrairement à d’autres aliments comme la viande36, sont souvent définis par leur fonctionnalité plus que par leur propension à faire rêver ou faire envie.

61« Dans les objets qu’il saisit, le discours ne peut éviter de répondre aux discours déjà tenus sur ces mêmes objets. Complémentairement, tout énoncé se forme dans la tentative d’anticiper sur les croyances et les capacités interprétatives du ou des destinataire(s), en vue de façonner leur réponse. Ainsi, tout discours rencontre forcément d’autres discours, « sans le vouloir, sans le savoir » » (Bres, 2005 : 58-59). Dans cette optique, le prisme de la santé s’impose donc malgré tout, par ses logiques discursives axées sur la prescription voire l’injonction, mais aussi ses logiques identitaires découlant des thématiques citées ci-dessus.

62Le modèle alimentaire hédonique dans lequel vit et évolue le mangeur français est donc bousculé : la nutritionnalisation de l’alimentation, qui est une construction sociale faisant naître des représentations et des pratiques nouvelles, peut en effet être vue comme une perte de liberté lorsqu’elle s’impose sur le mode de l’impératif. Les nouvelles valeurs qui s’articulent autour de ce noyau axiologique sur la santé (transmission, bien-être, éthique alimentaire) posent question sur la manière dont les mangeurs comprennent, perçoivent et intègrent ces discours, avec les représentations des légumes qu’ils impliquent, dans les pratiques. Dans un rapport réflexif avec ce qu’ils mangent (Ascher, 2005), comment trouvent-ils un nouvel équilibre plaisir/contraintes, à l’intérieur des nouvelles normes sociales ?

C’est par une enquête qualitative de terrain qu’il est possible de répondre à ces questions.

63Au final, la méthode de constitution d’un corpus à partir d’un agrégateur comme Google Actualités a des atouts non négligeables, puisqu’elle permet de dégager, par le prisme des supports médiatiques numériques, plusieurs types de discours sur les légumes, constitutifs des représentations sociales de cet aliment par leur circularité.

64Bien sûr, elle comporte des limites, notamment le fait de se restreindre à un seul agrégateur mais aussi de se concentrer exclusivement sur la presse écrite et l’information en ligne. De plus, certains événements ont pu influencer la parution des articles sur les légumes, par exemple la journée nationale de lutte contre le gaspillage le 16 octobre 2015 mais aussi, nous l’avons dit, la saison automnale moins propice à la consommation de légumes que le printemps par exemple.

65C’est pourquoi une deuxième collecte d’articles avec la même méthode est nécessaire pour vérifier la proportion de chaque type de discours sur les légumes et une évolution potentielle de la manière d’en parler, dans l’optique d’une étude diachronique favorable à l’analyse de la dynamique représentationnelle des légumes dans les discours médiatiques.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER F. 2005. Le mangeur hypermoderne. Paris : Odile Jacob.

ARIES P. 1997. La Fin des mangeurs. Paris : éditions Desclée de Brouwer.

AUGE M. 1994. Pour une anthropologie des mondes contemporains. Paris : Éditions Aubier.

BARDIN L. 2013. L’analyse de contenu, Paris : PUF.

BOURDIEU P. 1979. La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Editions de Minuit.

BOUTAUD J-J. 2005. Le sens gourmand. De la commensalité - du goût - des aliments. Jean-Paul Rocher éditeur.

BRES J. 2005. « Savoir de quoi on parle : dialogue, dialogal, dialogique ; dialogisme, polyphonie... » , in Bres J., Haillet P., Mellet S., Nølke H. & Rosier L. 2005. Dialogisme et polyphonie : 58-59. Brussel : De Boeck & Larcier.

CHABROL C. 1988. « Le lecteur. Fantôme ou réalité. Étude des processus de réception », in CHARAUDEAU P. La Presse. Produit, production, réception : 161-183. Paris : Didier-Érudition.

CHARAUDEAU P. 1993. "Le contrat de communication dans la situation classe", Inter-Actions, consulté le 8 juin 2016 : [http://www.patrick-charaudeau.com/Le-contrat-de-communication-dans.html].

CHARAUDEAU P. 1997. Le discours médiatique: la construction du miroir social. Paris : Nathan.

CHAULIAC M. 2015. « Le Programme national nutrition santé : conception, stratégies, mise en œuvre, impacts », Les Tribunes de la santé 49 : 29-39.

CORBEAU J-P. 2007. « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES). Université de Tours : [http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf]

DUBUISSON-QUELLIER S. & PLESSZ M. 2013. « La théorie des pratiques », Sociologie 4 : 451-469.

DUPUY A. 2013. Plaisirs alimentaires. La socialisation des enfants et des adolescents. Presses Universitaires de Rennes.

FISCHLER C. 2004. "Le paradoxe de l'abondance", Sciences humaines 135 : 22-26.

GARINE I. (de).1988. "Anthropologie de l'alimentation et pluridisciplinarité", Ecol. Hum.VI (2) : 21-40.

GEKA M. & DARGENTAS M. 2010. « L'apport du logiciel Alceste à l'analyse des représentations sociales : l'exemple de deux études diachroniques », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale 85 : 111-135.

GINESTE M. 2004. « Soigner, prévenir… éduquer le mangeur : mythe ou réalité ? ». XVIIème congrès de l’AISLF. Tours. CR 17 « Sociologie et anthropologie de l’alimentation », consulté le 15 février 2016 : [Lemangeur-ocha.com].

GRANJON F. & Le FOULGOC A. 2010. « Les usages sociaux de l'actualité. L'Expérience médiatique des publics internautes », Réseaux 160-161 : 225-253.

HEBEL P. 2010. « Influence de la communication sur l’alimentation ». Communication et langages 164 : 41-52.

HEBEL P. & PILORIN T. 2012. « Comment les discours nutritionnels influencent-ils les représentations de l’alimentation ? », Cahiers de nutrition et de diététique 47 : 42-49.

HUBERT A. 2007. « Nourritures et nutriments »,  La santé est dans votre assiette. Toulouse : ERES : 20-35.

JEANNERET Y. 2008. Penser la trivialité. Vol. 1: La vie triviale des êtres culturels. Paris : Hermès-Lavoisier.

LAMINE C. 2008. Les intermittents du bio. Paris : Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

LATOUR B. 1995. La science en action, introduction à la sociologie des sciences. Paris : Gallimard.

LE BRETON D. 2008. Anthropologie du corps et modernité. Paris : PUF.

LEPILLER O. 2012. Critiques de l’alimentation industrielle et valorisations du naturel : sociologie historique d’une « digestion » difficile (1968-2010). Thèse pour l’obtention du doctorat de sociologie. Toulouse : Université de Toulouse II-Le Mirail.

LEVY P. 2009. « Au-delà de Google. Les voies de l’ « intelligence collective » », Multitudes 36 : 45-52.

LOCHARD G. & SOULAGES J-C. 2004. « Une interdisciplinarité autonome est-elle possible? », Questions de communication 5 : 19-30.

MAINGUENEAU D. 1998. Analyser les textes de communication. Paris : Dunod.

MICHEL D. 2003. « Au fil des siècles, légumes méprisés, légumes anoblis », Champ psychosomatique 1 29 : 123-132.

MECHIN C. 1997. « La symbolique de la viande », in PAILLAT M. 1997. Le mangeur et l’animal. Mutations de l’élevage et de la consommation : 121-134. Paris : Autrement.

POULAIN J-P. 2002. Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques. Toulouse : Privat.

POULAIN J-P., CORBEAU J-P. 2002. Penser l'alimentation, entre imaginaire et rationalité. Toulouse : Privat.

POULAIN J-P. (dir) 2012. Dictionnaire des cultures alimentaires. Paris : PUF.

PUJOL F. 2010. Les 100 mots de la diététique et de la nutrition. Paris : PUF.

REBILLARD F. 2006. « L’information journalistique sur l’internet, entre diffusion mass-médiatique et circulation réticulaire de l’actualité », Document numérique et société. Université de Fribourg (Suisse) : ADBS Editions.

REBILLARD F. & SMYRNAIOS N. 2010. « Les infomédiaires, au cœur de la filière de l'information en ligne. Les cas de google, wikio et paperblog», Réseaux 160-161 : 163-194. 

Régnier F. & MASULLO A. 2009. « Obésité, goûts et consommation » Intégration des normes d'alimentation et appartenance sociale, Revue française de sociologie 50 : 747-773

REINERT M. 1983. « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l'analyse lexicale par contexte », Les cahiers de l'analyse des données Vol VIII (2) : 187-198.

RENAUD L. 2007. Les médias et le façonnement des normes en matière de santé. Québec : Presses de l’Université du Québec.

ROZIN P. 1994. "La magie sympathique", in Fischler C. Manger magique: Aliments sorciers, croyances comestibles : 22-37. Paris : Autrement (149).

SAINT POL T. 2016. « Les habitudes alimentaires des Français. Une institution sociale entre constance et renouveau », Esprit : 111-120.

SIMONOT B. & GALLEZOT G. 2009, L’entonnoir : Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication. Caen : C&F Éditions.

TOUBOUL A., DAMIAN-GAILLARD B., MARTY E. 2012. « La disparité des modes de traitement journalistiques et des énonciations éditoriales sur le web. Le cas d'un sondage sur Marine Le Pen et la Présidentielle de 2012 », Réseaux 176 : 73-103.

Haut de page

Notes

1 Le fameux « 5 fruits et légumes par jour » devient un véritable slogan lors de la mise en place du PNNS 2 en 2006, l’objectif initial de 10 portions de fruits et légumes par jour semblant irréaliste.

2 Avec le développement sans précédent des moyens d'information et de communication, les rapports des individus à la société et au monde mais aussi les cultures (Augé, 1994 : 26) dont la culture alimentaire elle-même, sont bouleversés.

3 ENNS. 2006-2007, cité dans : Ministère du travail, de l’emploi et de la santé. 2011, PNNS 2011-2015. DICOM n° S-11-047 : 52.

4 Rapport n°40 du 19 septembre 2002 : révision de l’avis n° 21 du 30 juin 1998 relatif aux allégations faisant un lien entre alimentation et santé. Bulletin officiel de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes n° 2003/2 : 102-115.

5 Pujol F. 2010. Les 100 mots de la diététique et de la nutrition. Paris : Presses Universitaires de France : 15.

6 Chauliac M. 2015. « Le Programme national nutrition santé : conception, stratégies, mise en œuvre, impacts », Les Tribunes de la santé. 49 : 30.

7 Poulain JP. 2002. Manger aujourd’hui. Attitudes, normes et pratiques. Paris : Privat : 196.

8 http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1115.pdf

9 http://www.mangerbouger.fr/Les-9-reperes/Les-9-reperes-a-la-loupe/Fruits-et-Legumes

10 http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1115.pdf

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Le Breton D. 2008. Anthropologie du corps et modernité. Paris : Presses universitaires de France.

14 Selon B. Latour, la crédibilité vient d’alliés déjà légitimes, ce que sont ici les médecins, diététiciens, etc. Latour B. 1995. La science en action, introduction à la sociologie des sciences. Paris : Gallimard.

15 Corbeau JP. (dir) 2007. « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l’Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES). Université de Tours, http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf : 9.

16 « Manger bien, manger sain. Pour votre santé et pour la planète », Une de L'Express, n°3351, 23-29 septembre 2015; « Que peut-on encore manger ? », Une du Point, n°2252, 5 novembre 2015.

17 Ascher F. 2005, Le mangeur hypermoderne. Une figure de l’individu éclectique. Paris : O. Jacob : 99.

18 Granjon F., Le Foulgoc A. 2010. « Les usages sociaux de l'actualité. L'Expérience médiatique des publics internautes », Réseaux. 160-161 : 243.

19 « Sur internet, les nouvelles formes de circulation des contenus d’actualité, leurs formats et les éventuels espaces collectifs auxquels ils sont liés impulsent de nouvelles orientations aux expériences médiatiques. ». Ibid : 251.

20 Les publicités concernant les légumes restent ultra minoritaires dans l’ensemble des discours médiatiques marchands. Si les investissements en promotion des fruits et légumes ont bien augmenté de 2001 à 2006, notamment du fait des campagnes d’information sur les bienfaits de ces produits par le ministère de la santé dans le cadre du PNNS, passant de 6,1 millions d’euros à 24,4 millions d’euros (INRA 2007), cela ne représente guère plus que l’investissement publicitaire d’un grand industriel laitier pour le lancement d’un nouveau produit. Selon une enquête réalisée en 2007 pour l'UFC- Que choisir, 89% des produits mis en avant dans les spots publicitaires n'ont aucun intérêt nutritionnel.

21 Nous avons choisi une période de trois mois, allant d’octobre 2015 à décembre 2015, ce qui nous permet à la fois de limiter notre corpus mais aussi de travailler sur une durée suffisante pour analyser les discours ainsi obtenus. Il s’agira par la suite de valider ou d’infirmer nos conclusions sur une période similaire mais à une saison plus favorable à la consommation de légumes.

22 « L'enquête rapide 2014 - Les chiffres clés », http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Presse/Chiffres-statistiques

23 Source : étude Média in Life 2010, Médiamétrie.

24 « L'enquête rapide 2014 - Les chiffres clés », http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Presse/Chiffres-statistiques

25 Source : étude Média in Life 2010, Médiamétrie.

26 Logiciel libre et gratuit développé par P. Ratinaud, laboratoire LERASS, Université Toulouse 3 (http://www.iramuteq.org/)

27 « Iramuteq, logiciel de statistique lexicale fonctionnant sur la méthode ALCESTE » (Touboul et al., 2012 : 77-78)

28 Agri Confiance. 2009. « L’Observatoire de la qualité des aliments Agri Confiance/Ipsos : un nouvel état des lieux des attentes des consommateurs ». Paris.

29 Dupuy A. 2013. Plaisirs alimentaires. La socialisation des enfants et des adolescents. Presses Universitaires de Rennes : 18.

30 Terme inventé en 1999 par le chroniqueur Alexandre Cammas, issu de la contraction entre food et feeling.

31 Hébel P. 2010. « Influence de la communication sur l’alimentation », Communication et langages. 164 : 48.

32 Nathalie Beauvais, cheffe en Bretagne.

33 Bardin L. 2013. L’analyse de contenu, Paris : PUF : 83.

34 Ariès P. 1997, La fin des mangeurs, Paris : Desclée de Brouwer : 155.

35 Alain Ducasse parle par exemple de « se nourrir de façon plus saine et naturelle » sur le site de son restaurant étoilé, le Plaza Athénée (https://www.alainducasse-plazaathenee.com/fr/naturalite)

36 La viande est également discutée en négatif, du point de vue nutritionnel et socio-écologique (Paillat, 1997) mais elle reste attachée, dans la culture alimentaire française, à l’idée de plaisir, de plus en plus coupable certes, mais toujours comme aliment distinctif (Saint Pol (de), 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »11
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Figure 2 : Capture d’écran « Au moins 5 fruits et légumes par jour sans effort »12
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 3 : Origine des articles obtenus par la collecte sur Google Actualités
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 4 : Typologie des discours médiatiques sur les légumes
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-4.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 5 : Les mots des discours médiatiques sur les légumes
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-5.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 6 : Les éléments du discours sanitaire sur les légumes
URL http://aof.revues.org/docannexe/image/8172/img-6.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Burzala-Ory, Clémentine Hugol-Gential et Jean-Jacques Boutaud, « L’image des légumes », Anthropology of food [En ligne], Articles, mis en ligne le 04 août 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://aof.revues.org/8172

Haut de page

Auteurs

Hélène Burzala-Ory

Doctorante en SIC, Université de Bourgogne, Laboratoire CIMEOS (EA 4177), hburzala@yahoo.fr

Clémentine Hugol-Gential

Maître de Conférences en SIC, Université de Bourgogne, Laboratoire CIMEOS (EA 4177), Clementine.Hugol-Gential@u-bourgogne.fr

Jean-Jacques Boutaud

Professeur en SIC, Vice-Président CFVU de l'Université de Bourgogne, Laboratoire CIMEOS (EA 4177), jean-jacques.boutaud@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Anthropologie of food est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page